Territoire de Uvira

Superficie 3 146 km²
Taille estimée de la population 1 181 207 hab.

(source: Administration du Territoire, Rapport Annuel 2016)

Secteur du Développement rural

Données mises à jour le 25 mai 2016
Prochaine collecte : 30 août 2016

Le Territoire d’Uvira occupe une position stratégique par rapport à d’autres territoires de la province du Sud-Kivu. Une étude menée sur ce territoire sous la coordination de la CTB (2009) résume bien ce territoire : Il est ouvert sur trois pays limitrophes entre autre le Burundi, la Tanzanie et la Zambie, les deux derniers étant à partir du port de port de Kalundu qui lui permet d’être connecté à trois ports importants des pays voisins: Bujumbura au Burundi, Kigoma en Tanzanie et Mpulungu en Zambie. Sur la côte congolaise de ce lac, Uvira est en contact avec Kalemie et Moba, deux villes importantes du Nord de la Province du Katanga. En bref, la Cité et le Territoire d’Uvira occupent une position avantageuse sur le plan géographique qui devrait faciliter ces deux entités de sortir d’un enclavement et de jouir d’un développement socio-économique exemplaire. Malheureusement, l’examen des problèmes que connait ce territoire fait entrevoir un amas des difficultés et des blocages qui militent en défaveur d’un épanouissement de la population du Territoire et de ses activités économiques.

L’examen secteur par secteur révélé la nécessité d’une mise sur pied d’un programme de développement de ce territoire dans tous les secteurs spécialement les plus vitaux touchant :

– La santé : Car la plupart des hôpitaux et centres de santé nécessitent une réhabilitation profonde. Le personnel médical reste insuffisant pour lutter contre les grandes pathologies telles que le paludisme, le VIH/SIDA, les infections respiratoires etc.

– L’éducation : Les infrastructures des écoles et institutions sont en mauvais état et le coût de l’éducation difficilement supportable par des ménages dont les parents sont en majorité au chômage et doivent faire des petites activités informelles pour survivre.

– Les routes : Les infrstructures routières du territoire laisse à désirer car elles ne sont pas entretenues. Plusieurs têtes d’érosion s’agrandissent au fil des jours car les brigades d’entretien des routes n’existent plus. La canalisation au bord des routes n’existe pas et les eaux de ruissellement se faufilent entre les quartiers et souvent se disputent la chaussée avec les véhicules, les motos, les vélos, les charrettes et même les piétons et les animaux.

– Sur le plan du transport routier et lacustre, le Territoire d’Uvira occupe une position avantageuse car il constitue un carrefour entre la RDC et les trois pays riverains du lac Tanganyika. Les grandes pirogues en bois (boats) facilitent le voyage entre Uvira et Fizi ainsi qu’entre Uvira et Moba via Kalemie. Par voie routière, les agences de voyage par route facilitent le transport des biens et des personnes entre Uvira et Bukavu et entre Uvira et Bujumbura. L’axe Uvira-Fizi est également exploité par ces agences. Mais, l’état des routes limite la jouissance de ces avantages

– L’eau avec la REGIDESO qui connaît de nombreux problèmes avec son usine d’épuration de l’eau qui fonctionne à contre coups par manque d’énergie électrique permanente, à la vétusté du matériel de l’usine et de la tuyauterie de distribution ainsi que le raccordement frauduleux sur le réseau.

– L’énergie qui connait beaucoup de problèmes car l’électricité produite à Bukavu n’arrive pas directement à Uvira sur le territoire national mais passe par Bujumbura au Burundi et alimente certains quartiers de ce pays et Uvira ne reçoit qu’une petite portion de cette énergie.

– L’agriculture qui occupe une place importante en Territoire d’Uvira avec la production assez suffisante des tubercules, des céréales et des légumineuses bien que la production du manioc et du riz ait baissées. Malgré le climat semi aride, le Territoire d’Uvira présente des potentialités par son hydrologie dominée par la rivière Ruzizi qui traverse une longue plaine de 80Km sur 15 à 20 Km de large. La pêche artisanale au lac Tanganyika est une activité importante dans la vie socioéconomique des habitants. 

Bref, secteur par secteur, la vie socioéconomique d’Uvira nécessite un appui de la part du gouvernement congolais Il est incompréhensible qu’avec un lac aussi riche que le lac Tanganyika, les riverains puissent manquer du poisson à table. Il est presque ridicule de faire des constats de malnutrition dans les hôpitaux et centres de santé quand le territoire compte une plaine fertile et inondée par la rivière Ruzizi. Il est quasi difficile de comprendre que l’électricité produite en RDC (à Bukavu) pour arriver à Uvira, l’on doit d’abord satisfaire les besoins énergétiques du Burundi. Il est impensable qu’un Territoire qui comprend des services des travaux publics et d’entretien de la voirie ait des routes cahoteuses et les routes de dessertes agricoles non entretenues pendant que des engins de l’Office des routes prennent la rouille faute de carburant. Nous somme donc d’accord avec la CTB, qu’il est urgent de conjuguer les efforts pour sortir ce territoire et la Cité d’Uvira des ornières par la prise de conscience pour que chaque secteur socioéconomique puisse produire des fruits que toute la population attend avec impatience.

Formation

Proportion des villages ayant une école dans le territoire 460.37
Proportion des mileux ruraux et pérurbains ayant des centres d’encadrement professionnel 0.46
Domaines de formation dans lesquels ces centres évoluent

  • Agricole
  • Agricole
Proportion des mileux ruraux et pérurbains ayant des groupes/centres de développement communautaire pour les populations 0.46

Santé

Proportion des villages ayant au moins un centre de santé dans le territoire 460.37

Infrastructures routières

km de routes de desserte agricole réhabilitées pendant les trois dernières années 0
km de routes de desserte agricole réhabilitées pendant les trois derniers mois 0
km de piste de desserte agricole aménagés pendant les trois dernières années 0
km de piste de desserte agricole aménagés pendant les trois derniers mois 0

Emploi

Nombre d’emplois créés durant les trois derinères années par les coopératives, en faveur de la population rurale et périurbaine 1350

Évacuation des déchets

Méthode d’évacuation des déchets la plus utilisée par la population rurale
Proportion des ménages utilisant la fosse arable 0.00
Proportion des ménages utilisant l’enfouissement 0.00
Proportion des ménages utilisant des latrines aménagées 0.00

Energie électrique

Proportion des ménages ayant l’électricité via des kits solaires 0.00
Proportion des ménages ayant l’électricité via un groupe électrogène 0.00
Proportion des ménages ayant l’électricité via une micro-turbine 0.00

Approvisionnement en eau

Proportion des villages approvisionnés en eau potable 33.64
Proportion de ménages (dans les villages desservis) accédant à l’eau potable via des sources aménagées 16.59
Proportion de ménages (dans les villages desservis) accédant à l’eau potable via des puits de forage 23.04
Proportion de ménages (dans les villages desservis) accédant à l’eau potable par sources aménagées & puits de forage 33.64
Autres méthodes d’accès à l’eau
Robinets de la REGIDESO (seulement dans les cités – Uvira et Kiliba)

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique