Territoire de Lodja

Fiche du territoire

Mise à jour le 31 mars 2017

Province Sankuru
Superficie 12 054 km²
Taille estimée de la population 697 345 hab.

(source: Rapport annuel 2016 de l’Administration du Territoire)


Carte administrative


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

Le Territoire de LODJA a été créé et reconnu comme tel par ordonnance du Gouverneur Général, signé en date du 26 Novembre 1913 à Boma.

Coordonnées géographiques

  • Latitude : 6°5’ de latitude Sud
  • Longitude : 23°27’ et 23°40’ de longitude Est.
  • Altitude : 450m ; 5’

LODJA  est borné au Nord par le Territoire de Lomela, au Sud par le Territoire de Lubefu et Lusambo et à l’Est par le Territoire de Kata-Kokombe, à l’Ouest par le Territoire de Kole.

Climat

Le territoire de LODJA  connait une alternance de saisons : la saison de pluie, qui va de septembre en avril et la saison sèche, qui va de mai en août. Notez que la température varie entre 20 et 24°  avec une abondance de pluie en novembre et décembre.

Hydrographie

Les principaux cours d’eaux du territoire de LODJA  sont entre autre  la rivière Lokenye qui prend sa source du territoire de Katako-kombe et la rivière Lubefu traversant LODJA  pour déverser ses eaux dans le Sankuru en territoire de Kole.

Végétation

La Savane couvre les 2/3 de l’étendue du territoire de LODJA  envahi des vallées, mais néanmoins, la forêt est prédominante par rapport à la savane et est remplie d’arbres fruitiers.

Sol

Ce territoire a comme type de Sol sable-argileux,  adapté à toute sorte de culture.

Particularités et richesses du territoire

Particularités du territoire

Non seulement le Territoire de LODJA  est au centre de la Province du Sankuru, il se situe également au cœur de la RDC. Contrairement à d’autres territoires du Sankuru ; LODJA  enregistre comme particularités :

  • Plusieurs agences de frets et transferts d’argent favorisant l’échange économique entre territoires voisins et le reste de la RDC.
  • La coopérative d’épargne et de crédit
  • Les banques commerciales notamment la rawbank et la TMB (Trust Marchand Bank) ainsi qu’une représentation autonome de la Banque Centrale du Congo
  • Un Aérodrome plus fréquenté avec son trafic de vol très remarquable dans toute la province
  • Un grand marché central
  • 4 radios à savoir (RTNC, Debout Sankuru, Grand Tam-Tam, Radio Télé Lusanganya) et une Télévision locale (RTNC) ainsi que plusieurs maisons de passage « Motels »

Richesses du territoire

Le Territoire de LODJA  a un sous-sol riche en :

  • Diamant,
  • Or et,
  • Pétrole.

Notez que sur toutes les richesses ci-haut évoquées, seul le diamant est exploité de manière artisanale. Son sol très riche qui fort malheureusement n’enregistre aucune agriculture intensive et sa culture de rente et/ou pérenne y est peu développé faute de débouché.

Données culturelles

Territoire couvert à près de 75% par l’Otetela qui constitue la seule tribu de LODJA, et une minorité de l’ethnie Bakutshu reconnu par les tatouages aux oreilles, pratique qui ne plus en vogue. Et comme partout ailleurs en RDC, les tributs sont représentés par des chefs coutumiers. Notons que les activités culturelles ne sont pas intensives au sein de ce Territoire.

Langues parlées dans ce territoire
  1. Otetela 75%
  2. Lingala 15%
  3. Tshiluba 4%
  4. Swahili 3%
  5. Bakutshu 3%

Ces langues sont parlées car, le territoire constitue un centre cosmopolite où vivent différentes communautés. D’où, la présence de toutes ces langues parlées au sein du Territoire de LODJA.

La principale langue parlée est l’Otetela, langue caractérisée par le tribut des habitants de LODJA et est parlée presque par l’ensemble de la population vivant le territoire.

Principales activités
  1. Agriculture et élevage ;
  2. Pêche/pisciculture avec la présence de plusieurs étangs ;
  3. Commerce général et transactions financières via les agences ainsi que par monnaie électronique (mobile money) ;
  4. Administration publique justifiée par plusieurs services étatiques.

Les 2 premières activités principales sont pratiquées par la quasi-totalité de la population du territoire et constituent un moyen de subsistance de cette dernière, donc, procurant un revenu limité ne permettant pas aux ménages de s’affranchir de la pauvreté. Le commerce général ainsi que les transactions financières sont assurés par le nationaux autochtones, d’autres venants des diverses provinces du pays et quelques expatriés notamment les chinois, les indo-pakistanais. L’administration publique n’est assurée que par la crème intellectuelle des nationaux.


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au 31 mars 2017
Vendeur : 1$ = 1 380 FC Acheteur : 1$ = 1 350 FC
Nombre d’opérateurs économiques Donnée non disponible

Principaux opérateurs économiques
  1. EntreKonga : Commerce général (vente essence, traffic maritime)
  2. TEME évoluant dans l’Achat et la vente des produits divers
  3. Okamba fils évoluant également dans l’Achat et la vente des produits divers
  4. Sumeet : vente des produits manufacturés (tôles ; huiles végétales ; lait en poudre etc…)
  5. Lin-hua : vente des produits manufacturés (matelas ; huiles végétales ; lait en poudre etc…)

Les opérateurs économiques exercent en grande majorité dans la cité de LODJA  et  les secteurs que compte le territoire ne sont occupés que par les détaillants et  sont pratiquement basés dans le même type d’activité avec une main d’œuvre faible tournant entre 4 et 10 employés.

Principales activités des opérateurs économiques
  1. Frets des marchandises
  2. Vente du carburant et produits manufacturés
  3. Trafic de diamants via le contoire d’achat
  4. Vente des produits vivriers

Les activités des opérateurs économiques sont favorisées par le trafic maritime sur la rivière Sankuru et aérien ainsi que par la disponibilité des quelques camions disponibles dans le territoire pouvant permettre une mobilité facile vers les territoires voisins en vue d’écouler la marchandise.

Principales activités des PME/PMI
  1. Achat et vente des produits divers
  2. Production (fabrication) et vente des Pains
  3. Achat et Vente de la Bière

L’activité économique dans le territoire de LODJA est principalement axée sur le petit commerce assuré par les locaux, les Nandes et une fine partie d’expatriés composée des chinois et des indo-pakistanais ainsi que les petites exploitations agricoles (assurées par les argi multiplicateurs et les ménages agricoles) mais également d’une petite exploitation artisanale du diamant.

Ainsi, depuis toujours LODJA  reste le grenier économique de la province du Sankuru grâce à son trafic aérien et routier (surtout sur l’axe LODJA -Benadibele), deux voies d’entrées des produits commerçables.
Malgré sa position économique provinciale dans la commercialisation des produits manufacturés et produits agricoles vers des grands centres commerciaux comme Goma, Mbuji-Mayi, Kananga, Kindu et Kinshasa ainsi que dans l’échange économique entre les territoires voisins notamment Lubefu, Lomela, Lusambo, Katako-Kombe et Kole ; il sied de souligner que le Territoire de LODJA   de par son enclavement dû à l’absence de bonnes infrastructures pour le transport routier (route en terre ) et aérien, rendant l’accès très difficile au niveau des villages que ça soit par vélo, moto et véhicule vers les grands centres de consommation d’une part et d’autre part une piste d’aviation en terre battue n’assurant pas l’atterrissage des Avions à grande capacité ;  occasionnent une crise économique importante au sein de ce territoire.
Il est à signaler également l’absence des grandes sociétés ou entreprises (firmes).
De ce fait, la population vit ou survit grâce à l’agriculture. Les ménages agricoles cultivent principalement du riz paddy, du manioc, les niébés, des arachides, du maïs avec des moyens rudimentaires et font face à d’énormes difficultés pour s’approvisionner en outils et semences agricoles et ne s’en donne pas à la culture pérenne (rente) faute de débouché.
Cependant, l’asphaltage des routes, l’élargissement du piste de l’aérodrome ainsi que son asphaltage voire même la construction de la voie ferré,  faciliteraient  l’écoulement des denrées alimentaires et  réduiraient les pertes post-récoltes ainsi que le coût élevé des produits manufacturés et occasionneraient l’accroissement de la productivité et la réduction du chômage qui engraine le territoire plus précisément la jeunesse.  La présence des  micros finances dans le territoire de LODJA  pourrait inciter  les investissements directs étrangers  dans l’implantation d’industries en vue de la transformation de récolte afin de leur conférer une valeur ajoutée mais également favoriser une agriculture intensive par ricochet boosté la relance des activités économiques.

Grandes entreprises locales
  1. Office de route(OR)
  2. Regideso
  3. Régie des voies aériènnes

Il ne s’agit que des sociétés étatiques sans ressource nécessaire ni technologie de pointe pourra leur permettre de changer considérablement l’activité économique du territoire en favorisant des effets d’entrainements tout autour des leurs champs activités.

Principaux produits agricoles
  1. Riz;
  2. Manioc ;
  3. Arachides ;
  4. Mais ;
  5. Huiles de Palme, Bananes Plantains, igname et Haricots (Niébés), soja

La production annuelle est difficilement quantifiable dans la mesure où la culture est assurée par les paysans sans moyens pour évaluer la quantité produite. Notez qu’une partie de la production assure l’autoconsommation et le reste, la vente. La production et transformation se font de manière artisanale.

 le reste, la vente. La production et transformation se font de manière artisanale.

 

Principaux produits non agricoles
  1. Poissons (frais et fumés)
  2. Vin de palme
  3. Vin de maïs (Lutuku)
  4. Chenilles

Produits constituants la source de revenu de plusieurs ménages  bien que pratiqués illégalement.

 

 

Principales sources d’énergie
  1. Bois de chauffage
  2. Charbon de bois
  3. Energie hydro thermique (lampes à huiles et lampes à piles)
  4. Energie Solaire (Panneaux Solaires)
  5. Energie Thermique (Moteurs/groupes électrogènes)

La principale source d’énergie est le bois de chauffage, utilisé par l’ensemble de ménages. Néanmoins le charbon de bois en fait partie mais constituant la source de revenu des ménages producteurs. Il est à noter que  de la population du territoire de LODJA  est effectivement desservie en énergie solaire pour éclairage domestique, charge batteries téléphones, ordinateurs, photocopieuses, et travaux bureautiques. Pour tout équipement électronique nécessitant du courant alternatif, les ménages se servent des onduleurs pour conversion (de courant continu à courant alternatif).

L’usage de pétrole est substitué par des tubes et torches à piles d’origine chinoise, qu’utilise la quasi-totalité de la population de part leur moindre coût sur le marché des  biens et services ; mais notez que pour de fait commercial, les restaurants, buvettes et quelques centres de santé détenant les réfrigérateurs en font recourt  pour conservation des intrants

S’agissant de l’eau, la majeure partie de la population recourt à l’eau des rivières, aux sources d’eau non aménagés, aux eaux de marigots et les eaux de pluies pour tout usage domestique. La petite classe snobe fait usage d’Aquatabs, moyen la permettant de purifier l’eau dont le comprimé coûte 50 FC pour 20 litres d’eau. Mais également les restants font usages de puits de forages et l’eau de la Regideso offerts via robinet et bornes fontaines au coût de 100Fc pour un bidon de 20 litres dans quelques quartiers de la cité de LODJA .


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 6
Nombre de centre de santé 74

Le Territoire de LODJA regorge à son sein 4 Zones de santé, dans lesquelles les centres (74) et postes(147) de santé sont dissimilés dans la plupart des villages, notamment dans 636 sur 643 villages avec qu’une moyenne de 17.5Km de distance entre les infrastructures sanitaires et les domiciles des malades.

Au Nord, nous retrouvons la zone de santé d’Omedjadi, au Sud, celle d’Ototo, à l’Est, de Vangakete et afin au centre, la Zone de santé de LODJA. Chaque zone de santé enregistre un hôpital général, mais n’assurant pas les soins spécifiques. Les structures sanitaires sont dans un état de délabrement très avancés, avec fissures un peu partout et quelques installations hygiéniques non opérationnelles. 

Notez que les zones de santé bénéficient d’un approvisionnement trimestriel en médicaments; par conséquent, elles font face à une contrainte de rupture de stock en intrants.

Maladies les plus récurrentes
  1. Paludisme
  2. Infections respiratoires aigues
  3. Diarrhée
  4. Malnutrition
  5. Tuberculose, VIH/SIDA

Un problème social d’origine sanitaire (salubrité), mauvaise usage des moustiquaires imprégnées d’insecticides qui parfois sont substituées en filets de pêche, la sous-alimentation due à l’extrême pauvreté, la sexualité non contrôlée et non protégée constituent les principales causes des récurrences de ses maladies. Des activités intenses en animations communautaires corrigeraient la situation.

 


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 404
Ecoles secondaires 193

Un enseignement primaire assuré par les D6 de la filière pédagogie générale et le Secondaire par quelques D6 et gradués dont certains se retrouvent avec plus de 6 à 12 ans des services impayés.

Le territoire de LODJA enregistre un manque d’infrastructures scolaires sur toute l’étendue que ça soit au niveau de L’EPSP-INC tout comme au niveau de L’ESU hormis les quelques écoles réhabilitées dans le cadre du projet PRISS.

Enseignement supérieur et universitaire
Universités 3
Instituts supérieurs 6

Un enseignement supérieur assuré par les assistants et chefs des travaux faute du fond de mobilisation des enseignants (professeurs visiteurs) qui jusqu’au jour d’aujourd’hui supporté de manière autonome.

IL est impérieux de focaliser les actions publiques sur les changements tangibles des plans comportemental, institutionnel et social en vue de renforcement des capacités individuelles et organisationnelles des principaux acteurs de développement.

 


ONG et projets

Nombre d’ONG 15
Principales activités
  1. Agriculture
  2. Elevage
  3. Pisciculture
  4. Sensibilisation sur le VIH/SIDA et distribution des moustiquaires imprégnées
  5. Adduction d’eau

Les objectifs des ONGS sont orientés sur la sécurité alimentaire, la santé, la  lutte contre la pauvreté,  la protection de l’environnement, ainsi que la promotion de l’habitat mais sans financement permettant la pérennisation de leurs activités.

Notez que la Caritas exécutée un projet dénommé 3D (Dodia Dia Dimena: Aidons-les à grandir) d’une durée de 4 ans (2012-2016) mais suite aux diverses contraintes, ce dernier n’a été clôturé une année avant l’échéance. Un Projet financé par l’Union Européenne dans la sécurité alimentaire et nutrition avec comme objectif global la réduction de la proportion des enfants malnutris de 6 à 59 Mois. Pour ce faire, la stratégie consistée à appuyer 12000 ménages ciblés dans les quatre Zones de santé du Territoire de LODJA  en les dotant  des décortiqueuses, moulins, semences,  élevage du petit bétail, outils agricoles et en constituant des caisses d’épargne interne.

Les raisons de l’arrêt sont liées aux contraintes budgétaires dues essentiellement à:

La chute de l’Euro: Budget voté en Euro et les dépenses exécutées en dollars, voire même en Franc Congolais. En son temps, le taux de l’Euro était de 1.30$ pour 1£; aujourd’hui l’Euro dévaluant ne vaut plus que 1.40$.

L’appui aux groupes CECI (Communauté d’Epargne et de Crédits Internes) qui initialement était de 180 mais passé à 430 groupes.

L’achat et transport des intrants par avion de Bukavu, Goma et Kinshasa à LODJA  coûté plus cher que prévu initialement suite à la suspension des vols Echo Flight et à fin l’achat des machines dont le coût était trois fois plus qu’initialement prévu.

Principaux projets de développement financés par le Gouvernement
  1. Construction d’un centre pharmaceutique à l’Hôpital Général de Référence de LODJA
  2. Réhabilitation et entretien des routes en terre battue (axe Benadibele-LODJA-Lomela ; LODJA-Tshumbe)

Le premier projet en phase terminal et le second est à l’étape d’entretien de l’axe routier LODJA -Tshumbe.

Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement
  1. Réhabilitation de l’abattoir moderne de LODJA, projet financé par la BAD-RDCONGO avec comme attributaire Full Business Services;
  2. Réhabilitation du Marché moderne de LODJA, et huit sources d’eau, projet financé par la BAD-RDCONGO avec comme attributaire Générale de Construction de Génie Civil et d’Electricité du Congo(GECOGECEC);
  3. Construction de deux écoles, un centre de sante et latrines publiques dans la cité de Lodja; projet financé par la BAD-RDCONGO via PRISE avec comme attributaire La TOUR.

Ces trois projets sont en cours d’exécution et les travaux ont consécutivement démarrés pour les deux premiers projets en Mai et Juin 2016 pour une durée de 5 mois. Et le tout dernier projet a une durée d’exécution de 8 mois.


Accessibilité et tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Oui
Voies aériennes Oui
Biefs navigables Oui
Train Non

Le territoire de LODJA  est traversé par la nationale n°7 et certaines routes provinciales respectivement présentés de manière ci-dessous :

  • LODJA -Kole, route de Benadibele qui se limite à Mbaka (Route Nationale : RN7)
  • LODJA -Katako-kombe, route djeka, qui se limite à Nkonde,
  • LODJA -Tshumbe, route de Nambelo-lohembe, se limitant à Kolo,
  • LODJA -Lomela, route Inera-Mukumari, se limitant à Lokavukavu
  • LODJA -Kole, route secteur de Lotshimba Eduo-Piete-Kolombe, se limitant à Inera-Piete.

Toutes ses routes sont en terre battue, bien que certaines d’entre elles aient été réhabilitées. Notez qu’elles affichent une faible résistance face à la raison de pluie car étant compactées sans engins adéquats.

Ce territoire enregistre deux aérodromes, un public assurant le trafic aérien du contraint et un privé appartenant à Action Missionnaire Evangélique, AMECO en single, un ASBL œuvrant dans la réhabilitation de l’axe routier LODJA -Benadibele-LODJA -Lomela.

Réseaux de communication
Africel Non
Airtel Oui
Orange Oui
Tigo Non
Vodacom Oui

Grande couverture dominé par Vodacom Congo suivi de Airtel et en dernier lieu vient Orange car n’étant pas très bien sollicité vu la qualité du service offert.

La vente du crédit n’est assurée que par la voie électronique, donc beaucoup reste à faire dans l’acheminement des cartes de recharge physique (prépayées).

IL sied de souligner que la journée ne peut se clôturer sans enregistrer des perturbations du réseau à savoir la perte de signal ou soit de bruit en ligne, bref, un signal moyen la journée et bon le soir.

La disponibilité de Mpesa, Airtel Money ainsi que les sim Blanches sont assurés par les dits operateurs ainsi que quelques particuliers mais avec difficultés en approvisionnement de la monnaie électronique en devises car dépendant de la quantité disponible en Mbuji-Mayi.

Il est à noter que le service clientèle n’est pas totalement offert par les shops disponibles au sein du territoire de LODJA.

Attraits touristiques
Parcs Non
Jardins botaniques Non
Jardin zoologiques Non
Chutes d’eaux Oui
Sites touristiques Non
Sites sacrés Oui

Un site sacré dans le secteur de Lukfungu avec le célèbre Crocodile dénommé Konde qui fait ses apparitions le long de la Rivière Takedi après appel des paysans (apparition périodique)

La chute d’eau Londa dans la cite de LODJA  fut un projet d’un Barrage hydraulique exécuté par les chinois, mais n’ayant pas vu le jour suite aux diverses crises politiques.  Nous signalons également la présence deux chutes découvertes sur la rivière Lovile (secteur d’Olembangando) et sur la rivière Lotembo (secteur de Lukfungu) avec pressions spectaculaires. La construction des micros barrages assurera une production d’énergie électrique au sein du Territoire de LODJA.

Espèces phares de la faune
  • Gazelles
  • Antilopes
  • Signes
  • Poissons (famille de Claridae, Famille de Ronnyridae, Famille de Elupeidaisé
  • Crapaud, Grenouille 

Ces espèces constituent une source d’alimentation au sein des ménages du territoire de LODJA surtout pendant la saison sèche car l’élevage en petit et gros bétail n’étant bien assuré et procure une viande au coût élevé sur le marché.

Espèces phares de la flore
  • Musanga ceccopioides
  • Brachystègion Lanventie
  • Gilbertondendron Lanventie

La végétation du territoire de LODJA est caractérisée par des forêts ombrophiles courant le nord du district du Sankuru jusqu’à la rivière Lokenye et se rattache au rang forestier de la cuvette centrale. Cette végetation est composée par un reçu forestier constitué en dominance des espèces ci-haut citées.


Situation sécuritaire

 La situation sécuritaire est généralement calme dans le territoire de LODJA, néanmoins, quelques cas d’insécurités sont enregistrés.

 


Opportunités de développement

Les opportunités de développement au sein du territoire de LODJA  sont axées sur les priorités des Entités Territoriales Décentralisées(ETD) qui en général présentent un besoin en termes d’aménagement des sources d’eau potable, la réhabilitation des routes de desserte agricole ainsi que la culture de riz dans des champs collectifs. Néanmoins d’énormes potentiels sont offerts par le territoire, notamment dans:

  1. Mines, Agricultures, Pêches et Elevages.

Le territoire de LODJA  avec deux saisons (saison sèche  et pluies) offre deux types de végétation, la fôret type équatorial et la savane plus danse.  Il dispose d’un sol et sous-sol riches, que ce soit en termes de gisements miniers ou des zones cultivables. Il offre ainsi un fort potentiel pour l’exploitation des activités minières, agricoles et d’élevage.

  • Mines

Le Territoire regorge le diamant, l’or et le pétrole. Seul le diamant est exploité, beaucoup plus dans le secteur de Lukfungu, bien attendu de manière artisanale.

  • Agricultures.

Activité pratiquée par la quasi-totalité des ménages du territoire, focalisé dans la culture vivrière, notamment : de Riz avec une production annuelle estimée à 16250 tonnes, une production annuelle de 260 000 tonnes de manioc, 877.5 tonnes de maïs, 1856.8 tonnes d’arachides, 627 tonnes des Niébés et 538 tonnes de Soja. Productions axées sur l’autoconsommation dues:

  • Manque de débouchés
  • Etat de délabrement très avancés des routes de dessertes agricoles dont le moyen transport n’est assuré que par Motos et vélos.

Ce secteur pourrait offrir un levier de développement au sein du territoire une fois appuyés les producteurs :

  • En semences améliorées de cultures vivrières car les matériels génétique utilisé jusqu’à ce jour sont vétustes
  • Par l’encadrement des techniques en pratique agricole moderne visant l’accroissement de la production
  • En assurant des microprojets dans le domaine de transformation des produits agricoles (récoltes) afin de leur conférer une valeur ajoutée

Dans sa culture de rente et pérennes, le territoire de LODJA  enregistre des opportunités remarquables une fois soutenu:

  • La reconstruction de l’usine de coton (la cotonnière de LODJA) qui jadis fonctionnée jour et nuit mais fort malheureusement, pillée pendant la guerre de 1998. Un financement permettant la relance des activités dans ce domaine constituerait un socle de développement pour le Territoire de LODJA.
  • L’amorce des activités dans les plantations de caféier envahies par les fôrets
  • Palmier à huile avec 4 plantations abandonnées (une à Shilo) dans le secteur de Lotshimba avec une superficie de 14 ha, à Kiomi dans le secteur de Watambolo datant de l’époque coloniale avec une superficie de 5 ha, celle de Lolekonda dans le secteur de Watambolo avec une supérficie de 3 ha et à fin, la plantation à Lokamba dans le secteur de Nambelolohembe avec une superficie de 1 ha….la production d’huile de palme est faite de moyen rudimentaire à l’aide d’écorces d’arbres « Munyonga », pourtant cette denrée est commerçable au niveau local voire même au niveau national(Goma). Notez que l’exploitation de l’hévéa et l’introduction de cacaoyer parmi les cultures de rente constitueraient une source importante de revenue pour les ménages.
  • Pêches et Elevages:

Pas de pêcherie industrielle à LODJA  bien que disposant de bief des pêches sur la rivière Lokenge dans la cité de LODJA, sur les rivières Okolongo et  Lubefu dans le secteur de Kondo-tshumbe, sur les rivières Lowale et Londo dans le secteur de Lotshimba et sur la rivière Lohei dans le secteur de Nambelolohembe…

L’élevage de gros bétail, petit petit bétail et volailles très peu développé au sein du Territoire de LODJA  car ne disposant pas des pharmacies vétérinaires et suite à l’insuffisance de personnel d’encadrement technique pour des maladies telles que : les épizopties, la coccidiose, la peste à viaire, etc

  1. Energie

LODJA, territoire couvert par la grande forêt et pour raison d’équilibre d’écosystème, un avantage comparatif dans les domaines d’énergie renouvelable et la construction des micro-barrages hydrauliques (sur les chutes Lunda dans la cite de LODJA, lovile dans le secteur d’Olembangando) et Lotembo dans le secteur de Lukfungu) serait opportune pour palier au déboisement. Un faible taux d’accès à l’eau potable s’observe que ça soit dans la cité de LODJA  tout comme au niveau des secteurs que compte le Territoire.  Un investissement important dans la construction des chateaux d’eau et puits de forage et ainsi que la distribution d’eau potable inverserait la tendance.

  1. Infrastructures:

La présence de compacteurs (pour les routes faites par cantonnage manuel) et l’asphaltage des routes d’intérêt Provincial, National et local seraient d’une importance capitale. A cela s’ajoute la construction d’une voie ferrée reliant ce territoire à d’autres grandes villes, notamment Kisangani, Kananga, Mbujimayi et Kindu, qui bousterait un échange commercial important et réduirait l’exode rural de  la jeunesse paysanne  vers l’Angola.

  1. Santé :

Ce secteur offre plusieurs opportunités de développement une fois appuyé, notamment  dans:  prévention des contaminations et la prise en charge thérapeutique de l’infection à VIH/Sida, car les résultats nous présente qu’il y a un danger en République Démocratique du Congo  plus particulièrement à LODJA , formation des personnels pour l’administration des soins de qualités,  recherches scientifiques et études sur terrain pour identifier les problèmes de santé du milieu, L’alphabétisation des femmes adultes et la lutte contre la déperdition scolaire chez la jeune fille; la réhabilitation des infrastructures et approvisionnement en eau potable, Le volet sécurité transfusionnelle et la prévention de la transmission mère enfant PTME pour le cas du VIH/ Sida, Le laboratoire d’analyses biomédicales etc…

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique