Territoire de Luebo

Fiche du territoire

Mise à jour le 31 mars 2017

Province Kasaï
Superficie 8 450 km²
Taille estimée de la population 887 967 hab.

(source: Rapport annuel 2016 de l’Administration de Territoire )


Carte administrative


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

Le territoire de Luebo a été créé sur ordonnance N°99/AIMO du 27 septembre 1933. L’ordonnance N°21/64 du 04 Janvier 1968 fixe les limites du territoire de la manière suivante:

  • Au nord par la Lulua depuis son embouchure avec Lumpembe, celui-ci en amont jusqu’au port situé à 1 Km de son embouchure aboutissant à la route carrossable Luebo-Mweka, une droite joignant la source Tshitenge, ce dernier jusqu’à l’embouchure dans la rivière Lulua, de ce confluent jusqu’au confluent Ntumba Kamayoyo jusqu’à sa droite joignant cette source à celle de Tungongo, une droite relie cette source de Mpungu, de la Kakonde,de la Mingeshi et Lukaya, jusqu’à son embouchure dans le territoire de Demba, la Lombelo en aval jusqu’à son confluent avec Luatapa (Territoire de Demba et Territoire de Kazumba)
  • Au sud par la Kandimba jusqu’à sa source, une droite joignant cette source à celle de Luenge de la Kanjinga et de la Kabambaie (Territoire de Kamonia)
  • A l’est par la Lombelo, la Lulua en aval de l’embouchure jusqu’au confluent deTshimpashi, une ligne droite joignant celle-ci avec Dibanda vers le confluent de Kakulu, la Luebo en aval jusqu’à l’embouchure de la Lulua (Territoire de Mweka)
  • A l’ouest par la rivière Kasaï jusqu’à l’embouchure de la rivière Bavukila, cette dernière jusqu’à sa source joignant cette source jusqu’aux confluents des rivières Luebo et Kasaï en aval jusqu’à l’embouchure de la Lulua (Territoire d’Ilebo)

Latitude :

La latitude est située entre deux parallèles de 20° et 80° sur le méridien de 190° et 220° de longitude Est.

Climat :

Il a un climat de type soudanais, c’est-à-dire celui qui présente deux saisons qui sont la saison sèche humide qui commence au mois de juin jusqu’en septembre et la saison des pluies chaude qui va de septembre jusqu’en mai.

Sol :

Il est caractérisé par le sol du type argilo-sablonneux, très fertile et très riche en produits sous-sol tels que le diamant, l’or ainsi que le fer. Le diamant et l’or sont exploités artisanalement sauf le fer reste intact.

Relief :

Le relief de Luebo reste caractérisé par des plaines arborées, des plateaux, de fortes pentes, des galeries forestières et des forêts primaires.

Végétation :

Ce territoire est situé dans le prolongement de la forêt équatoriale et, il est dominé par la végétation empruntée des carrières (graviers).

Hydrographie :

Plusieurs cours d’eaux entourent et traversent le territoire de Luebo. Les plus importants sont:

  1. Kasaï
  2. Lulua
  3. Kaluebo
  4. Nsasayi
  5. Wedi
  6. Muaudi
  7. Minshangi
  8. Kabeya Mayi
  9. Mpupuyi
  10. Tshiapota
  11. Tshisenge
  12. Lumpende
  13. Kandelenge
  14. Lulengele
  15. Luenge
  16. Monge
  17. Kamakadi
  18. Lubi
  19. Bisanga
  20. Kabambaie
Particularités et richesses du territoire

Particularité physique:

Le territoire de Luebo est limitrophe à 5 autres territoires à savoir Ilebo, Mweka, Kamonia, Demba et Kazumba ainsi que la ville de Tshikapa le chef-lieu de la province. Il se retrouve au centre de la province du Kasaï, traversé par 20 cours d’eaux importants dont certains d’entre eux ont des biefs navigables et d’autres non navigables disposant des chutes très importantes.

Particularités sociologiques:

Il existe six tribus dans le territoire à savoir le lulua, le luba, l’otetela, le luntu, le kete ainsi que le kuba. Les lulua, luba, otetela et luntu sont du type patriarcat tandis que le kuba et le kete sont quant à eux du type matriarcat. Il est à noter que les ressortissants de Dekese habitent aussi ce territoire mais la plupart se trouve dans les forets, raison pour laquelle ils ne sont pas comptés parmi les autres. Ils sont aussi du type matriarcat.

Particularités économiques :

Ce territoire a des particularités économiques de part la fertilité de son sol ainsi que sa richesse en produits sous-sol tels que le diamant, l’or et le fer. Ces derniers sont exploités artisanalement tandis que le fer lui reste intact. Signalons que la route nationale N°20 passe dans le territoire bien que délabrée  ainsi que 2 aérodromes abandonnés. Deux grands ports permettant l’approvisionnement du territoire et l’évacuation des produits.

Données culturelles

Il existe plusieurs tribus dans le territoire de Luebo à savoir:

  1. Lulua
  2. Kuba
  3. Kete
  4. Luba
  5. Otetela
  6. Luntu
Langues parlées dans ce territoire
  1. Tshiluba
  2. Otetela
  3. Kete
  4. Dekese
  5. Lelé
  6. Binji
  7. Kuba
  8. Lingala
  9. Kikongo
  10. Swahili
Principales activités
  1. Agriculture
  2. Exploitation artisanale des minerais
  3. Petit et grand commerce
  4. Elevage
  5. Pêche

L’agriculture est la principale activité de la population. De vastes étendues de terre sont cultivées dans les quatres secteurs du territoire permettant à la cité de s’approvisionner en produits vivriers.

En dehors de l’agriculture se place l’exploitation artisanale des minerais. Le petit commerce est informel et est pratiqué par de petits opérateurs tandis que le grand commerce lui est formel et pratiqué par de grands opérateurs.

L’élevage est à bas niveau car le plus grand éleveur de gros bétails n’a que moins de 100 bêtes. La pêche également est à faible niveau malgré la multitude des cours d’eaux poissonneux. Nous retrouvons des espèces de poissons telles que les mpiodi, mongusu, mbutu, jilangwa, mbukubuku (poisson électrique), muimba, musonga, jibanga, kakunda, kashikanyoka, kungululu, tshijingijingi, jimona, ngolo, capitaine,…


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au 31 mars 2017
Vendeur : 1$ = 1 350 FC Acheteur : 1$ = 1 300 FC
Nombre d’opérateurs économiques 17

Principaux opérateurs économiques
  1. Entreprise MWEPU, opérant dans la vente du carburant, employant 25 ouvriers et appartenant à MWEPU KAZEMBE
  2. Enterprise TOP 13, operant dans la vente du carburant, employant 8 ouvriers et appartenant à MBUYI Agnès
  3. Enterprise BANTU MBABI, opérant dans la vente en gros des produits manufacturés et du carburant, employant 5 ouvriers et appartenant à Jadot TSHIMPE
  4. Enterprise CONGO DJAM, opérant dans la vente du tabac, employant 1 ouvrier
  5. Enterprise SALU, opérant dans la vente en gros des produits manufacturés, n’employant aucun ouvrier

Tous ces opérateurs exercent leurs activités dans la cité de Luebo sur l’avenue du commerce. Ils vendent des produits en provenance de Kinshasa

Principales activités des opérateurs économiques
  1. Vente des produits manufacturés,
  2. Vente du carburant,
  3. Vente des produits pharmaceutiques,
  4. Vente des produits brassicoles,
  5. Exploitation artisanale des minerais.

La vente des produits manufacturés constitue la principale activité des opérateurs économiques du territoire.

La vente du carburant est aussi à grande échelle étant donné que la demande est élevée. La grande partie de carburant vendu est consommée pour l’exploitation artisanale des minerais ainsi que pour le transport.

Outre la vente des produits manufacturés et du carburant, il existe également des opérateurs qui vendent des produits pharmaceutiques en provenance de Kinshasa.

La vente des produits brassicoles quant à elle, n’est pas à grande échelle car ces derniers coutent très chers (3000 francs/bouteille de 72cl) par rapport au niveau de vie de la population.

La vente des produits miniers constitue également une très grande activité pour la population. Ce secteur  est informel car les opérateurs dans ce secteur ne sont pas reconnus par les services de l’État.

Principales activités des PME/PMI
  1. Vente des produits manufacturés.
  2. Vente des produits brassicoles
  3. Vente du carburant
  4. Vente des produits pharmaceutiques
  5. Moulinage
Grandes entreprises locales

Dans le territoire de Luebo, il n’existe pas de grandes entreprises locales employant plus de 50 personnes

Principaux produits agricoles
  1. Manioc
  2. Maïs
  3. Riz
  4. Arachides
  5. Niébés

Le manioc est produit en très grande quantité dans tous les secteurs du territoire. La plus grande quantité est consommée soit en chikwangue, soit en tubercules bouillies et surtout en pâte communément appelée foufou. La grande quantité de la production est consommée localement étant donné que les voies d’évacuation sont impraticables. Le maïs est également produit en très grande quantité dans les quatres secteurs de ce dernier.

Il est consommé sous forme d’aliment bouilli ou grillé au feu et aussi une grande partie est transformée en alcool local appelé «tshitshampa ». La production de riz n’est pas à négliger également étant donné qu’il constitue un aliment de base pour la population du territoire. La production des arachides est énorme au point que les arachides soient classées quatrième produit agricole après le manioc, le maïs et le riz. Elles sont consommées localement par la population. 

Il est à noter que tous les produits agricoles sont destinés à la consommation locale à Luebo étant donné que les voies d’évacuation ne sont pas praticables.

Principaux produits non agricoles
  1. Huile de palme
  2. Les chenilles
  3. Les champignons
  4. Les termites
  5. Fumbwa

La fabrication d’huile de palme constitue une très grande activité de plusieurs agriculteurs du territoire.  On en dénombre plusieurs plantations de palmier à huile. Les quatre autres produits sont saisonniers. Ils sont prélevés dans des forets non loin des habitations.

Principales sources d’énergie
  1. Bois
  2. Charbon de bois
  3. Pétrole
  4. Solaire

Le bois et le charbon de bois constituent les principales sources d’énergie. Ils sont utilisés pour la cuisson des aliments. Ces derniers sont utilisés par 100% de la population. Les ménages utilisent les groupes électrogènes pas comme source principale d’énergie mais plutôt pour suivre les actualités. Les panneaux solaires sont utilisés dans différentes structures de la place pour le fonctionnement de leurs outils de travail. Signalons que dans ce territoire, il n’existe pas de micro turbine ou barrages hydroélectriques. L’énergie consommée c’est à base des groupes électrogènes.


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 4
Nombre de centre de santé 44

Le territoire compte 2 hôpitaux généraux dont l’un dans la zone de santé de Luebo et l’autre dans la zone de santé de Njoko-Punda, 2 centres hospitaliers considérés comme hôpitaux secondaires, 44 centres de santé dont 26 dans la zone de santé de Luebo et 18 dans celle de Njoko-Punda. La zone de santé de Luebo compte 8 médecins et 126 infirmiers tandis que celle de Njoko-Punda compte 5 médecins et 96 infirmiers.

L’hôpital général de Luebo a une capacité d’accueil de 120 patients dont 89 lits installés tandis que celui de Njoko-Punda a une capacité de 100 mais n’a que 53 lits installés. La couverture des infrastructures sanitaires est à améliorer. Ce qui est déplorable c’est que ces structures n’ont pas de latrines pour les patients. Nous signalons également que ces hôpitaux sont pris en charge par l’ONG SANRU en fournitures des médicaments. Toutefois le cout de médicaments dans le territoire est abordable car avec 100 francs congolais on peut obtenir une plaquette de paracétamol et avec 2000 francs les médicaments soignant les infections respiratoires aiguës. Les médicaments spécialisés sont rares dans le territoire et doivent être commandés en ville.

Les soins spécifiques ne sont pas dans ce territoire, pour consulter un cardiologue, un chirurgien, un otorhino-laryngologiste, un dentiste, un neurologue, un ophtalmologue,… il faut se rendre à Kananga, ville située à 200 km du territoire.

La situation sanitaire de ce territoire est caractérisée par une prédominance du paludisme. Celui-ci est suivi par les Infections Respiratoires Aigues (IRA) et les maladies diarrhéiques. C’est ainsi le territoire a quelques caractéristiques à savoir: 

  • Forces: la disponibilité des NTIC
  • Faiblesses: l’insuffisance en ressources humaines constituant le principal obstacle au développement de ce secteur
  • Opportunités: mise en place d’un système de prévention et lutte contre les maladies ainsi que la tarification forfaitaire des soins 
  • Ménaces: faiblesse des revenus (salaires et primes) des personnels de santé responsables de la déterioration de la qualité des services  et des            mauvaises pratiques. 
Maladies les plus récurrentes

Quatre de ces maladies les plus récurrentes sont identiques dans les deux zones de santé. Nous citons le paludisme, l’IRA, la diarrhée ainsi que la fièvre typhoïde. Le paludisme est causé par la présence du moustique anophèle qui se justifie par le non assainissement des villages. La fièvre typhoïde et la diarrhée quant à elles sont causées par la consommation d’eau impropre à la santé.


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 281
Ecoles secondaires 116

Le territoire compte 397 écoles dont 281 écoles primaires et 116 écoles secondaires. Dans chaque secteur nous retrouvons des écoles tant publiques que privées.

Le système éducatif reste confronté à des difficultés de plusieurs ordres qui portent notamment sur la faiblesse de l’accessibilité et l’encadrement entrainant un taux de scolarisation moins élevé, le délabrement des infrastructures scolaires. Le taux net de scolarité demeure donc faible dans le prescolaire, le primaire, le secondaire ainsi que dans le supérieur. Cette faiblesse est donc liée au niveau de vie très bas entrainant l’insuffisance des moyens pour faire étudier.

Outre les difficultés, nous déplorons la qualité d’enseignement. Plusieurs facteurs entrent en jeu pour assurer une bonne qualité d’enseignement entre autre:

  • La motivation
  • Le recyclage des enseignants
  • Un bon recrutement
  • L’actualisation
  • Disposer des supports pédagogiques, …

Dans ce sens, il est à remarquer que le niveau d’éducation est trop bas et ceci pour des raisons telles que:

  • La mauvaise qualité des enseignants
  • L’insécurité alimentaire
  • Long trajet effectué
  • La non gratuité
  • Le nombre des classes insuffisant
  • Pas de manuels scolaires

C’est ainsi qu’il y a une très grande nécessité d’améliorer l’efficacité et faire une révision de la mise en œuvre des stratégies de la revalorisation de la fonction enseignante.

 

Enseignement supérieur et universitaire
Universités 1
Instituts supérieurs 5

Le territoire compte 5 institutions supérieures et 1 université avec un effectif total de 462 étudiants pour tout le territoire. Il s’agit de l’institut supérieur des bâtiments et des travaux publics (IBTP), l’institut supérieur des techniques médicales (ISTM), l’institut supérieur de développement rural (ISDR), l’institut supérieur pédagogique, l’institut supérieur pédagogique KASENGA ainsi que l’université du CEPROMAD.

La qualité de l’enseignement est déplorable étant donné que le territoire a une carence en personnel enseignant. Ces institutions ne disposent pas de bâtiments ainsi que des bibliothèques pour faciliter aux étudiants de bien mener des recherches. Nous avons fait un constat selon lequel les institutions ne disposent également pas de matériels informatiques.


ONG et projets

Nombre d’ONG 13
Principales activités
  1. Santé
  2. Environnement
  3. Développement
  4. Agropastoral
  5. Éducation civique
Principaux projets de développement financés par le Gouvernement
  1. Projet SANRU assp
  2. Projet PROSEB

Les réalisations du projet SANRU assp c’est la prise en charge des zones de santé en matériels et médicaments tandis que celles de PROSEB sont la construction de quatre écoles primaires dans le territoire à savoir :

  1. E.P BUTOKE
  2. E.P DIMUNAYI
  3. E.P KONYI 1
  4. E.P NJOKOPUTA
Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement

Projet global de SANRU : fourniture des deux zones de santé en médicaments ainsi que le réaménagement de certains centres de santé dans le territoire de Luebo


Accessibilité et tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Oui
Voies aériennes Non
Biefs navigables Oui
Train Non

 Routes:

Les routes permettant d’entrer et de sortir du territoire sont la nationale R20 qui connecte la ville de Kananga en passant par Luebo vers Mweka et Ilebo. Elle est généralement dans un état d’impraticabilité et pose d’énormes problèmes pour la circulation des personnes et de leurs biens, chose qui nécessite une réhabilitation afin de désenclaver le territoire. La route nationale N°20 est en mauvais état.

Rivières:

Plusieurs rivières traversent le territoire de Luebo mais deux sont navigables et facilitent le trafic des produits en provenance de Kinshasa. Le programme des baleinières et bateaux n’est pas fixe. Cependant, il dépend de l’offre et de la demande. C’est-à-dire que lorsqu’il y a besoin les bateaux embarquent.

Nous citons deux ports importants dans le territoire :

  • Port de Luebo (commune rurale de Luebo)
  • Port de Njoko-Punda (secteur de Njoko-Punda)

Aéroport :

Dans le territoire nous avons deux aérodromes, l’un dans la cité de Luebo et l’autre dans le secteur Njoko-Punda abandonnés depuis l’an 2000. C’est en 2000 qu’il a eu lieu le dernier atterrissage.

Réseaux de communication
Africel Non
Airtel Oui
Orange Oui
Tigo Non
Vodacom Oui

Ces réseaux n’ont pas de couverture dans tout le territoire. Certains secteurs ne sont pas alimentés en réseau téléphonique. C’est ainsi que la qualité du réseau pour les appels est bonne et ne cause pas trop de problèmes sauf quand il y a pluie. Mais la qualité de réseau internet est à faible débit et cause beaucoup de problèmes. Il y a disponibilité de différents produits tels que cartes et sims blanches. Aussi le service de transfert Airtel money et M-pesa sont disponibles. Orange money n’y est pas.

Attraits touristiques
Parcs Non
Jardins botaniques Non
Jardin zoologiques Non
Chutes d’eaux Oui
Sites touristiques Oui
Sites sacrés Non

Nous citons les sites touristiques qui se trouvent dans le territoire de Luebo, nous avons 5 au total :

  1. Pont sur la rivière Lulua d’environ 150m, qui relie les deux rives (droite et gauche)
  2. Port ONATRA de la cité de Luebo
  3. La chute de Kaluebo sur la rivière Kaluebo
  4. Port de Njoko-Punda
  5. La chute de Baditu à Mbelenge sur la rivière Kasaï, dans le secteur de Njoko-Punda

Il existe des réserves naturelles de Luebo dans lesquelles des espèces phares comme de singes, porcs pic, gazelles, antiloppes, pangolins, crocodiles, sangliers et pythons sont trouvés. Ces réserves comptent plus de 1000 singes espèces différentes. On y trouve encore des porcs pic, des sangliers et même des serpents tués qui sont vendus dans de petits marchés. Ce sont des sites touristiques situés non loin du chef-lieu du territoire mais à cause du problème d’accessibilité difficile, il n’y a pas de touristes nationaux ou étrangers qui s’y rendent.

Espèces phares de la faune
  1. Singes
  2. Sangliers
  3. Porcs pic
  4. Serpents
  5. Oiseaux
Espèces phares de la flore
  1. Cocotier
  2. Palmier à huile
  3. Manguier


Situation sécuritaire

Des violences sécouent depuis plusieurs mois le territoire de Luebo. Cela dure plusieurs mois que la situation s’est dégradée dans le territoire avec des affrontements des forces de sécurité et des miliciens du chef coutumier de Kamuina Nsapu. Ceux-ci ayant occasionné la mort de certaines personnes notamment celle de l’épouse de l’administrateur de territoire décédée le 31 mars 2017 ainsi que le déplacement des milliers de personnes dans les villages. Ceux-ci ont causé des dégats matériels notamment l’incendie de tous les bureaux des services publics (bureau de l’administration de territoire, ANR, Police Nationale Congolaise et camp de la police, DGI, DGRAD,…)

Il règne une instabilité dans tous les domaines de la vie quotidienne (professionnel, scolaire, commercial, militaire, agricole, …) causée par la présence effective des miliciens empechant aux travailleurs d’exercer leurs taches quotidiennes pour la survie. Une aide humanitaire serait d’une grande necessité.

 


Opportunités de développement

Secteur des Infrastructures:

Le territoire de Luebo, ancien chef-lieu du district du Kasaï est le carrefour d’autres territoires du Kasaï. Il fait la jonction du chef-lieu de la province du Kasai et tous les territoires de cette dernière. C’est un territoire regorgeant d’énormes potentialités en terme de production pouvant alimenter Tshikapa  devenu aujourd’hui chef-lieu de la province du Kasaï ainsi que d’autres villes; d’où la nécessité de réhabiliter les routes qui sont d’intérêt provincial que national. La construction des ports ainsi que le balisage des biefs navigables sur les rivières seraient d’une très grande nécessité afin de permettre l’accostage de gros bateaux qui viennent de Kinshasa.

Deux bonnes pistes d’atterrissage abandonnées depuis l’an 2000, l’une dans la commune rurale de Luebo de 2 km de long et l’autre à Njoko-Punda de 3 km de long nécessitant une réhabilitation dans le souci de désenclaver le territoire de Luebo.

Nous citons aussi une très bonne plaine d’environ 10 km de long à Kanyinganyinga non loin de la commune rurale de Luebo où peut ériger une bonne piste d’atterrissage. 

Secteur Énergie:

Il existe 3 chutes importantes avec un débit de niveau élevé dans le territoire de Luebo à savoir les chutes Mwambi Tshibola et Kaluebo, toutes deux sur la rivière Kaluebo et une autre appelée chute Baditu sur la rivière Kasai. Il serait important que le gouvernement y construisent des barrages hydroélectriques afin d’alimenter le territoire en énergie électrique qui n’a jamais existé dans ce milieu.

Il existe également une usine d’eau de la REGIDESO construite en 1988, abandonnée en 2003 et qui permettait à la population de consommer l’eau potable. La consommation d’eau des sources non aménagées est source de plusieurs maladies à Luebo. D’où la nécessité de la redynamiser.

Secteur agriculture, pêche et élevage:

Des savanes herbeuses très importantes existent à Luebo pouvant faciliter l’agriculture et l’élevage moderne. Le territoire dispose d’un sol très fertile et de vastes terres arables. Il se laisse remarquer une inadéquation entre les moyens et les missions de la politique agricole, quant à la satisfaction des besoins de sécurité alimentaire et la contribution de l’agriculture dans l’économie nationale. Il serait de très grande importance que l’Etat mette en œuvre une stratégie de politique d’exploitation des terres agricoles, réhabilite des routes de desserte agricole permettant l’évacuation des produits vers l’extérieur, mette à la disposition des agriculteurs des intrants pour qu’ils augmentent la production et rende disponibles des semences aux agriculteurs, choses qui encourageraient ces derniers à mieux faire. On dénombre  également plusieurs cours d’eaux importants pouvant faciliter une grande production en poissons.

Secteur socio-économique :

Une usine d’exploitation de fer située à 25 km de la cité de Luebo dans le secteur de Luebo-Wedi a été construite en 1967 et abandonnée quelques années plus tard. D’où la nécessité de la redynamiser afin de permettre à la population d’accéder aux emplois.

Secteur Éducation:

Le territoire compte 387 écoles dont 281 écoles primaires et 116 secondaires. Sur le plan éducationnel les contraintes sont les suivantes :

  1. Insuffisance de l’offre d’un enseignant de qualité,
  2. État des infrastructures,
  3. rareté des matériels scolaires,
  4. motivation et préparation des enseignants, etc.

C’est ainsi qu’il y a nécessité d’améliorer la qualité de l’enseignement primaire et secondaire par les mesures suivantes:

  1. Amélioration de l’efficacité interne
  2. Révision et mise en œuvre de la stratégie de revalorisation de la fonction enseignante
  3. Distribution des supports pédagogiques
  4. Une meilleure appropriation des programmes d’études par le personnel enseignant ainsi que leur actualisation.

 

 

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique