Territoire de Feshi

Fiche du territoire

Mise à jour le 31 mars 2017

Province Kwango
Superficie 19 187 km²
Taille estimée de la population 486 000 hab.

(source: Rapport de la Cellule Chargée des Entités Décentralisées/ ETD-CAC 2016)


Carte administrative


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

En 1934, Feshi-cité était un poste d’Etat. Ensuite, par l’ordonnance n° 21/63 du 25 février 1954 du gouverneur général du Congo belge constituant les limites territoriales du district du Kwango, Feshi obtint le statut de territoire constitué de quatre secteurs, d’une cité et de trente-sept groupements.

Le territoire de Feshi est situé sur le plateau du Kwango plus ou moins au centre de la province du Kwango, nous avons les territoires de Kasongo-Lunda au Sud, Kahemba au Sud-Est et Kenge à l’Ouest  et borde partiellement la province du Kwilu au Nord (Masi-manimba et Gungu). Avec ses quatre secteurs ; Mukoso, Ganaketi, Lobo et Feshi.

Les sols de Feshi sont pour l’essentiel sablonneux et leur fertilité est faible bien que dans les terrasses des rivières elle s’améliore ainsi que dans les bas des pentes. Le relief général est peu marqué. Des rivières peuvent y découper des vallées généralement peu profondes et abandonner (par exemple dans Lobo) par endroits des paysages moutonneux. Mais les trois quarts du territoire sont plats et peu accidentés dans le prolongement du plateau Lunda. L’altitude de ce rebord du Sud du grand bassin hydrographique du Kwango est relativement élevée (entre 600 et 800 m), cause, en saison sèche de températures basses (les nocturnes souvent inférieures à 16 degré, notamment dans les bas-fonds ou les plateaux les plus exposés au vent). Les maxima de saison des pluies, en revanche, sont supérieurs de un à deux degrés à ceux du centre et du nord de la Province. La pluviométrie est de l’ordre de 1300 mm par an, répartie en deux saisons des pluies (la grande saison de août à janvier, la petite de février à mai) séparées par une grande et une petite saison sèche.

Coordonnées géographiques 

  • Sa longitude est de : 18° 10′ Est
  • Sa latitude est de : 6° 08′ Sud

 

Particularités et richesses du territoire

Le territoire de Feshi se distingue des autres territoires par sa grande richesse qui est son secteur agropastoral ; son élevage de gros et petit bétails fait sa fierté. Plus  70% des bêtes abattues et commercialisées dans les villes de Kinshasa, Bandundu, Kikwit, Kahemba,… proviennent du territoire de Feshi et beaucoup de commerçants ont fait du trafic des bêtes  leur activité de base.

Du point de vue économique, le territoire de Feshi présente beaucoup d’opportunités en termes d’investissement dans tous les domaines de la vie sociale : alimentaire et divers, pharmacie, industrie, élevage, communication, formation, etc. D’autant plus que Feshi est un territoire qui produit peu, la grande partie de sa consommation ne peut provenir que de l’extérieur.

Données culturelles

Ce territoire a une population constituée en grande partie de trois ethnies dominantes, qui à l’origine étaient des peuples et des grands chasseurs, à savoir : les Sonde au centre et à l’est (Mukoso), les Suku à l’Ouest (Ganaketi) et les tshokwe au sud-est. On y trouve  beaucoup d’autres ethnies mais minoritaires parmi lesquelles, nous pouvons citer : les kwesos, les pendes, les luwa,…. Avec une seule cité peu modernisée, Feshi qui est le chef-lieu de ce territoire. La cité de Feshi est Sonde à l’origine, mais actuellement, elle est le lieu de brassage de plusieurs ethnies.

Langues parlées dans ce territoire
  1. Lingala  40%)
  2. Sonde (30%)
  3. Suku (40%)
  4. Tshokwe (25%) 

Le Kikongo reste la langue officielle de communication dans l’ensemble du territoire mais il faut noter que le lingala occupe de plus en plus une place importante dans la cité de Feshi surtout parmi les jeunes à cause de l’influence de Kinshasa. Les autres sont des langues autochtones parlées par la majorité des populations surtout ceux qui viennent des campagnes.

Principales activités
  1. Agriculture
  2. Elevage de gros et petit bétail
  3. Commerce
  4. Pêche et Pisciculture


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au 31 mars 2017
Vendeur : 1$ = 1 250 FC Acheteur : 1$ = 1 350 FC
Nombre d’opérateurs économiques 59

Principaux opérateurs économiques
  1. ETS KUKOMA : chambre froide, vente boisson bracongo et divers ;
  2. ETS LUMANDA : vente matériels de construction, alimentaire, habillement et divers ;
  3. ETS CA VIENT DU SEIGNEUR : commerce général, alimentaire, habillement et divers ;
  4. ETS MARCOPHAR : vente des produits pharmaceutiques, transport et autres ;
  5. ETS SOLOPHAR : vente des produits pharmaceutiques, matériels de construction et divers.

Il existe plusieurs opérateurs économiques dans ce territoire. La plupart de ses opérateurs ont des grandes activités ailleurs (Kikwit, Kinshasa) et créent des succursales ici. Ils sont diversifiés dans plusieurs activités de la vie économiques du territoire.

Principales activités des opérateurs économiques
  1. Vente des produits alimentaires et divers
  2. Vente des produits pharmaceutiques
  3. Vente des boissons alcoolisées
  4. vente des produits manufacturiers
  5. Commerce général
Principales activités des PME/PMI
  1. Fabrication et vente des savons
  2. Commerce générale
  3. Production et vente des produits d’élevage
  4. Production et vente des produits agricoles

Une bonne partie des PME locales achètent l’huile de palme en provenance des autres territoires qu’elles transforment en tiges de savons (Marcophar, Honneur, Lusasi) ; quant aux autres elles ont des élevages où elles récupèrent les bêtes pour abattre dans la cité ou qu’elles vont revendre à Kikwit ou Kinshasa (ex. Fondation MAISTRIO) et d’autres encore possèdent des étendues de terre qu’elles cultivent.

 

Grandes entreprises locales

 

Principaux produits agricoles
  1. Manioc 50%
  2. Maïs 25%
  3. Arachide 15%
  4. Courge 5%
  5. Haricot 5%

Le manioc est produit en grande quantité dans tous les secteurs du territoire et durant toute l’année, il s’adapte bien au sol sablonneux du territoire c’est l’aliment de base de la population consommée en majorité sous forme de fufu ou chikwang. Il est produit pour la consommation du ménage et le surplus de la production est vendu sur le marché local. Il y a une bonne production de maïs et d’arachide qui est destinée à la consommation en grande partie et à la commercialisation vers Kinshasa et Kikwit. Les autres production sont assez minimes mais contribuent efficacement à l’alimentation des populations.

 

Principaux produits non agricoles
  1. Chenilles 60%
  2. Anguilles 25%
  3. Champignons 15%

Une production importante des chenilles au mois de Juillet à Août  et aussi au mois de Février est observée surtout dans le secteur de Mukoso sur une végétation appelée « Mikwati » qu’on trouve dans la savane herbeuse du plateau du Kwango. Notons que Feshi est le premier territoire du grand Bandundu qui produit les chenilles en si grande quantité, une grande partie est destinée à la commercialisation. Il y a aussi la production des champignons rouges qu’on trouve dans le territoire de Feshi et aux environs. A celà, nous devons ajouter le production des anguilles qui se commercialisent aussi à Kikwit et Kinshasa

 

Principales sources d’énergie
  1. Bois
  2. Groupe Electrogène
  3. Panneaux solaires
  4. Pétrole
  5. Il n’y a pas de courant dans ce territoire, le bois est resté depuis toujours la principale source d’énergie de la population de Feshi, il sert au chauffage, à la cuisson, à l’éclairage  et autre. De plus en plus des groupes électrogènes et panneaux solaires sont utilisés pour alimenter les appareils électroménagers, recharger les appareils, éclairer les ménages et alimenter quelques activités (débits de boisson, chambre froide, centre médical et autres). Les gens recourent de moins en moins au pétrole à cause du coût et surtout de sa rareté sur le marché.


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 3
Nombre de centre de santé 42

Le Territoire de Feshi compte trois zones de santé avec trois hôpitaux généraux de référence dont HGR de Feshi, HGR de KISANJI créé en 2003 et HGR de MWELA LEMBWA créé en 2002, la population de ce territoire n’a pas accès aux services médicaux spécialisés par défaut de spécialistes. En ce qui concerne les infrastructures de ces trois hôpitaux, les bâtiments sont en bon état mais le grand problème se pose au niveau des équipements.

Dans toutes ces zones de santé et établissements de santé il se pose beaucoup des problèmes liés à la motivation du personnel ; plus de 65% de leur personnel est non payé, l’approvisionnement et la disponibilité des médicaments pose un grand problème. Quand les quelques partenaires ne livrent pas, les hôpitaux et centres de santé tombent en rupture de stock et il devient difficile de soigner correctement certaines malades.

Et il y a un sérieux problème d’équipements qui fait que parfois on est obligé de mettre deux malades sur un même lit et des malades qui viennent avec des grabats de chez eux par manque de lit à l’hôpital compte tenu du nombre croissant des malades surtout en pédiatrie et maternité. Dans d’autres hôpitaux par contre les malades ne viennent pas se faire soigner, ils préfèrent l’automédication ou la médecine traditionnelle estimant que le coût des soins est trop élevé ; le cas de l’HGR de Kisanji.

Maladies les plus récurrentes
  • Paludisme 40%
  • Malnutrition 25%
  • Tuberculose (TBC) 5%
  • Diarrhées 10%
  • Les infections respiratoires aigües (IRA) 20%

La malaria est la première maladie cause de la mortalité dans ce territoire, à cela s’ajoute une part importante de la malnutrition sévère et les infections respiratoires aigües. Il faut ajouter les maladies diarrhéiques qui attaquent surtout les enfants et la tuberculose.


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 331
Ecoles secondaires 205

Avec ce nombre d’écoles réparties dans 3 sous divisions ; le niveau de l’enseignement reste à déplorer, il y a des écoles où les élèves étudient à même le sol par manque des bancs. Le grand problème est celui de la motivation des enseignants ; on retrouve les écoles qui ont fait plus de 7 ans où aucune personne n’est mécanisée jusqu’à ce jour.

La motivation des enseignants reste le problème le plus important pour relever le niveau de l’enseignement dans le territoire de Feshi.

Enseignement supérieur et universitaire
Universités 0
Instituts supérieurs 3

Le territoire de Feshi compte trois institutions d’enseignement supérieur à savoir l’ISP/Feshi, l’ISTM/Feshi et le CIDEP (extension de CIDEP/Kikwit) qui assume l’encadrement de la jeunesse. Mais dans toutes ces institutions, le problème d’infrastructure se pose, la seule bibliothèque de la cité est celle de l’ISP/Feshi qui compte à peine une centaine d’ouvrage. CIDEP qui n’avit  qu’un seul auditoire construit en paille n’a pas fonctionné cette année. Juste pour dire que les conditions dans lesquelles sont formées les futurs cadres de demain, sont vraiment catastrophiques.


ONG et projets

Nombre d’ONG 53
Principales activités
  1. Agriculture (manioc amélioré et les autres variétés locales) 35%
  2. Elevage des gros et petits bétails 40%
  3. Pisciculture et pêche de nasse (anguilles) 15%
  4. Entretien des routes 5%
  5. Santé 5%

La majorité des ONG se oeuvrent dans l’agriculture et à l’élevage de gros et petits bétails. Il y en a qui ont même innové dans la recherche agricole ; surtout dans l’amélioration des certaines semences telles que le manioc, courge, enfin de bien s’adapter dans les conditions du sol qui devient de plus en plus pauvre. Il y en a aussi qui forment les bêtes de trait servant à cultiver les grandes étendues et à transporter les marchandises (faute des engins agricoles). Une faible portion des ONGs volontaires s’occupe de l’entretien des routes et en ce qui concerne la santé, seules trois ONG internationales s’en occupent, il s’agit de MEMISA, COOPI et Médecins du monde.

 

Principaux projets de développement financés par le Gouvernement
  1. Construction du marché de Feshi par le PADIR

Le seul projet de développement en cours sous financement du gouvernement congolais est la construction du marché MAKOLO NGULU de la cité de Feshi que PADIR vient de réaliser, les travaux sont completement terminés et le marché devra être opérationnel d’ici la fin de ce mois de Mai.

Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement

Construction d’un petit barrage hydroélectrique sur la rivière KASHILU, don de l’honorable Vincent KANGULUMBA à la population de la cité de Feshi les travaux sont en cours et pourront terminer d’ici là.


Accessibilité et tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Oui
Voies aériennes Non
Biefs navigables Non
Train Non

La seule voie accessible pour arriver vers le territoire de Feshi est celle par route mais il faut noter que toutes les routes qui mènent vers ce territoire sont en mauvais état ; il s’agit des routes Kikwit à Feshi: 219 Km et Feshi-Munzabala : 316 Km, ce sont les deux grandes routes qui permettent aux commerçant d’évacuer la production est de faire entrer la marchandise. Il existe aussi un petit aéroport à 10Km de la cité de Feshi mais qui a été abandonné depuis plus de 20 ans.

Réseaux de communication
Africel Non
Airtel Oui
Orange Oui
Tigo Non
Vodacom Oui

Le Réseau Vodacom couvre la cité de feshi, Mukoso, Mwela Lembwa et Kimbongo. Le réseau Orange/Tigo et Airtel couvrent la cité de Feshi et autour de la cité uniquement. Ces  réseaux ne couvrent pas le reste  du territoire. Il faut noter que bien avant l’arrivée de ces deux opérateurs, il existait déjà il y a deux ans un réseau TATEM TELECOM (087) créé par un congolais qui émet jusqu’au niveau des chefs lieux des tous les secteurs et villages du territoire de Feshi. 

Attraits touristiques
Parcs Non
Jardins botaniques Non
Jardin zoologiques Non
Chutes d’eaux Oui
Sites touristiques Non
Sites sacrés Non

 Le territoire ne regorge pas d’attrait touristiques importants, il faut noter la présence des quelques chutes d’eau dans les rivières du territoire parmi lesquelles nous pouvons citer les chutes de MINGAMBO (projet de construction d’un grand barrage abandonné par les italiens dans les années 70) sur la rivière  Feshi et aussi sur la rivière de KASHILU et quelques rapides sur la rivière Kwenge.

Espèces phares de la faune

 

Espèces phares de la flore

 


Situation sécuritaire

D’une manière générale, l’administrateur du territoire et le commissaire principal de la police  confirment qu’il règne une bonne sécurité des biens et personnes dans le territoire de Feshi. Il n’y a pas des zones des conflits ou encore des phénomènes des banditismes et autres. Les personnes et leurs biens peuvent circuler librement dans le territoire de Feshi sans y être inquiétées par quoi que ce soit.

Néanmoins il faut signaler quelques conflits coutumiers assez négligeables


Opportunités de développement

Il existe plusieurs leviers sur lesquels on peut agir pour booster le développement dans le territoire de Feshi ; parmi lesquels nous pouvons citer :

  • L’Elevage de gros bétail constitue la plus grande richesse et la première source de revenue pour le territoire de Feshi, il suffit de voir le nombre des bêtes qui sortent chaque jour du territoire pour s’en rendre compte. L’activité du gros bétail peut constituer un point essentiel au développement de Feshi si elle est industrialisée. Au lieu de faire sortir les bêtes vivantes jusqu’à Kinshasa, Angola, Congo Brazza et ailleurs, il y a moyen de créer une chaîne de production qui va de l’élevage à la commercialisation des produits finis issus de la vache (viande, charcuterie, lait, fromage, cuir,…) avec le label « MADE IN FESHI ». L’idée serait de créer une industrie sur place avec un abattoir moderne, un conditionnement dans les cartons, une chambre froide pour le stockage et les moyens de transport pour le déplacement vers les centres de commercialisation. Cela aurait comme impacts sociaux : le développement de l’énergie électrique, la création d’emploi pour les jeunes, développement des infrastructures, augmentation de la valeur ajoutée du secteur agropastoral du territoire, amélioration de la productivité,….
  • L’Agriculture devrait constituer le fer de lance de l’économie et un moyen efficace d’assurer l’autosuffisance alimentaire de ce territoire. Feshi est parmi les territoires de la R.D. Congo avec faible densité de la population, une moyenne de 16 hab/ . On y retrouve des vastes étendu des terres non exploitées. Ici, la priorité serait de renforcer les agriculteurs (outils agricoles, formation, semences améliorées, boutures des maniocs résistantes, les nouvelles techniques de production) pour leur permettre d’améliorer la production afin d’assurer l’autosuffisance alimentaire de Feshi. Une grande partie des produits de base (manioc, maïs, huile de palme, haricots,…) consommés à Feshi provient des territoires voisins.
  • Les chutes de Mingambo sur la rivière Feshi constituent un patrimoine important pour le développement du territoire. La construction d’un barrage hydroélectrique contribuerait à l’essor d’un grand nombre d’activité et à l’amélioration des conditions de vie dans le territoire de Feshi.
  • Investissement : le territoire de Feshi présente beaucoup d’opportunités en termes d’investissement dans tous les domaines de la vie sociale : commerce général, alimentaire et divers, pharmacie, industrie, élevage, communication, formation, etc. Les témoignages des hommes d’affaires qui y œuvrent en disent beaucoup. D’autant plus que Feshi est un territoire qui produit peu, la grande partie de sa consommation ne peut provenir que de l’extérieur.
  • Les Rivières : le territoire de Feshi est traversé par plusieurs cours d’eau qui constituent un atout important pour la pêche et surtout la pisciculture.

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique