Territoire de Kanyama

Fiche du territoire

Mise à jour le 3 septembre 2016

Province Haut-Lomami
Superficie 13 400 km²
Taille estimée de la population 325 970 hab.


Carte administrative


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

Le territoire de Kanyama a été crée par ordonnance n° 21/258 du 04 Juillet 1952 du gouverneur général de cette époque coloniale, c’est à dire le poste de Mutombo mukulu deviendra territoire dénommé territoire de Kanyama avec son chef lieu de la chefferie de Mutombo Mukulu.  Cette dénomination ainsi que les limites du territoire furent confirmés par l’ordonnance n° 65/221 du président de la république en 1952. 

Vers les années 1920, le territoire de Mutombo Mukulu, actuel territoire de Kanyama avait comme chef lieu KALUNDWE. En 1925, le territoire de Mutombo Mukulu fut transféré au territoire de Kanyama . Vu la distance qui séparait Kalundwe et Kanyama et Kalundwe de la voie ferrée, le chef lieu de Mutombo Mukulu fut transféré à Kashimbi, actuellement citée de Kanyama , par où passait la voie ferrée et où se déroulait déjà diverses activités (économiques et industrielles).

Le territoire de Kanyama est limité par :

  • Au nord : Le Territoire de NGANDAJIKA,
  • Au Sud : Le Territoire de SANDOWA.
  • A l’Est : Les Territoires de KABONGO et de KAMINA,
  • A l’Ouest : Les Territoires de KAPANGA et de LUILU,

Coordonnées géographiques

  • Latitude : entre 24°C et 11°C
  • Latitude : entre 7°C et 31°C,
  • Altitude : 907 m

Climat

Le territoire de Kanyama connait un climat tropical, mais avec deux saisons: sèche (entre mi Mai et mi Aout) et des pluies.

Hydrographie

Le territoire de Kanyama compte de nombreuses rivières. 

Végétation

La végétation est dominée par des brousses et savanes 

Sol

L’on constate deux types de sol :

  • argileux (au nord et le fond du sud),
  • argilo-sablonneux (au centre)
Particularités et richesses du territoire

Particularités du territoire

La flore de Kaniama comprend 106 familles, 491 genres, 885 espèces classés entre 5 et 8 grandes taxonomies. Sur le plan culturel, le lion et le léopard sont considérés comme des animaux sacrés.

Richesses du territoire

Grace à son sol argileux, le territoire produit une quantité importante de maïs, d’haricot et d’oignon.

Données culturelles

Le territoire de Kaniama est habité par : 

  • Baluba MUTOMBO MUKULU (50%),
  • Baluba Kasai (20%),
  • Baluba Kabongo (15%),
  • Baluba Kasongo Ngwanyembo (15%)
Langues parlées dans ce territoire
  • Kiluba
  • Tshiluba
  • Swahili
  • Lingala

La langue la plus parlée est le Kiluba, d’autant plus le territoire de Kaniama n’est plus habité par le peuple Luba (autochtone).

Principales activités
  1. Agriculture
  2. Elevage
  3. Commerce
  4. Métier informel
  5. Travail salarié

C’est un territoire à vocation agricole. Ce qui fait que la population de ce territoire s’adonne plus à l’agriculture et l’élevage. Le métier informel et le commerce sont considérés, pour certains pratiquants, comme des activités secondaires. Le travail salarié, bien que activités principales pour les travailleurs (agents de l’état, enseignants…), ne rapporte presque rien; et cela nécessite une activité secondaire pour palier ces insuffisances.  


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au 3 septembre 2016
Vendeur : 1$ = 950 FC Acheteur : 1$ = 930 FC
Nombre d’opérateurs économiques 50

Principaux opérateurs économiques
  1. Ets YA BISO : produit manufacturé, deux employés, appartenant à mr. YA BISO
  2. Maison BADY (BDM) : produit manufacturé, trois employés, appartenant à mr. BADY
  3. Ets NGOKA : produit manufacturé, un employé, appartenant à mr. NGOKA
  4. Ets EZE : produit manufacturé, trois employés, appartenant à mr. EZE
  5. Ets KAVULA : produit manufacturé, cinq employés, appartenant mr KAVULA

Les quatre premiers ont leurs établissements à Kaniama (chef lieu). Le dernier écoule ses produits à Kimpanga à plus ou moins 65 Km de la cité de Kaniama.

Principales activités des opérateurs économiques
  1. Vente de produits manufacturés
  2. Vente de produits agricoles locaux
Principales activités des PME/PMI
  1. Vente de produits manufacturés
  2. Ventes de produits pharmaceutiques

En réalité, aucune activité de PME/PMI n’est exercée dans le territoire ; néanmoins, le service de l’IPMEA se contente de certaines taxes, telles que la patente, l’autorisation d’ouverture de kiosques et boutiques, la taxe mensuelle et journalière, pour survivre.

Grandes entreprises locales

Aucune entreprise n’est opérationnelle dans le territoire.

Principaux produits agricoles
  1. Mais,
  2. Manioc,
  3. Haricot,
  4. Arachide et,
  5. Palmier à huile 

La campagne agricole n’étant pas contrôlée, il est difficile d’établir une production annuelle de tous ces produits. La plupart des productions sont soit consommées localement, soit commercialisées.

Principaux produits non agricoles
  1. Les bois
  2. Les planches

La plupart des produits non agricoles sont écoulés à l’extérieur du territoire, voire à l’extérieur de la province.

Principales sources d’énergie
  1. Les bois de chauffage
  2. Les panneaux solaires
  3. Les groupes électrogènes
  4. La bougie
  5. La lampe à pétrole

Le territoire étant à vocation agricole, peu d’activités se développent grâce à la disponibilité de source d’énergie. La SNEL dispose d’un groupe électrogène installé dans une cabine. Faute de carburant, ce groupe a cessé de fonctionner il ya plus de quatre ans, nous a laissé entendre la population. Selon les sources de la SNEL, ce groupe ne fonctionne pas suite à la consommation qui dépasse les limites (au moins 22 litres par heure). La Régideso a aussi sa cabine de rétention d’eau qu’elle distribue à la population au moins deux fois par semaine (chaque Lundi et Vendredi de 11h à 14h). Seule la population se trouvant dans la partie commerciale et en ville bénéficie de cette eau; soit une population estimée à moins de 10%.


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 1
Nombre de centre de santé 26

Le territoire de Kaniama ne compte qu’une seule zone de santé et un seul Hôpital Général de Référence, mais avec 25 Centre de Santé; La zone de santé compte 7médecins et 79 infirmiers. La capacité d’accueil estimées et réelles est de 94. L’état des infrastructures sanitaires, dans l’ensemble n’est pas bon. Les médicaments ne sont pas disponibles sauf les médicaments anti paludiques qui sont appuyés par certains partenaires.

Maladies les plus récurrentes
  1. La malaria ou le paludisme
  2. La tuberculose
  3. La fièvre typhoïde
  4. L’anémie

Malgré l’appui de certains partenaires avec les médicaments anti paludiques, la malaria reste la maladie la plus rependue dans le territoire.


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 172
Ecoles secondaires 85

La sous division compte au moins 15 secteurs, avec 257 écoles. Le nombre d’élèves est de 55058, dont 22767 filles.

Enseignement supérieur et universitaire
Universités 1
Instituts supérieurs 1
  • ISP/Kaniama

Nous n’avons obtenu les données d’un seul institut, et pourtant dans le territoire, il ya une extension qui vient d’ouvrir ses portes cette année, malheureusement les inscriptions continuent et ils sont à la recherche des enseignants. Pour l’ISP Kaniama, il ya 6 filières, avec 150 étudiants et 26 enseignants. L’ISP s’est investi dans la lutte contre le réchauffement climatique avec la plantation de caféiers et de palmiers. Le programme de l’élevage est en cours (élevage de porcs, des volailles et de lapins). Dans le cadre de l’agriculture, l’institution compte entreprendre des activités en rapport avec la filière de l’agronomie (culture mécanisée), à l’aide de tracteur de territoire. Dans le domaine de sport, l’organisation d’un championnat de foot par département ou filière est envue dès l’année prochaine. L’ISP lance un SOS au gouvernement et aux hommes de bonne volonté de leur prêter main forte dans les domaines de construction, de transport, mais aussi le renforcement de la bibliothèque dans le cadre de recherche. Les matériels informatiques pour la direction et le département des sciences commerciales et administratives manquent au sein de l’institution. 


ONG et projets

Nombre d’ONG 60
Principales activités
  1. Agriculture
  2. Elevage
  3. Transformation des produits bruts en produits manufacturés
  4. Pisciculture
  5. Reboisement, aménagement des routes de desserte agricole, etc.

Le territoire étant à vocation agricole, la plupart d’ONG focalisent leurs activités dans les domaines de l’agriculture et de l’environnement.

Principaux projets de développement financés par le Gouvernement
  1. La réhabilitation de la route nationale n° 1 et ponts (au moins 116Km de la rivière LOMAMI jusqu’à la rivière LUBILANJI),
  2. L’équipement de différentes salles de classes en banc,
  3. La construction de deux écoles du cinquantenaire.
  4. La réhabilitation de routes de desserte agricole (au moins 60 Km)
  5. Tous ces quatre projets ont été réalisés. 
Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement
  • Organisation de Développement Rural (CDR): projets agricoles
  • Comité de Développement de KANIAMA (CODEVKA): projets agricoles
  • Coopérative de KANGOMBWELE (COOPAKA): projets agricoles
  • Comité Spécial de Développement Rural (CSDR): projets agricoles
  • La plupart des projets amorcés par plusieurs associations n’aboutissent pas, faute des moyens. Ceux cités sont en cours d’exécution. Toutes les ONG et Coopératives sont locales. Souvent les financements sont une cotisation des membres.


Accessibilité et tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Oui
Voies aériennes Non
Biefs navigables Oui
Train Oui

Le territoire est traversé par une route nationale (n°1) qui est en mauvais état dans sa grande partie. Pas de bon état, bien que récemment réhabilitée. La route est coupée, juste, à l’entrée de Kaniama. Le territoire est relié par d’autres territoires par des routes provinciales (c’est notamment les routes qui vont vers Dilolo et Kolwezi). Ces routes sont en mauvais états. Les territoires comptent deux pistes d’atterrissage qui ne fonctionnent pas à cause de leur état. Le territoire compte plusieurs rivière où se déroulent la pèche traditionnelle qui ne rapporte presque rien. Dans ce territoire, il n’ya pas de trafic maritime.

Réseaux de communication
Africel Non
Airtel Oui
Orange Oui
Tigo Non
Vodacom Oui

Les trois réseaux opérationnels dans le territoire, seuls Vodacom et Air tel couvre parfaitement l’étendue. Par contre, la connexion internet n’est pas stable pour ces deux réseaux, sauf le réseau orange. Les produits qui sont disponibles, nous avons le flash, les téléphones de moindre valeur, les cartes sims. Les cartes et sims blanches ne sont pas disponibles. Une seule personne exploite le service M-PSA. Une maison de transfert de fonds est opérationnelle.

Attraits touristiques
Parcs Non
Jardins botaniques Non
Jardin zoologiques Non
Chutes d’eaux Oui
Sites touristiques Oui
Sites sacrés Non

Autres à préciser : Les rochers de KABONBWE, chutes de KAMWANGA, carrière de la SNCC (moellon et gravier), la grotte de KASESE, chute de LWAYLWA sur la pierre de THIONDO sur la colline TSHIKEZA, la pierre de KATUTU à la rivière LUBILANJI, chute de SUMBA MAYIBWE sur la rivière LUBILANJI dans le groupement NGOMBE (village KABOMBWE)…

A l’époque, les entreprises faisaient rayonner le territoire. A leurs fermetures, la situation socio économique de la population s’est détériorée.

Espèces phares de la faune
  1. Vaches
  2. Chèvre
  3. Porc
  4. Hippopotames
  5. Eléphant (en voie de disparition)
Espèces phares de la flore
  1. Les LUSANGA (pour la fabrication des planches)
  2. Les OLIVIERS (rares à cause de la destruction de la flore)
  3. Les MUJIBWE (pour la fabrication des planches)
  4. Les MUBANGUE (pour la fabrication de la braise)


Situation sécuritaire

La situation sécuritaire est relativement calme dans l’ensemble sur toute l’étendue du territoire, nonobstant certains troubles perpétrés par les hommes en uniforme.


Opportunités de développement

La situation socio économique a baissé, car plusieurs activités ont cessé de fonctionner. Pourtant, à l’époque le territoire comptait plus de 350 blancs qui détenaient des fermes et industries. Face à cela, la présence des investisseurs est d’importance capitale, dans la mesure où le territoire a des potentialités, avec son sol arable et son sous sol. La FEC souhaite la mise en place d’une politique de subvention des entreprises, établissements, opérateurs économiques, planteurs et éleveurs, à utilité publique répondant aux critères.

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique