Territoire de Madimba

Fiche du territoire

Mise à jour le 31 mars 2017

Province Kongo-Central
Superficie 8 260 km²
Taille estimée de la population 475 402 hab.

(source: Rapport annuel 2016 de l’ Administration du territoire)


Carte administrative


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

Situé à 100 km de Kinshasa, le territoire de Madimba est une entité déconcentrée de la province du Kongo Central (Ex Province de Bas Congo), district de la Lukaya crée par l’Ordonnance d’Administration Générale n°40/2 du 1erFevrier 1913. Avec 946 km des routes vitales, il part de la rivière Lukusu au Nord jusqu’ à  la cité de Kintano à l’ouest ; et de la rivière Inkisi à l’ouest jusqu’à Kinkosi luidi vers le Sud-Est. Il est limité au Nord-Est par le territoire de Kasangulu, au Sud-Est par le territoire de Kimvula; à l’Ouest par le territoire de Mbanza ngungu et au Sud par l’Angola .Sa population est jeune avec une moyenne de 55 hab. /km2

Coordonnées Géographiques                                                                              

  • Latitude : 4°9  
  • Longitude : 15 °2
  • Altitude    : 210 mètres.

Climat

 Avec alternance  de saison, Madimba  présente un climat tropical humide .La saison de pluvieuse  a sept  mois (Septembre ,Octobre ,Novembre ,Décembre ,Janvier , Avril et Mai ). La saison sèche quant à elle ne dure que cinq mois ( Février et mars pour la petite saison ; Juin ,Juillet  et  Août pour la saison proprement dite ).En fonction de saison, sa température varie entre 20 °et 30 ° C, 1200 mm à 1600 mm pour la pluviométrie.

Types de sol

 Madimba a deux types sol : sablo- argileux  par endroit et argilo – sablonneux ailleurs.

Végétation : le territoire de Madimba présente un paysage très varié, son relief est dominé par des collines basses, des vallées et des plateaux.

Hydrographie : Hormis la rivière Inkisi qui le traverse, le territoire de Madimba a dans sa partie Nord le Fleuve Congo, il a également de nombreux cours d’eau et rivières (rivières: Lukusu, Luidi, Mfidi, Ngufu, Geba, Wungu, Nsele, Tau, Luvu, Lukunga et Bongolo.

Particularités et richesses du territoire

Particularités

Madimba est le territoire qui a reçu la première école et la première université de l’Afrique Centrale. C ‘est cette université  qui  deviendra plus tard le  Lovanium (Université de Kinshasa). C’est un territoire désenclavé.

Richesses du sol

Madimba est dominé  par des terres cultivables. Si l’agriculture pouvait se mécaniser, le territoire fournirait en quantité industrielle  les  biens  consommables primaires des congolais (manioc, huile de palme , maïs et autres ) surtout ceux habitant Kinshasa. Il a des cours d’eau partout. Il a un sous-sol riche en minerais de zinc, fer, cuivre et eau minérale.

Données culturelles

Basée sur les us et coutumes  Kongo, sa culture est purement africaine.

  1. Les kintandu (65%),
  2. Kimbeku (20%),
  3. Kimbata (15%).

Ce sont les langues des peuples autochtones. Le dialogue (palabre : Kinzonzi), le respect des ainés et des ancêtres s’observent. Le matriarcat et le mariage monogamique sont les régimes matrimoniaux pratiqués.

La musique est très diversifiée en termes d’acteurs qui chantent la joie, la mort, la vie ou la morale. Par contre, eux tous gardent un point commun qui est le rythme. (Le rythme Kintandu). Les morts sont enterrés à proximité de la maison surtout au village. Le chef du village et le héros ( personne qui a marqué son milieu par sa bravoure) sont enterrés devant la maison.

Un autre point de vue diversifiant les Madimbiens  est la religion.  Nous y retouvons les protestants, les catholiques, les églises de réveil, les musulmans ; les kimbanguistes et une forte présence d’ autres religions particulières ( Mpeve ya longo, Animistes , Fikambi kambi…) dont une (  Ecuse ) tire son origine  dans Madimba.

Langues parlées dans ce territoire
  1. Kintandu  (secteurs de Ngeba et Ngufu)
  2. Kimbata  (secteur de Mfidi)
  3. Kimbeku  (secteur de Luidi)
  4. Kimpangu  (secteur de Wungu)
  5. Kimpesi  (secteurs de Luidi et Mfuma)

Le territoire a six secteurs et deux grandes cités dans lesquels on trouve un mélange des tributs et des langues. Hormis les langues précitées, il y a également le Kinganu et le Kidiki diki qui se parlent  dans le territoire (secteurs luidi et Mfuma ).  Le Lingala en grande partie et un peu de Kikongo se parlent dans des grandes agglomérations et dans des villages le long des routes nationales. Dans le milieu estudiantin c’est le Lingala et le Français, au niveau scolaire nous avons le Lingala, le Kikongo, un peu de Français et la langue maternelle s’impose en première et deuxième année primaire.

Principales activités
  1. Agriculture
  2. Commerce général
  3. Elevage

La population vit de l’agriculture vivrière en général. Quelques  familles élèvent les volailles. D’autres  par contre ont les  chèvres , les moutons  et les  vaches pour les plus nantis.  Les cultures se sont développées par secteur (maïs à Ngufu et Kinkosi luidi par exemple) mais le manioc et les produits maraîchers se cultivent partout dans Madimba. Avec la présence des opérateurs téléphoniques quelques jeunes se sont lancés dans le business de cabines publiques en vendant des cartes prépayées et autres. A part la vente des denrées alimentaires locales, on observe une grande activité commerciale vue l’importance du marché de Lufu (Angola) qui diversifie un peu les produits commerçables sur les marchés du territoire.

L’élevage bien que non mécanisé de volailles, gros et petit bétail se pratique dans le territoire de Madimba.


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au 31 mars 2017
Vendeur : 1$ = 1 380 FC Acheteur : 1$ = 1 360 FC
Nombre d’opérateurs économiques 383

Principaux opérateurs économiques
  1. Ets. Sala  Minsiensi évolue dans la construction et commerce général. Il appartient au  Groupe Samin  et emploie 16 personnes.
  2. Ets. Kianfu  fait travailler 5 personnes ; ils sont dans des chambres froides et dépôts boissons.
  3. Sokin, emploie 12 personnes et évolue dans le commerce général
  4. Ets. Lemba  est dans des chambres froides et dépôts de  boissons. Il a un effectif de 5 employés.
  5. Glory group opère dans la vente des produits alimentaires  et  matériaux de construction. Il emploie 13  personnes.

Vue l’importance de leurs chiffres d’affaires, ces opérateurs sont considérés comme moteur des activités économiques du territoire de Madimba. Ils fournissent la plupart des biens répondants aux besoins de population locale. A l’heure actuelle, ils sont butés à un problème sérieux de marché.Ceux considérés au départ comme fournisseurs  sont maintenanat sur terrain et vendent en  détail avec une petite réduction de prix. A cet effet, la clientèle se delocalise  car son pouvoir d’achat l’ attire là où  le prix est moins élevé.

Par ailleurs, l’économie est soutenue par l’agriculture (terres arables, beaux pâturages ,nombreux cours d’ eau ), mais avec une réduction des performances dans la production suite  au mauvais état des routes ( surtout celles de dessertes agricoles) , qui handicape l’ acheminement  des produits agricoles de leurs lieux de production vers les lieux d’ écoulement et consommation. L’ incidence de gisements miniers se fait sentir de moins en moins dans la cour de vie des habitants.

Les banques rendent d’innombrables services à l’économie. En plus des opérations des crédits, elles proposent au public une large gamme des produits. Grâce à elles, les différentes transactions financières, économiques et commerciales sont facilitées et le paiement réalisé dans le circuit économique. Un constat amer est qu’en dépit de son emplacement et son ouverture à d’autres territoires et pays voisins, le territoire de Madimba n’a aucune banque (commerciale, de crédit…), ce serait un fait louable de voir les initiatives de décideurs bancaires s’orienter vers le territoire de Madimba. Il peut avoir à peine dix agences de messagerie financière.

Principales activités des opérateurs économiques
  1. Service de construction et Divers
  2. Vente vivres frais et Boissons
  3. Achats et Ventes Divers
  4. Service de transport en commun
  5. Vente produits agricoles
Principales activités des PME/PMI
  1. Production des sacs (emballages) pour ciment
  2. Imprimerie (impression)
  3. Transformation de produits agricoles
  4. Fabrication des pains
  5. vente des produits de carrière

Ces PME utilisent des machines de très petite taille et dans la plupart des cas, cette production ne sert que pour la consommation locale. Elles sont actuellement butées au problème de concurrence et perdent leurs parts de marché. Les autres industries évoluent à pas de tortue suite soit au manque d’input soit à l’insuffisance des débouchés.

Grandes entreprises locales
  1. Société d’arts graphiques d’Afrique centrale (sodak) ;La sacherie de kisantu (saki) : produit des emballages.
  2. Les autres grandes entreprises sont des entreprises publiques. (Snel, Régideso, Hôpital St Luc Kisantu) .                Ce sont les deux grandes entreprises locales, mais actuellement en difficulté par manque d’input et manque des débouchés. Incapable d’ utiliser avec effiscience ses grosses machines suite à la faible demande, la Sodac  réduit son activité du jour au lendemain; et peu à peu devient une petite entreprise.    La sacherie  ne marche plus. Ayant la cilu ( cimenterie de Lukala) comme premier acheteur de ses produits finis (emballages pour ciment ); la saki a subi indirectement  les effets d’ entrainement   suite à la reduction de la production au niveau de la cilu.                                                                           
Principaux produits agricoles
  1. Manioc
  2. Arachide
  3. Maïs
  4. Haricot
  5. Cultures maraichères.                                                                                                                                                                                            L’arachide mangée souvent sous forme moulue (patte) se cultive en grande quantité aussi et accompagne une recette  (fumbwa) qui est une spécialité du milieu. Le maïs cultivé dans les secteurs de Ngufu et Kinkosi Luidi est consommé comme aliment bouilli ou grillé au feu et le reste de la production vendue aux voyageurs. Les cultures maraichères (légumes) se retrouvent partout et font l’objet du commerce de la plupart des paysans.

Le manioc, très produit dans le territoire sert d’aliment de base. La grande partie de la production (60 %) est transformée en chikwangue et le reste transformée en farine .

Principaux produits non agricoles
  1. Moellons
  2. Caillasses
  3. Chaux
  4. Bois
  5. Sable.                                                                                                                                                                                                                                      Le territoire de Madimba a un sous-sol riche. On y trouve les minerais de cuivre et de Zinc dans le secteur de Ngufu, du Fer dans le secteur de Ngeba ; mais non exploités. Les nappes de pierres de calcaire étalées le long des rivières Ngufu et Ngeba sont exploitées d’une façon artisanale pour avoir :
  • des caillasses,
  • moellons
  • la chaux.

Un petit souci quant à ce calcaire est qu’il se fait sentir même dans l’eau consommée à Kisantu bien que traitée par la Régideso. L’importance du bois se fait aussi sentir surtout que la majorité des secteurs ne sont pas desservis en énergie électrique. Lors de défrichage des champs et forêt les paysans coupent le bois pour vendre dans des grandes agglomérations, une partie va à Kinshasa et une autre est utilisée localement comme source d’énergie et la grande partie restante transformée en braise avec toutes les conséquences possibles sur l’environnement

Principales sources d’énergie
  1. Lampes torches
  2. Electricité
  3. Bois
  4. Solaires et Groupe Electrogène
  5. Pétrole.

La société nationale d’électricité (Snel) est opérationnelle dans le territoire de Madimba, mais son action se limite dans des grandes cités et dans quelques villages du secteur de Ngufu. Dans les zones non desservies en électricité on utilise les lampes torche, les bois de chauffage,  des groupes électrogènes et des panneaux solaires. Cette dernière catégorie était limitée dans le temps aux particuliers ; actuellement nous trouvons même des panneaux solaires de très petites dimensions qui  s’usent plus dans les villages pour le chargement des téléphones et l’éclairage de maisons la nuit. Le pétrole, bien que présent s’utilise de moins en moins.


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 3
Nombre de centre de santé 69

Le territoire de Madimba a 3 zones de santé et 3 hôpitaux généraux de référence :

  • La zone de santé de Kisantu avec l’hôpital St Luc Kisantu comme hôpital général de référence a 43  centres de santé ; 22  médecins et 275  infirmiers. L’hôpital général St Luc Kisantu crée en 1922, un Hôpital conventionné catholique dirigé par le diocèse de Kisantu a une capacité d’accueil de 300 lits montés et offre des services comme :
  1. la pédiatrie,
  2. la médecine interne,
  3. la chirurgie,
  4. l’orthopédie,
  5. l’ophtalmologie,
  6. la dentisterie,
  7. la gynéco -obstétrique,
  8. la kinésithérapie,
  9. l’imagerie médicale (échographie + radiologie)
  10. le laboratoire.
  • A 80km de kisantu, dans le secteur de Mfidi nous avons la zone de santé de Ngidinga avec une taille de 158 010 habitants venants des secteurs de Wungu, Mfidi et Luidi. La zone a 15 centres de santé, 10 médecins ,172 infirmiers et l’hôpital de Ngidinga comme Hôpital Général de Reference.

L’hôpital de Ngidinga ; crée en 1982 est conventionné catholique, dirigé par La Congrégation des sœurs de notre Dame de Namur. Il offre des services tels que :

  1. la pédiatrie,
  2. la gynéco -obstétrique,
  3. la médecine interne,
  4. la chirurgie générale ;
  5. l’imagerie médicale (Echographie). Il a une capacité d’accueil de 75 lits montés.
  • La zone de santé de Nselo se trouve à cheval entre le secteur de Ngeba et le secteur de Mfuma Kibambi et a comme Hôpital Général de Référence l’hôpital CBCO Nselo  qui est un hôpital conventionné  protestant ayant une capacité d’accueil de 50 lits. La zone a 11 centres de santé, 4 médecins et 120  infirmiers.

Elle nous offre:

  1. la médecine interne,
  2. la chirurgie,
  3. la gynéco – obstétrique,
  4. le laboratoire et l’échographie.

Grâce à  la CAAMEKI (centrale d’achats et d’approvisionnement en médicaments essentiels de Kisantu) qui alimente 12 zones de santé dans la province du Kongo Central, les zones de santé rurales de Madimba  se ravitaillent en médicaments essentiels.

Maladies les plus récurrentes
  1. Paludisme
  2. Infection respiratoire aigüe (IRA)
  3. Maladies diarrhéiques
  4. Anémie
  5. Malnutrition

Le palu sévit à Madimba, les infections respiratoires aigües attaquent souvent les enfants et les vieillards car très fragiles à la poussière, au froid et autre variation de l’atmosphère. Les maladies diarrhéiques dans la plupart des cas sont d’origine hygiénique ; les interdits alimentaires (soit de tribu ou de religion) sont cause d’anémie (bien que les causes soient multiples) et de malnutrition .Nous ajoutons sur cette liste les maladies dégénératives.

 


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 245
Ecoles secondaires 143

Organisée en école publique ; privée agrée ; conventionnée catholique, protestante, salutiste et kimbanguiste ; toutes ces écoles sont gérées par la sous division de Madimba. Bien que la plupart d’ entre elles, surtout celles en secteur d’accès difficile soient en matériaux non durables et d’autres nécessitant des réfections de l’infrastructure scolaire, la qualité de la matière et la poursuite de l’excellence restent le cheval de bataille et la raison d’être dans l’enseignement des enseignants du territoire de Madimba. Le pourcentage de garçons à l’école au niveau secondaire est supérieur à celui de filles ; et cette disparité d’accès s’avère encore plus forte en milieu rural qu’en milieu urbain. Cela suite au mariage précoce des filles, grossesses indésirables, le choix d’autres parents à ne scolariser que les garçons et le mixage de latrines qui peut décourager certaines filles à fréquenter l’école.

Enseignement supérieur et universitaire
Universités 1
Instituts supérieurs 9

Au niveau supérieur l’enseignement est géré par un chef d’établissement ; les instituts sont soit publics soit privés agréés. Ces instituts, en grande partie à Kisantu dans le secteur de Ngeba offrent des facultés telles que

  • la médecine,
  • les lettres,
  • l’agronomie,
  • les sciences infirmières,
  • les techniques appliquées,
  • la coupe couture,
  • le développement rural,
  • la santé communautaire,
  • la construction,
  • sciences commerciales et administratives,
  • l’orientation scolaire et autre. 

Le cours se donne à temps plein dans la plupart des instituts. Le calendrier académique n’est pas souvent respecté suite au fait que quelques instituts n’ont pas un nombre suffisant de professeurs propres et dépendent des horaires des professeurs (qui sont à temps plein ailleurs : à l’Unikin par exemple) et cela entraine des années élastiques (12 mois, 14 mois….) et de perte de temps surtout pour ceux qui font la médecine. La qualité de la formation restant de mise, le produit fini de ces instituts est en partie utilisé localement.


ONG et projets

Nombre d’ONG 15
Principales activités
  1. Reboisement
  2. Mutuelle d’épargne et de crédit
  3. Droits de l’Homme (Femme)
  4. Renforcement des Capacités
  5. Domaine Agricole

Le territoire de Madimba a 10 coopératives, 15 ONGD, 50 organisations paysannes et 22 mutuelles. Parmi ces organisations, il y a l’Apef (action pour la protection des enfants et des femmes) qui s’occupe de la formation sur les droits et devoirs de chacun homme , femme et enfant, vulgarisation, sensibilisation des masses, et alphabétisation des populations surtout paysannes ; Acds (action communautaire pour le développement socio-économique) : il est multisectoriel; le Cedef,  Fapdik , le Bdd/ Kisantu s’ occupent du renforcement des capacités ( agricoles) des organisations paysannes ; le Levain de Masses : il est dans le genre et développement et dans l’ agro foresterie. Nous avons aussi le Cetrapal (centre de transformation de produits agricoles locaux), la Fecoki (ferme communautaire de Kinsinga) qui œuvre dans l’agriculture et a une petite fabrique de micro cossettes. D’autres accordent des crédits à de taux d’intérêts très réduits et d’autres parrainent des enfants.

Pour ce qui est de l’agriculture, ces ONGD ressemblent les femmes en associations en leurs apprenant les nouvelles méthodes de semailles, leurs donnent des boutures améliorées et utilisent ces femmes comme main d’œuvre pour certains travaux. Nous avons enfin des Ongd qui s’occupent de l’assainissement de l’environnement.

Principaux projets de développement financés par le Gouvernement
  1. Programme de Réunification de la RDC par voie de Routes (PRRR) : Réhabilitation de la nationale 16 RN16
  2. Projet Gouvernement Provincial : Construction d’un centre de santé et d’une Ecole professionnelle / territoire .En cours construction de l’école ; exécution finie.

Ce sont les deux projets actifs, l’école professionnelle en matériaux durables vient d’être construite à Kisantu dans l’ex cité de Kintanu avec l’appui du gouvernement provincial.

Le PRRR s’occupe des infrastructures. Géré par l’office des routes (OR), le PRRR exerce ses activités sur la route nationale 16 RN16, qui est une route en terre battue reliant le territoire de Madimba au territoire de Kimvula. Comme ouvrage d’art, il y a eu réhabilitation du pont de Luwuwa (pk 30 +1 00). Pendant l’exécution du pont Luwuwa, on a prévu une variante de 23 km, et ils ont posé plusieurs passages sous route en buse en béton. Pour le moment les travaux sur la nationale n °16 sont en arrêt par manque de financement.

Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement
  1. Projet : Aménagement local d’archivage territoire de Madimba ; source de financement : Walhain Bruxelles
  2. Projet Réhabilitation Bureau Quartier Kimbobolo ; source de financement : Walhain Bruxelles
  3. Projet : Achats mobiliers pour les 3 bureaux de quartiers de la future commune de Madimba : source de financement Walhain Bruxelles.

Dans le cadre de la coopération internationale communale (CIC), le territoire de Madimba travaille depuis Novembre 2010 en partenariat avec la commune de Walhain (Bruxelles- Belgique).

Cette coopération est plus administrative car la plupart de leurs réalisations dans le territoire visent à  rendre efficace l’Administration et nous pouvons voire quelques innovations et mises à jour découlant de cette coopération au sein du territoire.


Accessibilité et tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Oui
Voies aériennes Non
Biefs navigables Oui
Train Oui

L’accès dans le territoire se fait par voie de routes, rivières et train. Les routes permettant d’entrer et de sortir du territoire sont la nationale n°1, RN1 (connectant Madimba aux territoires de Kasangulu et Mbanza Ngungu) et la nationale n°16, RN16 qui relie Madimba au territoire de Kimvula.

Par voie ferroviaire, le territoire est doté de deux gares actives (gare de Madimba centre et gare de Kisantu) qui permettent les échanges avec Matadi et Kinshasa. Madimba est aussi accessible par voie de rivière (Inkisi) ; cette dernière voie relie quelques secteurs de Madimba (Mfidi, Wungu, Ngeba, Ngufu et l’ex cité de Kintano) à quelques secteurs du territoire de Mbanza Ngungu (Boko, Lunzadi, Kivulu). On constate une forte activité de traversée les jours de marchés (Mardi, Jeudi, Vendredi, Samedi et Dimanche). La plupart des paysans (commerçants) viennent avec des bassins de cossettes de manioc, d’arachide, de tomates pour en échange rentrer avec du savon, sel de cuisine, huile végétale et autres.

 

Réseaux de communication
Africel Oui
Airtel Oui
Orange Oui
Tigo Oui
Vodacom Oui

Madimba a l’avantage d’être couvert par tous les opérateurs téléphoniques bien que le service ne soit pas optimal par moment et par secteur. A part la vente des cartes prépayées et carte Sim, couverture en internet il y a quatre réseaux (vodacom, tigo, Orange et airtel) qui offrent les services de banque mobile. (M-pesa, Tigo cash, Orange money et Airtel money).

Attraits touristiques
Parcs Non
Jardins botaniques Oui
Jardin zoologiques Non
Chutes d’eaux Oui
Sites touristiques Oui
Sites sacrés Oui
  • Grotte à Kilweka / Ngeba ;
  • les 9 étangs de Nzansanga,
  • Le site Touristique Mbuela Lodge.

Le territoire  de Madimba offre des espaces qui laissent de bons souvenirs et vous font profiter  pleinement de vos moments de bonheur.  Le jardin botanique de kisantu, deuxième du continent Africain est un jardin tiré des marécages le long de la rivière Inkisi. Ayant 225 Ha dont 80 aménagés, il est géré par l’ICCN et dispose d’une richesse floristique étonnamment diversifiée aux coloris multiples. Il nous offre 3500 espèces végétales vivantes provenant de toutes les parties du monde, un petit zoo, 125 km des pistes de promenades et un lieu de pèlerinage appelé place du calvaire. Il est aussi à signaler que le jardin botanique de Kisantu détient le plus vieux verger d’Afrique de l’espèce mangoustanier d’Indonésie.

La cathédrale de kisantu : inaugurée en septembre 1936, elle est construite en forme de croix latine, large d’environ 11.50 mètres elle est deuxième d’Afrique centrale du point de vue capacité (3500 places assises).

Nous avons aussi le barrage de Luguga, les chutes de Kilemfu qui donnent naissance au barrage de Zongo. Nous considérons comme sites sacrés : l’Age de Nsongi (lieu où les peuples de Madimba traversaient la rivière Inkisi à pieds), La croix de Mbatankulusi (une épée mystérieuse fixée au milieu de la rivière).

Espèces phares de la faune
  • Crocodile
  • babouin
  • tortue
  • le python
  • Gazelle
  • Aula code (chimbrik)
  • Rats
Espèces phares de la flore
  • L’encens
  • Le Ficus Bengalansis (l’arbre qui marche)
  • L’Hévéa, le bois noir
  • Le bois d’œuvre (environs 200 espèces tropicales)
  • Le Mangoustanier, les plantes ornementales….


Situation sécuritaire

Madimba est en général calme. On  n’ enregistre pas trop de troubles pouvant paralyser le fonctionnement normal des activités.


Opportunités de développement

  • Agriculture : Les terres de Madimba sont cultivables, une agriculture réglementée et contrôlée ; aménagement des routes des dessertes agricoles, possessions des engins pouvant permettre de sortir les produits de leurs lieux de production jusqu’aux lieux d’écoulement et consommation, permettraient de booster le développement car la production va s’accroitre, il y’ aura création de nouveaux marchés et le pouvoir d’achat de la population augmentera.
  • Positionnement : Madimba se traverse par deux routes nationales qui lui permettent de communiquer avec d’autres territoires.Au cas où, plusieurs services connexes pouvaient se créer ; l’ exode rural se réduirait  sensiblement et la caisse du territoire se renforcerait.
  • Sol : Madimba a un sous-sol riche, nous trouvons les minerais de cuivre et de zinc dans le secteur de Ngufu, le fer dans le secteur de Ngeba et les eaux thermales à Mbamba Kilenda ; si l’exploitation artisanale pouvait se  mécaniser  ces gisements contribueront  à la réduction du chômage et soutiendraient  l’économie de Madimba. Il a aussi  plusieurs cours d’eau et rivières qui peuvent servir à la pisciculture des races variées des poissons et résoudre le problème de malnutrition si des projections nécessaires pouvaient  y être faites.
  • Tourisme : jardin botanique de kisantu , le site Mbuela lodge et autres beaux paysages.  Avec  une infrastructure sous norme urbanistique  et à un prix abordable ,l’ éclairage public , de routes praticables ( RN 16 ) et en bon état, ces sites feront davantage  l’ objet des touristes , cheurcheurs scientifiques et curieux.
  • Science : Madimba est un carrefour d’intellectuels ; une Elite formée est capable de décider rationnellement et avoir des initiatives qui incitent au développement. Du fait que Madimba ait plus de neuf  instituts supérieurs lui sert d’atout car les ateliers, débats, séminaires et échanges au tour de certains points ayant trait au développement peuvent aboutir à des conclusions qui feront avancer le territoire.

 

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique