Territoire de Mobayi-Mbongo

Fiche du territoire

Mise à jour le 31 mars 2017

Province Nord-Ubangi
Superficie 10 078 km²
Taille estimée de la population 190 477 hab.

(source: Rapport Annuel Administration du territoire de Mobayi-Mbongo, 2016)


Carte administrative


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

Le territoire de Mobayi-Mbongo a été créé par L’Ordonnance-Loi ‘’Décret royal’’ de 1912 denommé Banziville. Après, une autre Ordonnance-Loi portant N°01/143/13/F du 14 Août 1958. S’en est suivi d’un autre Ordonnance-Loi N°87-007 DU 10 JANVIER 1987 portant respectivement création de la ville de Gbadolite et le territoire de Mobayi-Mbongo.

Coordonnées géographiques

  • Latitude : 5° 21′ 41’’ (Nord)
  • Longitude : 21° 33′ 19’’ (Est)
  • Altitude : entre 300 m et 400 m.

Densité : 17,7 Km2/ habitant

Limites

  • A l’Ouest le Territoire de Bosobolo
  • A l’Est le Territoire de Yakoma
  • Au Sud la Ville de Gbadolite et le Territoire de Businga
  • Au Nord la rivière Ubangi et la RCA (4°25’N)
  • Au centre la ville de Gbadolite

Climat :

Le territoire de Mobayi-Mbongo se trouve dans une région de climat équatorial. Deux saisons s’alternent : 

  • La saison sèche : du 15 novembre au 15 mars
  • La saison de pluie : du 16 mars au 15 novembre (la pluviosité moyenne est de 178,9 mm d’eau par mois).

La température varie selon les saisons. La température moyenne mensuelle de l’air est comprise entre 30° et 35°C ; les moyennes mensuelles des températures maxima journalières croissent en fin de saison sèche (30,5° à 32,5° en Mars) tandis que les moyennes mensuelles des températures minima journalières sont les plus faibles pendant la moitié de la saison sèche (20° à 26°C en Novembre).

L’insolation relative mensuelle oscille généralement entre 60 et 90 % de Mars à Novembre et entre 50 et 75 % de Novembre à Mars, Décembre et Janvier sont le mois les plus ensoleillés.

Sol :

Le sol est argilo-sablonneux avec, une roche montagneuse pierreuse du côté droite de la rivière ubangi de Mobayi-Mbongo, et une plaine pierreuse tout au long des côtes de la rivière Ubangi. Le bassin de la rivière Ubangi englobe la partie nord du Territoire de Mobayi-Mbongo et est caractérisé par des terres de couleur jaune et rouge.

Végétation :

Dans le territoire de Mobayi-Mbongo, il existe majoritairement un seul type de végétation : la forêt (Forêt Equatoriale), qui regorge plusieurs types d’espèces de faune et flore. Cette forêt est très exploitée par les autochtones qui coupent ses arbres et qui y font la chasse des espèces animales, d’une manière traditionnelle et anarchique.

Hydrographie :

Le territoire est traversé par plusieurs cours d’eau. Les plus importants sont :

  • Au Nord, la rivière Ubangi, Mwange Zanza, Loko, Likimi, Likila, Longe, Kpokpo, Mboroki-Mbondo, Sokoro
  • Au sud qui sépare la commune de Nganza (Gbadolite) et Mobayi-Mbongo, Mbimbi
  • Au sud qui sépare Molegbe (Marie de Gbadolite) et Mobayi-Mbongo, Ngama
  • A l’Est qui sépare Mobayi-Mbongo et Yakoma et Lokame
  • Au sud-Est qui sépare Businga et Mobayi-Mbongo.
Particularités et richesses du territoire
  • Sur le plan coutumier, le pouvoir est détenu par le Chef coutumier qui est assisté par les anciens membres du groupement. Le système de parenté est le patriarcat ; le père est le chef de la famille et à sa mort il est succédé par son fils aîné.
  • Le sous-sol du territoire de Mobayi-Mbongo est riche ; il renferme notamment le diamant dans le village de KotaKoli, le fer à peu près de 30 Km du centre de Mobayi-Mbongo dans la localité de Nganza. Le diamant est exploité de façon artisanale et anarchique ; le fer, lui, demeure encore inexploité avec des signalement du mercure et le pétrole.
  • Le territoire de Mobayi-Mbongo est le seul territoire de la province du Nord-Ubangi à disposer d’une centrale hydro-électrique (Barrage).
Données culturelles

Dans le territoire de Mobayi-Mbongo nous trouvons 2 grands tribus :

  • Les Ngbandi ;
  • Les Banda :

Ces tribus se ramifient en ethnies. Citons-en quelques-unes :

  • Les Mbanza
  • Les Ngbungbu
  • Les Ngbaka
  • Gbanziri
  • Buraka
  • Bagilo
  • Mbanza-Fulu.

Les Ngbandi, majoritaires, sont des agriculteurs, éleveurs et des pêcheurs. Ils occupent la partie centre du territoire, ainsi que le Nord-Est et le Sud-Est. Ils sont aussi connus comme de grands chasseurs. Les Banda, eux, sont localisés au Sud-Est et au Sud-Ouest du territoire. Ils pratiquent la chasse et l’agriculture. 

Langues parlées dans ce territoire
  1. Lingala (95%)
  2. Kingwandi (70%)
  3. Ngbaka (20%)
  4. Ngbungbu (10%)
  5. Mbanza(8%)

Dans ce territoire le Lingala est la langue parlée par la majorité de la population ; le Kingwandi et Ngbungbu sont plus parlés dans la partie Nord-Est, le ngbaka dans le Nord-Ouest, et le Mbanza dans le Sud-Ouest.

Principales activités

 

  1. Agriculture (70%)
  2. Pèche (60%)
  3. Elevage de chèvres, moutons, porcs et volaille (18%)
  4. Petit commerce (40%)
  5. Cueillette et chasse (2%)

L’Agriculture est la première activité, et la plus importante ; elle pratiquée par quasiment toute la population locale.  la Pèche est la seconde activité du territoire, Elle est essentiellement vivrière. Signalons que la rivière ubangi regorge de nombreuses espèces de poissons et plusieurs cours d’eau où l’on pratique la pèche. L’activité de pêche se fait durant les deux saisons. L’élevage est la troisième activité dans le territoire et le petit commerce à la quatrième position. 


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au 31 mars 2017
Vendeur : 1$ = 1 350 FC Acheteur : 1$ = 1 450 FC
Nombre d’opérateurs économiques 230

Principaux opérateurs économiques

L’activité économique dans le territoire de Mobayi-Mbongo est caractérisée en grande partie par la pèche, l’agriculture, le petit commerce, l’élevage et la chasse. Mais la population se lance plus dans la pèche, l’agriculture et le petit commerce, au niveau de l’épanouissement des activités économique il y a une faible inclusion de la population.

En effet, les activités économiques restent caractérisées notamment par sa faible capacité à générer des emplois, à distribuer des revenus susceptibles de réduire sensiblement la pauvreté et de contribuer au budget provincial car les activités sont plus orientées vers l’auto consommation. Pas des entreprises/sociétés et industries de production dans les territoires de type A, B, seulement une entreprises de type C qui est la SNEL avec son siège d’exploitation le Barrage hydro-électrique de Mobayi-Mbongo qui compte 55 employés au niveau du barrage ; 230 Petites et Moyennes Entreprises de type D (Formelles et Informelles) sans aucune production continuelle et chiffrée.

Le territoire ne dispose pas des agences de transferts de fonds, des banques, des coopératives d’épargne et de crédit ni des institutions de microfinances, seulement la tontine qui bat son record et surtout au niveau des marchés. Les réseaux de communication sont assurés par Vodacom, Airtel et Orange, mais le taux de couverture est faible car dans la plupart des endroits le réseau est introuvable et là il faudrait chercher le signal, les produits qu’ils offrent sont : crédits prépayés par flash seulement et les data pour internet.

Sur le marché des biens alimentaires on retrouve les aliments de base comme le manioc, maïs, riz, arachide, banane plantain, soja, etc., le prix varie selon le marché, la disponibilité du bien surtout en tenant compte de la saison. Les taxes/impôts au niveau du territoire ne sont pas correctement payées, car la population n’a pas la culture fiscale. Une forte volatilité de taux de change est observé ce temps si soit 1350, 1400 voire même 1450 francs Congolais équivalant à 1 dollar américain, des prix des carburants varie en tenant compte de la distance (1900 Francs Congolais à 2500 Francs Congolais le litre malgré qu’il y a carence de temps en autre).

Considérant l’approche par l’offre, l’activité économique est restée soutenue par le dynamisme affiché dans les secteurs de pèche, agricole et du petit Commerce, mais les activités agro-pastorales n’ont pas progressé dans l’ensemble. Les produits importés viennent souvent de la RCA pays voisin du territoire de Mobayi-Mbongo.

Le système de guichet unique n’est disponible dans le territoire, si quelqu’un veut créer une entreprise il doit aller dans le chef lieux ou sont tous les services du guichet unique. Pas d’existence du système d’information sur le marché. Le transport des biens et des personnes est assuré par le vélo (Toleka), les motos et camions et est permanent pour les vélo et moto mais pas les camions.

Pour ce qui est du secteur des mines, quelques paysans exploitent le diamant dans le village Kota-Koli mais d’une manière traditionnelle, le Fer et le pétrole reste encore inexploités à NGANZA près de 40 km du centre de Mobayi-Mbongo et aucune statistique n’est disponible mais c’est un secteur qui reste à organiser pour impacter l’économie du territoire. on nous signale aussi la présence du mercure.

L’électricité est disponible dans le territoire malgré qu’il n’y ait pas des industries pour l’exploité. L’eau de sources, puits et rivières sont aussi disponibles dans le territoire mais pas l’eau de la Régideso. Le territoire connait encore un problème de transport et communication, le secteur économique n’a pas des investissements dans le territoire.

Principales activités des opérateurs économiques
  • Ventes des produits manufacturés
  • Commerce des produits Pharmaceutique
  • Boissons Alcoolisées et Gazeuse
  • Exploitation minière de diamant
Principales activités des PME/PMI
  • Production et vente de produits manufacturier
  • Production des services
  • Fabrication casserole
  • Production d’huile de palme
  • Commerce Général

Dans le centre de Mobayi-Mbongo, il y a de petites industries de transformation de l’huile de palme en savon, de fabrication de casseroles, etc. 

Grandes entreprises locales

Le territoire ne dispose d’aucune grande entreprise au niveau local à part la SNEL.

Signalons seulement que la Société Nationale d’Electricité (SNEL) dont son siège d’exploitation est dans le territoire de Mobayi-Mbongo, cette société opérant dans la production de l’énergie électrique employant 122 personnels dont 55 au niveau de la Centrale Hydro-Electrique de Mobayi-Mbongo. L’administration de la société est située dans le chef-Lieu de la province du nord-Ubangi, à Gbadolite. 

 

Principaux produits agricoles
  1. Manioc (90%)
  2. Mais (30%)
  3. Riz (10%)
  4. Arachide (25%)
  5. Banane Plantain (15%)

Le manioc est produit dans tous les secteurs du territoire de Mobayi-Mbongo. La production annuelle  du territoire est estimée par PARRSA et IPAPEL malgré qu’une partie la production soit consacrée à la survie de la population. Le manioc est consommé soit en Chikwange soit en tubercules bouillies. Une grande partie est également revendue dans les territoires voisins.

Le maïs est également produit en quantité insuffisante et surtout dans le territoire de Mobayi-Mbongo, village de Kota-Koli, de Pambwa… Il est consommé sous forme d’aliments bouilli ou grillé au feu (popcorn) et aussi transformé en alcool local appelé « Lotoko ». Une partie de la production est également vendue aux territoires voisins.

Parmi les cultures pérennes, nous avons ; le Bananiers, le Palmier à huile, le caféier, le papayer, le avocatier et les Manguier.

Le Riz est produit à faible quantité et il est utilisé pour la consommation locale et revendu aussi.

L’Arachide est aussi produit à une quantité importante et est consommé localement et revendu dans les territoires voisins et

La Banane Platin aussi en quantité moyenne pour la consommation locale et revendu aux territoires environnants mais les statistiques ne sont pas disponibles pour ce produit agricole.

Nous avons également l’huile de palme, qui est produit en quantité moyenne par quelques habitants paysans ; Il est utilisé pour la consommation locale et est utilisé pour la fabrication de savons ; la courge, le soja est également cultiver aussi dans le territoire.

Principaux produits non agricoles
  1. Poissons frais (70%)
  2. Viande (30%)
  3. Chenilles (Mbinzo) (10%)

Les produits non agricoles les plus consommées dans le territoire de Mobayi-Mbongo sont des produits marins et forestiers non ligneux (poissons frais, chenilles, viande). Ils sont prélevés dans la rivière Ubangi, dans les forêts situées non loin des habitations.

Principales sources d’énergie
  1. Bois (70%)
  2. Electricité (15%)
  3. Panneaux solaire (10%)
  4. Groupe électrogène (5%)

Le courant électrique est disponible dans le centre de Mobayi-Mbongo. Il n’y a que quelques services administratifs qui en bénéficient. Pour le reste du territoire ce sont des groupes électrogènes appartenant à des particuliers qui fournissent de l’énergie (principalement pour l’éclairage). Pour la cuisson, le charbon de bois reste incontournable dans tous les ménages. L’énergie solaire est présente à l’hôpital Général de référence et dans certaines habitations.

NB : L’offre de l’eau potable cause problème, presque une grande partie de la population n’a pas accès à l’eau potable. D’après le chef de centre de la Régideso à Gbadolite, à L’époque on avait installé des robinets au centre du territoire de Mobayi-Mbongo, mais lors du lancement du projet il y avait pillage et tout a été emporté jusqu’à lors l’eau est devenu un grand problème dans le territoire, la population demande aux autorités d’intervenir.Tout le territoire n’a accès à l’eau de la Regideso alors qu’il y a la rivière Ubangi.


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 1
Nombre de centre de santé 20

Le territoire Mobayi-Mbongo possède une seule zone de santé :

Zone de santé de Mobayi-Mbongo :

Un hôpital Général de référence « HGR de Mobayi-Mbongo » qui est situé dans le centredu territoire de Mobayi-Mbongo. Cet hôpital a été créé depuis 1952 par des colonisateurs belges. On trouve en son sein des services de généraliste:

  • pédiatrie
  • gynécologie

L’HGR est construit en matériaux durable et necessite des grosses réhabilitation. Elle compte à son sein 5 médecins et 46 infirmières y travaillent avec une capacité d’accueil de 250 lits. Cependant dans la réalité seule 60 lits sont disponibles. Les infrastructures qui abritent l’HGR est en état de délabrement avancé quoique datant de 1952 mais une réhabilitation et son équipement serait adéquate. La distance moyenne entre les domiciles et le centre de santé est de 5 Km.

Le territoire de Mobayi-Mbongo possède aussi 20 centres de santé dont :

  • 11 centres de santé dans le secteur de Mobayi (Centre de santé Baza, de Fulu, de Gbadoboketsha, Gbagobu, KotaKoli I, KotaKoli II, Maneko, Mbwi, Nwenenge, Nyaki, Satema, Simbala, Sokoro, Sowa, Voter et Zamba)
  • 9 dans le secteur d’Otto-Mbanza avec un centre de santé privé pour le Kimbanguiste (Centre de santé Maman Mwilu).

Ces centres de santé fournissent des paquets minimum d’activité (PMA) représentent dans l’ensemble une capacité d’accueil de 7 lits par centre donc 140 lits pour le 20 centres de santé dont 17 sont Etatique et 3 privé. 20 infirmiers y travaillent en moyenne 2 infirmiers par centre de santé. Pour des cas graves, les malades sont acheminés à l’hôpitalGénéral de référence de Mobayi-Mbongo. Il faut noter que la plupart des centres de santé sont faits en terre battue, ils ne disposent pas d’assez de salles et le matériel utilisé est très vétuste et archaïque. signalons que 3 centres de santé en bon état, Mbui, Nyaki et Mobayi

Les médicaments essentiels sont disponibles dans le dépôt de l’HGR, dans les centres de santé et pharmacies dans tous les secteurs du territoire de Mobayi-Mbongo grâce au Projet d’ Accès aux Soins de Santé Primaire (ASSP) qui fait du ravitaillement. Mais quelques médicaments spécialisés ne sont pas disponibles et il faut les commander trois mois à l’avance dans les grandes villes voisines.

Dans le territoire de Mobayi-Mbongo, le trois derniers mois (Octobre, Novembre et Décembre 2016), 7677 personnes de cas de maladies ont été enregistrés, 7 personnes ont été tuées par ces maladies pour le quatrième trimestre 2016. Les infections respiratoires aigües, les diarrhées et la malnutrition affectent plus les enfants de moins de 5 ans. Aussi la présence du VIH est signaler dans le territoire et la population la plus touchée par ce virus est de plus des adultes.

Maladies les plus récurrentes
  1. Paludisme (58%)
  2. Infections Respiratoires Aigües (IRA) (20%)
  3. Maladies Hydriques (Diarrhées) (15%)
  4. Malnutrition (2%)
  5. IST-VIH (5%)

Dans le Territoire de Mobayi-Mbongo le paludisme tue en moyenne 7 personnes par mois et atteint toutes les couches de la population. Les infections respiratoires aigües, les diarrhées et la malnutrition affectent plus les enfants de moins de 5 ans. Aussi la présence du VIH est signaler dans le territoire et la population la plus touchée par ce virus est de plus des adultes.


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 91
Ecoles secondaires 49

Le territoire de Mobayi-Mbongo dispose d’une seule Sous division (Code 258) qui contient à son sein 148 dont 140 remplissant les normes (dispose d’un arrêté ministériel) et 8 Ecoles sont fictives. 55 Ecoles se trouvant dans le secteur de Mobayi-Mbongo et 93 dans le secteur d’Otto-Mbanza, dont 91 Ecoles primaires et 49 Ecoles secondaires,  avec une taille de la population considérée dans la sous division de 38 678 qui représente le nombre total  des élèves.

ENTITES / SECTEURS

Ecoles Primaires

Ecoles Secondaires

Elèves au primaire

Elèves secondaire

1.    Mobayi-Mbongo

57

34

Total : 15152        Filles : 

Total : 2870         Filles : 

1.    Otto-Mbanza

38

19

Total : 8344           Filles : 

 Total :                      Filles : 


 
ENSEIGNEMENT PRIMAIRE SECONDAIRE ET HUMANITE (EPS-INC)

 

 

 

  1. CARTOGRAPHIE SCOLAIRE

Le territoire de Mobayi-Mbongo dispose d’une seule Sous division (Code 258) qui contient à son sein 148 dont 140 remplissant les normes (dispose d’un arrêté ministériel) et 8 Ecoles sont fictives. 55 Ecoles se trouvant dans le secteur de Mobayi-Mbongo et 93 dans le secteur d’Otto-Mbanza, dont 91 Ecoles primaires et 49 Ecoles secondaires,  avec une taille de la population considérée dans la sous division de 38 678qui représente le nombre total  des élèves.

Au moins il existe  une Ecole primaire et une Ecole secondaire dans chaque secteur du territoire de Mobayi-Mbongo Et cela se vérifie à travers les infrastructures scolaires et le taux de réussite annuel de chaque Ecole.

Ces 148 Ecoles sont classées par régime : 86 conventionné dont 40 conventionnés catholiques, 36 conventionnées protestantes, 5 conventionné kimbanguiste, 5 conventionné islamique, 44 Ecoles non conventionnés, 10 Ecoles privés agréées, les 11 Ecoles fictives qui ne remplissent pas les normes formels.

Dans le centre de Mobayi-Mbongo il y a 57 Ecoles primaires et 34 Ecoles secondaires au total 91 Ecoles dans le secteur de Mobayi-Mbongo et 57 dans le secteur d’Otto-Mbanza, dont 38 Ecoles primaires et 19 Ecoles secondaires.

Toutes ces 148 Ecoles disposent de comité des parents et sont compté dans la sous-division.

  1. L’ETAT DES INFRASTRUCTURES SCOLAIRE ET HYGIENE

La distance moyenne entre les domiciles des élèves et les Ecoles est de 500 m. Pour les Ecoles du territoire de Mobayi-Mbongo, 13 disposent des latrines, 1 Ecoles dispose des latrines hors usage (Les 14 Latrines en moyen-mauvaise état), deux Ecoles seulement comportent de latrines séparées pour les filles et 133 Ecoles n’ont pas des latrines. Les Ecoles primaire et secondaire construit en dur avec 415 classes en dur, 173 classes en semi-dure et 395 classes en pailles. 2 Ecoles construit par le projet PRISS piloté par BCECO (Ecole Sambia Cité et E.P MBO) sont achevées malgré les mobiliers pas encore disponibles, 1 Ecoles réhabilitées par la communauté locale l’année passée, 3 Ecoles nouvellement construite dans les trois dernières années et 2 par le fond social et aucune intervention de partenaire Technique financier n’a été observé dans le cadre scolaire.

  1. QUALITE D’ENSEIGNEMENT

167 sont seulement formés par PROSEB qui représente 167 Ecoles avec un enseignant en sixième année en 2016 avec 24 au primaire sans qualification dont 3 de sexe féminin et 148 sans qualification au secondaire. 14,5% d’enseignants formés, 15,6% en cours de formation, 14,9% d’enseignant non qualifiés.

Les Ecoles du territoire de Mobayi-Mbongo reçoivent les outils pédagogiques entre autres des livres, manuels et autres outils de la pédagogie. Au moins 253 manuels ont été réceptionnés par les Ecoles du territoire de Mobayi-Mbongo l’année 2016 dans les écoles privées et 6027 dans les Ecoles publiques ce qui fait un total 9141 manuels dans tout le territoire pour toutes les Ecoles confondues.

Pour ce qui est de l’abandon de la première année jusqu’à sixième année nous avons au total 1 016 élèves au cours de l’année 2016 au primaire et 746 au secondaire avec un taux de flux 6,4%. 11 385 ont été promus à la classe supérieur au primaire et 3 610 au niveau secondaire pour l’année 2016 avec un taux de promotion de 27,1%.  3 019 élèves au primaire et 1 131 au niveau secondaire ont repris en 2016 avec un taux de 7,2%. Et 18 425 d’élèves au primaire et 6 417 au secondaire sont à tous les niveaux (1ère – 6 ème année) dans la sous division.    

  1. L’ACCES A LA SCOLARITE

38 679 dont 15 933 d’élèves se trouvant dans les Ecoles formelles et qui ont accès à la scolarité pour l’année 2016 en primaire et secondaire dans le territoire de Mobayi-Mbongo. Les élevés garçons admissible en première année primaire âgée de six ans  représente un chiffre de 2 013, pour les filles 1 403, âgée de six à onze ans 32 621, garçon première année secondaire âgée de 12 ans 8 516, des filles au secondaire âgée de 12 ans également 4 001 et  garçons-filles âgée de 12 ans à 17 ans au secondaire sont de 6 058. Pour des nouveaux inscrits de tout âgé confondu nous avons 7 512 avec 4 166 de sexe masculin et 3 346 de sexe féminin et Pour des nouveaux inscrits ayant l’âge officiel 5 553 dont 3 282 garçons et 2 274 filles , pour les nouveaux et anciens inscrit, la sous division dispose de 38 447 (Tout âge confondue) et pour l’âge officiel (6-11 ans) dans la sous division 17 105.  

Signalons qu’aucune Ecole primaire n’est prise en charge par L’Etat dans le territoire de Mobayi-Mbongo.

  1. PERSONNEL D’ENSEIGNEMENT

 

La sous division compte en son sein 1147 enseignants avec 67 enseignantes, avec 643 au primaire et 504 au secondaire 121 sont mécanisés à ce jour et 1 026 enseignants non payés.

 

On retrouve en moyenne 7 enseignants (6 enseignants plus un directeur) dans chaque école. Il est à signaler que la qualité de l’enseignement primaire et secondaire est moyenne dans les écoles situées dans le chef-lieu du territoire vu que la formation tend à baisser par manque de réformes dans ce secteur.

 

Source : Entretien avec Sous-PROVED de Mobayi-Mbongo, Avril 2017.

 

Enseignement supérieur et universitaire
Universités 0
Instituts supérieurs 3

 

Instituts Supérieurs

Nombre des Filières

Nombre d’étudiants

Nombre d’enseignants

Total

Professeur

Chefs de travaux

Assistants

Propre

Visiteur

Propre

Visiteur

Propre

Visiteur

ISP GBADOBOKETSHA

12

30

00

03

02

00

15

00

20

ISPT-MOBAYI

9

28

00

03

02

02

06

10

23

ISP KOTAKOLI

                 

ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET UNIVERSITAIRE (ESU)

Le territoire de Mobayi-Mbongo dispose de deux Instituts Supérieurs dont une seulement est Etatique.

1. Institut Supérieur Pédagogique et Techniques de MOBAYI-MBONGO (ISPT-M) dans le secteur de Mobayi-Mbongo en pleine centre de Mobayi et Institut Supérieure Pédagogique de Gbadoboketsha extension de L’ISP Businga dans le secteur d’Otto-Mbanza village de Gbadoboketsha à 79 km du centre de Mobayi-Mbongo.

2. Institut Supérieur Pédagogique et Techniques de MOBAYI-MBONGO (ISPT-M) n’est pas encore agrée, son tuteur est en train d’effectuer des démarches pour que son institution soit agrée enfin de trouver des mesures conservatoires du ministère de l’enseignement supérieur qui aboutira à l’obtention de l’arrêté ministériel de L’ESU. Quant à L’Institut Supérieur Pédagogique de Gbadoboketsha, elle dépende de l’arrêté ministériel de L’ISP Businga qui est agrée et cette institution est du domaine public de L’Etat.

L’Institut Supérieur Pédagogique et Techniques de MOBAYI-MBONGO (ISPT-M) fonctionne encore dans le Bâtiment de l’Ecole NANDOZU appartenant à la congrégation de l’église catholique et le bâtiment est en bonne état. Pour L’Institut Supérieure Pédagogique de Gbadoboketsha il  est aussi locataire dans une Ecole de la place mais les bâtiments et ses équipement sont dans un état de délabrement et ne répondent pas aux normes universitaires. Ces deux instituts supérieurs ne disposent pas de bibliothèque, cyber café (Internet), réfectoire (Restaurant pour étudiant), terrain de football,  terrain de basketball, ni de piscine pour étudiant.

Que ça soit  à L’Institut Pédagogique et Techniques de MOBAYI-MBONGO (ISPT-M) et L’Institut Supérieure Pédagogique de Gbadoboketsha, les étudiants se servent des syllabus de ses enseignants comme document de bord et de recherche, pas d’internet ni bibliothèque pour leur facilité la recherche et ils ont des difficultés pour se procurer un livre.

A L’Institut Supérieur Pédagogique et Techniques de MOBAYI-MBONGO (ISPT-M) on compte 28 étudiants dont 1 fille et 27 garçons, la population n’a pas des moyens pour accéder au niveau supérieur, la plupart des jeunes se lancent dans des activités pour chercher de quoi se nourrir. Par contre à L’Institut Supérieure Pédagogique de Gbadoboketsha on compte 35 étudiants.

L’Institut Supérieur Pédagogique et Techniques de MOBAYI-MBONGO (ISPT-M) qui vienne à peine d’être installé, compte 9 filières sont : Pédagogie Appliquée, Sciences Commerciales, Douanes et Accises, Histoires et Sciences Humaines, Géographie et Gestion de l’Environnement, Gestion Informatique, Sciences Infirmières, Mines et Hydrocarbures, Français et Anglais Linguistique. Par contre L’Institut Supérieur Pédagogique de Gbadoboketsha dispose de 2 grandes options qui regorgent 12 filières.

Lettres et Sciences Humaines (Histoire, Sciences Sociales et Gestion du Patrimoine, Sciences Commerciales et Administratives, Gestion, Administration des Institutions Scolaires et de Formation, Français, Langues Africaines).

Sciences exactes (Sciences, Agrovétérinaires, Biologie Chimie, Mathématiques, Géographie et Environnement).

L’Institut Supérieur Pédagogique et Techniques de MOBAYI-MBONGO (ISPT-M) compte 48 personnels.

Personne Académique/Scientifique: 23 dont 21 hommes et 2 femmes

Un chef d’établissement (Directeur Général de L’Institut et son Secrétaire), deux Secrétaire Général Académique, un Directeur Administratif et financier, Assistants Visiteurs, Assistants propre à L’institut, Chefs des Travaux et Professeurs Visiteurs.

Personnel Administratif: 25 dont 10 dispose d’un diplôme de graduat

Directeur de Section, un Appariteur et une Administratrice du Budget, des ouvriers, huissiers.

L’Institut Supérieur Pédagogique de Gbadoboketsha compte 48 personnels.

Personne Académique/Scientifique : 20 dont tous des hommes

Un chef d’établissement (Directeur Général de L’Institut et son Secrétaire), un Secrétaire Général Académique, un Directeur Administratif et financier, Assistants, Chefs des Travaux et Professeurs Visiteurs.

Personnel Administratif : 34 dont 5 dispose d’un diplôme de graduat

Directeur de Section, un Appariteur et une  Administratrice du Budget, des ouvriers, huissiers.

Le territoire de Mobayi-Mbongo ne dispose pas d’une université soit Institut Facultaire.Ces trois institus supérieur ne remplissent pas les normes. Donc aucun institut fonctionnant sur place dispose d’un Arrêté ministériel leur permettant de fonctionner selon les normes.

 ENSEIGNEMENT NON FORMEL (ENF)

Le territoire de Mobayi-Mbongo ne dispose pas de centre d’Alphabétisation ni de centre d’Apprentissage professionnel. Le service des affaires sociales n’a pas mis en place ce système d’enseignement non formel par manque de financement alors que dans ce coin du pays la plus part de la population ne va pas à l’école, l’appui de cette branche serait bénéfique à la population locale.


ONG et projets

Nombre d’ONG 15
Principales activités

Toutes ces organisations non gouvernementales interviennent dans plusieurs secteurs, tels que la santé, éducation, protection, agriculture, etc.

Pour les ONG internationale, nous avons neuf :

  1. World vision (vision mondiale) : santé
  2. Mondial/paludisme : santé
  3. Croix-Rouge : santé, alimentation, nutrition
  4. Cordaid : santé
  5. IMA : santé

Pour les agences de nations unis, nous avons cinq:

  1. PAM : nutrition et sécurité alimentaire
  2. HCR : protection
  3. UNOPS : construction, éducation

Pour les ong au niveau national, nous avons quatre :

  1. CARITAS : santé, éducation, agriculture
  2. SANRU : santé
  3. ADES : agriculture, protection

Pour les ongd au niveau local nous avons quatre :

  1. ONGD GINA TIMO : agriculture et pèche
  2. ONGD EDEN : agriculture
  3. ONGD AGIN : agriculture
  4. ONGD AVEP : pèche
Principaux projets de développement financés par le Gouvernement
  1. PARRSA (Projet Agricole de Réhabilitation et Relance du Secteur Agricole), projet en cours
  2. PRRIS (Projet de Reconstruction et de Réhabilitation des Infrastructures Scolaires), deux écoles achevées
  3. Construction du bâtiment PARRSA au centre du territoire de Mobayi-Mbongo, exécuté
  4. Construction d’un entrepôt PARRSA au centre du territoire de Mobayi-Mbongo, exécuté
  5. Construction du Marché Central de Mobayi-Mbongo par le Fonds Social (8 Pavillons prévus mais 4 réalisés et 4 non exécutés)
  6. Construction du Pont reliant la RDC et la RCA (Non exécuté)
  7. Réhabilitation et modernisation de la première phase de trois machines de la Centrale Hydro-Electrique de Mobayi-Mbongo (Non exécutée)
  8. Dotation du territoire des matériels roulant (3 véhicules pour agriculture, Développement rural, environnement et conservation de la nature et huit Motos). (Non exécuté)
  9. Réhabilitation du bâtiment administratif du territoire (Non exécuté)
  10. Don de 2 véhicules et 3 Motos à l’administration du territoire (1 véhicule Réalisé, 1 véhicule et 1 moto réalisé et 2 motos non exécutés)
  11. Réhabiliter et moderniser le groupe II Hydro-Electrique avec ses auxiliaires principaux et spécifiques, et fiabiliser le groupe I (Non exécuté)
  12. Achèvement de la deuxième phase de la centrale hydro-Electrique et tirage des grandes lignes d’évacuation de l’énergie Electrique vers des grands centres de consommation (Non exécuté)

Le principal projet de développement sur financement du gouvernement dans le territoire de Mobayi-Mbongo est PARRSA et le PRRIS. Le PARRSA il intervient dans le secteur agricole dans le territoire de Mobayi-Mbongo ; Le PRRIS intervient dans le secteur éducation pour le secteur de Mobayi-Mbongo avec l’expertise du bureau central de coordination (BCECO) qui pilote ce projet, ce projet a permis la construction deux écoles primaire dans le secteur de Mobayi-Mbongo.

Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement
  1.  ASSP (Accès aux Soins de Santé Primaire) qui approvisionne l’hôpital général de Mobayi-Mbongo en Médicaments
  2. Don de véhicule à L’hôpital général du territoire : ASSP, WOLD VISION
  3. Adduction d’eau et puits d’eau : ADRA (Déjà parti) n’existe plus. ces puits d’eau nécessite des réhabilitation car la plupart des forages sont abandoné et non antretenus.

Le principal projet de développement sous financement qutre que le gouvernement dans le territoire de Mobayi-Mbongo est la Modernisation de la deuxième machine du Barrage de Mobayi-Mbongo par la Banque Africaine de développement en collaboration avec la RCA, le projet l’ASSP qui ravitaille mensuellement le médicaments l’hôpital général de référence et centres de santé du territoire.

ADRA (Construction des forages)  n’existe plus, cet ONG à exécuté des forages dans des villages, mais vu son absence la plupart des forages sont dans un état défectueux, pas de suivi ni contrôle car le service de relai devait être là pour ça en guise le Service National des Hydraulique Rural (SNHR) qui n’existe pas aussi dans dans le territoire. mais nous signalons le retour de cet ONG ADRA, mais juste que nous savons pas s’ils vont réhabilité les puits d’eau construit.


Accessibilité et tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Oui
Voies aériennes Oui
Biefs navigables Oui
Train Non

La Route Nationale N°24 est la voie principale qui relie la cité de Mobayi-Mbongo à la ville de Gbadolite, jusqu’à Gemena dans le sud et au Nord-Est elle relie Mobayi-Mbongo au Territoire de Yakoma en allant aussi vers Bumba puis dans la province du Bas-Uélé. Un grand tronçon de cette route est en très mauvaise état.

Par voie navigable, il est possible d’emprunter des, baleinières, canaux rapides et pirogues, mais aussi des bateaux sur la rivière Ubangi – la rivière n’est navigable qu’à un seul sens. mais cette rivière nécessite des dragages à un certains niveau pour sa navigabilité à 100%.

Pour le Ponts :

Le territoire de Mobayi-Mbongo compte dans son ensemble 52 ponts dont 5 métallique en état normale, 5 en béton en bonne état,  9 en grume tous en mauvaise état, 21 en buse dont 15 en moyen état et 6 en bonne état et 12 en semi-béton (Béton armée en poutre et bac en grume) sont en bonne état. (Source : bureau de division unique Nord-Ubangi et rapport de travaux publics territoire de Mobayi Mbongo).

NB : Une autre mission de prospection est prévue pour les ponts et ouvrages d’arts 

Aérodrome :

Le territoire de Mobayi-Mbongo compte 2 Aérodromes.

Aérodrome de Kota-Koli, construit jadis pour les opérations militaires car le village de KOTA-KOLI fut un centre de formation militaire à l’époque de MOBUTU. Actuellement quelques  humanitaires l’exploite malgré son état de délabrement du piste et de ces installations. L’Aérodrome Militaire de KOTA-KOLI  se trouve à peu près à 150 m de la route principale et dispose d’un tour de contrôle, mais il est abandonné depuis quelques années et reste toujours du domaine militaire.

L’Aérodrome de Gbadogboketsha qui appartient aux missionnaires protestants, aussi en mauvaise état.

Route de desserte Agricoles :

Les routes de desserte agricole/piste de desserte agricole, c’est le PARSSA et UNOPS qui ont réhabilités 77 km les trois dernières années. Actuellement aucune piste de desserte agricole est réhabilitée, seulement 15 km ont aménagées.

 

Réseaux de communication
Africel Non
Airtel Oui
Orange Oui
Tigo Oui
Vodacom Oui

Les réseaux de télécommunication existant dans le territoire de Mobayi-Mbongo est Vodacom, Airtel, Orange, Tigo et Mouv de la RCA qui couvre tous les 2 secteurs. La communication n’est pas bonne dans plusieurs endroits mais seulement dans le centre de la cité de Mobayi-Mbongo et il faut chercher le réseau. Toute fois ces opérateurs de télécommunication n’offre pas le service de M-Pesa ni de Airtel-Money. La connexion internet à travers ces réseaux n’est pas disponible. Les réseaux orange se trouvent que dans le village de KotaKoli. Le territoire de Mobayi-Mbongo dispose de trois radios qui fonctionnent (Radio Fraternité au niveau national, Radio rochet et Radio Mobayi Londo au niveau local). Pas de chaine de télévision dans le territoire, certaines personnes utilisent l’antenne parabolique canal + et Startimes pour la télévision.

Attraits touristiques
Parcs Non
Jardins botaniques Non
Jardin zoologiques Non
Chutes d’eaux Oui
Sites touristiques Oui
Sites sacrés Oui

Il existe deux chutes d’eau dans le territoire de Mobayi-Mbongo à travers la rivière Ubangi, sur laquelle la société national d’électricité à installer la Centrale hydro-Electrique pour la production de l’énergie électrique. Le site touristique est la Centrale Hydro-Electrique du territoire de Mobayi-Mbongo.

Cette réserve est gérée par la SNEL. C’est un site touristique mais à cause de non entretien de la Centrale hydro-Electrique car sur celle-ci envisagé l’installation des trois phases prévus, une phase de trois machines où seulement une machine qui fonctionne et deux autres machines en pannes, mais ce prévu la réhabilitation de la deuxième machine par la BAD; La deuxième phase de cinq machines où aucune machine n’est installé et troisième phase qui est le projet de la route (Pont de 1.5 Km) reliant la RDC – RCA ; c’est une des raisons qui fait que son accessibilité n’est pas fréquenté, il n’y a pas de touristes nationaux ou et les touristes étrangers qui s’y rendent seulement. Ces gestionnaires sollicitent l’aide du gouvernement pour faire cet ouvrage un intérêt très économique.

Il y a aussi la deuxième chute d’eau à SATEMA dans le village de Kota-Koli à 87 Km de Mobayi-Mbongo.

Il y a un site sacré où se réunissent les chefs coutumier pour leurs rites.

Espèces phares de la faune
  1. Okapi
  2. Antilope bongo
  3. Hippopotame
  4. Chimpanzé
  5. Antilope noir
  6. Gros rats sauvage
Espèces phares de la flore
  1. Jubbernardia
  2. Lophira alata
  3. Faraga spp
  4. Afzelia spp
  5. Gilbertiodendron
  6. Millima Exalsa
  7. Bois noir


Situation sécuritaire

Le territoire de Mobayi-Mbongo est généralement calme. Cependant la situation des réfugiés qui continue à être à la une venus du pays voisin la république centrafricaine (RCA) pourrais entrainer une situation d’insécurité.

Situation des refugies :

plus 19 000 sont dans Le Camp de IKE dans le territoire de Mobayi-Mbongo, actuellement une autres vague des réfugiés sont venu en passant par le village Lembo en fuillant la guerre en RCA de rebelles Mbororo, du moins une opération d’enregistrement de la DGM est en cours pour identifier tous ces réfugiés. Cette situation constitue un problème, vu leur effectif qui sont plus nombreux que les autochtones, vis-à-vis de l’exploitation des ressources naturelles. Les rebelles en profitent aussi de cette situation en traversant chez nous de fois pour commettre des incursions répétées. Le 20 juin de chaque année, le monde célèbre la journée internationale des réfugiés.


Opportunités de développement

Le territoire de Mobayi-Mbongo possède plusieurs richesses naturelles qui peuvent permettre son développement :

  1. La rivière Ubangi est poissonneuse :

La pêche qui est l’activité principale dans le territoire, nécessite une attention particulière et son organisation et structuration, car la rivière Ubangi dispose en son sein plusieurs variétés des poissons.si la pêche est bien organisée et prise en charge par le gouvernement, les poissons fraîches seront bien conservés par l’installation d’une chambre froide qui n’existe pas dans ce territoire pour le commerce des cet animal aquatique dans d’autres territoires et vers d’autres pays voisins ; ce qui fera en sorte que le taux de chômage soit réduit et les ménages auront des revenus suffisants, et on pourra mesurer la production mensuelle de poisson pour l’économie du territoire.

  1. L’agriculture, Pèche et Elevage :

Vue la disponibilité des terres arables et leur accessibilité. Comme la population cultive artisanalement sans aucune organisation, si ce secteur est bien organisé par l’encadrement des paysans en leur dotant des outils agricole, cela créerais de l’emploi et le taux de chômage sera réduit. Plusieurs espèces d’animaux qu’on peut élever qui se trouve toujours dans la forêt Equatoriale à côté.

  1. Construction d’un Parc Zoologique et Jardins Botanique dans le territoire

Cela est possible du fait que la forêt Equatoriale est là, d’où l’on trouve plusieurs espèces animal et plantes, la rivière Ubangi également qui sont juste à côté du territoire, et cela ferais en sorte que le tourisme soit attractive et il y aura des entrés de recettes pour L’Etat.

La rivière Ubangi permet les échanges commerciaux entre divers territoires entre autre Yakoma, Businga et pays voisin (RCA). Si la circulation par bief navigable augmente avec des pirogues et bateaux en bon état il y aura un impact positif sur les revenus des ménages. Etant donné que la rivière Ubangi a été coupé par la Centrale hydro-Electrique, un projet de Pont avait été initié pour relier la RDC et les pays de L’Afrique Central, si ce projet se réalise, il favorisera des échanges commerciaux et, technologiques et connaissances énormes entre la RDC et les pays de l’Afrique central mais aussi palier au problème d’enclavement du territoire; ce qui pourra impacter économiquement le territoire en particulier et la RDC en général.

  1. Les routes (Route nationale N°24 et Routes de dessertes Agricole) :

Si elles sont bien aménagées, elles favoriseront l’évacuation des produits agricoles pour le commerce dans les territoires et pays voisins. Désenclaver la province du Nord-Ubangi qui est l’entrée principale au territoire de Mobayi-Mbongo par des routes d’entrée et de sortie bien faites (Route de Gemena-Gbadolite est en mauvais état, la route de Gbadolite-Mobayi-Mbongo est en bonne état, routes de Mobayi-Mbongo vers le territoire de Yakoma, Bosobolo et Businga en mauvaise état impraticable aussi).

  1. La présence de la Centrale Hydro-Electrique

Qui pourrait être exploité par des industries qui pourront être créées dans le territoire et sera valorisé. Mais cette Centrale nécessité sa réhabilitation pour la première phase avec 3 machines dont 1 qui fonctionne avec beaucoup d’anomalies et achèvement complète de la deuxième phase avec 5 machines prévues pour qu’il retrouve toute sa capacité enfin d’alimenter toute la province du Nord-Ubangi, du Sud-Ubangi et même les pays voisin ainsi le tourisme pourrait être développé autour de ce site et un impact économique majeur sera observé dans ce territoire.

  1. La présence des minerais

Comme le Diamant dans le village de KotaKoli (Mobayi-Mbongo), le pétrole et le Fer dans le village de Nganza en allant vers KotaKoli est aussi signalée dans ce territoire. Le Diamant, le Fer pourraient être exploité et cela créerait de l’emploi et le taux de chômage sera réduit.

  1. L’aérodrome de Kota-Koli et de Gbadogboketsha

Ces aérodromes sont des infrastructures importantes sur plan de transport aérien, car elles peuvent booster le développement de ces coins du territoire par rapport aux différents trafics aériens et surtout dans les échanges avec le reste du pays et le reste du monde si est seulement si leurs réhabilitation est concrétisée.

 

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique