Territoire de Bondo

Fiche du territoire

Mise à jour le 31 mars 2017

Province Bas-Uele
Superficie 38 075 km²
Taille estimée de la population 435 549 hab.

(source: Données du rapport annuel 2016 de l’Administration du Territoire )


Carte administrative


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

Le territoire de BONDO est une Entité Administrative Déconcentrée de l’actuelle province du Bas-Uélé issue du démembrement de l’ancienne province orientale. Il fut crée vers 1922. Il est situé au nord de la République Démocratique du Congo et est limité au Nord par la République Centrafricaine, au sud par les territoires d’Aketi, Buta et Bambesa, à l’Est par le territoire d’Ango et à l’Ouest par le territoire de Yakoma.

Le territoire comprend :

  • 10 chefferies à savoir : Bosso, Deni, Duaru, Gama, Gaya, Goa, Gwamangi, Kassa, Soa et Mobenge-Mondila.
  • 256 villages.

Coordonnées géographiques :

Le territoire est localisé au nord et s’étend globalement sur :

  • 3°6’ et 5°1’ de latitude Nord
  • 22°8’ et 25°6’ de longitude Est
  • 600 mètres d’altitude au niveau de plateaux d’Uélé.

Climat et saison : Le territoire de BONDO est une contrée tropicale avec deux saisons : la saison sèche qui commence au mois de novembre pour se terminer au mois de mars et la saison de pluie qui commence en avril pour se terminer en octobre. Sa température est variante, il fait extrêmement chaud la journée, d’où son nom « BONDO MOLUNGE » et très froid la nuit.

Hydrographie : Le territoire de Bondo regorge quelques ruisseaux et rivières dont : Api, Mbili, Mbomu et Uélé et pour rappel, la rivière Uélé se jette sur Mbomu et forme avec cette dernière une autre rivière Ubangi dans la province de l’Equateur démembrée. Il sied de signaler que tous ces cours d’eau du territoire de Bondo ne sont pas navigables, sauf les riverains pécheurs utilisent des pirogues à pagaie pour la pèche artisanale et les armateurs qui exploitent les biefs par hors bords ou pirogues à pagaies pour les traversées des usagés routiers.

Végétation: Le territoire de Bondo est occupé dans une grande partie par la forêt dense.

Type de sol : Le sol est argilo-compact et sablonneux, on y trouve également des monticules déchirées par des érosions. Les collines sont rares et cela facilite le déplacement des piétons.

Particularités et richesses du territoire

Particularités physiques : La seule particularité du territoire est son voisinage avec la République Centrafricaine à travers la rivière MBOMU.

Particularités culturelles : La discrétion, curiosité et la polygamie sont les caractéristiques de la population de Bondo. L’attachement aux pratiques coutumières est fréquent.

Richesses du territoire : Le sous-sol de Bondo regorge :

  • L’Or
  • Le Diamant

Tous ces minerais sont exploités artisanalement et en semi industriel (Dragues et Motopompes). L’indisponibilité des statistiques fiables se justifie par le fait que c’est l’informel qui bat son plein dans le territoire.

Données culturelles
  • Zande
  • Ngbandi
  • Babenge
  • Nzakara

A cette catégorie s’ajoute d’autres tributs venant des territoires voisins et d’autres provinces à l’instar du Haut-Uélé, Tshopo, Ituri, Nord-Ubangi, Mongala… Ces tributs ne sont pas malheureusement identifiés.

Langues parlées dans ce territoire
  • Zande (80%)
  •  Ngbandi (40%)
  • Lingala (20%)
  • Swahili (10%)
  • Benge (5%)
  • Nzakara (5%)

Le Zande est la langue parlée dans sept chefferies sur les dix qui composent le territoire de Bondo. Vient en suite le Ngbandi qui est parlé dans le reste des chefferies, et les autres langues sont timidement parlées dans le territoire. Il faut noter que le Lingala et le Swahili sont très souvent parlés par les migrants venant d’autres provinces du pays.

Principales activités
  • Agriculture
  • La chasse
  • L’exploitation de l’or et de diamant
  • Petit commerce
  • Pèche et élevage

L’agriculture est l’activité dominante dans le territoire de Bondo. Cette activité se pratique un peu loin du centre de Bondo, précisément dans les chefferies environnantes et non dans celles éloignées par crainte de l’insécurité semée par des éléments de LRA. L’agriculture vivrière constitue le socle de l’activité agricole dans le territoire. On trouve dans le territoire à part l’agriculture, l’élevage de bœufs, de porcs et de chèvres. Le petit commerce vient en appui à l’activité économique. La pèche se pratique très souvent sur la rivière Uélé, l’exploitation artisanale de l’or se fait aux environs de BAYE et à 49 km du centre de Bondo route vers BAYE.      


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au 31 mars 2017
Vendeur : 1$ = 1 200 FC Acheteur : 1$ = 1 000 FC
Nombre d’opérateurs économiques 150

Principaux opérateurs économiques
  • Congo distribution : Spécialisé dans la vente et distribution des cigarettes.
  • Etablissement KISUKI KAKULE : Opérant dans l’achat d’or et la vente des produits manufacturés.
  • Etablissement KAKULE MALI YA SASA : Vente des produits manufacturiers.
  • Etablissement MBWAKAM : spécialisé de la vente des matériaux de construction

Il y a dans le territoire de Bondo des nombreux petits opérateurs économiques qui sont concentrés dans des milieux différents suivant : Bondo centre, BAYE et BILI. MBWAKAM est le grand opérateur économique qui fournit les matériaux de construction dans le territoire et il est basé à BONDO centre. Ces opérateurs économiques éprouvent d’énormes difficultés pour faire parvenir leurs marchandises dans le territoire vu l’état déplorable des infrastructures routières et aéroportuaires bien assainies pouvant permettre les échange.

Principales activités des opérateurs économiques
  1. Distribution des cigarettes
  2. Vente des produits manufacturés
  3. Vente des matériaux de construction
Principales activités des PME/PMI
  • Vente des produits cosmétiques
  • Vente des produits manufacturés

Dans le territoire de BONDO quelques petites boutiques de NDANDE permettent à la population locale de s’approvisionner en produits cosmétiques et manufacturés. Il sied de signaler que la hausse des prix de ces produits se justifie par l’impraticabilité des routes.

Grandes entreprises locales

Le territoire de Bondo ne compte pas de grande entreprise locale. 

Principaux produits agricoles
  • Manioc
  • Riz (paddy)
  • Arachides
  • Maïs
  • Bananes

Le manioc est produit partout dans le territoire de Bondo et est consommé dans sa totalité c’est à dire en feuilles comme pondu, en chikwangue et en tubercule bouilli. Sa production annuelle moyenne est de 72.115 tonnes. Le riz prend de l’ampleur de par sa rentabilité, vu qu’il est produit durant toute l’année, et est considéré comme aliment de base dans le territoire, il a une production moyenne annuelle de 34.596 tonnes. L’arachide est à coté de deux produits cités ci-haut un produit très retrouvé en grande quantité dans le territoire, environ 16.500 tonnes sont produites chaque année et sert uniquement à la consommation locale. Le maïs quant à lui est produit en faible quantité et sert très souvent à la fabrication de l’alcool local appelé « Lotoko ». La banane est un repas très demandé mais elle est aussi produite en grande quantité et sa production annuelle avoisine 40.000 tonnes. Signalons par ailleurs que la disponibilité de tous ces produits dans le territoire est un atout majeur qui pourrait faciliter la création d’emploi et booster le développement mais l’inaccessibilité du territoire et l’impraticabilité des routes pouvant favoriser les échanges avec d’autres territoires et pays voisins sont à la base de l’enclavement et de la non-évacuation de ces nombreux produits vers d’autres centres de consommation, situation qui décourage parfois les agriculteurs et producteurs.

 

Principaux produits non agricoles
  • Huile de palme
  • Café
  • Cacao
  • Hévéa

L’huile de palme est le produit non agricole le plus consommé dans ce territoire, il est produit en grande quantité et est utilisé pour la consommation locale. Le cacao, l’hévéa et le café sont presque inexistants, la production de ces trois produits est négligée à cause de manque des moyens de transformation locale et d’évacuation vers les centres de commercialisation.

Principales sources d’énergie
  • Solaire
  • Groupe Electrogène
  • Bois de chauffage

L’absence totale de l’électricité sur toute l’étendue du territoire est la cause de l’inexistence des industries alors que la rivière Uélé devrait servir pour la construction d’un barrage électrique. Le panneau solaire a pris place et s’est imposé dans tous les ménages. Cette source d’énergie est exploitée presque par toutes les couches de la population du territoire et même dans les villages. Le bois est utilisé pour la cuisine. La présence de l’électricité dans le territoire viendrait changer beaucoup des choses par exemple la production et transformation du café, mais il y aura également la baisse des prix de certains produits comme le riz, le maïs qui seront produits et transformés en grande quantité qu’aujourd’hui.


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 3
Nombre de centre de santé 34

Le territoire de BONDO possède trois zones de santé dont chacune comprend un hôpital général de référence et des centres de santé, il s’agit de : Zone de santé de BONDO, Zone de santé de MONGA et la Zone de santé de BILI. La zone de santé de BONDO a dans son ressort l’hôpital général de référence de Bondo et les centres & postes de santé se trouvant dans les chefferies suivantes : DUARU, GAYA, GOA MOBENGE-MONDILA. Cette zone de santé de BONDO a huit médecins et cent neuf infirmiers, elle a treize centres de santé et quatre parmi eux sont privés. L’hôpital général de référence de BONDO organise les services suivants: Consultation, médecine interne, pédiatrie, chirurgie, maternité, stérilisation, échographie, laboratoire (pharmaclinic), buanderie.

La zone de santé de BILI prend en charge trois chefferies dont BOSO, GAMA et GWAMANGI. Elle a un hôpital général de référence, onze centres de santé, quatorze postes de santé et deux médecins. La zone de sante de MONGA quant à elle, s’occupe des chefferies DENI, KINI et SOA. Elle a un hôpital général de référence, dix centres de santé et trois médecins.

 

Maladies les plus récurrentes
  • Paludisme
  • Infections Respiratoires
  • Les maladies diarrhéiques
  • La méningite
  • La fièvre typhoïde

Le paludisme est la maladie la plus menaçante occasionnant plus souvent la mort à Bondo. Une personne sur dix atteintes trouve la mort après qu’il ait suivi un traitement. Les infections respiratoires aigues sont aussi à la base de la mortalité dans le territoire.


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 166
Ecoles secondaires 63
Enseignement supérieur et universitaire
Universités 0
Instituts supérieurs 2

Le territoire de Bondo comprend deux instituts supérieurs à savoir : l’ISP et L’ISTM. A l’ISP on trouve six filières qui sont : Anglais & cultures africaines, Français & langues africaines, Histoire & sciences sociales, sciences agrovétérinaires, Mathématique-physique aisi que les sciences commerciales et administratives. A l’ISTM on en trouve que deux, la pédiatrie et l’hospitalière. Il faut noter que le nombre d’étudiants pour chaque institution est très faible et cela se justifie par le fait que les élèves qui finissent les humanités ne s’inscrivent pas aux instituts supérieurs soit par manque de moyens, soit pour de raisons personnelles. Cette situation fait constater que le nombre d’étudiants pour les deux institutions ne fait que régresser chaque année. Il y a lieu de souligner que l’ISP ne compte qu’un seul professeur et trois chefs de travaux propres, et près de vingt assistants de cette institution ne sont pas mécanisés. L’ISTM pour sa part dispose que de deux chefs de travaux et quelques assistants mais ne dispose pas de professeur.


ONG et projets

Nombre d’ONG 20
Principales activités
  • Agro-pastoral
  • Santé
  • Social
  • Protection conte les violences

Dans le territoire de BONDO il y a deux ONG qui sont à caractère mixte c’est-à-dire qui œuvrent dans deux domaines différents (la sensibilisation et l’agropastoral), il s’agit donc de la solidarité et fraternité du bas-Uélé au Congo (SOFABUCO) et MAMAN LAMUKA. L’association des femmes pour la lutte contre le VIH (AFLUV) sensibilise et mobilise surtout les femmes et les jeunes filles à lutter contre le VIH/SIDA et la coopérative agricole paysanne (CAP), elle s’occupe de sensibiliser d’abord les agriculteurs. Il faut noter qu’en dehors des ONG citées ci-haut, on trouve dans le territoire de Bondo des ONG internationales partenaires du HCR (Haut commissariat pour les Réfugiés), il s’agit de TSF « Terre sans Frontière » spécialisée dans la distribution des vivres et construction des abris pour les refugiés centrafricains, INTERSSOSS pour le monitorage et la protection contre les violences sexuelles et sexistes, COOPI « Coopération Internationale » œuvrant dans le social et l’éducation des réfugiés, ADES TCHAD « Agence de Développement Economique et Social » pour le social et la CNR « Commission Nationale pour les réfugiés » qui travaille pour la protection juridique de refugiés. Toutes ces ONG bénéficient du financement de l’agence de nations unies qui est le HCR.

Principaux projets de développement financés par le Gouvernement
  1. PRISS (Projet de Reconstruction des Infrastructures Scolaires

Le Projet de Reconstruction des Infrastructures Scolaires (PRISS) et le PRO-TRIPAIX sont  les deux projets dans le territoire financé par le gouvernement de la République. Ces projets ont permis la construction de trois écoles et d’un tribunal de paix aux normes modernes dans le territoire de Bondo.

Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement
  • Construction du centre de santé TONGO ETANI
  • Réhabilitation de la route BONDO-BAYE

Le projet de construction du centre de santé TONGO-ETANI a été mis en œuvre par la coopération-italienne en vue de faciliter l’amélioration de la qualité et l’accès aux soins de santé primaire par la population. Le projet de réhabilitation de la route BONDO-BAYE quant à lui a été exécuté et financé par la CARITAS CONGO ASBL.


Accessibilité et tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Oui
Voies aériennes Oui
Biefs navigables Non
Train Oui

La route nationale n°4 tronçon Dulia-Bondo est dans un état de dégradation très avancée et presque totalement impraticable, aucune personne n’ose emprunter cette voie par crainte de faire plus de dix jours de route pour une distance de 125 km, alors que cela devrait être fait en quelques heures, et tout celui qui veut accéder au territoire de BONDO se voit contraint d’emprunter la seule route des abords du chemin de fer servant de secours et qui elle aussi est dans un état de délabrement très avancé. Le chemin de fer reste inutilisé depuis des décennies à cause de manque d’entretien et de la vétusté de rails, la faillite de la société CFU (Chemin de Fer d’Uélé) en est la cause. L’accès dans le territoire par voie aérienne est possible; il y a 3 aérodromes dont celui de Bondo, de Bili et de Monga.

Le total enclavement et la pauvreté qui caractérisent le territoire de Bondo dans son ensemble se justifie par la non réhabilitation et le manque d’entretien de routes de déserte agricole, de chemin de fer et de l’aérodrome. Cette situation ne facilite pas les échanges avec d’autres territoires voisins. Le développement est possible dans ce territoire si le pouvoir public pense de toute urgence à désenclaver cette contrée qui du reste est un poumon économique de l’actuelle province de Bas-Uele.

Réseaux de communication
Africel Non
Airtel Oui
Orange Oui
Tigo Non
Vodacom Oui

Actuellement le territoire de Bondo est couvert par trois opérateurs de communication à l’instar de Vodacom, airtel et Orange. A part la télécommunication, Vodacom Congo offre aussi les services de M-pesa qui est utilisé et considéré par la majorité de la population locale comme le moyen fiable et le plus rapide pour envoyer et recevoir de l’argent étant donné que l’agence de messagerie financière « SOLIDAIRE TRANSFERT » a cessé de fonctionner. Il faut noter que Vodacom Congo à travers le M-pesa joue dans ce territoire le rôle des banques et agences de messageries financières. Soulignons par ailleurs que le flash et les cartes sims sont des produits disponibles dans tout le territoire, mais les cartes de recharge n’existent pas.

Attraits touristiques
Parcs Non
Jardins botaniques Non
Jardin zoologiques Non
Chutes d’eaux Non
Sites touristiques Non
Sites sacrés Non
Espèces phares de la faune
  • Okapi
  • Buffle
  • Water bouc
  • Lion
  • Léopard
Espèces phares de la flore
  1. Afromozia sp
  2. Terminalia superba
  3. Gibertio dandrom dewevrai
  4. Tectognia grandis
  5. Mbangi


Situation sécuritaire

Depuis un moment la sécurité du territoire est préoccupante, c’est-à-dire dominée par des incursions à répétition des éléments de LRA aux environs du poste d’encadrement Administratif de BILI en chefferies de GWAMANGI, BOSO et GOA et récemment dans la chefferie de GAYA précisément aux alentours du groupement KPETE, NOUNGBA  où les LRA continuent d’enlever la population dont les enfants pour la plupart qui sont détenus par ces éléments. Le territoire étant en frontière avec la République Centrafricaine, la présence ou le déploiement rapide des éléments de nos forces armées et de la police en nombre suffisant s’avère très indispensable pour sécuriser la population civile. Et nous recommandons que le gouvernement ait un regard particulier sur le territoire de Bondo compte tenu de sa position géographique avec la République Centrafricaine à partir d’où le territoire connait des incursions à répétition des éléments de LRA et des braconniers internationaux. Ce regard doit être aussi porté sur le renforcement de forces armées en les appuyant par les moyens logistiques conséquents (moyens de déplacement pour des interventions rapides et les vivres). Cette situation pourrait avoir  dans les jours prochains une influence négative sur notre travail d’enquête, surtout celle sur les ménages où nous sommes contraints de parcourir la plupart des villages pour réaliser une enquête bien représentative et sans biais. 


Opportunités de développement

Le territoire de Bondo est l’un des territoires de la République Démocratique du Congo qui est presque entièrement enclavé. Tous les problèmes ayant trait au développement et à la survie de population ont trait à l’état des infrastructures de base (routes, aérodromes, chemin de fer).

Le territoire étant riche en sous-sol, l’agriculture pourrait offrir des meilleures opportunités de création d’emploi et des échanges très fructueux avec d’autres territoires et pays voisins. Les minerais du sous-sol aussi pourraient servir à améliorer certaines conditions si le gouvernement pensait à mettre de l’ordre dans ce secteur et aussi en industrialisant l’exploitation. Nous suggérons donc que la route Buta-Bondo soit réhabilitée de toute urgence pour faciliter dans un premier temps la mobilité et la circulation des personnes et leurs biens, ce qui pourra booster l’activité économique et amener le changement dans le territoire.

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique