Territoire de Kibombo

Fiche du territoire

Mise à jour le 31 mars 2017

Province Maniema
Superficie 24 953 km²
Taille estimée de la population 197 781 hab.

(source: Rapport annuel 2016 de l’Administration du territoire)


Carte administrative


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

Le territoire de Kibombo fut créé par l’Ordonnance n°42/AIMO/33 du 25 mars 1933 de son excellence Monsieur le Gouverneur Général du Congo Belge, fixant le chef-lieu à Umbwe, village situé dans le groupement Ngombe, chefferie Aluba. Deux ans plus tard, intervenait une autre ordonnance n°45/AIMO/35 du 25 mars 1935 du même Gouverneur General transférant le chef-lieu à la cité Kibombo, lieu qui devient siège définitif de la grande juridiction.

Kibombo est subdivisé en 5 chefferies (Matapa, Aluba, Ankutshu, Bakongola et Bahina) plus la cité de Kibombo.

Le territoire de Kibombo est une entité déconcentrée de la province de Maniema. Il est localisé presqu’au centre de la R.D. Congo.

Coordonnées géographiques

Il est situé à 3° 54′ de latitude Sud et à 25° 55′ de longitude Est. Presque tout le territoire de Kibombo est à 544m de la latitude.

Hydrographie

Les principaux cours d’eaux : A l’Est, il est longé par le fleuve Congo, au Sud par la rivière Lomami et d’autres grandes rivières qui baignent ce territoire, notamment Lweki, Lufubu, Kasuku, Nganze, Loponde et Lowe. Ces différentes rivières ont fait que le territoire de Kibombo soit enclavé. Le territoire de Kibombo a aussi un lac, qu’on appelle lac « Ndjale »

Végétation

La savane herbeuse, séparée par des galeries forestières danses est la végétation de ce territoire.

Climat

Ce territoire a un climat tropical humide, caractérisé par 2 saisons : sèche et pluvieuse. La saison sèche commence au mois de mai et prend fin en mis septembre de la même année. La saison pluvieuse commence en Septembre pour prendre fin souvent en Avril de l’année qui suit et la température varie entre 23° et 30°c.

Type de sol

La nature du sol n’est pas la même partout dans le territoire ; mais celle qui domine, est l’argilo-sablonneuse favorable à plusieurs cultures.

Le niveau du sol du territoire de Kibombo n’est pas de même altitude partout. Le dénivellement favorisé par des montées, collines, montagnes, vallées en est la cause. Il n’a pas des montagnes impressionnantes, à l’exception du mont Ngonge, situé dans la région dénommée Banda, Groupement Mbuu, chefferie des Bahina, dont le sommet peut être estimé à plus de 600 m d’altitude.

Particularités et richesses du territoire
  • Le territoire de Kibombo est un territoire à vocation agricole. D’où l’Agriculture est la principale activité et source de l’économique du Territoire. Les cultures pratiquées sont vivrières et pérennes (palmier à huile), et c’est cette deuxième qui est plus bénéfique à ce territoire.
  • Le territoire de Kibombo est le premier producteur d’huile de palme au Maniema malgré que cette exploitation se fasse artisanalement
Données culturelles
  • Le territoire de Kibombo est un territoire des Kusu qui sont les autochtones et occupent les 5 chefferies qui le composent. Suite à son hospitalité, sont venues s’installer d’autres tribus des territoires voisins. Malgré l’arrivée de ces tribus, la tribu Kusu reste majoritaire à 80% de la population totale.
  • La femme chez les Kusu est prise en héritage par son beau-frère sur décision prise par sa belle-famille réunie en congrès. C’est-à-dire après la mort du mari la femme appartient à sa belle-famille, qui décide de son sort. Ce nouveau mariage reçoit la bénédiction de toutes les 2 familles. Le nouveau couple doit continuer à mettre au monde, donc à partager une vie conjugale. Il est bon de signaler que cela n’est pas un fait que certains disent « les Kusu considèrent la femme comme une chose » mais c’est pour la protection et la promotion des enfants laissés par le défunt.
  • Les kusu aiment manger le riz au sombé arrosé d’huile de palme.
Langues parlées dans ce territoire
  • Swahili 95%,
  • Kikusu 80%,
  • Kisonge 10%,
  • Kikwange 5%,
  • Kigeyna 5%.

Le Swahili est la langue parlée à 95%. Il est suivi de Kikusu une langue parlée à 80% par les Kusu dans les 5 chefferies et Kisonge est parlée à 10% par les songe dans 2 groupements Makunda(Aluba) et Bambu(Bahina), Kikwange est parlée à 5% par les Kwange dans 3 villages de la chefferie Aluba (mimbi, kasembe et nganza) et Kigenya est aussi parlée à 5% dans 3 villages de la chefferie Aluba (munfukwa, ngongo tete et kibombo rive).

Principales activités
  • Agriculture,
  • Pêche,
  • Petit élevage,
  • Chasse,
  • Petit commerce.

L’agriculture est la principale activité pratiquée dans le territoire de kibombo qui est associée soit à la pèche, soit au petit élevage, soit à la chasse et soit au petit commerce. Cela veut dire qu’il est rare de trouver une famille qui pratique la pèche ou autre activité sans faire l’agriculture.

 


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au 31 mars 2017
Vendeur : 1$ = 1 350 FC Acheteur : 1$ = 1 300 FC
Nombre d’opérateurs économiques 36

Principaux opérateurs économiques
  1. Etablissement Kibonge Biladi (vente des divers)
  2. Etablissement Tomay Fils (vente des divers)
  3. Etablissement Dina (vente des divers)
  4. Etablissement la Grâce (vente des divers)
  5. Etablissement Etsha-mobekake (vente des divers)

Parmi les 36 opérateurs économiques identifiés par l’inspection territoriale de l’économie: 11 opérateurs ont des numéros de registre de commerce et 25 opérateurs ont des patentes. Le territoire enregistre maintenant un comité FEC à Kibombo.

 

Principales activités des opérateurs économiques
  1. Commerce des produits manufacturés
  2. Commerce des produits pétroliers
  3. Vente des pièces de rechange motos et vélos
  4. Vente des produits pharmaceutique

En général, tous ces opérateurs économiques du territoire œuvrent dans le commerce général et tous sont des détaillants.

Principales activités des PME/PMI

Commerce général (vente en détail des produits divers).

Grandes entreprises locales
  • Aucune grande entreprise locale
  • Aucune banque
  • Aucune coopérative d’épargne et de crédit

Le territoire de Kibombo n’a jamais enregistré la présence d’une banque depuis sa création. Les agences de transfert d’argent qui s’installent, ne terminent pas une année d’exercice. A ce jour, « MPASU MUTOMBO » est la seule agence de transfert d’argent dans le territoire. On peut dire que la pauvreté de la population est à la base de cette situation, car tout operateur économique cherche à réaliser un bénéfice.

Principaux produits agricoles
  1. Huile de palme
  2. Manioc
  3. Riz
  4. Mais
  5. Banane plantain

Le territoire de Kibombo occupe la 1ère place au Maniema par sa production d’huile de palme en quantité et en qualité, malgré que cela se fasse artisanalement. La chefferie Aluba est en tête de cette production suivie de la chefferie Matapa. Il alimente la ville de Kindu et les villes du Katanga démembré.

Le manioc, le riz, le maïs et la banane plantain sont produits dans tout le territoire. Une partie de ces productions est consommée localement sous diverses formes et l’autre partie est destinée au marché. Les produits agricoles se vendent moins cher à Kibombo, car l’offre est supérieure à la demande (moins d’acheteurs que des vendeurs).

 

Principaux produits non agricoles
  1. Poissons 50%,
  2. Viandes de brousse 44%,
  3. Termites 5%,
  4. Champignons 1%.

Les poissons cités ci-haut sont essentiellement le produit de la pêche artisanale, non pas de la pisciculture. Ce territoire est très riche en cours d’eau et ces eaux regorgent une quantité importante des poissons et surtout le lac NDJALE réputé plus poissonneux de la province que l’Administrateur du Territoire souhaiterait qu’il y’ait une pêcherie industrielle et un lieu touristique.

La viande de brousse, les chefferies Bakongola, Bahina et Ankutshu sont celles qui en produisent beaucoup ce dernier temps. Mais, les chefferies Aluba et Matapa ont subi une baisse considérable de la production de viande de brousse, suite à une chasse non règlementée à fusil calibre douze.

Le termite est un produit apprécié et consommé par tous les habitants du territoire. Il est ramassé aux mois d’octobre,  de novembre et de décembre et surtout pendant la dernière lune. 

Les champignons sont aussi saisonniers. On les ramasse au début de la saison de pluie dans la savane.

Tous ces produits sont commercialisés à part les champignons.

Principales sources d’énergie
  • Bois de chauffage 96.4%
  • Solaire 3.2%
  • Electricité à partir des groupes électrogènes 0.4%

Le bois de chauffage est une source d’énergie utilisée pour la cuisson des aliments, séchage des produits agricoles et non agricoles, fabrication de savon et autres.

La pile hydrogène a remplacé le pétrole suite à ses avantages socio-economiques (moins des risques d’incendie, durable). Elle est utilisée dans des torches et dans une installation simple pour produire de l’éclairage, qu’on a baptisée Rutshurukuru le nom de la centrale hydroélectrique de Kalima. Elle vient après le bois de chauffage.

Le solaire est utilisé pour faire fonctionner les matériels informatiques, les appareils électroménagers et pour l’éclairage

Il n’y a pas la SNEL à Kibombo, ni un réseau électrique communautaire. Mais l’électricité dont on parle ici est produite par des groupes électrogènes individuels.


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 2
Nombre de centre de santé 23

Le territoire de Kibombo possède deux zones de santé: la ZS Kibombo et la ZS Tunda.

La ZS Kibombo couvre la cité de Kibombo, la chefferie Aluba et la chefferie Matapa. Elle dispose d’un HGR construit en 1957 dans la cité de Kibombo qui a une capacité d’accueil de 150 lits mais, 60 lits seulement sont installés suite à son état de délabrement. Cette ZS compte 12 centres de santé dont 7 construits dans les normes sanitaires (CS Bilundu, Difuma II, Lweki, méthodiste Kibombo, Kasuku et Likeri) et 5 restent à construire (Nganze, méthodiste Likeri, Lokenye, Kaswa et Lowe). Elle compte aussi 17 médecins généralistes, 117 infirmiers et 6 sages-femmes.

Quant à la ZS Tunda, elle couvre 3 chefferies (Bahina, Bakongola et Ankutshu) et 2 groupements (Difuma 1 chefferie Matapa et Ngombe chefferie Aluba). Elle dispose d’un HGR construit en 1922 dans la chefferie Ankutshu à la mission Tunda, qui a une capacité d’accueil de 100 lits, mais 32 lits sont installés. Cet HGR est en cours de réhabilitation. Cette ZS compte 11 centres de santé opérationnels mais, il est prévu 16 centres de santé selon la planification, donc 5 restent à opérationnaliser (Difuma 1, Ngombe, Alambo, Banda et Kange). Parmi les CS opérationnels: 4 sont construits en dur et sont en bon état (CS Kembe-yole, CS Dembo construits, CS Ongeri et CS Dikululu), 2 CS construits en semi durable (CS Wenga, CS Loso-olamba), et les 5 autres (CS Ndeo manono, CS Lusamba, CS Utshu (en dobe), CS Weta et CS Otanga) sont installés dans des maisons d’habitation laissées par les colonisateurs, qui sont dans un état de délabrement avancé. Elle compte aussi 10 médecins généralistes, 127 infirmiers et 16 sages-femmes.

En général, le territoire de Kibombo compte: 2 HGR, un en réhabilitation et un autre en état de délabrement ; 23 centres de santé (11 C.S sont en bon état, 7 C.S sont en état assez bon  et les 5 C.S autres sont en très mauvais état) ; 27 médecins généralistes ; 244 infirmiers toutes catégories confondues et 22 sages-femmes. Ces derniers sont disponibles dans les structures de santé, malgré que plus de 3/4 de ce personnel ne sont pas payés.

La majorité de cette population n’a pas accès aux soins de santé suite à la pauvreté.

Maladies les plus récurrentes
  • Paludisme,
  • Infections respiratoires aigües,
  • Diarrhée simple,
  • Fièvre typhoïde.


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 145
Ecoles secondaires 86

Le territoire de Kibombo a une seule sous division qui compte à son sein 231 écoles dont 145 écoles primaires et 86 écoles secondaires. La moyenne d’élèves est de 239 élèves par école primaire et 151 élèves par école secondaire.

 

La qualité d’enseignement dispensé est bonne selon la sous division.

Enseignement supérieur et universitaire
Universités 0
Instituts supérieurs 3

Kibombo ne dispose que des établissements d’enseignement supérieur public : l’institut supérieur des techniques médicales, l’institut supérieur de développement rural ainsi que l’institut supérieur pédagogique. Ces 3 établissements d’enseignement supérieur se trouvent dans la cité de Kibombo et sont tous propriétaires des bâtiments qui les abritent.

Pour l’année académique 2014-2015 l’ISTM a inscrit 102 étudiants dont 28 étudiantes, l’ISDR a inscrit 105 étudiants dont 22 étudiantes et l’ISP a inscrit 167 étudiants dont 23 étudiantes.

ISTM Kibombo compte 5 professeurs visiteurs, 6 chefs des travaux et 20 assistants. Option organisées: Sciences infirmières: Hospitalière et Accoucheuse, Pédiatrie, Gestion des institutions de santé et Laboratoire pour le graduat. Administration, Santé communautaire, Pédiatrie, Obstétrique, Gestion des institutions de santé, Chirurgie et Laboratoire pour la licence.

ISDR Kibombo compte 3 professeurs visiteurs, 3 chefs des travaux et 24 assistants. Options organisées: Administration rurale, Planification régionale et nationale, Organisation sociale et Environnement et développement durable.

ISP Kibombo compte 6 Professeurs visiteurs, 14 Chefs des travaux et 30 Assistants. Options organisées: Gestion et administration des institutions scolaires et de formation, Français et langues Africaines, Histoire et sciences sociales, Géographie et gestion de l’environnement, Informatique et gestion des entreprises, Anglais et culture Africaine, Mathématique et Physique, Phytotechnie et Défense des cultures, Biochimie, Sciences commerciales et administratives. 


ONG et projets

Nombre d’ONG 12
Principales activités
  1. Santé
  2. Infrastructure
  3. Agriculture et élevage
  4. Droits humains

UNICEF, OMS, CARITAS/ CORDAID, SANRU/APEC, MSF Holland et Belgique interviennent dans le secteur de la santé. Fondation Tunda dans la construction, agriculture et droit humain. AHUPADE et MALI interviennent dans les droits humains. GRAPPI, VDA, CORDIMA dans l’agriculture et l’élevage.

Principaux projets de développement financés par le Gouvernement
  1. Construction et équipement du centre de santé Bilundu par BCeCo/PESS
  2. Construction du centre de santé de référence de Likeri par BCeCo/PESS
  3. Dotation des matériels et équipements à l’HGR Kibombo par BCeCo/PESS
  4. Ferme agropastorale d’Ukuna (les installations de cette ferme restent inachevées)
Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement
  • Approvisionnement en vaccins et intrants pour la vaccination des enfants par OMS
  • Projet de réhabilitation partielle de l’HGR Tunda. Financé par Global Healt Unit/GBGM/USA et exécuté par Stars Construction (les travaux sont en arrêt depuis novembre 2015).


Accessibilité et tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Oui
Voies aériennes Oui
Biefs navigables Oui
Train Oui

L’accès au territoire de Kibombo se fait soit par routes, soit par les biefs navigables, soit par la voie aérienne et soit par train (chemin de fer). 

Les routes permettant d’entrée et de sortie du territoire sont des routes d’intérêt provincial (R510 et R512 selon l’Office des routes). La route qui part de Kindu en passant par Kaîlo-kibombo-Kasongo est en moyen état. Mais le transport sur cette route reste encore cher par ce que les véhicules de transport des marchandises et des personnes sont à compter au bout des doigts. On déplore aussi la multiplicité des barrières sur la route qui fait hausser le prix de transport des personnes sur les motos, qui est un seul moyen pour atteindre Kindu en 4 heures de route.

Par la voie aérienne le territoire dispose de 2 aérodromes, l’un est dans la cité de Kibombo  et n’est plus opérationnel, faute d’entretien et l’autre est à 120 Km de la cité de Kibombo précisément à la mission Tunda qui est opérationnel et utilisé par les méthodistes.

Par voie navigables, le territoire a 2 biefs navigables. L’un sur le fleuve Congo et l’autre sur la rivière Lomami. Le plus important est celui du fleuve et est navigable que par pirogues motorisées ou à pagaies suite aux chutes. Cette partie relie Kindu, Kaïlo, Kibombo et Kasongo. C’est la voie qui coûte un peu moins chère mais avec beaucoup des risques de noyade. La fréquence de trafic s’élève à plus moins 80 pirogues par mois.

Le chemin de fer qui part de Kindu à Lubumbashi passe par Kibombo. Le territoire de Kibombo dispose d’une gare à la cité de Kibombo et de plusieurs garages: Bilundu, Lweki, Lumboyo, Lowe, Lokenye, Kiyungi, Nganze et Likeri. La population de Kibombo fustige la décision de la SNCC sur le prix du billet de voyage Kibombo-Kindu ou Kindu-Kibombo, une distance de 117 km,  qui revient au même prix du billet de voyage Kindu-Samba ou Samba-Kindu une distance de 228 km.

Réseaux de communication
Africel Non
Airtel Oui
Orange Non
Tigo Non
Vodacom Oui

Vodacom et Airtel sont les 2 réseaux de télécommunication qui permettent à la population Kibombolaise de communiquer. Vodacom couvre la cité de Kibombo, la chefferie Aluba et une partie de la chefferie Ankutshu. Vodacom présente de plus en plus des problèmes de communication. Airtel couvre la cité de Kibombo et la chefferie Matapa.

Il est aussi important de signaler que ni Vodacom, ni Airtel ne possède une représentation dans ce territoire pour assister la population aux différents problèmes techniques et ou offrir le service M-Pesa ou M-Falanga. Seules les unités en flash sont disponibles.

La RTC117 est l’unique radio qui permet à la population de Kibombo d’être informée de la situation de la RD. Congo et du monde. Cette radio est une œuvre de la fondation Tunda.

Attraits touristiques
Parcs Non
Jardins botaniques Non
Jardin zoologiques Non
Chutes d’eaux Oui
Sites touristiques Non
Sites sacrés Non

Il existe 3 chutes: 1 chute sur le fleuves Congo (Kiyeye), 1 chute sur la rivière Shole-ekolo  et 1 chute sur la rivière Lowe.

Le lac Ndjale, situé dans le groupement Yenge, chefferie de Matapa est le seul lac au Maniema et il est réputé très poissonneux. Son panorama pittoresque le fait considérer comme site touristique.

Espèces phares de la faune
  • Léopard
  • Eléphant
  • Hippopotame
  • Crocodile
  • Singe

Avant les différentes rébellions (AFDL, RCD et Maï Maï), le territoire de Kibombo était considéré comme un foyer des lions, mais après ces guerres, les lions ont disparus.  

Espèces phares de la flore
  • Iroko (mufula)
  • Scoipo (libuyu)
  • Mukulungu (kabulungu)
  • Emien (mutondo)
  • Acajou d’afrique (pelele)


Situation sécuritaire

Le territoire de Kibombo est calme sur le plan sécuritaire.


Opportunités de développement

Le territoire de Kibombo possède plusieurs opportunités pouvant permettre son décollage :

  • Le chemin de fer et le train : si la ligne ferroviaire est réhabilitée et que la fréquence de trafic de trains augmente de 4 à 8 fois par mois et de manière régulière, cela favoriserait l’évacuation des produits agricoles vers les centres de consommation et cela aurait un impact positif sur la vie socio-économique de la population de Kibombo.
  • Les routes d’entrée et de sortie et celles de dessertes agricoles: si elles sont bien entretenues et que les cultivateurs et les commerçants l’évacuent sans difficulté les produits agricoles vers Kindu et que l’importation des produits manufacturés se fasse aussi sans difficulté, ces derniers verront leurs conditions de vie s’améliorer.
  • Les palmerais qui occupent une superficie de plus de 700 ha: si on implante des usines de production et de raffinage d’huile de palme, le taux de chômage serait réduit et les revenus des ménages vont s’accroître.
  • Les savanes de la chefferie Aluba et celle de la chefferie Matapa: qui donnent des bons rendements pour les cultures de manioc, maïs, arachide et niébé, qui sont favorables à la culture mécanisée ; une politique qui traine faute des tractoristes. Si on forme des tractoristes et ces derniers font travailler les tracteurs agricoles qui sont déjà disponibles dans le territoire, la production agricole va augmenter. Et cela  aura comme conséquence: l’installation des industries de transformation des produits agricoles dans le territoire, la réduction de taux de chômage, l’accroissement de revenu par ménage agricole et le train ne manquera pas des marchandises à transporter.
  • Le lac Ndjale qui est très poissonneux : si la pèche est bien organisée (les poisons bien séchés, bien conservés) et la route bien aménagée pour faciliter l’évacuation des poissons vers Kindu et autres territoire, cela influencerait suffisamment l’économie de la population de Kibombo pourquoi pas améliorer son social.
  • La chute d’eau de la rivière Shole-ekolo est une opportunité énergétique de ce territoire pour la construction d’un mini barrage hydroélectrique pouvant desservir la cité de Kibombo en courant électrique et cela favoriserait même l’implantation des unités de transformation au chef-lieu de cette entité.

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique