Territoire de Kutu

Fiche du territoire

Mise à jour le 31 mars 2017

Province Maï-Ndombe
Superficie 18 008 km²
Taille estimée de la population 909 920 hab.

(source: Rapport annuel du Ministère de l’Intérieur 2016, Territoire de KUTU )


Carte administrative


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

le territoire de Kutu a été crée par l’ordonnance 34/AIMO modifier par l’ordonnance 74/AIMO du 23 avril 1935 avec un statut d’entité déconcentrée c’est-à- dire (dépourvue de la personnalité juridique)  conformément à la loi organique 010/011 de 18 mai 2010 portant subdivision territoriale  à l’intérieur de province. Il est  au Nord- Est  de Kinshasa entre la longitude 16°30’E et 19°50’E et de latitude 2°12’S et 3°40S. avec une altitude entre 200 à 300m.

Climat

Un climat tropical alterné de deux saisons:

  • Pluvieuse, de mars à Juin et Octobre à Janvier.
  • Et sèche de Janvier à Mars et de Juin à septembre.

Type de sol

Le territoire a un sol argilo- sablonneux. 

Particularités et richesses du territoire

Le territoire de Kutu est traversé par 3 rivières et est le  seul territoire de la RDC qui est franchi à la fois par la  forêt équatoriale au Nord et la savane boisée au Sud.

Il a une particularité linguistique et culturelle c’est-à-dire les langues parles dans le territoire ne sont pas entendues et comprises chez les voisins, c’est qui fait l’originalité linguistique du territoire.

Données culturelles

Le territoire de Kutu à 5 tribus, dont la plus grande est la tribu Sakata qui occupe 80% de la population du territoire, le Waria ( Dia) avec 10% au nord du territoire, le Bayi avec 4 % à l’Est du territoire, le Nkundo avec 4 % au Sud Est du territoire et le Ntomba avec 2% au Nord Est du territoire. Ci-dessous les particularités:

  • Agriculture (les Sakatas, les Dias et les Bayis ),
  • Pêche (les Ntombas , les Dias , les Bayis et Les Sakatas),
  • Elevage (les Sakatas, les Dias  , es Bayis et les Nkundos),
  • Chasse(les Nkundos, les Dias et les Bayis),
  • Pisciculture(les Sakatas et les Bayis)
Langues parlées dans ce territoire
  1. Le Lingala (dans l’ensemble du territoire),
  2. le Sakata (à 80%, langue parlée par les Sakatas),
  3. le Waria (à 10%, langue parlée par les Dias),
  4. le Bobayi (à 4%, langue parlée par les Bayis),
  5. le Nkundo (à 4%, langue parlée par les Nkundos).

Après le lingala ( parlé dans le territoire) , le Sakata a une forte dominance dans ce dernier à cause de la grande présence de la tribu Sakata dans les quatre coins du territoire de Kutu.

 

Principales activités
  1. Agriculture à 60%,
  2. Pêche à 20%,
  3. Elevage à 10%,
  4. Commerce à 8%,
  5. Cueillette à 2 % .

Le territoire à deux types de culture (industrielle et vivrière).

  • Industrielle ou pérenne: nous avons l’hévéa, le palmier à Huile, le caféier (possibilité immense pour la relance de la culture sauf le problème de commercialisation) et le cacaoyer. Il ya des plantations en activité (avec de particulier) et en arrêt d’activité pour toutes ces cultures.
  • Vivrière :  le territoire de Kutu à la particularité de cultiver une variété d’Igname longue “Mboma”, qu’on ne trouve pas ailleurs, une culture faite  uniquement par les femmes  mais sa commercialisation pose problème à cause de son poids d’où nécessité des les encadrés étant donné que la culture est vraiment apprécier par les autres.   Les principales cultures sont le manioc, maïs, arachide, banane plantain, banane, courge, canne à sucre, patate douce, niebé, etc.

La pêche est la deuxième activité la plus importante dans le territoire. Elle se pratique durant toute l’année mais donne plus de poissons pendant la saison sèche avec les poisons communs du lac Mai Ndombe, entre autre:

  • Le Libundu Noir,
  • Le Mungusu,
  • Le Ngolo, etc.

L’élevage des gros bétails est pratiqué dans les grandes savanes du Sud du territoire.

Le commerce est tenu par les expatriés notamment les Indiens/les chinois et les petits commerces est tenu par les locaux.


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au 31 mars 2017
Vendeur : 1$ = 1 350 FC Acheteur : 1$ = 1 450 FC
Nombre d’opérateurs économiques 310

Principaux opérateurs économiques
  1. SODEFOR, appartient actuellement aux portugais avec 734 employés, spécialisée dans l’exploitation de bois,
  2. SOFICOM, qui appartient aux Indiens avec 32 employés, comme principale activité le transfert de fonds,
  3. Procure de LONKESA, qui appartient aux prêtres avec actuellement 13 agents, spécialisée dans la mécanique et le traitement des Bois (les activités sont presque en arrêt),
  4. les Chinois et Indiens, Commerce de gros et petit détail avec chacun +/- 10 employés.

L’exploitation forestière, le commerce, l’agriculture, la pêche et l’élevage sont les principales activités du territoire de kutu. Ce dernier a un potentiel énorme et offre plusieurs opportunités d’investissement.

Plusieurs filières de production (huile de palme et hévéa) ont été abandonné à cause principalement de manque de financement et d’infrastructure (grande Nécessité de ré dynamiser ce secteur et le transformer  avec de nouveau financement et la réhabilitation ou construction des infrastructures de base, de ce fait il y’aura une croissance).

La SODEFOR, société privée spécialisée dans l’exploitation forestière (principale poumon économique du territoire) actuellement à des difficultés énormes pour son fonctionnement. Un ré financement ou un rachat avec une redéfinition des objectifs et politiques, relancerons les activités en frein de la société.

L émergence des chinois et des indiens dans le commerce de petit et gros détail, a permis une réduction de coût des produits manufacturés dans l’ensemble du territoire.

Principales activités des opérateurs économiques
  1. Exploitations et importations de Bois,
  2. Commerce,
  3. Elevage.
Principales activités des PME/PMI
  1. Commerce de Petit et Gros détail,
  2. Transfert de Fonds,
  3. Artisanat.

Actuellement les Indiens et Chinois sont au centre de ces activités, pour ne pas dire les principaux acteurs.

Ils sont dans tous voir même produits pharmaceutiques (vente en gros et petit détail).

L’avènement de SOFICOM et M PESA(Vodacom) ont réduit à 90% la présence de petites agences de transfert et communication, communément appelé « phonie » dans l’ensemble du territoire.

L’artisanat n’est pas organisé dans le territoire de Kutu et a besoin d’un encadrement.

Grandes entreprises locales
  1. BIMPE a.i à KEMPILI, exploitation forestière;
  2. Nouvelle COPLABO à SEMIDWA, huilerie, palmerais, plantations caféier et séchoir;
  3. TASSIN IBAKO à TOLO, exploitation hévéa;
  4. Plantation réunie de Bandundu « PRB » en sigle à IFU, exploitation de l’hévéa.

Hormis la Plantation réunie de Bandundu « PRB » en sigle qui travaille timidement, les autres sont en arrêt faute de financement.

Principaux produits agricoles
  1. Manioc à 50%,
  2. Maïs à 25%,
  3. Arachide à 12 %,
  4. Banane à 6%,
  5. Canne à sucre à 4%.

L’évacuation de ces cultures pose problème:

  • Route des desserts agricoles presque impraticable (le cartonnage manuel peut résoudre le problème, mais les entités territoriales de base ne disposent pas des moyens adéquats pour recourir à cette main œuvre),
  • Absence des dépôts de stockage aux ports pour évacuation (nécessité de construire 30 entrepôts de +/- 30 à 50 tonnes à travers le territoire,
  • Manque des véhicules assurant les transports routiers de produits agricoles,
  • L’agriculture reste essentiellement manuelle et traditionnelle, nonobstant l’attribution de 9 tracteurs confiés abusivement aux politiciens et certaines confections religieuses dont le rendement est nul. D’où la nécessité de restaurer l’autorité de l’Etat quant à leur gestion.
Principaux produits non agricoles
  1. Poisson
  2. Viande
  3. Les produits de la cueillette (Fumbwa, chenille, etc.)

–       Il y a nécessité de réglementer la chasse et la pêche par rapport à la législation en vigueur en restaurant les brigades de chasses et pêche tout en leur dotant de moyens,

–       Nécessité de créer de réserve de chasse et frayère.

Principales sources d’énergie
  1. Bois,
  2. Eau,
  3. Panneau solaire (Soleil),
  4. Générateur (pétrole),
  5. Pétrole Brut (non exploité à la site de kutu “debut du lac Mai ndombe “ jusqu’a la ” limite du lac avec le territoire de kutu” , et dans les forêt environnentes).

Après le bois, dans le territoire de kutu, l’énergie solaire à travers le panneau prend une place prépondérante dans l’ensemble du territoire, suivie du générateur avec un taux faible à cause du prix du carburant (population pauvre), et l’avènement des lampes économique de chinois, a réduit en grande partie l’utilisation des lampes à pétrole.

Il sied à signaler qu’ a peine trente deux maisons dans l’ensemble du territoire bénéficient du courant d’un grand générateur de la SODEFOR (quartier SODEFOR) alors qu’en son temps, tous Nioki était éclairé 24h/24 par le courant électrique produit par la SODEFOR (situation qu’on peut améliorer s’il ya un peu de la volonté, vu que la SODEFOR jusqu’au début des années 90 produisait le courant électrique à l’aide d’une turbine avant le départ des Canadiens). Bref, à part la cité de Nioki à une période, l’ensemble du territoire, n’est jamais éclairé par le courant électrique jusqu’à ces jours.

La RESIDESO est dans le territoire qu’a la cite de Nioki depuis l’implatation de la FORESCOM (l’actuel SODEFOR) depuis les années 70.  Avec un reseau de 533 abonnés, actuellement rien que 117 abonnés sont deservis en eau potable.

22%   de la population du territoire ont accès à l’eau potable (eau de sources aménagés par des ONGs local) et le reste de la population vive des eaux des sources à l’Etat naturel (nécessité d’aménagé ces sources).

Grand besoin des bonnes structures de distribution en eau potable au moins dans les grandes cités du territoire.

Jusqu’à ce jour, Il n’existe aucun projet d’énergie dans le territoire.


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 14
Nombre de centre de santé 69

Le territoire de Kutu à 3 Zones de santé ‎dont:

–   Nioki (avec un total de 15 médecins  dont 2 femmes et 441 infirmiers dont 269 femmes, possède 5 hopitaux dont un HGR qui appartient à la SODEFOR avec une capacité d’accueille de 105 lits et 105 lits ont été installé), comme service organisé: maternité, médecine interne, pédiatrie, chirurgie. Et a 23 centres de santé (qui ont tous besoin d’être réhabilité);

–  Bokoro (avec un total de 13 médecins et 556 infirmiers dont 277, possède 8 hopitaux dont un HGR qui appartient aux catholiques avec une capacité d’accueille de 120 lits et 100 lits jusque là ont été installé, avec comme service: maternité, pédiatrie, médecine interne, chirurgie, ophtalmologie, dentisterie et imagerie. Et a 26 centres de santé (qui ont tous besoin d’être réhabilité);

– et BOSOBE (avec un total de 10 médecins et  417 infirmiers dont 245 femmes, possède un HGR qui appartient aux protestants avec une capacité d’accueille de  100 lits et  80 lits installé), comme service organisé : maternité, pédiatrie, médecine interne et chirurgie. Et à 20 centres de santé qui ont tous besoin d’être réhabilité.

Le territoire à un grand souci dans l’approvisionnement de produits pharmaceutiques à cause du manque d’une centrale de distribution, à part le paludisme, l’IRA et la diarrhea  où les médicaments sont pris en charge par le SANRU, pour les restes il n’y a pas  de partenaires pour pallier au problème de la centrale de distribution que connaît le territoire. Toute fois, les médicaments soignant l’IRA sont trouvés dans le marché local ou le prix varient de CDF 500 à 1000 la plaquette amoxiclline de 10 comprimés dans le territoire et pour la diarrhée, les médicaments sont trouvés aussi dans le marché local ou les prix varient de CDF 250 à 500 le sachet de SRO dans le territoire où la population est 90 % pauvre.

Chaque ZS a des problèmes particulies et communs aux autres, entre autre:

– La situation de décès ne sont pas reporté à les ZS, d’où la nécessité de ré dynamiser le relais communautaires;

–  ‎Bosobe, le paquet VIH n’est pas intégré dans la ZS, alors qu’il y a beaucoup de cas dans la communauté, nécessité de l’intégrer. Pas de villages assainis, manque d’outils informatiques et pas de CDR;

–  Des effectif pléthoriques dans les ZS et la plus part ne sont pas mécanisé (faible proportion des agents beneficient le salaire et la prime de risqué).

Elles ont tous besoin de matériels (‎réfrigérateur, pour la conservation de vaccin), moyen de transport pour les appro et personnels du centre, un grand besoin de formation et recyclage des agents de les ZS.

Maladies les plus récurrentes
  1. Paludisme
  2. IRA
  3. Diarrhée simple
  4. Infection urineur
  5. Anemie

A ce jours, le traitement du paludisme, IRA et Diarrhée simple sont gratuit dans l’ensemble du territoire.

 

 

 


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 471
Ecoles secondaires 307

Le territoire de Kutu a trois SD:

  • Nioki avec 278 écoles dont 166 primaires et 112 secondaires,
  • Semedwa avec 273 écoles dont 176 primaires et  97 secondaires,
  • Et Bosobe avec 227 écoles dont 129 primaires et 95 secondaires.

La carte scolaire dans le territoire est suffisante mais trop d’école de formation générale et normale d’où la nécessité de la signature des arrêtés des écoles techniques.

Le problème d’infrastructure, équipement, la qualification de personnel enseignant et surtout la mécanisation de nombreux enseignants NP « non payé » persiste.

Une école à été réhabilitées dans l’ensemble du territoire par le fonds social (dans la SD de BOSOBE), et Cinq écoles ont été reconstruite dans l’ensemble du territoire par le projet PRRISS (Trois à SD de Nioki et deux à la SD de Semedwa), avec chacune deux bâtiments de 3 classes, un bloc sanitaire de 6 latrines et un bloc administratif. 

NB: Les bureaux de ces trois SD sont en mauvais état, problème de NP (nécessité de résoudre ce problème, vu que c’est le seul secteur qui propose l’emploi après avoir reçu son diplôme ‘Etat).

Il faut retenir que les trois sous division du territoire de kutu ne bénéficient pas jusqu’à ces jours de frais de fonctionnement de l’Etat et fonctionnent avec les cotisations des écoles. Une absence remarqué des partenaires financiers pour les accompagnés dans leur missions.

Deux projet de construction de bâtiment des SD (Nioki et Bosobe) sont en phase de démarrage et nécessite des appuis financiers pour leurs réalisations.

Enseignement supérieur et universitaire
Universités 1
Instituts supérieurs 6

Le territoire de kutu à six instituts supérieurs et une université, dont:

  • A Nioki un ISP (public),
  • A Semedwa un ISP (public),
  • A Bosobe un ISP (privé) et un ISTM (public),
  • Et, à Bokoro un ISP (extension de l’ISP nioki), un ISTM (privé) et une université (privée).

 Une forte dominance des instituts supérieurs pédagogiques dans le territoire (enseignement seul secteur ou l’emploi est facile dans le territoire) et tous ont besoin du financement de l’état pour répondre au standard normale.

La subvention de l’Etat et besoin en équipement informatique sont les grand soucis de la seul université du territoire.

NB:  le taux d’accès à l’enseignement supérieur dans le territoire de Kutu, et surtout de la jeune fille est faible à cause de la pauvreté et le faible pouvoir d’achat de la population locale.


ONG et projets

Nombre d’ONG 46
Principales activités
  1. Agriculture,
  2. Pêche,
  3. élevage,
  4. Entretien de route,
  5. Droit de l’Homme.

La majorité de ces ONG sont actuellement non opérationnelle et manquent de financement.

 

 

Principaux projets de développement financés par le Gouvernement
  1. Programme alimentaire de Bandundu « PAB » en sigle, projet qui consisté a réhabilité la route de desserte agricole BEDELA – ISAKA de 92 km en 2011
  • Cette route nécessite une nouvelle réhabilitation,
  • Absence de projet financé par le gouvernement,
  • Invisibilité de 5 chantiers dans le territoire de KUTU.
  1. Cinq écoles ont été reconstruite dans l’ensemble du territoire par le projet PRRISS (Trois à SD de Nioki et deux à la SD de Semedwa), avec chacune deux bâtiments de 3 classes, un bloc sanitaire de 6 latrines et un bloc administrative de 2014 à 2016.
Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement
  1. Organisation international pour la sécurité alimentaire au Congo « ISCO » Sigle en Anglais, projet financé par L’UE pour la réhabilitation de la route de LEBAMA- BOKORO de 128 Km et LEBAMA- DYAMPIE de 109 Km (en moitié réhabilité) en 2012,
  2. Union de Producteur de KUTU « UPROKU » en sigle, projet financé par la Coopération Technique belge orienté vers l’agriculture et la pêche avec comme réalisation la construction d’un entrepôt à KUTU en 2005.

Une insuffisance des projets financés par la coopération bilatérale.


Accessibilité et tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Oui
Voies aériennes Oui
Biefs navigables Oui
Train Non

Les routes sont en moitie praticables, les rivières sont toutes navigables mais pas entièrement balisées/ sans signaux et les pistes d’avion non asphaltées. Nous avons 6 aérodromes praticables, entre autre:

  • NIOKI (RVA : 1km 600)
  • SEMEDWA (Mission Protestante « ECC/6èmeBEU » : 1km 400)
  • BOKORO (Privé : 1km 400)
  • BOSOBE (Mission Protestante : 1km 400)
  • TOLO (Société civile : 1km 300)
  • KUTU (Société Civile : 1km 300)

Seule la Piste de la cité Kutu n’est pas homologuée.  Il y a 20 ans, le territoire en comptait 25 aérodromes qui ont disparu progressivement faute du pouvoir d’achat (difficulté d’acheter le billet). 

Un grand souci pour les traversées à cause de manque de bateaux ou bacs (en panne) pour faciliter le transport des personnes et leurs biens,

Le trafic est dominé par le cabotage des privés où ils mettent à la disposition de la population des grosses pirogues motorisées appelées communément « DACA DACA». Ce dernier, pas trop sécurisant.

 Au regard de la nouvelle configuration de la province, le lac Mai ndombe  présente un obstacle majeur pour atteindre le chef lieux de la province «Inongo» d’où la nécessité de réhabiliter la Route nationale 9, tronçon « Makaya-Semedwa-Nzampie- Kutu- Selenge ».

Réseaux de communication
Africel Non
Airtel Oui
Orange Oui
Tigo Oui
Vodacom Oui

Une forte couverture de réseaux Vodacom, Orange et Airtel dans l’ensemble du territoire avec quelque perturbation du réseau:

  • NIOKI (Airtel, Vodacom et Orange),
  • KUTU (Vodacom, Airtel et Orange),
  • BOKORO (Vodacom et Orange),
  • SEMEDWA (Orange et Vodacom ),
  • BOSOBE (Vodacom).

Mais il n’existe pas de SHOPS (si pas un celui d’Orange à SEMEDWA) de ses entreprises de télécommunication dans l’ensemble du territoire pour permettre une redistribution de revenue après bénéfice à la population locale.

Attraits touristiques
Parcs Non
Jardins botaniques Non
Jardin zoologiques Non
Chutes d’eaux Non
Sites touristiques Non
Sites sacrés Oui

Hormis les sites sacrès, les principaux attraits touristiques du territoire sont:

  • Le lac,
  • Les rivières,
  • Forêts,
  • Montange,
  • Collines et savanes.

Le territorie possède d’énormes potentialities pouvant permettre la creation d’autres attraits touristiques tel que:

  • Le jardin zoologique et botanique (à cause de sa faune et flore),
  • Reserve de chasse,
  • De frayère,
  • Amenagé de plage,
  • De site et piste touristique.

Le duel et carnage entre les hippopotames et les vaches des villages le long de la village kasai est une scène en encadrée.

 Avec comme principales sites sacrés:

  • Mungankolo à Nioki,
  • Wawa à Isaka,
  • Nkotisango à Mongobele,
  • Munsense à Mongobele,
  • Ngeyleva à Konkia,
  • Inkotabe à Bongomu.
Espèces phares de la faune
  1. Antilope
  2. Singe et Bonobo
  3. Buffle et Sanglier
  4. Eléphant
  5. Hippopotame
Espèces phares de la flore
  1. Wenge
  2. Limba
  3. Iroko
  4. Acajou
  5. Lifaki


Situation sécuritaire

En général calme, mais actuellement il ya le vol en main armé de bétails (vache) dans les fermes dans le secteur de kemba, à la chefferie de bateré, le long de la rivière kasai.


Opportunités de développement

Le territoire de Kutu est parmi le rare qui, par sa vegetation, fait la limite entre le début de la forêt équatoriale au Nord et les savanes au Sud. Donc possibilité immense dans l’exploitation de la forêt, possibilité de faire développer l’élevage de gros et petit bétail, et puis l’agriculture mécanisée (avec une difficulté dans l’évacuation des produits agricoles, d’ou la necessité d’amenager les routes de deserte agricole).

La présence de lac, rivières et cours d’eau (tous navigable) nous donne des opportunités d’organiser le transport, la pêche, et produire l’énergie électrique.

L’existance du pétrôle dans le territoire (non exploité jusqu’a ce jours), donne plusieurs autres opportunités de développement au territoire une fois que l’exploitation debutée.

 Pour ammorcer le développement dans le territoire, deux projets ont été proposés par l’administration du territoire, entre autre:

  • Réhabilitation et entretien de routes de désertes agricoles  par canonnage manuel dans l’ensemble du territoire de Kutu

Objectif:

Globalement le projet vise à l’amélioration des vies et du travail de la population au plan économique, social, culturel, administratif et politique. Avec comme résultat:

  • Emploi,
  • les routes seront à nouveaux opérationnelles,
  • Des ponts réparés et praticables,
  • La facilitation d’évacuation des produits agricoles de l’intérieur vers les voies navigables (rivières LUKENI, MFIMI et KASAI)
  • La rapidité et la mobilité sociale renforcée,

Avec comme impact visible et immédiat sur le plan socio- politique certaine, qui va impulser l’économie locale, principalement l’agriculture, le transport et la fiscalité par la création d’emplois de jeunes et l’amélioration de la mobilité sociale de la population dans le territoire de KUTU.

  • Projet d’Adduction en Eau Potable dans l’ensemble du territoire de Kutu :

Objectif:

– L’accès en Eau potable,

– Réduire et/ou éliminer les maladies relatives à la mauvaise qualité d’eau,

– Réduire la corvée de femmes  de chaque jour pour avoir l’eau dans des sources,

– Et donner du travail a +/-  425 personnes dans le territoire.

Pour il y arriver, il nous faut  dans le 5 cités :

  • Forage des terres,
  • Des Fontaines,
  • Des réseaux de tuyauteries,
  • Des châteaux d’eau,

Voir model du projet dans les quartiers périphériques de Kinshasa (FEDASU, ONG ADIR de l’Honorable Sowa).

 

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique