Territoire de Dimbelenge

Fiche du territoire

Mise à jour le 31 mars 2017

Province Kasaï-Central
Superficie 22 165 km²
Taille estimée de la population 416 305 hab.

(source: Rapport annuel 2016 de l’administration du territoire)


Carte administrative


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

De la Création

Ordonnance de creation du territoire :

Le territoire de dimbelenge a été  crée en 1926 par l’ordonnance numéro 103/AIMO du 01/10/1926  du gouverneur général à cette époque.

A sa création, son siège admnistratif se trouvait à Tshibala entre la rivière Lubi et le lac Fwa dans le secteur de Lubi avant d’être transféré à Bena Tshiadi son siège actuel.  

Limites territoriales

Situé à 135 km du centre ville de Kananga, le territoire de Dimbelenge  partage des limites avec : 

Au Nord : le territoire de Kole (Province de Sankuru);

Au Sud : le territoire de Dibaya (Kasaï Central) et ceux de Kabeya Kamuanga et lupatapata dans le Kasaï Oriental;

A l’Est : le territoire de Lusambo (Province de Sankuru);

A l’Ouest : la ville de Kananga, les territoires de Demba (Kasaï Central) et Mueka (Province du Kasaï).

Le territoire  de Dimbelenge est une entité déconcentrée de la province du kasai central. Il est localisé au centre du Congo.

Coordonnées géographiques

  • La longitude est de 23 degré
  • La latitude est de 5 degré
  • L’altitude moyenne est de 900m

Climat

Le climat est chaud et humide, le Territoire de Dimbelenge connaît deux saisons notamment la saison de pluie commençant du 20 aout à mi mai et celle de la saison sèche, elle de mi mai au 20 aout. Il ya variation de température qui s’élève de 21 à 38 degré. La pluie est régulière il pleut 1 jour sur 2 en observation car il y n’a pas de pluviomètre dans le territoire.

Hydrographie

L’hydrographie du territoire renseigne que deux lacs touristiques entre autre le lac Munkamba et le lac Fwa, les rivières les plus importantes sont : les  rivières  Lubi, Mwanza Ngoma, Lubudi et Lubilangie. Lubi et Lubilangie mènent vers le sankuru et le sankuru se verse dans la rivière Kasai.

Végétation

La végétation du territoire renseigne qu’il y a une présence localisée de forêt qui couvre les secteurs de Lukibu, Mashala, Kunduyi et une partie de Lubi. Cette forêt est une émanation de la grande forêt équatoriale, il y a aussi une savane sur une partie de l’étendue des secteurs Lubudi et Lubi.

Sol

La natutre de sol est sablonneuse et argileuse, le relief du territoire présente de plaines et est montagneux surtout dans les secteurs de Lubi et Lukibu (Kasongo Mulé).

 

Particularités et richesses du territoire
  • Nous avons réalisé que le territoire est vraisemblablement sous- développé, il est parmi les territoires  pauvres de la province du Kasai Central du point de vue socio économique dans ses différents domaines de développement.

Particularités physiques, culturelles et économiques :

Du point de vue particularités physiques, culturelles et économiques nous avons réalisé ce qui suit: Le sol et le sous-sol offrent également des potentialités minières et agricoles très importantes et variées notamment la chaux, des pierres plates, les diamants (mais sont exploités qu’à 10% par manque des grands entrepreneurs et les subventions publiques dans le territoire). Ainsi il y a aussi les  grandes  cultures de maïs, du riz, de haricot, des arachides, de manioc et du café. 

Physiquement la grande partie de la population du territoire réside dans les villages, cette population a une taille estimée de 416305 habitants (source rapport annuel de 2016 de l’administration du territoire) dont 45% sont des enfants de moins de 12 ans, 35% sont les jeunes de 14 à 50 ans et 20% les vieux de 55 ans et plus.

Le territoire est d’une superficie de 22165 km² dont plus de 9000 km² sont non habités et inéxploités néanmoins dans les km² habités il ya une population dense  avec des grandes agglomérations. Cela explique le fait que,  d’une manière estimative et en terme de moyenne nous avons 19 habitants par km², 88576 ménages et 4 ménages par km² en raison de 4,7 habitants par ménage.

Et lors de la guerre c’était le siège des rebelles et ces derniers ont tout dévasté, tout détruit durant leur passage dans le territoire. Par-delà la destruction des biens et des infrastructures physiques, le mouvement insurrectionnel des rebelles a dégradé la vitalité individuelle et celle des communautés. Au cours de cette période de la guerre, l’avènement des mouvements insurrectionnels des rebelles a fortement paupérisé les populations locales aux conditions socioéconomiques et a causé surtout la destruction physique des biens et habitations.

Données culturelles
  • Le territoire de Dimbelenge est subdivisé de la manière suivante :

En une commune (la commune de Dimbelenge au chef-lieu), en 5 secteurs notamment Lubudi, Lubi, Kunduyi, Mashala et Lukibu), en 92 groupements dont (13 dans le secteur de Lubudi, 7 dans la commune de Dimbelenge, 25 dans le secteur de Lubi, 12 dans le secteur de Kunduyi, 12 dans le secteur de Mashala et 23 dans le secteur de Lukibu), en 675 villages ainsi qu’en 7 quartiers. Nous signalons que chaque groupement a au moins 7 villages.

N.B: par le décret n°13/021 du 13 juin 2013 conférant le statut de ville et  commune à certaines agglomérations de la province du Kasai Occidentale, 5 communes devraient naitre dans le territoire de Dimbelenge à savoir : commune de Dimbelenge, commune de Bana Bantumba, commune de Munkamba, commune de Katende ainsi que la commune de Lubuinshi. Mais un autre décret ayant été pris en 2015 et suspendant l’exécution du premier, raison pour laquelle jusqu’à présent le territoire contient juste une seule commune celle de Dimbelenge au chef-lieu du territoire.

Le territoire a plusieurs  tribus dans lesquelles les grandes sont au nombre de 4 en l’occurrence Luntu (23%), Bindi (52%), Beyankusu (14%) et Songe (11%). Les populations cultivent beaucoup plus les champs, pratiquent l’élevage et la culture mais très peu nombreux font la pêche. 

Langues parlées dans ce territoire

Dans le territoire le tshiluba est la langue parlée par la majorité, elle est celle qui unis plusieurs personnes cependant le lingala, le kisongé et le tshibindi sont  aussi  parlées  dans le territoire. 

D’une manière proportionnelle ces langues parlées dans le territoire sont réparties de la manière suivante :

Tshiluba : 65%

Lingala : 5%

Kisongé : 12%

Tshibindi : 18%

 

Principales activités
  • Agriculture (70%)
  • Elevage (10%)
  • Petit commerce (13%)
  • La culture du café (4%)
  • Pêche et Cueillette (3%)

Il sied de savoir que la population de Dimbelenge se focalise beaucoup sur l’agriculture en suite sur le petit commerce ,  l’élevage de petits bétails et grand bétails ainsi que la volaille. Il y a aussi la culture de café produisant du café vendu à kananga et mbuji mayi en l’état en vue de subir une transformation en produit fini et être vendu.

La pêche et la cueillette sont pratiquées mais à un faible taux de participation, et les cultures de rente pratiquées par les paysans sont : le manioc, le maïs, le riz, les arachides, les niébés,  les bananes, le café et les pistaches, etc.  

 


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au 31 mars 2017
Vendeur : 1$ = 1 400 FC Acheteur : 1$ = 1 380 FC
Nombre d’opérateurs économiques 400

Principaux opérateurs économiques

Ces principaux  opérateurs économiques sont du secteur agricole et detiennent des  plantations en activité dans le territoire à savoir :

  1. Fondation Mundadi : culture de mais et niebé sur 300 hectares à Munkamba dans le secteur de lubudi avec une production annuelle de 60 tonnes de mais et 20 tonnes de niebé.
  2. A.D.I.D (Association pour le développemnt intégré de Dimbelenge) : culture de mais et de niebé sur 10 hectares dans la commune de Dimbelenge avec une production annuelle de 2 tonnes de mais et 700kg de niebé.
  3. A.F.D (Association des Fonctionnaires de Dimbelenge) : culture de mais et niebé sur 3 hectarres dans la commune de Dimbelenge avec une production annuelle de 400kg de mais et 100kg de niebé.
  4. P.A.A.D.I.M (Programme Agro-alimentaire de Dimbelenge)
  5. Monsieur Tshimbombo Blandard (plantation de mais, manioc et haricot)
  6. MUREDI (Mutuelle de Ressortissants de Dimbelenge) : plantataions de mais, riz, haricot et  arachide à Munkamba dans le secteur de Lubi et dans le secteur de Lukibu.
  7. ADERI (Mr. Binabe ) : plantations de maïs, niébés, arachides et maniocs

La production de café a une échelle moyenne  dans le secteur de Lukibu 

 

Principales activités des opérateurs économiques

Les principales activités des opérateurs économiques sont :

  1. Les cultuvateurs (vente de denrées alimentaires issus  des champs : maïs, manioc etc..)
  2. Les carrières de matériels de construction
  3. Les négociants de diamants
  4. Les hôtels et les restaurents
  5. Les ngandas             
  6. La menuisérie (bois) et oeuvre d’art
  7. Les taxis motos
  8. Les boutiques et les Pharmacies
  9. Les marchands ambulants (vente des denrées alimentaires, des biens vestimentaires et de produits cosmétiques)
  10. Les moulins (les meuniers)
  11. Prélèvement des taxes et impôts (DGI/Dimbelenge et DGERKOC/Dimbelenge)
  12. Regideso (Antenne Dimbelenge)
  13. La traversé par Bac et/ou pirogue (vers la rivière Lubi)

Nous tenons à signaler que plus de 400  opérateurs sont les petits opérateurs économiques oeuvrant dans le secteur informel, ayant juste les patentes comme documents commerciaux avec lesquels ils exercent leurs petites activités.

 

Principales activités des PME/PMI

Les PME sont au nombre de plus 400  à travers le territoire, ces PME sont considérées comme tel à partir des critères suivants: avoir d’une à deux cents personnes (1 à 200) comme travailleur et avoir de 1$ à 400000$ comme chiffre d’affaire. Cependant sur plus de 400 PME nous n’avons retenu que 107 faisant la prestation de service à travers le territoire.

Elles ont comme activités principales les boutiques, les pharmacies, les dépôts boissons alcooliques (achat et vente de produits en l’état sans subir une quelconque transformation) et 107 parmi elles sont dans les activités de services ainsi que les commerçants ambulants détenant un nombre élevé de toutes les petites et moyennes entreprises. Nous signalons que toutes ces PME sont dans le secteur informel ne détenant pas le RCCM et le numéro d’impôt ainsi elles fonctionnent avec les patentes de la catégorie A à C comme document. 

Du point de vue PMI, il n’y en a pas, non plus les industries à travers tout le territoire mais seulement il y a certaines petites filières de production en activité dans le territoire notamment : fabrication artisanale de l’huile de palme, la savonnerie, la fabrication de braises, la fabrication de briques cuites par la BRIBAMU (Briqueterie de Bakua Mukala) dans le secteur de Lubi ainsi que la filière de production agricole de maïs, riz paddy, arachide, café et niebé par la COOABAKA (coopérative agricole de Bakua Katulayi) à Lubunga dans le secteur de Lubi.

Grandes entreprises locales

Dimbelenge ne compte aucune grande entreprise locale.

 

Principaux produits agricoles
  • le maïs et le manioc
  • le riz local (riz paddy)
  • les arachides
  • les bananes
  • le niébé, les feuilles de manioc, les amarantes,  les légumes et les tomates

Partant de la production annuelle de chaque produit, nous avons réalisé que le manioc, le maïs et les arachides sont produits d’une manière exceptionnelle. Quant à leur utilisation et leur transformation, les trois premiers cités plus le niébé sont principalement utilisés pour la consommation ménagère et la commercialisation locale que frontalière, à l’état brut, sans pour autant subir une quelconque transformation.

 

Principaux produits non agricoles
  • L’élevage de chèvre et moutons (17%)
  • L’élevage de porcs (18%)
  • L’élevage de vaches (2%)
  • Les poules et les canards (58%)
  • Les pigeons et les dindes (pintade) (3%)
  • La pêche (les poissons) (2%)

Ces produits non agricoles sont destinés à 60% à la consommation locale, et à 40% à la vente locale d’abord,  ensuite à l’extérieur du territoire précisément dans des villes telles que Kananga et Mbuji-Mayi. Nous tenons à signaler que la production de ces produits est bien entretenue annuellement en raison de permettre à la fois et à la consommation et à la vente pour d’autres besoins ménagers hormis l’alimentation notamment vêtements, scolarisation des enfants, soins de santé etc.

 

Principales sources d’énergie
  • Bois
  • Equipement solaire miniaturisé (lampe torche et  panneau solaire)
  • Mazout et essence
  • Charbon de bois (MAKALA)
  • Electricité (via groupe électrogène)
  • Eau

Le courant électrique proprement dit n’existe pas jusque là dans le territoire et le courant électrique  à travers les groupes électrogènes est une denrée rare à Dimbelenge, hormis un nombre très peu nombreux de la population représentant rien en terme de pourcentage (0.8%) il n’y a que les missions catholiques dans les zones de santés et dans leurs logements qui en bénéficient, plus certaines écoles et quelques paysans dans leurs ménages.

Pour le reste du territoire, d’une manière minoritaire(5%) ce sont des lampes allumées grâce à l’énergie solaire et les torches à piles qui sont utilisées à la tombée de la nuit dans les ménages, et d’une manière majoritaire (84%) ce sont les bois qui sont utilisés pour la cuisine des ménages(la cuisson), pour la lumière à la tombée de la nuit, pour le chauffage ainsi que pour la fabrication des braises (MAKALA) représentant 5,5%, servant aussi à la cuisine, au repassage des habits et au commerce en vue de subvenir aux autres besoins vitaux, nous avons aussi le mazout et l’essence représentant 4% servant du carburant pour les motos, les véhicules, les groupes électrogènes et les moulins.

En rapport avec de l’Eau potable (raccordement à la Regideso), il y a juste 11% de ménages qui en sont raccordés dans le territoire moyennant l’acahat d’un bidon de 20L à 100 FC.  Et 89% utilisent des sources et rivières non aménagées ainsi que quelques sources aménagées.

 


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 6
Nombre de centre de santé 46

Le territoire de Dimbelenge dispose de quatre zones de santé à savoir: la zone de santé de Katende, la zone de santé de Lubunga, la zone de santé de Bena Tshiadi et celle de Muetshi et 46 centres de santé ainsi que certains postes de santé implantés dans la plus part de villages.

La plus part de centres de santé de ces zones de santé sont en état de délabrement avancé, il y a le manque des matériels et mobiliers médicaux appropriés, des moyens de transports (déplacement) pour les infirmiers, des équipements sont insuffisants et datent de longtemps, ils sont beaucoup en état de délabrement avancé, il y a le manque des spécialistes et de services médicaux tels que l’ophtalmologie, la dentisterie et la dermatologie etc. 

Maladies les plus récurrentes
  1. Le Paludisme
  2. Les Infections Respiratoires  Aigues
  3. La Fièvre Typhoide, les Amibiases (Gastro Anterite Aigue)
  4. Les  Infections Operatoires (Les hernies chez les femmes  et chez les hommes)
  5. La Tuberculose 

Ici nous tenon à signaler que selon les médecins chefs de zones, les trois premières maladies précitées sont causales de la mort, hormis cela la il y a des maladies périodiques telles que la diarrhée qui ronge les enfants, la rhumatisme qui ronge les vieux, ainsi que la diminution de sang chez les adolescents.


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 342
Ecoles secondaires 164

Le territoire de Dimbelenge comporte deux sous-divisions à savoir :

Dimbelenge 1 au chef-lieu du territoire pour la commune de Dimbelenge et les secteurs de Lubi, Lubudi et Kunduyi et Dimbelenge 2 à Mashala dans les secteurs de Mashala et Lukibu. Par rapport au nombre d’école, le territoire possède 506 écoles dans ses deux sous-divisions, la première a 228 écoles dont 151 écoles primaires et 77 écoles secondaires. La deuxième sous-division comporte 278 écoles dont 191 écoles primaires et 87 écoles secondaires.

Les inscrits au primaires tout âge confondu à la première sous division sont au nombre 91982 élèves dont 46773 pour la première sous division et 45209 pour la deuxième sous division. Les inscrits au secondaire tout âge confondu sont au nombre de 10825 élèves dont 1013 pour la première sous division et 9812 pour la deuxième sous division.

Concernant le nombre d’enseignants au primaire, le territoire a 2505 enseignants au primaire dont 1038 enseignants à la première sous division reparti en 972 hommes et 66 femmes.

 Et 1467 enseignants à la deuxième sous division dont 1338 hommes et 129 femmes.

Au secondaire, le territoire possède 1755 enseignants dont 721 à la première sous division reparti en 700 hommes et 21 femmes. Et 1034 enseignants à la deuxième sous division dont 1008 hommes et 26 femmes.  

Le niveau de l’enseignement dans le territoire est faible généralement faute des personnels qualifiés qui sont peu nombreux, des matériels didactiques et des infrastructures adéquates, ce problème s’accentue au niveau du cycle de secondaire il y a nécessité de renforcer les capacités des personnels.

Enseignement supérieur et universitaire
Universités 1
Instituts supérieurs 4

Du point de vue enseignement supérieur et universitaire, le Territoire de Dimbelenge comporte les institutions ci-après :

L’université privée au chef lieu  du territoire ayant comme propriétaire monsieur Blandard Tshimbombo, elle a comme filières le droit, l’agronomie, le français linguistique et l’histoire.

L’ISTM DIMBELENGE de l’Etat à Katende qui est la grande institution supérieure en qualité pour le territoire, il a comme filières l’hospitalière, l’accoucheuse et l’easi.

L’ISP privé Mashala ayant pour filières la science de l’histoire, la civilisation française et la langue agrovétérinaire.

L’ISP Lukibu ayant pour filières la science de l’histoire, la civilisation française, la culture africaine, la civilisation anglaise et la gestion des administrations.

L’ISTM Lukibu ayant pour filière seulement l’hospitalière.

Il y a juste un seul institut qui est public dans tout le territoire en l’occurence l’ISTM Dimbelenge à Katende dans le secteur de kunduyi, les restes sont des privés agrées mais non mécanisés, et tous ces instituts ont des problèmes des infrastructures, des matériels didactiques, des matériels de bureau, des bibliothèques à 500 ougvrages ainsi que des propres professeurs et chefs de travaux. Cela implique le niveau bas de la formation estudiantine d’où il y a nécessité de renforcer les personnels en quantité eten qualité ainsi de palier aux problèmes des infrastructures,  etc..


ONG et projets

Nombre d’ONG 28
Principales activités

Le territoire regorge 28 ONG concrètes et légalisées, néanmoins elles ne sont pas subventionnées pour mieux exercer leurs tâches,  juste quelques unes parmi les 28 continuent à oeuvrer quant  même. Ces  28  ONG sont :

1. Association des paysans kimbanguiste pour le développement (APKID) à mashala

  • Activité : agriculture et formation

2. Briqueterie Bakua/Mukala (BRIBAMU) à la cité de dimbelenge

  • Activité : formation des hommes de métiers en agriculture

3. Association pour la solidarité entre les travailleurs de dimbelenge (ASOTRADI) à la cité de dimbelenge

  • Activité : agriculture

4. Association Bansonga Tudienzele (BATUDI/DILEG) à la cité de dimbelenge

  • Activité : l’assainissement du milieu

5. Association Ba mamus soin de dimbelenge

  • Activité : agriculture et élevage

6. Coopérative Balumba (COOPBALU) à la cité de dimbelenge

  • Activité : agriculture et élevage

7. Coopérative de couper de noix de palme (COOCNOPADI)

  • Activité : affaires sociales et économiques

8. Association de planteurs de mashala (APLAMA/ONG) à mashasala

  • Activité : agriculture et caféier

9. Coopérative Agricole bakuakatulayi (COOABAKAT) au secteur de lubi à katulayi

  • Activité : agriculture et élevage

10. Association pour le développement intégré de dimbemlenge (DIDI/ONG) au banabantumba dans le secteur de lubi

  • Activité : agriculture, élevage et caféier

11. Centre d’encadrement intégré de lukibu (CELI/ONG) à bene tshipanga dans le secteur de lukibu

  • Activité : agriculture, élevage et caféier+ petit bétails

12. Association pour la gestion des initiatives de développement de dimbelenge (AGID/ONG) à la commune de dimbelenge

  • Activité : construction, agriculture et élevage

13. Promotion agricole construction et élevage (PRACEDI) à la commune de dimbelenge

  • Activité réalisée : construction et agriculture et élevage)

14. Solidarité pour tous (SOTOUS) secteur de lubi

  • Activité : agriculture et habitat

15. Réseaux de veuves et orphelins pour la survie à dimbelenge (REVOSDI) à la commune de dimbelenge

  • Activité : encadrement

16. Action pour la promotion paysanne (APROPA) secteur de lukibu

  • Activité : agriculture, élevage et café

17. Réveil de conscience rurale pour le développement RECORD/ONG) à la commune de dimbelenge

  • Activité : agriculture, élevage et formation

18. Projet de café de dimbelenge (PROCADI/ONG) à la commune de dimbelenge

  • Activité : culture et café

19. Ferme de plantation kayandi ONG de développement (FERPLAKA/ONG) à muetshi au secteur de lukibu

  • Activité : culture de café et élevage

20. Promotion de la femme rurale (PROFA) à la commune de dimbelenge

  • Activité : agriculture et élevage

21. Association pour le développement intégré de dimbelenge (ADEL/ONG) à la commune de dimbelenge

  • Activité : enseignement et agriculture

22. Programme agro-alimentaire de dimbelenge(PAADIM/ONG) à la cité de dimbelenge

  • Activité : agriculture pèche et élevage

23. Coordination territoriale de CLER de dimbelenge (COORDICLER) dimbe

  • Activité : entretien de route rurale

24. Comité locale entretien de route de nsele (CLER de nsele) à lac munkamba dans le secteur de lubudi

  • Activité : entretien de route

25. Comité locale d’entretien de routes de bena-kapuki (CLER de bena-kapuki) à la cité de dimbelenge

  • Activité : entretien de route

26. Santé scolaire et développement rural et intégrale (SADERI) à la commune de dimbelenge

  • Activité : centre de santé dans les écoles, élevage, agriculture et exploitation forestière

27. Projet de café de bena kamba (PROCABK) à la commune de dimbelenge

  • Activité : culture de café, palmier et de cocotier

28. Planification pour le développement locale (PADEL) à la commune de dimbelenge

  • Activité: construction de routes, reboisement et environnement.
Principaux projets de développement financés par le Gouvernement
  • implantation de poteaux pour mettre de l énergie solaire (à dimbelenge, munkamba et à bana bantumba) par monsieur ntshongo wantumba, ancien ministre d’énergie
  • Projet de construction d’une micro centrale vers la chute de katende à tshimbulu dans le territoire de dibaya devant desservir la ville de mbuji mayi et celle de Kananga via le territoire de Dimbelenge
  • projet semi-industriel pour les hôpitaux et les centre de santé
  • le projet de réaménager la route nationale Kananga vers Mbuji-Mayi en passant par le territoire Dimbelenge (l’OR) projet du gouvernenment
  • les routes agricoles par la CTB, la route benakajadi vers lusambo via dimbelenge la route mwamba mbuyi (Kananga) à lodja qui traverse le secteur de mashala, lubudi et de lukibu et une partie de kunduyi (entretenue et réhabilité par le gouvernement par l’entremise de contrat avec monsieur de l’Amici protestant celui qui a réhabilité la piste de l’aéroport de Mashala).
Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement

Projet d’implantation d’un forage d’eau par une ONG sur la route allant de pont Mwanza ngoma vers le territoire de Dimbelenge à 65 km

Hormis ce projet, Il n’ya pas des projets de développement dans le territoire sous financement autre que le gouvernement.

 

 


Accessibilité et tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Oui
Voies aériennes Oui
Biefs navigables Oui
Train Non
  • Dans tout le territoire il n’y a aucune route asphaltée, toutes les routes sont en terre et par rapport à l’état de routes, nous avons réalisé conformément aux informations collectées, 20% de routes sont en bon état, 12% sont en moyen état et 68% sont en mauvais état en plus nous tenons à signaler que la plus part de routes sont utilisées par les motos et les vélos que des véhicules hormis les routes nationales.Nous tenons à signaler qu’il y a aussi la voie aérienne par le biais des petits aéroports (au secteur de mashala et à munkamba dans le secteur de lubudi), il est resté juste une seule piste celle de mashala réhabilitée par monsieur l’amicio qui est un protestant mais cet aéroport n’est pas commercial, seul l’hélicoptère y atterrit et c’est pour les voyages de missionnaires protestants.
  • Les routes ne sont pas coupées, les routes sont très mauvaises durant les deux saisons (pendant la pluie les boues et les marécages rendent les routes impraticables et durant la saison sèche les routent deviennent sablonneuses et cet état rend aussi les routes impraticables) néanmoins les cantonniers font un effort d’entretenir certaines routes mais beaucoup plus les routes nationales.
  • Fréquence mensuelle du trafic (nombre de bateaux qui accostent chaque mois) : les bateaux accostent au nombre d’au plus deux et cela une fois le mois.

Voies d’entrée et de sortie du territoire: L’accès au territoire de Dimbelenge se fait soit par voies routières soit par les biefs navigables. Les routes permettant d’entrer et de sortir du territoire sont la route benakajadi vers lusambo via dimbelenge, la route mwamba mbuyi (kananga) vers lodja qui traverse les secteurs de mashala, lubudi et de lukibu et une partie de kunduyi, la route nationale kananga vers mbujimayi en passant par Dimbelenge.

  • Par voie navigables, nous avons, Kinshasa (le fleuve Congo) vers ilebo, vers dibele et lusambo en passant par les rivière lubi, lubilanji, rivière munjanja à lukibu et la rivière tshondo à lukibu menant vers le sankuru.
  • PS : une route en bon état est une route sur laquelle sur 100 km, on peut rouler à 60Km/H, une route en moyen état est une route sur laquelle sur 100 km on peut rouler à 40 Km/H et une route en mauvais état est une route sur laquelle sur 100 km on roule à moins de 20 km/H
Réseaux de communication
Africel Non
Airtel Oui
Orange Non
Tigo Non
Vodacom Oui
  • Les réseaux de télécommunication existant dans le territoire Vodacom et Airtel qui couvre tous les 5 secteurs. La communication n’est pas très bonne à certains endroits et il faut chercher le réseau. Toutefois ces opérateurs offrent les services de M-Pesa et d’Aiterl money, la connexion internet à travers ces réseaux est très lente, il y a disponibilité des produits (cartes, sims blanches, flash…).
Attraits touristiques
Parcs Non
Jardins botaniques Non
Jardin zoologiques Non
Chutes d’eaux Oui
Sites touristiques Oui
Sites sacrés Oui

Le territoire a des attraits touristiques importants notamment le lac Munkamba, le lac Fwa, les chutes d’eau et les puits de chauves souris.

Espèces phares de la faune

Les antilopes

 

Espèces phares de la flore

Le territoire ne connaît pas d’espèce phare de la flore.


Situation sécuritaire

La détérioration de la situation sécuritaire dans le territoire par l’insurection de la milice du chef coutumier Kamwinansapu datant du mois d’aout 2016 jusqu’à ce moment du deuxième trimestre de l’année (mai 2017) et cela a causé des affrontements entre les militaires et les miliciens ainsi que les différents mouvements de la population via les déplacements d’un secteur à un autre (c’est -à-dire d’un secteur non sécurisé à un secteur sécurisé toujours au sein du territoire).

Cependant  nous signalons aussi certains petits conflits de terres dans des limites avec la province soeur du Kasaï Oriental et entre quelques villages de secteurs du territoire. 

Néanmoins la population des secteurs sécurisés notamment les secteurs de lubudi, lukibu et une partie de lubi (à bakamba) vaque quant même paisiblement en ces jours du deuxième trimestre de l’année (mai 2017) à leurs occupations et activités, car la paix et la sécurité sont assurées. 


Opportunités de développement

En ces jours du deuxième trimestre de l’année (mai 2017), l’insécurité bat son plein dans le territoire.  Cependant  la restauration de la sécurité des personnes et leurs biens dans le territoire est d’une très grande importance et est primordiale car c’est cela qui accompagnera le développement du territoire (par l’entremise du gouvernement et des partenaires tant nationaux qu’internationaux) via les différentes opportunités et potentialités citées ci-dessous  que regorge le territoire.

Le territoire de Dimbelenge est potentiellement riche via ses terres arables en produits agricoles tels que le maïs, les arachides, le manioc, le niebé, le riz local (riz paddy) et du café. Si un effort gouvernemental était conjugué dans l’entretien des routes de dessertes agricoles dans les secteurs ruraux les plus productifs, la réhabilitation des principaux axes routiers provinciaux et nationaux, l’élevage des porcins, bovins, ovins, caprins et la volaille, l’implantation des entreprises d’exploitations agricoles, le développement de cultures et la mise en place des greniers agricoles,  il y aurait des grandes productions de ces produits pouvant servir et pour la consommation des paysans et pour la commercialisation à grande échelle, cela va mieux approvisionner la population en cultures vivrières et industrielles en viande ainsi il y aura aussi la création d’emplois.

Le territoire possède deux lacs importants et si un effort gouvernemental était conjugué dans l’entretien des ces lacs et les activités de pêches lacustres,  il y aurait une pisciculture à grande échelle et va approvisionner la population en poisson dans le territoire.

Vue la taille estimée de la population du territoire, si un effort gouvernemental était conjugué dans l’encadrement des jeunes, la construction et l’assainissement des infrastructures scolaires et universitaires, il y aurait une bonne formation qui va générer une main d’oeuvre qualifiée en capital humain

Vue la superficie inexploitée du territoire, si un effort gouvernemental était conjugué dans la création des industries et des grandes entreprises, il y aurait des grands opérateurs économiques et grands entrepreneurs ainsi que la création d’emplois et l’épanouissement du territoire du point de vue économique

Le territoire a un sous-sol regorgeant le diamant, le calcaire, la pièrre plate de grand luxe et d’autres minerais. Si un effort gouvernemental était conjugué dans les domaines ci-après :

  • Prospection minière
  • Recherche géologique et minière
  • Exploitation des mines
  • Transformation des minerais

Cela au moyen d’une grestion rationnelle, efficace et efficiente des revenus provenant de ce secteur minier, pourrait faire en sorte qu’on alloue une grande partie au secteur sanitaire dans la construction et le réamenagement des hôpitaux, des centres de santé au chef-lieu du territoire et dans les 5 secteurs du territoire et cela permettrait à la population d’avoir un bon soins de santé.

Le territoire contient une fôret dense qui couvre les secteurs de Lukibu, Mashala, Kunduyi et une partie de Lubi, cette forêt est une émanation dans la grande forêt équatoriale. Si un effort gouvernemental était conjugué dans les domaines ci-après :

  • Production et transport de grumes ou troncs d’arbre
  • Sciage, déroulage et tranchage du bois
  • Production et commercialisation de potaux de support de lignes électriques
  • Fabrication de médicaments et de cahiers en implantant des industries
  • L’agro-foresterie

Cela occasionnerait le développement du territoire.

Le terrtitoire regorge une petite potentialité hydraulique, à travers ses rivières possèdant un débit régulier en l’occurrence rivières Mwanza ngoma, Lubudi, Lubi et Lubilngie qui mènent vers le Sankuru et cette dernière se verse à la rivière Kasai. Si un effort gouvernemental était conjugué dans les activités suivantes :

  • Pompage et stockage d’eau
  • Implantation de la REGIDESO dans toute l’étendue du territoire
  • Fabrication ou mise en place des forages d’eau
  • Construction d’une micro centrale hydroélectrique.

Cela occasionnerait la mise à la disposition de la grande couche sociale de la population l’accéssibilité à l’eau potable et à l’électricité.

Le territoire a des attraits touristiques importants, si un effort gouvernemental était conjugué dans les domaines suivants:

  • Gestion transparente et profitable des sites touristiques
  • Réaménagement des anciens sites touristiques
  • Construction des nouveaux sites touristiques
  • Cela apporterait un dévellopement dans le territoire.

 

 

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique