Territoire de Kenge

Fiche du territoire

Mise à jour le 31 mars 2017

Province Kwango
Superficie 18 126 km²
Taille estimée de la population 1 523 673 hab.

(source: Rapport annuel 2016 de l’Administration du territoire)


Carte administrative


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

Ordonnance de création : Crée le 31 décembre 1938 par l’ordonnance n° 186/AIMO sous l’appellation du territoire des Bayaka nord. C’est en 1940 qu’il portera le nom du territoire de Kenge. Au terme de la loi de la décentralisation, le territoire de Kenge est une entité déconcentrée de la province du Kwango, issue du démembrement de la province du Bandundu. Il est situé à 275 km de la ville province de Kinshasa.

Climat :

Le territoire est dominé par un climat tropical humide dominé par deux principales saisons avec une alternance d’une demi-saison sèche qui va du mois de Décembre au mois de Mars. Selon la classification climatique de Köppen Wladimir, le territoire de Kenge appartient au climat de type AW3. L’altitude varie entre 1200 et 2000 m avec une pluviosité annuelle de 1500 m. 

Type de sol :

Le sol est généralement sablonneux (secteur de Musamba, Pelende-nord,….) mais avec une partie sablo argileux dans certains secteurs tels que Kolokoso et Dinga. 

Végétation :

Le territoire de Kenge comprend trois types de végétation à savoir :

  1. Les forêts claires
  2. Les forêts galeries
  3.  Les savanes herbeusesHydrographie : 
  4. Le territoire est traversé par de nombreux cours d’eaux, entre autres la rivière Inzia à l’Est, la rivière Bakali à l’extrême Est, la rivière Wamba au centre et la rivière Kwango qui baigne légèrement le territoire.
Particularités et richesses du territoire

La grande particularité du territoire est liée à son sol sablonneux et sablo-argileux. Le sol sablonneux favorise l’émergence des érosions En d’autre terme, le territoire de Kenge est menacé par les érosions surtout dans la ville l’actuel chef-lieu de la province.

Par ailleurs, une grande partie du territoire est dominée par des savanes, les forêts ayant été au fil des années consumées par les cultures. C’est le territoire qui produit plus de maïs et de manioc surtout avec la présence du parc agro-industriel de bukanga-lonzo et la ferme Atcom.

 

Données culturelles

Dans le territoire de Kenge, il y a deux (2) grandes tribus : les yakas (90%) et les mbala (10%). Les yakas sont majoritaires dans les secteurs de musamba, dinga et une partie de pelende-nord. Ils sont des grands agriculteurs et chasseurs.

Par contre, les mbala sont majoritaires dans le secteur de kolokosso et vivent principalement de l’agriculture

Langues parlées dans ce territoire
  1. Lingala (40%)
  2. Kikiongo (30%)
  3. Kiyaka (20%)
  4. Kimbala (10%)

Dépendant jadis de l’ancienne province de Bandundu où le kikongo est et reste la langue nationale la plus parlée, le lingala est aussi utilisé par la population suite à la proximité du territoire de kenge avec la ville province de Kinshasa et aussi le mouvement migratoire des populations vers la capitale. Il sied de préciser que le lingala est parlé dans les grands centres comme de kenge, par contre à l’intérieur, c’est le kikongo qui prime. Le kimbala est plus parlé dans le secteur de kolokosso et le kiyaka dans les secteurs de pelende-nord, musamba, dinga et une partie de bukanga-lonzo

 

Principales activités
  1. Agriculture (50%)
  2. Elevage (20%)
  3. Petit commerce (20%)
  4. Pisciculture (10%) 

Par manque d’industries, les populations vivent  essentiellement de l’agriculture dans ce territoire. Si le pourcentage dans le domaine de l’agriculture est considérable, c’est par le fait que les populations paysannes se regroupent généralement en O.P (organisation paysanne). Les principaux produits agricoles sont le manioc, le maïs et les arachides. Les éleveurs emboitent aussi le pas dans une structure dénommée CAFEK (collectif des agriculteurs et fermiers de Kenge). Quant aux pisciculteurs, ils ne sont pas organisés en une structure qui peut assurer leur encadrement.  En ce qui concerne le petit commerce, ils sont tous patentés. Ceux inscrits au NRC sont minoritaires et à compter au bout de doigt. Le petit commerce se fait pour des articles manufacturés en provenance de Kinshasa


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au 31 mars 2017
Vendeur : 1$ = 1 320 FC Acheteur : 1$ = 1 350 FC
Nombre d’opérateurs économiques 233

Principaux opérateurs économiques
  1. Etablissement LUTROS opérant dans la vente en détail des produits manufacturés, agence de transfert de fonds et de voyage
  2. Etablissement KENGE FROID opérant dans l’achat et vente des produits agricoles
  3.  Etablissement KING FAFA (chinois) opérant dans la vente en détails des produits manufacturés
  4.  Etablissement MUSEY ROMAINE opérant dans l’hôtellerie et restauration
  5. Etablissement  KINDEKE HOMERE opérant dans le commerce général, restauration, hôtellerie et bar, la pisciculture et élevage
  6.  Etablissement ABENI PHARMA opérant dans la vente en demi-gros et détails des produits pharmaceutiques  
  7. Etablissement LEVY BENGA opérant dans la vente des produits manufacturés, les vivres frais, l’élevage, etc.
  8. Etablissement OSEE MAYINGILA opérant dans la fabrication des meubles.
  9. Etablissement YMINA MVUMBI opérant dans la transformation des cossettes de manioc

Il existe plusieurs opérateurs économiques dans le territoire de Kenge qui, pour la plupart, ne sont pas enregistrés dans le NRC et n’ont pas accès aux micro-crédits pour faire accroitre leurs activités. Ces opérateurs opèrent  principalement dans le chef-lieu de la province (Kenge) dans le secteur de Pelende-nord vu l’accès difficile à l’intérieur du territoire faute des routes . Ces opérateurs ont comme activité principale la vente des produits manufacturés en provenance de Kinshasa, les agences de voyage, agence de transfert des fonds.  Tous emploient souvent deux à cinq ouvriers issus de leurs familles. 

Principales activités des opérateurs économiques
  1. Vente des produits manufacturés (60%)
  2. Vente des produits pharmaceutiques (10%)
  3. Hôtellerie; bar et restauration (15%)
  4. Agence de transfert de fonds et voyage (10%)
  5. Fabrication artisanale des meubles (5%)  
Principales activités des PME/PMI
  1. Production et vente de manioc
  2. Production et vente de  maïs

Dans la chefferie de pelende-nord, il existe plusieurs structures telles que ADB (association de développement de Bandundu), PLUS BASE, BICOPAK, CCDIK, PEPARI et tant d’autres qui regroupent des organisations paysannes (OP) avec comme mission d’encadrer, accompagner les unités locales de production et assurer la vente de leurs productions de manioc et de maïs pour l’auto promotion du monde rural, dont la production annuelle est estimée à 70%. Cependant, ces structures sont butées à des difficultés de financement, de manque des unités de transformation, de moyen de transport, etc.   

Grandes entreprises locales
  1. Parc agro-industriel de bukanga-lonzo opérant dans l’agriculture et l’élevage (petit bétail + volailles)
  2. Ferme ATCOM opérant uniquement dans l’agriculture

Le parc agro-industriel de Bukanga-lonzo est une grande entreprise installée dans le territoire de Kenge depuis 2014 et alimente la ville de Kinshasa en maïs et autres produits agricoles mais n’alimente pas les populations du territoire de Kenge bien qu’installé dans ce dernier. Que le gouvernement national pense à ouvrir une cantine communautaire dans Kenge pour que ces populations bénéficient également des produits agricoles de ce parc.  La ferme ATCOM est opérationnelle dans le territoire depuis 2012. Il convient de signaler que dans les deux grandes entreprises ne donnent pas accès aux services techniques du territoire et de la province pour le prélèvement des statistiques de la production

Principaux produits agricoles
  1. Manioc (50%)
  2.  Maïs (30%)
  3. Arachides (10%)
  4. Niébé (5%)
  5. Courge (5%)                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      Par ailleurs, le manioc est produit dans tous les secteurs du territoire de Kenge avec une production annuelle de 1.797.222 tonnes, le maïs avec production annuelle de 241.438 tonnes et 249.908 tonnes pour l’arachide. Le manioc est consommé soit en chichwangue soit en tubercules bouillies.

L’agriculture pratiquée dans le territoire de Kenge est une agriculture manuelle et de subsistance, exception faite pour le parc agro-industriel de Bukanga-lonzo et la ferme ATCOM où elle est mécanisée. Etant manuel pour les populations, la production n’est pas vraiment abondante. Cet état de chose se justifie par le fait que l’utilisation de pesticide (produits phytosanitaire) n’est pas à la portée des agriculteurs compte tenu de leur coût. Aussi, lorsque la mosaïque de manioc attaque cette culture, aucune assistance n’est disponible. 

Principaux produits non agricoles

   1.  Chenilles (40%)

  1. Champignons (20%)

Les produits non agricoles les plus consommés dans le territoire de Kenge sont des produits forestiers non ligneux (chenilles et champignons). Les chenilles sont prélevées en grande partie dans les secteurs de Pelende-nord, kolokoso, dinga et bukanga-lonzo tandis que les champignons sont prélevés dans la cité de kenge et le secteur mosamba. Ils sont destinés à  la consommation locale.

Principales sources d’énergie
  1. Electricité/groupe électrogène
  2. Solaire
  3. Bois
  4. Pétrole

Le courant électrique dans le territoire de Kenge est une denrée rare. Une partie de la population de la ville de Kenge bénéficie de l’électricité de la SNEL qui possède un groupe électrogène de marque Volvo Penta de 440 KVA. Ce groupe alimente quelques ménages seulement les jours pairs de 19h à 22h. Pour bénéficier de l’électricité de la SNEL, il faut s’abonner.  25% de la population utilise l’énergie solaire.

Par contre, dans le village de Kimbao, il y a un centre hydro-électrique d’une capacité de 280 KVA (mais ne fournit que 150 KVA à cause du transformateur installé à la source de 160 KVA qui ne permet pas  de produire une forte tension) construit par l’association italienne des amis de Follereau (AIFO) en 2006 sur demande d’une femme gynécologue italienne, qui était médecin chef de zone de Kimbao à l’époque. Ce centre alimentait dans un premier temps l’HGR de Kimbao. Juste 3 mois après le lancement du courant électrique, la centrale a connu une panne suite à un éclatement de la conduite forcée de sa turbine. C’est ainsi qu’en 2012, un protocole d’accord a été signé entre le diocèse et le ministère des ressources hydrauliques et électricité (arrêté ministériel n° CAB/MIN-RHE/047/2012 du 27 décembre 2012) portant création et désignation des membres du comité de coordination d’exécution, de suivi du projet de réhabilitation et de gestion de la centrale et de l’extension du réseau de distribution de l’énergie électrique. Actuellement, deux transformateurs qui alimentaient Kimbao mission et village sont en panne depuis novembre 2014. 

Il convient également de signaler la présence d’une haute tension de 56 Mégawatts installée dans le parc agro-industriel de Bukanga-lonzo qui, en principe, peut alimenter la ville de Kenge et ses environs.

La présence du courant électrique dans le territoire de kenge, principalement dans la ville de Kenge occasionnera la création de PMI. Il convient de signaler que la REGIDESO dessert la ville de Kenge en eau potable selon un horaire adapté aux conditions de travail de la société qui fonctionne à l’aide d’un groupe électrogène. Si le centre autonome de la SNEL/kenge arrivait à être connecté à la ligne haute tension Inga-shaba, la REGIDESO serait desservi par ce courant et fournirait régulièrement de l’eau potable à la population.


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 3
Nombre de centre de santé 63

Le territoire de Kenge possède un hôpital général de référence dans chaque zone de santé à savoir l’hôpital général de Kenge, de Boko et de Kimbao. L’hôpital général de Kenge a une capacité d’accueil de 132 lits montés sur 150, 53 lits montés sur 250 pour celui de Kimbao et 62 lits montés (don du gouvernement) sur 120 pour l’hôpital général de Boko. 

Par contre, le territoire de Kenge a 63 centres de santé qui fournissent des services en médecine générale et en pédiatrie. Ces hôpitaux et centres de santé manquent d’infrastructures adéquates pour une meilleure prise en charge des malades. Le territoire de Kenge a trois zones de santé : la zone de santé de Kenge avec 23 centres de santé dont 5 ne sont pas codifiés, la zone de santé de Kimbao avec 20 centres de santé et la zone de santé de Boko avec 20 centres de santé.

Maladies les plus récurrentes
  1. Paludisme
  2. Infections respiratoires aigües
  3. Anémie
  4. Diarrhée
  5. Malnutrition

Le paludisme est la première cause de morbidité et de mortalité pour l’ensemble du territoire de kenge. Les infections respiratoires et l’anémie affectent plus les enfants de moins de 10 ans.


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 592
Ecoles secondaires 375

Le territoire de kenge possède 967 écoles réparties dans 6 sous-divisions à savoir kenge I, kobo, pont kwango, kolokosso, kenge II et kimbau. Il est à signaler que la qualité de l’enseignement primaire et sécondaire est plus élévée dans les écoles situées dans le chef-lieu de la province, et cela se justifie dans les taux de réussite annuel de chaque école. La plupart des écoles sont en paille et manque des infrastructures adéquates pour la pretique professionnelle des élèves des écoles secondaires techniques. Par contre, il ne faut pas ignorer  que le manque de motivation des enseignants affecte également la qualité de l’enseignement. 

 

Enseignement supérieur et universitaire
Universités 1
Instituts supérieurs 4

Le territoire de Kenge compte 1 université et 4 instituts d’enseignement supérieur, outre ceux frappés par la mesure du ministère de tutelle, à savoir l’Institut supérieur pédagogique de kenge,  2 Instituts supérieurs des techniques médicales dont un est public (ISTM marie reine de la paix de kenge I). Dans ces différents instituts, il y a un manque criant des infrastructures (laboratoire, auditoire, etc.).


ONG et projets

Nombre d’ONG 26
Principales activités
  1. Agriculture (50%)
  2. Santé (20%)
  3. Education (20%)
  4. Environnement (10%)

Dans le territoire de kenge se trouvent quelques ONG internationales œuvrant dans le secteur de la santé telles que KOICA, Croix rouge française, etc. Ces ONG s’occupent principalement du ravitaillement en médicaments dans les hôpitaux et centres de santé. Quelques ONG locales travaillent plus dans l’encadrement des veuves et orphelins, l’agriculture, etc.

Principaux projets de développement financés par le Gouvernement
  1. PRRR (Programme de Réunification de la RDC par la voie routière), projet en cours
  2. Electrification du parc agro-industriel de Bukanga-lonzo et de ses environs, projet en cours
  3. Contruction du stade municipal de kenge, projet en cours

Le principal projet de développement sur financement du gouvernement est le PRRR. Le PRRR reliera la province du kwango à  celle du kongo central par la RN 16 (Bukanga Lonzo-Popokabaka-Lubisi), travaux momentannément arretés. Le parc agro-industriel de Bukanga-lonzo béneficie du courant électrique grace à une haute tension de 56 Mégawatts installée en son sein. La construction du stade municipal de kenge n’a jamais débuté mais les maquettes sont déjà installées. 

Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement
  1. Tous en bonne santé
  2. PRODADEKK
  3. PADIR

Le projet « Tous en bonne santé » est mis en œuvre par l’agence coréenne de coopération internationale (KOICA) avec le soutien de l’université de YONSEI et vise le renforcement des capacités sur les soins de santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant dans la division provinciale du kwango. Prodadekk est un programme de développement agricole et désenclavement du kwilu et du kwango financé par la CTB. Le Padir est un projet d’appui au développement des infrastructures rurales financé par la BAD.


Accessibilité et tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Oui
Voies aériennes Oui
Biefs navigables Oui
Train Non

Le territoire de Kenge est accessible par véhicules grâce à   la Nationale n°1 de Kinshasa vers Kikwit. Il convient de signaler que seul le chef-lieu de la province (la ville de Kenge) est traversé par cette route. Par contre l’accès à l’intérieur du territoire est quasiment impraticable. Il serait mieux de désenclaver les routes menant  vers l’intérieur du territoire (Boko, kimbao) pour faciliter l’évacuation de certains produits agricoles.  

Le territoire de Kenge dispose d’un aérodrome qui se trouve  dans un état de délabrement très avancé.   La modicité du revenu des populations n’a pas aussi facilité le déplacement par avion. L’emplacement très difficile de cet aérodrome ne permet pas de décoller et atterrir facilement. Il serait mieux de délocaliser cette piste selon l’Administrateur du territoire.

Les rivières où se trouvent les biefs navigables  sont Kwango, Wamba et Inzia. Cependant, l’absence des unités flottantes adaptées à ces rivières (baleinières,…) font défaut. Si on peut doter le territoire des baleinières, le gros du trafic sera saisonnier c’est-à-dire lié aux périodes de récolte des produits agricoles

 

Réseaux de communication
Africel Non
Airtel Oui
Orange Oui
Tigo Oui
Vodacom Oui

Trois grands opérateurs sont présents dans le territoire de kenge à savoir vodacom, airtel et orange (tigo). Vodacom est le seul opérateur qui couvre la quasi-totalité du territoire et il est le plus utilisé pour son service de M-pesa parce que la majorité des fonctionnaires de l’Etat sont payés par ce canal.

Attraits touristiques
Parcs Non
Jardins botaniques Non
Jardin zoologiques Non
Chutes d’eaux Oui
Sites touristiques Non
Sites sacrés Non

Il existe une chute d’eau à N’sakala-mumvidia dans le secteur de mosamba sur la rivière bakali et une autre à kapanga sur la rivière wamba, et tant d’autres. Ces chutes, pas aménagées et d’un accès difficile, n’attirent pas des touristes.

 

Espèces phares de la faune
  1. Léopard
  2. Buffle
  3. Antiloppe rouge
Espèces phares de la flore
  1. Bois noir


Situation sécuritaire

Le territoire de Kenge est relativement calme depuis plusieurs années, il n’y a pas de cas de criminalité à signaler sauf quelques cas isolés de destructions des biens et incendie des maisons dans les villages suite au décès d’un jeune. Il y a cependant la présence des érosions, surtout dans la ville de kenge. Comme solution palliative à ces érosions, l’implantation des ″vétiver″ pour empêcher l’avancée des érosions. Une solution d’urgence s’impose aussi tant par les autorités provinciales que nationales pour pallier rapidement et efficacement à cette situation.


Opportunités de développement

Le territoire de Kenge possède plusieurs richesses naturelles qui peuvent permettre son développement :

  1. Les chutes d’eaux de Nsakala-mumvidia sur la rivière Bakali et de Kapanga sur la rivière Wamba peuvent être attrayant et générées des recettes s’ils étaient aménagés comme sites touristiques ;
  2.  Les routes : si elles sont bien aménagées, surtout celles menant vers l’intérieur du territoire, elles peuvent favoriser un essor économique considérable par l’impulsion de l’agriculture et l’évacuation conséquente des produits agricoles.
  3.  Les rivières : le renforcement des capacités des pécheurs amateurs peut faire que ceux-ci deviennent professionnels et fournir une alimentation en poisson de par la présence des rivières qui baignent le territoire de Kenge
  4. Le café : certaines plantations mal entretenues existent dans les secteurs de Pelende-nord, Kolokoso et Dinga. Ces plantations sont abandonnées faute des preneurs.
  5. Huilerie : deux importantes plantations actuellement abandonnées ont fait la pluie et le beau temps du territoire de Kenge. Il s’agit de JVL (jules van lancker) dans le secteur de Pelende-nord ainsi que Sotraca/Gongo dans le secteur de Kolokoso.
  6. L’électricité: pour promouvoir le développement de la ville de kenge et ses environs, le courant électrique s’avère indispensable car cela peut inciter à la création d’entreprise. Etant donné que le parc agro-industriel de Bukanga-lonzo dispose d’une haute tension de 56 Mégawatts, cela permettra aux environs du parc de béneficier du courant.

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique