Territoire de Kipushi

Fiche du territoire

Mise à jour le 31 mars 2017

Province Haut-Katanga
Superficie 12 059 km²
Taille estimée de la population 376 447 hab.

(source: Rapport annuel 2016 de l’Administration du Territoire)


Carte administrative


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

Kipushi est une entité territoriale déconcentrée créée le 17 juillet 1956 par l’ordonnance loi n°21/213. Outre l’antenne de Kipushi (ex cité de Kipushi), le territoire s’étend sur deux chefferies et un secteur (les chefferies de Kaponda, Kinama et le secteur de Bukanda). Il est limité au nord par le territoire de Kasenga, au Sud par le territoire de Sakania et République de Zambie, à l’Est par la République de Zambie et à l’Ouest par le territoire de Kambove.

Coordonnées géographiques:

  • 27°00′ – 28°10’ longitude Est,
  • 10°45′ – 12°30′ latitude Sud,
  • 1300 m d’altitude moyenne.

Climat: 

Classé dans le type Cw (d’après la carte climatique de Koppen-Geiger), Kipushi jouit d’un climat tropical. La pluviométrie annuelle moyenne durant les 15 dernières années est de 1.260 mm. La température moyenne annuelle est d’environ 19,8°C.

Hydrographie:

Le territoire est arrosé par plusieurs rivières et ruisseaux dont la rivière Kafubu d’une longueur d’environs 135 Km qui prend sa source dans le village Shimpauka du groupement Inakiluba (chefferie Kaponda) parcourant  le territoire de l’Est à l’Ouest, et se jetant dans la rivière Luapula au village kanga de la chefferie Kinama (l’un des sites touristiques du territoire). Les principaux cours d’eau sont: Bwishibila, Munama, Musoshi, Kafubu, Kifumanshi, Kiswishi et Luapula.

 Végétation:

La végétation rencontrée dans le territoire de Kipushi est généralement une forêt claire; le couvert végétal est peuplé en majorité par des espèces de familles de graminées et de légumineuses.

 Sol:

Le territoire a généralement un sol sablo-argileux.

Particularités et richesses du territoire
  • Le territoire de Kipushi constitue la ceinture verte de la ville de Lubumbashi. Ainsi, la forêt constitue une particularité et richesse propre au territoire contenant une grande partie de la forêt claire dite « forêt claire de Miombo » . Un grand nombre des populations rurales utilisent quotidiennement les produits dumiombo pour générer de l’énergie (charbon de bois et bois de chauffe), se soigner (plantes médicinales), se nourrir (produits forestiers non ligneux: fruits, champignons, miel, etc.). Certaines espèces sont également utilisées en menuiserie et en construction.
  • Le territoire de Kipushi constitue l’un des territoires de la province du Haut-Katanga les plus riches en réserve minière ; son sous-sol dispose d’énormes réserves en cuivre, cobalt, étain, uranium, etc.
  • Kipushi est arrosé par plusieurs rivières et ruisseaux qui offrent tant d’opportunités pour la culture vivrière et maraichère même pendant la saison sèche.
  • Le territoire de Kipushi partage la frontière avec la République de Zambie, et avec trois territoires de la province du Haut-Katanga (Kambove, Kasenga et Sakania) permettant d’importants échanges internationaux et locaux, et offrant d’opportunités d’épanouissements économico-financiers aux opérateurs économiques qui s’y lancent.
Données culturelles

Les grandes tribus du territoire sont:

  1. Lamba
  2. Aushi
  3. Kaonde
  4. Bemba

Les Lamba sont dans le secteur de Bukanda et la chefferie Kaponda ; les Aushi dans la chefferie Kinama; les Kaonde dans  la chefferie Kaponda ; les Bemba  sont dans le secteur Bukanda. L’antenne de Kipushi (ex cité de Kipushi) est habitée par plusieurs tribus autochtones, ainsi que d’autres tribus de la RDC voire de l’Afrique installées suite à l’exploitation minière.

Langues parlées dans ce territoire
  1. Swahili

Kipushi étant un territoire cosmopolite, plusieurs langues y sont parlées suite à la présence de personnes de différentes tribus et/ ou nationalités. Le Swahili constitue la langue majoritaire. Il est parlé par presque  tous les habitants du territoire.

Principales activités
  1. Agriculture
  2. Exploitation minière
  3. Petits commerces
  4. Production du charbon de bois

L’agriculture constitue la principale activité et source de revenu de la population de Kipushi.  Suivi de l’exploitation minière, où une partie de la population travail dans les industries minières. Par contre, un petit nombre de la population survit grâce aux petits commerces et à la production du charbon de bois.


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au 31 mars 2017
Vendeur : 1$ = 1 330 FC Acheteur : 1$ = 1 300 FC
Nombre d’opérateurs économiques 1 500

Principaux opérateurs économiques
  1. Super marché Hyper Psaro (succursale) : opérant dans la vente des denrées alimentaires
  2. Groupe Fermil: opérant principalement dans la vente des produits laitiers.
  3. Pharmacie Kaba : opérant dans la vente des produits pharmaceutiques
  4. Etablissements MG, opérant dans la vente des denrées alimentaires et divers
  5. Etablissements Kazak, opérant dans la vente des denrées alimentaires

Environs 1.500 opérateurs économiques sont recensés dans le territoire de Kipushi ; cependant, la plupart d’entre eux font la revente en détails des produits de première nécessité préalablement achetés dans la ville de Lubumbashi ou en Zambie. Plusieurs d’entre eux sont localisés dans l’ex cité de Kipushi. Ainsi, les centres commerciaux du territoire sont l’ex cité de Kipushi, les villages de Kawama, Tumbwe, Lumata, Sambwa, Kibutu, Nkumanwa et Mimbulu.

Principales activités des opérateurs économiques
  1. Exploitation minière
  2. Importation et vente des produits de première nécessité (farine, huiles, sucre, etc).
  3. Importation et vente des produits pharmaceutiques, cosmétiques et divers.
Principales activités des PME/PMI
  1. Importation et vente des produits de première nécessité (farine, huiles, sucre, etc.)
  2. Agriculture et élevage

Le territoire comprend plusieurs PME. Les unes travaillent dans la vente de produits de première nécessité (surtout les denrées alimentaires). D’autres PME fonctionnent dans le secteur d’agriculture et l’élevage, c’est le cas des fermes Espoir, Benjin-agri, Evabuka, Kongolo et Futuka. Par ailleurs, la production et la vente des pains (en gros) sont assurées en grande partie par les établissements Le Rejeton dans l’ex cité de Kipushi.

Grandes entreprises locales
  1. Gécamines
  2. Kipushi Corporation (Kico) S.A
  3. MMG Kinsevere

En dehors de l’agriculture, les activités minières sont dominantes dans le territoire, et sont exercées principalement par bon nombre d’entreprises minières notamment : la Gécamines, Kico S.A, MMG Kinsevere, MO Metal,  Cota Mining, Golden Mining, etc.

Principaux produits agricoles
  1. Maïs
  2. Manioc 
  3. Patate douce

L’agriculture est importante dans le secteur de Bukanda,  dominée par la culture du maïs (avec une production globale de 28 755,35 tonnes) , suivi du manioc (22 748  tonnes) et de la patate douce (5 117,72 tonnes) en 2016. Cependant, toute la partie frontalière (y comprise l’ex cité de Kipushi) est généralement approvisionnée en grande partie par la Zambie; conduisant à une dépendance extérieure en maïs (aliment de base de la population du territoire). En ce qui concerne la taille de superficie cultivée, le maïs occupe la tête en recouvrant une grande étendue de terre, cependant le rendement annuel en tonne de maïs est très faible suite à la faible productivité de terres agricoles.

Principaux produits non agricoles
  1. Charbon de bois
  2. Bois de chauffage
  3. Champignons sauvages comestibles
  4. Miel
  5. Chenille

Le territoire de Kipushi est le principal pourvoyeur du charbon de bois, des bois de chauffage et des champignons de la ville de Lubumbashi.

Principales sources d’énergie
  1. Charbon de bois
  2. Electricité
  3. Bois de chauffage
  4. Pétrole
  5. Solaire

Le charbon de bois est la plus grande source d’énergie utilisée dans le territoire de Kipushi. Il est utilisé dans tous les ménages du territoire principalement pour cuir les aliments.

Dans l’ensemble du territoire, seule l’antenne de Kipushi est desservie en électricité.


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 3
Nombre de centre de santé 43

Le territoire de Kipushi dispose de deux Zones de Santé (Kipushi et Kafubu) :

La Zone Santé de Kipushi dispose de 29 Centre de Santé et 3 hôpitaux (2 Hôpitaux généraux de référence et 1 centre de santé de référence classé  dans la catégorie d’hôpitaux). Ces structures de santé sont établies aux voisinages des domiciles d’habitants de l’ex cité de Kipushi. Toutes ces structures sanitaires sont construites en matériaux durables et sont en bon état.

Parmi ces structures, l’HG du Cinquantenaire a une capacité d’accueil de 180, tandis que  le CSR Betty a une capacité d’accueil de 33 ; outre ces 2 structures publiques, il ya un hôpital privé (le plus grand hôpital du territoire), hôpital Gécamines, il a une capacité d’accueil de 296, et offrent le paquet complémentaire d’activités. Cependant, pour des cas graves et de spécialités (comme la dentisterie, la cardiologie, la dermatologie, l’ophtalmologie,…), les malades sont acheminés à l’Hôpital Général Provincial de Référence Jason Sendwe ou aux Cliniques Universitaires de Lubumbashi (chef lieu de la province du Haut-Katanga, situé à 30 km du BCZS de Kipushi).

L’acquisition des médicaments est assurée en grande partie par  les centres de santé,  pharmacies et hôpitaux (qui se ravitaillent à partir de Lubumbashi). Par ailleurs, le gouvernement provincial du Haut-Katanga fournit périodiquement une partie des médicaments essentiels à ces Hôpitaux et CS. L’Unicef, l’USAID/ICAP et SANRU fournissent pour leur part, des médicaments (ARV)  et effectuent des tests VIH.

La ZS de Kipushi compte au total : 19 médecins (dont 2 sont de sexe féminin)  et 68 infirmiers (dont 24 sont de sexe féminin) qui sont sous contrôle du BCZS.

La ZS Kafubu (dite ZS rurale) dispose de 14 CS (parmi les quels il ya 2 centres de santé de référence). Ces structures de santé sont établies aux voisinages des domiciles d’habitants. Parmi ces 2 CSR (centres de santé de référence), l’un appartient à l’église Catholique, et est situé dans la chefferie de Kaponda (village Kafubu-mission), offrant ainsi toutes les interventions du PMA à la population avoisinante. Le second CSR, est une structure publique de l’Etat ; nommé CSR Adra-41, il est situé dans le secteur de Bukanda aux voisinages de quelques villages de ce secteur (à 41 km de la ville de Lubumbashi sur la route Kasenga). Le CSR Adra-41 a une capacité d’accueil de 20 lits, avec 20 lits installés. Cette structure offre les services suivants : pédiatrie, médecine interne (femme et homme), chirurgie, labo et consultation. Pour des cas graves et de spécialités (comme la dentisterie, la cardiologie, la dermatologie, l’ophtalmologie,…), les malades sont acheminés à l’Hôpital Général Provincial de Référence Jason Sendwe ou aux Cliniques Universitaires de Lubumbashi (chef lieu de la province du Haut-Katanga, situé à 41 km du BCZS de Kafubu). Son bâtiment, en bon état, et bien équipé, a été construit par l’aide de l’ONG International Rescue Commitee (IRC) dans son programme Tuungane, sous financement de DIFD; et l’aide du projet PARSS (sous financement de la banque mondiale) en 2010. Le ravitaillement en médicament est assuré (périodiquement) par le projet PARSS (dans toute la zone de santé de Kafubu), en cas de rupture de stock en médicaments, tous les CS de cette zone de santé se ravitaillent à Lubumbashi. Etant une structure publique, et compte tenu du faible pouvoir d’achat de la population de cette zone de santé, les soins sont moins chers (voir gratuits) par toutes ces structures. Cependant le CSR Adra-41 a des salles insuffisantes par rapport au nombre des malades qui se présente, procédant alors à mélanger les hommes et les femmes dans les mêmes locales.

La ZS de Kafubu compte au total : 9 médecins (dont 2 sont de sexe féminin)  et 31  infirmiers (dont 16 sont de sexe féminin) qui sont sous contrôle du BCZS.

Maladies les plus récurrentes
  1. Paludisme (70%)
  2. Infections respiratoires aigües (IRA) (20%)
  3. Diarrhée simple (10%)

Le territoire étant arrosé par plusieurs rivières et ruisseaux, le paludisme constitue la maladie la plus récurrente dans le territoire de Kipushi avec une statistique annuelle de 56 911 cas en 2016.

Cependant, les actions de sensibilisation ont été menées sur l’utilisation de moustiquaires imprégnées d’insecticide à longue durée.


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 108
Ecoles secondaires 42

Le territoire de Kipushi dispose d’une seule sous-division : la sous-division de Kipushi, ayant sous sa gestion les écoles maternelles, primaires et secondaires, tant privées que publiques de l’antenne de Kipushi (l’ex Cité de Kipushi), du Secteur Bukanda et des chefferies Kaponda et Kinama.

L’année scolaire 2015-2016, la sous-division a compté 160 écoles (soient 10 écoles maternelles, 108 écoles primaires et 42 écoles secondaires) ; avec 45 953 élèves (soient 944 élèves au niveau maternel, 34 159 au niveau primaire et  10 850 élèves au niveau secondaire) ; 1 267 enseignants (21 au niveau maternel, 792 au niveau primaire et 454 au niveau secondaire).

Plus de 60% d’effectifs d’écoles, élèves et enseignants sont localisés dans l’ex cité de Kipushi ; et où la qualité de l’enseignement est globalement normale et des infrastructures scolaires moyennement en bon état.

Cependant, la chefferie Kinama, étant relativement éloignée de l’antenne de Kipushi, voir même de la ville de Lubumbashi, difficilement accessible (surtout pendant la saison pluvieuse), échappe au contrôle et au suivi de près par la  sous-division ; par conséquent la chefferie ne dispose que de 4 écoles non réhabilitées et non entretenues, difficilement fréquentables (surtout pendant la saison pluvieuses) ; ainsi, comme corollaire, très peu d’enfants (de l’âge de scolarité) de cette chefferie fréquentent l’école.

Enseignement supérieur et universitaire
Universités 1
Instituts supérieurs 0

Le territoire de Kipushi dispose d’un seul établissement d’enseignements supérieurs, l’Université du CEPROMAD (UNIC en sigles).

L’année académique 2015-2016, l’Université du CEPROMAD de Kipushi a  compté un effectif total de 96 étudiants, repartis dans 4 facultés : Droit, Management et Sciences économiques, Informatique de Gestion et Sciences de la santé.

Cet établissement, privé, avec beaucoup d’ambitions pour la formation de l’élite congolaise, est locataire des salles de classes d’écoles reconstruites par le projet PRRIS, et a malheureusement très peu d’ouvrages (moins de 500 par filière), avec un niveau de formation moyennement faible et un nombre réduit d’étudiants ; la plupart d’étudiants préfèrent directement aller étudié dans des grandes institutions de la ville de Lubumbashi (30 km de Kipushi).


ONG et projets

Nombre d’ONG 19
Principales activités
  1. Agriculture (60%)
  2. Droits de l’homme (25%)
  3. Réhabilitation des infrastructures routières (10%)
  4. Santé (5%)

Deux ONG internationales (World Vision et IRC) œuvrent actuellement dans le territoire de Kipushi. World Vision intervient surtout dans le forage des puits; alors que IRC intervient dans la construction de marchés et autres infrastructures. En outre, il existe 17 ONG locales du territoire, notamment l’APFE, GRAFED, et AGROPAM qui travaillent dans le secteur d’agriculture ; la COOKIFED travail dans la réhabilitation des infrastructures routières ; Mwangaza développement et CEDHIAPS travaillent pour la défense des droits humains. Cependant toutes les ONG locales dépendent principalement du financement et de l’appui extérieur.

Principaux projets de développement financés par le Gouvernement
  1. Asphaltage de 7 km de voirie (du quartier Chachacha à la douane), au cours du troisième trimestre 2016, par le Gouvernement Provincial du Haut-Katanga

 

Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement
  1. Réhabilitation initiale de 7 km de voirie (du quartier Chachacha à la douane), en 2016, par l’entreprise minière KICO S.A
  2. Réparation de pont sur la rivière Lumwana à Mwawa vers Mangayako, en 2016, avec l’appui financier de DIFD


Accessibilité et tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Oui
Voies aériennes Non
Biefs navigables Non
Train Oui

Autrefois, l’accès au territoire de Kipushi se faisait soit par voies routières soit par voies ferroviaires. Cependant, actuellement les voies ferroviaires sont moins praticables sur une grande partie du territoire. La route constitue pour le moment la principale voie d’accès au territoire, premièrement avec la route nationale N°37 qui quitte la ville de Lubumbashi vers la cité de Kipushi en traversant une partie de la chefferie de Kaponda. Deuxièmement l’accès au territoire est fait par la route nationale N°1 qui traverse une seconde partie de la chefferie de Kaponda et une partie du secteur de Bukanda reliant d’un côté le territoire de Kipushi au territoire de Kambove, et de l’autre côté en raccordant la RDC à la Zambie en passant par la cité frontalière de Kasumbalesa. Troisièmement par la route nationale N°5 reliant le territoire de Kipushi au territoire de Kasenga en traversant une seconde partie du secteur de Bukanda.

Réseaux de communication
Africel Oui
Airtel Oui
Orange Oui
Tigo Oui
Vodacom Oui

Le territoire est couvert par les 5 réseaux de télécommunication, facilitant ainsi les transferts d’argent avec les autres régions. Cependant, la chefferie Kinama n’est couverte par aucun réseau de communication et pas même une antenne de phonie.

La qualité du signal téléphonique de ces cinq (5) réseaux de communication le matin, durant la journée, le soir est meilleure dans la cité de Kipushi, mais faible dans d’autres chefferies et secteur.

Attraits touristiques
Parcs Non
Jardins botaniques Non
Jardin zoologiques Non
Chutes d’eaux Non
Sites touristiques Oui
Sites sacrés Non
  • Les sites naturels :

il existe deux sites naturels dans le territoire de Kipushi. Le site de la rivière Kiswishi au village Katapula exploité par la ferme Benjin ; et le site de Kanga sur la rive gauche de la rivière Luapula à l’endroit où la rivière Kafubu fait un delta à son embouchure.

  • Les sites artificiels :

le puits cinq de 1.700 à 1.900m de profondeur et 70m de hauteur ; la frontière ; le lac artificiel de retenu ; le bassin de Kipushi (la piscine). Cependant, à part le bassin de Kipushi (la piscine) et le lac artificiel de retenu, qui attirent quelques touristes (pratiquement le weekend), tous ces sites n’attirent presque aucun touriste.

Espèces phares de la faune

Aucune

Espèces phares de la flore
  1. Masuku (Uapaca kirkiana)
  2. Kisongole (Strychnos cocculoides)
  3. Munkoyo (Eminia holubii)
  4. Brachystegia boehmii
  5. Combretum sp


Situation sécuritaire

La situation sécuritaire est globalement calme.


Opportunités de développement

  • L’agriculture :

Le territoire de Kipushi est arrosé par plusieurs rivières et ruisseaux qui offrent tant d’opportunités pour la culture vivrière et maraichère même pendant la saison sèche. En plus, ce territoire occupe une position stratégique étant donné que la ville de Lubumbashi (chef lieu de la province du Haut-Katanga) s’y situe entièrement.

Le développement agricole dans cette zone servirait d’un grenier agricole, non seulement pour les habitants de ce territoire, mais encore du chef lieu de la province, et voire de la province entière si l’exploitation agricole est efficiente. Cependant, l’une des faiblesses de l’agriculture dans cette entité est la dépendance à la main d’œuvre familiale dont l’effectif diminue et la forte disparité de genre dans la conduite du système de production agricole. Par ailleurs, le rapport de l’inspection de l’agriculture du territoire indique que les besoins alimentaires ne font qu’accroitre mais la production locale reste déficitaire. Ce problème peut être résolu en :

– soutenant les agriculteurs locaux (petits planteurs paysans)  par l’octroi des crédits agricoles (semences améliorées, fertilisants et paquet technologique qualifié) ;

– réhabilitant les routes de desserte agricole, principalement les routes qui permettent d’acheminer les produits agricoles de lieux de production vers les routes principales ou nationales (car seules les routes nationales sont réhabilitées et asphaltées dans le territoire de KIPUSHI) ;

– redynamisant le fonctionnement de chemins de fer ; car le chemin de fer traverse presque tous les bassins de production agricole du territoire; cependant, son état de non-fonctionnement cause le manque de circulation des produits agricoles de lieux de production vers les grands centres de consommation.

  • La forêt :

Le territoire de Kipushi constitue la ceinture verte de la ville de Lubumbashi. Ainsi, la forêt constitue une particularité et richesse propre au territoire contenant une grande partie de la forêt claire dite « forêt claire de Miombo». L’investissement pour une exploitation rationnelle, qui assurerait le maintien de l’équilibre écologique constituerait un élément très important de développement du territoire à partir des ressources forestières, source principale de plusieurs produits pour générer de l’énergie (charbon de bois et bois de chauffe), se soigner (plantes médicinales), se nourrir (produits forestiers non ligneux : fruits, champignons, miel, etc.) ; et des espèces ligneuses utilisées en menuiserie et en construction.

  • Le marché :

Le territoire de Kipushi partage la frontière avec la République de Zambie, et avec trois territoires de la province du Haut-Katanga (Kambove, Kasenga et Sakania), permettant d’importants échanges internationaux et locaux, et offrant d’opportunités d’épanouissements économiques et financiers aux opérateurs économiques qui s’y lancent. Cependant, un contrôle rigoureux sur le fonctionnement du marché ; l’encadrement, l’octroi de crédit et le financement des PME locales s’avèrent être nécessaire pour l’émergence économique de ce territoire.

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique