Territoire de Djugu

Fiche du territoire

Mise à jour le 31 mars 2017

Province Ituri
Superficie 8 730 km²
Taille estimée de la population 2 824 047 hab.

(source: Rapport annuel 2016 de l’Administration du territoire)


Carte administrative


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

Le territoire de Djugu est localisé au Nord-est de la République Démocratique du Congo. Il s’étend de l’Orient par le lac Albert jusqu’à sa frontière occidentale par le territoire de Watsa dans la province du Haut-Uélé. Il est limité au Nord par les territoires de Mahagi et d’Aru, au sud par les territoires d’Irumu et de Mambasa, à l’Ouest par le territoire de Watsa (province du Haut-Uélé) et à l’Est par le lac Albert le séparant de l’Ouganda. Il constitue l’une des 5 entités décentralisées de la province de l’Ituri. Il est créé par l’ordonnance du 10 décembre 1955 du Gouverneur Général de l’époque. Il a fait partie des anciens territoires de Kilo (1914-1922) et de Nizi (1922-1956). Il est subdivisé en douze entités décentralisées dont une cité, quatre secteurs et sept chefferies 

Coordonnées géographiques 

  • 1° 56′ Nord et 30° 29′ Est
  • Son altitude varie entre 620m (lac Albert) et 2 300m (Mont Aboro). 

Climat

Le territoire de Djugu a un climat tropical humide avec alternance de saison dont la saison sèche de décembre à mai. La saison de pluie va de septembre à novembre. Les précipitations varient entre 1000 à 1400 mm. Sa température varie selon les saisons de 18°C à 25°C. 

Hydrographie

Ce territoire est traversé par des nombreux cours d’eau dont les plus importants sont Ituri, Nizi, Shari, Abombi, Tse, etc. Ils ont leurs sources dans les Monts Bleus, les uns tributaires du fleuve Congo et les autres du fleuve Nil par le lac Albert. 

La végétation

Le territoire de Djugu a une végétation de savane boisée traversée des galeries forestières à l’Est et de la forêt dense à l’Ouest. 

Sol

Les sols sont Argilo-sablonneux très fertiles et riches en hutus et en argile favorisant ainsi les activités agricoles. 

Particularités et richesses du territoire

Population

Le territoire de Djugu est le plus peuplé de toute la province de l’Ituri et a une densité estimée à 323hab. /km2. 

Agriculture, pêche et élevage

Les sols du territoire de Djugu sont très fertiles et riches en hutus et argile favorisant les activités agricoles: manioc, maïs, haricot, banane plantain, pomme de terre, patate douce, produits maraichers…

La pêche est très pratiquée sur le lac Albert (l’un des plus poissonneux du monde) et plus de la moitié du lac s’étant sur Djugu. Il permet également de pratiquer les activités agropastorales (gros bétail, petit bétail et la volaille). 

Sous-sol

La région forestière occidentale regorge une quantité importante d’or en exploitation artisanale et semi-industrielle. Dans certaines régions du territoire, on signale la présence de certaines matières non encore exploitées telles que le pétrole, le diamant, le fer, le charbon etc. Deux sociétés dont une multinationale sont présentes dans Djugu (SOKIMO et MGM: Monbgwalu Gold Mining ex-AGK) œuvrant dans l’exploitation aurifère. 

Routes

La route principale du territoire de Djugu est la RN27 traversant tout le territoire du nord au sud en passant par le chef-lieu du territoire. Cette route va de son croisement avec la RN4 à Komanda dans le territoire d’Irumu en passant par la ville de Bunia et le territoire de Djugu jusqu’à la frontière d’avec l’Ouganda dans le territoire de Mahagi. Les routes de dessertes agricoles et d’intérêt local pullulent tout le territoire de Djugu estimées à plus de 1150 km, toutes en mauvais état. 

Energie

Il est le seul territoire de la province qui compte trois mini-centrales hydroélectriques (à Rethy/Kpandroma, Drodro et Pimbo). Un raccordement avec la centrale hydroélectrique de Budana dans le territoire d’Irumu assure le courant électrique à Mongbwalu, Nizi et Bambu. Plusieurs activités d’artisanat et de menuiserie y sont développées (menuiserie semi-industrielle de Rethy/Kpandroma, la menuiserie de la Sokimo à Nizi, par exemple) grâce à ce courant électrique. Le territoire dispose de nombreuses petites chutes susceptibles d’être utilisées pour construire des nouvelles centrales hydroélectriques capables d’impulser les initiatives tant publiques que privées.

Données culturelles

Dans le territoire de Djugu nous trouvons 6 grandes tribus hormis les pygmées, couvrant 4 secteurs, 7 chefferies et la cité de Monbgwalu:

  • Les Lendu (majoritaires occupant les secteurs de Walendu Pitsi, Walendu Djatsi, Walendu Tasti et la chefferie des Mabendi) ;
  • Les Hema (Chefferies de Bahema Badjere, Bahema Nord, Bahema Baguru et Bahema Banywagi) ;
  • Les Mambisa (chefferie de Mambisa),
  • Les Ndo (chefferie de Ndo-Okebo),
  • Les Nyali (secteur de Banyali-Kilo) et
  • Les peuples autochtones pygmées appelés communément Mbuti (qui sont éparpillés dans les secteurs de Walendu Djatsi et Banyali-Kilo).

Toutes ces tribus s’enchevêtrent dans toute l’étendue du territoire de Djugu. A ces tribus originaires de Djugu s’ajoutent celles des autres territoires de la province de l’Ituri en particulier et de la RDC en général.

 

Langues parlées dans ce territoire
  • Kilendu (90%)
  • Swahili (70%)
  • Lingala (30%)
  • Kihema (5%)
  • Nyali (2%)

 

Dans ce territoire, le kilendu est la langue parlée par la majorité de la population et dans tous les milieux. Elle est parlée par les Lendu, les Hema et même par les autres tribus du territoire. Le swahili est parlé par les originaires et migrants venus des territoires limitrophes et des autres provinces du pays. Le Lingala est plus parlé par les migrants venus d’ailleurs et par une petite partie des originaires du territoire. Les Kihema et Nyali sont parlées par la minorité des peuples originaires.

 

Principales activités
  • Agriculture (70%)
  • Pêche (10%)
  • Exploitation artisanale de l’or (10%)
  • Elevage (5%)
  • Petit commerce (5%)

Les tribus Lendu, Hema, Mambisa et Ndo-okebo se donnent à l’agriculture et à l’élevage de gros et petit bétail et des oiseaux de basse-cour. Dans les secteurs de Walendu Pitsi, Walendu Tatsi ainsi que dans les chefferies de Bahema Nord et de Bahema Banywagi, les populations riveraines du lac Albert pratiquent la pêche. Les Nyali et les Bendi des régions occidentales forestières (Mongbwalu, Lisey, Kilo, Kobu,…) pratiquent les activités aurifères tandis que les pygmées s’occupent de la chasse et de la caillette.


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au 31 mars 2017
Vendeur : 1$ = 1 350 FC Acheteur : 1$ = 1 400 FC
Nombre d’opérateurs économiques 631

Principaux opérateurs économiques
  • Ets MK : commerce général
  • Ets Jehovah Shamah : commerce général
  • Ets Pamoja na Yesu : commerce général
  • Ets Lombela : commerce général
  • Ets Kiriku : commerce général

En ces jours, le territoire de Djugu compterait environ 2 300 opérateurs économiques dont les principaux importent des produits divers entre autre: les produits vivriers, les divers et friperie, les matériaux de construction et ciment, les boissons et les produits pharmaceutiques. Les produits pétroliers requièrent une importance particulière dans le volume global des produits importés. Tous les produits d’importation proviennent de l’Ouganda et du Kenya via les frontières de Mahagi, de Tchomia-Kasenyi et même d’Aru-Ariwara.

 

Principales activités des opérateurs économiques
  • Vente des produits vivriers et manufacturés
  • Vente des produits pétroliers
  • Distribution des boissons
  • Transports
  • Activités minières

 

Principales activités des PME/PMI
  • Commerce général
  • Menuiserie et artisanat
  • Exploitation des bois
  • Exploitation minière.
Grandes entreprises locales
  • La SOKIMO
  • La société CTC
  • La société Congo Distribution
  • La société SHENIMED
  • Les opérateurs téléphoniques (Vodacom, Airtel et Orange)

La Sokimo (ex Okimo) est une société de l’Etat congolais opérant dans l’exploitation de l’or. Les sociétés de cigarettes, de télécommunications et de transfert d’argent ont soit un dépôt, un shop ou une petite agence dans le territoire de Djugu. Les sociétés de cigarettes présentes sont la CTC, la société Congo Distribution et la Shenimed. Les opérateurs téléphoniques oeuvrant dans le territoire de Djugu sont Vodacom, Airtel, Orange et Tigo. Soficom reste aujourd’hui la seule grande messagerie financière active dans le territoire précisément à Mongbwalu.

 

Principaux produits agricoles
  • Manioc : 54%
  • Maïs: 20%
  • Patate douce: 12%
  • Haricot: 11%
  • Pomme de terre: 5%

Le premier produit agricole du territoire de Djugu est le manioc. Il est consommé dans toute l’étendue du territoire soit sous forme de pate de manioc (foufou) ou sous forme de tubercules bouillis. Il est produit dans toute l’étendue du territoire. Le maïs et la patate douce sont également produits dans tout le territoire.  Le maïs sert à la fabrication d’alcool local communément appelé « Mandro » et à la consommation. Le haricot, la pomme de terre sont principalement produits au Nord-est du territoire. La production de haricot est consommée à 80% dans toute l’ex-province Orientale. Ce haricot est même consommé jusqu’à Kinshasa. Les légumes et autres produits maraichers sont également produits.

 

Principaux produits non agricoles
  • Poissons (frais, salés et séchés)
  • Champignons
  • Sauterelles
  • Chenilles 
  • Le lac Albert qui est l’un des lacs les plus poissonneux du monde fournit des poissons pour la consommation des ménages. Ces poissons sont consommés soit frais, séchés ou salés.  Les Champignons, les sauterelles, les chenilles, etc. sont prélevés périodiquement dans les forêts et consommés presque partout dans le territoire.
Principales sources d’énergie
  • Bois : 100%
  • Pétrole : 90%
  • Electricité : 5%
  • Energie solaire : 0.3%

Le territoire de Djugu dispose de trois mini-centrales hydroélectriques (à Rethy/Kpandroma, Pimbo et à Drodro) et est également alimenté (Nizi, Bambu, Mongbwalu…) par la centrale hydroélectrique de Budana du territoire d’Irumu.  

Pour le reste du territoire ce sont des lampes pétroles qui sont utilisées à la tombée de la nuit dans tous les ménages. Pendant la journée comme le soir, les différentes structures utilisent des groupes électrogènes fonctionnant avec du pétrole. Notons également une tendance grandissante de l’utilisation des panneaux solaires dans les ménages. La totalité de ménages utilisent le bois (bois de chauffe et braise) pour la cuisine.


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 6
Nombre de centre de santé 194

Les 6 HGR de Djugu construits en dur (datant de l’époque coloniale) sont en état de délabrement avancé et disposent d’une capacité moyenne de 102 lits. 80 CS ont été réhabilités avant 2011 par les ONG Medair (en grande partie), Caritas, Cesvi, Memisa, Coopi, Fonds Social, Oïl of Congo… En ces jours, 66 CS sont en bon état et 117 autres en mauvais état.

Le territoire de Djugu avec ses 13 ZS compte 51 médecins dont 5 femmes, 699 infirmiers dont 264 femmes, 77 accoucheuses qualifiées et 177 sages-femmes pour une population estimée à 2 829 280 habitants. Il compte également 14 laborantins et 1 nutritionniste. 50 médecins sont généralistes et un seul MCZ de Tchomia qui est spécialiste en santé publique.

Huit ZS sur les treize que compte le territoire de Djugu (Damas, Drodro, Fataki, Jiba, Kilo, Linga, Lita et Mangala) ne bénéficient pas encore du programme de lutte contre le Vih/Sida.

Le ravitaillement en médicaments dans le territoire de Djugu se fait en grande partie sur le marché noir. Notons aussi l’appui des partenaires (Fonds mondial, Fondation Damien, Caritas, Sanru…) en médicaments de lutte contre le paludisme, la tuberculose et le Vih/Sida. OMS et UNICEF assurent la vaccination et la surveillance épidémiologique alors que MEMISA Belgique apporte un appui structurel à quelques ZS.

 

Maladies les plus récurrentes
  • Paludisme
  • Infections respiratoires aigües
  • Maladies diarrhéiques
  • Fièvre typhoïde
  • Infections sexuellement transmissibles.


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 484
Ecoles secondaires 153

Le territoire de Djugu compte 637 écoles dont 484 écoles primaires et 153 écoles secondaires. Le total élèves aux primaire et secondaire pour l’année scolaire 2015-2016 est de 202322. La moyenne d’élèves dans les écoles est de 317. Le territoire de Djugu compte 4972 enseignants dont 3523 enseignants au primaire et 1449 enseignants au secondaire pour l’année scolaire 2015-2016.

 

Enseignement supérieur et universitaire
Universités 1
Instituts supérieurs 1

Il existe dans Djugu une université (Université de Monts Bleus) et un Institut Supérieur Pédagogique et Technique de Rethy (ISPT/Rethy). Ces deux établissements supérieur et universitaire se trouvent dans le secteur de Walendu Pitsi précisément à Kpandroma et Rethy à plus ou moins 60 Km au Nord du chef-lieu du territoire de Djugu.

Sont organisées à l’université de Monts Bleus les facultés ci-après: Sciences économiques et de gestion, Psychologie et sciences de l’éducation. A l’Institut Supérieur Pédagogique et Technique de Rethy s’organisent les filières: Lettres et sciences humaines (français et culture africaine, histoire, sciences sociales et gestion du patrimoine), Sciences naturelles et exactes (sciences agronomiques et vétérinaires, sciences infirmières).

Dans l’an 2016 les nombres d’inscrits sont de 16 étudiants à l’université de Monts Bleus et 79 étudiants à l’ISPT/Rethy.


ONG et projets

Nombre d’ONG 28
Principales activités
  • Santé
  • Education et protection 
  • Eau, hygiène et assainissement
  • Nutrition et sécurité alimentaire

Il s’agit ici de quelques Agences des nations unies et des ONG internationales et nationales œuvrant dans les secteurs précités.

Santé : UNICEF, OMS, Fonds Mondial, Union Européenne PAPOMD, MEMISA Belgique, Caritas Congo, Fondation Damien, SANRU, COOPI, CEMUBAC, CIP… Ces ONG s’occupent principalement de la vaccination, de la surveillance épidémiologique, du ravitaillement en médicament des ZS (lutte contre le paludisme, la tuberculose et le VIH/SIDA).

Protection des enfants et éducation : Save the Children, INTERSOS, AJEDEC, SOFEPADI, COOPI, SFCG, AJP, Justice Plus, etc.

Eau, Hygiène et Assainissement : Caritas, CCRI, OXFAM Québec, PRODAEM, etc.

Nutrition & Sécurité alimentaire : ADEPSP, Samaritain’s Purse, OSV, Solidarités, etc.

Principaux projets de développement financés par le Gouvernement
  • Construction et équipement du pavillon de pédiatrie à l’HGR de Nizi par Fonds social
  • Construction de l’EP Lenge à Bule par le Fonds social.
  • Adduction d’eau potable à Tchele dans la zone de santé de Mangala. 
Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement

1. GEC-RDC /Save The Children 

Le projet GEC (Girls Education Challenge), en français « Vas-y fille » exécuté par l’ONG Internationale Save the Children consiste à améliorer le taux d’achèvement des jeunes filles congolaises au cycle primaire tout en leur assurant un apprentissage de qualité. Les filles de 56 écoles bénéficient de ce projet. Le projet est financé par le gouvernement britannique à hauteur de 3 877 533$ pour une période de trois ans (2013-2016) avec possibilité d’extension d’une année.


Accessibilité et tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Oui
Voies aériennes Oui
Biefs navigables Oui
Train Non

La route RN27 est la route principale du territoire de Djugu. L’accès au territoire de Djugu se fait soit par route soit par le lac Albert. Les routes permettant d’entrer et de sortir du territoire sont la nationale RN27 (qui connecte Djugu aux territoires d’Irumu au sud et de Mahagi au nord: route en bon état) et la route d’intérêt provincial (très mauvais état) reliant Djugu au territoire de Watsa dans le Haut-Uélé.

Les routes de dessertes agricoles et d’intérêt local pullulent tout le territoire de Djugu estimées à plus de 1.159 km, toutes en mauvais état.

Par le lac Albert, il est possible d’emprunter des embarcations motorisées (baleinières) pour atteindre les territoires d’Irumu, de Mahagi ainsi que l’Ouganda (pendant au moins 4 heures). Les commerçants du territoire exportent de l’or en Ouganda et importent les produits manufacturés précités après-vente.

Il convient de signaler que le territoire compte deux pistes d’atterrissage, l’une à Mongbwalu appartenant à la Sokimo et l’autre à Rethy appartenant aux missionnaires protestants. A l’époque, les petits aéronefs et hélicoptères atterrissaient pour faciliter les activités de ces derniers. A ce jour, ces deux pistes sont non opérationnelles.

Réseaux de communication
Africel Non
Airtel Oui
Orange Oui
Tigo Non
Vodacom Oui

Vodacom reste le réseau le plus utilisé dans le territoire vu sa large couverture sur tous les secteurs dans le territoire, suivi d’Airtel et Orange. Il faut noter l’instabilité de ces réseaux surtout Vodacom. La connexion internet à travers ces réseaux est également très lente.

Attraits touristiques
Parcs Non
Jardins botaniques Non
Jardin zoologiques Non
Chutes d’eaux Oui
Sites touristiques Non
Sites sacrés Non

Le territoire de Djugu regorge dans sa région orientale de plusieurs petites chutes sur la rivière Tse, vers le mont Aboro (Lodda, Koda, Chodda,…). On compte plus de 11 chutes. Ces petites chutes peuvent servir à ériger des mini-centrales hydroélectriques comme c’est le cas à Rethy et Drodro.

 

Espèces phares de la faune
  • Eléphants
  • Buffles
  • Singes
  • Antilopes
  • Oiseaux
Espèces phares de la flore
  • Autandofragma (Liboyo)
  • Miliciaaxelsa (Punga)
  • Cailla atoteca (Linzo)
  • Cordiaabisilyca (Ngomangoma)
  • Astoniabonei (Mtondo)


Situation sécuritaire

Le territoire de Djugu est relativement calme ces trois dernières années. Des cas de conflits fonciers et de justice populaire sont à signaler surtout entre les peuples Lendu et Hema.


Opportunités de développement

Le territoire de Djugu regorge plusieurs potentialités naturelles dont la fertilité de son sol, les minerais,   le lac Albert et sa position frontalière d’avec l’Ouganda. Sa démographie pourrait également constituer un facteur de développement non négligeable.

La fertilité du sol du territoire de Djugu lui confère  une vocation agricole et agropastorale sans précédent. La réhabilitation des routes (routes des dessertes agricoles, la route provinciale Iga-Barrière-Mongbwalu et la RN27) par le gouvernement permettrait aux agriculteurs et opérateurs économiques d’évacuer facilement leurs produits/marchandises vers les grands centres de négoce et/ou de consommation mais aussi et surtout permettrait aux mêmes agriculteurs d’augmenter leurs étendues culturales.

Le lac Albert est une vraie opportunité de création d’emplois et de richesses dans Djugu. Si un effort est fourni dans le sens de l’industrialisation de la pêche sur ce lac avec des infrastructures modernes (présence des bateaux de pêche en eau profonde, construction des grands dépôts et chambres froides, des gros camions frigorifiques, etc.) le territoire pourrait être en mesure d’endiguer le chômage et augmenter les revenus des agents économiques tant à l’intérieur du pays qu’à l’étranger.

L’or et la présence présumée des autres minerais comme le pétrole, le diamant, le fer… Ces minerais pourraient être exploités de manière industrielle et cela créerait des emplois et des revenus.

L’électricité: le territoire de Djugu compte un nombre important de chutes dans sa partie Est. Eriger des mini-centrales hydroélectriques permettrait l’éclosion des activités à grande échelle impactant tous les autres secteurs de la vie économique et sociale. Les activités vont se développer, la production et les revenus croitront sans oublier les emplois qui y résulteront.

Le café (arabica): selon les informations fournies par Veco-RDC, le café produit dans le territoire de Djugu est très apprécié sur le marché international. Une opportunité à saisir par un appui technique et financier du gouvernement afin de permettre aux cultivateurs d’améliorer leurs étendues et conditions culturales de café. La production croitrait et créerait des nouveaux emplois, les revenus aussi par l’amélioration de nos exportations impactant ainsi la balance commerciale du pays et les rentrées de devises.

 

 

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique