Territoire de Kapanga

Superficie 24 700 km²
Taille estimée de la population 396 179 hab.

(source: Administrateur du territoire de Kapanga. rapport du territoire 2016)

Secteur du Développement rural

Données mises à jour le 25 mai 2016
Prochaine collecte : 30 août 2016

L’ampleur des activités des ONG est très minime dans le territoire de Kapanga. Cela endicappe les activités d’association, les initiatives locales de développement et la mutualisation au sein du territoire de Kapanga. Le territoire présente un éminent besoin de partenariat dans les différents secteurs sociaux, mais comble de malheur actuellement, il est sans organisation humanitaire internationale ni agence de nations unies et pourtant, la précarité de vie, la vulnérabilité de la population, les violations massives des droits de l’homme et de la femme, des grossesses précoces, la justice populaire, les infrastructures socio-économiques de base en désuétude, le taux d’analphabétisme très élevé, la malnutrition, la destruction massive de l’environnement par le feu de brousse et le braconnage des espèces phares, la culture rétrograde et autres caractérisent le mode de vie quotidienne aux attentes multiples de solutions non amorcées. Les infrastructures du territoire de Kapanga ont vieilli, les bureaux administratifs, les hôpitaux et écoles demandent une assistance pour redéfinir l’image d’un environnement acceptable de vie en faveur des bénéficiaires.

 Outre, quelques structures locales existent et réconfortent la détresse de la population dans le secteur de la santé, le cantonnage manuel des routes, la communication, la savonnerie et l’agriculture mais elles restent butées aux problèmes financiers, la capacitation, surtout l’atteinte des objectifs au regard du niveau de formation des leurs animateurs malgré les efforts de créativité.

Au niveau local, nous retrouvons les associations ci-après :

  • ATPM : Association Tous pour Mbaz : (Agropastorale à Musumba, Dispose des statuts juridiques, comité de coordination sous le financement de Mr Edmond)
  • ADIK : Association pour le Développement Intégré : (Agropastorale, Entretien des routes de desserte agricole, Sensibilisation communautaire, Statuts juridiques disponibles avec un comité mais l’association ne dispose pas de partenaires. Encadre les agriculteurs, fournissant des boutures améliorées aux paysans et a labouré 18 hectares pour la culture des maniocs, élevage des gros bétails et compte actuellement 120 têtes des vaches)
  • DYFPAD : Dynamique de la Femme pour le Développement ; (Couture, Agriculture, Encadrement des femmes et filles de mères, Alphabétisation)
  • FMRM : Fondation Museng Rov Mondo (Presse, informatique, agriculture, Statuts disponible avec un comité mais sans partenaires pour appuyer la chaîne de radio servant d’information à la population rurale, production des maniocs sur un espace de 10 hectares à Karl),
  • ADKAP : Action pour le Développement de Kapanga, (Agriculture, eau et assainissement, Santé, Avec des statuts juridiques viables, mais actuellement ne fonctionne que dans le secteur de l’eau. Un projet en cours dans le territoire de Kapanga avec Kapanga water. Elle dispose actuellement d’un tank souterrain, deux puits de forage de 75 m de profondeur mais le nombre de ménages à desservir reste inconnu).
  • OSDK : Œuvres Sociales pour le Développement de Kapanga, (savonnerie, cantonnage manuel et réhabilitation des ponts des passerelles, agriculture et pisciculture, ils ont entretenu la digue de Rushishi, la rivière de Raz, pont ilong mais leur état est retourné en situation critique et demande d’être refait),
  • ACDR : Action Communautaire pour le Développement Rural, (agriculture, encadrement des paysans dans la culture maraichère à Kalenga dans la commune rurale de Kapanga),
  • COMON : Coopérative Rom mu Kudim,
  • COMURU : Coopérative Murundu,
  • APPEL-K : Association Appel Kateng,
  • ASSPAELSAK : Association pour la Promotion de l’Agriculture et l’Elevage de SAKATEK,
  • APKA : Association des Pêcheurs de Kapanga,
  • COOPEKAP : Coordination des pêcheurs de Kapanga,
  • ADDIK : Association des Démobilisés pour le Développement de Kapanga
  • DYDIK : Dynamique pour le Développement Intégré de Kapanga.

Les actions de ces structures étant limitées au centre du territoire dans la cité de Musumba, elles n’arrivent pas à desservir tous les coins les plus éloignés du territoire comme Kalamba et pourtant le besoin s’y fait sentir. Mais aussi le caractère nomade de certaines couches de la population dans des lieux comme Musevu, Kasamayi, où l’on se fie plutôt au trafic frontalier entre la RDC et l’Angola avec de ce fait un caractère ambulatoire.

Dans le secteur de la santé, la non prise en charge de la maladie du SIDA cause à ce que les médecins soient en difficulté d’informer les malades victimes du virus. Cela se justifie par un principe déontologique et surtout qu’ils ne disposent pas de solutions alternatives. Ils recommandent, également, que le territoire soit intégré parmi les cibles de différents partenaires du secteur, vu qu’il partage de frontières avec les pays qualifiés de VIH. Les sensibilisation et campagnes pour la lutte contre le SIDA sont si importantes. Egalement, la zone de santé reconnaît ne pas disposer d’intrants sanitaires et ou les différentes subventions dont elle bénéficie dépend des partenaires sans bon de commande dument élaboré par le service gestionnaire de la zone de santé ne répondant pas aux besoins des maladies indigènes. Combien de fois a-t-on élaboré une ordonnance sans qu’elle ne trouve des médicaments sur le marché local et ainsi, les malades peuvent faire plus d’une semaine sans médicaments, souligne le médecin du centre de santé de Ntita.

En dépit de quelques projets d’adduction d’eau potable par le Projet d’Appui au Développement des Infrastructures Rurales, PADIR en sigle, sous financement de la Banque Africaine de Développement, BAD en sigle, cette année 2016,  la majeure partie du territoire de Kapanga n’a pas accès à l’eau potable. Des cinq sources d’eau aménagées, nous en localisons : 2 dans  le groupement de  Kapanga, une à Kashimba et deux à pandamwila. Selon les études effectuées, elles pourront desservir 1500 ménages.dans le territoire. Cette initiative vient renforcer tant soit peu l’eau de 1987 sous le régime Mobutu avec le programme « Plan de quatre-vingts ans ».

Période pendant laquelle le  service de l’hydraulique rurale avait réussi à implanter dans la cité de Musumba 89 robinets pour desservir 6153 ménages. Actuellement, le responsable d’ADIK souligne que seuls 35 robinets sont encore opérationnels et desservent plus de 5924 ménages soit une population estimée à 38504 habitants dans les groupements de Kanampumb, Mutiy, Musevu, Samabanda sur les 24 groupements que compte le territoire.

En plus, les 64 bornes fontaines placées par le même service n’ont pas pu durer du fait que le captage fut manuel souligne-t-il.

Entre autre il épingle, les problèmes ci-après pour cette adduction d’eau :

  • Concentration du sable au niveau du captage
  • Cassure des tuyaux
  • Usure de la plomberie
  • La non réhabilitation des installations.

La population qui n’a pas accès à cette eau, jugée potable, recours à l’eau de rivière avec comme impact, les maladies hydriques dans les villages du territoire de Kapanga. Le risque étant si élevé pour les villages environnant les grandes rivières comme Lulua, Kaungej, Riz, Kasaï et autres.

Vu le constat et particulièrement, la situation du territoire dans le secteur du développement humain, il est important d’inviter les partenaires et acteurs de développement nationaux qu’internationaux œuvrant dans le secteur de :

  • l’éducation ;
  • Santé
  • Agroalimentaire ;
  • Droit de l’homme et promotion du genre ;
  • Environnement et développement durable ;
  • Démocratie et décentralisation ; à venir soulager le sort de la population et l’administration publique qui présente des problèmes multisectoriels et nécessitent des interventions urgentes.

Formation

Proportion des villages ayant une école dans le territoire 41.18
Proportion des mileux ruraux et pérurbains ayant des centres d’encadrement professionnel 2.48
Domaines de formation dans lesquels ces centres évoluent

  • Mecanique et transformation
  • Coupe et couture
  • Maçonnerie, Menuiserie, Informatique
Proportion des mileux ruraux et pérurbains ayant des groupes/centres de développement communautaire pour les populations 31.58

Santé

Proportion des villages ayant au moins un centre de santé dans le territoire 13.00

Infrastructures routières

km de routes de desserte agricole réhabilitées pendant les trois dernières années 0
km de routes de desserte agricole réhabilitées pendant les trois derniers mois 0
km de piste de desserte agricole aménagés pendant les trois dernières années 6
km de piste de desserte agricole aménagés pendant les trois derniers mois 100

Emploi

Nombre d’emplois créés durant les trois derinères années par les coopératives, en faveur de la population rurale et périurbaine 00

Évacuation des déchets

Méthode d’évacuation des déchets la plus utilisée par la population rurale
Proportion des ménages utilisant la fosse arable 20.98
Proportion des ménages utilisant l’enfouissement 0.00
Proportion des ménages utilisant des latrines aménagées 0.00

Energie électrique

Proportion des ménages ayant l’électricité via des kits solaires 0.15
Proportion des ménages ayant l’électricité via un groupe électrogène 0.03
Proportion des ménages ayant l’électricité via une micro-turbine 0.00

Approvisionnement en eau

Proportion des villages approvisionnés en eau potable 4.33
Proportion de ménages (dans les villages desservis) accédant à l’eau potable via des sources aménagées 5.57
Proportion de ménages (dans les villages desservis) accédant à l’eau potable via des puits de forage 2.79
Proportion de ménages (dans les villages desservis) accédant à l’eau potable par sources aménagées & puits de forage 0.93
Autres méthodes d’accès à l’eau
Eau de rivière et Eau de pluie

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique