Territoire de Shabunda

Fiche du territoire

Mise à jour le 31 mars 2017

Province Sud-Kivu
Superficie 25 216 km²
Taille estimée de la population 925 733 hab.

(source: Rapport annuel 2016 Bureau de l’Etat Civil du territoire)


Carte administrative


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

Le territoire de SHABUNDA est l’un des territoires de la province du Sud Kivu localisé à l’ouest de la province.

Il est situé entre 27° et 28° de longitude Est et 2 et 4 de latitude  Sud, il connait un climat équatorial, domaine de la forêt dense équatoriale, car il y pleut abondamment et presque toute l’année. Sa superficie est de 25 216 Km2 soit le 5/6 de la Belgique et  près de 40% de la superficie totale de la province du Sud Kivu estimée à 65 130 Km2. Son étendue est supérieure aux superficies réunies des six territoires (KABARE, KALEHE, IDJWI, MWENGA, UVIRA et WALUNGU avec respectivement 1 960 Km2, 5 707 Km2, 281 Km2, 11 172 Km2, 3 148 Km2 et 1 800 Km2) sur huit que compte le Sud-Kivu, notamment : Walungu, Uvira, Shabunda, Mwenga, Kalehe, Kabare, Idjwi et Fizi
Il est limité :

  • au Nord par les territoires de Punia et de Walikale ;
  • à l’Est par les territoires de Kalehe, Kabare, Walungu et de Mwenga ;
  • au Sud par les territoires de Kasongo, Kabambare et de Fizi ;
  • à l’Ouest par les territoires de Pangi et de Kailo.

Le Territoire de Shabunda comprend deux chefferies subdivisées en onze groupements. La Collectivité Chefferie de Bakisi qui a une superficie de 18508 km 2 comme chef-lieu SHABUNDA. Elle comprend sept (07) groupements à savoir : BAGABO, BALIGA, BANGOMA, BAMUGUBA NORD, BAMUGUBA SUD, BACHUNGA et BEIGALA,
Tandis que celle de WAKABANGO qui occupe 6701km2du territoire et a comme chef-lieu KALOLE. Elle compte pour elle quatre (04) groupements à savoir : BASITABIALE, BATALI, IKAMA KASANZA et NKULU.

Sol : Le territoire a un sol sablonneux très riche pour l’agriculture et contenant d’importantes richesses minières (or, cassitérite, coltan…)

Il est traversé par de cours d’eau notamment la rivière Ulindi qui entoure presque le centre du territoire, il ya aussi les rivières  Elila, Nzovu, Nyakilego, Lwino, Nyalungu qui traversent quelques  groupements du territoire.

Particularités et richesses du territoire

Particularité physique : La grandeur du territoire donne d’espaces non encore exploitées pour son développement mais aussi des réserves notamment les réserves en forêt comme Mokanga plus de 40km2, Kasombe avec 144km2, Mikelo avec 100km2 et Itula avec 14km2 et d’autres jusque là pas découvertes.

  • Pluviomètre : Le territoire de Shabunda est un territoire forestier car il se situe à l’entrée de la forêt équatoriale d’où il pleut abondamment toute l’année.
  • Sol : Le territoire a un sol sablonneux très riche pour l’agriculture et contenant d’importantes richesses minières (or, cassitérite, coltan…)

 

Données culturelles

Le peuple principal du territoire de Shabunda est les LEGA(Barega). sont un peuple forestier  bantou d’Afrique centrale, établi principalement en République démocratique du Congo (RDC), à l’est du fleuve Lwalaba (le fleuve Congo), jusqu’en altitude dans les monts Mitumba, dans les provinces du Nord-Kivu, du Sud-Kivu et du Maniema[].

Le totem de Lega est le pangolin.  La confédération de Balega est la structure politique du Bulega dirigée par la communion du Bwami dont la fonction est de diriger la société. Pour les Lega pour être plus respectueux il faut se faire initier et cette initiation se fait dans la forêt avec des rites ancestraux. Petit ou grand tu dois être initié. Les petits enfants initiés à ce rite sont pris comme des personnes ouvertes à la culture lega par rapport aux grandes personnes non initiées. Cette initiation est nommée le ¨BWALI¨

Religion : Le peuple LEGA croit à l’ancestralisme une religion fondée sur la croyance en l’existence des ancêtres, en la communion avec les ancêtres, d’une vie après la mort, des rapports entre les vivants et des morts, en la vie après la mort. Le vivant reçoit la vie de ses ancêtres biologiques connues et ces derniers le marquent d’une empreinte indélébile par la transmission de l’héritage génétique pour toute sa vie.

Mystique: L’ancestralisme est vécu comme une mystique où la relation à Dieu est anthropocentrique. Cet anthropocentrisme est fondé sur la centralité de l’homme dans les rapports de l’homme avec Dieu, du monde visible avec le monde invisible. La croissance en humanité est le but ultime de toute quête spirituelle et religieuse.

La sépulture: Le Mabuu est une nécropole familiale où se trouvent des ossuaires (têtes des Bami morts de la famille). Cette nécropole signifie « enceinte sacrée » où sont déposés les ossuaires d’une famille. Dans les villages Lega, on trouve des ossuaires sous la forme de sanctuaires, destinées à recevoir les ossements que l’on a exhumés des tombes des Bami d’un certain niveau.

L’art: L’art Lega regorge d’un trésor historique, culturel varié. Une très grande diversité artistique y est constatée: la sculpture, le statuaire, la vannerie, le tissage, l’esthétique du corps, les armes blanches, … Dans ces diverses catégories, l’art Lega regorge d’œuvres uniques en leurs genres, d’une richesse historique et artistique immense qui ont suscité de regards admiratifs et attentionnés des connaisseurs de l’art africain.

Les masques: Le mot imangungu (singulier) – bimangungu (pluriel) – signifie en français masque. Les masques Lega sont utilisés durant les rites initiatiques du bwami. Globalement les masques Lega se présentent sous deux formes: les grands masques et les petits masques. Les grands masques servent lors de certaines cérémonies pour voiler la face du porteur dans une incarnation d’un rôle bien précis lors d’une mise en scène durant les cérémonies initiatiques du bwami. Les petits masques sont porter sur les tempes, le front, à l’arrière de la tête ou tenus en main. 

Aliments : Le peuple LEGA ont leurs aliments plus respectueux comme le Kindakinda est une pâte d’arachide que l’on peut présenter sous différentes variétés: asubulo (kasubulo), abalaka (kabalaka), munyengo, ishute. Il s’agit d’arachide grillé transformé en pâte ou soit avec de sauce dedans. Aussi le Sombe feuille de manioc. Le sombe présente une variété multiple de cuisson: sombe wa mamba, sombe wa apumbwe. D’où sa préparation se fait à travers d’autres felles dans lesquelles on enferme les felles de manioc pilées tout en y ajoutant des feuilles fumées de banane avant de les mettre dans la casserole.

Langues parlées dans ce territoire
  1. SWAHILI (95%)
  2. KIGONZA ou KILEGA  (73%)
  3. MASHI (35%)
  4. LINGALA (28%)

 Dans ce territoire le Swahili est la langue parlée par la majorité de la population et dans tous les milieux. Le Kigonza ou encore kilega de Shabunda est surtout parlé par les natifs du territoire, le Mashi est une langue parlée par les Shi qui s’installent dans le territoire en raison du commerce et le Lingala est surtout parlé par les militaires.

Principales activités
  1. Agriculture (75%)
  2. Pêche (15%)
  3. Elevage (5%)
  4. Mine (30%)
  5. Petits commerces (20%)
  6. Chasse (11%) 

L’agriculture reste l’activité principale de ce territoire d’où dans la collectivité de Bakisi, on cultive les arachides, les bananes, le manioc, le riz comme plantes vivrières et comme plante industrielle le palmier. On fait aussi l’élevage des petits bétails à basse cour mais aussi les bois, la pisciculture et les mines. La collectivité de Wakabango elle cultive aussi des arachides, bananes et le riz comme plantes vivrières et comme plantes industrielles le café robusta, le coton et palmier à huile. On fait aussi l’élevage des petits bétails à basse cour mais aussi les bois, la pisciculture et la mine.


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au 31 mars 2017
Vendeur : 1$ = 1 400 FC Acheteur : 1$ = 1 350 FC
Nombre d’opérateurs économiques 11

Principaux opérateurs économiques
  1. KANSILEMBO MUSOLWA BARAKA
  2. LENKIPA KILONGO DINORD-FILS
  3. ZIHALIRWA
  4. KANKISINGI MANDALULA IZIS
  5. NYAMUMBIRI Justin
  6. DORIS
  7. AGEFRECO
  8. MCA
  9. SHAMARD
  10. CONGO DIXI
  11. LA CONFIANCE

 En réalité il y a pas assez des grands principaux opérateurs économiques dans le vrai sens du terme, il s’agit juste des commerçants qui font des diverses activités commerciales pour approvisionner le territoire. La plus part d’eux font l’achat des minerais pour les revendre ensuite à Bukavu et venir avec les produits manufacturiers à vendre dans le territoire. Les entreprises qui sont dans les territoires ne sont que des IPME et les auttres sont des agences de transport qui ont leur direction à Bukavu

 

Principales activités des opérateurs économiques
  1. Achat des minerais
  2. Ventes des produits manufacturiers
  3. Approvisionnement des produits BRALIMA
Principales activités des PME/PMI
  1. Vente des articles divers (Boutiques)
  2. Vente de carburant (Kadafi)
  3. Ateliers de couture
  4. Les pharmacies
  5. Vente de la boisson(Nganda)
  6. Salons de coiffure
  7. Petites industries artisanales dans la fabrication d’huile de palmier
  8. Petites industries dans la fabrication de savon local

Dans le territoire les PME/PMI sont plus fréquents dans le centre où il y a trop de mouvements. Ces dernières se focalisent dans la vente des divers articles (pièces de rechange des motos, vélos et véhicules, des habits, téléphones, quelques appareils électroniques, médicaments etc.)  Les autres font la fabrication d’huile de palme d’une manière artisanale et d’autres utilisent l’huile de palme pour fabriquer des savons locaux. On aussi des salons de coiffure dames et hommes mais aussi de Nganda qui vendent des produits BRALIMA à un prix très élevé comme le Primus à 3500fc et le sucré à 2500fc

Grandes entreprises locales

RAS

Principaux produits agricoles
  1. Manioc (52%)
  2. Maïs (5%)
  3. Riz (27%)
  4. Arachide (16%)
  5. Banane (15%) 

Pour ce qui concerne la production, il est difficile de la déterminer annuellement par le fait que la population produit pour la consommation familiale et le reste pour la vente mais il n’y a pas d’entreprise ou bureau chargé de suivi et évaluation de la quantité produite par an. Le manioc, le riz et les arachides sont produits en grande quantité. La production de manioc se fait juste pour la consommation et la transformation en farine pour faire la foufou tandis que la production de riz et les arachides est faite pour la consommation locale et la vente. Le territoire produit aussi de bananes plantains à une quantité suffisante.

Principaux produits non agricoles
  1. Huile de palme (72%)
  2. Champignons (3%)
  3. Poissons (25%)

Le territoire possède des vastes étendues des palmiers, pour cela il procède à la fabrication d’huile en provenance des grains rouges de palmier qu’on met dans des fus sous feu et on fait le malaxage (MUNYONGA). Ce palmier permet aussi à la fabrication d’une boisson couramment consommée dans le territoire qu’on nomme Libondo ou Lutuku

Principales sources d’énergie
  1. Bois (70%)
  2. Solaires (25%)
  3. Groupes électrogènes (1%)
  4. Charbon de bois (4%) 

La source d’énergie principale utilisée par la majorité des habitants dans le territoire est le bois. On l’utilise  pour cuire la nourriture ou pour autre besoin de chauffage. Les autres ménages utilisent le charbon de bois pour la cuisson, souvent ces ménages sont ceux des agents humanitaires ou autres fonctionnaires. Pour s’éclairer les habitants recourent aux panneaux solaires et groupe électronique mais ce dernier est souvent utilisé pour de raisons bureautiques et dans les ONG.


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 8
Nombre de centre de santé 80

Le territoire de Shabunda est subdivisé en 4 Zones de santé dont celle de SHABUNDAcentre qui compte 40 formations sanitaires dont un Hôpital général de référence situé dans le centre, 2 Centres hospitaliers, 20 Centres de santé, 1 Centre médical privé et 16 Postes de santé. La Zone de santé de LULINGU compte 26 formations sanitaires dont Un Hôpital général de référence, 1 Centre hospitalier, 20 Centres de santé et 4 postes de santé. La Zone de santé de MULUNGU compte 22 formations sanitaires dont un Hopital général de référence à Kigulube, 1 Centre hospitalier, 20 Centres de santé dont 5 centres privés. En fin la Zone de santé de KALOLE compte 40 formations sanitaires dont 1 Hôpital général de référence au centre, 20 Centres de santé, 16 postes de santé et 3 Centres hospitaliers dont l’un au centre et l’autre à Kitindi.

Maladies les plus récurrentes
  • Paludisme (60%)
  • Diarrhée (17%)
  • Anémie (7%)
  • Tuberculose (9%)
  • Diabète (7%) 

Le paludisme est fréquent dans le territoire parce que c’est un milieu très chaud mais aussi il n’est pas bien assaini. Parfois la population reçoit des moustiquaires pour la protection mais les uns les utilisent comme filet de pêche et les autres comme une clôture de leurs jardins. La diarrhée se remarque aussi par manque d’eaux bien traitées.


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 329
Ecoles secondaires 194

 

ENTITES/SECTEURS

ECOLES PRIMAIRES

ECOLES SECONDAIRES

ELEVES AU PRIMAIRE

ELEVES AU SECONDAIRE

1Shabunda centre/ SHAB 1

90

66

29132

9107

2 Lulingu/SHAB 2

144

67

28831

7818

3Penekusu/SHAB3

95

61

 16058

 4816

Le territoire de Shabunda est subdivé en 3 sous-divisions dont celle de Shabunda 1 qui se trouve dans le chef-lieu du térritoire. Elle compte en son sein 156 écoles dont 90 pour le primaire et 66 pour le secondaire. La sous-division Shabunda 2 qui se trouve à Lulingu compte 144 écoles primaires et 67 écoles secondaires. La sous-division Shabunda 3 qui se trouve à Penekusu compte 95 écoles primaires et 61 écoles secondaires.

Enseignement supérieur et universitaire
Universités 2
Instituts supérieurs 3

Université/Institut supérieur

Entité/

Secteur

Filières

Nombre annuel d’étudiants

Nombre de professeurs, assistants, chefs de travaux

ISP

Shabunda centre

1. Section lettre et sciences humaines :

-Départ de français -Départ d’anglais     -Départ d’histoire et sciences sociales

2. Section sciences exactes :

-Géographie et gestion de l’environnement       -Mathématique et physique                   -Sciences commerciales et administratives

68

0 professeurs, 24 Assistants, 3 Chefs des travaux

ISDR

Shabunda Centre

1. Environnement et développement rural                                         2. Planification nationale et régionale

80

3 professeurs dont 2 propres à l’Institut et 1 Visiteurs, 16 Assistants et 7 Chefs des travaux

ISTM

Shabunda Centre

1. Hospitalier             2. Accouchement     3. Santé publique

132

0 professeur, 22 Assistants, 2 Chefs des travaux

UNISHA et UPRO

SHA

Shabunda Centre

 

 

 

Le territoire compte 3 institutions opérationnelles dont ISP, IST et ISDR et 2 Université qui ont été fermées par le ministre de l’ESU pour cause des irrégularités mais elles fonctionnent dans des irrégularités clandestines. Seule l’ISDR et ISTM possèdent ses propres bâtiments, les autres institutions ne sont que locataires.


ONG et projets

Nombre d’ONG 10
Principales activités
  1. Santé (55%)
  2. Développement rural et humain  (25%)
  3. Education (15%)
  4. Sécurité (5%)

Le territoire compte 10 ONG opérationnelles dont L’ACTED qui intervient dans le développement, OCHA, MONUSCO pour la sécurité, MSF et CROIX ROUGE pour la santé et AAP qui intervient dans la performance dans les secteurs éducation et santé, l’INTERSOS qui intervient dans le monitoring de la protection. l’ONG APC (Action pour la paix et la concorde) qui intervient dans la résolution de conflit, l’ONG SARKAF dont son intervention est dans le cadre de la lutte contre les violences faites à la femme et DONE CHURCH qui intervient dans la protection et éducation pour la sous-division de Shabunda 2

Principaux projets de développement financés par le Gouvernement
  1. Construction en cours de 5 écoles primaires par IDHE (Innovation pour les droits de l’homme et l’environnement)
  2. Construction de pont YUYU par l’entreprise chinoise  KHM

L’IDHE intervient dans l’exécution de projet de construction des écoles dans le territoire dont le maitre d’ouvrage est le BCECO. A Shabunda, il s’agit de 3 écoles qui sont jusque maintenant inachevées. Il s’agit de l’Ep Mankulu, Mulolwa et Mukulumanya. Le pont YUYU qui semble être détruit par des gros véhicules surchargés sera reconstruit par l’entreprise KHM par financement de la province et du territoire avec la participation des quelques ONG et la société civile.

           

Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement
  1. Construction encours d’un mini barrage par un Assistant MUTIMA (financement privé)
  2. MONUSCO : Construction en cours du Marché central de KIZIKIBI
  3. MONUSCO : Construction en cours de la Radio MUTULA

 . Par manque du courant électrique dans le territoire un natif du territoire au nom de MUTIMA qui est un assistant à l’ISP/Bukavu a présenté au territoire son projet de construction d’un mini-barrage électrique et les travaux sont déjà en cours d’exécution. Monusco aussi a un projet de construire une nouvelle antenne radio Mutula dont le projet aussi est dans la phase de l’installation de l’antenne. Mais la construction de marché n’a pas encore commencé


Accessibilité et tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Oui
Voies aériennes Oui
Biefs navigables Oui
Train Non

Le territoire de Shabunda est accessible par voie routière, navigable et aérienne. La voie routière et aérienne permettent l’entrée et le sorti dans le territoire tandis que la voie navigable, elle permet le déplacement d’un village ou groupement à un autre. Mais pour le moment le territoire demeure inaccessible par voie routière vu la dégradation des routes. Les véhicules font 2 ou 3 semaines pour arriver dans le territoire en provenance de Bukavu. La voie aérienne reste la seule mais trop cher pour quitter le territoire vers Bukavu ou Goma on doit payer au moins 152$ et pour quitter Bukavu vers Shabunda il faut payer 350$. Avec la situation économique de la population ce n’est pas facile à tout le monde. Cette voie reste réservée aux grands commerçants et les humanitaires et autres fonctionnaires. Cette situation entraine une hausse de prix exagéré des différents produits. 

Réseaux de communication
Africel Non
Airtel Oui
Orange Oui
Tigo Oui
Vodacom Oui

Le territoire est couvert par 3 réseaux dont Vodacom qui couvre la grande partie du territoire. Les réseaux Orange et Airtel couvrent le centre de Shabunda et dans d’autres coins du territoire. Tous ces réseaux offrent une bonne connexion aux habitants mais ils ne sont pas stables car parfois ils disparaissent surtout quand il pleut. Seul le réseau Vodacom offre une connexion en internet mais en faible début.

Attraits touristiques
Parcs Oui
Jardins botaniques Non
Jardin zoologiques Non
Chutes d’eaux Oui
Sites touristiques Oui
Sites sacrés Oui

Selon les informations trouvées, il nous est signalé que le territoire possède des sites touristiques comme le Parc National de Kahuzi-Biega d’où on trouve les gorilles de Montagne. On trouve aussi dans le territoire les eaux thermales, les Monts Mitumba, la chaine de montagne de Kahuzi, Mulumemunene, Nakitundu et Manzia. Nous trouvons aussi des grottes, une forêt dense aux espèces rares (faune et flore), les mines d’or, de cassiterité et coltant à Lulingu. On y trouve aussi des chutes d’eaux et sites sacrés où on pratique des rites traditionnelles.  

Espèces phares de la faune
  • Singes
  • Eléphants
  • Oiseaux (Eperviers, Aigle, Corbeaux, Moineaux)
  • Pangolin
  • Gorille, Chimpanzé, Antilope, Léopard, Serpents  et Tortues
Espèces phares de la flore
  • Licheche
  • Wenge
  • Boraxus
  • Alstonea
  • Bois noir


Situation sécuritaire

Il convient là-dessous de signaler un tout premier point des ceux qui viendront plus tard relativement à ce territoire que, c’est l’un de territoire occupé par les FDLR et autres milices depuis la pollution de la frontière Rwando-Congolaise en 1994 après le génocide au Rwanda. Territoire de Shabunda. La situation est relativement calme au chef-lieu du territoire et même  à l’intérieur à l’exception des quelques coins dans le groupe BALIGA où sont encore quelques Raia Mutomboki  en activité. Il existe aussi le conflit du pouvoir coutumier dans les groupements des Batchunga, Baliga, Nkulu, Batali et Ikama Kasanza.


Opportunités de développement

Le territoire de SHABUNDA est un territoire riche en quelques produits agricoles notamment le manioc, le riz, les grosses bananes, les ananas et les arachides. Mais sa production n’est plus importante parce qu’elle est plus artisanale et surtout que le travail champêtre est fait uniquement par les femmes mais aussi  la situation sécuritaire ne permet pas aux populations de se déplacer dans la forêt par peur des rebelles.  Aussi l’état des routes qui est déplorable ne permet pas les entrées des matériels nécessaires pour l’agriculture. Il y a des vastes étendues sur les quelles on peut développer une grande culture de Riz, des arachides et de manioc. Le territoire possède aussi des vastes  étendues de palmiers à huile presque par tout mais le manque d’une industrie moderne de transformation pour la production d’huile et d’autres produits. Le territoire est aussi riche en minerais, surtout dans le fond des rivières mais l’exploitation est artisanale par manque des usines. Parfois on recourt à l’utilisation des dragues pour exploiter de l’or. 

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique