Territoire de Lupatapata

Fiche du territoire

Mise à jour le 3 septembre 2016

Province Kasaï-Oriental
Superficie 2 500 km²
Taille estimée de la population 1 002 710 hab.

(source: Rapport Annuel 2015 de l’Administration du Territoire)


Carte administrative


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

Le territoire de LUPATAPATA est une entité déconcentrée de la province du Kasaï Oriental. Il est situé au centre du Kasaï oriental et au centre de la RDC. IL possède un climat tropical humide avec deux saisons dont la saison de pluie (9 mois) et la saison sèche (3 mois).

Coordonnées géographiques

  • Longitude : 23° 54’ 95’’ 06’’’
  • Latitude : -6° 12’ 79’’ 25’’

Climat

Le territoire a un climat tropical humide avec deux saisons ; saisons sèche trois mois et saisons de pluie neuf mois.

Sol

Le territoire est formé d’un sol avec 4 types :

  • Sol argilo sablonneux
  • Sablonneux
  • Sablo argileux
  • alluvionnaire

Hydrographie

Le territoire est traversé par les cours d’eau et ruisseau suivants:

  • Cours d’eau : rivière Mbuji-Mayi et rivière Sankuru
  • Ruisseaux : Muya, Nkashi, Nkatshia, Nusengayi, Miabi, Mulenda et Tshitu-Muanza
Particularités et richesses du territoire

Le territoire est connu pour:

  • la présence de diamant à travers tout le territoire (montagnes et lits de ruisseaux),
  • ses nombreuses carrières de pierres plates et de chaux ;
  • sa production agricole (maïs, huile de palme, niébé, arachides, manioc, braises.).
Données culturelles

La population préfère plus manger le fufu;Elle aime la musique traditionnelle, folklorique, les enfants comme les adultes préfèrent les jeux de cache cache “LUTUKU”. Lles gens se marient moyennant deux chèvres, velo du père, pieces de pagne dame pour la mère de la fille et le montant de la dot varie selon le rang social.

Le peuple de Lupatapata est caractérisée par une forte solidarité en cas de deuil dans une famille qui a perdu un de ses members, les gens font les cotisations et collectent de biens pour l’organisation du deuil jusqu’à sa fin.

Une femme mariée ne peut pas connaitre sexuellement un autre mari en dehors de celui qui l’a épousé coutumièrement (dot) sinon, elle sera tuée par les ancètres et les effets sont immédiats, soit la femme devient folle ou attrape une maladie incurable à moins qu’elle passé  aux aveux pour que l’on arrange en famille.

Langues parlées dans ce territoire
  • Tshiluba (80%)
  • Lingala (15%)
  • Swahili (5%)

Il ya lieu de signaler que la majorité de la population du territoire parle le Tshiluba,  le Lingala vient en deuxième position et  le Swahili vient en troisième position, cette dernière est une langue parlée  par les refoulés du Katanga. 

Principales activités
  1. Diamant (65%)
  2. Agriculture (15%)
  3. Commerce (10%)
  4. Elevage (10%)

La grande majorité de la population se lance plus dans le Diamant non seulement parce que c’est une richesse première du territoire mais aussi parce qu’ils existent des nombreuses difficultés pour se lancer dans d’autres activités. Manque de semences, manque des intrants, pas des routes adéquates, pas des ponts solides et en bon état  pouvant faciliter les transactions et c’est  avec la libéralisation de l’exploitation du diamant que les autres activités telles que le petit commerce des sucres, savons….n’arrivent pas à se développer facilement.


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au 5 novembre 2015
Vendeur : 1$ = 1 000 FC Acheteur : 1$ = 1 040 FC
Nombre d’opérateurs économiques 850

Principaux opérateurs économiques
  1. Maison REHOBOT opérant dans la Ferme.(monsieur Kabalu Bukola) avec 4 employés
  2. Maison TOMBOLA opérant dans le commerce (alimentation et divers). (monsieur TOMBOLA) avec 3 employés
  3. Maison KABOZ opérant dans le transfert des fonds. (monsieur Kaboz) avec 5 employés
  4. Maison HOKAMA opérant dans le diamant. (Monsieur Hokama) avec 2 employés
  5. Maison la grâce divine opérant dans le transfert des fonds. (Monsieur Mukudi David) avec 3 employés

L’Administration du territoire nous a laissé comprendre que les cinq opérateurs cités sont parmi les plus grands dans le territoire car ils sont non seulement enregistrés (en ordre avec les documents commerciaux) et aussi font plus des transactions dans leurs activités. Ils sont parmi les opérateurs les plus connus et les plus sollicités au territoire.

Principales activités des opérateurs économiques
  1. Vente des produits alimentaires
  2. Transfert des fonds
  3. Activité minière
Principales activités des PME/PMI

La principale activité des PME à Lupatapata est le petit commerce mais plus sont les creuseurs (activités de diamant).

Grandes entreprises locales

Dans le territoire, Il n’existe aucune grande entreprise locale à part la FOMI (fondation Miba) qui œuvre dans le traitement d’eau c’est à dire c’est grâce à elle que la population du territoire est fournie en eau potable. Cette entreprise joue un rôle très capital dans la distribution d’eau potable à la population du territoire donc sans elle la population ne pourrait pas se procurer de l’eau dite potable

Principaux produits agricoles
  1. Manioc (40%)
  2. Maïs (30%)
  3. Niébé (15%)
  4. Riz (10%)
  5. Arachide (5%)

Le manioc a une production annuelle de 22.142,5 tonnes et est produit dans tous les secteurs du territoire. Le Maïs a une production annuelle de 10.982 tonnes et est produit aussi dans tous les secteurs du territoire. Le Niébé a une production annuelle de 6.959,9 tonnes et est aussi produit dans tous les secteurs du territoire. L’arachide a une production annuelle de1.042 tonnes et est produit seulement dans le secteur de Mukumbi.

Bien que cultivé manuellement, le territoire a besoin des tracteurs mais aussi l’appui des spécialistes pour accroitre la production de ses produits agricoles

Principaux produits non agricoles
  1. Diamant (70%)
  2. Chaux (30%)

Jusqu’ici le Diamant est exploité d’une manière artisanale ainsi que la chaux.

Le système de carré minier en cours dans le territoire peut amener de  bons résultats.

Principales sources d’énergie

Le courant électrique est une denrhée non pas rare mais plutôt inexistant, d’où seulement approximativement 0.5% de la population utilise soit le panneau solaire, soit le groupe électrogène pour se procurer partiellement la lumière. C’est pour dire que le service d’énergie n’existe pas pour ne pas dire ne fonctionne pas. Et grâce à l’envahissement de l’économie congolaise par les chinois, la population se procure les lampes torches pour aussi avoir l’éclairage la nuit. Le pétrole étant une denrée rare au territoire, la population profite des prix faibles de ces lampes pour éclairer les différents coins.


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 1
Nombre de centre de santé 53

Le territoire de LUPATAPA comporte deux zones de santé à savoir : zone de santé de TSHISHIMBI et zone de santé de MUKUMBI.

Zone de Sante de Tshishimbi

La zone de santé de Tshishimbi se trouve dans l’agglomération de Bakwatshimuna. Elle a été créée en septembre 2003 par l’Etat congolais.

  • Services organisés: pédiatrie, médecine interne, gynéco-obstétrique, laboratoire, imagerie et chirurgie. Mais il est à signaler que ces services manquent de pavillons et/ou locaux appropriés et donc le travail se fait dans des conditions inacceptables.
  • Médecins et infirmiers : la Zone comporte 17 médecins, 85 infirmiers et 125 autres personnels.
  • Capacité d’accueil : la Zone a une capacité d’accueil de 76 lits ;
  • Nombres de centre de santé : elle comporte 37centres de santé dont 15étatiques et 22 privés
  • Approvisionnement en Médicament : dans le temps c’était le fournisseur GAVY via le CDR (centre de distribution régional) qui l’approvisionnait  selon la politique du gouvernement mais après le départ de GAVY c’est le SAVE CHILDREN qui le ravitaille via toujours le CDR.

La zone de santé de MUKUMBI se trouve dans le secteur de MUKUMBI. Cette zone de santé n’a pas de HGR (Hôpital Général de Référence). Cette Zone de santé comporte 3 centres hospitaliers dont:

  1. centre hospitalier de tshilunde créé en 2006 avec une capacité d’accueil de 16 lits ;
  2. centre hospitalier de mukumbi créé en 2013 avec une capacité d’accueil de 10 lits ;
  3. Centre hospitalier de kamaleka créé il ya plus de 10 ans avec une capacité d’accueil de 12 lits.
  • Services organisés: pédiatrie, médecine interne, gynéco-obstétrique, laboratoire. Mais il est à signaler que ces services manquent des pavillons et/ou locaux et donc le travail se fait dans des conditions inacceptables .
  • Médecins et infirmiers : la Zone comporte 15 médecins, 37 infirmiers ;
  • Nombres de centre de santé : elle comporte 16 centres de santé dont 4 étatiques et 12 privés
  • Cas graves : en moyenne la Zone reçoit 6 cas graves par mis, mais existence d’une absence permanente d’ambulance pour faciliter les cas graves.
Maladies les plus récurrentes
  • Paludisme (55%)
  • Infections respiratoires aigües (18%)
  • Fièvre typhoïde (14%)
  • Mal nutrition (10%)
  • TBC/VIH (3%)

 


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 81
Ecoles secondaires 36

Le territoire de LUPATAPATA compte 109 écoles réparties de la manière suivante:

  • SECTEUR DE MULENDA
    • école primaires : 12 écoles
    • écoles secondaires : 9 écoles

Le secteur de Mulenda a au total 7.420 élèves au primaire et 1.193 élèves au secondaire.

  • SECTEUR DE MUKUMBI
    • Ecoles primaires : 35 écoles
    • écoles secondaires : 6 écoles

Le secteur de mukumbi a un total de 17.659 élèves au primaire et 510 au secondaire.

  • SECTEUR DE KABALA
    • écoles primaires : 17 écoles
    • écoles secondaires : 7 écoles

Le secteur de Kabala a un total de 13.091 élèves au primaire et 1.062 au secondaire.

  • SECTEUR DE MUDIBA
    • écoles primaires : 16 écoles
    • écoles secondaires : 7 écoles

Le secteur de Mudiba a un total de 9.742 élèves au primaire et 909 au secondaire.

Enseignement supérieur et universitaire
Universités 0
Instituts supérieurs 0

Le territoire de lupatapata n’a ni université ni institut supérieur.


ONG et projets

Nombre d’ONG 0
Principales activités

Le territoire ne dispose d’aucune ONG mais plutôt que des organisations paysannes  (OPA) telles que:

  • Comité de soutien pour le développement des paysans: Comme activité agriculture
  • Ferme KABUAKAPANDA: Comme activité agriculture
  • Ferme de chez nous: Comme activité agriculture
  • Plantation mwamba lubala. Comme activité agriculture/plantation huile de palme
Principaux projets de développement financés par le Gouvernement

IL n’existe aucun projet de développement financé par le gouvernement dans ce territoire.

Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement

Le CTB est un organisme international qui vient à peine de s’introduire dans le territoire et se lance plus dans le secteur de l’agriculture. Le CTB est une coopérative technique belge qui tire son financement auprès du gouvernement /royaume belge. Il existe deux projets (en phase de lancement) :

PRODEKOR : programme de désenclavement du Kasaï oriental

PRODAKOR : programme de développement agricole au Kasaï oriental

 


Accessibilité et tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Oui
Voies aériennes Non
Biefs navigables Oui
Train Non

Il existe un conflit entre le territoire de Lupatapata et celui de Dimbelenge et ce conflit tant qu’il existera constituera un frein pour l’éclosion du territoire

Réseaux de communication
Africel Non
Airtel Non
Orange Oui
Tigo Oui
Vodacom Oui

Vodacom, Airtel et Orange comptent plus d’abonnés que Tigo. Mais orange vient en première position vu le cout réduit des ses services.

Attraits touristiques
Parcs Non
Jardins botaniques Non
Jardin zoologiques Non
Chutes d’eaux Non
Sites touristiques Non
Sites sacrés Non

Le territoire possède des grottes qui peuvent constituer des attraits touristiques mais fort malheureusement ces grottes sont moins opérationnelles et  mal entretenues. Elles sont:

  • Grotte de MPUMBUA
  • Grotte de bena Tshilanda
  • Grotte de bena ditu
Espèces phares de la faune
  • Eléphant
  • Antilope
  • Crocodile
  • Damas
  • Singes
Espèces phares de la flore
  • Savanes boisées
  • Mosaïque des forêts
  • Galerie forestières
  • Savanes herbeuses


Situation sécuritaire

La situation sécuritaire est calme, hormis les conflits fonciers et  coutumiers. Ces différents conflits sont à la base des pertes en vie humaine et aussi bloquent le décollage de plusieurs secteurs d’activités. Résoudre ces conflits, c’est résoudre plus les difficultés et enfin c’est créer une piste pour voir décoller le territoire


Opportunités de développement

  •  La proximité des bassins de productions agricoles du centre de consommation qu’est la ville de mbuji mayi
  • Les grandes surfaces cultivables en savanes et en forets
  • D’innombrables gisements de diamants partiellement exploités
  • Les ressources humaines disponibles et moins coûteuses
  • Les regroupements des creuseurs artisanaux en coopératives minières dans des zones d’exploitation artisanale.

Mettre en valeur ces opportunités, c’est donner un nouvel élan au territoire. C’est pour dire que le territoire n’est pas vraiment mis en valeur. IL suffit juste des moyens et des stratégies pour que tout aille bon train.

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique