Territoire de Masimanimba

Fiche du territoire

Mise à jour le 31 mars 2017

Province Kwilu
Superficie 14 327 km²
Taille estimée de la population 1 571 503 hab.

(source: Rapport Annuel de Recensement de la Population, Territoire de Masi-Manimba au 31 décembre 2016)


Carte administrative


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

Le Territoire de Masi-Manimba est une entité décentralisé de la Province du Kwilu qui compte outre le territoire de Masi-Manimba, les territoires de Bulungu, Bagata, Idiofa et Gungu. Du point de vue étendu, le Territoire de Masi-Manimba occupe la quatrième place dans la Province du Kwilu après les Territoires d’Idiofa, Bagata et Gungu.

Il est limité :

  1. Au Nord, par les Territoires de Bagata, Kenge et Bulungu
  2. Au Sud, par les Territoires de Feshi, Kenge et Gungu
  3. A l’Est, par les territoires de Bulungu et Gungu
  4. A l’Ouest, par le Territoire de Kenge

Masi-Manimba City est situé sur la Nationale n°1, à 125 kilomètres de la ville de Kikwit et à environ 382 kilomètres de la Capitale Kinshasa.

Le Territoire de Masi-Manimba a été créé en 1935 sous l’appellation de la Lukula avec comme ancien Chef-lieu à Leta dans le Secteur de Kinzenzengo, avant d’être transféré à l’actuel emplacement à Masi-Manimba.

 Coordonnées géographiques

  • Longitude : 4° 46′ Sud 17° 54′ Est-4.767, 17.9
  • Altitude : 498 m (Chef-lieu du Territoire)

Climat

Le Territoire de Masi-Manimba connait un climat tropical.

Deux saisons observées :

  • Une longue saison de pluies allant de Septembre à Mai ;
  • Tandis que l’autre appelée saison sèche dont la durée est estimée à plus au moins deux mois, de Juin à Août. Toutefois, la longue saison pluvieuse est entrecoupée par une très courte saison sèche au mois de Février.

Hydrographie

Le Territoire de Masi-Manimba est très arrosé par quelques lacs et est traversé par quelques cours d’eau dont l’importance n’est plus à démontrer pour quelques-uns d’entre-deux à cause de leur navigabilité. Exemples :

  1. Inzia de son confluent avec le Kwilu (à Bagata) jusqu’à la Mission de Moanza
  2. Lukula de son confluent avec Inzia à Kimbi-Nsayala navigable jusqu’à la mission catholique
  3. La Luie de son confluent avec l’Inzia jusqu’en amont du Pont Kiwawa (voir exploitation Huilière CKE)
  4. La Kwenge navigable de Kimbilangundu Siefac jusqu’à Mayamba SAMPEDRO-FRERES (huileries situés entre les Secteurs Pay-Kongila et Sundu).

A part les rivières dont certains biefs sont navigables, l’on peut encore citer d’autres comme la Gobari qui se jette dans l’Inzia, la Kafi qui se jette dans la Lukula dont les confluents à Kimbili (Huilerie GECOTRA).

A part ces rivières, quelques lacs non navigables et aussi poissonneux sont signalés de par leur importance comme : Nzalama, Putu-Kingombi, Bukanga, Nzundu, Ngombe,…

Végétation

Les savanes boisées dominent partout à travers le territoire.

Sol

Le Territoire de Masi-Manimba est dominé par un sol  Argilo-Sablonneux

Particularités et richesses du territoire

Particularités du territoire

Le Territoire de Masi-Manimba est le seul territoire dans la Province du Kwilu dont la cité est traversée par la nationale n°1. Le Territoire produit en grande quantité les produits tels que le Manioc, Maïs, arachide, niébé et courge. Le palmier est l’arbre dominant le long de principaux cours d’eau et rivières. Lac Nzalama dans le Secteur de Kinzenzengo qui est très touristique et poissonneux où l’on trouve le Tilapia, le « Mungusu ».

La Grandiose Chute LIPENS de Kitona (découvert par le Belge Lipens), très touristique, à 140 Km du Chef-lieu du Territoire, dans le Secteur de Bindungi, Village Kitona, Groupement BUKA-TSONA. Sa Hauteur de 45 m (presque la même à celle d’Inga II), dont l’exploitation énergétique sont déjà en étude. Cette chute pourrait alimenter en énergie les Territoires de Masi-Manimba, de Kenge et Bulungu.

 

Données culturelles

Sept grandes tribus peuplent le Territoire de Masi-Manimba et sont reparties de la manière suivante :

  1. Mbala (45%)
  2. Ngongo (35%)
  3. Suku (10%)
  4. Yansi (4%)
  5. Hungana (2%)
  6. Songo (2%)
  7. Tsamba (1,5%)
  8. autres groupes (0,5%).

A Masi-Manimba les enfants appartiennent à la famille de la mère. La population est très hospitalière avec la présence de plusieurs orchestres folkloriques. Le manioc et maïs sont leurs aliments de base. Les habitudes vestimentaires de la population de Masi-Manimba sont plus influencées par Kinshasa.

Langues parlées dans ce territoire

Le Kikongo

  1. Le Kimbala
  2. Le Kingongo
  3. Le Kisuku
  4. Le Kiyansi
  5. Le Kisongo
  6. Le Kihungana 

Dans le Territoire de Masi-Manimba, le Kikongo est parlé par la majorité de la population. Le Kimbala est parlé dans le secteur de Pay-Kongila, Mokamo, Musangu et Sungu ; Le Kingongo est parlé dans le secteur de Masi-Manimba, Mokamo et Pay-Kongila ; Le Kisuku est parlé dans le territoire de Bindungi, Kibolo, Kinzenzengo et Kinzenga ; Le Kiyansi est parlé dans les secteurs de Kitoy et Mokamo ; Le Kisongo est parlé dans le secteur de Mosango et Mokamo ; Le Kihungana est parlé dans le secteur de Kinzenga et Kitoy.

Le Lingala est plus parlé par les migrants venus de Kinshasa et Kasaï.

Principales activités

  1. L’agriculture 35%

  1. Extraction de l’huile de palme 25%
  2. L’élevage du gros bétail 20%
  3. La Pisciculture 20%

L’agriculture et Extraction de l’huile de palme à grande échelle occupent une place de choix dans le domaine agricole dans la Province, le Territoire produit aussi en grande quantité les produits tels que le Manioc, Maïs, Arachide et le Haricot petit poids communément appelé  « Mbwengi » et cela grâce à la fertilité de son sol.

Le palmier est l’arbre dominant le long des principaux cours d’eau et rivières, les forets ayant existé le long des mêmes cours d’eau et rivières ont été saccagées par l’homme à cause de la surexploitation.

L’élevage du gros bétail très pratiqué sans le Sud du Territoire : Bindungi, Kinzenzengo, Kibolo, Pay-Kongila et Sungu.

La pisciculture prend des dimensions étonnantes et la production à ce jour dépasse tout entendement car, beaucoup de familles soutiennent leurs enfants aux études par cette nouvelle potentialité économique.


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au 31 mars 2017
Vendeur : 1$ = 1 380 FC Acheteur : 1$ = 1 410 FC
Nombre d’opérateurs économiques 272

Principaux opérateurs économiques

  1. Etablissement « Entre nous » : Commerce général, Vente des produits manufacturés ;

  1. Etablissement « Yan Pithung » : Commerce général, Vente des produits manufacturés ;
  2. Etablissement « Covic » : Commerce général, Vente des produits manufacturés ;
  3. Fondation « Michael » : Commerce général, Vente des produits manufacturés ;
  4. Hôtel « MAPRO FILS »
  5. KAF-COM et SAN-BILANGA : Vente vivres frais 

 

Principales activités des opérateurs économiques
  1.    Activité Commerciale
  2. Activité Agricole
  3. Activité artisanale (Usine Huilière)
  4. Activité artisanale
  5. Service (Hôtel)
Principales activités des PME/PMI
  1. Activité agricole
  2. Commerciale : magasin, boutique, chambre froide, boulangerie, Kadhafi
  3. Activité artisanale : savonnerie, forgeron, briqueterie, scierie, menuiserie
  4. Service : Hôtel, Polyclinique, bars, pharmacie, communication, transport
Grandes entreprises locales

La quasi-totalité des Industries (Usines d’exploitation d’huile de palme) qui dans le temps faisaient la force de l’économie du Territoire de Masi-Manimba ont été fermées à l’exemple de :

  1. Usine des HPK (huilerie Plantation du Kwilu) Fumu-Putu à Masi-Manimba
  2. Usine des HPK à Dondo (Secteur Kitoy)
  3. Usine des HPK à Mosenge (Secteur de Masi-Manimba)
  4. Usine des HPK à Mosanga SAMPEDRO (Secteur de Masi-Manimba)
  5. Usine des HPK à Kipata-Mususu (Secteur de Masi-Manimba)
  6. Usine des HPK à Lunga (Secteur de Masi-Manimba)
  7. Usine de la Société SIEFAC à Kimbilangundu (Secteur de Pay-Kongila)
  8. Usine de la Société SIEFAC à Kipalanka (Secteur de Pay-Kongila)
  9. Usine MAYAMBA SAMPEDRO
  10. Usine de la CKE (Compagnie Kasaï Equateur) à Mokamo, fonctionne au ralentie avec la GECOTRA
  11. Usine de la CKE à Kimbili, fonctionne au ralentie avec la GECOTRA de Monsieur Tosé Souza
Principaux produits agricoles
  1. Le Manioc
  2. Le Maïs
  3. L’Arachide
  4. La Courge
  5. Le Haricot petit poids communément appelé « Mbwengi », le Niébé

Le manioc est produit dans tous les secteurs du territoire de Masi-Manimba. La production annuelle de manioc cossette au territoire est de 22.067.131 tonnes. Le maïs est également produit en très grande quantité, Il est consommé sous forme d’aliments bouilli ou grillé au feu sa production annuelle est de 13.094.775 tonnes. La production annuelle de l’arachide est de 12.521.139 tonnes. La production annuelle du Courge non décortiqué est de 2.277.316 tonnes, il produit en très grande quantité surtout dans les secteurs de Mokamo et de Kitoy. La production annuelle du Niébé est de 2.138.777 tonnes, il produit en très grande quantité surtout dans les secteurs de Kitoy.

Principaux produits non agricoles
  1. La Chenille
  2. Le Champignon
  3. Le Fumbwa
  4. Les Macaronis communément appelé « Mikungu»

La production annuelle de la chenille est de 1.522.370 tonnes, il est produit en très grande quantité dans les secteurs de Bindungi, Kinzenzengo et Kibolo. La production annuelle du champignon 228.858 tonnes, il produit en grande quantité dans tout le territoire. Le Fumbwa est produit en très grande quantité dans les secteurs de Kinzenga et Masi-Manimba, sa production annuelle est de 734.057 tonnes. La production annuelle du macaroni 713.141 tonnes.

Principales sources d’énergie
  1. Le carburant pour les groupes électrogènes.
  2. Rayonnement solaire (panneaux solaires)
  3. Charbon de bois

L’énergie, et en particulier l’électricité, est une source capitale pour le développement économique et humain. La disponibilité en électricité sous-entend la fourniture de services essentiels comme l’éducation, en apportant la lumière dans les écoles et les foyers, la sécurité sanitaire des aliments par la réfrigération, l’accès aux technologies de communication ou encore l’amélioration de la productivité des activités agricole et économique.

La Société National d’Electricité, SNEL en sigle, n’est plus opérationnelle dans le territoire de Masi-Manimba depuis 2005 suite à une panne de son groupe électrogène industriel de 195 KVa. Les câbles sont toujours là, ils ne sont pas volés tout ce temps passé.

Dans le Territoire de Masi-Manimba, l’Energie solaire et les groupes électrogènes sont plus utilisés par les bureautiques, pour l’impression des documents. Les ménages recourent à la cuisson au feu de bois, et consomment les eaux de rivière


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 18
Nombre de centre de santé 99

Zone de Santé

HGR

H. Sec

CS

Nbre médecin

Nbre  Infirmiers

Masi-Manimba

1

4

20

31

406

Mosango

1

2

16

6

258

Bonga-Yasa

1

4

22

10

209

Moanza

1

2

20

7

181

Pay-Kongila

1

1

21

4

194

Total

5

13

99

58

1248

L’Hôpital Général de Référence de Masi-Manimba a une capacité d’accueil de 250 lits budgétaires dont 135 montés, avec les services de médecine générale, pédiatrie, gynéco-obstétrique, chirurgie, salle d’urgence, Laboratoire, imagerie médicale, trypanosomiase humaine africaine, dentisterie, le premier soin d’ophtalmologie, kinésithérapie, nutrition et diététique. 

Dans la Zone de Santé de Masi-Manimba, les populations trouvent facilement des médicaments grâce à l’appui de Koica (paludisme), action Damien (tuberculose), fonds mondial et Memisa Belgique (VIH) qui approvisionnent aussi bien les structures de santé que l’Hôpital Général de Référence via la Centrale de Distribution  Régionale (CDR) CAMEBASU. Vu le faible niveau de revenu, la population a des difficultés pour se procurer les médicaments liés à d’autres maladies telles que la diarrhée, l’IRA, l’hypertension artérielle, fièvre typhoïde et diabète.

Maladies les plus récurrentes
  1. Le Paludisme : l’environnement est insuffisamment assaini surtout dans les villages. Le « Fonds Mondial » en 2012 avait distribué les moustiquaires mais le constat est qu’il y a une portion de la population qui les utilisent pour d’autres fins (pêches, jardinage,….)
  2. L’Infection Respiratoire Aigüe (IRA): causée par l’exposition des enfants au coup de froid, mauvaise technique d’allaitement de mères (le lait maternel de fois entre dans la narine des enfants), causes infectieuses de toute genre qui cause la pneumonie (toux, rhumes,…) chez les enfants.
  3. La Diarrhée simple : liée aux maladies de mains sales (manque d’hygiène), l’eau est impropre à la consommation (moins de sources sont aménagées pour l’eau potable). Ex. 36% seulement de la population est desservi en eau potable dans la zone de santé de Masi-Manimba. Ce 36% englobe beaucoup plus la Cité de Masi-Manimba (25 Km2 avec une pop. de 41.552 Habitants), le seul endroit où il y a la présence de la REGIDESO.
  4. La Malnutrition : dans le Territoire de Masi-Manimba il y a une grande production (Arachides, Gorges et Manioc, Maïs, poisson, chèvres,…) mais il y a sous consommation de cette production, on produit pour vendre et non pour consommer. Très souvent la population consomme le manioc (FUFU) sans y mettre du maïs. Le traitement nutritionnel se fait avec l’appui de l’Unicef. Il faut procéder aussi à l’éducation de la population pour une solution à long terme.
  5. La Trypanosomiase Humaine Africaine (THA) : Masi est la zone pilote de la prise en charge de THA, il a des CDTC (Centre de Dépistage, Traitement et Contrôle de la THA) avec l’appui de DNDi (une ONG Suisse) qui travaille sous le PNLTHA (Programme National de la Lutte contre la THA) de L’Etat Congolais.
  6. Anémie : causée par la sous-alimentation des feuilles vertes (légumes, feuilles de manioc,..), aux causes infectieuses, parasitaire (malaria,…).


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 681
Ecoles secondaires 472

Sous Division

Ecoles Primaires

Ecoles Secondaires

Elèves au primaire

Elèves secondaire

Enseignants au primaire

Enseignants au secondaire

S/D Masi 1

342

283

73873

27448

2748

4501

S/D Masi 2

152

81

28221

9267

1155

1287

S/D Masi 3

187

108

27869

11363

1314

2040

Total

681

472

129963

48078

5217

7828

Il se pose un sérieux problème d’infrastructures scolaires au Territoire de Masi-Manimba, la plupart des écoles ne sont pas construites en matériaux durables.

Les difficultés de manuel scolaire et librairie se posent surtout au secondaire. Au primaire L’UNICEF fait un effort chaque fois d’intervenir dans la formation et manuel. Nous constatons que la pauvreté poussent les élèves de fois à se prendre en charge eux même pour subvenir à leurs besoins par des travaux de champs, la conduite de moto,… ce qui ne leur permet pas vraiment de se concentrer sur leurs études.

La sous division de Masi I diffuse chaque mercredi à la radio l’émission « Antenne Scolaire » pour sensibiliser la population sur l’importance des études. La formation ou mise à niveau des enseignants est régulière et le programme est respecté.

 

Enseignement supérieur et universitaire
Universités 0
Instituts supérieurs 8

Université/Institut supérieur

Nombre annuel d’étudiants

Nombre de Professeurs

Nombres de Chef de travaux

Nombres d’Assistant.

1. Institut Supérieur Pédagogique (ISP)

Masi-Manimba

364

04 dont 03 visiteurs

23

40

Filières organisées : 1. Lettres et Sciences Humaines 2. Sciences Exactes et Naturelles 3. Sciences Sociales 4. Sciences d’appui à l’enseignement.

2. Institut Supérieur Pédagogique (ISP) Pay-Kongila

114

01  (professeur visiteur)

03

35

Filières organisées : 1. Lettres et Sciences Humaines 2. Sciences Exactes et Naturelles.

3. Institut Supérieur Pédagogique  (ISP) Kitoy

150

03 (professeurs visiteurs)

02

 36

Filières organisées : 1. Orientation scolaire et Professionnelle 2. Production et Défense de culture  3. Sciences Exactes 4. Sciences commerciales et administratives.

4. Institut Supérieur de Technique Médical (ISTM) Lumbi

170

02 (professeurs visiteurs)

05

19

Filières organisées : 1. Techniques de Laboratoire 2. Nutrition – Diététique 3. Sciences infirmières : Hospitalières 4. Sciences infirmières : Pédiatrie, 5.Sage-femme

5. Institut Supérieur de Technique Médical (ISTM) Moanza

56

04 (professeurs visiteurs)

06

20

Filières organisées : 1. Techniques de Laboratoire 2. Nutrition – Diététique 3. Sciences infirmières : Hospitalières 4. Sciences infirmières : Pédiatrie, 5.Sage-femme

6. Institut Supérieur de Développement Rural (ISDR) Mosambo

168

03 (professeurs visiteurs)

04

23

Filières organisées : 1. Administration rurale 2. Technique rurale 3. Organisation sociale

7. Institut Supérieur des Sciences de Santé et d’Education (ISSS.E/Masi)

30

03 (professeurs visiteurs)

04

20

Filières organisées : 1. Sciences Infirmières : Nursing général, Nursing en pédiatrie, Nursing en chirurgie, Nursing en gynécologie 2. Santé communautaire

8. Institut Supérieur des Techniques de Développement  ISTD-KDD

50

01 (professeurs visiteurs)

06

08

Filières organisées : 1. Gestion Informatique 2. Bâtiment et Travaux publics

Il y a un problème général d’infrastructures qui fait que la capacité d’accueil soit faible. Tous les Instituts Supérieurs sont propriétaires du bâtiment qu’ils abritent sauf ISTM Moanza qui ne possèdent pas encore son propre bâtiment.


ONG et projets

Nombre d’ONG 58
Principales activités
  1. Agriculture
  2. Elevage
  3. Pisciculture
  4. Entretien de route de desserte agricole
  5. Association des femmes veuves et Orphelin

Nous pouvons citer quelques ONG dans la cité de Masi :

  1. Association des Femmes pour le développement (A.F.S.M) : s’occupe de l’agriculture, entretien des routes et pisciculture.
  2. Association des scieurs et pisciculteur pour le développement intégré de Masi (ASPIM) : s’occupe de la Scierie, Menuiserie et pisciculture
  3. Action pour le développement intégrale des paysans (ADIP) : s’occupe Agriculture, Elevage et Pisciculture.

 

 

Principaux projets de développement financés par le Gouvernement

Pour le moment, il n’y a aucun projet de développement dans le territoire financé par le gouvernement. En 2012, le gouvernement avait pris une bonne résolution de donner les traceurs aux provinces, de créer de « Village Agricole » afin de relancer l’agriculture, à la première année il y avait une grande production. Mais le mal était que la gestion de ces tracteurs n’était pas confiée au territoire (Service de Développement Rural) mais aux individus qui s’en étaient mal servis. Pour le moment il n’y a aucune trace de ces engins.

Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement
  1. CTB : Entretien et Réhabilitation des routes, renforcement de capacité des services de l’Etat (Agricultures,…), Formations et ateliers des écoles techniques professionnelles (agriculture) à travers de sa branche VVOB (Flemish Association for Development Cooperation and Technical Assistance).
  2. KOICA : Paludisme dans le secteur de Masi-Manimba, Mosango et Bonga
  3. OMS : Vaccination et surveillance épidémiologique
  4. FAO : Agriculture
  5. MEMISA Belgique : Secteur de santé (VIH)
  6. UNICEF: Manuels et Formations des Inspecteurs à l’enseignement primaire ; dans le secteur de la santé il s’occupe de la santé de la mère et de l’enfant ou du nouveau-né.
  7. USAID : Formation des Enseignants Primaires
  8. VASYFILLE : c’est une ONG internationale avec comme mission de donner les fournitures scolaires aux filles qui n’ont pas de soutien.


Accessibilité et tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Oui
Voies aériennes Oui
Biefs navigables Oui
Train Non

La Cité de Masi-Manimba est situé sur la nationale n°1 (en très bon état), à équidistance entre les villes de Kenge et de Kikwit.

Le Territoire de Masi-Manimba est très arrosé par quelques lacs et est traversé par quelques cours d’eau dont l’importance n’est plus à démontrer pour quelques-uns d’entre-deux à cause de leur navigabilité. Exemples : Inzia, Lukula, la Luie, la Kwenge, la Gobari et la Kafi.

Le territoire de Masi-Manimba possède aussi des Aérodromes. Nous pouvons citer :

  1. L’aérodrome de Masi-Manimba Chef-lieu : il n’est presque plus opérationnel depuis que la route nationale n°1 est en bon état, les vols sont très rares. Voyager par route est très moins couteux par rapport à l’avion et les gens préfèrent la route surtout qu’elle est bonne.
  2. L’aérodrome de Bonga-Yasa (Secteur Mokamo) : il est praticable et opérationnel, il est utilisé par l’Hôpital de Bonga-Yasa (les Médecins qui proviennent de Kinshasa,…), le Missionnaires Catholiques.
  3. L’aérodrome à la Mission Catholique de Moanza : il y a aussi une piste praticable pour les missionnaires.

 

Réseaux de communication
Africel Non
Airtel Oui
Orange Oui
Tigo Oui
Vodacom Oui

La couverture est bonne pour ces trois réseaux cités. Les services m-pesa, airtel-money et orange-money (tigo-cash) sont disponibles, les cartes de recharge aussi.

Attraits touristiques
Parcs Oui
Jardins botaniques Non
Jardin zoologiques Non
Chutes d’eaux Oui
Sites touristiques Oui
Sites sacrés Oui

Le Parc privé du Gouverneur Jean Kamisendu dans le secteur de Masi-Manimba. Espèces : Boa, Gorille, Zèbres, Autruche, etc.

Chute d’eau de LIPENS à 140 Km du Chef-lieu du Territoire, dans le Secteur de Bindungi, Village Kitona. Site sacré : Mission Catholique de Ngondi.

Espèces phares de la faune
  1. Crocodile : dans la rivière Gobari, secteur de Mosango.
  2. Antilope : à Masi, Mosango, Kinjunga
  3. Buffle : dans le foret du village Kapasi à Mosango, foret du village Dunga à Mokamo,
  4. Hippopotame : dans la rivière Gobari, secteur de Mosango.
  5. Autruche, Zèbre et Boa : Au parc du Gouverneur Jean Kamisendu 

Ces espèces sont menacées par les chasseurs mal intentionnés qui les abattent illégalement sans décision des autorités.

 

Espèces phares de la flore
  1. Le Palmier
  2. Les bananiers
  3. Wenge
  4. L’acacia
  5. L’Iroko (Kambala) 

Ces espèces sont en disparition suite aux exploitations abusives des forets. Le palmier est l’arbre dominant le long des principaux cours d’eau et rivières du le Territoire de Masi-Manimba et constituait dans le temps une source principale de richesse de la majorité de la population.

Depuis la fermeture des grandes usines des huileries (HPK, CKE,…), il y a une décadence totale. C’est maintenant les usines artisanales qui favorisent les exploitations illicites des palmiers.

 

 


Situation sécuritaire

La situation sécuritaire et l’état d’esprit de la population du territoire de Masi-Manimba est généralement calme. La population est très hospitalière, hormis les quelques cas isolés signalés ci –après :

  1. Un sérieux Problème d’urbanisme et d’aménagement du territoire qui provoque des tète d’érosion partout dans le territoire de Masi-Manimba
  2. La tendance tribale persiste encore.
  3. Cas de conflits fonciers, surtout pendant la saison sèche au mois de Juin, juillet et Aout quand il y a déboisement.
  4. Le conflit du pouvoir coutumier et en diminution aussi. Le territoire de Masi-Manimba compte 86 Groupements dont 16 en conflit de pouvoir et il y a également 25 groupement de FAIT dont aucun n’est incorporé dans la ville de Masi-Manimba, ni même dans une nouvelle Commune. Ces groupements de FAIT n’ont à l’heure actuelle, aucun acte juridique les reconnaissant comme tel et continuent à être gérés par leurs Groupements d’origines reconnus par le pouvoir public.


Opportunités de développement

 Le territoire de Masi-Manimba possède plusieurs richesses naturelles qui pourraient permettre son développement :

  1. La Grandiose Chute LIPENS de Kitona) à 140 Km du Chef-lieu du Territoire, dans le Secteur de Bindungi, Village Kitona, dont l’exploitation énergétique sont déjà en étude pourrait faciliter l’accès en énergie dans le Territoire.
  2. Le Territoire de Masi-Manimba possède beaucoup des eaux donnant lieu à une forte possibilité de développement ayant trait à la pêche, pisciculture et tourisme ainsi que des échanges commerciaux. Le lacs naturels très poissonneux : Lac NZALAMA au secteur de Kinzenga, Lac SANZA, Lac Ngulungu, Lac Mbanza-Fumunkito, Lac Kingundu et Kisombo dans le secteur de Masi-Manimba.
  3. La pisciculture prend des dimensions étonnantes et la production à ce jour dépasse tout entendement car, beaucoup de familles soutiennent leurs enfants aux études par cette nouvelle potentialité économique.
  4. Le balisage de la rivière Lukula serait aussi une opportunité car Les expérience nous ont démontré que le que  le transport par baleinière est moins couteux et profite bien aux paysans qui sont le long de la rivière dans les échanges des produits.
  5. L’agriculture, pèche et élevage sont encore artisanaux mais la production est déjà encourageante et si on pouvait les mécaniser (industrialiser) elle sera exceptionnelle.
  6. La réouverture des usines huilières fermées créerait de l’emploi, renforcerait l’activité économique dans le Territoire par de la plantation de jeunes palmiers ;
  7. La réhabilitation des routes provinciales et de dessertes agricoles faciliterait l’évacuation des produits agricoles, des marchandises.

 

 

 

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique