Territoire de Djugu

Superficie 8 730 km²
Taille estimée de la population 2 824 047 hab.

(source: Rapport annuel 2016 de l’Administration du territoire)

Secteur du Développement rural

Données mises à jour le 25 mai 2016
Prochaine collecte : 30 août 2016

Les milieux ruraux du territoire de Djugu se caractérisent par l’insuffisance en qualité et en quantité des infrastructures socio-économiques de base : écoles, centres de santé, routes de desserte agricole, infrastructures énergétiques et autres.  

Djugu comme chef-lieu du territoire affiche actuellement des indices de développement les moins appréciables par rapport aux autres grandes agglomérations comme Mongbwalu, Kpandroma, Fataki, Bulé, Iga-Barrière, Tchomia… Il a été le théâtre des pillages, destructions et tueries lors des guerres interethniques des années 2000. Les infrastructures administratives, pénitentiaires, sanitaires et scolaires s’y trouvant ont été complètement détruites et les populations ont fui le chef-lieu pour s’installer dans les autres grands centres environnants. 

Seuls 15%  d’écoles du territoire disposent des bâtiments en dur en état délabrement avancé dont la plupart appartient aux confessions religieuses (catholique et protestante). Les autres infrastructures scolaires sont en paille et en semi dur. Les écoles secondaires se trouvant généralement dans les grands centres, représentent environ 24% de l’ensemble des écoles du territoire. L’influence de l’exploitation de l’or, le manque des moyens financiers des parents, l’absence des écoles secondaires dans la plupart des villages, le mariage précoce des filles… seraient à la base de la faible fréquentation au secondaire dans ce territoire. Il sied de signaler que 80% d’enseignants au secondaire sont sans qualification contrairement au primaire car la plupart d’enseignants  au secondaire sont des diplômés d’Etat. La réhabilitation et la construction des nouvelles écoles et leur dotation, l’amélioration de la motivation des enseignants sont des facteurs indispensables au développement dans ce secteur.

Le territoire de Djugu est bien découpé en treize zones de santé malgré l’insuffisance infrastructurelle. Les infrastructures, surtout les HGR et les centres de santé sont pour ceux construits en dur, en état de délabrement avancé et le reste en pisé. 77 centres de santé ont été réhabilités avant 2011 par les ONG Medair, Caritas, Cesvi, Memisa, Coopi, Fonds Social… Il faut noter aussi la carence en personnel médical spécialisé car seuls les services généraux (médecine interne, gynécologie, pédiatrie et chirurgie) sont organisés dans les centres de santé et hôpitaux du territoire.  

Quant à l’hygiène, la fausse arabe est la méthode d’évacuation de déchets la plus utilisée dans ce territoire (environ 98% de ménages selon le service de développement rural) suivie de latrine moderne utilisée souvent dans les grandes agglomérations. L’accès à l’eau potable et à l’électricité  reste à entrevoir. Malgré les efforts consentis par « village assaini » et les ONG du secteur d’eau, le gouvernement devrait envisager aussi  forer dans les villages et aménager les sources d’eau existantes car dit-on, « l’eau c’est la vie ». La couverture en électricité demeure faible malgré la présence de trois centrales hydroélectriques alimentant Mongbwalu, Rethy, Kpandroma, Drodro, Iga-barrière…). Plusieurs chutes d’eau sur la rivière Tse peuvent être exploitées pour ériger des mini-centrales hydroélectriques afin d’améliorer l’offre en électricité dans ce territoire. 

Le grand défi de développement rural dans le territoire de Djugu reste l’entretien des routes de desserte agricole estimées à plus de 1150Km. Le développement de ce dernier passe avant tout par la réhabilitation des routes et ponts surtout que l’économie de ce dernier dépend fortement du secteur agropastoral, minier et commercial. Les gros arbres sont jetés par les chefs coutumiers sur ces routes servant de ponts avec tous les risques possibles. Elles sont manuellement entretenues par les villageois rançonnant en même temps les passagers en barricadant la route.

Sur le plan environnemental, on note une forte pression de la population sur la forêt mais aussi l’impact des guerres sur les réserves protégées. Le déboisement dans la zone minière et l’exploitation excessive des bois constituent un réel danger de protection de l’environnement dans ce territoire. Les galeries forestières, les secteurs sauvegardés des chênes de Monts Bleus et la réserve de Aboro (bloc forestier de 1800ha) sont complètement détruits par les guerres. Plus ou moins 30 boisements domaniales d’Etat hérités de la colonisation complètement détruits. Il convient au gouvernement de créer des nouveaux boisement à base d’arbres à croissance rapide pour limiter tant soit peu la pression exercée par la population sur la forêt.

 

 

Formation

Proportion des villages ayant une école dans le territoire 20.35
Proportion des mileux ruraux et pérurbains ayant des centres d’encadrement professionnel 0.81
Domaines de formation dans lesquels ces centres évoluent

  • Menuiserie, maçonnerie, mécanique et plomberie
  • Agricole
  • Coupe couture et informatique
Proportion des mileux ruraux et pérurbains ayant des groupes/centres de développement communautaire pour les populations 0.07

Santé

Proportion des villages ayant au moins un centre de santé dans le territoire 13.03

Infrastructures routières

km de routes de desserte agricole réhabilitées pendant les trois dernières années 0
km de routes de desserte agricole réhabilitées pendant les trois derniers mois 0
km de piste de desserte agricole aménagés pendant les trois dernières années 0
km de piste de desserte agricole aménagés pendant les trois derniers mois 0

Emploi

Nombre d’emplois créés durant les trois derinères années par les coopératives, en faveur de la population rurale et périurbaine 90

Évacuation des déchets

Méthode d’évacuation des déchets la plus utilisée par la population rurale
Proportion des ménages utilisant la fosse arable 0.35
Proportion des ménages utilisant l’enfouissement 0.35
Proportion des ménages utilisant des latrines aménagées 0.35

Energie électrique

Proportion des ménages ayant l’électricité via des kits solaires 0.10
Proportion des ménages ayant l’électricité via un groupe électrogène 0.20
Proportion des ménages ayant l’électricité via une micro-turbine 0.00

Approvisionnement en eau

Proportion des villages approvisionnés en eau potable 16.99
Proportion de ménages (dans les villages desservis) accédant à l’eau potable via des sources aménagées 7.99
Proportion de ménages (dans les villages desservis) accédant à l’eau potable via des puits de forage 9.00
Proportion de ménages (dans les villages desservis) accédant à l’eau potable par sources aménagées & puits de forage 67.09
Autres méthodes d’accès à l’eau
Adductions d’eau

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique