Territoire de Kazumba

Fiche du territoire

Mise à jour le 31 mars 2017

Province Kasaï-Central
Superficie 12 881 km²
Taille estimée de la population 2 023 504 hab.

(source: Chef de service chargé de l’état civil du territoire – rapport annuel 2016)


Carte administrative


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

Le territoire de  Kazumba est l’un  parmi les 145 territoires de la République Démocratique du Congo  compté comme une entité déconcentréé du Kasaï Central, il est limité au Nord par le territoire de Demba , au Sud par le territoire de Luiza, à l’Est par le territoire de Dibaya et la ville de Kananga(province du Kasaï Central),  il est borné à l’Ouest  par les territoires soeurs de Kamonia,  et de Luebo dans la province du Kasaï  (Tshikapa), il a été crée par l’Ordonnance n° 25 DAG du 04/02/1945 avec un statut d’entité déconcentrée de la province du Kasai Occidental (Kasaï Central actuel), sa superficie totale est de 12.881 km² , sa  population totale est estimée à 1.742.084 habitants. 

 Coordonnées géographiques

  1. Latitude- Sud : 6° 24’ ;
  2. Longitude – Est : 22° 2’;
  3. La latitude: entre 700 à 900 m.

Climat (température, pluviométrie, saison)

Un climat tropical humide alterné de deux saisons :

Pluvieuse, avec neuf mois commençant au mois  d’août jusqu’à la fin du mois d’avril;

et la saison sèche  avec trois mois qui commence au mois de mai jusque le 15 août .

la  température varie entre 22° à 30°.

Hydrographie

Le territoire de Kazumba est entouré par six grandes rivières qui sont : Au Sud par la rivière Luebo et Kasaï ; à l’Est par la rivière Lulua ; au Centre par la rivière Miao et Lutshiatshia ; et à l’Ouest par la rivière Luebo.

Végetation

Il y a deux types de végétations entre autres:

  • Savane : Elle couvre les secteurs de Musuasua, Mboie, Mutefu, et une partie du secteur de Kavula et Tshitadi;
  • Forêt : Les secteurs de Bulungu, Matamba, Miao, Kafuba, Tshitadi , Kavula et la cité de Kazumba.

Sol

Il a un sol Sablo- argileux, généralement riche, sauf au Nord du territoire où le sol est relativement pauvre et un sous sol qui contient le diamant dans le secteur Bulungu, Kafuba , Miao, Mutefu, Kavula et une partie de Matamba, Tshitadi vers le Sud, nous devons noter qu’on avait découvert  dans le temps passé à    Ntambu  Musuasua et Miao   le zinc, alors que le nickel, platine dans la rivière Lutshiatshia ont été signalés mais non exploités jusqu’à ce jour parce qu’il n y a aucune entreprise pouvant s’intéresser pour l’exploitation effective. 

Particularités et richesses du territoire

Le territoire de Kazumba est particulier  dans le sens qu’ il  est  à vocation  miniere (minérais present dans presque les 9 secteurs du territoire), agro-pastoral et touristique, mais triste  est de constater que la population de ce territoire vit dans une pauvreté indescriptiblece qui est un paradoxe.

Données culturelles

Le territoire de Kazumba a deux grandes tribus dont les Lulua (75%) occupants les six secteurs dont Matamba, Musuasua, Bulungu, Kafuba, Miao et Mutefu, et les Bindi (25%) occupants les trois secteurs: Mboie, Kavula, et Tshitadi. Il sied  de signaler que les  Bindi sont minoritaires, c’est un peuple commerçant solidaire ayant des initiatives pour le développement de leur milieu c’est là qu’on trouve généralement certains hommes d’affaires de grande  renommée du territoire, alors que les Lulua sont plus dans les activés agricoles et la cueillette et  courageux

Langues parlées dans ce territoire
  • Tshiluba (70%)
  • Tshibindi (20%)
  • Tshilualua (10%)Le territoit à trois grandes tribus à savoir:-Les Bindji: minoritaire qui occupent 3  secteurs dont Kavula, Mboie, et Tshitadi; et enfin

Dans  ce territoire, le Tshiluba est la langue vernaculaire la plus parlée par la majorité de la population, presque  dans les neuf secteurs dont : Miao, Kafuba, Mutefu, Musuasua, Matamba, Kavula, Mboie, Tshiatdi et Bulungu, le Tshibindi comme langue est parlé dans le secteur de Kavula, Mboie et Tshitadi.

Le territoit à deux grandes tribus à savoir:

  1. Le Lulua: l’éthnie la plus majoritaire qui qui occupee  6 secteurs: Bulungu, Kafuba, Matamba,  et Mutefu;
  2. Les Bindji: minoritaire qui occupent 3  secteurs dont Kavula, Mboie, et Tshitadi; et enfin
Principales activités
  1. Agriculture (60%);
  2. Production de boissons alcoolisées/Tshitshiampa=lotoko (20%);
  3. Mine (10%);
  4. Petit commerce (8%);
  5. Pêche et élevage (1%);
  6. Cueillette (1%)

L’agriculture reste le secteur par excellence  pour le territoire de Kazumba, car les ménages trouvent leurs gagne pain afin de nouer les deux bouts du mois, c’est surtout les  personnes avancées en âge qui cultive (le maïs, manioc, et autres), alors les jeunes gens eux son dans le secteur minier en raison de leur force physique, car  ils sont en mesure de creuser les diamants qu’ils revendent soit à Kinshasa ou en Angola, le petit commerce est pratiqué dans tous les 9 secteurs du territoire par les personnes de toute tranche âge confondue.


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au 31 mars 2017
Vendeur : 1$ = 1 420 FC Acheteur : 1$ = 1 400 FC
Nombre d’opérateurs économiques 820

Principaux opérateurs économiques

Dans le territoitre de Kazumba comme par tout ailleurs sur le territoire national  connait depuis un certain  temps  un surchauffe du marché de change, le franc congolais se déprécie du jour le jour laissant la place au rois dollars, ce qui a pour conséquence l’inflation sur les différents marchés  du territoire et le panier de la ménagère avec ce degringolade de prix, car les opérateurs économiques achètent en dollars à Kananga et à Kinshasa sauf en Angola ou ils font le vieux système de troc entre l’alcool produit  chez nous en RDC contre le carburant d’Angola.

  1. Etablissement Kanku Mopero à Kalamba Nsuluku dans le secteur de Miao;
  2. Etablissement Tshibayayi Mumba à Tshingombe dans le secteur de Miao;
  3. Etablissement Munganga Somba à Lukoma dans le secteur de Miao;
  4. Etablissement Kankonde Ntambwe dans le quartier Katoka dans la Commune rurale de Kazumba;
  5. Etablissement Mulende Vincent dans le quartier Ntshintshi sud dans la commune rurale de Kazumba;
  6. Etablissement Ngalamulume Ndumbi à Nsenkayi dans le secteur de Miao;
  7. Etablissement Kandindi Malu à Kapaya dans le secteur de Miao;
  8. Etablissement Tshingadi Mukendi à Kapaya dans le secteur de Miao;
  9. Etablissement Tshibola Mutshipayi dans le quartier Katoka commune rurale de Kazumba;
  10. Etablissement Ngalula Bakajika dans le quartier Katoka commune rurale de Kazumba;
  11. Etablissement Kande Tshibola à une presse à huile à Mbumba Tshiapota dans le secteur de Miao;
  12. Etablissement Ngindu Tshikepa à une presse à huile à Tshibulutu dans le secteur de Miao;
  13. Etablissement Nkole Kasala à une presse à huile à Kazumba bena diyaya dans le secteur de Miao;
  14. Etablissement Kalamba Kalonga à une presse à  Kashila dans le secteur de Miao;
  15. Etablissement Ntumba Kabuayi à une savonnerie dans le quartier Tshibila dans le secteur de Miao;
  16. Etablissement Ngoyi Lubatshi à une savonnerie dans le quartier Tshibila Commune rurale de KazumbaIl y a près de 820 opérateurs économiques et plus ou moins 34 coopératives oeuvrant dans le domaine agricole, petite épargneetc…  ils sont  identifiés par les service des petites et moyennes entreprises du territoire, ceux-ci  sont des commerçants ambulants qui pratiquent le commerce général, ils se déplacent dans le territoire d’un endroit à un autre à la recherche de débouché  pour écouler leurs marchandises.Dans chaque secteur il y a au moins  sept à huit  marchés importants qui sont hébdomadaires, ils ouvrent  du lundi au dimanche, le territoire compte 75 marchés actifs (grands, moyens, petits et très petits).

Il faut noter que les noms des établissements cités ci-haut, sont ceux en ordre avec l’Etat, c’est-à-dire ayant les documents commerciaux (RCCM, autorisation d’ouverture et payant régulièrement les taxes ou impôts) et les restes d’opérateurs économiques exercent  le commerce informellement car  ne payant pas les taxes au trésor public . Ces entreprises ont comme principales activités le commerce des produits manufacturés (habits, pagnes, matériaux en plastiques, marmites, appareils électroménagers) en provenance de l’Angola et de Kinshasa en passant par la ville de Kananga, vente de boissons alcoolisées surtout qu’ils échangent avec l’Angola sous forme de troc.

Il y a près de 820 opérateurs économiques et plus ou moins 34 coopératives oeuvrant dans le domaine agricole, petite épargne, etc…  ils sont  identifiés par les service des petites et moyennes entreprises du territoire, ceux-ci  sont des commerçants ambulants qui pratiquent le commerce général, ils se déplacent dans le territoire d’un endroit à un autre à la recherche de débouché  pour écouler leurs marchandises.

Dans chaque secteur il y a au moins  sept à huit  marchés importants qui sont hébdomadaires, ils ouvrent  du lundi au dimanche, le territoire compte 75 marchés actifs (grands, moyens, petits et très petits).

Principales activités des opérateurs économiques
  1. Vente de boissons alcoolisées fabriquée à base de maïs, noix de coco, manioc ou encore riz (60%)
  2. Vente de carburant provenant de l’Angola (35%)
  3. Vente des produits pharmaceutiques (2.5%)
  4. Activité minière (2.5%)

Dans le territoire de Kazumba on produit à grande échelle l’alcool indigène appelé Tshitshiampa dans  les neuf secteurs, la plupart de ménages en produise  pour faire le troc (échange de l’alcool contre l’essence) à la frontière de la RDC et l’Angola, et d’autres en produise pour la consommation locale.

Principales activités des PME/PMI
  • Agriculture et élevage (40%) ;
  • Vente de boissons alcoolisées appelé en tshiluba tshitshiampa (25%) ;
  • Vente de carburant acheté  en Angola  pour revendre au Congo (Kasaï) (15%) ;
  • Activité minière (10%) ;
  • Commerce général (10%).
Grandes entreprises locales

Il n y a pas des grandes entreprises dans le territoire de Kazumba, à part quelques individus disposant des fermes ( qui sont dans l’agriculture,l’élevage et la vente de gros et petits bétails), que nous pouvons classer dans la catégorie des petites ou moyennes entreprises vu leur taille, personnels employés et chiffre d’affaire, c’est le cas par exemple de la ferme Babusongo à Matadi, ferme agro-pastorale de Yangueji, ferme pastorale de Ntambu, il  sied de souligner que ces quelques entreprises locales  qui, jusque là malgrès la pression fiscale exercée sur elles continuent a oeuvrer et tiennent   dur, d’autres ont tout simplement  claquer la porte  ou tomber en faillite, faute d’une demande solvable  insuffisance correlaire à la pauvrêté des ménages,  d’autres par  manque   des structures de microfinance pouvant les accompagner pour développer leurs busness.

 

 

Principaux produits agricoles
  1. Maïs et manioc (40%)
  2. Arachides (30%)
  3. Niébé (15%)
  4. Haricots (10%)
  5. Riz Paddy (5%) 

Le maïs et le manioc sont cultiver à grande échelle, parce que ils constituent  les aliments de base des ménages, surtout  lorsqu’on les transforme en foufou appeler en dialecte tshiluba « Bidia », ont le cultive dans tout le territoire, pour la consommation locale et le reste est commercialisé  dans des grands centres de consommation tels que  la ville de Kananga, l’Angola, ou les territoires voisins.

Principaux produits non agricoles
  1. Champignons ou Bowa en langue Tshiluba (60%) 
  2. les fourmis  ou Mankenena, Nsua, Milongu en langue Tshiluba (25%) ;
  3. Chenilles (15%)  en  langue Tshiluba Meshi ;

Les produits non agricoles les plus consommés dans le territoire de Kazumba sont des produits forestiers non ligneux suivants :

  • Champignons: appelés en tshiluba Kampapa, Konyi mutengula ;
  • Chenilles: appelées en tshiluba Meshi souvent ramasser à partir du mois de mars jusqu’au mois de juillet de la même année, il y en a de diverses espèces : il y a les meshi a mansamba, mangaya etc…  
  • Fourmis  rouge et noir appelées en tshiluba mankenena, nsua, milongu ce qu’on appelle à Kinshasa ndonge qu’on trouve  dans les termites à partir du mois de décembre jusqu’au mois de janvier de l’année prochaine 
Principales sources d’énergie
  1. Bois (70%)
  2. Solaire (10.76%)
  3. Groupe électrogène (5%)

Le courant électrique est rare à Kazumba, ce qui fait que  pour avoir de la lumière  la population utilise les torches de marque chinoise, s’il faut charger le téléphone elle se serve de l’énergie des panneaux solaires, soit aux antennes de Airtel, Vodacom ou Orange, pour la cuisson, les ménages utilisent les braises ou les  bois de chauffe, les particuliers, écoles, bureau central de médecin chef de zone utilisent le panneau solaire ou encore le groupe électrogène.


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 7
Nombre de centre de santé 101

Dans les cinq Zones de santé de Kazumba, les médicaments sont disponibles dans les centres de santé et pharmacies grâce au Projet PROSANI (Projet de Santé Intégré), MSH, PAPMD (union européenne)   et autres ONG, nationales telles que SANRU, etc. Les centres de santé de la zone fournissent des services de première nécessité et pour les cas graves, les malades sont acheminés à l’hôpital de Tshikaji ou aux Cliniques   de Kananga au quartier hôpital, la population parcours plusieurs kilomètres pour avoir les soins de santé au risque de mourir avant d’arriver à la structure médicale, on trouve des services organisés tels que la consultation, Chirurgie, Médecine interne, Pédiatrie, Gynéco Obstétrique Laboratoire et hygiène.

 

Maladies les plus récurrentes
  • Paludisme
  • IRA (Infections Respiratoires Aigües)
  • Diarrhées
  • IST (Infection Sexuellement Transmissibles)
  • Fièvre typhoïde


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 565
Ecoles secondaires 256

Entités/ secteurs

Ecoles Primaires

Ecoles secondaires

Elèves au primaire

Elèves au secondaire

1.  Miao

59

34

 9793 dont 4286 filles

 3286 dont 814 filles

2.  Kafuba

79

30

 14261 dont 6380 filles

 3004 dont 822 filles

3.  Mutefu

57

30

 12366 dont 5718 filles

 3558 dont 856 filles

4.   Musuasua

35

19

 10528 dont 4890  filles 

 3570 dont 1146  filles

5.   Matamba

51

21

 13626 dont 6186 filles

 3394 dont 1078  filles

6.   Mbulungu

85

27

 20685 dont 9229 filles

 6442 dont 2064 filles

7.  Kavula

66

39

 15204 dont 6226  filles

 4449 dont 1086 filles

8.  Boie

58

27

 13268 dont 5184 filles

 4307 dont 1069 filles

 9. Tshitadi

75

29

 17062 dont 6471 filles

 3817dont 837 filles

Total

565

256

126793 dont 54570 filles

35827dont 9772

 

Il ressort de ce tableau les constats suivants:

ces institutions ne disposent pas de professeurs propres à eux, tous les professeurs sont de visiteurs, ce qui fait que ceux qui dispensent  les  cours c’est surtout les chefs de travaux et les assistants, les étudiants étudient dans des conditions non idoines (pas de bancs, vieux livres etc…), on note une faible participation du genre féminin car jusqu’aujourd’hui certains parents pensent que les filles sont réservées qu’au mariage, il yaaussi l’aspect lié aux moyens financiers, sont de locataires ce qui influe sur la qualité d’enseignement de ces derniers la plus part de ses institutions sont locataires.

Enseignement supérieur et universitaire
Universités 0
Instituts supérieurs 6

Institution

Localisation

Filière

Nombre probable annuel d’étudiants

Nombre des professeurs

1.    Institut Supérieur de Développement Rural (ISDR) de Tshibala   

Tshibala

Organisation sociale, gestion des entreprises rurales

       150

Deux (2) professeurs visiteurs, ils n’ont pas des professeurs propres à l’institution

2. Institut Supérieur Pédagogique (ISP)Kalomba 

Kalomba

 Histoire, Français linguistique et anglais plus les cultures africaines

         182

 trois (3) professeurs visiteurs, ils n’ont pas des professeurs propres à l’institution

3. Institut Supérieur des Techniques Médicales (ISTM) Ndekesha 

 Ndekesha 

    Accoucheuse et hospitalisation

           250

 Deux (2) professeurs visiteurs, ils n’ont pas  des professeurs propres à l’institution

4. Institut Supérieur Pédagogique(ISP)Kafuba

 

 Kafuba 

 

Histoire, Français linguistique et anglais plus les cultures africaines 

            198

Deux (2) professeurs visiteurs, ils n’ont pas  des professeurs propres à l’institution

5. Institut Supérieur Pédagogique (ISP)Bilomba 

 

 

 

Bilomba 

 

 

 

Histoire, Français linguistique et anglais plus les cultures africaines

 

 

 

            188

 

 

 

   Quatre (4)Professeurs visiteurs, ils n’ont pas  des professeurs propres à l’institution

 6. Institut Supérieur des Techniques Médicales (ISTM)Matamba

  Matamba

Accoucheuse et hospitalisation

           70

Aucun professeur à part les assistants qui dispensent les cours

La plupart des ses institutions d’enseignement supérieur ont un manque des bibliothèques modernes et des matériels dydactiques, manquent des locaux propres à l’institution, les cours sont dispensés par les assistants, avec comme conséquence la dégradation de la qualité d’enseignement sur les étudiants avenir de demain.


ONG et projets

Nombre d’ONG 18
Principales activités
  • ONG CODET  (Coopérative pour le Développement de Tshitadi) : œuvrant dans le domaine d’entretien d’infrastructures (routes de dessertes agricoles, ponts, et sources d’eau)
  • ONG ADAM (Association pour le Développement Agricole de Mutefu) : est dans le domaine d’agriculture
  • ONG CODISAKA  (Coopérative pour le Développement Intégré de Kavula
  • ONG KABUADI: œuvrant dans le domaine agro-pastoral.

 

Principaux projets de développement financés par le Gouvernement
  1. PARSS (Projet d’Appui au Secteur de la Santé), projet en cours:

Quant au PRISS il a permis la construction des écoles primaires dans différents secteurs de Kazumba et sont en cours de construction dans le secteur.

Les principaux  projets de développement sur financement du gouvernement dans le territoire de Kazumba sont le PARSS et le PRISS. Le PARSS ravitaille mensuellement en médicaments tous les hôpitaux et centres de santé du territoire. Quant au PRISS il a permis la construction des écoles primaires dans différents secteurs de Kazumba et sont en cours de construction dans le secteur.

 

Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement
  1. PROSANI-USAID : financé par ONG Américain
  2. PADIR-BAD Banque la banque Africaine de Développement
  3. REDD+: PADIR

PROSANI-USAID : Village assaini s’occupe de constructions des fontaines dans les villages et a  dans plusieurs  secteurs  du territoire construit et aménagées de sources d’eaux ;

PADIR-BAD : est dans construction des écoles, des marchés publics, Centre de Santé, adduction d’eau, mais actuellement (2016) ils sont entrain de construire un marché à Bilomba projet encours d’execution. REDD+:  PADIR: environnement.


Accessibilité et tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Oui
Voies aériennes Oui
Biefs navigables Non
Train Non

On peut accéder dans le territoire par la route n° 1 : Kalamba Mbuji que les autres appellent Muanya Mbulu ou route cinq chantiers, qui commence de Kananga en passant par Matamba, Kambundi  en passant par le  secteur de Mboie vers le pont Lueta  frontalier avec la répubique Angolaise.

 Le territoire dispose d’un certain nombre d’aérodromes mais impraticables, parce qu’il y a d’herbes qui ont poussés et sont de ce fait  rester non fréquentés par manque d’entretien, parce que personne ne s’y pense pour leur réhabilitation

Réseaux de communication
Africel Non
Airtel Oui
Orange Oui
Tigo Non
Vodacom Oui

Les réseaux de télécommunication existants dans le territoire de Kazumba  sont : Airtel  qui couvre le 65% du territoire la journée il n y pas moyen de se connecter à l’internet et la nuit il y a un faible signal, il y a le service d’ Airtel Money dans la plupart  des secteurs du territoire, alors que pour  Vodacom il couvre les 20%  du territoire, il n y a pas d’accès à l’internet car la société Vodacom à mis des antennes très courtes qui fonctionnent avec l’énergie solaire le service financier M-PSA est rare dans le territoire, Orange vient  a peine (depuis mai 2016) de s’installer à Ndekesha, mais connait de perturbation chaque jour . 

Hormis les réseaux de télécommunication il  n’existe aucune Radio ou chaine de télévision pour que la population sois informé, à part quelques individus qui disposent des équipements pour capter les chaines câblées (CANAL SAT), qu’ils achètent soit à Kinshasa ou à Kananga.

Attraits touristiques
Parcs Non
Jardins botaniques Non
Jardin zoologiques Non
Chutes d’eaux Oui
Sites touristiques Oui
Sites sacrés Non
  • Mission catholique Mikalayi, première mission catholique que les premiers missionnaires avaient  visitée à l’époque coloniale,
  • Katende sur lulua
  • Chute naturel de Miao, dans le secteur de Miao
  • Petit séminaire de Kabwe à Mikalayi
  • Katende
  • Malandimakulu un site important ou les belges avaient construit ou les catholiques font le pèlerinage chaque année
  • Mission protestante de Kalomba
Espèces phares de la faune
  • Singes(Ntshima)
  • Antilopes (Kabuluku)
  • Oiseaux (oies sauvage)
  • Pangolins (Nkaka)
Espèces phares de la flore
  1. Afromosia
  2. Wenge
  3. Bois noir

L’arbre Encens en tshiluba (Kamonya)


Situation sécuritaire

Le territoire de Kazumba comme tout autre terrioire du Kasaï Central n’a pas échappé à l’intrusion des miliciens du chef coutumier Kamwinan Nsapu,  un chef traditionnel  abattu en Août 2016 lors d’une opération de police dans la cité de Tshimbulu (Kasaï-Central-  du territoire de Dibaya ), pour rappel,  médecin de son état, Kamwina Nsapu (Jean-Pierre Pandi, de son vrai nom) était rentré en RDC en avril 2016, après plusieurs années passées en Afrique du Sud.

Deux mois après son retour, il avait appelé à une insurrection populaire visant à débarrasser le Kasaï-Central, de toutes les institutions et autres services de l’ordre, auteurs selon lui, des « tracasseries contre les populations ». 

En effet, l’environnement sécuritaire est devenu très critique  voire même reste volatile avec la multiplication des affrotements et incursions de miliciens dans tout les neuf secteurs du territoire de Kazumba  avec des attaques  contre les édifices publiques ( bureaux de secteurs,  bâtiments de l’administration du territoire, bureaux de la commission électorale indépendante), et  surtout les églises catholiques avec comme corrolaire  un nombre assez élevé de morts parmi lequels  la population civile et militaires   , d’ou il serait souhaitable  qu’il ait une véritable négociation  avec les répondants  de la famille régnante Kamuina Nsapupour apaiser ses ardeurs et revendications; la campagne de cohabitation des civiles et agents de l’ordre dans différentes zones de conflit


Opportunités de développement

Possibilité de créer une filière de production de poisson

Toutes choses restant égale par ailleurs, si les autorités tant provinciales  que nationales pensent à la création d’une filière de production de poisson, vu les   rivières  telles que Lulua, Kasaï, Miao, Kashinde, Lutshatsha, Luanga, Luebo, Luembo qui  regorgent en leurs seins d’immenses ressources halieutiques,  celà peut profiter au territoire et à la province.

  • Probabilité d’avoir de l’énergie

Etant donné la présence des grandes rivières, s’il ya des capitaux frais, on peut construire des barrages qui auront pour effet  la réduction du chômage dans le territoire et province du Kasaï, l’éclairage public, l’industrialisation, le captage d’eau de la rivière jusque dans les ménages, bref, cela va  booster  les activités économiques.

  • Sur le plan touristique

Le territoire dispose de plusieurs sites d’attraits touristiques comme par exemple la rivière Lulua, Miao, Kasaï la première mission de la RDC  Mikalayi, le grand séminaire de Kabue ou on peut ouvrir les parcs d’attraction. 

  • Sur le plan des activités minières

Pour un investisseur qui voudrait bien se lancer dans l’activité minière à Kazumba il y a la présence de minerai tels que  le diamant qui est exploité artisanalement à faible échelle dans le secteur de Bulungu, Kafuba , Miao, Mutefu, Kavula, Ntambu, Matamba, Tshitadi vers le Sud, le Zinc  , Nickel, platine, Chrome sont signaler à  Musuasua et Miao jusque là personne ne s’y intéresse  alors que si on exploite ça sera un bouffer d’oxygène pour toute la province voire même le pays.

  • Sur le plan agricole

Le territoire de Kazumba dispose de la terre arable capable de faire pousser des cultures à n’importe quelle saison, pour ce faire, le riz, les bananes, ignames, caféier, le maïs, le manioc peuvent germer sans problème, mais force est de constater que les routes de desserte agricoles sont dans très mauvais état, d’ou si l’effort du gouvernement est orienté dans ce sens, celà va accroitre même la production agricole.

Création d’une microfinance, messagérie financière et banque classique  pour une inclusion financière

Etant donné  la demande des services financiers  de plus en plus croissant,  il est  souhaitable de créer des institutions financières pour faciliter les flux financièrs des ménages, si les autorités nationales ou provinciales soit les privés peuvent songer implanter celà, pourrait participer à faciliter les paysans de faire développer leurs busness (petits commerce, champs etc…).

  • Sur le plan de transport 

Kazumba à besoin de moyen de transport pour faciliter l’évacuation de personnes et de leurs biens, surtout les denrées  dans des villages, parceque le vélo a une capacité faible pour transporter les marchandises (maïs, manioc etc…).

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique