Territoire de Mambasa

Fiche du territoire

Mise à jour le 31 mars 2017

Province Ituri
Superficie 36 785 km²
Taille estimée de la population 746 287 hab.

(source: Rapport annuel 2016 de l’Administration du territoire)


Carte administrative


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

Le nom  Mambasa tire son origine de la langue de la tribu Bila «  MAMBA-MUSA » qui signifierai montagne de  Feu.  Le Territoire de Mambasa, indice 322, a été créé en 1948 conformément à l’ordonnance n° 426/AFM du 22 Décembre 1947 et entré en vigueur le 1er Janvier 1948.

Le Territoire de Mambasa se trouve au Nord-Est de la RD.Congo en province de l’Ituri. Géographiquement, les limites du Territoire de MAMBASA sont :

  1. Est : village TIPEMUCHE, 7 km de LOLWA, Chef-lieu de Groupement Babila/BAYAKU dans la Chefferie des Babila/BAKWANZA avec le Territoire d’IRUMU;
  2. Ouest : Il est limité par AVAKUBI avec le Territoire de BAFWASENDE (Province de la TSHOPO) ;
  3. Nord : Il est limité à KAUNGATO, Chef-lieu du Groupement MULIKARO II dans la Chefferie des WALESE KARO avec le Territoire de WATSA (Province du Haut-Uélé) ;
  4. Nord-Est : Il est limité à YEDI, un des Groupements de WALESE KARO;
  5. Nord-Ouest : Il est limité au village DINGBO dans le Groupement ANDISENGI ; Chefferie des WALESE DESE avec le Territoire de WATSA et le Territoire de WAMBA (Province de Haut-Uélé) ;
  6. Sud : Il est limité à MAKEKE et MANTUMBI ; Chefferie des BABILA/BABOMBI avec le Territoire de BENI (Province du Nord-Kivu) ;
  7. Sud-Est : Limité au village BAKAIKO, Chef-lieu du Groupement de même nom, Chefferie des BABILA/BABOMBI avec le Territoire de LUBERO (Province du Nord-Kivu) et celui de BAFWASENDE (District de la TSHOPO).

Coordonnées géographiques

Les coordonnées géographiques référenciées donnent 1° 35.754 de latitude Nord et 29° 03.655 de longitude Est ; au chef-lieu du territoire, puis marquent 1° 24279 de latitude Nord et 27° 36.317 de longitude Est au centre commercial de NIA-NIA. Le Territoire de MAMBASA est situé à 892 mètres d’altitude de la mer ; avec des points culminants pouvant atteindre 1000 mètres dans le village NDUYE en chefferie des WALESE KARO.

Climat et saisons

Le climat est entièrement équatorial, caractérisé par des températures très élevées et des fortes insolations diurnes, suivies de l’humidité nocturne. Il y a alternance des saisons. La saison pluvieuse commence à partir du mois de Mars pour s’étendre au mois de Mai et reprend du mois de Juillet pour prendre fin aux mois de Novembre ou Décembre. Il pleut par intermittence. La saison sèche débute en Décembre et va jusqu’au mois de Mars. Elle s’observe également à la période qui court du mois de Mai à celui de Juillet. 

Type de sol :

Les sols sont naturellement fertiles à cause de la décomposition de quantités importantes des débris forestiers des feuillages et de micro organismes qui se trouvent dans le sol.

Les sols de Territoire de MAMBASA sont principalement sablo-argileux au Sud, argilo-sablonneux au Nord ou argileux suivant les strates. Ces sols s’appauvrissent vite quand les agriculteurs font la pratique d’incinération des champs.

  • Le relief du sol :

Le Territoire de MAMBASA est situé dans le relief du type accidenté, dominé par des hautes montagnes telles que BISISA, MAKALANGA, KPELYA, MABANGA YA TALO, NDUYE – MUKONJA et tant d’autres. Il existe des nombreuses collines et des petites plaines.

  • Le sous-sol :

Le Territoire de MAMBASA regorge de plusieurs ressources minérales dont les principales sont l’or, le diamant, le coltan et bien d’autres ressources minières non encore exploitées dont la cassitérite et le wolfram. S’agissant de l’exploitation aurifère, le territoire de Mambasa est placé en deuxième position (zone B) après KILO MOTO. Il sied de préciser qu’il existe aussi des minerais classés en matériaux de construction ; exploités soit pour usage domestique soit encore commercial. 

Hydrographie :

La rivière ITURI traverse le territoire de MAMBASA d’Est à l’Ouest. Les autres rivières telles qu’EPULU, NDUYE et EBIENA sont des affluents. Toutes ces rivières sont poissonneuses.

Particularités et richesses du territoire

Les principales activités économiques et culturelles pratiquées

Les jeunes garçons et certains hommes s’intéressent à l’exploitation artisanale des matières précieuses. Les jeunes filles et les femmes pratiquent la commercialisation des produits vivriers ou manufacturés dans des marchés locaux et dans les foyers miniers.

Les NANDE et les populations venues des différents coins du pays exercent des activités commerciales (boutiques, restaurant, exploitation de bois, or, diamant,…).

La population originaire de Territoire de MAMBASA réalise des superficies insignifiantes des champs. L’agriculture connait un essor considérable grâce aux agriculteurs provenant d’autres territoires (Djugu, Irumu, Mahagi, Wamba, Beni, Lubero…)

Les cultures vivrières comprennent :

  1. Les paddy,
  2. Les bananes,
  3. Les arachides,
  4. Les haricots,
  5. Les maniocs,
  6. Les maïs,
  7. Les cultures maraîchères.

Les cultures pérennes sont constituées essentiellement de :

  • Les palmiers à huile : ce sont en grande partie de vieux palmiers très mal entretenus. Les jeunes palmiers proviennent des nouvelles cultures ou des graines disséminées par les oiseaux et les écureuils qui les déposent dans les jachères.
  • Les cacaoyers : la culture de cacao, introduite dans le territoire par la société ESCO/KIVU, attire bien l’attention des agriculteurs et continue à gagner de terrain.

Les citronniers, les papayers, les avocatiers, les cannes à sucre existent dans le milieu mais à petite échelle.

 

Données culturelles

Tribus:

Les ethnies et tribus dominantes du Territoire de Mambasa sont:

  1. BAMBUTE (pygmées),
  2. BABILA/BABOMBI et BABILA/BAKWANZA, (10,51%),
  3. BANDAKA (7,49%),
  4. BOMBO (1,78%),
  5. WALESE/DESE et WALESE/KARO (4,55%),
  6. BABUDU et
  7. NANDE.

 

Les immigrés comprennent quatre groupes importants :

Les Arabisés venus de la province de MANIEMA depuis 1915, regroupés aujourd’hui dans la chefferie de MAMBASA sous leur gestion.

Les Nande sont venus de la province du Nord-Kivu suite à la forte croissance démographique de ce groupe et pour des fins économiques. Ils se sont installés dans les groupements MAKEKE, MAMBEMBE, BILA/TETURI et BAKAIKO dans la chefferie des BABILA/BABOMBI depuis 1930 et gagnent actuellement les chefferies de MAMBASA, BOMBO, BANDAKA, BABILA/BAKWANZA et WALESE KARO ;

Les BABUDU, du territoire de WAMBA, se sont établis il y a plus de 40 ans dans les chefferies de BANDAKA et de BOMBO.

D’autres peuples viennent de différents coins du pays, les uns pour exploiter les matières précieuses et cultiver la terre, les autres pour le commerce ainsi que les travaux techniques, sociaux et l’exploitation des bois.

 

Langues parlées dans ce territoire
  1. Swahili (±60%)
  2. Lingala (±7%)
  3. Kibila (20,4%)
  4. Bandaka (7,6%)
  5. Kilese (5 ,7%)
  6. Bombo (3,6%)

Le swahili est la langue la plus parlée dans le territoire. Le lingala vient en seconde position et est parlée à l’Ouest du territoire. Le Kibila, Kilese, Ndaka et Bombo sont des langues autochtones.

 

Principales activités
  1. Exploitation minière (or et diamant) ;
  2. Exploitation des bois ;
  3. Commerce ;
  4. Agriculture d’autosubsistance.

Hormis les sociétés chinoise LONCOR et canadienne KILO-GOLD, les exploitants miniers sont des jeunes sans emplois qui se donnent à l’exploitation artisanale des matières précieuses. La plupart de commerçants sont des ambulants en quête d’une vie meilleure, soit là où il y a exploitation de l’or, de diamant, de bois où des travaux champêtres. Cette catégorie naît et disparaît suivant le cas évoqué ci-haut. Ils font des petits commerces utilisant comme document juridique la Patente, document délivré par la DGRPI.

 


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au 31 mars 2017
Vendeur : 1$ = 1 250 FC Acheteur : 1$ = 1 300 FC
Nombre d’opérateurs économiques Donnée non disponible

Principaux opérateurs économiques
  1. Ets Dieu existe
  2. Ets BEL-AIR (Familial)
  3. Ets MANDIMA I
  4. Ets LA JOIE
  5. SHENIMED SPRL (DEPOT)
  6. Ets TSANGAMUSA

Ces établissements opèrent dans divers services et commerce des produits manufacturés en provenance des pays limitrophes ou de la province du Nord-Kivu (Butembo). Le territoire compte 32 maisons importantes de commerce, 24 commerçants détenteurs de RCCM et plus au moins 1 261 Commerçants ambulants.

Par rapport à l’année 2014, il y a eu régression d’opérateurs économiques, soit un pourcentage de -8%, surtout dans les grands centres. (Source: Bureau économie, rapport annuel 2015).

 

Principales activités des opérateurs économiques

L’économie générale du Territoire de Mambasa repose sur :

  1. Les  petits commerces des produits divers;
  2. L’exploitation minière (or et diamant);
  3. L’exploitation forestière ( de bois).

 Un facteur défavorisant est le mauvais état des routes d’intérêt local ne permettant pas les échanges entre les milieux ruraux et les centres de négoce dans le secteur agricole et commercial.

Principales activités des PME/PMI
  1. Hôtellerie et bars;
  2. Commerce ambulant
  3. Industrie locale
  4. Informel

Plusieurs commerçants exercent les activités ci-haut. Il existe trois catégories d’hôtels :

  1. Catégorie « Deux étoiles» : deux hôtels au niveau de Mambasa centre ;
  2. Catégorie « sans étoile» : 6 hôtels à Mambasa centre, 15 hôtels au Poste de NIA-NIA et 10 hôtels au Poste de BELLA ;
  3. Catégorie « non classé » : 2 hôtels au Poste de NIA-NIA et 5 hôtels au Poste de BELLA.

Les restaurants et similaires, faisant partie de l’hôtellerie, sont au nombre de 31, tous de la catégorie « non classée », éparpillés dans le territoire.

 

Grandes entreprises locales
  1. La savonnerie LUNE se trouvant à NIA- NIA dans la Chefferie des BANDAKA
  2. La maison TSANGAMUSA dispose d’une savonnerie à Mambasa Centre dénommée « SAPOMA ».
  3. la Société « ENRA » industrie forestière

Ces entreprises (industries) emploient chacune moins de cinquante personnes. Aucun opérateur économique n’est venu au cours de l’année 2014 solliciter la FPI pour le fonctionnement de son entreprise. Il n’y a pas d’industries forestières à proprement parler, mais les bois coupés par la Société ENRA dans le Groupement BANGOLE en Chefferie des BABILA BABOMBI sont acheminés à BENI, siège de l’entreprise, pour usinage.

Une agence de la CADECO a été implantée en 2015 et est opérationnelle au niveau de Mambasa centre et La maison de transfert « SOFICOM » est implantée à NIA-NIA.

 

Principaux produits agricoles
  1. Manioc : 147 420 t
  2. Banane plantée : 40 465 t
  3. Haricot : 33 982 t
  4. paddy (riz) : 30 476 t
  5. mais : 21 235 t

Le manioc est produit dans tous les villages du territoire, une grande quantité est revendue dans les territoires voisins.

Outre les produits ci-haut:

  1. les Patates douces 20 116 tonnes,
  2. l’arachide : 7 775 tonnes,
  3. Céréales secs : 3 946 tonnes,
  4. Soja : 2 902 tonnes,
  5. Legumes vertes 62 625 tonnes

L’agriculture pratiquée dans le territoire de Mambasa est l’autosubsistance. Une partie de la production est  vendue aux territoires voisins. Le riz est produit en grande quantité et c’est l’aliment de base le plus consommé dans le territoire.

Les Cultures pérennes :

  1. les elais : 460 tonnes
  2. les  cacaoyers : 1185 tonnes
  3.  cafe : 70 tonnes

Il existe deux Coopératives agricoles à Mambasa :

  1. La Coopérative dénommée « UMOJA NI NGUVU » basée à NDUYE. Cette Coopérative possède une palmeraie artificielle. Les actionnaires de cette Coopératives sont : La Paroisse NDUYE, les Paysans, les Enseignants.
  2. la Coopérative Agricole de NYANGWE, COAGRINYA en sigle. Elle est basée dans le Groupement NYANGWE en Chefferie de Mambasa. Elle exploite également les palmeraies.
  3. Une coopérative en vocation multi dimensionnelle est en création ; elle s’appelle « Coopérative Communautaire Villageoise » avec son siège à la cité BINASE dans la Chefferie de Mambasa. Elle exerce ses actions dans plusieurs domaines : la transformation de produits agricoles, l’élevage de petit bétail, la pisciculture, la production de boisson locale, l’électrification (par groupe électrogène), l’achat et vente de produits agricoles, l’Installation d’une petite savonnerie artisanale et l’apiculture.

 

Principaux produits non agricoles
  1. champignons
  2. chenilles
  3. termites
  4. miel des abeilles
  5. Élevage (Petit bétail)
  6. pêche

Les trois premiers produits sont occasionnels ou périodiques sur les marchés locaux. Les principaux produits d’élevage en petit bétail sont :

  • les Caprins : 8 632 têtes,
  • les Poules : 33 105 têtes,
  • les Canards : 18 205 têtes
  • les Suidés : 2 375 têtes.

La pêche pratiquée en territoire de Mambasa est totalement artisanale et il n’existe pas des mesures d’application de la règlementation en la matière.

 

Principales sources d’énergie
  1. les groupes électrogènes (JANGFA) (65%)
  2. les panneaux solaires (20%)
  3. bois (charbon) (100%)
  4. Eau non potable

Dans le territoire il n’y a pas la Regideso ni la SNEL. Par contre le service d’énergie, de ressource hydraulique et d’électricité existent. Le territoire est desservies en électricité  par des groupes électrogènes (JANGFA) appartenant aux particuliers . Les panneaux solaires sont utilisés par les hôpitaux, quelques centres de santés, quelques ménages et les antennes de réseaux des téléphonies.

Pas d’eau potable sur tout le territoire, mais il existe quelques puits aménagés dans certains villages avec l’apuis des ONG internationales.

 


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 5
Nombre de centre de santé 47

  • Poste de santé :68
  • Nombre de médecins 24
  • Nombre des infirmiers 244
  • Capacité d’accueil estimées et réelles : 766

Le territoire de Mambasa compte quatre zones de santé : ZS de Nia-Nia, ZS de Mambasa, ZS de Mandima et ZS de Lolwa.

La plus part des postes de santé ont la capacité d’accueil moyenne de 3 lits et le centres de santé en moyen 7 lits. Pour plus de 75% de structures de santé, les infrastructures sont en état de délabrement, sous-équipées et connaissent fréquemment des ruptures de stocks des produits pharmaceutiques.

 

Maladies les plus récurrentes
  1. Paludisme
  2. IRA
  3. Anémie
  4. Diarrhée simple
  5. IST
  6. Fièvre Typhoïde

Aucune épidémie  déclarée durant Trois dernières années dans les quatre zones de santé rurales composant le territoire de Mambasa.

 


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 168
Ecoles secondaires 69

Ecoles primaires :  au total, il y a 45.436 enfants scolarisés du niveau primaire dont 22.554 garçons, soit 50,3% et 22.882 filles, soit 49,6% ; tous les réseaux confondus.

Soixente-neuf instituts secondaires sont organisés à travers le territoire avec un effectif total de plus au moins 9.660 élèves dont 5.560 garçons soit 60,9% contre 4287 filles soit 39,1%. Soulignons que ces données sont pour l’année scolaire 2015-2016.

Nombre d’enseignants : 1861 dont 1273 au primaire et 594 au secondaire

La qualité de l’enseignement est bonne, 1174 manuels ont été distribués au cours de l’année 2015-2016.

 

Enseignement supérieur et universitaire
Universités 2
Instituts supérieurs 1

Les deux institutions universitaires sont des extensions de l’université de Bukavu et de celui de Beni. Ils n’ont pas leur propre bâtiment, ils fonctionnent dans les après-midi au sein des écoles primaires et secondaires. Tandis que l’ISTM fonctionne sans numéro d’agrément. Ces institutions n’organisent que le premier cycle. Il est à noter que l’Université Francophone des Grands Lacs (UFRAGL) a souscrit au programme LMD (Licence Master Doctorat).

 


ONG et projets

Nombre d’ONG 176
Principales activités
  1. Protection de l’environnement : WCS, OSAPy
  2. Sécurité alimentaire : FAO, PAM, CARITAS WAMBA, SOLIDARITE Int
  3. Santé : MSF/ SUISSE,  APEC, appuis aux victimes de violence sexuelle
  4. éducation : SAVE THE CHILDREN : construction des écoles, centres amis des enfants, formations des enseignants et directeurs, prise en charge des enfants déplacés au niveau scolaire et appui à quelques structures de l’administration publique.
  5. Protection et prévention (droits de l’homme) : PNUD

7 ONG sont internationales et les reste sont nationaux. Il existe des ONG locales de défense des droits de l’homme implantées à travers le territoire de Mambasa.

 

 

Principaux projets de développement financés par le Gouvernement
  1. Programme STAREC
  2. Projet PRISS
  3. Projet REDD
  4. PARSS
  5. Réhabilitation des routes : La RN4, rehabilité et entretenue per la société CHINO-HYDRO), la RN25 par l’Office des routes et l’axe routier MAMBASA MAKEKE  suspendue était exécuté par Office des Routes et Union Européenne. 

Les projets de programme STAREC sont exécutés par plusieurs organisations non gouvernementales (OIM, MONUSCO et certaines agences des nations unies). trois écoles primaires viennent d’être construites dans le territoire de Mambasa sous projet PRISS. Le projet REDD est exécuté par les ONG Internationales WCS, OSAPY, CDPE.

Projets propres de l’Entité

La réfection du pont EPULU sur l’axe MAMBASA – NDUYE à PK 10.

 

Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement
  1. Projet de Diversification des Activités Economiques (DEAE), exécuté par l’ONG International WCS
  2. Construction de l’hôpital générale de référence à Mambasa centre. Financement de l’Union Européenne.

Le projet DAE (Diversification des Activités Economiques) est mis en œuvre pour lutter contre la pauvreté au profit de la population riveraine de la zone RFO en vue de protéger les espèces de faune et de flore. En outre, l’Union Européenne intervient par son financement dans la construction des 9 nouveaux bâtiments de l’ HGR/ Mambasa.

Avec l’appuis de PNUD en 2016 les activités des semi industries de transformation des produits agricoles ont connu un essor dans la rizieri, minoteri et huilerie.

 

 


Accessibilité et tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Oui
Voies aériennes Oui
Biefs navigables Non
Train Non

L’accès au territoire se fait par la route, la plus utilisée est la RN4 qui est en très bonne état et par 6 pistes d’atterrissages.

Routes d’intérêt National (RIN)

La RN4 est considérée en territoire de Mambasa comme route d’intérêt nationale. Elle traverse le territoire sur une distance de 272 Km soit 70 Km axe MAMBASA à la limite avec le Territoire d’IRUMU et  195 Km axe Mambasa NIA-NIA au pont Ituri à la limite avec le Territoire de BAFWASENDE.

Cet axe routier est en très bon état et entretenu par la Société Chinoise SINO-HYDRO, l’entretien se fait régulièrement ce qui facilite très bien le trafic.

Routes d’intérêt local (RIL)

  1. Axe routier MAMBASA – DINGBO : 135 Km
  2. Axe routier MAMBASA – MAKEKE : 112 Km
  3. Axe routier MAKUMO – MANTUMBI : 35 Km
  4. Axe routier TETURI -BIAKATO : 25 Km
  5. Axe routier ADUSA – BASIRI (ITURI) : 9 Km
  6. Axe routier BASIRI -ALAWE : 15 Km
  7. Axe routier NIA-NIA -BINGO : 59 Km
  8. Axe KILIMA-MWENZA – PEDE-SOME : 52 Km
  9. Axe routier NDUYE – ANDILI : 30 Km

De tous ces axes routiers, seuls les axes routiers Mambasa-Makeke passant par l’axe routier Teturi – Biakato sont en cours de réhabilitation par l’Office de Route section Nord-Kivu en partenariat avec l’Union Européenne mais les travaux ont été arrêtés. Tous les autres axes routiers sont impraticables.

Il sied de signaler que la route Mambasa- Nduye- Mungbere – Isiro en très mauvais état depuis plus de 16 ans.

Pistes d’atterrissages :

  • Une au village de Mandima à 6 km de Mambasa centre (appartenant aux missionnaires protestants de la communauté ECP/47e CAFEC)
  • A Mambasa centre c’est le plus grand avec 1500 mètre de longueur/ 100 mètre de largeur. Cette piste appartient à l’Etat. Ce dernier n’est plus opérationnel.
  • Au village AKOKORA à 45 km de Mambasa centre (appartenant aux missionnaires protestants de la communauté ECP/47e CAFEC) n’est plus opérationnel
  • Au village Lolwa à 60 km de Mambasa centre (appartenant aux missionnaires protestants de la communauté ECP/47e CAFEC) n’est plus opérationnel
  • A Epulu à 71 km de Mambasa centre appartenant à l’Etat (sous contrôle d’ICCN)
  • Au village de Nia-Nia à 191km de Mambasa centre (appartenant à l’Etat)

Le trafic aérien se fait rarement et uniquement par le missionnaire et les Organisations Non Gouvernementales de conservation de la nature.

Réseaux de communication
Africel Non
Airtel Non
Orange Oui
Tigo Non
Vodacom Oui

Trois opérateurs de télécommunications se trouvent dans le territoire avec une couverture de ± 15% seulement au niveau des centres de négoces. A l’Est et au chef-lieu du territoire Vodacom et Airtel couvrent une partie, Orange à Nia-Nia. Leurs services sont peu satisfaisants : qualité du réseau, disponibilité des produits (cartes sim et cartes d’appel). Le transfert électronique par « AIRTEL MONEY » ou « M-PESA » s’effectue à Mambasa centre, à BIAKATO, à NIA-NIA et à BAFWABANGO (PK 51

Attraits touristiques
Parcs Non
Jardins botaniques Oui
Jardin zoologiques Oui
Chutes d’eaux Oui
Sites touristiques Oui
Sites sacrés Non

La grande partie du Territoire de MAMBASA est couverte par la forêt équatoriale et ombrophile. Cette forêt regorge une biodiversité caractérisée par beaucoup d’espèces d’animaux  (Okapi, éléphants, buffles, hippopotames, singes…). Ce qui justifie la présence de la Réserve de Faune à OKAPI (RFO) dont le siège est à EPULU. Ce dernier a été créée en 1992 dans le but d’œuvrer à la conservation de cette espèce menacée et d’empêcher la destruction de son habitat dans la forêt primaire de l’Ituri, qu’elle contribue aussi à protéger en tant que réservoir unique de la biodiversité en Afrique et dans le monde.

La RFO couvre une surface de 13 700 km² et a été désignée site du Patrimoine Mondial par l’Unesco en 1996. La RFO est envahie par des braconniers et des exploitants artisanaux des matières précieuses, une autre source d’extinction de la biomasse.

 Autres sites :

Mont Mbia : 23 km de la station d’Epulu, Mont Sidha au nord de la réserve mais à 100 km de Mambasa, Edo Mewha : site naturel d’une grande beauté au sud de la réserve où vivent la plus grande population d’éléphants de forêt, des buffles, perroquets, chimpanzés… , Chutes Ngoy : les plus grandes chutes de 40 mètres de hauteur sur la rivière Ituri au sud de la réserve, Chutes Arabia : chutes de toute beauté entourées de forêt dense.

Il est par contre possible, à tout moment, de partir à la découverte de mode de vie de la communauté pygmées habitant la forêt environnante du chef-lieu de Mambasa.

 

Espèces phares de la faune
  1. Okapi
  2. Elephants
  3. Chepanzes
  4. Leopards
  5. Buffles
Espèces phares de la flore
  1. Khaya-anthotheca (Linzo)
  2. Entandophragmasp (Liboyu)
  3. Chlorophora-excelsa (punga)
  4. Coordiaabyssimca (ngoma-ngoma)
  5. Alstoniasp (mutondo)


Situation sécuritaire

A l’exercice 2016, le Territoire de Mambasa a connu des avancées constantes en matière de paix et de sécurité grâce aux efforts élogieux des éléments de la FARDCongo qui ont mis en déroute les groupes armés. Toutefois l’on déplore quelques cas de criminalités les enlèvements des personnes, des vols à mains armées et les tueries sauvages des personnes etc.

Les braconniers et les groupes des miliciens opèrent à toute quiétude avec les armes à feu dans la forêt. Il est difficile aux autorités Administratifs du territoire de connaitre leurs sources de ravitaillement en armes et en munitions.


Opportunités de développement

  • Adduction d’eau potable : des projets d’adduction d’eau potable sont visibles dans le territoire mais c’est encore insuffisants.
  • De l’électricité : la population est desservie en électricité offerte par des groupes électrogènes ou des moteurs JANG FA. Un projet d’installation de centrale hydro-électrique est en cours à BIAKATO à 75 km dans la chefferie des BABILA BABOMBI où une chute d’eau très puissant s’y trouve; projet initié par une ONG locale. Et une autre chute d’eau se trouve à 15 km de Mambasa centre sur rivière lue.
  • Routes : la réhabilitation ou l’ouverture des routes provinciaux au seins du territoire facilitera le désenclavement et l’accroissement de facteurs de développement dans les villages.
  • Secteur agricole : la reprise des activités agricoles dans des plantations abandonnées avec des cultures pérennes tel que le cacao et café.

 

 

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique