Territoire de Moba

Fiche du territoire

Mise à jour le 31 mars 2017

Province Tanganyika
Superficie 24 500 km²
Taille estimée de la population 627 579 hab.

(source: Rapport administratif de l’année 2016 du territoire de Moba, Publié en février 2017)


Carte administrative


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

Le territoire de Moba est subdivisé en 5 chefferies, un (1) secteur et une (1) antenne, antérieurement appelé cité. Il a 35 groupements constitués de 107 localités subdivisés en 507 villages. C’est une entité territoriale déconcentrée de la province du Tanganyika. 

Situé sur la rive occidentale du lac Tanganyika comme son voisin Kalemie, le territoire de Moba  est situé au Sud- Est de la République Démocratique du Congo sur (entre) 30°35′ – 28°30′ longitude Est et 6°30′- 8°2′ de latitude Sud. Son altitude varie entre 500 m sur le littoral du lac Tanganyika et 2000 à 3500 m sur le plateau de Marungu avec comme point le plus élevé Lyapenda.

 

Climat

Le territoire de Moba connait un climat tropical avec une présence de deux saisons culturales. Une longue saison de pluie de 7 mois qui va d’Octobre à avril, et une courte saison sèche de 5 mois qui va de début mai à septembre. Toutefois, sur les plateaux de Marungu règne un micro- climat plus tempéré tandis qu’à Lyapenda il pleut presque toute l’année.

Température

La température moyenne est de 25°C tandis que la pluviométrie est de 108 mm en moyenne/an.

Le territoire abrite une savane herbeuse plus ou moins favorable à toutes les cultures et à l’élevage du gros tout comme du petit bétail tandis que la savane boisée domine l’entité de Muliro et de Mwange.

Type de sol et relief 

En général, le sol est argilo-sablonneux et alluvionnaire avec un relief très accidenté où alternent des plaines, des plateaux et des chaines de montagnes. Les plus remarquables de ces plateaux sont les sites touristiques de Murumbi, de Nangu sur l’axe Kirungu- Mwanza et de Nzawa le long du lac Tanganyika.

La savane est herbeuse plus ou moins favorable à toutes les cultures et à l’élevage du gros tout comme du petit bétail tandis que la savane boisée domine l’entité de Muliro et de Mwange.

Hydrographie

Toutes ces rivières trouvent leurs sources dans la chefferie Manda sauf la rivière Moba qui trouve sa source dans la chefferie Bakwatanga ou Bena- tanga à l’Est du territoire et se jettent toutes dans le lac Tanganyika. En plus de ces 5 grandes rivières, nous pouvons y ajouter trois rivières poissonneuses que constituent la Kikwele, Kibanga et Sikisimba.

Particularités et richesses du territoire
  • Le territoire de Moba, avec sa superficie est l’un des plus vastes territoires de la province du Tanganyika. Il est caractérisé par la présence des montagnes et des plateaux.
  • Il est limitrophe à deux pays (Zambie et Tanzanie) et trois territoires (Kalemie, Pweto et Manono).
  • Il est bercé par le lac Tanganyika qui lui facilite les transactions commerciales avec un des territoires limitrophes et les pays voisins en plus de sa grande richesse en poisson. Il a un sol fertile avec une diversité des cultures et favorable à l’élevage.
  • Le sous sol regorge plusieurs richesses dont l’or, le cuivre, la cassitérite, le cobalt, le coltan, la tourmaline, le fer, le Wolframite, le plomb, le zinc et l’argent ainsi que d’autres minerais non connus. Ces ressources de sous sol sont quasiment inexploités. 
Données culturelles

Trois grandes tribus vivent dans le territoire de Moba :

  1. Les « Batabwa » constituent la tribu dominante, plus de 80% de la population. Ils sont  majoritaires dans toutes les chefferies du territoire et vivent de l’agriculture, de la pêche, de l’élevage et de l’artisanat. Les Batabwa sont une tribu hospitalière et du régime social matriarcal.
  2. Les baluba 10% de la population viennent en deuxième position et vivent  dans la chefferie de Nganie particulièrement dans le groupement de Kasenga et Mupanga par la pêche et le commerce des produits de pêche;
  3. Les « Ba- bemba » arrivent en troisième position et vivent dans les territoires limitrophes à la Zambie grâce à l’agriculture et des activités informelles.Les pygmées dits « batwa» sont éparpillés dans les localités de Mulungushi, Pepa, Sikisimba, Kampela, Lusenga, Tumbwe et vivent essentiellement de l’agriculture et de la chasse.
  4. Outre ces tribus, on rencontre une minorité des Ba- hemba, des Ba- tetela, des Ba- shi, des Ba- Kassai, des Bavira, des Ba- Toka Kasongo,  des Ba- Tetela, des Ba- Karundi, …
  5. Par ailleurs, le territoire possède un centre culturel, trois radio locales notamment la Marungu FM, la radio Moba FM, la radio communautaire de Moba (RCMO) et la radio- télé locale à l’instar de la RTM actuellement en panne depuis un semestre. Quelques associations culturelles locales comme Buvwano, Sorena, Buluba, Bukata, 8 groupes de danse traditionnelle, trois orchestres de musique moderne et 7 salles de spectacle sont aussi actives.
  6. Religions : Christianisme dominant (catholicisme en majorité, protestantisme en minorité) et islamisme. On retiendra que le territoire abrite la première mission catholique du Congo ; la cité de MPALA qui est par ce fait un site touristique. Le premier prêtre catholique congolais d’heureuse mémoire Stéphane KAOZE est aussi originaire du territoire et de tribut Tabwa.

  7. Croyances : la grande partie de la population sombre encore dans la superstitution manifestée par la croyance à la sorcellerie, aux ancêtres, aux fétiches, au recours aux guérisseurs et caractérisé par des migrations saisonnières pour la chasse et la cueillette. En témoigne, le phénomène majini qui associe bon nombre des maladies aux mauvais esprits imputés à certains chefs coutumiers et d’autres phénomènes sensibles. 

  8. Sport: Le sport le plus répandu est le foot ball avec 5 grandes équipes qui font le renom du territoire  à savoir l’AS Romain (champion provincial 2016 et champion territorial 2017), l’AS Moba Sport (champion territorial 2015, vice champion provincial 2017), US Kaoze, Nazis jaguar et AS Visco. Toutes fois, l’encadrement financier et matériel de ces jeunes reste précaire et à désirer ; pourtant ils ont du potentiel. Le territoire possède trois grands stades (Mulowa en bon état et nécessitant une clôture, Kinzungi en assez bon état et Mutambala en bon état nécessitant une clôture). En plus du foot ball, les jeunes KARATEKA se font entendre.

Langues parlées dans ce territoire
  1. Le swahili 90%
  2. Le kitabwa 85%
  3. Le tshiluba 8%
  4. Le kibemba 5%

Par ailleurs, par suite de l’hétérogénéité culturelle dans la cité de Moba, chef lieu du territoire, le Swahili est entrain d’absorber le Kitabwa qui n’est plus d’ailleurs retransmis ou appris aux nouvelles générations.

En dehors du français qui est plus utilisé dans l’administration et l’éducation, le Swahili est parlé presque par toutes les tribus et sur l’ensemble du territoire. Le Kitabwa est parlé par les Batabwa et d’autres tribus pour de fin d’intégration et  d’avoir vécu longtemps dans le territoire. Ceci dans la grande partie du territoire avec plus de 85% de la population. Le Tshiluba est parlé par les Baluba qui vivent en grande partie vers Mwanza, Kamena, Kasenga, Mazondo, Mupanga en limite avec le territoire de Manono et de Kalemie tandis que le Kibemba avec certains mots empruntés de Kitabwa est parlé par les Babemba qui vivent vers Muliro, Kikongo, Kitendwe,  Mukobe, Kabele en limite avec le territoire de Pweto et de la Zambie.

Principales activités
  1. Agriculture : 63,50%
  2. Pêche : 12,50%
  3. Artisanat : 7%
  4. Petit commerce 6%
  5. Emplois salariés 5%
  6. Elévage 4% 
  7. Exploitation artisanale de l’or 0,5%
  8. Autres activités: 1,5%
  • L’agriculture est en général de type familial et de subsistance réalisée sur des petits espaces avec des outils rudimentaires (houes, machettes, haches, …) et rarement avec les machines (tracteurs). Les grandes cultures du territoire sont le manioc 69,41%, le maïs 12,11%, les haricots 10,61%, arachides 5,19%, pomme de terre 0,32%, patate douce, voandzou, … tandis que l’alimentation reste dominée successivement par les maïs, les haricot, les maniocs, les légumes feuilles (feuilles de manioc « sombe », feuilles des patates douces « matembele », feuilles des courges « kibwabwa », feuilles des haricots « Kinsisa », choux, et les poissons ;
  • L’élevage est au redémarrage dominé par l’espèce bovine pour les grands éleveurs, ovine et caprine pour les petits éleveurs avec très peu des fermes. Les grandes fermes actuelles sont (Elgyma à Pepa, Cedaco à Kipiri et Espoir à Kabwela). Cependant, à la fin de décembre 2016, les têtes de bovins s’élevent à 7 758, des ovins à 27 264, des caprins à 36 172, des porcins à 6 245 et des volailles (poules, canards, dindons et pintages) 79 299 sur l’ensemble du territoire.
  • La pêche est en général fructueuse avec deux espèces très rependu ; le Lattes stapperssi (Mikebuka) et le Stolotrissa tanganikae (Ndakala). On trouve aussi le Lumbu, le sangara, le Tubunda, le capitaine, le milonge, kambale, … . Néanmons, elle n’en demeure pas moins artisanale avec l’usage des sennes de plage, le lifnet, palangre de fonds, catamaran, …
  • S’agissant de l’exploitation artisanale de l’or, elle est plus pratiquée à Mpala, Kazombwe, Karonja et à Maseba en majorité par les Bashi venus de Bukavu et la vente est aussi effectuée à Bukavu sous l’intermédiaire des négociants originaires de Bukavu.
  • Quant au commerce, il est plus effectué dans la cité de Moba avec des grands marchés comme Kapanga et Regeza tous deux à Moba port, Kirungu à Kirungu ainsi que des marchés secondaires comme celui de Kala à 30 km de Kirungu et de Kasenga. La majorité des commerçants du territoire sont en grande partie les Bashi ; le commerce n’étant pas dans les habitudes de Batabwa. Cependant, ils commencent déjà à s’y exercer.
  • Les emplois salariés sont peu nombreux, l’Etat est le grand employeur malgré qu’une part importante des fonctionnaires demeurent soit non immatriculés, ou soit immatriculés non budgétisés ou encore sous rémunérés. Ce qui pérenisent la faible efficacité des agents de l’Etat et qui accroit la corruption.


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au 31 mars 2017
Vendeur : 1$ = 1 340 FC Acheteur : 1$ = 1 300 FC
Nombre d’opérateurs économiques 372

Principaux opérateurs économiques
  1. KYONDE KAKISA SHOP : Importateur de produits pétroliers, ciments, riz, sucre, huile végétale. Opère également dans le transport des personnes et des marchandises sur la route MOBA- Pweto- Lubumbashi, Moba- Kalemie et dans le transport intérieur des matériaux de construction et des produits agricoles vers le port pour l’évacuation par bateau ;
  2. Jules MUZIMBE ; vente des produits pétroliers et des minerais ;
  3. Rose KETUMILE: Transport terrestre, vente des produits pétroliers et matériaux de construction;
  4. TABU KABUNDA Frederick : Ferme, pêche et commerce des produits agricoles ;
  5. Jacques BUHENDWA BASHIGE : Dépôt des produits vivriers ;
  6. HADJI ALI MUHAMED : Importateur de produits pétroliers, ciments, riz, sucre, huile végétale et dépôt des boissons sucrées ;
  7. KALUGA Sébastien : Vente des matériaux de construction, hôtelier et divers ;
  8. MOHAMED ISSA : Importateur de produits pétroliers, ciments, riz, sucre, huile végétale;
  9. J- P PHAR : Vendeurs des produits pharmaceutiques et dépôt des boissons sucrées
  10. MOPASA KITOKO, KALUSE KITAMBA : Importateur de produits divers, riz, sucre, huile végétale,  des produits agricoles et de pêche.

Actuellement, le nombre des opérateurs économiques s’élèvent à 372 tandis que les filières de production restent dominées par le maïs, le manioc et les poissons. Très peu d’opérateurs économiques interviennent dans la production. La plupart de leurs activités commerciales sont concentrées à Moba port, centre réputé commercial du territoire et le reste à Kirungu.

Principales activités des opérateurs économiques
  1. Importation et vente des produits pétroliers et manufacturés 25%
  2. Ventes des produits agricoles et de pêche 20%
  3. Importation et commercialisation du ciment et de biens de premières nécessités (sel, sucre, riz et farine de froment) 20%
  4. Transfert d’argent (Soficom, agence Baudouin transfert, Vodacom m-pesa): 10%
  5. Ventes des téléphones, cartes SIM et cartes téléphoniques (Vodacom, Orange et Airtel), en plus du service m-pesa pour Vodacom: 8%
  6. Vente des produits pharmaceutiques 5%
  7. Ventes des motos et pièces de rechanges (Kinshop): 2%
  8. Autres activités: 10%
Principales activités des PME/PMI
  1. Production et distribution de l’électricité, réparation des véhicules et production des meubles
  2. Elevage ;
  3. Distribution de l’eau ;
  4. Transport terrestre et maritime ; 
  5. Transformation, conservation et commercialisation des produits de pêche et des produits agricoles ;
  6. Fourniture des services divers (Secrétariat publics, salons des coiffures, …) et artisanat.

Grâce au micro- barrage Ngandwe- Mfwamba, le courant est fourni à plus de 2100 ménages de la cité de Moba 24h/ 24 sauf les jours des pannes techniques faisant rarement 48heures.

Grandes entreprises locales
  1. La micro- centrale Ngandwe Mfwambwa : plus de 18 employés ;
  2. Regideso : moins des 5 employés ;
  3. La société Vodacom et Orange : moins des 5 employés ;
  4. La Soficom : plus de 5 employés ;
  5. La Boulangerie moderne Cotepa
  6. Boulangerie de Moba (Laboumo) : plus des 5 employés.

La société Regideso constitue la deuxième grande entreprise du territoire par l’importance de ses activités, mais elle n’emploi que cinq personnes, suivi de Vodacom qui n’emploi que trois agents.

La micro- centrale Ngandwe- Mfwamba est la première grande entreprise locale au regard de ses activités. Elle emploie 17 agents et fournit de l’électricité aux ménages de la cité de Moba, un garage d’entretien et d’ajustement des véhicules et un atelier de menuiserie.

Principaux produits agricoles
  1. Manioc, production 2016: 398 784 tonnes, Rendement: 5,57T/ha.
  2. Maïs, production 2016: 62 203 tonnes, Rendement : 0,71T/ ha.
  3. Haricots, production 2016: 32 507 tonnes, Rendement: 0,525T/ ha.
  4. Arachides, production 2016: 35 804 tonnes, Rendement: 1,15T/ha.
  5. Riz paddy : production 2016: 5 146 tonnes, Rendement : 1T/ha.
  6. Blé (production 2016: 2037 tonnes, Rendement: 0,97T/ha.

Le  maïs est consommé bouilli, braisé et en foufou. En plus, la farine de Maïs entre dans la fabrication du vin de Maïs  fortement alcoolisé « Lutuku » dit localement « cinq cent »; très consommé et apprécié tant par les jeunes que par les adultes ainsi que de Munkoyo et de Kibuku. 

Selon la teneur en cyanure, on rencontre le manioc doux qui est consommé bouilli et le manioc amer qui est consommé en foufou, seul ou en mélange avec la farine de maïs. Le manioc est aussi consommé comme bouillie en mélange avec les arachides et le sucre. Il est en plus consommé en Kwanga. Ses feuilles sont consommé en Pondu ; premier légumes plus consommé et apprécié par les ménages du territoire. Cependant, la grande production de manioc n’est pas commercialisée.

L’aliment de base de la population de Moba est le maïs bien que la production de manioc dépasse de loin cette culture. 

Principaux produits non agricoles
  1. Les poissons « Stolotrhissa tanganikae »
  2. Les champignons
  3. Le rat ‘mpuku »
  4. L’huile de palme et le vin de palme appelé localement « Malofo, lumayimayi »Le score de diversité alimentaire des ménages au cours du dernier trimestre 2015 est de 7 tandis que le score d’échelle d’insécurité alimentaire est de 14. Les champignons sont ramassés d’habitudes par les enfants et les femmes et sont consommés localement.

Par ailleurs, les pêcheurs zambiens viennent pêcher dans l’espace congolais, profitant des difficultés des marins congolais qui n’arrivent pas à faire régulièrement les patrouilles sur le lac par suite de l’insuffisance des pirogues motorisées et du carburant. La pêche est en plus confrontée au problème du respect de la règlementation perpétuant la fameuse pêche destructrice des géniteurs dite « Bidembwe » dans les  frayères et utilisant les alevins comme appâts aux côtés de la pêche des petits fretins dits « Timpa » à l’aide des moustiquaires.

Les poissons sont pêchés en grande quantité dans le territoire de Moba. Le surplus à la consommation locale est fumé, salé ou congelé pour être vendu dans les pays et territoires limitrophes.

Principales sources d’énergie
  1. Bois: 100%
  2. Piles (boules d’ambiance et lampes torches): 26%
  3. Electricité: 1,62%
  4. Panneaux solaires: 0,27%
  5. Groupe électrogène (Essence): 0,03%

Par ailleurs, l’emploi du pétrole est devenu courant dans la pêche pour allumer les collements et l’essence dans les groupes électrogènes pour allumer les projecteurs afin d’attirer les poissons. Cet usage est utilisé à Moliro dans la pêche semi- industrielle. 

Grâce au micro- barrage Ngandwe- Mfwamba, propriété privée de la fondation Mondo justo, l’antenne de Moba est électrifié 24h/24 sauf les jours des pannes techniques et d’entretiens qui ne sont courantes qu’en saison pluvieuse. Ainsi, le développement des moulins, des secrétariats publics, des salons de coiffure, des ateliers de menuiserie, de la conservation des poissons, de l’usage des téléviseurs et radio, … a vu le jour et se développe de plus en plus.

Le bois (bois de chauffe et le charbon de bois) continue à être la principale source d’énergie de tous les ménages du territoire pour son utilisation domestique.  Le bois est concomitamment utilisé avec les autres sources d’énergie. Les piles sont devenues la deuxième source d’éclairage du territoire. Dans l’antenne de Moba tout comme dans les chefferies, les boules d’ambiance localement appelé « Boulda »  alimentées grâce aux piles et l’éclairage avec les lampes torches sont de plus en plus développé  par les ménages à faible revenu pour l’éclairage. Le solaire (devenu quatrième source d’énergie du territoire) se développe de plus en plus pour l’éclairage, la charge des téléphones, le fonctionnement des salons de coiffures, des télévisions et les postes récepteurs, … principalement dans toutes chefferies et dans les ménages de la cité dépourvu d’électricité.


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 1
Nombre de centre de santé 47

Le territoire de Moba est subdivisé en deux zones de santé:

  1. la zone de santé de Moba
  2. la zone de santé de Kansimba

Il possède un hôpital général de référence et deux centres de santé de référence dont celui de Katele Moba port pour la zone de santé de Moba tout comme l’hôpital général et celui de Kala, faisant fonction d’hôpital général de référence pour la zone de santé de Kansimba. L’hôpital général de référence de Kirungu est situé dans la commune de Kirungu, quartier Congo sur l’avenue de l’hôpital. Il a été construit à partir de 1950 jusqu’à 1952 par les ingénieurs Mostile et Viante sous le patronat du Dr Very de l’église catholique. Il fournit entre autres services :

  • de généraliste
  • de pédiatrie
  • de maternité
  • de laboratoire
  • de radiographie
  • d’écographie et opération
  • de médecine interne homme et femme
  • de protection maternelle et infantile
  • du centre anti tuberculeux et lépreux
  • d’une unité de traitement de choléra.

Il fonctionne avec 5 médecins tous de sexe masculin, 10 infirmiers A1 (parmi lesquels  6 femmes), 17 infirmiers A2 (parmi lesquels  14 femmes), 4 infirmiers A3 (toutes de sexe féminin), 6 accoucheuses et 16 infirmiers auxiliaires (parmi lesquels 9 femmes). Il a une capacité d’accueil de 150 lits dont 120 installés mais autours de 50 lits n’ont pas de matelas et la plupart  n’ont ni couvertures, ni draps. Les infrastructures qui abritent l’hôpital sont dans un état moyen mais une réhabilitation de certains locaux serait adéquate.

La zone de santé de Moba possède 24 centres de santé en plus du centre de santé de référence de Katele et 8 postes de santé tandis que celui de Kansimba possède 22 centres de santé, le centre de référence de Kala compris. Notons que parmi ces 22 centres de santé de Kansimba, 8 bâtiments sont en pailles et le reste en bon état.  

La capacité d’accueil moyenne des centres de santé  de Moba est de 17 lits tandis que pour ceux de Kansimba, elle est de 5 lits dont en moyenne 3 lits installés. Pour des cas graves, les patients sont référés soit à l’un de deux centres de santé de référence ou soit à l’hôpital général de Kirungu. Une grande partie des médicaments est disponible dans les centres de santé grâce à l’appui des ONG comme Médecins du monde Belgique, Action Damien,  Unicef et quelque fois des dons du gouvernement.

Au cours de cette année 2015 qui s’achève, l’ONG Action Damien a construit un nouveau bâtiment qui va abriter le centre de santé de référence de Kala, son ancien bâtiment étant en mauvais état.

Dans son ensemble, le territoire de Moba possède 1 hôpital général de référence, 2 centres de santé de référence, 45 centres de santé et 8 postes de santé. Le personnel soignant dans son ensemble est de 11 médecins parmi lesquels un féminin, 121 infirmiers parmi lesquels 47 féminins, 52 accoucheuses non qualifiées et 4 accoucheuses qualifiées.

Maladies les plus récurrentes
  1. Paludisme 70,58%
  2. Infections respiratoires aigües 18,77%
  3. Diarrhée simple 6,78%
  4. Dysenterie 0,87%
  5. Rougeole 0,62%
  6. Choléra (saisonnière):0,36%
  7. Infections sexuellement transmissibles

Au cours de l’année 2016, le territoire de Moba a enregistré 67 196 cas de paludisme  sur 238 décès parmi lesquels 217 décès de moins de 5 ans.

Par ailleurs, la zone de santé de Kansimba viient de réintégrer le pacquet complet de VIH/ SIDA après un peu plus d’une année de rupture et de se doter de nouveau bâtiment du centre de santé de référence construit par l’ONG Action damien Belgique.


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 192
Ecoles secondaires 73

Ecoles secondaires : 73

 

Entités/ Secteurs

Ecoles primaires

Ecoles secondaires

Elèves au primaire

Elèves au secondaire

Enseignants au primaire

Enseignants au secondaire

Chefferie Manda et cité de Moba

142

62

44473 dont 21147 filles

10897 dont 6370 filles

1142 dont 510 femmes

598 dont 49 femmes

Chefferie Kansabala

29

6

8706 dont 3969 filles

706 dont 251 filles

238 dont 91 femmes

45 dont 1 femme

Chefferie Kayabala

4

2

624 dont 290 filles

154 dont58 filles

24 dont 7 femmes

15 dont aucune femme

Chefferie Bena- Tanga

3

1

937 dont 376 filles

–           

21 dont 7 femmes

Chefferie Nganie

8

3

2329 dont 1015 filles

382 dont 112 filles

69 dont 21 femmes

22 dont aucune femme

Secteur Kamania

4

1

1023 dont 507 filles

52 dont 24 filles

36 dont 18 femmes

5 dont aucune femme

Le territoire de Moba est l’un des territoires qui serait parmi les mieux instruits de la république de part son histoire. Il abrite la première mission catholique du pays, pilier de l’enseignement du Congo et a donné le premier prêtre catholique du Congo, d’heureuse mémoire Stéphane KAOZE.

Paradoxalement, les indicateurs de l’enseignement primaire, secondaire et même supérieure demeurent précaires et en régression comparativement à l’année scolaire passée. La fréquentation, l’achèvement du primaire que du secondaire ainsi que la réussite aux examens d’Etat ont baissé alors que les enfants scolarisables augmentent du jour au lendemain

Les principaux déterminants de la déscolarisation et de la déperdition scolaire à Moba apparaissent être la pauvreté des ménages pour faire face à la prime scolaire pour plus de 70% des ménages, l’analphabétisme couplé au faible niveau d’instruction des parents pour prioriser la scolarisation des enfants, la sexualité anarchique entrainant les grossesses et les mariages précoces, le nombre élevé des enfants par ménage en contraste avec le niveau des revenus des ménages, les travaux champêtres. Ainsi, les ménages éduqués scolarisent plus leurs enfants et le taux de déscolarisation et de la déperdition augmente à mesure qu’on s’éloigne du centre.

Par ailleurs, le territoire n’organise  que trois écoles maternelles, toutes se trouvant dans l’antenne de Moba, chef-lieu du territoire.

Le territoire de Moba organise en plus 4 centres d’alphabétisation et 6 centres d’apprentissage tous localisables dans l’antenne (cité) de Moba, chef lieu du territoire.

Enseignement supérieur et universitaire
Universités 1
Instituts supérieurs 2

 

Université/Institut supérieur

Entité/Secteur

Filières

Nombre annuel d’étudiants

Nombre de professeurs

1.    Institut Supérieur de Développement Rural

ISDR/ Moba

Antenne de Moba 

Administration rurale ;

Gestion des entreprises de développement rural ;

Organisation sociale ;

Planification régionale ;

Environnement et développement durable et

Techniques rurales.

30 dont 9 filles (année académique 2015- 2016)

Aucun professeur, aucun chef des travaux, 19 assistants.

2.    Institut Supérieur des Techniques Médicales Abbé Stéphane Kaoze de Moba               (ISTM Moba)

Antenne de Moba 

Hospitalisation, Nutrition et diététique, Gestion hospitalière, Santé maritime.

 

63 dont 39 filles (année académique 2015- 2016)

Aucun professeur, 2 chef des travaux et 27 assistants dont 1 femme.

3.    Institut Universitaire du Congo de Moba

IUC/ Moba

Antenne de Moba

Techniques de développement communautaire; Faculté des sciences économiques et de gestion, Faculté de droit et criminologie, Faculté des sciences sociales, Faculté des sciences de santé, Faculté de psychologie et sciences de l’éducation, Faculté des relations internationales.

64 étudiants, 6 de sexe masculin

(année académique 2015- 2016)

Aucun professeur, 1 chefs des travaux, 35 assistants parmi lesquels 1 femmes.

L’ISDR est propriétaire du bâtiment dans lequel il étudie et dispose d’une bibliothèque, qui est pauvre en ouvrages tandis que les autres demeurent  des locataires et disposent point de bibliothèque.


ONG et projets

Nombre d’ONG 16
Principales activités
  1. Santé : 50%
  2. Sécurité alimentaire : 15%
  3. Eau, hygiène et assainissement : 25%
  4. Environnement (reboisement) :1%
  5. Education : 1%
  6. Alphabétisation des adultes : 1%
  7. Déminage et protection des civiles : 1%
  8. Activités génératrices des revenus : 5%
  9. Protection de l’enfant : 1%

Au cours de cette année 2016 et au premier trimestre 2017, la situation humanitaire a été dominé par la recrudescence du choléra et de la rougeole, l’anémie et le paludisme grâve à Kansenga et à Lumono avec des dizaines des décès, les pluies diluviennes avec des dégâts sur les maisons et les champs ainsi que les conflits intercommunautaires entre les Bantu et les pygmées ayant entrainé un déplacement interne de la population et d’autres conséquences non négligeables.

Deux  agences des nations unies interviennent indirectement dans le territoire à savoir :

  • OMS : Surveillance épidémiologique
  • Unicef : Vaccination, villages et écoles assainis, activités PEV (immunisation des enfants).

Quatorze ONG internationales interviennent directement à savoir :

  • Food for hungry « Fh » : Ong internationale intervenant en sécurité alimentaire et santé/ nutrition. Vulgarisation des semences améliorées de maïs, soja, haricots, arachides, boutures de manioc et géniteurs performants des chèvres, formations en cascades des agriculteurs et éleveurs en techniques culturales et pastorales modernes, formation et constitution des associations villageoises d’épargne et de crédit, construction des puits aménagés, construction des latrines aménagées dans des écoles et marchés, prise en charge communautaire des maladies de l’enfance et vaccination (VA).
  • Médecins du Monde (Mdm- Belgique) : Ong internationale, intervenant en santé, section santé sexuelle et reproductive. Formation des accoucheuses, prise en charge des victimes des violences ;
  • Action damien : Ong internationale intervenant dans la lèpre, tuberculose et soins de santé primaires. Sensibilisation sur la lèpre et tuberculose, primes de performance aux infirmiers ; assistance en médicaments, carburant pour la conservation de la chaine de froid, frais de formation, petits forfaits pour le fonctionnement, réhabilitation et entretien véhicules et motos des deux zones de santé, frais des réunions de monitorage et de comité de gestion.
  • Solidarités International : Ong internationale œuvrant en eau, hygiène et assainissement. Sensibilisation, chloration, désinfection, construction des puits, construction des latrines publiques dans les aires de santé de l’axe lac.
  • IRC : Ong internationale œuvrant dans l’appui aux sites des soins communautaires, dons des médicaments et petites primes aux infirmiers et dotation des vélos pour le transport des médicaments aux relais communautaire.
  • World vision : Ong internationale œuvrant en santé. Lutte contre le paludisme, approvisionnement en antipaludéens et distribution des moustiquaires imprégnés ;
  • OSC Gavi : Ong internationale œuvrant en santé, distribution des moustiquaires.
  • Muraadi wa afia : Santé
  • Commission diocésaine justice et paix (CDJP) : Ong nationale, protection et droits humains. Réinsertion socio- économique des enfants sortis des forces et groupes armés aux côtés des enfants vulnérables.
  • Caritas et Pam : Sécurité alimentaire. Assistance en vivres aux enfants souffrant de la malnutrition aigue et sévère.
  • Armée du salut : Ong internationale, eau, hygiène et assainissement. Construction des puits aménagés et des latrines publiques dans les écoles.
  • Croix rouge RDC : Ong nationale œuvrant en santé. Sensibilisation contre le choléra et maladies hydriques, chloration de l’eau, désinfection des maisons et latrines, activités des campagnes de vaccination.

Par ailleurs, les organisations locales sont aussi nombreuses de nom caractérisé par le faible encadrement et dépourvues des moyens et d’efficacité et peu nombreuse en résultats. Les plus ou moins actives sont  Hope Congo, GADIC, ASPEMO, CETPA, LWENDE, CAPAM, COPEDEMO, UMAMO et  KANSAMBA ZIBUKA.

Suite aux effets néfastes des conflits intercommunautaires entre les peuples Bantu et les pygmées « Mbote » à pmartir du fin 2016 jusqu’à la fin du premier trimestre 2017 avec comme corollaires les déplacements internes de la population, les pillages, l’incendie des stocks des maïs, l’abandon des activités champêtres entrainant l’accroissement du taux de malnutrition, des cas de rougeole, … Médecins Sans Frontières (MSF) exécute un projet d’urgence.

Principaux projets de développement financés par le Gouvernement
  • PRRIS : réhabilitation en arrêt pour l’attente du dernier financement de l’institut Kaoze à Kirungu par le gouvernement provincial, construction et équipement de l’E.P Zongwe à Kinzugi par le gouvernement central. La construction de l’E.P Kapulo à Balanga et de l’E.P Ponde à Ponde sous PRRIS a été achévé. Des bons bâtiments (salles de classe et bureaux) qui ne sont pas malheureusement équipés.
  • PARS : fournitures des médicaments non réguliers, approvisionnement régulier des intrants de lutte contre le choléra ;
  • Projet PADIR : « projet d’appui au développement des infrastructures rurales ». Construction en cours de l’entrepôt au grand port de Moba et du grand marché de Kinzungi.
  • Construction du stade de Moba-Port à Kinzungi, projet financé à moitié, mais non encore exécuté ;

Six salles des classes, un bloc des bureaux et 6 portes des latrines aménagées ont été construit pour abriter l’E.P Zongwe. En plus, les salles des classes ont été équipé en pupitres de bonne qualité, des chaises pour enseignants ainsi que des tableaux.

Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement
  • Le programme d’assistance alimentaire pour le développement Tuendeleye pamoja  « DFAP : Development Food Assistance Program» par Food for hungry, 2011 à juillet 2016. Financé par Usaid, Fh a construit un entrepôt des produits agricoles au centre de négoce de Kinkalata, a reboisé 650 ha des essences forestières et agro- forestières dans les chefferies Kansabala, Kayabala, Bena- Tanga et Manda, forme et encadre les comités de développement communautaire « CDC » et intervient dans l’approche genre par l’entremise de SFCG ;
  • Le projet d’appui aux soins de santé primaires en Zone de santé de Moba et de Kansimba par action damien, 2014 à 2016. Financé par la Direction Générale de Développement Belgique « DGB- Belgique », Action damien vient de construire des bâtiments qui pourront abriter le centre de santé de référence de Kala, approvisionne régulièrement les centres de santé en MEG, donne une prime de performance à 400 agents de santé, appui les aires de santé en pétrole pour la chaine de froid et organise des formations en faveurs des infirmiers ;
  • Santé sexuelle et reproductive Uzazi salama par Médecins du monde Belgique « Mdm- Be », 2014 à 2016. Financé par la DGD Belgique ; ce projet a déjà construit et équipé 02 maternité et 04 autres sont en construction. Elle assure la formation des accoucheuses et des infirmiers titulaires, a doté au 30 mars 2016 aux deux zones de santé des lits, des matelas, des chaines roulantes et d’autres matériels para- médicaux

Notons que l’ONG Alima a intervenu en décembre 2015 sur la riposte contre la rougeole, le paludisme et le choléra à travers l’installation des centres de traitement dans la zone de santé de Moba. Elle a assurée la prise en charge gratuite des soins, la restauration des malades et leurs transports.

 

 


Accessibilité et tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Oui
Voies aériennes Oui
Biefs navigables Oui
Train Non
  • Le territoire est accessible par voie routière (traversé par la RN 5 et 34), lacustre et aérienne. Le réseau routier est le plus étendu sur le territoire bien qu’en délabrement avancé. Certaines localités sont devenues enclavées et les routes de desserte locale critique.
  • Le lac Tanganyika palie suffisamment à la faible praticabilité des routes et constitue la voie la plus importante en approvisionnement des produits importés et en évacuation des produits agricoles grâce à la présence de 9 bateaux permanents sur le port de Moba. Cependant, le lac Tanganyika est navigable toute l’année sauf à certaines périodes du mois de juillet et août où le lac est trop agité avec le fameux vent dit Sabasaba.
  • Le port de Moba est étroit, de construction ancienne et en mauvais état présentant des risques mortels. Une reconstruction est souhaitée.
  • Quant à la voie aérienne, le territoire abrite un aérodrome et n’accueil que des vols humanitaires en permanence grâce aux compagnies UNHAS & ECHOFLIGHTS et des hélicoptères de la Monusco. L’aérodrome de Moliro est en aménagement et peut être viable au courant de cette année 2017.
Réseaux de communication
Africel Non
Airtel Oui
Orange Oui
Tigo Non
Vodacom Oui

Le réseau Vodacom couvre certaines parties du territoire. La qualité du réseau se dégrade selon qu’on s’éloigne de la cité de Moba et de plus en plus quand il pleut.

Le réseau Orange ne couvre que l’antenne de Moba, le groupement de Kasenga, Mpala  et quelques villages limitrophes du territoire de Kalemie.

Le réseau Airtel lancé en date du 10 mars 2016 à 22 heures ne couvre jusqu’à ce jour que la cité de Moba, Moliro et Mpala.

Tous ces réseaux mettent à la disposition des habitants les cartes sims, les cartes téléphoniques, les sims et transferts flash. En plus, le réseau Vodacom offre un service M- pesa qui est un grand atout aux opérateurs économiques dans un territoire où il n’ ya ni coopérative ni banque.

Attraits touristiques
Parcs Oui
Jardins botaniques Non
Jardin zoologiques Non
Chutes d’eaux Oui
Sites touristiques Oui
Sites sacrés Non
  • Le parc Mwange  qui héberge plus des 30 espèces fauniques, dont les plus remarquables sont : le buffle, l’antilope cheval, l’antilope ronnanes, le creotrade sauteur, le cobe de roseau, le phacochère, … Il se trouve à plus de 200 km de l’antenne de Moba;
  • La chute Kitampya avec une hauteur de chute de 70m. Elle se trouve à 12 km de l’antenne de Moba, chef lieu du territoire ;
  • La chute Ngandwe Mfwambwa dans le domaine Ngandwe où vivent des singes localement appelés Makako et des nombreux serpents. C’est la chute où est construit le barrage Ngandwe Mfwamba qui alimente le territoire en électricité. On y parle de la présence des deux esprits mystiques de sexe différent dont Ngandwe, esprit féminin et Mfwamba, esprit masculin. Elle se trouve à 3 km de l’antenne de Moba, chef lieu du territoire ;
  • La cité de Mpala où est construite la première mission catholique du Congo et qui avait donné le premier prêtre congolais d’heureuse mémoire l’Abbé Stéphane KAOZE ;
  • L’Eglise Saint Joseph, ancienne cathédrale du diocèse de Kalemie- Kirungu et qui abrite les tombeaux des 5 premiers évêques du diocèse. Il se trouve dans l’antenne de Moba sur le quartier Congo ;
  • Le mont Nzawa sur lesquels on trouve des buffles. C’est là où a commencé la rébellion de Mzee Laurent Désiré Kabila en 1984 ;
  • Le mont Nangu qui abrite une grotte artistique profonde dans laquelle les prêtres catholiques célébraient la messe vers les années 1980. De là vient l’expression tabwa: « Nangu nambolo wa mweneza bazungu mbiko». Il se trouve à 82 km de Moba dans la chefferie Kansabala, le long de la route Kirungu- Mwanza.
  • Le mont Lupala qui abrite une grotte dans laquelle la population se cachait pendant les guerres de libération. Il se trouve à l’ouest de Lyapenda à 65 km de la cité.
  • Le village Katandara dans lequel les soldats de Mobutu sous le commandement du lieutenant Numbi en guerre contre Mzée Kabila avaient brûlé en 1984 les habitants après les avoir enfermé dans des maisons. Il se trouve à 45 km de l’antenne de Moba, chef lieu du territoire.

La plage du lac Tanganyika et les eaux thermales de Ngaza

Espèces phares de la faune
  • Buffles sur le Mont Nzawa
  • Singes (Makako)
  • Phacochères,
  • Cobe de roseau,
  • Cotriades sauteurs,
  • Antilope romane,
  • Antilope cheval bipale, « situtungas » dans le parc Mwange. On note en plus la présence des crocodiles dans le lac Tanganyika et certaines rivières.
Espèces phares de la flore
  • Mupa
  • Saninga
  • Musosa
  • Nsambi, kibalibali, kibala, kabomba

A ces espèces ligneuses s’ajoutent les plantes médicinales à l’instar du Kalobe qui intervient dans l’augmentation du sang, le Moringa qui soigne plusieurs maladies, l’Aloès Vera localement appelé « Kizima » qui soigne diverses maladies, la Musamba nvuta (soigne les maux de ventre, la faiblesse sexuelle), la Lufungu pour les infections sexuelles des femmes et la Mitileza pour les maladies et vers intestinaux.


Situation sécuritaire

Depuis le déclenchement des conflits intercommunautaires, la situation sécuritaire à Moba est légèrement calme dans l’antenne de Moba (cité), préoccupante dans les environs avec des conflits intercommunautaires en latence. 


Opportunités de développement

  • La présence de plusieurs rivières et chutes d’eau pouvant servir à l’installation d’autres micro- barrages hydro-électrique ;
  • Une terre fertile avec une grande production des grains des maïs, des cossettes de manioc doux et amer, des graines de haricots et des tubercules de pomme de terre ;
  • Une population à vocation agricole et forte qui, très bien encadrée, peut accroitre spectaculairement la production agricole ;
  • Des grands espaces cultivables fertiles et des pâtures non exploités disponibles ;
  • Une production agricole et une pêche suffisante pour organiser des filières de production;
  • La présence du lac Tanganyika poissonneux et des rivières poissonneuses ;
  • La présence de plusieurs sites touristiques qui bien aménagés attireraient des touristes ;
  • La présence d’un aérodrome (Hewa Bora) et d’un piste d’attérissage (Muliro) et des bateaux pour faciliter le transport ;
  • Le sous-sol riche avec la présence des gisements de l’or, du cuivre, de  cassitérite, du cobalt, du coltan, de la tourmaline, du fer, du Wolframite, du plomb, de zinc et d’argent ainsi que d’autres minerais non connus. Ces ressources de sous-sol bien exploité, peuvent créer des emplois et accroitre le PIB du territoire.

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique