Territoire de Basankusu

Fiche du territoire

Mise à jour le 31 mars 2017

Province Equateur
Superficie 21 239 km²
Taille estimée de la population 664 416 hab.

(source: Rapport annuel 2016 de l’Administration du territoire)


Carte administrative


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

Le territoire de Basankusu est créé par ordonnance AIMO n° 194 du 23 Octobre 1937. Il s’étend sur 1°14′ 20″de latitude Nord et 19°47’10 » de longitude Est. Situé au Nord de la province de l’Equateur, le territoire de Basankusu est entièrement inclu dans la cuvette centrale, dont l’altitude ne dépasse pas 350 m par rapport au niveau de la mer.

Climat
Le thermomètre y varie entre 25 et 33°C. La pluviométrie moyenne annuelle se situe entre 1800 et 2000mm. Avec son type de sol argileux-sablonneux, il jouit d’un climat équatorial influencé par l’alternance de deux saisons: saison pluvieuse (d’avril à décembre) et saison sèche (de janvier à mars).

Hydrographie

Les rivières Maringa, Lopori et Lulonga constituent l’essentiel du bassin hydrographique du territoire.

Délimitation
Il est limité au Nord par le territoire de Bongandanga, au sud-ouest par le territoire de Bolomba, à l’Est par le territoire de Befale et au nord-ouest par le territoire de Makanza.

En tant qu’entité territoriale décentralisée, le territoire de Basankusu compte 3 secteurs : les secteurs de Basankusu, de Waka-bokeka et de Gombalo, avec 39 Groupements, comptant au total 207 villages. A ceux-ci s’ajoute la cité de Basankusu comme Chef-lieu du territoire.

Particularités et richesses du territoire

Historiquement, selon les annales de l’histoire de la RDC (Congo Belge à l’époque), le territoire de Basankusu fut le Centre international d’exploitation du caoutchouc naturel. Qui plus est, à ce jour il abrite pour l’ensemble du pays la plus grande Colonie de Bonobos en captivité.

Données culturelles

Basankusu compte trois grandes tribus :

  1. les Mongos (70%),
  2. les Ngombes (25%)
  3. les Ngandos (5%).

Bien que les Mongos soient majoritaires, les Ngombes sont le pilier de l’économie du territoire ; ce sont des agriculteurs aguerris, et pêcheurs qualifiés. Les Ngandos, tribu non originaire, sont plus utilisés dans le domaine de travail par la Société de Commerce et de Plantations.

Langues parlées dans ce territoire
  1. Lingala (95%)
  2. Kimongo (75%)
  3. Kingombe (30%)
  4. Kingando (10%)

Le lingala est parlé sur toute l’étendue du territoire de Basankusu, le Kimongo seulement par la tribu majoritaire du territoire, à  savoir la tribu Mongo (secteur de Basankusu et celui de Waka). 

Le Kingombe est parlé dans le seul secteur de Gombalo par les Ngombes.

Le Kingando est rarement parlé par  les quelques  Ngandos éparpillés ça et là sur l’étendue du territoire.

Principales activités
  1. Agriculture (60%)
  2. Pêche artisanale (15%)
  3. Petits commerces de produits manufacturiers (10%)
  4. Elevage de petit bétail (3%)
  5. Chasse et cueillette (2%)

L’agriculture vivrière comme principale activité du territoire est axée essentiellement sur la culture du manioc. La pêche, deuxième activité, a plutôt vocation économique, surtout durant la saison sèche.

Le commerce des produits pharmaceutiques est plus développé. L’élevage de petit bétail le plus couramment pratiqué est celui de poulets et de porcs, rarement de chèvres et de moutons.

La cueillette est périodique et concerne principalement les chenilles  dont l’abondance s’observe vers les mois de juin et de juillet.


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au 31 mars 2017
Vendeur : 1$ = 1 300 FC Acheteur : 1$ = 1 280 FC
Nombre d’opérateurs économiques 28

Principaux opérateurs économiques
  1. Entreprise IFODJI opérant dans la vente en gros et détail de divers produits manufacturiers, employant 69 travailleurs ;
  2. Maison BOKWAPHAR opérant dans la vente des produits pharmaceutiques, de boissons et dans l’hôtellerie, employant 12 travailleurs ;
  3. Etablissement LOPAMBA spécialisé dans la vente de produits manufacturiers, employant 8 travailleurs ;
  4. Entreprise BWANZA opérant dans la vente des produits pharmaceutiques, employant 6 travailleurs ;
  5. Entreprise DJASI opérant dans la vente des produits manufacturiers, employant 5 travailleurs.

La quasi-totalité de ces opérateurs économiques nous les trouvons dans la cité de Basankusu. Certains d’entre eux opèrent depuis 1995.

Principales activités des opérateurs économiques
  1. Commerce des produits manufacturiers
  2. Vente de produits pharmaceutiques
  3. Transport des personnes et de leurs biens
Principales activités des PME/PMI
  1. Scierie et exploitation des produits forestiers (60%)
  2. Transport de personnes et leurs biens (30%)
  3. Production et vente d’huile de palme (10%)

A part l’entreprise IFODJI opérant en tant que PME dans la scierie et exploitation des produits forestiers, il y a une dizaine de scieries et menuiseries locales, dont la plus grande est la scierie « MPOMA » de  l’église catholique. Pour ce qui est de transport, il y a environ 5 opérateurs locaux en baleinières et plus d’une trentaine de pirogues motorisées.

Les plantations de palmiers à  huile abandonnées par la Compagnie du Kasaï et de l’Equateur(CKE), sont exploitées par un groupe des anciens travailleurs en vue de la production des huiles de palme dans le secteur de Gombalo. Une autre PMI à signaler dans ce secteur est le PRODAPA qui a disparu depuis 2001 sous le vent de la rébellion.

Grandes entreprises locales
  1. Compagnie de Commerce et de Plantations

La Compagnie de Commerce et de Plantations, la plus grande société locale, appartient au Groupe Blattner DRC. Elle dispose localement de deux grands sites d’exploitation d’huile de palme, à Lisala et à Ndeke. Avec 3392 hectares de palmeraies, il est possible chaque année à cette société de réaliser la moitié de la production des huiles de palme de l’ensemble du territoire.

Principaux produits agricoles
  1. Le manioc avec 947 563T/an soit (80%)
  2. Le mais avec 74 312T/an soit (10%)
  3. L’huile de palme avec 9 383T/an soit (5%)
  4. Les bananes plantains avec 5018T/an soit (3%)
  5. Autres (2%)

Le manioc est le principal produit agricole du territoire avec une production annuelle de 947 563T seulement 173 760 T sont destinées au marché. En vue de sa consommation, le manioc est souvent transformé en Chikwangue.

Quant au mais, la situation est relativement différente en ce sens que la grande partie de la production n’est pas destinée à l’autoconsommation  mais plutôt au marché et à  la fabrication de la boisson locale appelée « Aguene ».

A part la production agroindustrielle d’Huile de palme par la CCP, la production de ménages est destinée principalement à l’autoconsommation et le reste au marché et à la fabrication d’un savon local appelé « Bolabola ».

Principaux produits non agricoles
  1. Les Chenilles (50%)
  2. Le beya (30%)
  3. Les Champignons (10%)
  4. Le Fumbwa (3%)
  5. Le Mapambu (2%)

En dehors de Chenilles et de Fumbwa dont la grande partie est destinée à  la vente vers le reste du pays et l’autre à  la consommation locale, les 4 derniers produits non agricoles sont essentiellement utilisés dans l’alimentation locale. La disponibilité de ces produits est périodique. Cas de Chenilles dont l’abondance s’observe surtout vers les mois de juin et de juillet.

Principales sources d’énergie
  1. Le bois (95%)
  2. L’huile de palme (75%)
  3. Les torches à piles (23%)
  4. Le Charbon de bois (5%)

Le bois et l’huile de palme constituent les deux principales sources d’énergie du territoire de Basankusu. Le premier est utilisé pour la cuisson des aliments. Tandis que l’huile de palme est utilisée comme source de lumière nocturne dans un vase traditionnel appelée « Ipela ».

Bien que l’énergie solaire soit en pleine expansion compte tenu du niveau élevé de températures atteignant parfois 35°C surtout pendant la saison sèche, le nombre de personnes utilisant cette source d’énergie est encore à compter du doigt.

Les torches chinoises ont réduit l’utilisation du pétrole au sein des ménages, alors que l’électricité se raréfie, suite à l’état d’inactivité totale de la SNEL Basankusu depuis 2011. Les responsables de cette institution se plaignent de n’être pas ravitaillés en carburant pour l’opérationnalité de son groupe électrogène de 220 KVA datant de 1968.


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 2
Nombre de centre de santé 41

Le territoire de Basankusu compte 5 Hôpitaux, dont 2 Hôpitaux Généraux de référence et 3 hôpitaux privés appartenant respectivement à la Compagnie de Commerce et de Plantations et à l’église Catholique. A ces hôpitaux s’ajoutent 41 Centres de santé comptant dans l’ensemble 13 Médecins, 263 Infirmiers répartis dans 2 zones de santé: la zone de santé de Basankusu et celle de Djombo. Excepté les deux HGRs qui sont en matériaux durables et en bon état, le reste de structures sanitaires sont, quasiment partout, vétustes. Quelques médicaments traceurs y sont disponibles grace à l’appui de Sanru pour ce qui est de paquet paludisme.

Maladies les plus récurrentes
  1. Le paludisme (70%)
  2. Les infections respiratoires aiguês (20%)
  3. La diarrhée simple (5%)
  4. L’anémie (3%)

Le paludisme constitue un réel sujet d’inquiétude pour la santé publique de toutes les couches sociales du territoire. Chaque mois  une moyenne de 1748 cas sont enregistrés dans les deux zones de santé du territoire. En même temps, il est la principale maladie causale de la mort. Les responsables de structures sanitaires se disent être appuyés tant soit peu par la SANRU pour ce qui est d’approvisionnement en produits paquet paludisme.


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 264
Ecoles secondaires 132

Le territoire de Basankusu compte au moins en moyenne une école primaire pour 2 villages, et une école secondaire pour 3 villages. Avec une moyenne d’au moins 8 Enseignants tous qualifiés pour chaque école primaire du village, nous pouvons affirmer que la qualité de l’enseignement primaire est bonne par rapport à celle d’enseignement secondaire dont une frange du corps enseignant n’est pas qualifiée.

Enseignement supérieur et universitaire
Universités 0
Instituts supérieurs 1

L’Institut supérieur industriel de bois est  la seule institution supérieure du territoire. Il organise deux filières: les Sciences infirmières et la Gestion Hospitalière, et compte 1 Professeur visiteur venant de l’Université de Mbandaka, 22 Assistants.

Depuis sa création en 1993 et sa réouverture en 2004, l’Intitut Supérieur d’Industrie de Bois n’a jamais réussi à  organiser la filière « Industrie bois» pour laquelle il a été créé. Jusqu’à nos jours les dotations adéquates (programme national, matériels didactiques, personnel académique et scientifique, etc.) se font encore attendre du Gouvernement central.


ONG et projets

Nombre d’ONG 31
Principales activités
  1. Protection de la biodiversité (25%)
  2. Lutte contre le changement climatique (20%)
  3. Protection du Genre et artisanat (15%)
  4. Vulgarisation des pratiques culturales (10%)
  5. Appui au système d’information et de communication communautaire (5%)

En ce qui concerne la protection de la biodiversité (faune et flore) nous avons : l’AWF et l’ONG/Amis de Bonobos du Congo.

Dans le domaine de lutte contre le changement climatique, citons NOREF (Noyau de Restauration des Forêts).

Pour ce qui est de la protection du genre et artisanat, c’est la fondation MENEL qui s’affaire à  la mise en place de centres d’apprentissage pour l’autonomisation de la femme et d’autres groupes vulnérables.

Pour ce qui est de la vulgarisation de techniques culturales, citons la Caritas/développement.

Enfin, c’est la fondation Bokolombe pour le développement de Basankusu, qui appui les communautés locales en système d’information et de communication par radiophonie.

Principaux projets de développement financés par le Gouvernement
  1. Fonds social
  2. PRISS
  3. PARSS

Grâce au fonds social 3 écoles ont été construites dans la sous division de Basankusu 1.

PRISS a, quant à  lui, réhabilité 2 écoles et construit 2 autres dans la sous division de Basankusu 2.

Enfin PARSS a constitué pour les deux zones de santé du territoire une importante source d’approvisionnement en produits pharmaceutiques.

Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement
  1. Projet de développement du secteur de la santé, PDSS en sigle
  2. Programme « villages assainis » et « ÃƒÂ©coles assainies »

Ce programme contient plusieurs projets: assainissement, eau potable, hygiène. Il est encours depuis 2010 grâce au partenariat UNICEF/Gouvernement congolais.

Le PDSS vient en remplacement du défunt projet PARSS. Sa mise en œuvre est prévue à partir du mars 2016 dans les deux zones de santé du territoire. Son financement est issu du partenariat Banque mondiale/Gouvernement congolais.


Accessibilité et tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Oui
Voies aériennes Oui
Biefs navigables Oui
Train Non

Il y a deux principales routes qui permettent l’entrée et la sortie du territoire. Les routes qui connectent le territoire de Basankusu à ceux de Bolomba et Befale.

Par biefs navigables, il est possible d’emprunter les baleinières et bateaux qui naviguent sur la rivière Lulonga en passant par le fleuve Congo en destination, soit de Mbandaka, soit de Kisangani.

D’une façon générale, l’état des infrastructures dépend de saisons. Les routes sont praticables pendant la saison sèche, tandis que les biefs navigables enregistrent davantage de trafics pendant la saison de pluies.

En moyenne 1 bateau accoste chaque mois en provenance de Kinshasa. La cité de Basankusu dispose d’un aérodrome d’une piste en graviers de 1400m de longueur et de 50m de largeur, avec une moyenne de 3 vols non réguliers par mois.

Réseaux de communication
Africel Non
Airtel Oui
Orange Oui
Tigo Non
Vodacom Oui

En dehors de Vodacom qui a ses antennes implantées l’une à Ndeke et l’autre à Lisafa, les deux autres réseaux n’ont d’antennes qu’à la cité de Basankusu. Le reste du territoire est donc isolé, puisque non couvert par le signal de téléphonie cellulaire. Par conséquent la télécommunication s’y fait par radio et par phonie.

Attraits touristiques
Parcs Non
Jardins botaniques Non
Jardin zoologiques Non
Chutes d’eaux Oui
Sites touristiques Oui
Sites sacrés Non

Basankusu compte un site touristique majeur, celui de Bonobos. Il nécessite, néanmoins, des aménagements, en vue de le rendre facilement accessible, et fréquentable.

Une autre attraction du territoire: les chutes d’eau de la rivière Banyete. Malheureusement la quantité d’eau de cette rivière baisse pendant la saison sèche, et le système d’écopage aggrave la situation.

Espèces phares de la faune
  1. Bonobos
  2. Chimpanzés
  3. Antilopes
  4. Eléphants
  5. Singes
Espèces phares de la flore
  1. Accacia
  2. Wenge
  3. Afromosia
  4. Iroku
  5. Sapeli


Situation sécuritaire

 Le territoire de Basankusu connaît une situation sécuritaire calme.


Opportunités de développement

Le territoire de Basankusu regorge beaucoup de potentialités pour son développement :

  • de grandes superficies de terres arables qui sont jusqu’à présent non exploitées à des fins agricoles;
  • de forêts primaires propices au développement des activités agroindustrielles comme celles de plantations de cultures pérennes (cacaoyer, hévéa, caféier );
  • de nombreux produits forestiers non ligneux tels que le Ndjansang, les vers blancs, les fibres de raphia, les fruits sauvages, le rotin, etc.;
  • de nombreuses rivières poissonneuses et marécages offrant une grande possibilité de développement des activités relatives à la pêche semi-industrielle et à la pisciculture;
  • présence de plusieurs types des sols favorisant différentes spéculations de production agro-sylvo-pastorale. Avec la création des marchés internes et d’autres structures d’appui à la production paysanne, l’agriculture vivrière serait, au-delà de l’autoconsommation une source importante de revenus de ménages;
  • diversité des espèces végétales dont certaines sont utilisables dans la pharmacopée, l’artisanat et l’alimentation humaine;
  • présence d’un potentiel site touristique de Bonobos dans la réserve d’Elonda;
  • disponibilité d’une main d’œuvre abondante bon marché.

Quant aux ressources souterraines, la présence de diamant et du pétrole y est également signalée.

Enfin le territoire de Basankusu jouit d’un vaste emplacement hydraulique  du à la confluence de  rivières Maringa et Lopori, donnant lieu à une grande rivière appelée Lulonga sur laquelle pourrait se développer le trafic portuaire de grande envergure vers les grands centres de consommations -Mbandaka, Kinshasa et Kisangani.

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique