Territoire de Rutshuru

Fiche du territoire

Mise à jour le 31 mars 2017

Province Nord-Kivu
Superficie 5 289 km²
Taille estimée de la population 1 606 357 hab.

(source: Rapport annuel 2016 de l’Administration du territoire)


Carte administrative


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

Le territoire de Rutshuru est une entité déconcentrée de la province du Nord-Kivu. Il a été créé en 1909 et est subdivisé en deux chefferies (Bwisha et Bwito) dirigées par les grands chefs coutumiers appelés « Mwami ». Situé à l’est de la République Démocratique du Congo, le territoire de Rutshuru s’étend de la frontière avec le Rwanda et l’Ouganda à l’est jusque dans la chaîne de Mitumba à l’ouest.

Il est limité au sud par le territoire de Nyiragongo et le Rwanda, à l’ouest par le territoire de Masisi et de Walikale, au nord par le territoire de Lubero et le lac Edouard et à l’est par le Rwanda et l’Ouganda. Une superficie importante du territoire de Rutshuru (2 400 km²) est occupée par le parc national des Virunga et ses réserves apparentées qui sont classés parmi les patrimoines mondiaux.

Coordonnées géographiques

  • Entre 28°56 » et 29°42 » longitude est ;
  • Entre 00°42 » et 01°30 » latitude sud ;
  • Entre 900 m et 4 507 m d’™altitude avec une moyenne de 1400 m

Type de sol

Le sol est argileux, sablonneux, argilo-sablonneux et sablo-argileux ; riche et productif, ce qui fait des 90% de la population du territoire des agriculteurs.

Végétation

La végétation du territoire de Rutshuru est dominée par la savane herbeuse et arbistique. Néanmoins, plusieurs essences forestières et une forêt boisée sont remarquables dans la chefferie de Bwisha (Binza, Busanza et Kisigari) et dans la chefferie de Bwito (Tongo, Kihondo et Kanyabayonga) ainsi que dans une partie du parc national des Virunga.

Hydrographie

L’hydrographie du territoire de Rutshuru est importante. Les plus importants cours d’eau sont la rivière Rutshuru et la rivière de la Rwindi, toutes étant comprises dans le bassin hydrographique du fleuve Nil. La rivière Rutshuru est d’ailleurs considérée comme source du Nil Blanc au Congo, qui se déverse dans le lac Edouard, après avoir créé des chutes et des rapides.

Température

Le territoire de Rutshuru enregistre en moyenne une température de 26°C. Sa pluviométrie moyenne annuelle est de 1800 mm d’™eau. Il connaît l’alternance de deux saisons : la saison des pluies (de septembre à décembre et de mars à  mai) et la saison sèche (de juin à août et de janvier à février).

Particularités et richesses du territoire

Cela parce qu’™il y a peu de PME pour l’™embauche et les services étatiques ne paient pas bien : la survie de Rutshuru dépend donc du champ.

Outre les activités agricoles, le parc national des Virunga offre une particularité au territoire de Rutshuru. Ce dernier étant un patrimoine mondial, il suscite l’™attention de la communauté internationale. Ainsi, plusieurs financements sont octroyés pour réaliser plusieurs projets en faveur du Parc et de la population locale. L’™exemple typique est la centrale hydroélectrique de Matebe inaugurée le 16 décembre 2015.

Le lac Edouard, à part sa forte productivité des poissons (Tilapia oreochromis niloticus principalement), est réputé riche en pétrole. Néanmoins, il est dans les aires protégées du patrimoine Virunga. Ainsi son exploitation est devenue sujet de plusieurs discussions et n’™est pas effective jusqu’à présent.

Quant au sous-sol, le territoire est riche en minerais dont l’™exploitation est informelle. C’™est par exemple l’™or, le wolfram, le fer, le quartz, le coltan, la tourbe, etc.

Données culturelles

Trois principales tribus se partagent le territoire de Rutshuru. Selon l’™ordre de leur importance, ce sont les Hutu (80%), les Nande (10%) et les Hunde (5%). Les Tutsi, les Nyanga et les Twa (Pygmées ou Bambuti) y sont minoritaires. Ces tribus se diffèrent par leurs langues, leurs cultures et leurs modes de vie.

Les Nande et le Hutu exercent ensembles le commerce et pratiquent l’™agriculture principalement. Ils parlent respectivement le kinande et le kinyabwisha. Les Hutu sont présents partout dans le territoire. Les Nande sont beaucoup plus au nord, au nord-ouest et dans les grandes agglomérations telles que Kiwanja, Rubare, Nyamilima, …

Les Hunde parlent le kihunde et sont aussi des agriculteurs. Ils se retrouvent surtout dans la partie ouest du territoire (chefferie de Bwito). Les Tutsi, quant à  eux, sont un peuple pasteur et parlent le kinyarwanda. Ils sont nombreux dans la partie est du territoire surtout dans le groupement de Jomba.

Langues parlées dans ce territoire
  1. Swahili (85%)
  2. Kinyabwisha (70%)
  3. Kinande (7%)
  4. Kihunde (5%)
  5. Kinyarwanda (1%)

Le swahili est la langue la plus parlée dans le territoire de Rutshuru. Près de 85% de la population parlent swahili. En effet c’est même cette langue qui facilite la communication entre les différentes tribus de ce territoire. Le kinyabwisha occupe la deuxième place parce qu’™il constitue la langue parlée par la tribu majoritaire du territoire. D’™autres langues que celles citées ci-haut peuvent être entendues dans certains endroits du territoire. C’™est le cas du lingala qui est surtout parlée par les militaires et les policiers.

Principales activités
  1. Agriculture (90%)
  2. Petit commerce (30%)
  3. Elevage (15%)
  4. Artisanat (5%)
  5. Enseignants et fonctionnaires de l’™Etat (2%)
  6. Pêche (1%)

L’agriculture vivrière est la principale activité du territoire de Rutshuru. Il existe aussi des cultures pérennes (cannes à sucre, arbres fruitiers, banane, …) et des cultures industrielles (café, thé, quinquina, …) qui occupent aussi des vastes étendues de terres. La population est agricultrice mais certaines personnes se donnent au petit commerce, à l’élevage, à l’™artisanat, à la pêche, … et d’™autres sont des enseignants ou fonctionnaires de l’™Etat.


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au 31 mars 2017
Vendeur : 1$ = 1 350 FC Acheteur : 1$ = 1 400 FC
Nombre d’opérateurs économiques Donnée non disponible

Principaux opérateurs économiques
  1. KMI
  2. Parakoussas
  3. Kirwa vision
  4. Prince Neema
  5. Moïse Kazombe
  6. ENTH Business
  7. Katama Aruna
  8. Richard Ngasa
  9. Germaine Bwachanakazi
  10. Dunia Sukawe

Ces opérateurs économiques sont les principaux de ceux qui sont enregistrés au service de PMEA du territoire de Rutshuru. Ils s’acquittent des différentes taxes de l’Etat. Les quatre premiers ont d’™ailleurs un numéro de registre de commerce. D’autres opérateurs économiques existent mais n’™ont pas de documents congruents.

Principales activités des opérateurs économiques
  1. Vente des produits pétroliers (carburant, mazout, lubrifiants)
  2. Vente des produits divers et alimentaires
  3. Transport des biens
  4. Boulangerie
  5. Minoterie
  6. Garages, ateliers (soudure, menuiserie, …)
  7. Hôtels et restaurants
  8. Commerce extérieur
  9. Elevage (gros et petit bétail, volailles, …)

Les principales activités des opérateurs économiques dans le territoire de Rutshuru sont la vente des produits pétroliers, la vente des produits divers et alimentaires, le transport des biens. D’™autres sont détenteurs des garages, ateliers de soudure ou de menuiserie, des hôtels, des restaurants, des fermes pour l’élevage des gros et petits bétails. etc. L’élevage, malgré son importance, reste extensif. Les soins et les suppléments alimentaires ne sont pas encore une priorité pour les éleveurs.

Principales activités des PME/PMI
  1. Production et vente des boissons alcoolisées
  2. Boulangerie
  3. Production du café
  4. Commerce extérieur
  5. Production de l’hydroélectricité

Le PREMIDIS produit des liqueur, des limonades, des lotions corporelles, … Elles sont vendues dans le territoire mais une grande partie de la production est acheminée vers l’extérieur du territoire. D’autres entreprises familiales produisent des boissons alcoolisés à base des jus de fruit ou bien à base du maïs.

Le commerce extérieur de Rutshuru comprend deux volets. Premièrement, l’™exportation des productions locales (maïs, soja, café, etc.) et en second lieu l’™importation des produits manufacturés et les produits alimentaires.

Grandes entreprises locales

Actuellement, il n’™existe pas encore de grandes entreprises en territoire de Rutshuru. PREMIDIS, BPD et Domaine de Katale, Virunga sarl pourraient en être considérées. Ils ont un montant d’™investissement (chiffre d’affaire) suffisant, ils interviennent dans plusieurs secteurs différents. Néanmoins, ils engagent encore beaucoup moins d’™agents sous contrat, la plupart des travaux sont exécutés par des tâcherons.

Principaux produits agricoles
  1. Manioc
  2. Haricot
  3. Maïs
  4. Patate douce
  5. Soja
  6. Sorgho
  7. Canne à sucre
  8. Pomme de terre
  9. Paddy

Le manioc est le principal produit agricole du territoire. Il est consommé sous plusieurs formes : cossettes, pâtes et chikwange et ses feuilles servent de légume. Comme tous les autres produits cités ci-haut, il est produit par les ménages. Il n’™existe pas encore des entreprises locales ayant pour but principal, la production d’™un de ces produits. Le haricot intervient dans l’alimentation de tous les ménages comme aliment d’™accompagnement de base. Tous ces produits agricoles sont produits pour la consommation locales et la vente pour desservir la ville de Goma, de Bukavu et quelques autres zones environnantes du territoire.

Il n’existe actuellement pas à Rutshuru des industries de transformation agricole. Néanmoins il existe quelques transformations locales dont voici les exemples :

  • Le manioc est transformé en farine et en chikwange ;
  • Le sorgho est transformé en farine et/ou en boisson locale appelée « musururu » ;
  • Le maïs est transformé en farine (sémoule) et/ou en boisson locale appelé « mandale ». 
Principaux produits non agricoles
  1. La braise
  2. La viande
  3. Le poisson

Les produits non agricoles les plus consommés dans le territoire de Rutshuru proviennent de l’™extérieur du territoire outre la braise le poisson et la viande qui sont produits localement. Cela est dû au fait que la population est plus agricultrice (moyenne de 90%).

La viande est produite aussi à Rutshuru. Sa production n’™est pas à  négliger mais reste toujours pour la consommation locale. On produit à Rutshuru la viande bovine, caprine, porcine, ovines et des volailles (poules).

Les pêcheries de Vitshumbi et Nyakakoma (lac Edouard) produisent une quantité suffisante de poisson pour la consommation locale. Mais vu la pauvreté de la population et les habitudes alimentaires, 90% de cette production sont acheminés vers la ville de Goma. Le poisson le plus produit est le Tilapia oreochromis niloticus.

Principales sources d’énergie
  1. Bois
  2. Pétrole
  3. Electricité

Le bois est la principale source d’énergie du territoire de Rutshuru. Tout le monde l’™utilise sous différentes formes surtout pour la cuisson. Le pétrole quant à lui, s’™impose dans l’éclairage et le fonctionnement des groupes électrogènes.

Quelques ménages sont desservis en électricité à Nyanzale, Bwalanda, Bambo (dans le Bwito); Rugari, Gisigari, Bukoma, Jomba dans le Bwisha et dans la cité de Kiwanja. Le taux d’accès à l’électricité croît progressivement avec la présence du barrage de Matebe (Virunga sarl).

 


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 6
Nombre de centre de santé 90

Du point de vue sanitaire, Rutshuru est subdivisé en sixzones de santé (Bambo, Binza, Birambizo, Kibirizi, Rutshuru et Rwanguba). Chaque zone de santé a un hôpital général de référence. Seul l’hôpital général de référence de Rutshuru est public. Les autres sont cogérés par différentes confessions religieuses.

Quant aux centres de santé, Rutshuru en compte 90 répartis dans différentes zones de santé. Ils sont soit publics, soit cogérés ou soit privés. A part le personnel soignant de l’™HGR Rutshuru qui est actuellement pris en charge par le MSF/France, et le personnel de la ZS de Rwanguba qui travaille en partenariat avec la Banque Mondiale, les médecins et infirmiers du territoire de Rutshuru travaillent difficilement suite au manque de motivation. Malgré ces difficultés, ils sont toujours disponibles pour les patients.

Maladies les plus récurrentes
  1. Paludisme
  2. IRA
  3. Malnutrition
  4. Verminoses
  5. Diarrhée simple

Le paludisme est la maladie la plus récurrente sur l’étendue du territoire. Grâce à  SANRU qui approvisionne toutes les zones de santé en médicaments antipaludéens (ACT), cette maladie ne cause plus trop de pertes en vie humaines dans le territoire. Il sied de rappeler que sur toute l’étendue du territoire, ces médicaments sont donnés aux patients gratuitement dans toutes les institutions sanitaires. Les autres maladies causent des ravages dans certains endroits du territoire car les médicaments ne sont pas disponibles. Même si les médicaments sont parfois disponibles, il arrive que la population soit incapable de s’™en procurer par manque des moyens financiers.


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 515
Ecoles secondaires 248

 

Entité/chefferie

Ecoles primaires

Ecoles secondaires

Elèves au primaire

Elèves au secondaire

Bwisha

305

148

97234 29755

Bwito

211

100

29654 16855

Le territoire de Rutshuru est subdivisé en deux sous-divisions éducationnelles de l’™enseignement primaire et secondaire. C’™est la sous-division Rutshuru I (qui reprend la chefferie de Bwisha) et la sous-division Rutshuru II (qui reprend la chefferie de Bwito). Ces deux sous-divisions comptent ensembles 516 écoles primaires dont 305 de Rutshuru I et 211 de Rutshuru II. Les écoles secondaires quant à elles sont au nombre de 248; 148 d’entre-elles de Rutshuru I et 106 de Rutshuru II.

Enseignement supérieur et universitaire
Universités 2
Instituts supérieurs 17

 

Université/ Institut Supérieur

Localisation

Filières organisées

Université des Grands-Lacs (UNIGL)

Kiwanja

  • Sciences économiques et de gestion
  • Sciences agronomiques
  • Sciences de l’™information et de la communication
  • Sciences de l’éducation
  • Sciences sociales, administratives et politiques
  • Psychologie et sciences de l’éducation

UCK

Kiwanja

  • Institut facultaire des techniques médicales
  • Agronomie

ISP/RUTSHURU

Bukoma

  • Anglais -“ culture africaine
  • Français -“ langues africaines
  • Histoire -“ sciences sociales
  • Géographieet gestion de l’™environnement
  • Maths -“ physique
  • Sciences commerciales et administratives
  • Informatique et gestion
  • Biologie – chimie

ISP JOMBA

Jomba

  • Français -“ langues africaines

ISP RUGARI

Rugari et Kabaya

  • Français – langues africaines
  • Maths – physique

ISPT/RUTSHURU

Bukoma

  • Electricité
  • Electronique
  • Electromécanique
  • Mécanique générale
  • Construction

ISTM RUTSHURU

Bukoma

  • Sciences infirmières

ISTMS RWANGUBA

Jomba

  • Sciences infirmières
  • Théologie

ISC KIWANJA

Kiwanja

  • Comptabilité
  • Gestion Informatique

ISTM BISHUSHA

Bishusha

  • Soins infirmiers

Le territoire de Rutshuru compte actuellement deux universités et 17 instituts supérieurs qui fonctionnent. Ces deux universités (UCK et UNIGL) se trouvent dans la cité de Kiwanja. Quant aux instituts supérieurs, cinq d’™entre-deux sont et les autres sont techniques. Certaines de ces institutions sont non viables du fait qu’elles n’™ont ni adresse, ni bureau, ni personnel administratif présent dans le territoire.


ONG et projets

Nombre d’ONG 64
Principales activités
  1. Santé
  2. Sécurité alimentaire
  3. Education
  4. Protection
  5. Défense des droits de l’homme
  6. Réhabilitation des infrastructures de base
  7. Eau, hygiène et assainissement

Le territoire de Rutshuru regorge plusieurs ONG tant nationales qu’™internationales. Cela est dû à la situation actuelle du territoire qui se trouve en période « post-conflits ». Ces ONG interviennent dans différentes activités telles que la santé, la sécurité alimentaire, l’éducation, la protection, la défense des droits de l’homme, la réhabilitation des infrastructures de base et  le WASH (eau, hygiène et assainissement) principalement.

Principaux projets de développement financés par le Gouvernement
  1. PESS (Projet d’équipement des structures sanitaires), projet en cours ;
  2. PRRIS (Projet de réhabilitation et reconstruction des infrastructures scolaires), projet en cours.

Les principaux projets du gouvernement dans le territoire de Rutshuru sont le PESS et le PRRIS.

Le PRRIS a déjà construit 11 écoles dans la sous-division Rutshuru I. Le projet est encours mais l’exécution de la prochaine phase tarde de commencer.

Le PESS quant à  lui, dans le domaine de santé, a beaucoup intervenu dans l’™octroi des équipements (lits aux hôpitaux et différents centres de santé et jeeps Nissan 4x—4 comme ambulance aux HGR). Il a intervenu aussi  dans le ravitaillement des hôpitaux et centres de santé en médicaments essentiels. Le PESS est en cours d’exécution.

Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement
  • Barrage hydroélectrique de Matebe par Virunga sarl

Le barrage de Matebe inauguré depuis décembre 2015 par Son Excellence Monsieur le Président de la République, fonctionne bien. Un nombre important de ménage a déjà accès à l’électricité et la phase de distribution continue.

 

 


Accessibilité et tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Oui
Voies aériennes Oui
Biefs navigables Oui
Train Non

L’accès au territoire de Rutshuru se fait principalement par routes. Il l’™est aussi par voie maritime et aérienne mais ces deux derniers accès ne sont pas importants.

On accède au territoire de Rutshuru par la RN4 de Nyiragongo (au sud) ou de Lubero (au nord-ouest). De Masisi (à l’™ouest du territoire de Rutshuru), l’on accède à Rutshuru par des routes provinciales quasiment impraticables.

Le territoire de Rutshuru offre un accès par route à  la RDC par la frontière de Bunagana (à 26 km de Rutshuru) et celle d’Ishasha (à 64 km de Rutshuru) entre la RDC et l’™Ouganda. Ces deux frontières sont très fréquentées et on y enregistre le passage de plusieurs tonnes des produits importés (vivres, produits manufacturés, hydrocarbures, …).

Il est important de faire remarquer que toutes les routes nationales de Rutshuru sont en moyen état, tandis que les routes provinciales sont toutes en mauvais état. A Vitchumbi, au nord du territoire, on enregistre une entrée considérable des produits par des pirogues sur le lac Edouard en provenance de Kisaka (Lubero), de Kyavinyonge (Beni) et de Kasese (Uganda).

Le territoire de Rutshuru comptait 4 plaines d’atterrissage qui, faute d’™entretien et de réhabilitation, une seule fonctionne actuellement. C’™est la plaine du domaine de Katale qui est entretenue et exploitée par l’ICCN.

Réseaux de communication
Africel Non
Airtel Oui
Orange Oui
Tigo Oui
Vodacom Oui

Trois réseaux de télécommunication sont présents en territoire de Rutshuru avec couverture partielle. Les services m-pesa de Vodacom, airtel money, orange money et tigo cash sont fonctionnels dans les grandes agglomérations du territoire, avec airtel money plus utilisé et plus disponible.

Notons que la qualité du réseau, là où il y a couverture, n’™est pas meilleure parce qu’™il y a parfois des coupures intenses non justifiées. Certaines zones surtout dans la chefferie de Bwito ne sont pas couvertes. L’™internet quant à  lui fonctionne rarement et le téléchargement des données est très lent.

Attraits touristiques
Parcs Oui
Jardins botaniques Non
Jardin zoologiques Non
Chutes d’eaux Oui
Sites touristiques Oui
Sites sacrés Non

Le parc national des Virunga fait de Rutshuru un territoire touristique. Il est géré par l’™ICCN et reçoit actuellement plusieurs touristes.

Quelques sites attirent les touristes à Rutshuru. C’™est le cas du site de Sarambwe, du volcan Nyamulagira, le mont Runyoni, les grottes de Nyamabere, de Bukima, de Kanombe, de Nyabikere, … Certaines sources d’™eau sont intéressantes parce qu’™elles sont réputées dotées d’™un pouvoir guérisseur. Ces sont les eaux thermales de Mayi ya moto qui guérissent l’™otite et la source de Kanyangwazi dont l’™eau guérit la galle.

Espèces phares de la faune
  • Gorille de Montagnes
  • Babouins
  • Hippopotames
  • Crocodiles
  • Touraco
  • Buffles
  • Tilapia oreochromis niloticus dans le lac Edouard

La faune de Rutshuru est très riche. Plusieurs espèces sauvages y sont présentes et constituent actuellement une des grandes raisons de la venue des touristes au Nord-Kivu.

Espèces phares de la flore
  • Minzenze (nom vernaculaire)
  • Mitarati (nom vernaculaire)

Le territoire de Rutshuru regorge plusieurs espèces sauvages de la flore. Ces espèces constituent en général l’™habitat des espèces de la faune ci-haut. Le Minzenze par exemple est réputée par sa qualité de charbon de bois (braise) appelé communément Ndobo (nom vernaculaire). Ceci constitue une menace pour cette espèce, bien que l’ICCN mette tous les moyens en oeuvre pour abolir cette exploitation.


Situation sécuritaire

Le territoire de Rutshuru est relativement calme depuis l’anéantissement des rebelles du M23. Néanmoins, quelques cas des pillages, kidnappings et tueries sont enregistrés dans certains milieux surtout sur des axes routiers.

Signalons aussi quelques problèmes de cohabitation entre les différentes tribus du territoire. A certains endroits du territoire, ceci amène parfois des crises qui occasionnent pillages, tueries, incendies et même déplacements massifs des populations du Bwito au Bwisha.


Opportunités de développement

La population et le sol

La population de Rutshuru est très active. Tout le monde est interressé au travail surtout aux activités champêtres. Le majeur obstacle reste l’insécurité où les agriculteurs sont kidnappés aux champs pour être échangés contre une rançon  (souvent pas moins de 500$). Le sol de Rutshuru, quant à lui, est productif.

Une fois la terre disponible, les connaissances modernes de l’™agriculture acquises et les outils de travail à la portée de la population, cette dernière exploiterait la terre et produirait beaucoup plus de récolte pour la consommation et même pour la vente tant intérieure qu’extérieure.

Les routes

Rutshuru comprend un grand réseau de routes tant provinciales que nationales généralement en mauvais état.   Actuellement, surtout en période des pluies, plusieurs récoltes pourrissent aux champs. les routes nationales deviennent impraticables. Leur réhabilitation de ces routes tant nationales, provinciales que de désserte agricole encouragerait la population s’™engager plus dans l’agriculture, le transport, …  car ils auront la possibilité d’écouler les produits.

Le lac Edouard

Ce lac est d’une importance capitale. En effet, il facilite l’échange entre Rutshuru, Beni et Lubero mais aussi entre ces trois territoires et l’™Ouganda. On y enregistre un nombre non négligeable de passagers et de marchandises. Il est aussi riche en pétrole. Néanmoins, parfois on enregistre des cas d’insécurité sur le lac. Une fois le lac sécurisé et son pétrole; il y aurait beaucoup plus d’échangechange entre Rusthuru et ses voisins, la création de l’™emploi pour la population et accroissement des recettes du territoire et voire de la province.

Les Chutes

Les chutes de Rutshuru sont un potentiel de développement pour ce dernier. Elles favoriseraient la construction des barrages pour la production de l’énergie et ainsi contribuer à l’™implantation des industries de transformation. L’énergie électrique serait aussi une des solutions pour la protection de l’™environnement en général et du parc national des Virunga en particulier qui est meancé suite à  la carence des arbres pour l’énergie.

Présence de l’électricité

Actuellement, avec la présence de l’électricité dans certains endroits du territoire, Rutshuru est propice pour l’™implantation des industries de transformation. Une fois des industries implantées, on pourrait transformer le maïs, le poisson, le manioc, la canne à sucre, les fruits, … Ceci contribuerait à  la stabilité des prix des produits alimentaires et au développement de l’™agriculture.

Tourisme

Développer le tourisme dans le parc national des Virunga est aussi un atout pour le développement de Rutshuru. En effet, une fois qu’™il y aurait beaucoup de mondes venus d’™ailleurs, l’échange permettrait l’éveil de la population locale, l’™acquisition des nouvelles connaissances pour booster le développement.

Les frontières

Les deux frontières entre la RDC et l’™Ouganda que possède le territoire de Rutshuru (Bunagana et Ishasha) sont aussi une opportunité pour le développement de ce territoire. En effet,  plus de 85% des produits importés consommés à  Rutshuru proviennent de l’™Ouganda. Des efforts du gouvernement dans la facilitation de l’échange avec l’™Ouganda comme c’est le cas pour le Rwanda et le Burundi (pays de la CEPGL) seraient un atout pour la disponibilité des produits divers et la diminution de leurs coûts. Aussi, une fois bien gérées, les recettes de ces frontières pourraient-elles financer plusieurs projets de développement pour le territoire et même pour la province du Nord-Kivu entière.

La sécurité

Toutes ces opportunités de développement se heurtent au problème majeur de l’™insécurité. L’™engagement du gouvernement dans l’anéantissement des rebelles et inciviques redonnerait confiance à la population. Cette dernière pourrait s’™investir à  nouveau dans différentes activités de développement sans crainte d’™y perdre sa vie ou ses investissements.

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique