Territoire de Gungu

Fiche du territoire

Mise à jour le 31 mars 2017

Province Kwilu
Superficie 14 565 km²
Taille estimée de la population 1 376 164 hab.

(source: Rapports des secteurs 2016)


Carte administrative


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

Le territoire de gungu est une entité décentralisée de la province de kwilu, l’ex bandundu démembre. Il a été créé par l’ordonnance n°81/affaire intérieure et main d’œuvre (aimo) du 29 septembre 1933, revue par ordonnance n°35/aimo du 15 mars 1935 complétée par celle du n°21/405 du 27 décembre 1935. Il a connu son implantation successive à kilembe, kandale et gungu actuel.

Il se localise au sud-ouest de la république démocratique du congo et partage ses limites avec d’autres entités territoriales à savoir:

  • Au nord : bulungu et idiofa ;
  • Au sud : kahemba et feshi ;
  • A l’est : kamonia ;
  • A l’ouest: feshi et masimanimba.

Le territoire de gungu est limité au nord par ceux de bulungu et d’idiofa, au sud par les territoires de kahemba et feshi, à l’est par kamonia enfin à l’ouest par feshi et masi-manimba.

Entre ces territoires limitrophes existe une certaine relation commerciale, principalement avec ceux d’idiofa et de kahemba. Gungu va s’y ravitailler en haricot, poisson fume (ngolo et mungusu), chenille et champignons.

Ce territoire présente les coordonnées géographiques suivantes:

  • Longitude : 19°18’ est
  • Latitude : 5°44’ sud
  • Altitude : 650 m au-dessus de la mer

La température moyenne annuelle est de 25°c avec une variation dans la partie sud, dans les savanes, des plateaux de lunda descend jusqu’en dessous de 15°c pendant la saison sèche. Pendant la saison de pluie elle est de 35°c.

  • Densité : 83,60 hab/km²

Des nombreux cours d’eaux traversent ledit territoire dont les principaux sont entre autre: les rivières loange, kwilu, lufuku, lutshima, kwenge, lubwe et yembesi. Ce territoire a un climat tropical avec l’alternance de deux saisons distinctes:

  • Saison des pluies: la plus longue, elle va du mois d’aout au mois de mai de l’année suivante. La pluviosité varie de 0,8mm a 1,600 mm ;
  • Saison sèche: elle est très courte puisqu’elle ne dure que 3 mois et s’étend de mai à juillet.

Le relief de gungu est caractérisé par des collines élevées et des hauts plateaux dans les secteurs de kisunzu, mudikalunga, gungu, kilamba et mungindu. Il y a une forte prédominance des plaines dans le sud. Le sol est du type sablo-argileux dans les savanes et argileux dans les forêts et les galeries forestières. Ce type de sol convient pour les cultures de manioc, maïs, arachides, courges, haricots, millet, etc.

Particularités et richesses du territoire

Particularités du territoire

Gungu est un territoire culturel, qui organise chaque année des festivals du nom de festival national de gungu (fesnag).

Festival est un évènement socioculturel et touristique favorisant la rencontre des artistes traditionnels de la république démocratique du congo, de l’afrique et du monde.

 L’initiative du festival date de 1925, sous l’appellation de « saga ou luvidi » en pende signifiant « jeux, spectacle, défile, festivité » que présentaient les artistes pende devant l’autorité territoriale coloniale chaque 21 juillet en vue de commémorer l’indépendance du royaume de belgique au chef-lieu du territoire de gungu. Après une interruption en 1960, le festival relance en 1998 sous l’appellation de « festival socioculturel de gungu ». Depuis 2008, le festival porte le nom de « festival national de gungu (fesnag).

Ce festival poursuit comme objectifs:

La promotion et la mise en valeur des traditions ancestrales, la réévaluation et la conservation culturelle ainsi que l’assurance des échanges et expériences interterritoriaux.

Hormis son caractère culturel, gungu est un territoire agricole disposant des multiples bassins de production agricole ainsi que des vastes plantations d’huile de palme rependus dans toute son étendue.

Mais aussi, il contient plusieurs zones savanicoles du type kalahari facilitant l’élevage bovin.

Données culturelles

Le territoire de gungu compte 7 grandes tribus ci-après: les pende (91%), les bunda (17%), les kwese (17%), les mbala (8,3%), les wongo (17%), les lunda (17%) et les pindji (8,3%). Les pende sont majoritaires, ils se localisent dans la cite gungu, les secteurs gungu, kondo, kobo, mudikalunga, lozo, kandale, kilembe, ngudi et lukamba. Les bunda sont dans les secteurs gungu et lukamba. Les kwese se trouvent dans les secteurs kisunzu et mudikalunga. Les mbala se focalisent dans le kisunzu. Les wongo restent dans les secteurs kilembe et ngudi. Les lunda sont dans les secteurs kandale et kobo. Et les pindji se retrouvent dans le secteur ngudi. Toutes pratiquent la pèche, petit élevage et la cueillette.

Langues parlées dans ce territoire
  • Kongo 81%
  • Pende 80%
  • Bunda 3%
  • Kwese 2%
  • Mbala 2%

Parmi les langues parlées, celles qui prédominent sont les kongo et pende. Le kongo est parlée dans tous les 12 secteurs du territoire et le pende par contre est parlée dans 10 secteurs à savoir: gungu, khondo, kobo, mungindu, lozo, kandale, kilamba, kilembe, ngudi, et lukamba.  Le bunda est parlée dans les secteurs gungu et lukamba. Le kwese, dans les secteurs kisunzu et mudikalunga. Le mbale, dans le secteur kisunzu.

Principales activités
  • Agro-pastorales ;
  • Commerce.

En dehors de l’agriculture vivrière, le territoire dispose des plusieurs plantations des palmiers pour les usines huilières qui demeurent jusqu’à présent abandonnées suite à une mauvaise gestion des acquéreurs.

Principales activités:

Plus de 15 usines huilières sont en état d’abandon à savoir: madail, huilerie de kasonga, huilerie de kazamba, ets xavier, huilerie de kindembo, sampedro freres, huilerie de baaba, cke, huilerie de kitombe, huilerie de punza, huilerie de kimbanda, huilerie de bangi, huilerie vegas, etc.

Toutes reparties à travers 7 secteurs tels que: secteurs mungindu, mudikalunga, kisunzu, ngudi, kilembe, lukamba, kilamba.

Cependant, ces plantations constitueraient la principale source de richesse pour le territoire. Etant donné que le sous-sol de celui-ci est pauvre et ne regorge aucune richesse.

Dans le domaine d’élevage, le territoire en dispose 5 types en occurrence: volaille, caprin, porcin, ovin et bovin répandu à travers le territoire. L’élevage de volaille et de caprin est pratique dans tout le territoire et aident les parents à la scolarisation des enfants. L’élevage porcin est pratiqué en zone de foret et savane mais en faible quantité.

L’élevage bovin est important dans toutes les zones en savane principalement dans les secteurs mudkalunga kobo gungu une partie de kandale.


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au 31 mars 2017
Vendeur : 1$ = 1 300 FC Acheteur : 1$ = 1 440 FC
Nombre d’opérateurs économiques 476

Principaux opérateurs économiques
  • Kkm ;
  • Ma vie ;
  • Kumu ;
  • Bafana spécial ;
  • Muyima anaclet.

Kkm opérant dans la vente des produits manufactures et alimentaires, phonie, transfert de fonds, employant 21 ouvriers et appartenant à kabanga macaire;

Ma vie opérant dans la vente des produits manufactures, employant 8 ouvriers et appartenant à tumwaka;

Kumu opérant dans le transfert de fonds pour l’angola, phonie, employant 11 ouvriers et appartenant à kusambesa muhongo;

Bafana spécial opérant dans la vente des produits manufactures et alimentaires, pisciculture et élevage, employant 13 ouvriers et appartenant à gisonzi;

Moyima anaclet opérant dans la vente des produits manufactures, pharmacie, petit élevage et transfert de fonds, employant 4 ouvriers.

Il existe une vingtaine d’opérateurs économiques dans ce territoire. La plus part concentre leurs activités dans le secteur gungu principalement a gungu cité.

Les commerces généraux (manufactures, alimentaires, pharmacie, vente de carburant dont le ravitaillement se fait à kikwit), élevage.

Principales activités des opérateurs économiques
  • Commerce ;
  • Phonie ;
  • Transfert des fonds ;
  • Elevage ;
  • Agriculture.

 

Principales activités des PME/PMI
  • Petit commerce ;
  • Bureautique ;
  • Ferme ;
  • Malaxeur ;
  • Savonnerie.

Le territoire a des pme qui ne créent presque pas d’emplois, comptant en moyenne 5 ouvriers chacune.

Grandes entreprises locales

Le territoire ne dispose d’aucune grande entreprise actuellement. Celles qui existaient jadis demeurent en faillite et abandonnées a ces jours, suite à la zaïrianisation.

Tous les grands entrepreneurs expatries propriétaires des grandes usines de fabrication d’huile de palme ont été chasses du pays depuis 1983 par le feu président mubutu suite à la zaïrianisation.

Ainsi donc, la gestion de ces usines était confiée entre les mains des nationaux qui, par leur me gestion, les ont conduits en faillite.

Actuellement, gungu est en manque des grandes entreprises, l’implantation des celles-ci contribuerait à son développement et reverrait a la baisse le taux de chômage.

Principaux produits agricoles

Gungu a 3 principaux secteurs de productions agricoles, comptant un multiple bassin de production à savoir: mungindu, ngudi et mudikalunga.

Ces secteurs pourraient nourrir tout le territoire en produits agricoles mais qui jusqu’à présent connaissent un problème d’accessibilité. Les routes de dessertes agricoles ne sont ni entretenues, ni réhabilitées et sont au final en mauvais état.

Par conséquent, la production se détériore dans les centres de production fautes de manque de faciliter d’évacuation des produits dans toute l’étendue du territoire impliquant ainsi le découragement des petits producteurs (révision de production à la baisse).

La production arrive en très faible quantité dans d’autres secteurs principalement secteur gungu, par vélo appelé communément kikweta.

Et le reste est vendu à kikwit par voie navigable sur la rivière lutshima via les pirogues ne pouvant transporter qu’en moyenne 15 sacs de produits.

L’huile de palme qui jadis était la principale source de richesse pour gungu est actuellement en baisse voire en voie de disparition mais demeure le principal produit agricole avec des grandes étendues de palmeraies abandonnées.

Le manioc et le maïs sont produits dans tous les secteurs. Les arachides dans les secteurs en forêt mungindu, kisungi, mudikalunga, ngudi, une partie de kandale et kilembe. Par contre le millet est produit en zone de savane entre autre gungu, kilamba, lukamba, kandale, lozo, une partie de mungindu et mudikalunga.

Le niébé est produit en faible quantité par la fondation hanns seidel œuvrant dans la lutte pour la sécurité alimentaire dans les secteurs les plus touches à savoir: lozo, gungu, kobo, kandale, lukamba et kilamba.

Principaux produits non agricoles
  • Chenilles ;
  • Charbon de bois ;
  • Fruits ;
  • Pierre ;
  • Argile.

Les chenilles sont prélevées dans le territoire de kahemba lors des campagnes des chenilles en vue d’être consommée à gungu. Les fruits, dans le secteur mungindu.

Le charbon de bois est produit en faible quantité dans des villages. L’argile se trouve dans la zone en forêt.  La pierre se localise dans les secteurs lukamba et lozo.

Principales sources d’énergie
  • Panneau solaire ;
  • Groupe électrogène ;
  • Batterie ;
  • Charbon de bois ;
  • Electricité.

Les panneaux solaires sont plus utilisés pour des fins commerciales aussi pour l’éclairage à la tombée de la nuit par les habitants. Le groupe électrogène est utilisé par les entreprises de construction ainsi que d’autres structures de la place qui en font l’usage journalier. La batterie est utilisée pour les services de bureautique. Le charbon de bois par sa part est utilisé pour la cuisine dans les ménages.

Le territoire de gungu a en son sein la snel mais qui ne fait pas bien son travail dans la mesure où toute l’étendue du territoire est dans l’obscurité et sans électricité.

Elle ne livre du courant qu’en raison de deux fois la semaine, voire une fois le mois et uniquement qu’a une partie de gungu cité. Elle se sert d’un générateur de 440 kva don du chef de l’état pour servir du courant électrique à la population.

Il sied à noter l’existence de deux petits barrages prives produisant de l’énergie électrique: le barrage électrique de kasanza trappiste et celui de gula. Kasanza trappiste appartient aux pères trappistes et gula au ministre honoraire kapanzi.

Tous dans le secteur mudikalunga. Ces barrages ne profitent qu’à eux-mêmes et nullement à la population locale.


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 4
Nombre de centre de santé 91

4 zones de santé (zc), 4 hôpitaux généraux de référence (hgr) pour le territoire entier et 91 centres de santé (sc),

Le territoire de gungu dispose de 4 zones de sante (zs) et 4 hôpitaux généraux (hgr) à savoir:

  • zs de gungu avec un hgr de gungu ;
  • zs de mukedi avec un hgr de mukedi ;
  • zs de mungindu avec un hgr de mungindu ;
  • zs de kingandu avec un hgr de kingandu.

Zone de sante (zs) et hôpital général de référence hgr de gungu

La zs de gungu dispose d’un hgr de gungu, tous dans la cite de gungu. Elle a au total 30 centres de santé répartis dans 4 secteurs à savoir: kobo, kandale, gungu et une partie de lukamba. Les infrastructures sanitaires et les domiciles des malades sont distants de 20 mètre en moyenne et sont à un état délabré.

L’hgr de gungu a vu le jour aux années 1949 comme étant un centre de santé. Son ravitaillement en médicaments se fait par le centre de distribution régional (cdr)/camebasu depuis 2 ans ainsi qu’à partir d’un dépôt pharmaceutique des indiens à kikwit. Le pouvoir d’achat de la population ne leur permet de se payer les médicaments efficaces soignants certaines maladies les plus récurrentes entre autres l’ira pour ne citer que cela.

L’hgr offre les services suivants:

  • Médecine interne ;
  • Pédiatrie ;
  • Gynéco-obstétrique ;

Il compte 5 médecins, 25 infirmiers, avec une capacité d’accueil de 250 lits et 100 lits installes. Le profil épidémiologique en termes des maladies les plus récurrentes se présente comme suit:

  • paludisme;
  • diarrhée;
  • anémie;
  • ira (infection respiratoire aigüe).

Les cs de gungu interviennent dans les domaines de la médecine interne, la pédiatrie, la chirurgie, la gynécologie ainsi qu’aux soins préventifs. Ils ont au total 3 médecins et 332 infirmiers avec une capacité d’accueil de 84 lits installés.

L’approvisionnement en médicaments se fait par: le fonds mondial via saru/nemisa dans la fourniture des intrants-paludisme et des médicaments depuis 3 ans ainsi que des moustiquaires                            . Les maladies les plus récurrentes sont les suivants:

  • paludisme;
  • ira;
  • diarrhée simple ;
  • fièvre typhoïde ;
  • pneumonie.

 L’hgr et cs ne disposent que des généralistes, et tous sont disponibles pour offrir des soins curatifs aux malades. Les malades sont contraints d’aller jusqu’à la ville de kikwit pour avoir accès aux soins de santé spécifique suite au manque des spécialistes.

Zone de sante (zs) et hôpital général de référence hgr de mukedi

La zs de mukedi dispose d’un hgr de mukedi, tous dans le secteur lozo. Elle a au total 26 centres de sante répartis dans 4 secteurs à savoir: lozo, khondo, kilembe et ngudi. Les infrastructures sanitaires et les domiciles des malades sont distants de 18 kilomètre en moyenne et sont à un état délabré.

L’hgr de mukedi a été créé par les missionnaires protestants en provenance de l’amérique du nord. Il a commencé comme une mission en 1929, dans le souci de se procurer des soins de premier secours, les missionnaires ont eu l’initiative de construire u dispensaire, en 1936, celui-ci commença à fonctionner.

Suite à un nombre accru des patients, ils ont formulé un besoin de son agrandissement en 1956. Avec l’apport financier de la reine Elisabeth, l’hôpital fut construit et devint l’hgr de mukedi, en 1957. L’hgr offre les services suivants:

  • Médecine interne ;
  • Pédiatrie ;
  • Gynéco-obstétrique ;

Il compte 3 médecins, 18 infirmiers, avec une capacité d’accueil de 100 lits dont 56 lits installés. Le profil épidémiologique en termes des maladies les plus récurrentes se présente comme suit:

  • paludisme;
  • diarrhée;
  • anémie;
  • ira (infection respiratoire aigüe).

Les cs de mukedi interviennent dans les domaines des soins curatifs (soin aux malades : lutte contre la tuberculose et la lèpre.), préventifs et promotionnels. Ils ont au total 4 médecins et 183 infirmiers.

L’approvisionnement en médicaments se fait par les projets suivants : appui au système de santé du niveau intermédiaire et périphérique (assnip), un projet de la coopération belge depuis 2010. Centre de distribution régional (cdr/camebasu). Central d’approvisionnement en médicaments essentiels de bandundu sud, c’est un projet gouvernemental. Action damien, pour la fourniture des médicaments contre la lèpre et la tuberculose. Fonds mondial, pour livrer la livraison des médicaments contre le paludisme.

Le cout de médicament reste très cher au regard du pouvoir d’achat de la population car avec moins de 20.000fc on ne peut se procurer des médicaments soignants les ira, les médicaments spécialises sont très chers et doivent être commandes en avance.

Les maladies les plus récurrentes sont les suivants :

  • paludisme;
  • amibiase;
  • Diarrhée simple ;
  • tuberculose;
  • Infection sexuellement transmissible.

 L’hgr et cs ne disposent que des généralistes, et tous sont disponibles pour offrir des soins curatifs aux malades. Les malades sont contraints de parcourir 200 à 750 de kilomètre, d’aller jusqu’à la ville de kikwit pour avoir accès aux soins de santé spécifique suite au manque des spécialistes.

Zone de sante (zs) et hôpital général de référence hgr de mungindu

La zs de mungindu dispose d’un hgr de mungindu, tous dans le secteur mungindu. Elle a au total 18 centres de santé répartis dans 4 secteurs à savoir: mungindu, kilamba, lukamba et kobo. Les infrastructures sanitaires et les domiciles des malades sont distants de 10 kilomètre en moyenne et sont à un état délabré.

L’hgr de mungindu est un bien de l’état qui jadis était un cercle médical, après avènement des soins de santé primaires, devint un centre de sante de référence et en 2002 un hôpital général de référence de mungindu. Il dispose de deux pharmacies. Mungindu a une population agricole ayant comme principale source de revenu l’agriculture, l’accessibilité des médicaments dépendant de la période de récolte ou du niveau de production et aussi la vente des produits agricoles. Certains trouvent du mal à se procurer même de la fiche de consultation et le peu de moyen dont ils disposent ne leur permet que de payer les médicaments traceurs.

Le pouvoir d’achat de la population ne leur permet de se payer les médicaments efficaces soignants certaines maladies les plus récurrentes.

L’hgr offre les services suivants:

  • Médecine interne ;
  • Pédiatrie ;
  • Gynéco-obstétrique ;

Il compte 1 médecin, 26 infirmiers, avec une capacité d’accueil de 50 lits installés et 24 lits à un état désastreux. Le profil épidémiologique en termes des maladies les plus récurrentes se présente comme suit:

  • paludisme ;
  • diarrhée ;
  • fièvre typhoïde ;
  • ira (infection respiratoire aigüe) ;
  • malnutrition.

Les cs de mungindu interviennent dans les domaines des soins curatifs, préventifs et promotionnels. Ils ont au total 3 médecins et 111 infirmiers avec une capacité d’accueil de 150 lits installés. Les maladies les plus récurrentes sont les suivants :

  • paludisme;
  • tuberculose;
  • ist;
  • verminose;
  • ira.

L’approvisionnement en médicaments se fait par les projets suivants: appui au système de santé du niveau intermédiaire et périphérique (assnip), un projet de la coopération belge. Centre de distribution régional (cdr/camebasu). Central d’approvisionnement en médicaments essentiels de bandundu sud, c’est un projet gouvernemental. Action Damien, pour la fourniture des médicaments contre la lèpre et la tuberculose. Fonds mondial, pour livrer la livraison des médicaments contre le paludisme.

 L’hgr et cs ne disposent que des généralistes, et tous sont disponibles pour offrir des soins curatifs aux malades. Les malades sont contraints d’aller jusqu’à la ville de kikwit pour avoir accès aux soins de santé spécifique suite au manque des specialistes.

Zone de sante (zs) et hopital general de reference hgr de kingandu

La zs de kingandu dispose d’un hgr de kingandu, tous dans le secteur kisunzu. Elle a au total 17 centres de sante répartis dans 3 secteurs à savoir: kobo, kisunzu, mudikalunga.

L’hgr offre les services suivants:

  • Médecine interne ;
  • Pédiatrie ;
  • Gynéco-obstétrique.

Les maladies les plus récurrentes se présentent comme suit:

  • Paludisme;
  • diarrhée;
  • Anémie;
  • ira (infection respiratoire aigüe).

Les cs de kingandu interviennent dans les domaines des soins curatifs, préventifs et promotionnels. Ils ont au total 4 médecins et 183 infirmiers.

L’approvisionnement en médicaments se fait par les projets suivants : appui au système de santé du niveau intermédiaire et périphérique (assnip), un projet de la coopération belge. Centre de distribution régional (cdr/camebasu). Central d’approvisionnement en médicaments essentiels de bandundu sud, c’est un projet gouvernemental. Action damien, pour la fourniture des médicaments contre la lèpre et la tuberculose. Fonds mondial, pour livrer la livraison des médicaments contre le paludisme.

Les maladies les plus récurrentes sont les suivants:

  • paludisme;
  • ira ;
  • Diarrhée simple ;
  • Anémie;
  • Diabète.

L’hgr et cs ne disposent que des généralistes, et tous sont disponibles pour offrir des soins curatifs aux malades.

Les malades sont contraints d’aller jusqu’à la ville de kikwit pour avoir accès aux soins de santé spécifique suite au manque des spécialistes.

Maladies les plus récurrentes
  • Paludisme ;
  • Infection respiratoire aigüe ;
  • Anémie ;
  • Tuberculose 
  • Diarrhée.


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 634
Ecoles secondaires 422

Le territoire de gungu compte 4 sous-divisions ci-apres:

Gungu 1, gungu 2, gungu 3, et gungu 4/kabudi. Chacune d’elle a son nombre d’écoles primaires tout comme secondaires.

 

sous-divisions

écoles primaires

écoles secondaires

élèves primaires

nombre d’enseignants au primaire

élèves secondaires

nombre d’enseignants au secondaire

gungu 1

190

118

31233

3002

11673

1700

gungu 2

153

117

9664

1082

2353

1974

gungu 3

152

112

23316

2540

8021

1358

gungu 4/kabudi

160

93

3625

1255

9507

1240

Enseignement supérieur et universitaire
Universités 1
Instituts supérieurs 5

Gungu compte 5 instituts supérieurs et 1 université tels que: l’institut supérieur pédagogique de gungu, l’institut supérieur des études agronomiques, l’institut supérieur des technique médicales, institut supérieur de science de sante et de développement rural et l’université chrétienne de bandundu dans le la cité de gungu, institut supérieur pédagogique de mukedi dans le secteur lozo.

université et instituts supérieurs

Secteur/cité

Filières

nombre annuel d’étudiants

nombre de professeurs

nombre d’assistants

nombre de chefs des travaux

isp/gungu

Commune rurale de GUNGU

·         anglais et culture africaine ;

·         français langue africaine ;

·         français latin ;

·         histoire et science sociales ;

·         biologie-chimie ;

·         mathématique-physique ;

·         géographie et gestion de l’humanité ;

·         science commerciale et administrative ;

·         agronomie ;

vétérinaire.

332 dont 98 filles

2 dont 0 femme

37 assistants dont 4 femmes

20 dont 1 femme

Isea

Commune rurale de GUNGU

·         agronomie ;

·         environnement ;

·         foret.

56 dont 3 filles

2 professeurs dont 0 femme

4 assistants dont 0 femme

4 chefs des travaux dont 0 femme

Istm

Commune rurale de GUNGU

·         science infirmière et supervision ;

·         pédiatrie ;

·         technique de laboratoire ;

·         sagefemme

110 dont 40 femmes

1 professeur

24 assistants dont 2 femmes

3 chefs des travaux dont 0 femme

 

Ucba

Commune rurale de GUNGU

·         faculté de droit ;

·         faculté d’agronomie ;

·         faculté de théologie et sciences humaines ;

·         faculté des techniques appliquées.

54 dont 6 femmes

29 professeurs dont 0 femme

27 assistants dont 1 femme

9 chefs des travaux dont 0 femme

Isssdr

Commune rurale de GUNGU

·         agronomie ;

·         centre informatique et bureautique ;

·         environnement et assainissement ;

·         chirurgie.

35 dont 10 femmes

8 professeurs dont 1 femme 

9 assistants dont 1 femme

4 chefs des travaux dont 0 femme

isp/mukedi

Lozo

·         anglais et culture africaines ;

·         français et langue africaines ;

·         histoire et science sociales ;

·         géographie et gestion de l’environnement ;

·         biologie-chimie ;

·         gestion administrative et institution scolaire et de formation ;

·         mathématiques- physique ;

·         science commerciale et administratives ;

·         production et sante alimentaire.

156 dont 40 filles

8

68 assistants dont 5 femmes

3 chefs des travaux dont 0 femme


ONG et projets

Nombre d’ONG 53
Principales activités
  • Agriculture ;
  • Pisciculture ;
  • Elevage ;
  • Route de dessertes agricoles ;

Gungu compte 53 ong avec comme principales activités: l’agriculture, la pisciculture, l’élevage, l’entretien des routes de dessertes agricoles et l’organisation des marches ruraux.

Elles sont toutes en voie de disparition étant donné le niveau faible de leur budget leur empêchant de mener à bien les différentes activités supra citées et qui plus est la malhonnêteté des équipes dirigeantes.

Il est à noter qu’avant l’arrivée des ong, la production agricole se faisait d’une manière artisanale sans tenir compte de certaines mesures entre autre: la superficie agricole, la quantité produite en termes de tonne, etc. Dès leur arrivée, la production se fait d’une façon plus ou moins moderne. Ces ong sont confrontées au problème d’évacuation des produits pour la consommation. La pratique d’élevage des gros bétails se fait en communauté principalement dans les secteurs (kisunzu, mudikalunga et lozo) en savane herbeuse choisie en fonction de nombre de têtes des bétails qu’ils comptent.

Et ce type d’élevage a permis à certains fermiers du secteur lozo de se construire des maisons en matériaux durables et semi-durables. La pisciculture se pratique dans les secteurs gungu, kobo, lukamba et lozo dits secteurs en savane herbeuse, pour la consommation locale étant donne le niveau faible de production.

Les routes de dessertes agricoles sont aménagées sur base des axes prioritaires et les marches ruraux s’organisent après chaque récolte.

Principaux projets de développement financés par le Gouvernement

Papakin (programme d’appui aux pôles d’approvisionnement de kinshasa en produit vivriers et maraichères)

Le programme ci-haut est chapoté par le ministère de l’agriculture et la fida (fonds international pour de développement agricole).

 Il date d’aout 2014 et poursuit comme objectif principal: faire augmenter la production et la productivité des ménages agricoles et les impliquer dans la section de production. En d’autres termes produire plus et vendre mieux. Ce projet couvre une durée de 10 ans repartie en deux phases en raison de 5 ans la phase.

Pour se faire, deux provinces sont concernées à savoir: le kongo central et le kwilu (idiofa, bulungu et gungu). Dans le territoire de gungu le projet est à sa première phase et cible le secteur mungindu (65km de gungu cite). Parmi les objectifs spécifiques dudit projet il y a donc:

L’encadrement des ménages au niveau de champ-école qui n’est rien d’autre que une approche méthodologique permettant l’apprentissage des paysans a des nouvelles techniques agricoles ;

La réhabilitation des routes de dessertes agricoles principalement les axes prioritaires tels que :

  • Axe gungu-mungindu en passant par kakobola ;
  • Axe pukusu-gungu en passant par le pont kenza ;
  • Axe lutshima-mungindu en passant par kikandji ;
  • Axe tondanda-kobatota en passant par kikangi; etc.
Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement
  1. Réhabilitation de la route nationale n°1 batshamba – loange (114km) ;
  2. Construction du barrage électrique de kakobola ;
  3. Appui aux organisations paysannes engagées dans l’agroforesterie.

La réhabilitation de la route nationale n°1 batshamba – loange est un projet finance par  l’union européenne, mis en œuvre par arab contractor, visant à l’amélioration des infrastructures routières, rendant le territoire fluide ;

Construction du barrage électrique de kakobola est projet finance par la coopération indienne, mis en œuvre par angélique international ltd, visant à fournir du courant électrique dans 3 sites dont la cite de gungu, la cite d’idiofa et la ville de kikwit ;

Appui aux organisations paysannes engagées dans l’agroforesterie, poursuit comme objectif, la plantation des arbres ainsi qu’à la lutte contre l’insécurité alimentaire dans les secteurs ci-après : lozo, gungu, kobo, kandale, lukamba et kilamba. C’est un projet finance par l’union européenne mis en œuvre par la fondation hanns seidel.


Accessibilité et tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Oui
Voies aériennes Oui
Biefs navigables Oui
Train Non

L’accès au territoire de gungu se fait par voies routières, aérienne  et par biefs navigables.

Les routes permettant d’entrer et de sortir du territoire sont les routes nationales: batshamba-loange 114 km et gungu-kahemba-frontière angola avec plus ou moins 294 km.

Par voie aérienne, le territoire compte 3 pistes d’atterrissage d’au plus 1km dans les secteurs gungu, kandale et mukedi. Elles sont toutes abandonnées depuis un certain nombre d’années à cause des compagnies aériennes. Ces pistes appartenaient aux missionnaires Protestants canadiens mais le gouvernement s’en servait aussi. Depuis leur départ suite à la zaïrianisation, aucune compagnie aérienne n’accepte d’en faire usage.

Par voie navigable, les pirogues motorisées quittent de kikwit pour bangi pour effectuer des petits commerces des produits agricoles principalement le manioc et ne peuvent transporter qu’au plus 15 sacs.  

Par voie routière, hormis son usage de facilitation de déplacement des voyageurs, elle permet l’évacuation ainsi que le ravitaillement des produits commerciaux tels que: les produits manufactures, du carburant en provenance de kikwit, les produits alimentaires.

Réseaux de communication
Africel Non
Airtel Oui
Orange Oui
Tigo Non
Vodacom Oui

Le réseau qui a la quasi-totalité de couverture est airtel suivi de vodacom et d’orange. Airtel offre les services airtel-money, internet, message et appels nationaux tout comme internationaux.

Vodacom offre les services mpesa, internet, messages et appels nationaux (inter-réseau) et internationaux. Orange quant à lui, offre les services orange-money (encours d’implantation) internet, sms et appels nationaux (inter-réseau) et internationaux. La qualité de ces réseaux n’est pas bonne. Les services internet, appels inter-réseaux sont de très mauvaise qualité. La connexion internet est très lente, elle ne supporte que la charge d’un téléphone et non d’un ordinateur. Il y a des coins ou il n’existe aucun réseau, la communication est mauvaise surtout quand il pleut.

Attraits touristiques
Parcs Non
Jardins botaniques Non
Jardin zoologiques Non
Chutes d’eaux Oui
Sites touristiques Oui
Sites sacrés Oui

Autres (à préciser): musée et réserve d’hippopotames

  • Il y a les chutes d’eaux de kakobola ou est érige le barrage hydroélectrique sur la rivière lufuku ;
  • Il y a les gorges célèbres et miraculeuse de lukwila dans le secteur kandale ;
  • Le site sacre mashita kizungu, lieu historique de migration des peuplades, pende, kwese et autres après leur arrivée de l’angola ;
  • Le musée national de gungu, exposant l’art secret des pende, sur le secteur gungu ;
  • La réserve d’hippopotames sur la rivière loange.
Espèces phares de la faune
  1. Antilope chevaline ;
  2. Antilope de bois ;
  3. Hippopotame ;
  4. Crocodile ;
  5. Singe diane du congo ;
  6. Lièvre ;
  7. Boa.
Espèces phares de la flore
  • Hyperantha cylindrica ;
  • Hyparenia cylindrica ;
  • Hyparenia roufa ;
  • Hepathorium odoratum.


Situation sécuritaire

Le calme règne sur toute l’étendue du territoire de gungu.  Malgré la découverte d’un corps, les mois derniers, d’un taximan, élève de l’institut kitembo 2 dans le village mahela entre les secteurs lozo et kondo avec des blessures graves, 3ème attentat sur le sentier mambumi à kimbwampia où 3 hommes armés avoir réussi à agresser un taximan moto et blessé grièvement, il eut la vie sauve grâce à l’intervention d’un de ses collègue taximan.


Opportunités de développement

  • La réouverture des usines huilières fermées créerait de l’emploi, renforcerait le commerce avec d’autres territoires, gonflerait la caisse du territoire et de l’état ; tout partira évidemment de la plantation de jeunes palmiers ;
  • Le renforcement du secteur agricole en le mécanisant et l’industrialisant. Cela permettrait une production à grande échelle en vue d’une consommation tant au niveau interne qu’externe ;
  • La réhabilitation des routes nationales, provinciales et de dessertes agricoles faciliterait l’évacuation des produits agricoles, des marchandises ainsi que l’entrée et sortie des personnes ;
  • L’exploitation des zones savanicoles du type kalahari facilitant l’élevage bovin permettrait l’extraction de lait des vaches, la fabrication des fromages, grâce à quoi le territoire occuperait la première place en termes de fabrication des produits laitiers au niveau national, voire au niveau de l’afrique centrale et pourquoi pas de toute l’afrique.
  • Mais aussi le renforcement de l’élevage ovin, porcin, caprin et volaille permettrait également d’avoir de la bonne viande, du poulet, des œufs pour la consommation locale et extérieure ;
  • Le balisage des certaines rivières telles que kwenge, lutshima, loange et kwilu ou les arbres, les roches empêchent la navigation des bateaux et pirogues, des personnes, des marchandises et bloquent la circulation des poissons, faciliterait les échanges commerciaux a tous les niveaux, renforcerait l’activité de pèche, nourrirait la population de gungu en poisson frais ;
  • Le soutien aux œuvres culturelles principalement le fesnag, la valorisation des sites archéologiques et réserves naturelles tels que nunda musenge dans le secteur lozo, mashita mbanza dans le secteur mungindu aussi les gorges miraculeuses de lukwila, attireraient les touristes. 

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique