Territoire de Bikoro

Fiche du territoire

Mise à jour le 31 mars 2017

Province Equateur
Superficie 13 274 km²
Taille estimée de la population 498 079 hab.

(source: Rapport annuel du territoire 2016)


Carte administrative


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

Le territoire de Bikoro a été créé en juillet 1947 par un arrêté du gouverneur général Monsieur Ragan RECKEN. Le territoire est situé dans la cuvette centrale du Congo. 

Il est limité à l’Est par le territoire d’Ingende, à l’Ouest par le territoire de Lukolela, au Nord par la ville de Mbandaka et au Sud par le territoire d’Inongo et Kiri dans l’actuelle province de Maï-Ndombe.

Coordonnées géographiques

  • Latitude : 0°43’40 »S
  • Longitude : 18°07’58 »E
  • Altitude : son relief ne dépasse pas 450 km

Climat

Le territoire a un climat tropical avec une alternance des saisons de pluie et sèche. La température tourne autour de 30 degré Celsius, excepté durant la saison sèche. Les pluies sont abondantes et successives.

De mi-janvier à fin mars, c’est la petite saison sèche. D’avril à fin juin, c’est la saison des pluies et au mois de juillet jusqu’à la fin de janvier c’est la grande saison des pluies. Actuellement il y a des perturbations avec le changement climatique.

Hydrographie

Le réseau hydrographique du territoire est principalement constitué du lac Ntomba tiré du nom de l’un de tribus du coin, mais connu sous le nom de lac Ntumba qui reçoit les eaux de quelques cours d’eaux ci-après : rivière lolo, rivière lobambo, rivière bikuta, rivière ngoy, rivière ngombe et la rivière bokamba.

Végétation

La végétation est constituée d’une savane herbeuse et de forêt. L e territoires est en plein forêt équatoriale caractérisée par la diversité des essences, la densité des peuplements, la dimension de ses arbres et l’enchevêtrement de ses lianes.

Sol

Le sol est argileux-sablonneux offrant à la population beaucoup d’opportunités de pratique agricole et d’élevage.

Particularités et richesses du territoire

Le territoire de Bikoro a une certaine particularité tels que:

  • Il est le plus proche du chef-lieu de la province de l’Equateur (Mbandaka)
  • Il possède un lac (lac Tumba)
  • Il est en plein forêt Equatoriale
  • Il abrite la réserve scientifique de Mabali

Le territoire de Bikoro possède plusieurs richesses à fort impact sur le vécu quotidien de sa population, entre autre : 

  • Le lac Tumba : la présence de ce lac a permis les activités de pêche dans le territoire, source de revenu de certaines familles.
  • Le territoire est le plus proche du chef-lieu de province de l’Equateur (Mbandaka) avec une distance de 128 km : cette faible distance à faciliter les échanges commerciaux.
  • La réserve scientifique de Mabali avec son extension à Botuali: un site touristique et scientifique. Parmi  les animaux qui y abritent, il y a le « bonobo une espèce de singe protégée. La réserve attire des chercheurs et des touristes.
  • Elle est en pleine forêt équatoriale ; les activités d’exploitation des bois et la fabrication de braises, source de revenu et énergie.
Données culturelles

Le territoire de Bikoro est composé de trois grandes tribus dans lesquelles sont parsemés les pygmées, on peut les citer  comme suit :

  1. Le Ntomba (45%)
  2. Les Ekonda (30%)
  3. Les Ngele –a-ntando (15%)
  4. Les pygmées (10%)

Les habitants du territoire ont l’habitude de manger les poissons du lac et le fretin (mipesu), le pondu, la chikwange (ntuka, ingwele), la noix de palme (mosaka). La population s’intéresse plus au football.

Langues parlées dans ce territoire

Le lingala (90%)

Le lontomba (45%)

L’ekonda (40%)

Le Lomongo (20%)

Principales activités

 

 Par rapport au coût de l’activité, au revenu généré ainsi que les habitudes culturelles, l’agriculture reste une activité principale, l’élevage puis la pêche ainsi que l’artsanat. L’agriculture est l’activité la plus pratiquér dans le territoire. Elle occupe une grande majorité de la population active et contribue à la couverture alimentaire des ménages et leur procure des revenus. L’élevage constitue une source on négligeable pour la population. les principales éspèces élevées sont les bovidés, capridés et les suidés. La pêche est pratiquée avec une certaine envergure dans le lac tumba et dans les rivières NKanKé et Ehanga. Mais la production est essentiellent artisanale. L’artisanat comme activité économique relevant dans le territoire, on peut citer;  la fabrication des corbeilles, paniers, balais, la production des pirogues, d’huile de palme, des boissons locales, la poterie et autres.


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au 31 mars 2017
Vendeur : 1$ = 125 FC Acheteur : 1$ = 130 FC
Nombre d’opérateurs économiques 108

Principaux opérateurs économiques
  1. (NKALA BOIKA)
  2. (BECKEN)
  3. (DJIMI NKUMU IYELI)

Il y a aucune association ou structure formelle qui regroupe les opérateurs économiques du territoire, chacun évolue de sa manière, le volume de personnels employé est en moyenne à 3 employés  selon les activités.

Principales activités des opérateurs économiques
  1. Commerce général
  2. Hôtellerie
  3. transport (lacustre et routier)
  4. Agriculture
  5. Sciage du bois

Les activités économiques rencontrent quelques difficultés à cause de l’inaccessibilité  dans certains coins du territoire, du pouvoir d’achat qui  est faible. Les produits agricoles sont plus exportés à Kinshasa et ailleurs, les bois également. Ils doivent  améliorer la qualité de leur service dans le domaine du transport en achetant les véhicules adaptés et adéquats pour le voyage, moderniser le secteur pour l’activité agricole par l’achat des tracteurs et autres engins, moderniser les infrastructures hôtelières.

Principales activités des PME/PMI
  1. commerce général
  2. hôtellerie
  3. transport (lacustre et routier)
  4. agriculture
  5. scieur des bois

L’absence des institutions financières et bancaires  paralyse l’activité de PME et PMI dans le territoire à cause de l’absence du mécanisme de crédit, de l’épargne qui pouvait  apporter un appui considérable aux opérateurs économiques du territoire.

Grandes entreprises locales

Il y a aucune grande entreprise locale dans le territoire, une entreprise d’exploitation des bois pourrait solliciter l’implantation. Mais, elle est encore dans la phase de prospection

Principaux produits agricoles

Ceux-ci sont les principales cultures vivrières du territoire. 

  1. Manioc
  2. Maïs
  3. Banane plantain
  4. Riz paddy
  5. Arachides
  6. Huile de palme

Tandis que la culture des taros, des courges et des ananas – produits particulièrement appréciées par la population – demeure peu répandue.

 

Principaux produits non agricoles
  1. Fumbwa
  2. Chenille
  3. Champignon
Principales sources d’énergie
  1. Bois
  2. Pétrole
  3. Panneau solaire
  4. Batterie
  5. Pile 

Le secteur énergétique, il n y a pas une société d’électricité dans le territoire, il demeure peu développé. Les énergies alternatives que les individus utilisent   permettent les activités telles que ; le feu de bois pour les cuissons des aliments pour les ménages, fabrication des poissons fumés et conservation de la viande, le pétrole pour sciage de bois, le groupe électrogène et le panneau solaire pour  moulage (riz, maïs, manioc), rédaction, impression des documents, s’informer, se former et se divertir à travers le média.


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 3
Nombre de centre de santé 52

La plupart des infrastructures sanitaires  ne sont pas construits en matériaux durales et ceux construits en matériaux durales sont vétustes, pour l’approvisionnement en médicaments, les zones de santé bénéficient d’appui des organismes internationaux et nationaux ainsi que le soutien de l’Etat qui du reste demeure peu fréquent, mais, il y a souvent rupture des stocks de médicaments. Il sied de signaler que les traitements des maladies telles que ; malaria simple, la diarrhée simple, la fièvre typhoïde, infection  respiratoire aigüe sont parfois  gratuites selon la disponibilité des médicaments remisent en don grâce à l’appui des ONGs et certaines structures gouvernementales.

Maladies les plus récurrentes
  1. Paludisme
  2. Fièvre typhoïde
  3. Diarrhée simple
  4. IRA
  5. Méningite

La malaria déjà est une maladie des régions tropicales qui est simplifiée  à cause de l’environnement malsain, suivi de la fièvre typhoïde qui est une maladie due aux mains sales ; elle persiste à cause de non-respect de principes sanitaires élémentaires tels que ; une bonne cuisson des aliments, se laver bien  les mains avant de manger ou après que l’on soit dans le lieu d’aisance, la consommation des eaux non potables (rivière et lac) pour la diarrhée.


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 248
Ecoles secondaires 117

Il y a un avancé considérable en matière des infrastructures scolaires grâce à la construction des écoles en matériaux durables par le gouvernement et certains organismes internationaux, la remise des matériaux didactiques, et les ateliers de renforcement des capacités.

Cependant, beaucoup reste à faire en terme de la qualité de l’enseignent, la motivation du personnel enseignant. 

Enseignement supérieur et universitaire
Universités 0
Instituts supérieurs 0

Jadis le territoire avait un ISDR (institut supérieur de développement rural) BIKORO .Actuellement, Le territoire n’a pas des universités ni des institutions supérieures.


ONG et projets

Nombre d’ONG 6
Principales activités
  1. Protection de la nature et de l’environnement (W.W.F).
  2. Formation et technique culturale pour l’amélioration de la production agricole, distribution des sémences améliorées. Activité 2 (FAO, PAM).
  3. La logistique et la construction des dépôts communautaires (PAM).
  4. La construction des écoles en matériaux durables, la bonne gouvernance (OXFAM).
  5. Fournir des medicaments aux zones de santé (SANRU buamanda).
Principaux projets de développement financés par le Gouvernement
  1. La construction des écoles en matériaux durable par le projet (PRISS)
  2. Santé (planning familial, lutte contre le paludisme) (PARSS)
  3. L’assainissement de l’environnement et installation de latrine et pompe (village assainie) 

Ces projets participent fortement à l’amélioration à la santé physique et mentale de la population. 

Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement

La santé, l’éducation et la protection font partie des projets financés par l’UNICEF.


Accessibilité et tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Oui
Voies aériennes Non
Biefs navigables Oui
Train Non

Le territoire est traversé par la route nationale n°8 le reliant de Mbandaka qui est praticable, le lac Ntumba  offre aussi  un accès au territoire à travers le fleuve Congo.

Réseaux de communication
Africel Non
Airtel Oui
Orange Oui
Tigo Oui
Vodacom Oui

Un commentaire sur les réseaux de communication dans le coin. Cette section contiendra les informations suivantes :

  • la qualité du signal téléphonique le matin, durant la journée, le soir ;
  • la disponibilité des cartes de recharge ;
  • la présence (ou pas) des boutiques (shops) ;
  • la disponibilité et l’état du signal Internet ;
  • la disponibilité et l’état des services de monnaie électronique.

Le territoire est couvert que de trois réseaux de communication en l’occurrence, vodacom, Airtel et orange ; ces réseaux concurrents offrent des services plus au mois acceptables. En termes de qualité du signal téléphonique, il  est bon durant la journée mais il perturbe souvent la nuit pour les zones couvertes et plus grave encore, la plupart des villages que compte le territoire n’a pas d’antenne, il reste hors connexion. Les opérations de recharge se font par flash, il n’y a pas des shops, le signal internet est de bas débit, parfois, elle ne passe même pas, une faible initiative de service de la  monnaie électronique par  quelques individus dans tous le territoire.

Attraits touristiques
Parcs Non
Jardins botaniques Non
Jardin zoologiques Non
Chutes d’eaux Non
Sites touristiques Oui
Sites sacrés Oui

Faute d’initiative et de valorisation, ces sites ne sont pas fréquentés.

Espèces phares de la faune
  1. Singe chimpanzé
  2. Antilope
  3. Tortue
  4. sangliers
  5. pangolins
  6. crocodile
  7. oiseau et papillon

Dans le territoire de Bikoro, on trouve le «  bonobo »  une espèce des singes rares et protégée.

Espèces phares de la flore
  1. bois noir
  2. bois rouge
  3. bois de coffrage
  4. le baobab 

Toute sa végétation est constituée de la grande forêt Equatoriale ombrophile et d’une diversité des plantes.


Situation sécuritaire

La situation sécuritaire est calme.


Opportunités de développement

Le territoire a de particulier son sol, son climat, sa végétation, sa faune, sa flore, sa population. Le territoire de Bikoro propose bon nombre d’opportunités de développement vue le besoin grandissant, dû à l’augmentation de sa population ainsi qu’à l’évolution et aussi à sa position géographique, ces opportunités sont dans les domaines tels que ;

  • L’hôtellerie ;
  • La pèche ;
  • L’energie ;
  • Le tourisme ;
  • L’Agriculture et élevage ;
  • Le transport.

L’hôtellerie : il n’y a pas des infrastructures hôtelières répondant aux normes pour héberger les visiteurs et touristes qui cherchent à venir visiter les différents sites touristiques, d’où investir dans domaine pourrait générateur des beaucoup des recettes ;

Le panneau solaire et groupe électrogène : l’absence de la SNEL et face à une demande grandissante, les consommateurs de l’énergie sont obligés d’aller chercher ses différentes sources d’énergies à Mbandaka ou alors à passer la commande à Kinshasa pour s’en procurer, investissement dans ce domaine pourrait être très rentable ;

Installation d’une boutique de vente et service de la redevance TV genre : CANAL + et autres pourrait être bénéfique ;

Transport commun  vue le nombre de Trafic et l’état praticable de la route nationale qui relie le territoire et son cheflieu Mbandaka. Malheureusement, l’état des véhicules qui font ce tronçon laisse à désirer, d’où la mise en circulation des bus de voyage répondant aux exigences par un opérateur économique    et fera gagner le marché et accroitre la demande ;

La pêche ; industrialisation de ce secteur pourrait être rentable pour les opérateurs économiques

Agriculture, il reste un secteur porteur du développement, d’où investir dans ce secteur pourrait être rentable vue le type sol et le climat du territoire, l’élevage de petit et gros bétail également.

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique