Territoire de Libenge

Fiche du territoire

Mise à jour le 31 mars 2017

Province Sud-Ubangi
Superficie 12 833 km²
Taille estimée de la population 494 716 hab.

(source: Rapport annuel 2016 du Territoire de Libenge.)


Carte administrative


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

Autre fois appelé « Lobaye » le nom d’une rivière de la République Centrafricaine qui est très proche de ce territoire, le nom actuel du territoire qui est « Libenge » provient d’une incompréhension linguistique entre les explorateurs et la population qui se trouvait sur la rivière Ubangi entrain de laver leurs patates Douces (Mabenge en Lingala  et Libenge au singulier) quand ces explorateurs voulaient savoir le nom de ce milieu, cette population pensait qu’ils leurs demandaient le nom de ce produit agricole, ainsi ces derniers ont officiellement baptisé le territoire du nom de Libenge. Il fut découvert par l’explorateur Van Gèle et son équipe en 1888 qui en fit un poste d’Etat en 1911, il devient l’un des 13 districts de la colonie Belge.    Le Territoire de Libenge sera officiellement crée par l’ordonnance n°29/AIMO (Agence Indigène de la Main d’œuvre) du 14/Mars/1935. Le territoire de Libenge est actuellement une entité territoriale déconcentrée de la province du Sud Ubangi.

Il est limité :

  • Au nord par la République Centrafricaine et le territoire Congolais de Bosobolo
  • Au sud par le territoire de Kungu
  • A l’Est par les territoires de Bosobolo et de Gemena.
  • A l’Ouest par la République Centrafricaine et la République du Congo Brazzaville.

Coordonnées géographiques

  • Latitude : 2° et 5° 39′ de Nord
  • Longitude : 20° 38′ Est
  • Altitude : 450m au dessus de la mer.

Climat

Son climat est Equatorial, humide et tropical, il marque deux saisons La saison de pluie qui s’étend sur huit mois, du 16 mars au 15 novembre et la saison sèche qui s’étend sur quatre mois, du 16 novembre au 15 mars. Sa température maximale est de 30°C, minimale 24°C et la température moyenne est de 27°C.

Hydrographie

Ce territoire est traversé par de nombreux cours d’eaux, les plus importants : Au nord-ouest par le ruisseau BEMBE et la rivière UBANGI qui relie le territoire de Libenge à la République Centrafricaine et la République de Congo Brazzaville, cette rivière a une largeur équivalente à 2/3 de celle du fleuve Congo à leur confluent. Et au sud- Est par le grand ruisseau LUA reliant le territoire de Libenge et ceux de Kungu et de Gemena. Signalons aussi que la rivière Ubangi relie le territoire de LIbenge et la ville Province de Kinshasa sur une navigation dans le Fleuve Congo. 

Végétation

Le territoire de Libenge a une végétation mirobolante avec une diversité des cultures extraordinaires, cette végétation est dominée par des forêts, des galeries forestières et des savanes.

Type de sol

Le sol de Libenge est argileux, sablonneux et très fertile, les 3/4 de sa population ayant la vocation agro-pastorale, ce territoire constitue le grenier de la ville de Bangui capitale de la République Centrafricaine. Les produits cultivés sont : Café, Cacao, Hévéa, Tabac, Coton, Palmier à huile, Manioc, Maïs, Riz, Patate douce, Macabot, Arachide, Haricot, Soja, Sésame, Urena lobata, Sésal, Abroma augusta, Poivre, Banane, Papaye, Ananas, Mangue, Orange, Safou, Canne à sucre…et toutes sortes de légumes.

Particularités et richesses du territoire

Particularités du territoire

Le territoire de Libenge est le seul territoire qui englobe plusieurs langues à parler dès son Origine. Il est le seul territoire de la province du sud ubangi qui est traversé au même moment par la forêt, savane et Galléries. Il est le seul territoire de la province du sud Ubangi qui regorge un grand nombre en termes de diversité des minerais

Richesses du Territoire

  • Le sous-sol de ce territoire regorge deux gisements de minerais, l’un composé de diamant, fer, manganèse, cuivre, pétrole et l’autre de l’or, argent, thorium, cérium, lithium, lanthane et titane. Ces minerais se trouvent dans sa phase vierge car il constituait une réserve pour la politique Belge qui attendait faire l’exploitation après l’épuisement de minerais de Katanga, cette richesse ne se fait pas voir aujourd’hui sur la vie de la population étant non exploitée, quelques personnes l’exploitent artisanalement au nord du territoire à faible quantité et sans effet dans la vie économique quotidienne de la population.
  • De nombreux cours d’eaux très poissonneux qui sont exploités par la population locale mais une exploitation qui n’a pas d’effet sur toute la population du territoire suite à l’ignorance de nouvelles techniques de pêches, de leur moyen de Conservation ainsi que l’évacuation vers d’autres secteurs ou territoires qui posent toujours des problèmes depuis de lustres.
  • Un sol très riche et fertile mais actuellement n’a que d’effets sur la culture vivrière suite à plusieurs paramètre ne permettant l’exportation des produits agricoles bien qu’elle est parfois faisable entre ce territoire et la République Centrafricaine.

 Source: Rapport du Gouvernement provincial de l’Equateur après l’Indépendance.

Données culturelles
  1. Mbanza(30%).
  2. Ngbaka ( 20%).
  3. Mono (18%).
  4. Ngbundu (17%).
  5. Ngombe (15%).

Dans le territoire de libenge, nous avons 5 grandes tribus : Les Mbanza sont majoritaires, ils se trouvent dans le secteur sud du territoire, ils sont agriculteurs pour la plus part d’eux et ils pratiquent un peu d’élevages, ils sont forts dans les contes et faits. Les Ngbaka sont dans le secteur centre, sud et au nord du territoire, à la fois l’élevage et l’agriculture, ils sont réputés pour leur sagesse et leur trait culturel par rapport à la circoncision qui pour eux cet événement est marqué par le fait que le jeune circoncis devait etre soumis à une épreuve. Les Mono sont au nord et au centre, les Ngbundu réputés une tribu hospitalière sont dans le secteur centre et les Ngombe sont dans les secteurs centre et sud. Toutes ces trois dernières tribus pratiquent l’agriculture.

 Source: Chef de bureau du territoire de Libenge.

Langues parlées dans ce territoire
  1. LINGALA : (Langue parlée par presque tout le monde dans le territoire).
  2. Mbanza : (20%).
  3. Ngwaka Minagende (10%).
  4. Mbati (9%).
  5. Ngbundu (10%).
  6. Mono (5%).
  7. Kwala (2%).
  8. Ngombe (1%).
  9. Ngbaka Mabo (7%).
  10. Sango (1%).
  11. Ngwandi (1%).
  12. Togba (1%).
  13. Gobu (1%).
  14. Mbanza Fula (1%).
  15. Langbasi (1%).
  16. Langue des Pygmées (1%)
  17. Lobala (1%).
  18. Boba (1%).

Ce territoire de libenge est l’unique territoire à englober plusieurs langues à parler. Dès son origine le Lingala est la langue la plus parlée presque par toute la population dans ce territoire, disons que le Sango est aussi une langue qui est devenue commerciale étant d’origine Centrafricaine. La langue Mbanza est parlée par les Mbanza, le Ngwaka parlent Ngwaka, c’est-à-dire les noms des tribus sont aussi les noms de leurs langues exceptions aux pygmées dont jusqu’ici on n’a pas encore découvert le nom de leur langue et la langue Sango qui est parlée par les centrafricains qui viennent dans le territoire pour le commerce et quelques autochtones qui sont intéressés par le commerce.

 Source: Chef de bureau du territoire de Libenge

Principales activités
  1. Agriculture (60%).
  2. Elevage (10%).
  3. Pêche (5%).
  4. Commerce (20%).
  5. Mine (0.1%).

 En dehors de la l’agriculture, le territoire de libenge disposait des vastes plantations de palmiers d’hévéa et des champs de cotons dont les propriétaires furent des européens bénéficiaires des crédits  Colonat, ces plantations furent abandonnées et devraient être réhabilitées. L’agriculture est l’activité principale de la population de ce territoire, la plus part des produits agricoles est exportée en République Centrafricaine. L’élevage a connu une régression depuis une décennie suite aux multiples épidémies qui ont ravagées les bétails, mais signalons que la population ne pratique actuellement que l’élevage de petit bétail et en faible proportion. Le commerce dans ce territoire est entrain de prendre une proportion importante avec l’installation de quelques commerçants dans le territoire(Les chinois et les tchadiens) avec les produits manufacturés en provenance de Kinshasa, Brazzaville, Bangui et Gemena. L’exploitation de la mine est faite artisanalement au nord du territoire de Libenge en une faible production.

 Source: AT adjoint en charge de développement.

 


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au 31 mars 2017
Vendeur : 1$ = 1 350 FC Acheteur : 1$ = 1 300 FC
Nombre d’opérateurs économiques 346

Principaux opérateurs économiques

Etablissements WILIKI et frères opérant dans la vente des pièces de Rechanges Motos, employant 5 travailleurs et appartenant à la famille WILIKI. Son propriétaire est Monsieur WILIKI YAPILO Willo, il se trouve dans le territoire de Libenge, il a débuté ses activités depuis 2002.

  1. Etablissement MIRADI opérant dans le commerce général, vente des produits alimentaires manufacturés et produits périmés, employant 7 Travailleurs et appartenant à la famille MUTOMBO. Son propriétaire est Monsieur JOCOB MUTOMBO Didier, il se trouve dans le territoire de Libenge, il a débuté ses activités depuis 1996.
  2. Etablissements NGBABETO opérant dans la vente des produits divers et alimentaire, employant 2 travailleurs et appartenant à la famille NGBABETO. Le propriétaire est Monsieur NGBABETO NYIKOLI Pablo, il a débuté ses activités en 2013 et se trouve dans le territoire de Libenge.
  3. Etablissements La main de Dieu opérant dans la vente des tissus et divers, employant 2 travailleurs et appartenant à la famille BOBE. Le propriétaire est Monsieur BOBE NABOYI Jean-Pierre, il a débuté ses activités en 1981 et se trouve dans le territoire de Libenge.
  4. Etablissements MAMAN BELGA opérant dans le commerce général surtout des produits manufacturés, employant 20 travailleurs appartenant à la famille BEAKI. La propriétaire fut Madame BEAKI MOSEKA décédée, elle a débuté ses activités en 1975, ses cohéritiers se trouvent dans le territoire de Libenge.
  5. Etablissements Maman Folo opérant dans la vente des produits plastiques en gros et en détails, employant 7 travailleurs appartenant à la famille Folo. La propriétaire est Madame NINZOLO FOLO Florance, elle a débuté en 1992.

Il existe une centaine d’opérateurs économique dans le territoire dont certains semblent être en exile suite à deux guerres qu’a connu le territoire de Libenge, les entreprises dignes de leurs noms ont été complètement pillées, seuls ces six principaux établissements et quelques ambulants qui sont en activité, sinon ces entreprises ont comme activités principales la vente des produits alimentaires, pharmaceutique, des produits manufacturés en gros et détails, bref le commerce.

Source : Chef de bureau du territoire et le chef de service de l’économie Libenge.

 

Principales activités des opérateurs économiques
  1. Agriculture, pêche et élevage
  2. Vente du bois
  3. Vente des produits Alimentaires
  4. Vente des produits Manufacturiers
  5. Vente des produits de seconde main(utilisés).
  6. Production Artisanale des produits Agricoles et non Agricoles.

 Source : Chef de service de l’économie et le Chef de bureau du territoire de Libenge.

Principales activités des PME/PMI
  1. Production et vente de principales denrées alimentaires de base : (40%)
  2. Vente des produits divers consommables et non consommables : (50%)
  3. Vente des produits pharmaceutiques : (10%).
  4. Vente du Bois :(7%)

Actuellement, le territoire de Libenge ne compte que des vestiges des plantations datant de l’époque coloniale, ne fonctionnant plus, seule la production artisanale des produit est pratiquée selon la force de chaque habitant, il n’existe pas d’usines de transformations raison pour laquelle le marché du territoire de Libenge est à la merci de tout ce qui est propre ou impropre à la consommation. Les PME qui opèrent dans la vente des produits pharmaceutiques sont des pharmacies qui sont installées dans le secteur centre du territoire : Pharmacie de la paix, Pharmacie Paradoxe, Pharmacie la Grace et Pharmacie Petite Bethlehem. Les PME qui opèrent dans la vente des produits consommables et non consommables sont les boutiques, les Kiosques, Etalages. Signalons que les PME qui opèrent dans les ventes des produits pharmaceutiques et produits divers consommables n’ont pas outre production annuelle que le bénéfice ou intérêt après-vente dont seuls  les propriétaires connaissent faute des déclarations annuelles.  Les PME qui opèrent dans la production et vente des principales denrées alimentaires sont : La PME BWOZO qui opère dans la production et vente de Maïs et qui a une production annuelle de 2,50tonnes par an, la PME NGBENGA qui opère dans la production et vente de l’huile de palme a une production moyenne annuelle de 10.400litres, la PME PUTU BEGO qui opère dans la production et vente d’ARACHIDE a une production moyenne annuelle de 5tonnes. Signalons que toutes ces PME de production et vente produisent d’une manière artisanale.

 Source : Chef de service de petites et moyennes entreprises de Libenge(PME)

Grandes entreprises locales

Le territoire de Libenge n’a actuellement aucune Grande Entreprise. Il a existé dans le temps de grandes Entreprises dont les vestiges de certaines de ces entreprises existent jusqu’aujourd’hui, citons en titre d’exemples : Le coton Congo, opérant dans la production des cotons, elle comptait plus de 100 employés. AGRI-FORT, opérant dans l’exploitation du bois, elle comptait 85 employés. KUMU YUMBI, opérant dans la production de l’huile de palme et de l’Hévéa, elle comptait plus de 100 employés. PAKALOLA, opérant dans le secteur de l’élevage de gros bétail, elle comptait plus de 300 employés. CIBE ZAIRE : opérant dans le commerce général, elle comptait plus de 200 employés.

Source : Chef de service de l’Industrie.

Principaux produits agricoles
  1. Le mais : (15%)
  2. Le manioc (17%)
  3. L’arachide (11%)
  4. Le taro (15%)
  5. Niébé (12%)
  6. Huile de palme (10%)
  7. Ignames (11%)
  8. Ananas (9%)

Le manioc est produit dans tous les secteurs du territoire de Libenge, on pense même qu’il a atteint le stade de fructification, il y a la fourchette recommandée, une bonne partie est aussi revendue à l’extérieur du pays et surtout en République Centrafricaine. Le Taro est le produit consommé par une grande partie de la population surtout la population pauvre étant donné que ce Taro coute moins cher, certaines familles en consomment du premier janvier au 31 décembre selon nos enquêtes. La production annuelle du manioc est de 292.455tonnes, le manioc sert à la transformation du Chikwange qui est très consommé dans le territoire, une autre partie de la production est exportée en RCA. Le mais a une production annuelle de 44.394,750tonnes, il est peut être consommé en farine ou cru, une bonne partie est destinée à l’exportation vers Kinshasa et la RCA. La production annuelle d’Arachide est de 16.566,750tonnes, l’arachide peut être consommée en patte d’Arachide. Le niébé a une production annuelle de 314,100tonnes. La production annuelle de l’huile de palme est de 4.848,750tonnes il sert aussi pour la fabrication du savon local. Signalons qu’il n’y a pas de rapport sur l’ananas et les ignames. Signalons aussi que le territoire de Libenge est le seul territoire du sud Ubangi qui est hors de la zone PARSA qui s’occupe des produits agricoles et la campagne agricole.

Principaux produits non agricoles
  1. Fumbwa : 27%
  2. Champignons : 17%
  3. Noix de cola : 18%
  4. Les safous : 21%

Ces produits non Agricoles sont trouvables dans tous les secteurs du territoire, c’est ce que la population consomme toute l’année sans arrêt, évidemment c’est sont des produits forestiers non ligneux situés à proximité des ménages. Signalons que tous ces produits non agricoles sont destinés en même temps à la consommation locale et extérieure à l’exception du champignon qui seul reste le produit de la consommation locale et n’est jamais exporté étant donné que sa conservation est difficile, il est récolté et il doit être consommé le même jour.

 

Principales sources d’énergie
  1. Bois : 80%
  2. Pétrole : 9.50%
  3. Panneau solaire : 0.80%
  4. Electricité : 0.036%

L’électricité est une denrée rare dans le territoire de Libenge, quelques ONGs et Hôpitaux en bénéficient en permanence et actuellement l’éclairage public dans les camps des réfugiés à Boyabo et à Mole. Cette électricité est distribuée par le HCR en grande partie et l’HGR. Signalons que depuis le dernier trimestre de l’année 2016, des particuliers ont commencé à distribuer de l’énergie dans des ménages et maisons commerciales grâce à l’implantation des générateurs de plusieurs KVA. Le pétrole est utilisé par quelques ménages dans le secteur centre et nord du territoire de Libenge bien que rare, le pétrole est importé à partir de Bangui. Le bois est utilisé par la majorité de la population pour différentes utilités: la cuisson, l’éclairage, et aussi pour la transformation d’huile de palme en savon locale. Le panneau est utilisé par quelques centres de santés de la place et boutiques. 

Les activités qui se développeraient en cas de disponibilité des sources d’énergies:

 Avec l’agriculture du territoire de Libenge, on monterait une minoterie. Avec ses rivières poissonneuses, on installerait des chambres froides. La mécanisation Agricole…

 Source : chef de service de l’énergie Libenge.


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 2
Nombre de centre de santé 33

HGR de Libenge construit en matériaux durables avant l’indépendance par l’Etat et une firme appelée Coton Congo, cet hôpital a le service de Pédiatrie, Médecine interne, Chirurgie, Génico-obstrique, un service de labo et un service d’Administration, il compte actuellement quatre Médecins et une centaine d’infirmiers, il a une capacité théorique de deux cent cinquante Lits. Les centres de santés de la zone de santé de la zone de santé de Libenge sont dans un état de délabrement et présentent un danger pour les malades. Ces centres de santés offrent des soins curatifs, préventifs et promotionnels, notons cependant qu’il existe un centre de santé de Référence à BAU. L’accessibilité de la population dans les centres de santés est faible et difficile à cause de la distance que doit parcourir certains habitants pour rejoindre la formation médicale, on estime à moitié la population que la zone de santé considère qui a accès aux soins, c’est juste celle qui habite dans les environs de cinq km des dites formations médicales. Quelques médicaments sont disponibles grâce aux coopérations entre la zone de santé et les partenaires. L’hôpital Général de Mawuya qui se trouve dans le secteur sud du territoire, est devenu hôpital général de Référence en l’an deux-mille cinq, il a une capacité théorique d’accueil d’une Centaine des lits malheureusement qui ne sont pas effectivement installés. Il offre le service de la pédiatrie, chirurgie, géneco-obstrique, la médecine interne, les soins intensifs et la consultation. Disons que la zone de santé de Mawaya compte trois Médecins et une cinquantaine d’infirmiers, Parmi les centres de santé que compte cette zone de santé de Mawuya, quatre centres de santés sont de Références. La zone de santé de Mawuya est également appuyée par la Banque Mondiale, le CDI Bwamanda en médicament et en personnel, et d’autres partenaires ne sont que des intervenants.

Maladies les plus récurrentes
  • Paludisme : (35.38%).
  • Infection Respiratoire Aigüe (IRA) (23.72%).
  • Diarrhée simple (8.6%).
  • Amibiase (2.5%).
  • Malnutrition protéino-calorique(MPC) (1.4%).

Signalons que parmi les maladies les plus récurrentes dans le territoire, le paludisme et les infections respiratoires aigues attaquent souvent les enfants et la malnutrition et les diarrhées atteignent toute la couche de la population. C’est le paludisme qui a un taux élevé de la mortalité parce qu’il tue en moyenne six personnes par semaine sur l’étendue du territoire. La malaria pourrait avoir des explication dans la mauvaise et non utilisation des moustiquaires imprégnées et l’insalubrité de l’environnement dans le territoire.

 Source : Médecin chef de zone en charge de compilation


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 169
Ecoles secondaires 96

La qualité de l’enseignement dans le territoire de Libenge n’est pas appréciable dans le sens qu’il y a absence de manuels actualisés et quelques manuels existant, datent de plusieurs années dont on n’utilise plus dans d’autres villes et territoires de la RDC. Le nombre total des enseignants femmes à l’école primaire est très faible ainsi qu’à l’école secondaire. Les infrastructures scolaires sont déplorables, très vielles, plusieurs classes sont en pailles et sans équipement. Les enseignements sont organisés avant midi pour certains et après-midi pour d’autres.

 Source : S/PROVED Libenge.

Enseignement supérieur et universitaire
Universités 0
Instituts supérieurs 1

Un seul institut supérieur, depuis deux-mille douze,  il fut une l’extension de l’ISP Gemena et actuellement les démarches sont en cours pour qu’il décroche son propre arrêté ministeriel, cette institution organise ses cours dans l’après-midi et plusieurs enseignants sont des assistants recrutés sur base de critère de sélection à l’E.S.U dont avoir obtenu au-moins 65% dans les épreuves de fin de cycle de la licence. Deux professeurs en moyenne par année academique viennent de kinshasa. Au cours de cette année académique 2016-2017, une commission dénommée « Opération Bibliothèque » est mis en place pour mobiliser des fond notamment auprès des étudiants, enseignants, députés nationaux et provinciaux et toute autre personne de bonne volonté afin de doter l’ISP Libenge d’une Bibliothèque, qu’à ce jour, une centaine d’ouvrages et une autre centaine des travaux réalisés par les étudiants (TFC). C’est sur base du programme des cours (réforme de la table ronde des universités du Congo), édition 2010, ce document appelé PADEM. Cette Institution se trouve dans le secteur de Libenge centre, les filières organisées sont : Français et langues africaines, Agronomie-vétérinaire, Histoire et science sociale, Science commerciale et Administrative, Gestion et Administration des institutions scolaires et de formations, Biologie-Chimie. Un taux faible d’étudiants inscrits chaque année, cette institution départ le bâtiment dans lequel il se trouve, il peut accueillir de millier d’étudiants. Cette institution loge dans une infrastructure très importante abandonnée dans la foret du chef-lieu de ce territoire de Libenge appelé Libenge, cette infrastructure construite depuis la deuxième République par le président Mobutu, est composée de plusieurs blocs et salles de cours, au total vingt salles sous lesquels des espaces fermés sont destinés aux expériences scientifiques,  et des bâtiments avec un étage dont certains réservés aux dortoirs de plusieurs lits chacun à l’étage et aux réfectoires au rez-de-chaussée, le dernier bâtiment est réservé aux services administratifs, un bloc destiné aux services sanitaires, des résidences dont certaines de haut standing, un bloc réservé aux groupes électrogènes avec une citerne de dix-mille litres. Cette infrastructure peut bien servir à une université internationale où se formeraient des écologistes pour l’Afrique centrale.

 Source : AT adjoint, Secrétaire Académique ISP et notre propre observation sur le terrain.


ONG et projets

Nombre d’ONG 13
Principales activités
  1.  Agriculture (40%).
  2. Santé (30%).
  3. Droit de l’homme (13%).
  4. Sécurité Alimentaire (10%).

 On trouve dans le territoire de Libenge quelques agences des Nations Unis et ONGs internationales qui sont dans le domaine de la santé telles que : OMS, UNICEF, UNHCR, ADES SANTE, GAVI, ACTED, FOND MONDIAL, PEASIT. Les ONGs qui travaillent dans l’environnement sont presque inexistantes dans le territoire de Libenge, des ONGs locales sont aussi peu visibles. L’ONG comme CAPD (centre agro-pastoral de développement) qui est dans les activités de l’agriculture. PVH (protégeons la vie humaine) qui est dans le secteur de Droit de l’homme avec l’objectif de former, informer, éduquer et assister si nécessaire la population dans leurs droits. Signalons aussi la présence du HCR qui s’occupe des réfugiés Centrafricains installés dans les camps de Boyabo et de Mole dans le territoire de Libenge. HCR qui s’occupe des réfugiés surtout centrafricains travaille avec ses partenaires tels que ADES, AIRD, P.U, ADESS… Il ya aussi le PAM qui est dans la sécurité Alimentaire mais plus tourné vers les réfugiés Centrafricains. 

 Source : Chef de service de développement Rural.

Principaux projets de développement financés par le Gouvernement
  1. PRISS : projet en cours de construction des bâtiments de cinq écoles.
  2. PRO-ROUTE : dont l’activité n’a pas encore commencé.

Ces principaux projets de développement dans le territoire de libenge travaillent sous financement du gouvernement de la République comme le PRISS qui construit les écoles au nombre de cinq selon le programme du gouvernement, signalons que parmi ces cinq écoles, deux seulement sont en cours de construction, une école est encours de construction dans le secteur centre du territoire et une autre dans le secteur sud du territoire. Et la pro-route est dans la construction des routes mais hélas qu’il y a un temps que les travaux ont été officiellement lancés mais aucun mètre de route n’est visible en asphalte, il n’y a pas de réalisation concrète. Signalons qu’au au début du deuxième trimestre 2017 un projet mixte PAM, FAO, CAID et le Ministère de l’agriculture est en cours pour évaluer l’impact de l’attaque des chinilles légionnaires sur la culture de mais et autres produits agricoles, ce projet cherchera les pistes et solutions pour mettre fin situation qui gangrène les cultures et qui cause l’insécurité alimentaire. 

Source : Chef de Bureau du territoire de LIBENGE.

Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement
  1. P.K HORSIA (Tchèques) : Financé par la banque Mondiale à hauteur de 17.000.000$ pour la construction de la route nationale n°23 ZONGO en passant par la RN6 LIBENGE jusqu’à MBARI, cette maison de construction Tchèques avait déjà reçu une somme de 3.500.000$ premier acompte pour le début des travaux dont le Gouverneur de l’ancienne province de l’Equateur avait officiellement lancé les travaux, hélas qu’aujourd’hui tous les Engins restent cantonnés à Zongo sans aucun début maintenant 4 ans.
  2. NUMBER ONE : Financé par la banque Mondiale pour la construction de la route Libenge Mbari.
  3. PME (partenariat Mondial pour l’éducation) : Construction des infrastructures de bases.

Disons aussi qu’il y a quelques projets de développement qui sont réalisés par le HCR et ses partenaires dans leur volet développement, nous pouvons citer : La construction de plusieurs maisons en semi-durable pour les vulnérables du territoire de Libenge dans son secteur centre et dans les périphéries du camp des réfugiés à Boyabo. Signalons aussi les constructions de plusieurs puits d’eaux aménagés, la réhabilitation du terrain de Basketball et la construction du bâtiment qui abrite le tribunal et parquet de Libenge. La construction de l’EP. Esengo financée par le PME est en cours de finissage. Le projet de la construction de la route Libenge-Mbari financé par la banque Mondiale et supposé être exécuté par l’entreprise NUMBER ONE reste hypothétique, seuls leurs engins restent visibles dans le territoire de Libenge.

 Source: AT adjoint en charge de développement et le Maire de la ville de Zongo.


Accessibilité et tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Oui
Voies aériennes Oui
Biefs navigables Oui
Train Non

Il existe un Aéroport dit international, la première piste aéroportuaire civile du temps Congo Belge, bientôt un centenaire. Elle était exploitée par la SABENA, elle est actuellement classée de statut d’Aérodrome à cause de certains critères de la classification par rapport à son infrastructure qui date de 1923. Le territoire de Libenge est relié aussi à la ville de Kinshasa capitale de la RDC par une navigation fluviale sur la rivière Ubangi via le fleuve Congo, le territoire est relié à la ville de Bangui par une navigation sur la rivière Ubangi. La fréquence mensuelle d’accostage des bateaux est de quatre fois par mois en raison d’un bateau par semaine, mais disons que le port de libenge est en mauvais état car il n’y a aucune visibilité d’un port, il faut une réhabilitation de ce port. Un port à eau profonde est construit à Batanga, à une dizaine de km de libenge, où sont érigés six entrepôts de 1000 m3 chacun. Les routes sont impraticables, la Route RN6 qui relie le territoire de Gemena et de Libenge et qui continue sur la RN23 à partir de Boyabo vers la ville de Zongo est en mauvais état, seuls les motos et vélos peuvent y circuler difficilement. Toutes les routes de dessertes agricoles sont en mauvais états.

 Etat Des ponts et coupures dans Le secteur centre du territoire de Libenge :

Trois Ponts sur les vingt et un ponts que compte le secteur centre sont en bon état(le pont Bogilima, Masekpe, Boma). Dix-huite Ponts sont en mauvaises états (le pont Ngosua, Pongo, Yabadza, Mongo, Kasulu, Walikongbo, Waya, Yabangu, Bombisua, Yangugbala, Gbatombe, Mbikpu, Yanganzo, Yamada, Lengo et Mene I e t II).

 Etat des ponts et coupures dans le secteur Nord de Libenge :

Deux ponts Seulement sont en moyen états sur les ponts que compte le secteur de Libenge Nord (le pont mole et le pont Kili-bembe ). Vingt et trois ponts sont en mauvais états dans le secteur nord du territoire( pont Molenge, Kutubongo, Buka I, Buka II, Gomase, Ngosua, Goya, Kobanga, Kpanga, Ngolio, Ngbangala, Nduzuma I, Nduzuma II, Ngoya, Basekena, Ngado, Liki, Tada, Songo, Bogbala, Kungu, Kembu I, Kembu II).

 Etat des ponts  dans le secteur sud du territoire:

Tous les vingt et deux Ponts que compte le secteur sont en mauvais états (Ponts Mawiya I et II, osekpea, monganza, pole, likpi, kponzenga, Simbili, Woga, Tondogba, Yonga, Kama, Lokonia, Zamba I, Zamba II, Kangatrekete, Pepe, Ibaza, Ibangi, Singi-datse, Bokanzi, Pongo et Mosokpoa).

 Source: AT adjoint en charge de développement.

Réseaux de communication
Africel Non
Airtel Oui
Orange Oui
Tigo Non
Vodacom Oui

Le réseau Airtel offre ses services juste au chef-lieu du territoire, disons au centre mais quand vous vous éloignez de cinq km, il n’y a plus la connexion ce que la couverture est de très mauvaise qualité suite à ses interruptions exagérées au cours de la journée, son signal est moyen pendant la journée comme le matin jusqu’au soir bien sûr il n’y a pas coupure suite à une panne ou manque de carburant dans la générateur et pendant la nuit ce signal est très faible et presque inexistant pendant la saison de plus et moyen pendant la saison sèche. Aucune disponibilité des produits Airtel (carte, sims blanches, transfert d’argent électronique n’existent pas dans le territoire de libenge), seul le flash de crédit se fait depuis Gemena après avoir être enregistré un jour avant. Il n’ ya pas de shop Airtel.

Pour le réseau Vodacom, il existe seulement dans le Centre du secteur Sud à Mawuya à une dizaine de km de Libenge et actuellement dans le camp des réfugiés de Boyabo où il y a un relais qui ne couvre que dans le camp mais très souvent les annexes de cette antenne tombent en panne. Cette maison de télécommunication n’offre pas les services de M-PESA car elle ne dispose pas de bureau de représentation, seules leurs antennes laissées aux mains des Security_Guards et la population qui s’en occupent de la gestion du groupe électrogène. Il ya pas de signal internet avec le réseau vodacom dans le territoire de Libenge.

C’est vers dernier trimestre de l’année 2016 que le réseau Orange a été implanté dans le territoire de Libenge. Actuellement il offre les services des voix, messageries et une faible connexion internet ne pouvant pas permettre le travail. seuls les flash restent une possibilité pour s’approvisionner en crédit unité. 

Source: Nos propres enquêtes sur le terrain.

Attraits touristiques
Parcs Non
Jardins botaniques Non
Jardin zoologiques Non
Chutes d’eaux Oui
Sites touristiques Oui
Sites sacrés Oui

Le cimetière des pionniers Belges dont la plupart sont des militaires datant de 1900 à 1941 et celui des passagers européens et africains victimes de crash d’un avion DC 4 de la SABENA se rendant en Belgique en 1948. Trois chutes dont : Mole avec 5 Escaliers. Kutubongo avec 3 Escaliers. Gbasonga dite Bavula. Ces trois chutes demeurent des virtuels barrages hydroélectriques importants. on trouve aussi un rapide appelé Trao se situe sur la rivière Ubangi. Pour les sites sacrés nous avons : La grotte de Ngbambili/Mandongo. La grotte de Mosue. Fauteuil naturel de Mali (Molenge). Mortier et Pilon naturels de Bogilima (ruisseau Gongea). Paysage Aéré de Kala. Les informations dans le territoire ne signalent aucune présence du jardin zoologique, botanique ni d’un parc. Tous ces sites et attraits ne sont pas visités et n’ont aucun impact sur la situation économique ni de l’état que de la population étant donné que l’accessibilité est difficile.

 

 

Espèces phares de la faune
  • Les singes majustrats.
  • Les tortues.
  • Les chimpanzés.
  • Les buffles.
  • Les éléphants (en voie de disparition).
  • Les aigles.
  • Les pintades.
Espèces phares de la flore
  • Ebène Noir.
  • Les Cramoisies.
  • Wenge.
  • Anegre.

Source: Chef de service de l’environnement.

 


Situation sécuritaire

Le territoire de Libenge est relativement calme, sauf la situation des Réfugiés qui menace la sous alimentation. La sècheresse et le feu fréquent de la brousse qui ravage les champs sont aussi à la base de la sous alimentation.


Opportunités de développement

Le territoire de Libenge possède d’énormes potentialités pour faire booster son développement, à partir de son sol et sous-sol, jadis non exploités qui regorgent des richesses minières et agricole sans compter toutes les opportunités que présente ce territoire, de grands projets et initiatives qui demandent la relance, citons :

  1. Le finissage et la mise en œuvre de l’infrastructure de l’ISP qui peut abriter une grande université où l’on trouverait une faculté de l’écologie et qui attirerait des chercheurs et des étudiants départ l’Afrique et le Monde entier.
  2. La Réhabilitation de l’Aéroport dit international de Libenge pour une aviation civile et commerciale.
  3. L’Exploitation Industrielle et semi-industrielle des minerais qui se trouve au nord de Libenge où se pratique l’exploitation artisanale.
  4. Avec l’ouverture de ce territoire de Libenge à deux pays limitrophes et la grande ville de Kinshasa, l’évacuation pose problème, si jamais il y aurait de bons bateaux et de bonnes baleinières pour les marchandises, le développement serait boosté.
  5. Le territoire de Libenge est surpeuplé des manguiers qui continuent à produire des fruits mais dont les arbres sont très vieux, le rajeunissement de ces arbres peut servir à la carbonisation qui récolterait beaucoup d’argent pour d’autres projets de développement dans le territoire avec la vente des braises.
  6. Le territoire de Libenge est relié à d’autres territoires très productifs par la voie routière, la réhabilitation de toutes les routes nationales, provinciales et de dessertes agricoles permettraient le développement dans le territoire.
  7. Parce que le territoire de Libenge est baigné par des lacs, rivières, ruisseaux très poissonneux, l’apprentissage de nouvelles techniques de pêche peuvent activer le développement.
  8. Avec la présence actuellement de plusieurs commerçants, ONGs, Activités, l’argent circule mais le moyen de conservation reste un cauchemar sinon l’implantation de quelques banques nationales, internationales et coopératives de crédits dans le territoire aiderait à booster le développement.
  9. L’implantation de la SNEL dans le territoire et la distribution de ses services aideraient le territoire à booster dans le développement (boites de nuits, cyber café, éclairage public, chambre froide, vente des appareils électroménagers, usine de purification d’eau, conservation de certains médicaments).
  10. L’implantation effective des maisons de télécommunication et la mis en place de leurs services (transfert d’argent, cartes sims, cartes blanches…) faciliterait des opérations qui sont liées au développement.

  Source: F.E.C, Conseil Territorial.

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique