Territoire de Lubero

Fiche du territoire

Mise à jour le 31 mars 2017

Province Nord-Kivu
Superficie 17 095 km²
Taille estimée de la population 1 358 465 hab.

(source: Rapport annuel 2016 de l’Administration du territoire)


Carte administrative


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

A sa création, le chef-lieu du territoire a été implanté à Misebere, puis ramené à Luofu, à Lubango et enfin à Lubero par l’Ordonnance n°97/AIMO du 1er Octobre 1922 avec comme Administrateur Belge François ABSIL.

 Le territoire est situé dans la province du NORD KIVU, au Nord-Est de la République Démocratique du Congo. Il a une frontière commune à l’Est avec l’Ouganda par le Lac Edouard, au Sud avec le territoire de Rutshuru, le Parc National de Virunga et le territoire de Walikale, au Nord la ville de Butembo et le territoire de Mambasa et à l’Ouest par le territoire de Bafwasende et de Punia.

Altitude, latitude, longitude

Le territoire est situé entre 28° et 30° de Longitude Est. La latitude Nord Est est de 0° et 40’ tandis que la latitude Sud Est est de 0°et 50’avec une altitude variant entre  900 et 3100 mètres.

Climat et saisons

Pendant l’année, il connait en général une alternance de pluie et de soleil ; les saisons ne sont pas bien définies surtout la saison sèche car elle intervient parfois en janvier ou en juin, juillet, Août. Cette irrégularité donne lieu à trois types de zones climatiques à savoir : zone de climat équatorial humide ; zone de climat tropical sec ; zone de climat tropical froid.

La région connaît le grand soleil à Kanyabanyonga, Manguredjipa et Graben et le grand froid des montagnes à Masereka, Kipese, Lubero et Kitsombiro d’où les principaux cours d’eau sont : Biena avec ses affluents Mususa ; Lindi avec son affluent Tayna à l’Ouest ; Luholu au Sud ; Talihya au Nord et Sud Est ; et le Lac Edouard.

Relief

Le relief du sol est très accidenté du graben où il est caractérisé par une chaine de montagnes, le Mont Mitumba dont le point culminant avec 3100 m d’altitude est KYAVIRIMU constituant la réserve des gorilles des montagnes, tandis que la cuvette centrale du Congo couverte des forêts est comprise entre 1100 à 900 mètres d’altitude suite à l’inclinaison progressive du sol.

Types de sol

La nature du sol se présente de la manière suivante :

  • Dans la région de base altitude : le sol est argilo-sablonneux ;
  • Dans le graben, on trouve un sol sablo-argilleux ;
  • Dans les plateaux et les montagnes, le sol est humo-argileux.

Hydrographie

Les rivières se jettent les unes dans les autres pour finir les unes dans le bassin du fleuve Nil et les autres dans le bassin du fleuve Congo.Les rivières les plus importantes sont : Lubero, Lindi, Taliha, Biena, Kaviru, Lendu, Osso, Mususa, Lwatilepia, Luholu, Tayna, Ndihira et Kyahulwa.

Température

La température moyenne est de 18 à 17 °C diurne et 16 °C nocturne.

Une Faune et une Flore Hormis ce relief, le territoire possède une flore et une faune diversifiée constituant un attrait touristique (Gorilles des montagnes de Kyavirimu, Gorilles de Tayna à Kasugho), Chuttes touristiques de Mutundu et de Lupo, grottes touristiques de Kasugho et de Bukano avec une hydrographie très riche.

Population : Une population composée de Banande, Bapiri, Bapukombe et quelques colonies de pygmées disséminées en chefferies secteur de Bapere, chefferie de Baswagha à Mandelia et enfin  les chefferies de Batangi et de Bamate vers Kasugho, Fatua et Luenge.

Particularités et richesses du territoire

Particularités du territoire

Le territoire de Lubero est dominé à environ 90 % par une seule tribu qui est la tribu Nande. Cela fait à ce que ce territoire  soit beaucoup plus unis et soudé et avoir confiance en eux même et se distingue des autres qui ont tant des tribus. Son économie est basée sur l’agriculture et le commerce en général. Le sol présente une potentialité énorme ce qui fait à ce que cette population soit en grande partie des agriculteurs. Du point de vue physique, le territoire de Lubero est une région des montagnes, des vallées et de Graben et se situe à cheval à l’Equateur. 

Richesses du territoire

Le sous-sol du territoire de Lubero est riche en minerais. Dans la zone de basse altitude: (secteur des Baperes, Kasugho, Buyinga, Bunyatenge) on retrouve de l’Or, du Coltan, du Wolframite, du diamant etc.

Du côté de Luofu, il y a du Quartz, du Platine, de l’Argent ou Nickel.

En dehors de ces minérais, le sous-sol renferme aussi des matériaux de construction tels que des pierres, des pierres plates, moellons, du sable et sans oublier le pétrole.

Données culturelles

Le territoire de Lubero a une tribu Nande à 90 % qui se nourrit en majorité par l’agriculture et le commerce et des Bapères et pygmées occupe le 10% de la population. La tribu Nande est une tribu qui aime beaucoup travailler, l’auto prise en charge est un principe par beaucoup d’entre eux. Ils sont unis et ont confiance envers eux-mêmes.

 

La répartition de la population au sein des chefferies de chaque tribu se présente ainsi pour l’année 2015

AGGLOMERATION

POPULATION TERRITOIRE DE LUBERO

Hommes

Femmes

Garçons

Filles

Total

1

Chefferie de BATANGI

79752

93125

515339

54356

278772

2

Chefferie de BAMATE

42692

45922

36925

47178

172717

3

Chefferie de BASWAGHA

128264

152891

130870

141658

553683

4

Chefferie de BAPERE

22391

15167

17334

17334

72226

5

Cité de LUBERO

14350

16681

16848

19328

67207

6

Cité de KAYNA

12491

14638

16184

16733

60046

7

Cité de KIRUMBA

12933

14346

5101

5834

38214

8

Cité de KANYABAYONGA

11830

13520

8702

9444

43496

TOTAL

324703

366290

283503

311865

1286661

Source: Etat-civil Territoire de Lubero (3ème trimestre) et Zone de Santé de Manguredjipa (Nov 2015).

Langues parlées dans ce territoire
  1. Nande (90%)
  2. Swahili (60%)
  3. Piri (10%)
  4. Lingala (2%)

Dans ce territoire, le Nande est la langue parlée par la majorité de la population et dans tous les milieux étant donné que seule la tribu Nande domine à 90 %. Le swahili est parlé par  plus ou moins la moitié de la population car c’est une langue parlée par presque tous les pays limitrophes de l’Est de la RDC. Le Lingala est seulement parlé par les militaires et policiers et quelques agents de l’Etat. Le Piri est parlé par une petite partie de la population dans le territoire de Lubero.

Principales activités
  1. Agriculture (70%)
  2. Pêche (2%)
  3. Elevage (30%)
  4. Commerce général (40%)
  5. Transport (5%)

En majorité, la population du territoire pratique l’agriculture qui est rudimentaire et elle se fait à la houe et la machette. Le commerce des produits vivriers se fait par un nombre plus ou moins important et une minorité de la population fait la pêche dans le Lac Edouard. Les activités de pèches sont du type artisanal et se font avec des simples matériels, ce qui a un impact négatif sur le rendement.  Le transport se fait par quelques opérateurs économiques qui y oeuvrent comme par exemple, Mr Kakule Bumba qui œuvre beaucoup plus dans le transport de la population de la cité de Lubero vers la ville de Butembo. L’élevage de moutons, chèvres et vaches et d’autres animaux domestiques se fait par une partie de la population.


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au 31 mars 2017
Vendeur : 1$ = 1 400 FC Acheteur : 1$ = 1 300 FC
Nombre d’opérateurs économiques Donnée non disponible

Principaux opérateurs économiques
  1. Entreprise TOUT EN EST opérant dans la production et la vente en gros d’eau minérale et employant 21 ouvriers à son sein.
  2. Entreprise ESCOT opérant dans l’Achat de quinquina et employant 102 ouvriers à son sein.
  3. Entreprise MULEMBERI opérant dans la production et la vente des vins artisanaux et employant à son sein 20 ouvriers et appartenant à la famille MULEMBERI.
  4. Entreprise KABUYAYA DOMI opérant dans le commerce en général, employant 9 ouvriers et appartenant à la famille KABUYAYA.
  5. Graineterie DEO PALOS opérant dans l’Agro-alimentaire et la vente de farine, employant 30 ouvriers et appartenant à la famille Palos.

Ces différents opérateurs économiques sont trouvés dans différents groupements du territoire de Lubero.

Certains d’entre eux ont plus de 10 ans  dans leurs activités, d’autres sont des héritiers et  enfin il y  a des nouveaux venus dans ces activités.

Principales activités des opérateurs économiques
  1. Vente des produits alimentaires
  2. Vente des produits manufacturés
  3. Vente du bois
  4. Fabrication de vin artisanaux et savonnerie
  5. Fabrication Eau minérale
Principales activités des PME/PMI
  1. Production et vente d’Eau minérale
  2. Production et vente de produits manufacturés importés
  3. Production et fabrication des vins artisanaux
  4. Production agro alimentaire
  5. Commerce général

La majorité de PME importent les produits manufacturés et les vend au niveau local  et  aux territoires voisins.

La vente et la transformation de l’eau minérale et vins artisanaux se font par quelques grandes familles qui les transportent dans les territoires voisins. Une grande partie de PME œuvre dans le petit commerce en général en s’approvisionnant  à Butembo et autres en Ouganda, Kenya et Tanzanie.

Grandes entreprises locales
  1. Entreprise ESCOT opérant dans l’Achat de quinquina et employant 102 ouvriers à son

L’entreprise Escot opère dans l’Achat de quinquina et emploie plus de 50 ouvriers à son sein. D’autres ont moins de 50 employés.

Principaux produits agricoles
  1. Manioc
  2. Haricots
  3. Mais
  4. Pomme de terre
  5. Quinquina

Le manioc est produit dans tous les secteurs du territoire de Lubero et sa prévision de production est bonne. Le manioc est consommé soit en chichwangue soit en tubercules bouillies. Une grande partie est également revendue dans les territoires voisins.

Le maïs est également produit en très grande quantité dans l’étendue du territoire en général. Il est consommé sous forme d’aliments bouilli ou grillé au feu et aussi transformé en alcool local appelé « Mandale ». une partie de la production est également vendue aux territoires voisins. La culture de haricots est pratiqué par la majorité de la population et est produite à grande quantité et exporté vers d’autres territoires voisins.

La pomme de terre est produite à forte quantité dans ce territoire. En ce qui concerne le Quiquina, il est produit par une petite partie de la population, sa récolte nécessité beaucoup de temps mais apporte beaucoup de revenus.

Principaux produits non agricoles
  1. Sable
  2. Poissons Salés
  3. Poissons fumés, salés
  4. Pierres plates
  5. Viande

Les produits non agricoles dans le territoire de Lubero sont par exemple le sable, poissons, les pierres plates et la viande. Une partie du territoire a un sol argilo-sablonneux, ce qui fait à ce que le sable est produit très disponible en quantité et en prix. Le Lac Edouard quant à lui produit en quantité des produits du lac entre autres les poissons frais et ceux traités en les séchant d’une façon particulière et sont appelés le « Makayabo ». L’élevage réalisé dans le territoire permet de produire de la viande. Dans les zones montagneuses, il ya une partie qui produit de pierres plates qui servent à la construction des infrastructures, des maisons etc.

Principales sources d’énergie
  1. Bois (80%)
  2. Pétrole (52%)
  3. Electricité (Micro central et central thermique) (0.37%)
  4. Solaire (0.18%)

Le Territoire possède plusieurs sites avec des potentialités énergétiques énormes qui demeurent soient inexploitées ou inachevées, faute d’assistance technique et financière. La population, dans un désespoir, se débrouille pour avoir l’énergie électrique à partir des petits groupes électrogènes ; des micros centraux et d’autres recourent au panneau solaire. Etant donné que la majorité de la population est pauvre, le bois est beaucoup plus utilisé pour la cuisine. L’utilisation des lampes à pétroles diminue davantage suite à l’importation des lampes chinoises avec de Pilles ou avec de petits panneaux.

En cas de disponibilité de l’énergie ; beaucoup d’activités peuvent être développées comme la production en eau minérale ; la production et transformation en vin artisanal; la transformation de graine de maïs en poudre par des moulins ; la production des meubles de bonne qualité par des ateliers équipés en machines ; l’augmentation des Ateliers de soudures …


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 7
Nombre de centre de santé 124

Le territoire compte 7 Zones de santés, dont  Zone de santé de Lubero, d’Alimbongo, de Biena, de Kayna, de Manguredjipa, de Masereka et Musienene et 7 hôpitaux généraux de référence dont chaque zone de sante a un hôpital général de référence. Les sept zones de santé ont 124 centres de santé, 74 médecins et 744 infirmiers.

Les médicaments traceurs du territoire de Lubero sont : la Quinine, Amoxicilline, Paracétamol, SRO et ASAQ sont disponibles car leur disponibilité est facilitée soit par des ONG et d’autres Institutions sanitaires ou soit par le gouvernement central à travers le Fonds Mondial. Les maladies les plus récurrentes qui sont : le paludisme, IRA, Grippe, Verminose, Gastrite et Diarrhée simple. Les infrastructures sanitaires sont en majorité en mauvais état car ne respectent pas les normes requises. Les médicaments sont disponibles car ils ont un stock important.

Maladies les plus récurrentes
  1. Paludisme
  2. IRA
  3. Grippes
  4. Verminose
  5. Diarrhée simple
  6. Gastrite.


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 663
Ecoles secondaires 321
 

ENTITES / SECTEURS

Ecoles Primaires

Ecoles Secondaires

Elèves au primaire

Elèves secondaire

1.       Sous division de LUBERO

292

150

47 829 dont 19083 filles

29 508 dont 9678 filles

2.       Sous division de KIRUMBA

255

129

   96 297 dont 28 375 filles

28088 dont  8561 filles

3.       Sous division de NJIAPANDA

86

42

  23 533 dont 5893  filles

5205  dont 1823 filles

Le territoire compte trois sous divisions dont la sous division de Lubero, de Kirumba et de Njiapanda.

La sous division de Lubero compte 442 Ecoles dont 292 sont des primaires et 150 sont secondaires. Le nombre d’enseignant au niveau du primaire est de 2 975. Le nombre d’élèves au niveau primaire est de 47 829 et au secondaire est de 29 508 élèves. Au niveau secondaire 1420 enseignants sont sans qualification.

En deuxième lieu, nous avons la sous division de KIRUMBA qui compte à son sein 384 écoles dont 255 au primaire et 129 au secondaire.  Le nombre d’enseignants au primaire est de 2698 dont 1267 de sexe féminin et au niveau secondaire 1777 enseignants dont 182 de sexe féminin.  Le nombre d’écoliers au niveau primaire est de 96 297 dont 28 375 filles et au secondaire le nombre d’élèves est de 28088 dont 8561 filles. Du point de vue qualification : nous avons identifié 6 enseignants au primaire et 1327 enseignants au secondaire qui sont sans qualifications.

Troisièmement, nous avons la sous division de NJIAPANDA comptant 128 écoles dont 86 sont des écoles primaires et 42 sont des écoles secondaires. Au niveau primaire, nous avons trouvé 707 enseignants dont 215 du sexe féminin et au secondaire 833 enseignants dont 35 du sexe féminin. En ce qui concerne la qualification des enseignants, au primaire 68 sont sans qualification et au secondaire 708 sont sans qualification. Le nombre d’écoliers au niveau de cette sous division est de23 533 dont 5893 filles et au secondaire le nombre d’élèves est de 5205 dont 1823 filles.

Enseignement supérieur et universitaire
Universités 2
Instituts supérieurs 8

Université/Institut supérieur

Filières

Nombre annuel d’étudiants

Nombre de professeurs

Nbre d’Assistants

Nbre de chef des travaux

propres

visiteurs

1.  UCNDK (Université de la Conservation de la nature et de développement de KASUGHO)

3

320 dont 138 filles

4

12

25

9

2.  ISSC-M (Institut Supérieur Sainte Croix de MULO)

3

93 dont 41 filles

5

5

24

1

3.  UNILUK (Université Adventiste de LUKANGA)

6

472 dont 152 filles

5

5

19

28

4.  ISEAVF BUTEMBO (Institut Supérieur d’Etudes Agronomiques, Vétérinaires et Forestières de BUTEMBO)

3

405 dont 105 filles

1

5

19

16

5.  ISTM LUKANGA (Institut Supérieur Technique Médicale de LUKANGA)

2

153 dont 93 filles

1

2

6

5

6.  ISP MASEREKA (Institut Supérieur Pédagogique de MASEREKA)

11

257 dont 77 filles

0

0

80

6

7.  ISTA NDOLUMA (Institut Supérieur  Technique Appliquée)

5

50 dont 7 filles

1

1

14

3

8.  ISDR KITSOMBIRO (Institut Supérieur de Développement Rural)

5

352 dont 128 filles

2

6

3

31

 Il existe deux universités au niveau du territoire qui sont l’Université Adventiste de LUKANGA (UNILUK) à LUKANGA et UCNDK à KASUGHO et  6 institutions supérieurs dont ISDR (Institut Supérieur de Développement Rural)  de KITSOMBIRO ; ISTA (Institut Supérieur  Technique Appliquée) de NDOLUMA ;  ISSCM de MULO et ISEAVF de BUTEMBO et ISP MASEREKA.

UCNDK : Trois filières :

  • Faculté des Sciences (Département de Biologie ; Mines et Géologie ; Médecine)
  • Faculté des sciences informatiques et Communication (Communication sociale et Edition Multimédia)
  • Facultés de Science économiques (Gestion Financière).

ISSC-M : Trois filières :

  • Philosophie (option : Philosophie et société),
  • Psychologie (Option : Clinique et scolaire),
  • Agronomie Vétérinaire.

UNILUK : Six filières :

  • Théologie (Biblique, Systématique, Appliquée) ;
  • Psychologie et Sciences de l’Education ;
  • Sciences économiques et de Gestion (Gestion informatique et Gestion financière) ;
  • Lettres et sciences humaines ;
  • Médecine Publique ;
  • Sciences Agronomiques.

ISEAVF BUTEMBO : Trois filières :

  • Agro vétérinaire ;
  • Agronomie générale ;
  • Eaux et forêts (à KIRUMBA).

ISTM LUKANGA : Deux Filières :

  • Hospitalier Sage-femme,
  • Imagerie médicale.

ISP MASEREKA : Dix filières :

  • Français-langues africaines ;
  • Anglais-cultures africaines ;
  • Histoires-Sciences sociales ;
  • Sciences commerciales et administratives ;
  • Mathématique – Informatique ;
  • Mathématique – physique ;
  • Physique technologie ;
  • Biologie – technique Appliquée ;
  • Géographie et Gestion de l’environnement ;
  • Informatique de Gestion,
  • Biologie – Chimie.

ISTA NDOLUMA : 6 Filières :

  • Electricité.
  • Electronique.
  • Mécaniques.
  • Maintenance des M. Méd.
  • Aviation civile.
  • Metéorologie.

ISDR KITSOMBIRO : 5 filières :

  • Environnement et Développement Durable ;
  • Technique rurale ;
  • Planification Régionale et Nationale ;
  • Gestion des Entreprises ;
  • Organisation sociale.


ONG et projets

Nombre d’ONG 0
Principales activités
  1. Santé
  2. Environnement
  3. Droits humains
  4. Education
  5. Bonnes gouvernances

Dans le territoire de Lubero se trouvent quelques ONG internationales œuvrant dans le secteur de la santé telles que HEAL Africa, CARE International et  dans  le secteur Education nous avons Save the Children…. D’autres ONG internationales telles que CORDAID, RESCUE International, Fonds Mondial, CICR, IMA (Inter Church Medical Assistant), HEALTH NET TPO, UNICEF, OMS, OXFAM, UNION EUROPEENNE, ACTION DAMIEN. Beaucoup d’ONG Locales œuvrent dans le secteur de l’environnement, santé et Education.

Principaux projets de développement financés par le Gouvernement
  1. Construction du Bureau Administratif de Territoire de Lubero, financé par le Gouvernement provincial du Nord-Kivu.
  2. Financement du central Hydroélectrique à Kirumba qui est en cours par le gouvernement Provincial.

Le gouvernement provincial se démène tant soit peu dans le financement de quelques projets au niveau du territoire de Lubero.

Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement
  1. PROJET : LUSAPEL (Encadrement des éleveurs de lapins et chèvres et distributions de géniteurs) ; formation aux auxiliaires villageois à l’élevage AVE. Projet financé par VSF /Belgique.
  2. Projet : PAMOJA (Appui aux structures locales dans la sécurité alimentaires ; Constructions des entrepôts) projet financé par ZOA (Zuid Oust Azir) soit Sud Est Asie.
  3. Projet de distributions des vivres, distributions des intrants et Appui à l’Agriculture, Réhabilitation de RDA et Appui institutionnel à l’inspection AGRIPEL financé par PAP-RDC.

Le projet Accès à l’Education de base de qualité aux jeunes de Lubero est mis en œuvre par l’ONG SAVE THE CHILDREN et financé par Ministère des affaires étrangères de Pays Bas. Celui de SWIFT concerne l’Adduction d’Eau potable au niveau du territoire et mis en œuvre par Oxfam et CEPROSSAN Financé par DFID. D’autres projets liés à l’appui de l’agriculture et l’élevage ont été financés par PAP-RDC, ZOA ET VSF/Belgique.


Accessibilité et tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Oui
Voies aériennes Oui
Biefs navigables Oui
Train Non

L’accès au territoire Lubero se fait soit par voies routières soit par voies aériennes par un aérodrome qui est dans un état plus médiocre au niveau de la ville de Butembo qui fût une ancienne cité du territoire de Lubero.

La route permettant d’entrer et de sortir du territoire est la nationale n°4 (qui connecte le territoire de Rutshuru au Sud et le terrtoire de Beni au Nord en passant par la ville de Butembo) et qui est en mauvais état. Etant donné que les grands opérateurs économiques importent leurs marchandises de la Chine, Dubaï en passant par Kenya jusqu’en RD Congo via Ouganda, la route nationale en provenance de Beni et de Rutshuru leurs sert à l’aide des grands camions et bus transportant divers articles et produits manufacturés, produits pétroliers et ciments malgré l’état de délabrement de cette dernière. Aussi de gros du trafic des marchandises agricoles se fait par cette route.

Par voie aérienne, des avions petits porteurs quittent la ville de Goma et de Beni vers Butembo ancienne cité du territoire de Lubero devenue aujourd’hui une ville par un aérodrome. Le lac Edouard sert debief navigable qui lie le territoire de Lubero avec le pays limitrophes de l’Ouganda.

Réseaux de communication
Africel Non
Airtel Oui
Orange Oui
Tigo Oui
Vodacom Oui

La majorité de réseau de télécommunication en RD Congo existe dans le territoire de Lubero dont Vodacom occupe une grande partie mais avec une qualité moins satisfaisante car il est très difficile de se connecter à l’Internet ; du point de vue disponibilité des produits, les cartes, sims blanches et fash y sont. Ce réseau vodacom a un service de transfert d’argent M-Pesa qui est disponible. Le réseau Airtel couvre aussi une grande partie avec une qualité plus satisfaisante que Vodacom et avec disponibilité de leurs produits (les cartes, sims blanches et fash) et un service de transfert d’argent Airtel Money. Le réseau Tigo est aussi opérationnel avec une qualité moyennement bonne et couvrant une grande partie avec disponibilité des produits (les cartes, sims blanches,…) et un service de transfert d’argent appelé Tigo Cash. Le réseau Orange couvre une petite partie et presque inexistant avec une mauvaise qualité. Ce réseau ne dispose pas un service de transfert d’argent dans ce territoire. Le réseau Africel n’existe pas à Lubero.

 

 

Attraits touristiques
Parcs Oui
Jardins botaniques Non
Jardin zoologiques Non
Chutes d’eaux Oui
Sites touristiques Oui
Sites sacrés Non

Il existe un Parc National de Virunga dans lequel des espèces phares de singes, Gorilles, Chimpanzés, Sangliers et Antilopes sont trouvés. Mais suite à une insécurité persistante dans cette région, le nombre de ces espèces diminue d’avantage et d’autres sont en voie de disparition.

Plusieurs chutes d’eau y sont, provenant de certaines Rivières comme : la rivière de Biena qui produit de l’Electricité à Lukanga, la rivière de Mutanga qui produit aussi de l’électricité à Musienene, rivière de Katovovo qui produit de l’éléctricité à Kipese, Kakwao qui produit de l’électricité à Lubero cité.

Espèces phares de la faune
  1. Gorilles
  2. Chimpanzés
  3. Singes
  4. Sangliers
  5. Antiloppes
Espèces phares de la flore
  1. Ocotea
  2. Linzo
  3. Entanthophrogma (Liboyo)
  4. Riptademia
  5. Encalyptus


Situation sécuritaire

La situation sécuritaire du territoire de Lubero est relativement calme cette période,  après une tension de conflit  communautaire  qui a régné au sud du territoire de Lubero plus précisément  à Miriki et Luofu il y a quelques mois.   Ce conflit  opposait la communauté Nande et Hutu. Le groupe armé Mai mai disait protéger la communauté Nande et le groupe armé FDLR disait protéger la communauté Hutu, Ce qui a engendré beaucoup de morts de la part de ces deux communautés. Toutefois, les opérations militaires FARDC évoluent bien contre les forces négatives dans le secteur.

 

 

 


Opportunités de développement

Premièrement la plus grande opportunité de développement dans ce territoire est la construction de bonnes routes qui va faciliter les échanges commerciaux avec d’autres territoires car le mauvais état de routes freine presque tout.

Deuxième, il faut instaurer la paix car l’insécurité créée par différents groupes armés et bandits fait à ce que les opérateurs économiques fuient le territoire et investissent ailleurs.

Et Troisièment, accompagner la population locale dans l’activité de d’agriculture car une grande partie vit de ça. Et enfin financer le secteur énergie qui est grande opportunité pour différentes entreprises de production et transformation au développement du secteur économique.

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique