Territoire de Kabambare

Fiche du territoire

Mise à jour le 31 mars 2017

Province Maniema
Superficie 19 513 km²
Taille estimée de la population 560 741 hab.

(source: Rapport annuel 2016 de l’Administration du Territoire)


Carte administrative


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

Le territoire de KABAMBARE est situé à l’extrême sud-est de la province  du  MANIEMA en R D C. Le chef lieu est kabambare, une cité située à 487Km de la ville de KINDU ; créé le 05/09/1894, le territoire de kabambare est le deuxième en RDC après celui de VIVI au Congo centrale, l’acte juridique de sa création fut porté disparu pendant la rébellion de 1964.

Les coordonnées géographiques :

  • entre 1° et 5° latitude Sud ;
  • entre 25° et 30° longitude est ;
  • L’altitude varie entre 600 et 1200m, c.à.d. la moyenne est 800m.

Relief

le relief est caractérisé par des terrains accidentés en pénéplaines avec des montagnes à SARAMABILA, KABAMBARE-CENTRE et ses périphéries, la plus grande montagne est le mont MITUMBA qui sépare le territoire de kabambare à celui de FIZI.

Climat

L e territoire de kabambare est dominé par le climat tropical humide avec 3 à 4mois de saison sèche (de septembre en mai) et 8 à 9 mois de saison de pluie (de juin en aout).  
Le territoire se trouve dans le bassin hydrographique du fleuve Congo, il a plusieurs rivières dont les plus importantes sont : LULINDI au Nord, LWAMA qui passe presque par le centre du territoire, et KILUNGUTI au Sud. La rivière  lwama est plus poissonneuse que les autres.

Végétation

Elle est  dominée par des savanes parsemées des forets de galerie le long des cours d’eaux ; on signale aussi  la présence des forets vierges qui constituaient  des réserves  à l’époque coloniale. Cas de la réserve de LWAMA dans les BABUYU.
Sol

Il est argilo-sablonneux et riche en humus.

Territoires  limitrophes :  

1.    Territoire de SHABUNDA au Nord,
2.    Territoires de KONGOLO , KALEMIE et NYUNZU au sud,
3.    Territoire  de FIZI à l’est,
4.     Territoire de KASONGO à l’ouest.

Le territoire de KABAMBARE est limité par six territoires, dont  deux territoires du Sud-Kivu (shabunda au nord et fizi à l’est), trois autres de Tanganyika au sud ( kongolo, kalemie et nyunzu) et un territoire du Maniema à l’ouest ( kasongo)

Particularités et richesses du territoire

Particularités et richesses du territoire :

Le territoire de KABAMBARE regorge une énorme potentialité dans le domaine de l’agriculture, pisciculture et élevage ; les plaines  de ce territoire et la qualité de son sol sont une grande opportunité pouvant faciliter l’usage des machines dans la pratique de l’agriculture ; les savanes de ce territoire constituent un atout dans le développement de l’élevage.
 la pisciculture ayant aussi une énorme potentialité et faisant partie des activités les plus génératrices de revenu de la population locale, ne génère pas beaucoup des recettes par manque de moyen de conservation afin de faire parvenir la production aux grands centres de consommation.   Le territoire possède aussi une énorme potentialité dans le domaine des mines, son sol est riche en plusieurs matières dont l’or, la cassitérite, le colombium…, Toute fois, le plus grand gisement d’or du territoire reste celui de NAMOYA (dans le secteur de BB Salamabila) , exploité par NAMOYA MINING filiale de BANRO ; d’autres gisements importants d’or se trouvent dans le secteur des BABUYU et restent exploités de manière artisanale par la population.

 

Données culturelles

La population originaire de ce territoire est repartie principalement en deux grandes tributs :

  • les bangubangu qui occupent 5 secteurs, BB wamaza ,BB salamabila, BB bahombo, BB bahemba et BB lulindi ;
  • les babuyu n’occupent qu’un seul secteur connu sous le même nom, ils sont très minoritaires que les bangubangu.

Outre ces deux tributs, on trouve aussi une minorité des pygmées (connus sous le nom des BATWA) dans les secteurs de BB bahombo  et de babuyu. Mais il faut signaler que le territoire de kabambare est peuplé par plusieurs autres personnes venant des autres territoires de la RDC et de l’étranger (cas des tanzaniens,…).
Sur le plan politique, toutes les six collectivités du territoire sont des secteurs, les chefs sont nommés par les autorités politiques compétentes de la RDC. Dans les 25 groupements que compte le territoire, la succession au pouvoir  est héréditaire au sein de la famille régnante. Le mariage est une affaire des familles, après accord des futurs époux, la discutions et le versement de la dot se fait entre deux familles ; quant à dot, selon la coutume, elle est fixée à 12 chèvres plus les droit de la mère. Mais actuellement, suite aux confrontations des différentes cultures, cette dot, non qu’elle ne respecte plus ce seuil traditionnel, mais aussi peux être versée soit en argent ou en chèvres. Si la population bangubangu applique le régime patriarcat, les babuyu, le patriarcat et matriarcat sont tous d’application. Avec le matriarcat , certaines femmes versent la dot aux familles des hommes et deviennent chefs des ménages.par rapport aux événement culturels, signalons la danse BAMBULI surtout pratiquée par bangubangu bahemba (benye mikebwe)  pendant les différentes cérémonies culturelles.

Langues parlées dans ce territoire
  1. SWAHILI,
  2. KIBANGUBANGU,
  3. KIBUYU,
  4. MASHI.

Le swahili est la langue national parlée par tout le monde dans le territoire, le kibangubangu est parlé par la plupart des originaires de kabambare , le kibuyu est parlé par  les babuyu; quant au mashi , il est parlé par le peuple BASHI venant du Sud-Kivu et constituant la majorité des opérateurs économiques du territoire de kabambare .   

Principales activités

1.    Agriculture, élevage et pisciculture
2.    Commerce
3.    Exploitation minière
4.    Cueillette
5.    Transport
6.    Mines

Le territoire de KABAMBARE est surtout dominé par les activités agricole ; l’agriculture vivrière reste dominante après la faillite de la cotonnière, une entreprise qui achetait et traitait le coton à WAMAZA, KIBANGULA et à KABAMBARE-CENTRE et qui pratiquement stimulait la culture de coton dans le territoire. Après la faillite de cette entreprise, le coton a disparu dans le territoire ; toute fois ses usines existent jusqu’à nos jours et ne demandent que la réhabilitation pour leur fonctionnement. Les grandes activités minières sont  actuellement réalisées par la société NAMOYA MINING outre l’exploitation artisanale pratiquée dans le secteur de Babuyu.


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au 31 mars 2017
Vendeur : 1$ = 1 400 FC Acheteur : 1$ = 1 300 FC
Nombre d’opérateurs économiques 574

Principaux opérateurs économiques
  1. Les Ets MASUDI LA CHARITE, emploie 11 personnes dans les activités de transport terrestre , appartenant monsieur MASUDI ;
  2. Les ETS BULAMBO MUDERWA  employant 15 agents dans les activités d’achat des minerais, appartenant à monsieur BULAMBO ;
  3. Les Ets MULOLO MATEMBELA effectuent le commerce général,  emploie 7 personnes et appartiennent à monsieur  MULOLO ;
  4. Les Ets LUTENDE CHINIBO Spécialisés dans le commerce, emploie 14 travailleurs et appartiennent  à monsieur LUTENDE ;
     
  5. Ets BAGALWA TCHIMANUKA évoluant le commerce et appartenant à monsieur BAGALWA.

Les Ets LUTENDE CHINIBO et MASUDI LA CHARITE se trouvent à WAMAZA et les autres évoluent à partir de SARAMABILA.

 

Principales activités des opérateurs économiques

1. Exploitation minière
2. Transport des personnes et de leurs biens par voie routière
3. Commerce de produits divers
4. Elevage
5. Messagerie financière ( transfert de fonds)

Principales activités des PME/PMI

1.    Artisanat
2.    Vente de produits pharmaceutiques
3.    Agriculture et  pisciculture
4.    commerce

Grandes entreprises locales
  1. société NAMOYA MINING filiale de BANRO, basée à SARAMABILA.


 NAMOYA MINING, filiale de la société multinationale BANRO,  fait l’exploitation mécanique d’or à SALAMABILA, chef lieu du secteur BB salamabila. Selon le rapport 2015 de l’inspection territoriale de l’emploi, NAMOYA MINING emploie plus 454 travailleurs ; Après l’exploitation, le minerai est traité sur place puis fondu en lingot avant d’être  expédié au CANADA

Principaux produits agricoles

2. Riz
3. Mais
4. Arachide

Tous ces produits  ses retrouvent dans tous les six secteurs de KABAMBARE ; le manioc est plus consommé pendant toute l’année et une autre partie de sa production est revendue dans le territoire voisin ( Fizi) et à BUKAVU, tandis que le riz, le mais et l’arachide sont beaucoup consommés pendant la moisson et le reste de la récolte est livré à la vente

Principaux produits non agricoles
  1. L’hui de palme
  2. Le champignon
  3. Les chenilles
  4. Les shabashaba (tiges des ignames)

Le produit non agricole le plus consommé dans le territoire de KABAMBARE est l’huile de palme,  et est revendue dans les territoires voisins, à lubumbashi et à BUKAVU. Elle est la principale source de revenu des bangu-bangu bahemba (les benyemikebwe)

Principales sources d’énergie
  1. Bois  et le charbon
  2. Energie solaire
  3. Groupes électrogène
  4. torches

Le bois et charbon restent les principales sources pour la cuisine et le chauffage d’huile de palme pour la fabrication de savon local. Les restes de sources servent à l’alimentation d’appareils, et des maisons ; mais la torche est la source la plus utilisée par toutes les catégories de la population.
Le développement de l’énergie dans le territoire de KABAMBARE constitue un soutient très important aux activités de la population de KABAMBARE. Le produit de la pisciculture, l’une des principales activités génératrices de revenu de la population du territoire n’ arrive pas souvent à générer  le résultat escompté par manque des conservatoires appropriés ; Ce qui pousse les pisciculteurs à vendre leurs produit à un prix bas, sachant que le produit est périssable. Mais aussi, le développement de l’énergie inciterait l’implantation des machines  telles que les décortiqueuses, moulins …, afin d’aider la population à traiter ses produits localement et de le vendre à prix bénéfique   


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 3
Nombre de centre de santé 49

Le territoire de KABAMBARE organise trois zones de santé ( SARAMABILA, LUSANGI et KABAMBARE), trois hôpitaux généraux ( à raison d’un hôpital par zone )et 49 centres  de santé ( 18 pour SARAMABILA, 18 pour LUSANGI et 13 pour KABAMBARE).
L’ensemble de médecins est de 29 dont 10 pour la zone de saramabila, 10 pour kabambare et 9 pour lusangi ; les infirmiers du territoire sont 233, à raison 113 pour saramabila, 47 pour lusangi et 73 pour kabambare .
La capacité estimée de l’HGR de SARAMABILA est de 125 lits et n’en dispose que 90, L’HGR de LUSANGI n’a que 81 sur 100 lits estimés ; et L’HGR de KABAMBARE a 45 lits sur une estimation de 60 lits.
Généneralement,  les infrastructures sanitaires sont dans un mauvais état ; en dépits de quelques centres construits et réhabilités, le territoire regorge encore des centres de santé couverts en pailles, et d’autres en état de délabrement très avancé.
Quant à la disponibilité des médicaments, depuis l’arrivé au terme du projet PARSS dans le territoire, il y a deux an, le territoire n’a aucun autre partenaire  œuvrant dans ce cadre.  Ainsi, il arrive parfois que certains  médicaments traceurs ne soient pas disponibles dans les structures sanitaires voir même dans les petites pharmacies privées où s’approvisionnent la population.

Maladies les plus récurrentes

Le territoire de KABAMBARE organise trois zones de santé ( SARAMABILA, LUSANGI et KABAMBARE), trois hôpitaux généraux ( à raison d’un hôpital par zone )et 49 centres  de santé ( 18 pour SARAMABILA, 18 pour LUSANGI et 13 pour KABAMBARE).
L’ensemble de médecins est de22 dont 10 pour la zone de saramabila, 8 pour kabambare et 4 pour lusangi ; les infirmiers du territoire sont 233, à raison 113 pour saramabila, 47 pour lusangi et 73 pour kabambare .
La capacité estimée de l’HGR de SARAMABILA est de 125 lits et n’en dispose que 90, L’HGR de LUSANGI n’a que 81 sur 100 lits estimés ; et L’HGR de KABAMBARE a 45 lits sur une estimation de 60 lits.
Généneralement,  les infrastructures sanitaires sont dans un mauvais état ; en dépits de quelques centres construits et réhabilités, le territoire regorge encore des centres de santé couverts en pailles, et d’autres en état de délabrement très avancé.
Quant à la disponibilité des médicaments, depuis l’arrivé au terme du projet PARSS dans le territoire, il y a deux an, le territoire n’a pas un autre partenaire  œuvrant éfficacement dans ce cadre.  Ainsi, il arrive parfois que certains  médicaments traceurs ne soient pas disponibles dans les structures sanitaires voir même dans les petites pharmacies privées où s’approvisionnent la population.


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 270
Ecoles secondaires 175

Le territoire de KABAMBARE organise trois sous divisions dont KABAMBARE, LWAMA et WAMAZA. Chacune de ces sous divisions couvre deux secteurs :
La sous division de KABAMBARE couvre le secteur  de B.B. BAHOMBO ayant à son sein 42 écoles primaires avec 7970 élèves dont 3754 filles, 21 écoles secondaires avec 2137 élèves dont 642 filles ; et le secteur de BABUYU qui a 23 écoles primaires avec 4348 élèves dont 2104  filles, 13 écoles secondaires avec 881 élèves dont 200 filles.
La sous division de  WAMAZA   couvre le secteur  de SARAMABILA , ayant 66 écoles primaires et maternelles avec 21914 élèves dont  10803 filles ; le secteur de B.B. WAMAZA à 60 écoles primaires et maternelles avec  18222 élèves dont  8983 filles ; Au secondaire le secteur de SARAMABILA a 38 écoles avec 4914 élèves dont 1182 filles, et secteur de WAMAZA a 52 écoles avec  5218 élèves dont 1156 filles.
La sous division de LWAMA couvre le secteur de B.B. LULUNDI ayant 41 écoles primaires avec 10275 élèves dont 5323 filles et 26 écoles secondaires avec 1898 élèves dont 539 filles ; Le secteur B.B. BAHEMBA  qui a 38 écoles primaires avec 9902 élèves dont4892 filles, 30 écoles secondaires avec 2829 dont 579 filles.
 Généralement, la qualité de l’enseignement est bonne au primaire en dépits de quelques cas isolés ; Quant au secondaire, la qualité est moyenne, car le problème de la qualification de l’enseignant est trop criant, plus de 98% d’enseignants de secondaire dans le territoire de KABAMBARE sont des diplômés d’état.  par rapport à l’année 2014-2015 qui ne fonctionnait qu’avec 425 écoles, l’année 2015-2016 a connu le fonctionnement de 445 écoles dont 270 primaires et 170 secondaires. quant aux effectifs, l’année 2015-2016 a enregistré 72531 élèves dont 35859 filles auprimaire contre 64755 élèves dont 30984 filles de l’année 2014-2015, soit une augmentation de 12%; l’accès des filles au primaire est passé de 47,8% à 49,4% soit une augmentation de 1,6%.  Au secondaire les effectifs passent de 18281 élèves dont 4524 filles (2014-2015) à 17877 élèves dont 4298 filles (2015-2016) soit une baisse de 2,2%.

 

Enseignement supérieur et universitaire
Universités 0
Instituts supérieurs 3

Le territoire de KABAMBARE  a trois instituts supérieurs, dont :

  1. L’institut supérieur pédagogique basé à KIBANGULA organise les filières comme la géographie, l’histoire… (pas encire entrer en contact avec le comité de gestion) ;
  2. L’institut supérieur de développement rural, organise l’administration rural et la planification régionale, il fonctionne avec 3 professeurs visiteurs, 7 chefs de travaux, 17 assistants et 11 chargés de pratiques professionnelles, il a 97 étudiants dont 11 filles ;
  3. L’institut supérieur de techniques commerciales et économiques ( I.S.T.C.E.) organise à son tour, la gestion financière et comptable, ainsi que les sciences de l’éducation, fonctionne avec quelques chefs de travaux assistant souvent pris à temps partiels, il a 66 étudiants dont 4 filles. 

En général la qualité de l’enseignement n’est pas bonne, par manque des moyen de faire appel aux enseignant qualifiés, la plupart d’assistants qui dispensent la majorité des cours n’ont pas  accès ni à l’internet, moins encore aux bibliothèques.


ONG et projets

Nombre d’ONG 02
Principales activités

 

  1. CARITAS –CONGO : intervient seulement pour la paie des enseignants.
  2. MSF Belgique : appuis au soins de santé primaire dans la zone de santé de kabambare, air de santé de kalonda-kibuyu, secteur de babuyu.

Outre ces  ONG , existent aussi dans le territoire de kabambare les ONG de défense de droits humains.

Principaux projets de développement financés par le Gouvernement

Donnée non disponible

Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement

OMS Olande: soutien aux soins de santé primaire dans l’air de santé de KALONDA KIBUYU ( zone de santé de Kabambare)


Accessibilité et tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Oui
Voies aériennes Oui
Biefs navigables Non
Train Non

L’état des routes du territoire de KABAMBARE est généralement mauvais un an  après l’arrêt des travaux de réhabilitation par l’ONG AMECO sur financement du gouvernement centraleles efforts consentis par le gouvernement central, la R2 ( route nationale N°2) longue de 48Km dans le territoire de KABAMBARE reste  en très mauvais état et n’est difficilement praticable que par motos et vélos (route coupée). Les véhicules amenant des marchandises de BUKAVU, passent par le territoire de KABAMBARE à travers une  provinciale réhabilitée par BANRO et AMECO (lulimba – wamaza). En plus, il faut signaler  la route KABAMBARE-PENEMENDE( route de caravane) dans laquelle le tronçon NYEMBO-PENEMENDE est coupée par manque des ponts ; la route de desserte agricole KABAMBARE-KAYEMBE, longue de 90Km et traversée par deux grandes rivières (LWAMA et LULINDI) reste aussi coupée ; La route provinciale KABAMBARE-KALEMIE et KABAMBARE-KONGOLO demande aussi une réhabilitation.
Le territoire de KABAMBARE possède trois aérodromes dont, celui de KABAMBARE non opérationnel depuis très longtemps par manque d’activités économiques attractives ; L’aérodrome de WAMAZA devient aussi non opérationnel il y a deux ans, suite à la praticabilité de route BUKAVU-KINDU passant par le territoire de kabambare ; quant à l’aérodrome de SARAMABILA, seuls les avions de la société NAMOYA MINING y atterrissent actuellement.  La route étant la voie d’accès la plus importante actuellement dans KABAMBARE, le territoire accueille par mois, plus de 20 véhicules poids lourds en provenance de Bukavu apportant des marchandises, et au retour embarquent  des produits vivriers (farine de manioc et huile de palme) pour Bukavu et Misisi ( FIZI) d’autres transportent de l’huile à KONGOLO (TANGANYIKA).

Réseaux de communication
Africel Non
Airtel Oui
Orange Oui
Tigo Non
Vodacom Oui

Vodacom couvre SARAMABILA, WAMAZA, MUMBESE,KABAMBARE et KIBANGULA ; la qualité du réseau est surtout  bonne à SARAMABILA ; disponibilise surtout les crédits et les SIMS, le service m-pesa n’est opérationnel qu’à SARAMABILA.
AIRTEL est opérationnel à  SARAMABILA,WAMAZA et à KIBANGULA, La qualité est surtout bonne à SARAMABILA et à WAMAZA , les SIMS les modems et les crédits sont disponibles, ainsi que le service airtel-money.
ORANGE couvre  les cités de KABAMBARE et de SARAMABILA ; et ne sont disponibles que les SIMS et les crédits.     

Attraits touristiques
Parcs Oui
Jardins botaniques Non
Jardin zoologiques Non
Chutes d’eaux Oui
Sites touristiques Non
Sites sacrés Oui

–      La réserve de LWAMA (parc de BABUYU) qui , a été abandonné et dont les espèces ont tendance à disparaitre par manque d’encadrement (à réhabiliter) .
–    Le territoire de  KABAMBARE est très riche en chutes d’eaux, dont les plus importantes sont : la chute MUHOMBA se au confluant de la rivière LWAMA et NDANDA.
–    Quant aux sites sacrés, nous avons : MUKUZILA à MARIABWANA, grande pierre en forme d’une maison, avec portes et fenêtres et servait de lieu d’adoration de la communauté locale ;  KALIKUNGU à MUSONGELA, montagne d’adoration…
–    Outre cela nous avons aussi : le LEGA à KITUNGULU BAHOMBO, pierre miraculeuse d une dimension changeable ; KASOMBO à BYENGONGOMEZA, une montagne sur laquelle se trouve une pierre avec emprunte de pied d’un homme ; BAYOBA , arbre où les arabes pendaient les gens avec un crochet en forme de la main.
–    MIZARI à KILUNGUYU, chute sur rivière LWAMA, lieu d’adoration et d’attraction.
–    Mont KAZIBA à KILUNGAI , montagne avec grottes sous forme d’une maison, ayant des portes ainsi que, des chaises en pierre.
–    La route de caravane ; chemin par lequel les arabes passaient avec leurs convois des esclaves en provenance des différents endroits dans le Maniema.

Espèces phares de la faune
  1. Chimpanzés en face claire et noire,
  2. Rhinocéros noir,
  3. Antilopes de bois,
  4. Singe doré,
  5. Pangolin géant
Espèces phares de la flore
  1. Savanes boisées ;
  2. Forets de galerie  (surtout le long de cours d’eaux).


Situation sécuritaire

Le territoire de Kabambare est relativement calme,en dépit des tensions permanantes entre la population autochtone de saramabila et la société Namoya mining sur l’occupation du gisement exploité par cette dernière.


Opportunités de développement

Le territoire de KABAMBARE est énormément riche en potentialités Agro-pastorales, énergétiques et touristiques ( demandant seulement les moyens de valorisation) et minières .
1.    Sur le plan agro-pastoral, nous avons :
– Des vastes surfaces des savanes et des forets, constituant des potentialités pour l’agriculture et l’élevage ;
– Beaucoup des rivières propices à la pisciculture ;

2.     Sur le plan énergétique, nous avons plusieurs chutes dans les rivières lulindi,  lwama et autres dont les plus importantes :
              – La chute MIZARI dans la rivière LWAMA,
              – La chute muhomba, au croisement des rivières lulwa et ndanda.

 3.     Sur le plan touristique, outre les chutes, KABAMBARE regorge plusieurs autres potentialités qui ne demandent que la valorisation, telles que :
              -La réserve de lwama (parc de BABUYU) qui demande une réhabilitation,
              -Des montagnes miraculeuses comme BIMBA , KASOMBO , KAZIBA…
              -Des pierre miraculeuses comme le LEGA, MUKUZILA
              – la route de caravane voie de passage des convois arabes et leurs esclaves,…

4.      des réserves d’or continuent à etre exploitées artisanalement dans le secteur de babuyu et bien d’autres matières telles que la cassiterite sont bien disponible dans le sous-sol de kabambare.  

Se référant de l’ agriculture, la priorité des activités dans le territoire, son développement serait fonction des plusieurs préalables, parmi lesquels, nous citons :
1.     La réhabilitation des routes de desserte agricole pour rentre accessibles tous les sites de production agricole du territoire;   La mise en place d’une éguipe de maintainance de la route BUKAVU-KINDU est d’une importance capitale, car c’est la seule voie actuelle de communication reliant le territoire aux centre de consommations et d’approvisionnement des produits divers.
2.    La construction des dépôts communautaires afin d’aider la population à mieux conserver leurs produits, et ainsi les protéger contre les incendies causées par le feu de brousses , causant des pertes énormes dans les ménages, sachant que la plupart des maisons dans le territoire sont couvertes  des chaumes.
3.    La réhabilitation de  l’INERA KIBANGULA dans le cadre de multiplication des semences et alevins, étant donné que la conservation pose aussi problème dans le chef de la plupart des ménages.
4.    La réhabilitation de la société  cotonnière serait aussi un soulagement pour la population du territoire de KABAMBARE ; Cette dernière occupait plus 60% de la population et stimulait ainsi la culture de coton, qui avait disparu depuis la chute de cette société. Toute fois, ses machines de traitement de coton existent encore à WAMAZA, KIBANGULA et à KABAMBARE et ne demandent que la réhabilitation.
5.    Un projet d’initiation des pisciculteur au traitement de leurs produits en poissons salés, serait un moyen de les aider à augmenter leur niveau de revenu ; la grande partie des produits piscicoles est vendu localement à un prix trop bas par manque de moyen de conservation.

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique