Territoire de Makanza

Fiche du territoire

Mise à jour le 3 septembre 2016

Province Equateur
Superficie 7 570 km²
Taille estimée de la population 170 000 hab.

(source: Décembre 2014 données fournies par l’administration du territoire.)


Carte administrative


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

Le territoire de Makanza est une entité décentralisée de la province de l’équateur. Il est localisé au nord du Congo et s’étend sur le bassin du fleuve Congo. Makanza comme son nom l’indique signifie la colère. Cette qualification est attribuée à cette population car elle est très colérique.

L’ordonnance de création : ordonnance présidentielle n°76- 295 du 06 octobre 1976.

         Coordonnées géographiques

  • l’altitude est de 1500 mm,
  • la longitude: l’angle qui fait le méridien d’un lieu pris arbitrairement comme origine et compte jusqu’à 180° C vers Est ou Ouest.
  • la latitude varie entre 23° C et 25° C.

 

 

          Climats

Le territoire de Makanza a un climat tropical avec alternance de saisons.

  1. La saison sèche qui commence à partir du 01 janvier et prend fin au 30 septembre.
  2. La saison de pluie commence début Octobre jusqu’à  la fin du mois de décembre.

La température varie entre 23°C et 25°C.

La pluviométrie annuelle atteint 1700 mm à 1900 mm.

Le relief est la cuvette centrale et à quelques kilomètres de la forêt équatoriale.

  • Hydrographie

Le territoire de Makanza est dans sa plus grande partie entouré par le fleuve Congo qui constitue sa première richesse et le lac Mabale.

  • Végétation
  • les forêts claires ;
  • la forêt dense ;
  • les prairies ;
  • grande forêt équatoriale découpée dans l’arrière plan par de vastes clairières constituées des courtes herbes.
  • Sol

Le sol est sablonneux seulement dans la cité de Makanza et dans une partie du secteur de bangala. Les 2 secteurs Mweko et Ndobo ont un  sol argileux. 

Particularités et richesses du territoire

Particularité culturelle

Dans le territoire de Makanza, le système familial est patriarcat. La responsabilité familiale est entre les mains du premier fils des garçons de la famille. Tous les enfants de la fille d’une famille pour qui la dot n’est pas encore versée appartiennent à sa famille. Mais la fille mariée coutumièrement, ses enfants appartiennent à son mari. Le clan constitue un village issu d’un ancêtre commun et le pouvoir est exercé par le chef du clan ou le chef du village, le représentant de la coutume et conservateur de la tradition. Le chef de groupement supervise les clans et travaille en collaboration avec les chefs des clans qui constituent sa notabilité.

Richesse du territoire

Le territoire grâce à son fleuve dispose des poissons en quantité considérable, des grandes forêts non encore exploitées et le lac Mabale qui fournit également les poissons. Il faut aussi noter des terrains de bas fond appropriés aux cultures telles que le riz, le niébé etc

Données culturelles

Dans le territoire de Makanza nous trouvons quelques tribus dominantes dont notamment :

  1. les Mabale,
  2. Balobo,
  3. Libinza,
  4. Bamwe,
  5. Boloki,
  6. Iboko,
  7. Mbenga,
  8. Ndobo,
  9. Motembo,
  10. Mbonzi,
  11. Mpunza,
  12. Bozaba,
  13. Likoka,
  14. Ngombe,
  15. Nkinga,
  16. Lokele venus de la province équatoriale. 
Langues parlées dans ce territoire
  1. Lingala (100%),
  2. Mabale (30%),
  3. Liboko (10%),
  4. Libinza (30%),
  5. Balobo (25%).

Dans ce territoire, la langue parlée par la majorité de la population et dans tous les milieux c’est le lingala et le dialecte selon l’appartenance tribale. Le territoire comprend 15 tribus dominantes, avec au moins 15 dialectes.

Principales activités
  1. Pêche (40%),
  2. Petit commerce (10%),
  3. Chasse (5%),
  4. Agriculture (4%).

En termes de pourcentage nous pouvons nous faire déjà l’idée sur l’importance que la population accorde à  ses activités dans le territoire.

Premièrement, cette population ne vit essentiellement que de la pêche grâce à l’eau qui l’entoure. Deuxièmement, c’est le petit commerce, la chasse et en dernier lieu, c’est l’agriculture qui existe mais en une faible proportion à  cause d’insuffisance des terres. Raison pour laquelle l’Administrateur du Territoire a interdit même l’élevage dans certains milieux.


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au 3 septembre 2016
Vendeur : 1$ = 950 FC Acheteur : 1$ = 1 000 FC
Nombre d’opérateurs économiques 256

Principaux opérateurs économiques

A Makanza nous trouvons quelques opérateurs économiques dont notamment :

  1. HOTEL BAR JOHN LIKENGE opérant dans la vente des boissons en gros et en détail.
  2. EVO NKULA opérant dans la vente des divers articles.
  3. YOLA MOKONZO opérant dans le secteur privé de l’éducation.
  4. NYAKOLOLO opérant dans la vente de divers articles.
  5. MALUKU SESA opérant dans le secteur de l’éducation.

MBOKA NE BATO et BOMBATA disposent des palmerais de plus d’un hectare.

La majorité de ces opérateurs évoluent dans la cité de Makanza. Ils ont comme principales activités le commerce des produits manufacturés (habits, pagnes, marmites, panneaux solaires etc.) et la boisson.

Les opérateurs dont il est question ici, sont des petits commerçants évoluant avec des capitaux qui ne sont pas considérables.

Principales activités des opérateurs économiques
  1. Vente des produits alimentaires,
  2. Vente des articles et produits divers,
  3. Vente des boissons.
Principales activités des PME/PMI

Il n’y a pas de PME/PMI dans le territoire.

Grandes entreprises locales

Le territoire ne compte aucune grande entreprise locale. 

Principaux produits agricoles
  1. Manioc (50%),
  2. Banane Plantain (25%),
  3. Patate douce (5%),
  4. Maïs (5%),
  5. Canne à sucre (5%).

Le manioc est produit dans tous les secteurs du territoire. Il est consommé soit en chikwangues, soit en tubercules trempées dans l’eau pendant 3 jours et bouillies après, communément appelé « ntuka ». La banane plantain est également produite en très grande quantité et sa production est vendue pour la consommation au sein du même territoire. Il faut aussi noter que la patate douce occupe une place de choix dans les préférences de consommation de la population de makanza.

Principaux produits non agricoles
  1. Sable,
  2. Graviers,

Le sable et graviers sont des produits toujours disponibles à Makanza, car ils sont utilisés pour la construction des maisons.

Les produits non agricoles les plus consommés dans le territoire sont des produits forestiers non ligneux (fumbwa et champignons etc.). Ils sont prélevés dans les forêts. Ils sont destinés à  la consommation locale et sont trouvés dans tous les 3 secteurs du territoire. L’huile de palme est produite en faible quantité par quelques habitants et, est utilisée pour la consommation locale.

Principales sources d’énergie
  1. Charbon de bois (25%),
  2. Bois de chauffage (40%),
  3. Solaire (10%).

La population utilise l’énergie solaire avec des petits panneaux solaires pour charger les batteries, et à  l’aide de convertisseur, allumer les lampes la nuit et charger les téléphones. Le bois est utilisé pour la cuisine mais aussi pour d’autres usages. Le recours à l’énergie provenant des groupes électrogènes est minime, ce qui justifie le fait que tout le reste des ménages utilisent les torches à piles pour la lumière étant donné que le pétrole est inexistant dans le territoire.

 

 


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 1
Nombre de centre de santé 19

Le territoire possède un hôpital de référence situé dans la cité de Makanza. On trouve en son sein des services tels que:

  1. Médecine interne,
  2. Pédiatrie,
  3. Gynéco obstétrique,
  4. Chirurgie,
  5. Laboratoire.

Avec une zone de santé, le territoire compte 4 médecins et 112 infirmiers, 19 centres de santé et dispensaires repartis entre les 3 secteurs du territoire; Bangala, Mweko et Ndobo.

L‘hôpital général de référence est construit en dur mais le plus grand problème se situe au niveau des centres de santé et dispensaires de la zone de santé, qui se trouvant dans un territoire où presque deux tiers d’étendue de terres vivent au rythme d’inondations à répétions, ils ne sont pas  construits en dur.

Dans le territoire de makanza, les populations trouvent facilement des médicaments grâce au projet SANRU qui approvisionne les structures de santé exclusivement en médicaments antipaludiques. Les médicaments contre le paludisme, les IRA et les diarrhées qui sont les maladies les plus fréquentes à Makanza se font trouver habituellement dans des pharmacies qui elles, de leur tour, s’approvisionnent soit à Mbandaka soit à Kinshasa.

Maladies les plus récurrentes

A Makanza ont trouve les maladies les plus récurrentes telles que :

  1. Paludisme (60%),
  2. Diarrhée simple (10%),
  3. I R A (10%),
  4. I S T (6%),
  5. Méningite (4%).

La présence des maladies susmentionnées se justifie par le fait que le milieu n’étant pas bien assaini entretient des moustiques qui sont à la base de la malaria et de la diarrhée causée par l’eau utilisée qui n’est pas généralement potable.


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 133
Ecoles secondaires 68

La sous division de Makanza compte en son sein 1907 enseignants qui sont formés et dispensent les enseignements de qualité quand bien même que les élèves ne sont pas installés dans les conditions leur permettant de les assimiler comme il se doit.

Enseignement supérieur et universitaire
Universités 0
Instituts supérieurs 2

Nous trouvons 2 instituts supérieurs à savoir :

L’institut Supérieur pédagogique dépendant de l’ISP Budjala et l’Institut Supérieur des Sciences de santé de la croix rouge dépendant de l’Institut Supérieur des Sciences de Santé  de la Croix Rouge de Kinshasa.

Ces deux établissements supérieurs se trouvent dans la cité de Makanza.

A l’Institut Supérieur des sciences de santé de la croix rouge il y a les filières suivantes :

  1. Gestion hospitalière;
  2. Pédiatrie;
  3. Easi;
  4. assainissement et environnement;
  5. Technique de laboratoire.

A l’Institut supérieur pédagogique, les filières sont :

  1. histoire-sciences sociales,
  2. français et langues africaines,
  3. anglais et cultures africaines,
  4. agronomie vétérinaire,
  5. biologie-chimie,
  6. science commerciale et administrative,
  7. histoire-sciences sociales et gestion du patrimoine,
  8. gestion des administrations des institutions scolaires et de formation.


ONG et projets

Nombre d’ONG 0
Principales activités

Dans le territoire, il existe un certain nombre d’Organismes Internationaux et ONGDs qui ne sont pas installés sur place mais qui font des interventions ponctuielles dans différents secteurs comme la santé, la pêche, l’agriculture à savoir : OXFAM, ALIMA, OMS, UNICEF, CARITAS, ASF et ACTED.

Ces derniers interviennent selon qu’il s’agit d’une épidémie, d’un programme de vaccination ou d’un autre besoin ressenti par la population qui nécessite une aide.

De façon générale, leurs actions tournent autour de :   

  • La santé,
  • L’éducation,
  • L’hygiène et assainissement etc.
Principaux projets de développement financés par le Gouvernement

Le territoire ne connaît, pour le moment, aucun projet de développement financé par le Gouvernement. 

Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement
  • PROSEB

Le territoire a bénéficié de Projet de Soutien à  l’Education de Base pour la construction et de réhabilitation des écoles.

 


Accessibilité et tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Non
Voies aériennes Non
Biefs navigables Oui
Train Non

L’accès au territoire de Makanza se fait exclusivement par les biefs navigables. Il est possible d’emprunter des bateaux ou baleinières qui naviguent sur le fleuve. Après 3 jours sur le fleuve, selon qu’on monte (Mbandaka – Makanza), on arrive sur le territoire de Makanza, et 2 jours selon qu’on descend. Le petit port de Makanza permet aux habitants vivant des ngandas c.à .d. des campements du territoire, de venir embarquer leurs marchandises dans les convois à  destination de Kinshasa ou de Mbandaka au moyen des pirogues motorisées ou pirogues à ramer, et au retour les convoyeurs leur amènent leurs fonds. Ces habitants des ngandas avant de retourner chez eux le même jour, ils effectuent quelques achats de produits manufacturés comme du savon, des habits, etc, qui n’existent pas dans leurs milieux ou carrément quand les bateaux passent sur le fleuve, ils prennent leurs pirogues pour les attraper et faire leurs achats à  bord. Le gros de produits manufacturés est acheté soit à  Kinshasa soit à  Mbandaka pour approvisionner le territoire au moyen des bateaux et baleinières, et ces derniers repartent avec les poissons salés et fumés.

Réseaux de communication
Africel Non
Airtel Non
Orange Non
Tigo Non
Vodacom Oui

Vodacom couvre seulement la cité de makanza et offre le service M-Pesa, qui est le seul moyen de transfert d’argent dans le territoire. Tous les 3 secteurs restants sont sans couverture réseau.

Attraits touristiques
Parcs Non
Jardins botaniques Non
Jardin zoologiques Non
Chutes d’eaux Non
Sites touristiques Oui
Sites sacrés Non

Comme attrait touristique nous pouvons citer le lac Mabale dans le secteur de Ndobo. Cependant, il reste non aménagé.

Espèces phares de la faune
  1. Pachydermes,
  2. Ruminants,
  3. Phacochères.
Espèces phares de la flore
  1. Cosipho,
  2. Sapeli,
  3. Aphormasia,
  4. Tola.


Situation sécuritaire

Situation relativement calme.


Opportunités de développement

Le territoire de makanza présente beaucoup d’opportunités de développement grâce aux forêts et le fleuve Congo.

PECHE

  • Faiblesse
    • La pêche devient un peu moins rentable ;
    • Difficulté pour les pêcheurs de se procurer des matériels de pêche ;
    • La période de la pêche n’est pas respectée.
  • Solutions
    • Assister les pêcheurs en les dotant des matériels de pêche.
    • Encadrer les pêcheurs et les sensibiliser à  pratiquer une pêche responsable c.à .d. Arrestation et destruction des filets à  petites mailles qui est la cause principale de la diminution de la rentabilité de la pêche compte tenue du fait que ce genre de filets détruisent les frayères.
    • Respecter la période de la pêche.
  • Opportunité
    • Le fleuve dispose d’une potentialité énorme pour fournir une production suffisante de poissons.

 

AGRICULTURE

  • Faiblesse
    • Moins de superficie des terres non inondables ;
    • Manque de moyens pour lancer une campagne de sensibilisation ;
    • Une pratique presque monotone des cultures dans le territoire ;
  • Solutions
    • Vulgariser la campagne des cultures vivrières déclarées inappropriées par ignorance par rapport aux terres inondables par les habitants du territoire dont notamment le riz, l’arachide, le niébé…car il y a plusieurs terrains de bas fond non utilisés.
    • Mettre en place des structures d’encadrement des agriculteurs.
  • Opportunité
    • Terres potentielles aux cultures vivrières et pérennes.

CHASSE

Application de la réglementation en matière d’observation de calendrier d’ouverture et de fermeture de chasse au cours de chaque année :

  • Ouverture : du 15 mars
  • Fermeture normale le 15 août 
  • Fermeture de chasse singe tique du 15 novembre
  • Ouverture : 15 mai de l’année suivante

Opportunité                       

Des forêts qui régorgent des espèces diversifiées des animaux.

SANTE

  • Faiblesse
    • Le territoire étant completèment entouré d’eau, il se pose de sérieux probième d’accessibilité par la population riverainne aux centres de santé d’une part et des médecins pour des cas spécifiques d’autre part. Et ajouter le problème d’inondations à  répétition chaque année dans presque ¾ de son étendue territoriale, il ya crainte des épidémies.
  • Solution
    • Que le gouvernement approvisionne la zone de santé en médicaments de première nécessité et surtout les antipaludéens.
    • Equiper la zone de santé en matériels et moyens de transport, car de nombreux centres de santé ne sont accessibles que par la voie navigable.
    • A cause des inondations qui détruisent souvent les centres de santé construits en briques adobe ( briques de sable non cuites) sujettes à  écroulement, construire des centres de santé en dur.
    • Doter les centres de santé de la phonie pour pouvoir communiquer à temps opportun avec l’hôpital général de référence, étant donné qu’il n’y a pas couverture réseau dans tous les milieux.
  • Opportunité
    • Population en bonne santé, main d’œuvre efficace et compétente pour la production.

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique