Territoire de Bulungu

Fiche du territoire

Mise à jour le 31 mars 2017

Province Kwilu
Superficie 12 000 km²
Taille estimée de la population 1 256 663 hab.

(source: Rapport de l’Administration du territoire de Bulungu (décembre 2016))


Carte administrative


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

Le territoire de BULUNGU a été crée par décret du 06 Octobre 1891 et modifié par celui du 2 Mai 1910 du Roi Léopold II.  

Il est une entité décentralisée de la province de KWILU. Le territoire de BULUNGU anciennement territoire Moyen-Kwilu avait comme chef-lieu, BULUNGU. Le 15 Septembre 1913, ce chef-lieu a été transféré successivement à NIADI, puis à KIKWIT en 1931. Il sera ramené définitivement à BULUNGU en 1962. Le nom de BULUNGU est une déformation du mot « MUMBULUNGU », une fougère destinée à la consommation. Il est localisé à l’Ouest de la République Démocratique du Congo et partage des limites administratives avec le territoire de Bagata au Nord, au Sud avec celui de Gungu, à l’Est avec le territoire d’Idiofa et à l’Ouest avec celui de Masi-Manimba.

Coordonnées géographiques

  • Sa latitude : 15°.10’Sud

Sa longitude : 10°.9’Est.

  • Son altitude est de 500 à 600 m au dessus de la mer.

Climat

Le territoire de BULUNGU connait un climat tropical chaud avec une alternance de deux saisons  chaque année : la saison des pluies et la saison sèche, entrecoupées par une petite saison sèche entre Janvier et Février (du 15 Janvier au 15 Février). La température varie entre 25°C à 38°C en saison des pluies, tandis qu’en saison sèche (période de froid), elle va de 16°C à 22°C.

Hydrographie

Dans le territoire de Bulungu, on recense plusieurs cours d’eau poissonneux notamment la rivière Kwilu et la rivière Kwenge. La Kwilu traverse le territoire du Nord au Sud, navigable de Kikwit jusqu’à Bandundu-ville et se jette dans le Kasaï. Par contre, la rivière Kwenge est navigable de Bumba à LUSANGA. Les autres cours d’eau du territoire sont : NKO, LUNIUNGU, LUZUMU, NZALAMBALA, KAMUTHIA, MUBANGU, LUKWA, etc.

Végétation

La brousse herbeuse demeure la végétation dominante du territoire. Les forêts longent les cours d’eau.

Sol

Le sol du territoire de Bulungu est argilo-sablonneux avec un relief généralement accidenté se caractérisant par des collines, des plateaux et des plaines.

Particularités et richesses du territoire

Particularités du territoire

Le territoire se distingue également des autres territoires voisins sur le plan culturel par sa musique folklorique  communément appelée N’FUNGI, employant l’ivoire comme instrument d’animation. Sur le plan de la production agricole, le territoire  excelle ses voisins immédiats dans la production du manioc et du maïs. Le secteur agricole est le réel moteur de développement du territoire de BULUNGU.

Richesses du territoire

Le territoire de BULUNGU se distingue de ses territoires voisins par la richesse de son sous-sol qui reste dominer  par le cuivre, cobalt (dans le secteur Kwilu-Kimbata) et du pétrole dans certains secteurs. La rivière Kwilu est une grande richesse pour le territoire de BULUNGU dans la mesure où elle permet les échanges commerciaux et a la capacité de nourrir la population du territoire grâce à sa richesse ichtyo faunique.

Données culturelles

Les grandes tribus du territoire de BULUNGU sont:

  1. Mbala
  2. Yansi
  3. Ngongo
  4. Tshamba
  5. Bunda
  6. Hungana
  7. Mputu

Les Mbala et les Yansi sont majoritaires dans le territoire. Les Mbala aiment la danse, l’agriculture et la phytothérapie tandis que les Yansi sont généralement forgerons, chasseurs, etc.

La population du territoire a une musique folklorique tout à fait particulière, le « Mfungi » et est généralement matriarcat (les enfants appartiennent à l’oncle). Ils préfèrent manger le fufu ainsi que les aliments du terroir notamment le bandindi, la courge (Mantete), la fougère (Mikiongi), le Mikungu (les jeunes pousses des amarantacées), etc.

Langues parlées dans ce territoire
  1. Kikongo (100%)
  2. Kimbala
  3. Kiyansi
  4. Kihungana
  5. Kingongo
  6. Kitshamba
  7. Kimbunda
  8. Kimputu
  9. Lingala

Le territoire de Bulungu se caractérise par une diversité linguistique. Néanmoins, le Kikongo est la principale langue parlée par la majorité de la population de l’ensemble du territoire et est dans une certaine mesure une langue d’enseignement. Par contre, le lingala est plus parlé dans les grands centres ruraux. Notons par ailleurs que les dialectes suivants sont également parlés dans les secteurs respectifs

  • Kiyansi dans les secteurs Dwe, Ankara, Mikwi, Kwilu-Kimbata et Kilunda ;
  • Kimbala dans les secteurs Kwilu-Kimbata, Kilunda, Kwenge, Luniungu, Kipuka et Nko ;
  • Kimbunda dans le secteur Imbongo ;
  • Kihungana dans les secteurs Kwenge, Luniungu, Nko, Kwilu-Kimbata et Kilunda ;
  • Kingongo dans les secteurs Kwenge, Luniungu et Kilunda ;
  • Kitshamba dans les secteurs Nkara, Mikwi et Kwilu-Kimbata ;
  • Kimputu dans le secteur Dwe.
Principales activités

La population du territoire de Bulungu dépend généralement des activités ci-après :

  1. L’agriculture (80 %)
  2. L’élevage (5 %)
  3. Le petit commerce (15 %)

L’agriculture occupe la première place car les entreprises qui employaient plusieurs personnes ont fermé leurs portes. La population très pauvre dépend des activités champêtres. L’élevage semble être négligé suite aux différentes épizooties inquiétant plus d’un éleveur. D’où, le petit commerce se développe dans l’ensemble du territoire pour engorger le taux de chômage et subvenir aux besoins de la vie quotidienne.


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au 31 mars 2017
Vendeur : 1$ = 1 350 FC Acheteur : 1$ = 1 350 FC
Nombre d’opérateurs économiques 270

Principaux opérateurs économiques
  1. Ets Nansa (Transport en commun, Bars et Boutiques)
  2. Ami fidèle vite vite (Transfert des fonds)
  3. Ets KIESE NA BETO/Indiens (Vente des produits manufacturés et divers)
  4. SKC (Vente des vivres frais, boutiques et transport en commun)
  5. MICHEL (Vente des motos et divers)
  6. FR DON (Vente des produits manufacturés)
  7. ENVOL (Vente des vivres frais)
  8. KITAPHAR (Transport en commun et Vente des produits pharmaceutiques)
  9. Mson SIMPLE (Vente produits manufacturés et divers)
  10. CHAMBRE AVANTAGE YA WAWA (Vente vivre frais)
  11. CHAMBRE KONDA (Vivrefrais)
  12. ETS MBALA (Bar et vente boissons)

Les opérateurs du territoire de Bulungu ont en moyenne cinq (3) employés.

Principales activités des opérateurs économiques
  1. Transport en commun
  2. Chambres froides (Vente des vivres frais)
  3. Bars (Vente des boissons)
  4. Pharmacies (Vente des produits pharmaceutiques)
  5. Magasins et Boutiques (Vente des produits manufacturés et divers).

Les activités de ces opérateurs économiques sont plus concentrées dans les grands centres ruraux (Bulungu cité, Vanga, Djuma, …) et ne sont pas à même de répondre aux besoinsplus ardents de la population.

Principales activités des PME/PMI
  1. Commerce général
  2. Panification (Fabrication et vente de pains)
  3. Pharmacies (Vente des produits pharmaceutiques)
  4. Extraction huilière (Malaxeurs artisanaux)
  5. Savonneries (Fabrication et vente des savons)
  6. Boutiques
  7. Etalages

Actuellement, l’économie de Bulungu souffre cruellement. Les petites et moyennes entreprises (PME) ont remplacées d’office les grandes usines ayant existé dans le territoire. Mais leurs activités ne touchent vraiment pas le développement de ce dernier.

Grandes entreprises locales

Il n’y a aucune entreprise locale dans le territoire de Bulungu. Les grandes industries et sociétés ayant existé dans le territoire ont fermé leurs portes suite à la Zaïrianisation. Elles étaient porteuses des grandes retombées socioéconomiques et ont contribué significativement au développement du territoire de Bulungu. Il est donc utile et encourageant de relancer les industries ayant œuvré dans le domaine de la production huilière tel est le cas de PLC Lusanga qui a plusieurs grandes plantations abandonnées dans les secteurs de Kipuka, Imbongo, Kwenge, Kwilu-Kimbata, Luniungu et Ankara.

Principaux produits agricoles
  1. Manioc
  2. Maïs
  3. Arachide
  4. Courge
  5. Riz paddy
  6. Soja
  7. Voandzou

Le territoire de BULUNGU est le premier producteur du manioc et de maïs dans la province du Kwilu. Il se fait que cette production agricole demeure souvent invendue faute des preneurs. Etant donné que le réseau routier est souvent défaillant, les ménages agricoles vivent généralement  de l’économie de troc. Bulungu est un grand territoire ayant plus de trente (30) bassins de production qui malheureusement, sont totalement enclavés. Il faut donc s’attaquer aux grands défis  du territoire (routes, ponts, bacs, électrification, etc.) en vue de trouver des solutions durables aux différents problèmes sociaux de l’entité. L’indisponibilité des semences de qualité est un problème réel et permanent auquel sont confrontés les ménages agricoles dans le territoire de BULUNGU. L’INERA KIYAKA, seule institution étatique de production et distribution des semences améliorées dans la province du Kwilu, est incapable de satisfaire la demande croissante de la population majoritairement agricole. Cette dernière continue d’utiliser de semences de mauvaise qualité donnant un mauvais rendement par unité de surface.

Principaux produits non agricoles
  1. Mikungu
  2. Fumbwa
  3. Huile de palme
  4. Poissons
  5. Champignons
  6. Viande

Le Mikungu communément appelé « MACARONI » par la population du territoire de Bulungu est le premier aliment non agricole le plus consommé dans presque tous les secteurs.  Le Fumbwa (Gnethum africanum) est par contre, consommé surtout dans les secteurs de Dwe, Kwilu-Kimbata, Imbongo, Kipuka, Kwenge et Mikwi où il est récolté en grande quantité. L’huile de palme est également produite et utilisée par presque tous les ménages à travers le territoire. La pisciculture pratiquée dans les tous secteurs, offre au territoire tout entier la possibilité de consommer les poissons notamment le Tilapia (Oreochromis niloticus). La pêche artisanale fournit, bien qu’en petit nombre, les poissons dans tous les secteurs du territoire de Bulungu.

 

Principales sources d’énergie
  1. Bois
  2. Pétrole
  3. Solaire

Le bois est une ressource très utilisée par la majorité de la population du territoire de BULUNGU particulièrement dans la cuisine, dans la panification, dans la savonnerie, etc. Il est également transformé en braise. Le pétrole (essence) est utilisé pour alimenter les groupes électrogènes, les motos et rarement les lampes tempêtes eu égard au marché des lampes de poche, accessible à tout le monde. Les panneaux solaires sont actuellement couramment utilisés dans le territoire au regard des avantages qu’offre l’énergie renouvelable. Le territoire a plus d’une chute d’eau où peuvent être construits des centrales hydroélectriques susceptibles de desservir non seulement l’ensemble de la population du territoire mais également les territoires voisins immédiats. Malheureusement le territoire continue à sombrer dans l’obscurité faute de l’absence totale de la SNEL.


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 4
Nombre de centre de santé 137

Les hôpitaux généraux de référence du territoire de Bulungu n’ont pas d’ambulance (sauf le HGR de BULUNGU ), pas de véhicule pour les courses de service. Ils disposent de vieux bâtiments et appareils médicaux, dépourvus d’aspirateurs pour réanimer les nouveau-nés, lits en nombre très réduit et inadaptés dans les maternités et dans les salles d’opération. Pas d’échocardiogramme pour une meilleure prise en charge des AVC et hypertension, pas de spectrophotomètre, pas d’électrophorèse, nombre  de microscopes insignifiant, pas d’autoclaves, pas de courant électrique, pas de tondeuses pour l’entretien de la cour, pas d’imagerie médicale pour certains (HGR de Lusanga) rendant impossible la prise en charge des fractures, les décisions importantes, etc.

Il sied néanmoins de signaler que les hôpitaux du territoire de Bulungu sont en carence de bons réactifs de laboratoire. Dans la plupart de ces hôpitaux, 95 % d’employés sont non encore mécanisés. Cette situation démotive le personnel et affecte de ce fait le rendement au service. Ces HGR n’ont presque pas de problème de disponibilité en médicaments car ils sont pour la plupart de cas ravitaillés par CAMEBASU (Centre d’Approvisionnement en Médicaments Essentiels de Bandundu Sud) grâce aux lignes de crédit qui leur sont accordés par les partenaires au développement (Fonds mondial, Memisa Belgique, etc.).

Maladies les plus récurrentes
  1. Paludisme
  2. Infection respiratoire aigüe (IRA)
  3. Diarrhée simple
  4. Anémie
  5. Infections Sexuellement Transmissibles (IST)

Le paludisme est fréquent dans le territoire de BULUNGU à cause de la négligence de l’entretien de la cour alors que les maladies diarrhéiques sont généralement d’origine hydrique. La population consomme de l’eau non potable provenant des sources non aménagées, des rivières, des mares, etc. Par contre, les IST proviennent des relations sexuelles non protégées.


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 630
Ecoles secondaires 478

Le territoire de BULUNGU a au total cinq (5) sous-divisions éducationnelles (Bulungu 1, 2, 3, 4 et 5). La plupart des classes des écoles de toutes ces Sous-divisions sont construites en paille. Celles construites en matériaux durables sont en nombre quasiment minime. En général, les infrastructures scolaires dans l’ensemble du territoire sont très peu viables et disposent des bancs presque en très mauvais état bien que la disponibilité des enseignants reste permanente.

Enseignement supérieur et universitaire
Universités 1
Instituts supérieurs 9

Les Instituts supérieurs et Université de BULUNGU dispensent des enseignements dans les filières suivantes : Anglais-Culture Africaine, Français et Langues Africaines, Histoire et Sciences sociales, Math-Physique, Biologie-Chimie, Géographie et Gestion de l’environnement,  Sciences commerciales et Administratives, Phytotechnie et Défense des cultures, Production et Santé animales, Nutrition diététique, Environnement et Développement Durable, Orientation Scolaire et Professionnelle, Gestion et Administration des Institutions Scolaires et de Formation, Sciences hospitalières et Santé Communautaire, Médecine, Sciences économiques et Développement, Psychologie et Sciences de l’éducation, Agronomie et Droit. Ils n’ont pas pour la plupart des professeurs propres à l’établissement. Les cours sont dispensés par les assistants. Elles n’ont pas un nombre assez important de bâtiments devant accueillir les étudiants au regard des options organisées et manquent de bibliothèques répondant au standard international. Les produits ainsi formés n’ont pas des débouchés localement.

 


ONG et projets

Nombre d’ONG 20
Principales activités
  1. Agriculture (PAPAKIN, FAO)
  2. Infrastructure (PAPAKIN)
  3. Eau (KFW)
  4. Santé (Fonds mondial, MEMISA, ACF, ASF)
  5. Education (CRS, UNICEF)

La plupart d’ONG présentes dans le territoire de BULUNGU œuvrent essentiellement dans le secteur agricole, adduction d’eau potable,  santé, éducation et dans les infrastructures. Dans le domaine agricole, elles travaillent dans la production agricole, dans l’encadrement des organisations paysannes tandis que dans le domaine des infrastructures, elles s’attèlent à l’entretien et réhabilitation des routes de desserte agricole. Dans le secteur de l’eau, Kfw (Banque Allemande de Développement) qui finance les travaux d’adduction d’eau potable dans le territoire partant de la pose des canalisations, du génie civil jusqu’à la fourniture proprement dite précisément au chef-lieu du territoire de BULUNGU. Dans Le domaine de la santé, elles appuient les différents hôpitaux et centres de santé dans la fourniture des intrants (médicaments et autres) et dans la paie des primes de performances à quelques agents (nombre très réduit). Dans le secteur de l’éducation, les ONG présentes dans le territoire travaillent essentiellement dans la réhabilitation des écoles (tôles + bois) et dans l’octroi des bourses aux filles démunies, filles mères (Vas-y filles par l’entremise de CRS).

Principaux projets de développement financés par le Gouvernement
  1. PROMISSS-DEV

Le seul projet du gouvernement dans le territoire de Bulungu est le PROMISSS-DEV exécuté par la Cellule d’Analyses des Indicateurs de Développement (CAID/PRIMATURE).

Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement
  1. PAPAKIN
  2. VAS-Y FILLE

Le projet PAPAKIN est un projet du Ministère de l’Agriculture financé par le FIDA. Il œuvre dans l’appui des Organisations Paysannes par l’approche « Champs et Ecole paysanne ». Il appuie également les CLER dans l’entretien des routes de desserte agricole. Par contre, VAS-Y FILLE accompagne le secteur éducation dans l’encadrement des filles mères, filles démunies en octroyant à celles-ci des bourses. Ces dernières concernent les frais scolaires, l’équipement des fournitures scolaires (cahiers, sacs, uniformes, etc.) ainsi que la paie de la prime aux tuteurs (enseignants encadrant les élèves faibles en certains cours notamment le français et les mathématiques, bénéficiaires directs du projet. Vas-y fille procède également à la réhabilitation de quelques écoles dans le territoire de Bulungu.


Accessibilité et tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Oui
Voies aériennes Oui
Biefs navigables Oui
Train Non

Le territoire de Bulungu figure parmi les territoires de la République Démocratique du Congo disposant d’un réseau routier très délabré. L’état des infrastructures routières du territoire de Bulungu maintient les zones à forte productivité agricole inaccessibles et impose aux populations un niveau de vie très alarmant voire même infrahumain. Le trafic par voie navigable est moins important dans la mesure où il n’y a aucun bateau venant accoster dans les différents ports (Djuma-Vanga-Mitshiakile-Bulungu) comme auparavant. Par contre, le territoire a deux aérodromes fonctionnels appartenant aux missionnaires Protestants, accueillant une dizaine de passagers mensuellement. Les infrastructures de traversée (Ponts, Bacs,..) est un réel problème dans le territoire.

Réseaux de communication
Africel Non
Airtel Oui
Orange Oui
Tigo Oui
Vodacom Oui

Les réseaux de communication présents dans le territoire offrent un signal assez permanent bien qu’il soit défaillant en certains points. C’est ce qui fait que la qualité de la connexion internet soit mauvaise tant la journée que la nuit. Seuls Tigo et Airtel qui semblent disposer d’une connexion internet un peu acceptable par moment. Il n’y a aucun shop appartenant à ces opérateurs téléphoniques. Les quelques points de vente qu’on a dans le territoire sont les simples initiatives de fils du terroir. Le service de monnaie électronique n’est pas de bonne qualité.

 

Attraits touristiques
Parcs Non
Jardins botaniques Non
Jardin zoologiques Non
Chutes d’eaux Oui
Sites touristiques Non
Sites sacrés Oui

Dans le territoire de Bulungu, les jardins zoologiques et botaniques n’existent pas, moins encore les parcs. Mais on y rencontre une grotte à Sala dans le secteur de Dwe, des chutes d’eau ainsi que des sites sacrés d’usage coutumier ou religieux.

Espèces phares de la faune
  1. Singes
  2. Léopard
  3. Sangliers
  4. Antilopes
  5. Hippopotames
Espèces phares de la flore
  1. Tola (Gilbertiodendron balsamifera)
  2. Iroko (Milicia excelsa)
  3. Wenge (Millettia laurentii)
  4. Mbwaki (Antandrophragma sp)
  5. Bambi (Albizia ferruginea)

La flore du territoire est principalement dominée par les espèces de valeur marchande élevée. Elle peut être valorisée localement en implantant des usines de sciage pour booster l’économie du territoire.


Situation sécuritaire

La situation sécuritaire dans le territoire de Bulungu demeure généralement calme. On peut noter cependant que les conflits fonciers et les conflits coutumiers sont à l’origine parfois de mort d’hommes à travers le territoire.


Opportunités de développement

Le territoire de Bulungu est un grand grenier agricole. Son sol est propice tant aux cultures vivrières que pérennes. Il dispose plus d’une chute pour son électrification et la navigabilité qu’offre la rivière Kwilu, épine dorsale du développement du territoire est un avantage pour l’entité. Il a plusieurs palmerais abandonnées.

  1. Electrification du territoire

Le territoire de Bulungu possède sept (7) chutes d’eau qui peuvent être valorisées en y construisant des importants micro-barrages susceptibles d’alimenter tout le territoire et ses voisins immédiats.

  1. Relance des agro-industries (filière café, filière palmier à huile, …)

Les agro-industries ayant existées jadis dans le territoire de BULUNGU ont contribué significativement à son développement par la création d’emploi et l’amélioration du social de la population.

  1. Réhabilitation des ports et lancement des bateaux (Kinshasa-Bulungu-Kinshasa)

La réhabilitation des ports du territoire de Bulungu permettra d’accroître l’activité commerciale et aidera les différentes régies financières à percevoir les taxes susceptibles d’augmenter l’assiette fiscale du territoire devant assurer à son tour, la construction de celui-ci. Plus les bateaux seront disponibles, moins la population sera dans la pauvreté, plus elle vendra en temps réel sa production agricole et plus le flux financier sera permanent.

  1. Construction des ponts, routes et installation des bacs

Les infrastructures (routes, ponts, bacs, etc.) est un sérieux problème dans le territoire de BULUNGU. Elles maintiennent la plupart de secteurs dans un isolement terrible. Les ménages agricoles d’une part, sont confrontés à une grande difficulté d’évacuation de leurs productions et les preneurs d’autre part, incapables d’accéder à ces productions. Face cette réalité, la construction des routes, ponts et bacs dans le territoire de Bulungu est une décision très encourageante pour le développement socio-économique de l’entité.

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique