Territoire de Mitwaba

Fiche du territoire

Mise à jour le 31 mars 2021

Province Haut-Katanga
Superficie Donnée non disponible
Taille estimée de la population Donnée non disponible


Carte administrative


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

Le territoire de Mitwaba est une entité territoriale déconcentrée de la province du Haut-Katanga. Il est localisé à l’Est de la RDC et s’étend du sud-ouest sur le bassin de la Lufira. Ce territoire est bordé du sud-est au nord-est par les monts Kundelungu. Il a été créé par l’ordonnance n°412 AIMO de décembre 1947 du gouverneur général de la colonie.

Le territoire de Mitwaba est subdivisé en 4 entités administratives décentralisées dont la commune rurale de Mitwaba répartie en 3 quartiers, la chefferie Kyona-Ngoy répartie en 4 groupements, le secteur de Balomotwa réparti en 5 groupements et le secteur de Banweshi réparti en 5 groupements.

Coordonnées géographiques

  • Latitude : 27° de longitude est.
  • Longitude : entre 9° et 10° de latitude sud.
  • Altitude : varie entre 700 et 1800 mètres.

Climat

Le territoire de Mitwaba a un climat tropical avec alternance de deux saisons :

  1. une saison sèche qui va du début avril au début octobre.
  2. une saison pluvieuse qui va du début octobre au début avril.

La température varie entre 7° et 28°C, et sa pluviosité est de 260 mm avec des précipitations particulièrement importantes aux mois de février et de mars.

Hydrographie

Le territoire de Mitwaba est traversé par plusieurs cours d’eau.

  • Au nord il est drainé par la rivière Kalumengongo  et ses affluents dont les principaux sont les rivières Kafinga, Kavubwe , Mitwaba  et Manda .
  • Au sud il est drainé par la rivière Lufira  et ses affluents dont les principaux sont les rivères Dikulwe, Lwizi, Kafugwe, Luvilombo  et Luvua.

Végétation

La végétation du territoire de Mitwaba comprend des savanes herbeuses et boisées, et des prairies périodiquement inondées.

 Sol

Le sol du territoire de Mitwaba est argilo-sablonneux.

Particularités et richesses du territoire

Le territoire de Mitwaba présente 5 particularités importantes.

  • Le territoire est drainé dans les ¾ de sa superficie par la rivière Lufira  et ses affluents. Seule la partie nord-est du territoire échappe à l’emprise de la rivière Lufira, mais drainée par la rivière Kalumengongo  qui se jette dans le lac Kabamba  en territoire de Malemba Nkulu.
  • Il existe des bassins de retenu où se pratique la pêche dans le secteur de Banweshi. Ces bassins sont formés par la remonté de la rivière Lufira  en amont de la chutte de Kyubo.
  • Le relief du territoire est caractérisé par des contreforts de collines rocailleux des chaines des monts Kundelungu à l’Est et Kibara au sud du territoire.
  • Le territoire a deux importantes spécificités agricoles. De un, la présence des grandes étendues de cultures irriguées de haricot qui se pratiquent sur des plates-bandes ; de deux, les grandes cultures de haricot dans certains bassin sont installées en début de la saison sèche et celles-ci atteignent le cycle végétatif avec l’humidité du sol sans arrosage ni irrigation (cas du bassin de Muombe dans le secteur de Balomotwa). Pendant la saison pluvieuse ces terrains sont abandonnés suite à l’inondation par l’eau de rivière qui apporte des dépôts permettant de restituer les exportations des cultures et ainsi maintenir la fertilité du sol. Ces bassins agricoles peuvent constituer d’intéressantes zones touristiques rurales.
  • Deux parcs nationaux (Upemba au nord-ouest et Kundelungu au sud-est) sont à cheval du territoire de Mitwaba et renferment une grande diversité faunique et floristique avec des espèces rares.

Le territoire de Mitwaba renferme des incroyables richesses notamment :

  • Deux parcs (Upemba et Kundelungu) renfermant des espèces rares et en voie de disparition. Avec la station de PNU (Parc national de l’Upemba) de Lusinga, ces parcs sont des attraits touristiques d’envergure, ils doivent être protégés et mis en valeur.
  • Un sous-sol regorgeant une grande diversité des minerais et pierres précieuses dont : étain, cuivre, colombo tantalite, tourmaline, silicate d’aluminium, émeraude, or, mercure, plomb, argent, fer, cassitérite. Les autochtones disent avoir découvert plusieurs autres pierres précieuses dont celle appelée « œil de chat ».
Données culturelles

Les principales tribus peuplant le territoire de Mitwaba sont :

  1. les zela
  2. les lomotwa
  3. les nweshi

Il existe néamoins d’autres tribus venant d’autres territoires et provinces notamment les tabwa, les luba du Katanga, les sanga, les bemba, les shi, les luba du Kasaï et les kambelembele.

Dans le territoire de Mitwaba, le mariage est précédée par une prédote où la famille du jeune garçon donne à sa belle-famille une flèche ou une houe. Actuellement, ceci est remplacé par de l’argent. Cette cérémonie de pré-dote est appelé « Kasomo  » qui signifie « cette femme appartient maintenant à un homme ». C’est l’acceptation de fiançailles.

Pendant la cérémonie de pré-dote les parents de la jeune fille taxent à sa belle-famille une dote équivalente à 60 000FC ou une chèvre. Actuellement la dote a une valeur allant jusqu’à 1 000 000 FC ou des équivalents en nature comme le costume pour le beau-père, le pagne et  le bassin pour la belle-mère, le véllo, etc.

Le jour de mariage, une fête est organisée par la famille du jeune garçon. Pendant la fête une danse appelée « Makuku  » est exposée. C’est une danse traditionnelle exposée aussi par les chasseurs pour exprimer la joie.

Quand la jeune fille mariée tombe enceinte, une fête appelée « Kisungu  » est organisée par ses parents où ils invitent la belle famille. Pendant cette fête toute forme de chanson suscitant la joie est autorisé et la danse « Makuku  » est exposée du soir à l’aube.

Langues parlées dans ce territoire
  1. Swahili (50%)
  2. Kiluba (20%)
  3. Kisanga 15(%)

Le swahili est parlé presque partout dans le territoire de Mitwaba. Il est parlé le plus dans la commune rurale de Mitwaba. Le kiluba est parlé dans la chefferie Kyona-Ngoy et dans la commune rurale de Mitwaba. Le kisanga est parlé dans les deux secteurs du territoire de Mitwaba (le secteur de Banweshi et le secteur de Balomotwa).

Le kizela et le kilomotwa sont devenus des langues mortes. Les zela parlent Kiluba et les lomotwa parlent Kisanga.

Principales activités
  1. Agriculture
  2. Pêche
  3. Exploitation artisanale minière
  4. Petit commerce
  5. Elevage

L’agriculture et l’élevage se pratiquent dans la chefferie de Kyona-Ngoy et dans les deux secteurs du territoire. La pêche se pratique principalement dans le secteur de Banweshi. L’exploitation artisanale des mines de cassitérite se pratique principalement dans la chefferie Kyona-Ngoy avec une production mensuelle qui varie entre 40 et 100 tonnes. L’exploitation artisanale du cuivre se pratique aussi timidement dans les deux secteurs; c’est ainsi qu’il y a deux comptoirs d’achat (Shemaf et Mmr) qui achètent le minerais de la cassitérite et l’achemine vers la ville de Lubumbashi. Le petit commerce se pretique presque dans toutes les agglomérations du territoire. Les grands centres de négoce sont la commune de Mitwaba, les villages Kasungeshi, Sampwe et Kyubo. L’élevage de bovin, suidé, caprin, ovin et volaille se pratiquent à faible échelle et la viande reste l’un des produits alimentaires les plus chers (aliment de luxe) dans le territoire.


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au Mars 2021
Vendeur : 1$ = 1 809 FC Acheteur : non disponible
Nombre d’opérateurs économiques 844

Principaux opérateurs économiques
  1. Chemaf (Comptoir d’achat de cassiterite)
  2. Mmr (Comptoir d’achat de cassiterite)
  3. B 52 (Commerce général)
  4. Jean Ngoy (Commerce général)

La Chefferie Kyona Ngoy et la Commune rurale de Mitwaba comptent ensemble 261 opérateurs économiques.

Le secteur des Balomotwa compte 347 opérateurs économiques. Le secteur des Banweshi compte 236 opérateurs économiques. Parmi ces opérateurs économiques 516 sont sous régime de patente, 5 ont leurs numéros du registre de commerce et 323 œuvrent dans l’informel.

Principales activités des opérateurs économiques
  1. Petit commerce,
  2. Achat de minerai (cassitérite) au près des creuseurs artisanaux,
  3. Lieu d’hebergément (hôtels, restaurant et bar),
  4. Transfert d’argent,
  5. transport des vivres et des produits manufacturés.

Les opérateurs économiques du territoire de Mitwaba œuvrent principalement dans le commerce général et l’artisanat.

Principales activités des PME/PMI
  1. Comptoir d’achat de cassitérite,
  2. Transfert des fonds (agences de transfert d’argent,
  3. Comptoir d’achat de cassitérite,
  4. Transfert des fonds (agences de transfert d’argent),
  5. Lieu d’hebergément (hôtel) et site touristique.

Seuls 5 PME sont enregistrées avec un numéro du registre de commerce à l’occurence Chemaf (comptoir d’achat de cassitérite), Mmr (comptoir d’achat de cassitérite), La Colombe (agence de transfert des fonds), Feza Tayari (agence de transfert des fonds) et Touring club congo safari (hôtel et site touristique), .

Les 2 comptoirs d’achat de la cassitérite (Chemaf et Mmr) achètent les minerais aux près des creuseurs qui font l’exploitation artisanale des mines de cassitérite dans leurs concessions. Cependant, l’entreprise Chemaf est le plus grand comptoir d’achat de cassitérite dans le territoire qui exploite actuellement dans 3 secteurs (Nsele, Mwika Nord-Est et Mwika-Beton) dans le groupement Kabanda/Chefferie Kyona Ngoy.

Mmr, quant à lui, a un permis d’exploitation petites mines et exploite dans 2 secteurs (Lula dans le groupement Kabanda et Kansoé dans le groupement Katolo) de la chefferie Kyona Ngoy.

Il existe des nouvelles carrières à Kankalankala, Kilungu et Tompwe dans la chefferie Kyona-Ngoy et d’autres activités s’effectuent de façon périodique dans le secteur de Balomotwa (mines en phase de prospection). Cependant d’autres carrières ne sont pas exploitées à cause de l’insécurité (comme Tompwe et Kifinga) alors qu’elles ont plus de potentialité que les carrières qui sont en cours d’exploitation.

Les régies financières (La colombe et Feza tayari) offrent leurs services dans la commune rurale de Mitwaba. Seule l’agence Feza tayari étend ses services dans les deux secteurs (à Sampwe dans le secteur de Balomotwa et à Kyubo dans le secteur de Banweshi).

« Touring club congo safari » est un hôtel et site touristique. Il est situé à Kyubo et comprend la chutte de Kyubo (sur la rivière Lufira) dans le secteur de Banweshi.

Grandes entreprises locales

Aucune grande entreprise n’est présente dans le territoire de Mitwaba.

Principaux produits agricoles
  1. Manioc
  2. Maïs
  3. Haricot
  4. Arachide
  5. Patate douce

Le manioc est produit presque partout dans le territoire de Mitwaba et constitue l’aliment de base de la population avec une production totale de 157767 tonnes de manioc frais pour la saison 2015-2016. Le manioc est consommé cru ou cuit et sous forme de foufou. Les épluchures et les cossettes de manioc sont utilisée dans la fabrication de la boisson  locale alcoolisée « lutuku ».

Le maïs est cultivé principalement dans les 2 secteurs du territoire de Mitwaba avec une production totale de 31596 tonnes pour la saison 2015-2016. Il est consommé soit grillé, soit cuit ou encore sous forme de foufou. Il est utilisé aussi dans la fabrication des boissons locales « Munkoyo » et  « Lutuku  » (boisson alcoolisée).

Le haricot est cultivé presque partout dans le territoire avec une production totale de 6579 tonnes pour la saison 2015-2016. Il existe des installations de culture de haricot irrigué dans le secteur de Banweshi et Balomotwa. Le haricot est consommé cuit comme condiment.

L’arachide est cultivée presque partout dans le territoire avec une production totale de 7818 tonnes pour la saison 2015-2016. Il est consommé cru, grillé ou pillé pour assaisonner les légumes.

La patate douce est aussi cultivée presque partout dans le territoire avec une production totale de 330 tonnes pour la saison 2014-2015. Elle est consommée crue, cuite ou grillée.

En dehors de la petite partie de la production consommée dans les ménages ou vendue sur le marché local, ces productions sont orientées vers les marchés urbains (villes de Likasi, Lubumbashi et Kolwezi).

Principaux produits non agricoles
  1. Poissons
  2. Champignons
  3. Fourmis ailés ou Iswa
  4. Kikanda


Le poisson est produit dans les 2 secteurs du territoire. La production annuelle de 2016 a atteint 2400 tonnes de poissons frais, 800 tonnes de poissons fumés et 1200 tonnes de poissons salés et sechés. Une grande partie de cette production est commercialisée à l’extérieur du territoire dans les villes de Likasi, Kolwezi et Lubumbashi.

Les champignons viennent des forêts de la chefferie Kyona-Ngoy. 210 à 260 sacs de champignons sont produits chaque année dans le territoire mais sont destinés à la consommation locale car les revendeurs n’ont pas des bonnes techniques de conservation. Seuls 20% de cette production sont commercialisés à l’extérieur du territoire (vers les villes) après séchage au soleil.

Les fourmis ailées appelées communément « Iswa  » sont piégées dans les brousses de la Chefferie Kyona-Ngoy. La production annuelle du territoire est de 250 à 300 sacs et la grande partie est acheminée vers les villes de Likasi, Kolwezi et Lubumbashi. Seuls 25% de cette production sont destinés à la consommation locale.

Le Kikanda est une pate comestible et très appréciée fabriquée localement à base des racines séchées d’une plante sauvage appelée localement Kikanda  mélangé avec l’arachide broyé. Ces racines sont extraites des forêts de la chefferie de Kyona-Ngoy et du secteur de Balomotwa. La production annuelle est de 400 à 500 sacs qui sont principalement vendus à l’extérieur du territoire (Likasi, Kolwezi et Lubumbashi). Seuls 10% de cette production sont consommés localement.

Principales sources d’énergie
  1. Bois
  2. Panneaux solaires
  3. Electricité

L’électricité est une ressource quasi inexistante dans le territoire de Mitwaba. La centrale hydroélectrique de Mubale dans la chefferie de Kyona-Ngoy alimentait jusque dans la commune rurale de Mitwaba mais elle a été détruite en 2003 pendant les conflits armés.

Le bois est la principale source d’énergie dans le territoire et est principalement utilisé dans les ménages pour la cuisson, la fabrication locale du pain et des boissons alcoolisées. Certains ménages préfèrent utiliser la braise (charbon de bois) comme source d’énergie.

Les panneaux solaires sont utilisés par certaines structures administratives, les hôpitaux, les ONG, les antennes réseaux, quelques ménages ainsi que les maisons de chargement des appareils.

Les groupes électrogènes sont également utilisés par certaines structures administratives, les hôpitaux, les ONG, les antennes réseaux, quelques ménages ainsi que les maisons de chargement des appareils.

Il existe 2 micro-centrales privées dans le territoire de Mitwaba, l’une appartenant à l’hôtel « Touring Club Congo Safari » et l’autre appartenant aux prêtres de Sampwe alimente l’hôpital général de référence de Mufunga-Sampwe et la paroisse de Sampwe (mission catholique).


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 2
Nombre de centre de santé 41

Le territoire de Mitwaba possède 2 hôpitaux de référence:

  1. l’hôpital général de référence de Mitwaba situé dans la commune de Mitwaba.
  2. l’hôpital général de référence de Mufunga-Sampwe situé dans le secteur de Balomotwa

L’Hgr de Mitwaba a été créé depuis 2003 par le gouvernement lors du découpage du territoire en 2 zones de santé. On trouve en son sein les services de:

  • médecine interne
  • chirurgie
  • pédiatrie
  • gynéco obstétrique

L’Hgr de Mitwaba ne remplit pas les conditions dignes d’un hôpital. Il n’a pas de bâtiment, il utilise deux immeubles du bâtiment abritant les bureaux des administratifs du territoire (transformés en hôpital). Cet hôpital n’est pas équipé en matériel de soins, n’a pas un nombre suffisant d’infirmiers qualifiés.

La disponibilité des médicaments, dans cet hôpital, est appuyée par le gouvernement à travers la « centrale d’approvisionnement en médicament essentiels de Lubumbashi » (CAMELU) et certains partaines (Ong) comme Asf (qui appuie la prévention et la prise en charge des cas de paludisme). Il existe d’autres partenaires comme Unfba qui a donné quelques lits simples ainsi qu’un lit convenable au bloc opératoire, Irc qui a doté l’hôpital de 2 kits de césarienne, Fondation Damien (qui appuie la prise en charge des cas de lèpre et tuberculose), Oms et Unicef (qui appuient le programme élargie de vaccination).

Les centres de santé de la zone de santé de Mitwaba n’offrent que les services de:

  • soins préventifs.
  • soins curatifs.
  • soins promotionnels.

Les infrastructures sanitaires de la zone de santé de Mitwaba nécessitent une réhabilitation profonde (construction et dotation en matériel de soins de qualité) et une augmentation du personnel qualifié. Les postes de santé de secours sont créés pour des populations vivant au-delà de 5 km des centres de santé.  

La disponibilité des médicaments dans la zone de santé de Mitwaba est appuyé par le gouvernement à travers CAMELU ainsi que certains organismes non gouvernementales.

L’Hgr Mufunga-Sampwe a été créé en 1962 par le gouvernement. On trouve en son sein les services de :

  • chirurgie
  • médecine interne
  • pédiatrie
  • gynéco obstétrique
  • maternité

Cet hôpital nécessite une réhabilitation légère (pas de service de radiologie ni de soins intensifs)

Les centres de santé de la zone de santé de Mufunga-Sampwe n’offrent que les :

  • soins curatifs.
  • soins préventifs.
  • et soins promotionnels.

Seuls 5 de ces CS sont construits en matériaux durables. Les 16 autres CS nécessitent une réhabilitation profonde (construction et une dotation en matériels pour le PMA de qualité). Les postes de santé de secours sont créés pour des populations vivant au-delà de 5 km des centres de santé.  

La disponibilité des médicaments dans la zone de santé de Mufunga-Sampwe est appuyé par le gouvernement à travers CAMELU ainsi que certains organismes non gouvernementales dont l’Ong Asf qui appui la prise en charge du paludisme et l’Ong Elisabeth-Glazer appui le volet VIH.

Le constat général dans les 2 hôpitaux de référence du territoire de Mitwaba est le faible taux d’utilisation des services.

Maladies les plus récurrentes
  1. Paludisme
  2. Infection respiratoires
  3. Malnutrition
  4. Maladies diarrhéiques

L’insalubrité de l’environnement dans la plupart des villages du territoire, surtout en saison pluvieuse, peut être à l’origine du paludisme. L’herbe pousse presque partout en saison pluvieuse et la population attend jusqu’en saison sèche éliminer une partie par le feu. La présence des poussières sablonneuses et la basse température (dues au type de sol, au climat et à l’altitude) peuvent expliquer aussi les infections respiratoires dans le territoire. Les cas de malnutrition peuvent s’expliquer par le fait que dans le territoire, qui est en période post conflit, la population pratique timidement l’agriculture et l’élevage mais aussi l’impraticabilité des routes enclave le territoire. L’économie du territoire reste cependant penchée sur la mine. A ceci s’ajoute l’accès difficile à l’eau potable qui serait à l’origine des maladies diarrhéiques.


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 133
Ecoles secondaires 59

Le nombre élevé d’enseignant sous qualifiés surtout au niveau secondaire, l’insuffisance des manuels scolaires et le délabrement des infrastructures scolaires rabaissent le niveau de l’enseignement dans le territoire.

Enseignement supérieur et universitaire
Universités 0
Instituts supérieurs 1

Le Cidep.uo/Mitwaba est la seule institution d’enseignement supérieur se trouvant dans le territoire. Tous les cours sont dispensés par les assistants. Cette institution fonctionne depuis l’année académique 2014-2015. Elle utilise 4 classes de l’institut Kibara comme auditoire et fonctionne l’après-midi. Cidep.uo a une extension à Kasungeshi (village situé à 50 km au sud de la commune de Mitwaba). 22 étudiants se sont inscrits dans cette institution pour l’année 2014 – 2015.


ONG et projets

Nombre d’ONG 14
Principales activités
  1. Sécurité alimentaire (Action contre la pauvreté/Acp Ong locale, World Vision, Acted, Fao et Pam),
  2. Santé et nutrition (Asf, Elisabeth Glazer, Fondation Damien et Aides),
  3. Education (Unicef),
  4. Protection (Saprovi, Upn ddr, Save Congo et Centre Lokole).

Dans le secteur de la sécurité alimentaire ces Ong s’occupent principalement de la distribution des denrées au retournés et déplacés internes, des foires des articles de base (périodiquement par Acted et World Vision) ainsi que de la distribution de quelques intrants agricoles (semences, engrais et outils agricoles de base).

En santé et nutrition ces Ong s’occupent principalement de la distribution des produits pharmaceutiques, de la campagne anti-rougeole, anti-polio, anti-cholera et anti-palu, de la disponibilité en eau potable, la clinique mobile, le planning familial, l’éducation à la vie, la construction des latrines, les mesures des observations hygiéniques et infrastructures sanitaires, de l’accès à l’eau et des soins aux malnutris.

En éducation ces Ong s’occupent principalement de la réhabilitation des infrastructures scolaires, de l’encadrement des élèves, de la distribution des sets scolaires et de la mise à niveau des enseignants

En protection ces Ong s’occupent principalement de l’encadrement de réinsertion sociale, prise en charge psychosociale des enfants assimilés aux groupes armés, victimes des conflits et viols, scolarisation des jeunes désœuvrés, distribution des articles non vivriers (couvertures, bâches, pagnes, casseroles, matelas-mousses).

Principaux projets de développement financés par le Gouvernement
  1. Projet d’entretien de la route Lwambo-Mitwaba-Manono (Route Provinciale Prioritaire 617) exécution : MININFRAS/Office des routes
  2. Projet de construction des 2 écoles dont Institut Lubebe à Sampwe et Institut Chute Kyubo à Kyalwe par le projet PRRIS II/Maître d’ouvrage :  BCECO/Maître d’œuvre : Caritas Kalemie-Kirungu/Entrepreneur : Jean Ngoy.

Ce projet d’aménagement de la route RPP617 (route Lwambo-Mitwaba-Manono) s’est arrêté à Dikulwe (limite Mitwaba-Lubudi) sans atteindre le territoire de Mitwaba.

Le projet de construction des instituts Lubebe et Chute Kyubo s’est arrêté. Les 2 bâtiments construits n’ont ni vitre, ni porte ou toute forme de finissage. Ceci représente un risque pour les constructions déjà réalisées. Ce projet était prévu pour une durée de 120 jours à dater du 13/07/2015. 

Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement

Projet de réhabilitation de la centrale et du réseau hydroélectrique de Mitwaba (Centrale hydroélectrique  de Mubale située à 15km au nord de la commune de Mitwaba) par l’Ong locale ACP.


Accessibilité et tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Oui
Voies aériennes Oui
Biefs navigables Non
Train Non

L’accès au territoire de Mitwaba se fait soit par voie routière soit par voie aérienne. Le bief navigable sur la rivière Lufira (groupement Sambwe/Secteur de Banweshi) permet de se déplacer seulement à l’intérieur du territoire (depuis Kyubo jusqu’à Mpala) et le seul moyen de transport disponible est la pirogue.  

Les routes permettant d’entrer et de sortir du territoire sont :

  • la route provinciale prioritaire  (RPP) 617 qui ouvre le territoire de Mitwaba à celui de Lubudi au Sud (à Dikulwe) et à celui de Malemba-Nkulu au nord (à Kintya). Cette route relie actuellement 3 provinces dont Haut-Katanga, Haut-Lomami et Tanganyika.
  • La route provinciale prioritaire 618 qui connecte le territoire de Mitwaba au territoire de Kasenga au sud-est et bifurque sur la RPP617 à Ninga (territoire de Mitwaba). Cette route est actuellement impraticable.
  • La route provinciale prioritaire 623 qui connecte le territoire de Mitwaba à celui de Pweto (Kilwa) à l’Est et bifurque sur la RPP617 à Milongwe (territoire de Mitwaba).
  • La route provinciale prioritaire 616 qui connecte le territoire de Mitwaba à celui de Lubudi au sud-ouest et bifurque sur la RPP617 à Kalera-Gare (territoire de Mitwaba).

Les camions apportent des produits manufacturés depuis la ville de Lubumbashi et peuvent faire une à deux semaines pour atteindre la commune rurale de Mitwaba à cause du mauvais état de la RPP617. Ces camions prennent leur itinéraire jusqu’à Manono (en passant par Malemba-Nkulu). Au retour ces camions se charge des produits agricole et non agricole (Huile de palme, haricot, maïs, poissons, manioc, …) qu’ils amènent dans les villes de Likasi, Kolwezi et Lubumbashi. Les camions trainent encore plus dans le tronçon Mitwaba – Malemba Nkulu car la route y est encore plus dégradée.

Les minerais produits dans le territoire de Mitwaba sont aussi acheminés par voie routière vers la ville de Lubumbashi par la RPP617. Pendant la période pluvieuse (octobre – mars), cette route devient impraticable et la plupart de transporteurs préfèrent passer par la RPP623 (aussi en mauvais état) qui bifurque sur la Route Nationale 5 dans le territoire de Pweto (à Kilwa).

Le territoire de Mitwaba compte 3 aérodromes, celui de Mitwaba, de Kyubo et de Sampwe (qui n’est pas en état de fonctionner par manque d’entretien). Les avions ne sont pas disponibles sur ces aérodromes. Les petits porteurs qui y atterrissent sont souvent des appareils d’Unhas (Humanitaires) et Maf (Entreprise des églises méthodistes) pour des missions spécifiques. C’est ainsi que ces aérodromes sont appelés aérodromes de secours.

Réseaux de communication
Africel Non
Airtel Oui
Orange Oui
Tigo Non
Vodacom Oui

Les connexions vodacom, orange et Airtel permettent de passer les appels mais ce sont des connexions instables.

Ces réseaux offrent aussi une connexion internet mais à très faible débit (2G). Le signal n’est pas bon aussi bien durant la journée que pendant la nuit.

Ces réseaux n’offrent pas le service mobile banking (pas de service m-pesa, pas de service orange money ni de service airtel-money) qui facilite le transfert d’argent. L’opération de retrait sur m-pesa est facilitée par un particulier dans la commune rurale de Mitwaba.

Les cartes sims, les cartes d’appels et le flash sont disponibles pour les trois réseaux dans la commune rurale de Mitwaba.

Plusieurs villages du territoire de Mitwaba restent encore non couverts par les réseaux de communication alors que le besoin se fait remarquer même pour une connexion internet de qualité.

Pour les administratifs du secteur de Banweshi, les inciviques profitent parfois de l’abscence de réseaux pour semer le désordre dans les villages.

Attraits touristiques
Parcs Oui
Jardins botaniques Non
Jardin zoologiques Non
Chutes d’eaux Oui
Sites touristiques Oui
Sites sacrés Oui

Dans le territoire de Mitwaba il existe plusieurs attraits touristiques dont les principaux sont :

  • la chute de Kyubo sur la rivière Lufira  à Kyubo dans secteur de Banweshi,
  • le barrage de Mubale à 15 Km de Mitwaba vers Mwena dans la chefferie Kyona-Ngoy,
  • les chuttes Luando  (site sacré) et Lungwije au plateau de Kundelungu dans le groupement de Mufunga-Sampwe (secteur de Balomotwa),
  • les chutes de la rivière Kalumengongo  et de Manda  à Ntambo dans la chefferie de Kyona-Ngoy,
  • les chutes de Luika  à Lwika dans le secteur des Banweshi,
  • Les petites chutes et escarpements luvilombo dans le secteur des banweshi,
  • La chaîne des monts Kundelungu et ses falaises à Mufunga dans le secteur de Balomotwa,
  • Les grottes de Kikesa, de Kyamakoja et Kyoyo à Sampwe dans le secteur de Banyweshi (qui sont des sites sacrés),
  • Les sources d’eau thermales de Kidimudilo à Mukana dans le secteur de Balomotwa,
  • Le « Touring club congo safari » à Kyubo dans le secteur de Banweshi,
  • La station du Pnu de Lusinga (parc national de l’Upemba) dans le secteur de Balomotwa,
  • Parc national de Kundelungu dans le secteur de Banweshi.
Espèces phares de la faune
  1. Lions dans les deux parcs (upemba et kundelungu),
  2. Hippopotames dans les deux parcs (upemba et kundelungu),
  3. Pintade dans les deux parcs (upemba et kundelungu),
  4. Zèbres dans le parc nationional de l’upemba,
  5. Girafes dans le parc national de kundelungu,
  6. Perroquets et grues couronné,
  7. Antiloppes dans les deux parcs (upemba et kundelungu).
Espèces phares de la flore
  1. Raoul (appelé localement Mulombwa),
  2. Ficus.


Situation sécuritaire

Le territoire de Mitwaba est relativement calme depuis l’année 2015. Ce territoire, jadis faisant partie de la zone surnommée « triangle de la mort katangais », constitue aujourd’hui un ilot de paix. Il existe néanmoins des petites poches de résistances dans le parc national d’Upemba.


Opportunités de développement

Le territoire de Mitwaba est une entité à vocation agropastorale avec des vastes étendues exceptionnellement fertiles et pouvant servir de pâturage. Ce territoire possède aussi un important potentiel minier avec une grande diversité des matières précieuses. Les différentes chutes sur les cours d’eau, les différentes sources d’eau, les formations géologiques, les réserves naturelles et autres attractions touristiques ne sont pas en reste. Actuellement l’économie de base est en dégradation suite à sa dépendance à la cours des matières premières dont la cassitérite exploitée par des méthodes artisanales. Et pourtant, compte tenu des incroyables richesses et particularités du territoire, l’économie de base devrait être tributaire de plusieurs secteurs sachant que le minerai est une ressource épuisable.

Les différents intervenants peuvent passer par plusieurs moyens pour amener le territoire de Mitwaba à développer une économie raffermie par plusieurs secteurs.

Dans le domaine de l’agriculture, pêche et élevage : 

Le territoire de Mitwaba compte 14 bassins de production agricole et plusieurs étendues pouvant servir de pâturage.  la mise en valeur de ces bassins peut permettre de compenser les besoins alimentaires internes et externes du territoire (surtout en maïs, manioc et haricot). Certains bassins agricoles sont exploités en saison sèche (cas du bassin de Muombe). Dans le bassin de la rivière Lufira  existe 13 sites de pêche. La mise en valeur de ces potentialités favoriserait une économie basée sur l’exportation. Ceci peut passer par : 

  • l’aménagement des routes de desserte agricole pour désenclaver les bassins de production,
  • la vulgarisation des nouvelles technologies agricoles et regroupement des agriculteurs en coopératives agricoles,
  • l’accessibilité aux intrants agricoles et aux crédits agricoles,
  • l’installation des centres relais de stockage pour  faciliter l’évaluation des quantités produites par rapport aux besoins alimentaires internes et/ou externes du territoire et ainsi faciliter l’écoulement aux agriculteurs.
  • la disponibilité des géniteurs des races améliorées ainsi que les produits vétérinaires,
  • la protection des zones de ponte des poissons et l’amélioration des techniques de pêche.

Dans le secteur de l’énergie :

L’installation des centrales hydroélectriques sur les grandes chutes ferait du territoire de Mitwaba un centre production et de distribution de l’électricité dans le Haut-Katanga et même pour les provinces voisines. L’intensification des activités de production, la conservation des produits frais, l’installation des stations de pompage de l’eau potable, l’accès à l’information et la communication sont les principales activités qui peuvent se développer s’il y a disponibilité en énergie électrique dans le territoire de Mitwaba. 

  • La réhabilitation de centrale hydroélectrique de Mubale permettrait d’alimenter la commune rurale de Mitwaba.
  • Les chutes Luando, Lungwije, Kyubo, Sombwe  et Kayana-Ngeya  sont celles pouvant permettre l’installation des centrales hydroélectriques dans le territoire de Mitwaba.

Dans le domaine minier : 

Le secteur minier peut permettre de créer de l’emploi au niveau local, accroître l’économie nationale et ainsi développer le territoire à travers la présence des investisseurs tant nationaux qu’internationaux. La cassitérite produite dans le territoire de Mitwaba est particulièrement la plus appréciée de l’ex-Katanga. La mise en valeur du secteur minier peut passer par : 

  • la promotion de l’exploitation industrielle à la place de l’exploitation artisanale.
  • l’installation des industries des premières transformations au niveau local et l’ouverture aux investisseurs tant nationaux qu’internationaux dans le territoire.
  • Les investisseurs peuvent aussi aménager les infrastructures qu’ils utilisent (comme les voies d’évacuation, …).

Dans le secteur des infrastructures routières : 

Tous les processus de développement dépendront des possibilités d’accès aux différentes entités du territoire. Ceci fait de l’aménagement des routes une priorité pour le territoire.

  • la route provinciale prioritaire 617 (tronçon Lwambo – Mitwaba – Manono), est la principale voie d’accès au territoire de Mitwaba qu’elle traverse du sud vers le nord. Son aménagement faciliterait le trafic ente 3 provinces qu’elle relie actuellement (Haut-Katanga, Haut-Lomami et Tangayika).
  • une route de desserte bifurque sur la route provinciale prioritaire 617 dans la commune rurale de Mitwaba (quartier Makanda). Cette route relie directement la province du Haut-Katanga à la province du Tanganyika mais elle est coupée à 25km de la commune rurale de Mitwaba par où traverse la rivière Kavubwe  (entre les villages Kansoe et Sengwe). Son aménagement permettrait de réduire le trajet Mitwaba-Manono (c’est un raccourci pour aller à Manono) et de réduire les dangers (ne traverse pas des zones très accidentées). 
  • l’aménagement des routes de desserte encourageraient les activités de production en ouvrant les voies d’évacuation et de ravitaillement. Ceci peut demander de procéder par l’aménagement des 91 principaux ponts que compte le territoire.

Dans le tourisme et la protection de l’environnement : 

Le territoire de Mitwaba renferme beaucoup d’attraits touristiques (les parcs, les chutes d’eau, les formations géologiques, les restes d’objets ancestraux, …) qui une fois mis en valeur peuvent faire du territoire de Mitwaba un milieu touristique. 

Le service de l’environnement devait suivre de près les activités dans le territoire surtout dans les zones d’exploitations des minerais et les réserves naturelles, en vue de prévenir tous les risques liés aux variations climatiques, à la pollution (du sol, de l’air et de l’eau) et à la réduction de la biodiversité.

Education, santé et situation sécuritaire : 

L’éducation, la santé et le maintien de la paix sont des éléments indispensables pour les processus de développement du territoire de Mitwaba.

Ce territoire étant relativement calme, il serait important de réformer l’éducation en aménageant les infrastructures scolaires, en assurant une disponibilité des fournitures scolaires, en encadrant les jeunes désoeuvrés et en renforçant les capacités des enseignants surtout au niveau secondaire (le renforcement des capacités est nécessaire pour tous les services sociaux de l’économie de base du territoire).

La réforme de la santé passerait également par l’aménagement (construction) des infrastructures sanitaires, la dotation en matériels de soin (pour un paquet minimum d’activités et un paquet complémentaire d’activités de qualité), l’installation des projet d’adduction d’eaux potables, l’élargissement du programme de prise en charge des personnes vivants avec VIH dans toutes les zones de santé, l’augmentation du personnel qualifié et la révision du système de paie (aussi nécessaire pour tous les services sociaux de l’économie de base du territoire).

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique