Territoire de Opala

Fiche du territoire

Mise à jour le 31 mars 2017

Province Tshopo
Superficie 26 294 km²
Taille estimée de la population 270 308 hab.

(source: Population cumulée des Zones de santé du Territoire d’Opala (Opala et Yaleko), 2016)


Carte administrative


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

Le territoire d’Opala est situé au Sud-Ouest de la Ville de Kisangani et a été créé le 1er avril 1913 par l’Ordonnance loi n° 70/02 du Gouverneur Général à l’époque du district d’ARUWIMI, pendant la colonie Belge.

Il est subdivisé en onze chefferies et/ou secteurs, à savoir : Balinga-lindja, Kembe, Yalingo, Mongo, Yapandu, Yomaïe, Yeyango, Yawende-loolo, Tooli, Lobaïe, Iyes.

Coordonnées géographiques

  • Latitude : 0° 37’ Sud
  • Longitude : 24° 21’ Est

Climat et saison

Opala a un climat du type équatorial, caractérisé par deux saisons. Deux petites saisons sèches s’observent de Décembre à Février et de Juin à Juillet. Le reste des mois c’est la saison des pluies. Notons que les perturbations s’observent chaque année et la température varie entre 19.8 et 30.6°

Hydrographie

L’hydrographie du territoire d’Opala est caractérisée par un long lit de l’affluent Lomami qui se jette dans le fleuve Congo après être alimenté par les rivières Lobaïe, Lokilo, Etoli, Elipa, Lombo, Ndulu, Lotanga et Lokona. La rivière Lomami relie le territoire d’Opala à celui d’Isangi où elle se jette dans le fleuve congo.

Nature de sol et végétation

La principale couverture végétale est la forêt équatoriale dense au sol argileux, limoneux et argilo-sablonneux.

Particularités et richesses du territoire

Particularités du territoire

Le territoire d’Opala est le territoire qui produit le Riz préféré par tous les consommateurs et qualifié de meilleure qualité dans toute la province de la Tshopo et même dans toute l’Ex Province Orientale démembrée.

Richesses du territoire

  • Production d’une grande quantité de Riz, de manioc, de bananes plantain et de palmiers à huile.
  • Sol et climat propices à la culture du café.
  • Une grande quantité d’hévéa.
  • Il abrite aussi le parc de la Lomami avec plusieurs espèces d’animaux protégés
  • Le sous-sol du territoire regorge de diamant qu’on exploite artisanalement.
Données culturelles

Dans le territoire d’Opala nous trouvons seulement une seule tribu, celle des Mbole qui sont agriculteurs, pêcheurs et chasseurs.

Les Bambole aiment manger le Lituma qui est une pate constitué d’un mélange des maniocs et des bananes plantains.

Langues parlées dans ce territoire
  1. LINGALA (100%),
  2. KIMBOLE (97%),
  3. SWAHILI (20%).

Dans ce territoire, le Lingala est la langue parlée par toute la population et dans tous les milieux. Le Swahili est parlé au nord du territoire dans les secteurs proches de la ville de Kisangani, à savoir les secteurs Lobaïe et Tooli. Le Kimbole est la langue vernaculaire des Bambole.

Principales activités
  1. Agriculture (90%),
  2. Elevage (15%),
  3. Pêche (27%);
  4. Petit commerce (4%),
  5. Chasse (35%).

Les Bambole, pour leur survie, s’adonnent à plusieurs activités à la fois. L’agriculture est vivrière avec comme principaux produits le Riz, le manioc et les bananes plantain. La chasse est la deuxième activité pratiquée par les hommes durant la période d’ouverture de chasse. L’élevage est celui de petit bétail (chèvre, porc) et les volailles (poules) et se fait pour les besoins des grandes cérémonies coutumières et l’autoconsommation. Le petit commerce (des produits manufacturés) est pratiqué par une petite portion de la population. Pour le moment la culture du riz est beaucoup plus pratiquée pour la commercialisation.

 


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au 31 mars 2017
Vendeur : 1$ = 1 350 FC Acheteur : 1$ = 1 400 FC
Nombre d’opérateurs économiques 19

Principaux opérateurs économiques
  1. Vicky ILONGO KOYALE (commerce général et hôtellerie),
  2. MAKUNDO HAHE Adamon (opérations de transfert d’argent, M-Pesa, de la bureautique et de l’Atelier de soudure),
  3. Galerie la Confusion chez Jomali (Commerce général),
  4. Patrick Pharmacie Opala Centre,
  5. Alain MBATU (Commerce général).

La FEC venait récemment de s’installer et n’est pas présent dans toutes les collectivités du Territoire.

Avec un personnel de plus ou moins 12 travailleurs, Vicky TOKOLE ILONGO s’est spécialisé dans l’hôtellerie et MAKUNDO HAHE Adamon dans les opérations de transfert d’argent, de la bureautique et l’atelier de soudure.

Principales activités des opérateurs économiques
  1. Commerce général
  2. Commercialisation du paddy (Riz)
  3. Carburant
  4. Friperie
  5. Quincaillerie
  6. Produits pharmaceutiques
Principales activités des PME/PMI

Les activités des PME sont quasi inexistantes dans le territoire. Ici nous pouvons citer seulement  AN’OPALA qui exerce dans le commerce général et dans la petite hôtellerie.

Grandes entreprises locales

Il n’existe aucune grande entreprise locale.

Principaux produits agricoles
  1. Riz
  2. Manioc
  3. Banane plantain
  4. Palmier à Huile

Le riz occupe la première place dans la production agricole du territoire d’Opala mais la variété locale utilisée et appelée Kitombe est en dégénérescence. Le manioc vient en deuxième position mais on note la présence de la maladie dite mosaïque africaine de manioc dans quelques champs mais son incidence n’est pas trop inquiétante. Aujourd’hui le café est presque abandonné suite à une maladie appelée « trackmikioz » qui le ravageait ainsi que l’absence des acheteurs et l’hévéa suite à l’accessibilité difficile dans le territoire causée par le mauvais état de la route Opala-Kisangani et à la zaïrianisation. En 2014, il s’est observé une réapparition timide de la société Lobi Congo pour l’achat du caoutchouc puis elle a fermé. Plusieurs coopératives agricoles existent au sein du territoire dans le domaine de l’Hévéa.

Principaux produits non agricoles
  1. La viande de brousse;
  2. Les chenilles

Les produits non agricoles les plus consommés presque toute l’année à Opala sont les produits forestiers. En principe la viande de brousse ne devrait pas être consommée durant la période de fermeture de chasse. Mais il y a toujours des fraudeurs et des inciviques braconniers qui sont toujours incontrôlables et qui tuent même les animaux partiellement ou totalement protégés comme l’Okapi, l’éléphant… Durant cette période de fermeture la viande de brousse est vendue en cachette dans des maisons mais ne peut pas apparaitre au marché par peur des sanctions par les agents del’ordre.

Principales sources d’énergie
  1. Groupes électrogènes ;
  2. Panneaux Solaires ;
  3. Bois et charbon de bois (la braise) ;
  4. Pile.

Pas d’existence de la SNEL. Quelques personnes seulement possèdent des petits groupes électrogènes. Toutefois au niveau du centre du territoire, deux opérateurs économiques ainsi que les deux hôpitaux généraux possèdent un groupe électrogène de grande capacité. L’installation « panneau solaire-batterie-convertisseur » est utilisée par quelques opérateurs économiques qui vendent des divers produits manufacturés. La pile électrique est utilisée dans les ménages pour le fonctionnement des torches, en remplacement de la lampe à pétrole. Le bois et la braise sont utilisés par tous les ménages pour la cuisine.

 


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 2
Nombre de centre de santé 42

Dans le territoire d’Opala on compte 2 hôpitaux généraux de référence (Opala et Yaleko) et 42 centres de santé, dont 21 dans la ZS d’Opala et 21 dans la ZS de Yaleko. Le HGR d’Opala a une capacité d’accueil de 115 lits dont seulement 45 sont installés avec à son sein 3 médecins et 15 infirmiers. Tandis que le HGR Yaleko a une capacité d’accueil de 60 lits et à son sein on trouve 5 médecins et 19 infirmiers. La zone de santé d’Opala couvre 8 secteurs du territoire, plus la moitié du secteur de Balinga-lindja alors que la zone de santé de Yaleko couvre seulement deux secteurs et le reste du secteur de Balinga-lindja. Les deux ZS du territoire bénéficient l’appui de l’OMS, UNICEF, PMI, ACTION DAMIEN pour les vaccins et autres (les médicaments antipaludéens, antituberculeux et anti lépreux).

Maladies les plus récurrentes
  1. Paludisme,
  2. Infection respiratoire aigüe,
  3. Diarrhée simple,
  4. Anémie,
  5. Tétanos maternelle et néonatale.

 


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 220
Ecoles secondaires 128

En moyenne on trouve 10 écoles primaires et 5 écoles secondaires dans chaque secteur ou chefferie du territoire d’Opala. Au courant de l’année scolaire 2015-2016, il a été recensé 58.765 élèves dont 26.444 filles dans toutes les écoles primaires et 16.750 élèves dont 6.700 filles dans toutes les écoles secondaires.

Enseignement supérieur et universitaire
Universités 0
Instituts supérieurs 1

Un institut supérieur fonctionne à Opala : l’ISP Opala. Il fonctionne dans les après-midi au sein de l’école Institut d’Opala.


ONG et projets

Nombre d’ONG 7
Principales activités
  1. Agriculture, routes (désenclavement) et Education (Enseignement technique et formation professionnelle) (CTB : Coopération Technique Belge),
  2. Petites actions de développement (ODEV : OPALA Développement),
  3. Santé (l’OMS, UNICEF, PMI, ACTION DAMIEN et CARITAS).
Principaux projets de développement financés par le Gouvernement
  1. Campagne nationale agricole
  2. PRISS (Projet de reconstruction des infrastructures scolaires) projet en cours.

Depuis trois ans, il avait été débuté les travaux de construction de l’école primaire Yaoleka dans le cadre du projet PRISS, malheureusement jusqu’aujourd’hui cette seule école ciblée dans le territoire par ce projet reste inachevée et non exploitée.

La campagne nationale agricole est un projet de distribution des intrants agricoles dans les territoires par le Gouvernement. A chaque campagne agricole, Il s’observe que ces intrants n’arrivent pas souvent au niveau du territoire d’Opala suite au manque de moyen de transport pour son acheminement.

Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement
  1. PRODAT (Programme de développement de l’agriculture de la TSHOPO) / Financement : Coopération technique belge (CTB).
  2. PRODET (Programme de désenclavement de la TSHOPO (Routes de déserte agricole) / Financement: Coopération technique belge (CTB).
  3. EDUC ( Enseignement technique et formation professionnelle / Financement: Coopération technique belge (CTB).

Depuis 2013, la CTB a lancé un projet d’appui au développement de l’agriculture dans la province de la Tshopo. Ce projet avait deux volets (PRODAT et PRODET) avec pour objectifs d’appuyer les agriculteurs des basins agricoles et de désenclaver les lieux des productions agricoles. A ces jours, la CTB a réussi a réhabilité 208km (de Kisangani à la Rivière Lomami) dans le cadre du projet PRODET. Notons aussi que dans le cadre de ce projet toujours, un nouveau bâtiment devant abriter le bureau de l’administration du territoire est en pleine construction. Récemment, vers fin 2016, la CTB a lancé le 3ème volet de son programme dans le Territoire, à savoir EDUC pour l’enseignement technique et formation professionnelle.

 


Accessibilité et tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Oui
Voies aériennes Oui
Biefs navigables Oui
Train Non

Opala est accessible par une route (la nationale n°7) coupée à certains endroits par des rivières affluents du fleuve Congo (exemples: la rivière Lobaie, la rivière Lomami et la rivière Lombo). Ce territoire est aussi accessible par voie fluviale à travers les biefs navigables (Kisangani – territoire d’Isangi sur le fleuve Congo et Isangi – Opala sur la Rivière Lomami).

Il existe deux pistes d’atterrissage non opérationnelles qui nécessitent un réaménagement. La piste d’atterrissage de Yaluwela à 6km D’opala centre créée par les missionnaires catholiques de Diocèse d’Isangi dans la chefferie de Yalingo et la piste d’atterrissage de Lieke-Lesolo dans le secteur de Yawende-Loolo créée sous l’initiative de Onema Fama, Evêque Méthodiste de Wembo – Nyama.

Réseaux de communication
Africel Non
Airtel Oui
Orange Oui
Tigo Non
Vodacom Oui

Vodacom est opérationnel à Opala dans certains secteurs à travers des petites antennes pouvant couvrir une zone de 3km et qui fonctionnent avec des panneaux solaires. Raison pour laquelle ce réseau est non disponible dans des heures où il n’y a pas du soleil et le signal est toujours trop faible ne permettant pas d’avoir facilement accès à l’internet. Actuellement, suite à l’importance de ses abonnés à Opala Centre, Vodacom a installé des nouveaux kits de réseau sur le même pillier qu’occupe déjà Airtel et Orange. Depuis le mois de janvier 2016 Orange et Airtel ont monté leurs antennes sur un même pillier et leurs réseaux sont disponibles la journée tout comme la nuit mais le signal reste critique avec un accès un peu difficile pour l’internet.

Pour tous ces opérateurs, les cartes pré payées sont indisponibles et il y a absence de shops. Ce sont les petits commerçants qui facilitent l’approvisionnement en crédits avec beaucoup de difficultés. Un super dealer présent au centre du territoire assure le transfert d’argent via M-Pesa.

Attraits touristiques
Parcs Oui
Jardins botaniques Non
Jardin zoologiques Non
Chutes d’eaux Oui
Sites touristiques Oui
Sites sacrés Non

Chutes d’eau

  • La chute d’eau Maka sur la rivière Lombo, à environ 3km du chef-lieu du territoire d’Opala dans le village de Yaluwela.
  • Une chute d’eau de Lifela, à 115 km du chef-lieu du territoire dans le village de Masuwa, groupement de Loolo, secteur de Yawende-Loolo.

Site touristique

  • Le site d’Ituwo à 40km en amont de l’affluent Lomami, dans le village D’obenge, groupement de Bokuma, secteur de Balinga-Lindja.

Parcs

  • Le projet du parc de la Lomami
  • La réserve forestière de Yatolema à 150km du chef-lieu du territoire.
Espèces phares de la faune
  • Okapi,
  • Eléphant,
  • Hippopotame,
  • Bonobo,
  • Faux Gavial (Crocodile),
  • Paon Congolais,
  • Perroquet Gris,
  • Lesula,
  • Colobe noir et blanc,
  • Colobe Rouge,
  • Pangolin,
  • Chevrotain,
  • Orycterope,
  • Chat doré.
Espèces phares de la flore
  • Le bois de Sapelli,
  • Afromosia,
  • Wenge (Milletia laurentii),
  • Le Sipo,
  • Le Limba (Bois de coffrage).


Situation sécuritaire

Le territoire d’Opala est actuellement calme.

 


Opportunités de développement

Le territoire d’Opala peut se développer grâce à sa potentialité agricole et les voies d’accès dans le territoire :

Le riz : Opala produit le riz préféré par les consommateurs et qualifié de meilleure qualité dans tous les grands centres de consommation de la Province de la Tshopo, principalement la ville de Kisangani. Si cette culture de riz est développée en appuyant les agriculteurs, de manière à accroitre la capacité de rendement et qu’on crée une rizerie moderne, la demande du riz d’Opala pourrait s’étendre au-delà de Kisangani comme dans la province du Nord Kivu (ville de Goma) et bien d’autres provinces où on ne produit pas le Riz. Ceci motiverait la population d’Opala à produire davantage pour répondre à cette demande accrue et par conséquent elle gagnerait plus de revenus.

Hévéa : le caoutchouc est une matière recherchée du fait de son intervention dans plusieurs secteurs d’industrie (automobile, électronique, plastique, etc). Si l’Etat pouvait intervenir par l’appui et l’encadrement des producteurs de l’hévéa, le caoutchouc serait une matière qui pourrait procurer beaucoup de revenus aux populations des entités productrices, particulièrement la population d’Opala. Avec possibilité que cette demande puisse s’étendre à l’étranger.

Le café et Palmier à huile : sont deux cultures industrielles et le sol et le climat d’Opala sont propice à ces deux cultures. Il est possible de stimuler la création des PME de production d’huile de palme et de fabrication du savon au sein du territoire.

Le parc de la LOMAMI avec plusieurs espèces d’animaux protégés est un site à grand attrait touristique à condition que la sécurité soit garantie en RD Congo en général et dans le territoire d’Opala en particulier.

Les voies d’accès dans le territoire : Opala est accessible par route (la nationale n°7), par voie fluviale (biefs navigables : Kisangani-Isangi sur le fleuve Congo et Isangi-Opala sur la Rivière Lomami, affluent du fleuve Congo) et par voie aérienne (l’existence de deux pistes d’atterrissage dans le territoire). Ceci est un grand atout pour le développement de ce territoire du fait de la facilitation des échanges commerciaux.

Toutes les opportunités de développement citées précédemment dépendent de cette dernière (accessibilité dans le territoire) car elles ne peuvent être effectives que si les routes de déserte agricole sont aménagées et qu’il existe un trafic avec des engins appropriés sur les biefs navigables pour favoriser l’évacuation des produits agricoles vers les centres de consommation.

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique