Territoire de Kapanga

Superficie 24 700 km²
Taille estimée de la population 396 179 hab.

(source: Administrateur du territoire de Kapanga. rapport du territoire 2016)

Secteur de la Santé


Données mises à jour le 27 septembre 2018
Prochaine collecte : 30 décembre 2016

Ce territoire compte les zones de santé suivantes :

  • Kalamba
  • Kapanga

Accès aux infrastructures de santé

Norme nationale
D’après le Recueil des normes de la ZS (août 2006, RDC, Ministère de la Santé), la distance moyenne entre les domiciles et un CS ne devrait pas être supérieure à 8 km (ou à plus d’1 h de marche).

janvier-mars 2016
Distance moyenne entre les domiciles et les CS 8 km
Capacité d’accueil des HGRs 373 lits
Nombre de lits installés dans les HGRs 200 lits
Proportion de la population couverte par un CS* offrant un PMA* conforme aux normes nationales donnée non disponible
Proportion de le population couverte par un HGR* offrant un PCA* conforme aux normes nationales donnée non disponible
Proportion des personnes couvertes par des mutuelles (mécanisme de risque maladie) de santé ou une prise en charge par l’’employeur donnée non disponible

*CS : Centre de santé
*HGR :Hôpital Général de Référence
*PMA : Paquet Minimun d’Activités
*PCA : Paquet Complémentaire d’Activités

2015

Tarification des actes médicaux dans les Hôpitaux Généraux de Référence

janvier-mars 2016
Traitement d’une IRA* chez un enfant 1 900 FC
Traitement d’une IRA* chez un adulte 2 150 FC
Traitement d’un paludisme simple chez un enfant 250 FC
Traitement d’un paludisme simple chez un adulte 150 FC
Journée d’hospitalisation 525 FC
Consultation pour un adulte 1 750 FC
Consultation pour un enfant 1 500 FC
Accouchement eutocique 17 000 FC
Accouchement par césarienne 62 000 FC
*IRA : Infections respiratoires aiguës
*CS : Centre de santé
*CSR : Centre de santé de Référence

Tarification des actes médicaux dans les Centres de Santé

janvier-mars 2016
Traitement d’une IRA* chez un enfant 1 150 FC
Traitement d’une IRA* chez un adulte 1 500 FC
Traitement d’un paludisme simple chez un enfant donnée non disponible
Traitement d’un paludisme simple chez un adulte donnée non disponible
Journée d’hospitalisation dans un CSR* 1 400 FC
Consultation pour un adulte 750 FC
Consultation pour un enfant 375 FC
Accouchement par césarienne dans un CSR* 27 500 FC
Accouchement eutocique 13 100 FC
*IRA : Infections respiratoires aiguës
*CS : Centre de santé
*CSR : Centre de santé de Référence

Les frais des soins sont fixés en fonction du revenu moyen de la population et cela varie d’une institution sanitaire à un autre suivant le lieu; par conséquent, nous sommes partis d’un échantillon pour le centre de santé de référence. Quant à la gratuité du traitement du paludisme, elle est due par l’intervention de certains partenaires qui appuient en intrants sanitaires les zones de santé du territoire. Parmi eux, l’on citera MSH.

Accouchement et vaccination

janvier 2016 février 2016 mars 2016
Taux d’accouchement assisté par un personnel qualifié 122.38 % 128.06 % 104.01 %
Taux de couverture en CPN1 0.00 % 0.00 % 52.72 %
Taux de couverture en CPN4 0.00 % 0.00 % 24.94 %
Pourcentage de femmes enceintes décédées durant ou 45 jours après l’accouchement donnée non disponible donnée non disponible donnée non disponible
Nombre d’enfants (0-11 mois) complètement vaccinés* 709 441 530
Pourcentage d’enfants (0-11 mois) complètement vaccinés* 85.01 % 52.88 % 63.55 %
Nombre d’enfants (0-59 mois) complètement vaccinés* 709 441 530
Pourcentage d’enfants (0-59 mois) complètement vaccinés* 3.37 % 2.10 % 2.52 %
*CPN : consultations prénatales
*enfants complètement vaccinés : enfants ayant reçu les vaccins de BGC (tuberculose), 3 doses de poliomyélite, 3 doses de DTC (diphtérie, tétanos, coqueluche) et une dose de rougeole
Rupture de certains antigènes, non respect de la prévison par les partenaires fournissant les intrants.
2015

Appui de l’Etat

janvier-mars 2016
Pourcentage de FOSA* recevant un appui de l’Etat 9.26 %
Salaires des agents donnée non disponible
Primes Oui
Frais de fonctionnement donnée non disponible
Autres types d’appui Matériels et médicaments
Quelle est la fréquence de cet appui? annuelle

*FOSA : Formation sanitaire


Le type d’assistance dont bénéficient les structures de 2 zones de santé est surtout: les matériels par intervention, depuis 2009, de PARSS. Certains agents bénéficient d’une prime de l’Etat mais pour un nombre insignifiant et de manière dérisoire. Par contre, certains partenaires leuur apportent un appui matériel et financier pour la pérenisation de l’action humanitaire mais, nos interlocuteurs ne cessent de soulignent que ces interventions sont minimes pour leurs activités quotidiennes. La zone de santé de Kalamba est restée vulnérable des actions du gouvernement de la République en ce trimestre, à part la non prise en charge en intrants sanitaires, le non paiement du personnel médical ou alors le frais de fonctionnement ne lui sont pas attribués.

Infrastructures médicales

Normes nationales

D’après le Recueil des normes de la ZS (août 2006, RDC, Ministère de la Santé) :

  • 1 HGR pour 50 à 150.000 habitants
  • 1 CS dessert une population de 10.000 habitants
Hôpitaux

janvier-mars 2016
Nombre d’hopitaux 2
Nombre d’hopitaux privés 2
Proportion d’’hopitaux privés 100.00 %
Nombre d’habitants pour un hôpital 125 037
2015

Centres de santé

janvier-mars 2016
Nombre de centre de santé 42
Nombre de centre de privés 21
Proportion de CS privés 50.00 %
Pourcentage de CS construits en matériaux durables 28.57 %
Nombre d’habitants pour un centre de santé 5 954

Le territoire ne dispose pas d’hôpital public, les deux HGR sont privés et appartiennent aux confessions religieuses (les méthodistes pour Kapanga et catholiques pour Kalamba). Les différentes structures de santé à Kapanga qui revêtent de bonnes infrastructures ont été construites par le projet « Infiltration sanitaire rurale à l’Ouest du Shaba » vers les années 1987 et sont toutes de la gestion de l’église méthodiste. Par contre le centre de santé de Kasamayi est en paille. La zone de santé de Kapanga est difficilement accessible à cause des infrastructures routières en mauvais état, et de la grande distance qui la sépare du lieu d’approvisionnement des médicaments (Lubumbashi).Manque d’équipements pour la majorité de ces structures:absence d’ambulance sauf pour l’HGR, des dispensaires sans lits ou de mécanismes de conservation des médicaments.

Maladies recurrentes, produits et accès aux soins curatifs

Données du territoire

janvier 2016 février 2016 mars 2016
Nombre d’officines de vente de médicament 30
Présence d’un dépôt de médicaments dans les zones de santé du territoire Non
Valeur en stock des médicaments disponibles 30 767 448 FC
Nombre de jours de rupture de stock en médicaments 30
Pourcentage de la population ayant accès aux soins curatifs 45.01 % 46.71 % 44.00 %
Médicaments traceurs
janvier 2016
  • Paracetamole
  • Amoxycilline
  • Act
  • Cotrimoxazole
  • Caps
février 2016
  • Paracetamole
  • Amoxycilline
  • Act
  • Cotrimoxazole
  • Dextrose
mars 2016
  • Paracetamole
  • Amoxycilline
  • Act
  • Cotrimoxazole
  • Dextrose
Maladies récurrentes
janvier 2016
  • Paludisme
  • Maladies diarrhéiques
  • Rougeole
  • Méningite
  • Tbc
février 2016
  • Paludisme
  • Maladies diarrhéiques
  • Rougeole
  • Méningite
  • Tbc
mars 2016
  • Paludisme
  • Maladies diarrhéiques
  • Rougeole
  • Méningite
  • Tbc
*IRA : Infections respiratoires aiguës
*IST : Infections sexuellement transmissibles

Maladies cause de mortalité
janvier 2016
  • Paludisme
  • Maladies diarrhéiques
  • Ira
février 2016
  • Paludisme
  • Maladies diarrhéiques
  • Ira
mars 2016
  • Paludisme
  • Maladies diarrhéiques
  • Ira

tel qu’énuméréés, ces maladies recurrentes dans le territoire n’ont pas localement des molécules pour leur traitement. Selon le médecin directeur de Ntita, les malades font plus d’une semaine avec l’ordonnance sans qu’ils n’aient pas trouvé des produits. Cela a comme impact négatif, un traitement tardif des cas quels que soient les temps d’arrivée aux institutions sanitaires. Mais aussi, l’on signalera des dotations en intrants de certains bailleurs ne répondant pas aux besoins locaux puisqu’effectuées sans bon de commande des gestionnaires des zones de santé. En plus, les mécanismes de gestion des médicaments restent un problème réél. Les zones de santé ne disposent pas de bureaux moins encore de pharmacie, un défi à intégrer. L’absence de la valeur des médicaments en stock de la zone de santé de Klalamba résulte des problèmes de gestion auxquels serait confrontés la zone de santé. Outre, il faudra souligner que le territoire ne dispose pas au sens réel de dépôt des médicaments, mais plutôt des maisons pharmaceutiques ne remplissant pas des conditions recquises de ce genre suivant la qualification des MCZ. Le territoire ne dispose pas au sens réel de dépôt des médicaments, mais plutôt des maisons pharmaceutiques ne remplissant pas des conditions recquises de ce genre suivant la qualification des MCZ.

Mortalité et cause

janvier 2016 février 2016 mars 2016
Nombre de décès enregistrés aux HGR donnée non disponible donnée non disponible 48
Nombre de décès enregistrés aux CS donnée non disponible donnée non disponible 52
2015

Les 5 causes de mortalité
janvier 2016
  • Paludisme, 57,5%
  • Maladies diarrhéiques, 17%
  • IRA, 6,5%
  • TBC, 4,5%
  • Rougeole, 1,5%
février 2016
  • Paludisme, 55,5%
  • Maladies diarrhéiques, 20%
  • IRA, 11,5%
  • TBC, 5,5%
  • Rougeole, 2%
mars 2016
  • Paludisme, 60,5%
  • Maladies diarrhéiques, 13%
  • IRA, 9%
  • TBC, 5,5%
  • Rougeole, 2%

Personnel médical

Normes nationales

D’après le Recueil des normes de la ZS (août 2006, RDC, Ministère de la Santé) :

  • 1 infirmier pour 5.000 habitants
  • 1 médecin pour 10.000 habitants
Données du territoire


janvier-mars 2016
Pourcentage de personnel médical mécanisé et non payé 25.38 %
Pourcentage de personnel médical mécanisé et payé donnée non disponible
Pourcentage de nouvelles unités 60.77 %
Nombre de médecin dans le territoire 7
Pourcentage de médecin de sexe féminin donnée non disponible
Nombre d’infirmier dans le territoire 216
Pourcentage d’infirmières 22.69 %
Nombre de sages-femmes 110
Nombre d’accoucheuses qualifiées 7
Nombre d’’habitants pour 1 medecin 35 725
Nombre d’’habitants pour 1 infirmier 1 158
Nombre de femmes enceintes par accoucheuse traditionnelle 8
Nombre de femmes enceintes par accoucheuse qualifiée 119

L’existence de plusieurs employeurs dans le secteur de santé cause le problème de maîtrise du pesonnel médical de la zone. Outre, il appert de souligner que de tous les médecins de la zone de santé, aucun n’est pris en charge par l’Etat, mais aussi, le manque de frais de fonctionnement de toutes les structures de santé est un blocage tangible pour une prestation efficace au regard des exigences inérantes à keur métier. Tout en reconnaissant la décentralisation qui a vu le jour dans le secteur de santé sur le plan national et provincial, celle-là devrait normalement s’étendre avec un objectif de rajeunissement du personnel médical au niveau rural mais aussi l’extension des services de santé dans les coins les plus éloignés. Ce travail, on le veut bien, aura un impact induit sur l’accessibilité aux soins primaires des malades en les épargnant surtout des déplacement infrahumains à de centaines de kilomètres pour atteindre un médecin. Le cas le plus frapant chez les femmes enceintes à mal d’accouchement et qui demandent des interventions chirurgicales ou avec césarienne. C’est pour cela, des ajustements stratégiques devraient s’opérer pour le ciblage des coins devant faire l’objet de cegtte expérimentation en territoire. Pour notre observation, de par les descentes de terrain, Samabanda pour le rayon Musevu-Kasamayi et Tchibab pour le rayon Kambungu-Rubwiz seraient le référentiel dans la zone de santé de Kapanga, Kalamba reste à définir. Sur le plan des ressources humaines de la zone de santé de Kalamba, l’on remarque un besoin éminent dans la mécanisation du personnel, son paiement mais aussi sa capacitation. Le souhait urgent de doter les centres de santé des agents qualifiés, des accoucheuses et au besoin, pour certaines structures, des médecins, est une nécessité. L’on peut admettre la mise en application du principe gouvernemental sur la distance devant séparer les structures de santé, mais le comble en est que les services organisés ne répondent pas réellement aux attentes de la population. D’où l’ultime besoin d’un renforcement du personnel et le cadre de gestion de ces structures.

2015

Planification familiale

janvier 2016 février 2016 mars 2016
Pourcentage de FOSA ayant intégré la planification familiale 9.26 % 9.26 % 9.26 %
Quantité de produits de contraception distribués
janvier 2016 février 2016 mars 2016
Stérilisation masculine donnée non disponible donnée non disponible donnée non disponible
Stérilisation féminine donnée non disponible donnée non disponible donnée non disponible
Stérilet donnée non disponible donnée non disponible donnée non disponible
Spermicides comprimés donnée non disponible donnée non disponible donnée non disponible
Spermicides bombes donnée non disponible donnée non disponible donnée non disponible
Sayana press donnée non disponible donnée non disponible donnée non disponible
Preservatifs masculins donnée non disponible 10600 3800
Preservatifs féminins donnée non disponible donnée non disponible donnée non disponible
Pilule orale progestative donnée non disponible donnée non disponible donnée non disponible
Pilule orale combinée donnée non disponible 19 19
Pilule d’urgence donnée non disponible donnée non disponible donnée non disponible
Noristerat donnée non disponible donnée non disponible donnée non disponible
MAO donnée non disponible donnée non disponible donnée non disponible
MAMA donnée non disponible donnée non disponible donnée non disponible
Jadelle donnée non disponible donnée non disponible donnée non disponible
Implanon NxT donnée non disponible donnée non disponible donnée non disponible
Implanon donnée non disponible donnée non disponible donnée non disponible
Depo provera donnée non disponible donnée non disponible donnée non disponible
Collier du cycle donnée non disponible donnée non disponible donnée non disponible

La zone de santé de Kapanga connaît certaines particularité dans son fonctionnement réel. Il s’agit notamment de la rupture de stocks de certains produits parmi desquels, les préservatif du fait de la non prise en charge de la zone par les partenaires, d’où la nécessité de solliciter à ces derniers d’étendre leurs actions dans le territoire de Kapanga au vu même de son emplacement géographique partageant ainsi ses frontières avec des régions porteuses. la distance la séparant avec la base d’approvisionnement des médicaments, les infrastructures routières en mauvais état contribuent également à des mauvaises conditions pour l’atteinte de l’efficacité dans ce secteur. Leterritoire de Kapanga n’est pas intégré dans les zones prises en charge du VIH par les partenaires en santé. Mais, l’on admettra que cette fin en soit, n’exclut pas la présence du SIDA dans l’entité, par contre crtaines sources signalent que pour des raisons déontologiques, les victimes sont traitées comme d’autres malades par manque de mécanismes de prise en charge appropriés. il est plus qu’exigent de stimuler l’attention de tous, qu’au vu de l’ampleur endémique du VIH, et particulièrement les objectifs du millénaires, on ne peut pas s’outrepasser de songer avec vivacité à la prévention de la génération actuelle du territoire de Kapanga. Cela par la visite des différentes activités y réalisées dont particulièrement, l’exploitation des minérais et le traffic frontalier avec l’Angolais. La jeunesse est exposé à un risque frappant si des mesures des préventions ne sont pas amorcées.

Population

janvier-mars 2016
Nombre de naissances déclarées dans le territoire
Nombre de décès déclarés dans le territoire

Structures non étatiques intervenant dans le secteur de la santé

Agences des Nations Unies

Dans ce territoire, les Agences des Nations Unies suivantes ont mené des actions dans le secteur de la santé, pour la période janvier-mars 2016 :

Aucune agence des Nations Unies n’a mené des actions dans le secteur de la santé durant la période janvier-mars 2016 à Kapanga.

ONG et PTF

Les ONG et PTF suivants ont mené des actions dans le secteur de la santé, pour la période janvier-mars 2016 dans ce territoire :

Aucune ONG internationale ou PTF n’a mené des actions dans le secteur de la santé durant la période janvier-mars 2016 à Kapanga.

ONG Nationales

Les ONG Nationales suivantes ont mené des actions dans le secteur de la santé, pour la période janvier-mars 2016 :

Aucune ONG nationale n’a mené des actions dans le secteur de la santé durant la période janvier-mars 2016 à Kapanga.

Organisations à base communautaire

Les Organisations à base communautaire suivantes ont mené des actions dans le secteur de la santé, pour la période janvier-mars 2016 :

Aucune organisation à base communautaire n’a mené des actions dans le secteur de la santé durant la période janvier-mars 2016 à Kapanga.

Tuberculose

janvier-mars 2016
Nombre de nouveaux cas de TPM+ dépistés 34
Nombre de cas de TPM+ déclarés guéris 13

VIH

janvier 2016 février 2016 mars 2016
Pourcentage de PVV sous traitement ARV 0.00 % 0.00 % 0.00 %
Pourcentage de PVV éligibles au traitement ARV 0.00 % 0.00 % 0.00 %
Pourcentage de femmes enceintes avec VIH sous ARV 0.00 % 0.00 % 0.00 %
Nombre de PVV mis sur ARV
Nombre de nouveaux cas de PVV enrégistrés dans les ZS
Nombre de nourrissons nés de mère VIH




Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique