Territoire de Kalehe

Fiche du territoire

Mise à jour le 31 mars 2017

Province Sud-Kivu
Superficie 5 057 km²
Taille estimée de la population 815 326 hab.

(source: Rapport dénombrement Inspection Santé(Rapport PDS 2016))


Carte administrative


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

Données géographiques

Le territoire de Kalehe a été créé par l’ordonnance d’administration générale no 10 mettant en vigueur l’arrêté du 28 Mars 1912, portant organisation territoriale de la colonie en ce qui concerne le district du Kivu, tel que modifié par l’ordonnance d’administration générale no 91/AIMO du 23 Avril 1933 et 70/AIMO du 25 Mars 1945, ordonnance no 21/423 du Décembre 1950. Signalons que le territoire de Kalehe n’a pas gardé ses limites géographiques conformément aux dispositions de l’ordonnance no 68/18 du 12 Janvier 1968 suite à la création du territoire d’Idjwi en 1974.

Le territoire de Kalehe a été créé par l’ordonnance d’administration générale no 10 mettant en vigueur l’arrêté du 28 Mars 1912, portant organisation territoriale de la colonie en ce qui concerne le district du Kivu, tel que modifié par l’ordonnance d’administration générale no 91/AIMO du 23 Avril 1933 et 70/AIMO du 25 Mars 1945, ordonnance no 21/423 du Décembre 1950. Signalons que le territoire de Kalehe n’a pas gardé ses limites géographiques conformément aux dispositions de l’ordonnance no 68/18 du 12 Janvier 1968 suite à la création du territoire d’Idjwi en 1974.

Localisation

Le territoire de Kalehe est situé dans la zone montagneuse, l’une des trois zones écologiques composant la province du Sud Kivu, situé au Nord-Ouest et au Nord-Est de la ville de Bukavu. Le lac Kivu longe le territoire de Kalehe sur une distance de plus de 86 Km du nord au sud, s’ouvrant sur le bassin de Bukavu. il est constitué de deux grandes chefferies à savoir, la chefferie de BUHAVU (Buzi, Kalima, Kalonge, Mbinga-Nord et Mbinga Sud, Mubugu et Ziralo) et BULOHO (Bagana, Bitale, Bulonge, Karali, Lubengera, Musenyi, Ndando et Munyanjiro).

Limites et subdivision administrative

D’une superficie de 5057 km², situé tout au long du Lac-Kivu qui jalonne la grande faussée tectonique, le Territoire de Kalehe a comme limites :

  • Au Nord : la Ville de Goma (par le Detroit de KATIRUZI) et le Territoire de Masisi par la rivière Chungiri.
  • Au Sud : le Territoire de Kabare à partir de la rivière Nyawarongo,
  • A l’Est : le Territoire d’Idjwi par le Lac-Kivu.
  • A L’ouest : le Territoire de Shabunda.

Climat

Le territoire de Kalehe jouit d’un climat de montagne avec une altitude qui va de 1300 à 2000 m. Il émet une alternance de deux saisons: l’une pluvieuse (9 mois soit de Septembre à Mai) et l’autre sèche de trois mois (Juin- Aôut), son relief est composé principalement d’une chaîne de montagne de l’Est de la RD Congo. La température annuelle varie entre 18 et 22 degré et les précipitations annuelles entre 1300 et 1680mm.

Sol et sous-sol

Le territoire de Kalehe présente un sol argileux et très fertile. A vocation agropastorale, le territoire de Kalehe présente dans l’ensemble un sol argileux et très fertile. Avant les multiples guerrres, on y pratiquait l’élevage de gros et petit bétail et les cultures vivrières dans les hauts et moyens plateaux, mais cet élvage a été exterminé par les pillages, vols, destructions et abandons des fermes,… pendant les différentes guerres à répétition qu’a connues notre pays depuis 1996 particulièrement l’Est de la RD Congo. Le sous-sol du territoire de Kalehe regorge d’imprtants disements d’or, de cassitérite, de coltan et de tourmaline.

Végétation

La végétation est dominée par la forêt dont les bambous et les arbustes qui sont malheureusement en voie de disparition à cause de la déforestation due à la rareté des terres arables, à l’exploitation désordonnée, etc. A vocation agropastorale, le Territoire de Kalehe présente dans l’ensemble un sol argileux et très fertile. nous trouvons aussi le boisement disseminé à travers le territoire.

Hydrographie

Le territoire de Kalehe compte au total 12 rivières principales qui l’arrosent sans oublier le lac Kivu, ces principales rivières sont : LUHOHO, TCHIGANDA, MWABO, NYAMUNENE, NYAWARONGA, NDINDI, NYAMASASA, LWAMA, EKE, KAHOHO, LUHAHA et LUA.

Particularités et richesses du territoire
  • La traversée de deux routes nationales dans le Territoire (n° 2 et 3)
  • L’existence des ressources naturelles comme les minerais, la forêt, lac, rivières et les sols arables avec un climat favorable.
  • La volonté des populations de se prendre en charge
  • Disponibilité des marchés, lieux d’approvisionnement des produits,
  • Le Territoire de Kalehe constitue l’un des bassins d’approvisionnement du bois (Bois Energie et Bois d’oeuvre) pour la ville de Bukavu.
Données culturelles

Les grandes tribus sont

  • Bahavu 40%
  • Batembo 25%
  • Bahunde 1O%
  • Banyarwanda (Hutu et tutsi). 10%
  • Bashi, Banyanga,  Barega (tres minoritaires et sont dans le groupement de Kalima) 15%

Dans Le territoire de Kalehe, certaines tribus telles que spécifiées ont des mythes claniques et qui sont rituellement célébrés. C’est le cas du mouvement rituel saisonnier des autochtones BATEMBO qui croient à la déesse « KIMBILIGITI/SHABIKONGO ».En saison sèche, les ritualistes chaque soir se retrouvent aux artères de différents sentiers et routes pour des manifestations et disparaissent aux heures tardives. Au cours de ces périodes, les mouvements des passants sont perturbés et tout habitant non membre ne peut être visible par ces derniers. Une fois tombé aux mains des ritualistes et se retrouvant incirconcis d’après eux, les amendes arbitraires sont infligées aux victimes qui sont passés à tabac. Par ailleurs, les victimes sont amenés en brousse et doivent forcement adhérer aux mouvements sans foi ni volonté.

Dans d’autres groupes, on observe des interdits alimentaires surtout chez les BASHI du troisième âge. Cette pratique est en voie de disparition chez les nouvelles générations. Aussi la consommation des oeufs chez les jeunes filles BASHI ainsi que la viande des poules étaient interdites pour ces catégories des personnes n’épargnant pas les femmes mariées. D’autres parts, les scarifications sont observées à Fendula, une des localités de la Zone de Santé de Kalonge. Ces scarifications étaient considérées comme des signes de beauté chez les jeunes filles et jeunes épouses. Le peuple BATEMBO et BAREGA ne sont pas aussi épargnés par la pratique. Chez les BASHI les scares sont visibles au niveau des joues sous formes des croix et les BATEMBO une ligne visible au nez.

Sur le plan culturel, on observe chez les Bahavu, une résistance passive, le conservatisme et parfois la sournoiserie. Pour les Bahavu, la femme est considérée comme source de richesse, elle exécute les travaux ménagers. Il appartient à l’homme de labourer les champs et à la femme de semer, de sarcler, de récolter, de vendre les produits au marché local et remettre l’argent à l’homme qui en décide la répartition. Sur le plan alimentaire certains aliments lui étaient interdits c’est le cas par exemple de la viande de la poule. Une femme qui essaie de manger cet aliment aux yeux des hommes était considérée comme voleuse et n’avait donc pas de la place dans société Havu. D’autre part, les femmes enceintes n’avaient aucun droit de prendre les oeufs. Sous prétexte qu’elles peuvent donner naissance aux bébés sans cheveux. La femme ne devait pas se permettre de prendre le lait de vache.

Les hutu sont venus de Rwanda avec une culture qui n’est pas tellement différente de celle de Bahavu et de Bashi. La femme comme partout ailleurs s’occupe des travaux ménagers de l’éducation des enfants, de soins de toute la famille.

Langues parlées dans ce territoire
    1. Swahili 90%
    2. Kihavu 70%
    3. Kitembo 30%
    4. Kinyarwanda 10%
    5. Kihunde 3%
    6. Mashi 2%

Le Swahili qui domine sur les langues locales, une langue interculturelle de contact est représentatif dans tout le territoire mais parlé par la classe supérieure qui est souvent en contact avec les non originaire (visiteurs), mais aussi par des marchands et des voyageurs.

Le Kihavu est la langue maternelle parlée par la majorité de la population dans le territoire de Kalehe (70%). Le Kinyarwanda (10%), langue parlée par une partie du territoire de Kalehe (les hauts plateaux) qui est habitée par les rwandophone (Tutsi et Hutu).

Principales activités
  • Agriculture 50%
  • Elevage 15%
  • Pêche 15%
  • Exploitation artisanale des minerais 10%
  • Petits commerces et artisanat 10%

Le Territoire de Kalehe est une région à vocation agricole, très fertile et à grande production agricole. L’agriculture est l’activité principale du territoire et reste encore dominée par les cultures vivrières. 75% de moyen d’existence provient de cette activité. L’activité agricole est pratiquée par des petits exploitants sur 56% de terre mais aussi en métayage sur les terres des grands propriétaires. Cependant le revenu du ménage est affecté par la chute de la production de la banane qui était la principale source de revenu avant l’apparition du BXW : Réduction de plus de 50% de superficie de bananier

L’élevage de gros bétail est surtout pratiqué sur les moyens et hauts plateaux contrairement au petit bétail pratiqué dans tout le territoire.  Avant  1996, l’activité  d’élevage était prospère, malheureusement  elle a été largement affectée par  l’insécurité et les guerres à répétition. Des pertes considérables de bétail  et l’abandon des fermes  ont été enregistrées. Actuellement le repeuplement de cheptel est en cours : 11%  de moyen d’existence provient de cette activité

La pêche, quant à elle, est caractérisée par la production artisanale sur les îlots, les parties côtières et la commercialisation souffre du caractère facilement périssable de la production. L’élevage se pratique surtout dans les hauts plateaux et est victime de l’insécurité par les attaques à répétition des fermiers mais aussi par certaines épidémies telles que la pseudo-peste aviaire et autres. 1,5 %  de moyen d’existence provient de cette activité.

L’extraction minière, bien qu’artisanale,  occupe 3,5%  une part active parmi les  activités génératrices de revenu.

Le commerce connait une perturbation des circuits d’approvisionnement des produits à cause de l’inaccessibilité des routes de desserte agricole dans certaines contrées (cas de moyens et haut plateaux,  Kalonge, Bushaku, Shanje, Numbi, Murambi, Mubugu et Ziralo) et de l’insécurité dans d’autres. Ce qui entraine la hausse des prix des produits manufacturés et de produits agricoles. Notons ici que 5%  de moyen d’existence provient de cette activité. Il est  observé actuellement une reprise de l’activité caféière qui constitue également une source de revenu pour les agriculteurs.

L’artisanat souffre de manque de débouchés car la plupart des oeuvres produites par les paysans ne sont pas achetées par la population locale. le commerce souffre de perturbations liées au manque ou à la rareté du moyen de transport. La plupart des œuvres produites par les paysans (surtout le peuple pygmée) ne sont pas achetées par la population locale. L’absence d’une structure permanente permettant aux artistes d’écouler leurs produits à juste prix fait que ces métiers soient considérés par la population comme secondaires et même tertiaires.


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au 31 mars 2017
Vendeur : 1$ = 1 300 FC Acheteur : 1$ = 1 250 FC
Nombre d’opérateurs économiques 2 000

Principaux opérateurs économiques
  1. Monsieur MUYEYE LWABOSHI, Production et commercialisation du thé et du quinquina.
  2. Monsieur Olive MUDEKEREZA, production et commercialisation du café, du quinquina, élevage et cultures vivrières.
  3. Monsieur KASHABAGANYA, production et commercialisation du café, du quinquina, élevage et cultures vivrières
  4. Monsieur Abraham CHINAMA, commerce des produits manufacturiers.

La plupart des opérateurs économiques sont non résidant dans le territoire. La gestion des activités est confiée aux gérants. Dans le territoire de Kalehe, les opérateurs économiques évoluent dans les plantations (théier, caféier, etc.), l’élevage et le commerce.

Principales activités des opérateurs économiques
  1. Vente des écorces sèches de quinquina
  2. Usinage du café et du thé
  3. Vente des produits pharmaceutiques
  4. Menuiserie
  5. Savonnerie
  6. boulangerie

 

Principales activités des PME/PMI
  1. Agriculture
  2. Elevage
  3. Commerce
  4. Coupe et couture
  5. Menuiserie
  6. Transport lacustres et terrestre
  7. Scierie
  8. Négociants
Grandes entreprises locales
  1. Etablissement MUYEYE qui intervient dans la théieculture et la production des écorces de quinquina et utilise en moyenne 19 personnes et 808 métayers appartenant à l’Etablissement MUYEYE
  2. Société Olive MUDEKEREZA opérant dans la production de quinquina et utilise en moyenne 110 personnes et 500 métayers appartenant à la société Olive
  3. Société Pharmakina opérant dans la production des écorces de quinquina et utilise en moyenne 450 ouvriers.

Ces différents opérateurs économiques sont localisés successivement à Bitale (Muyeye), à Lwanjovu (Olive) et à Bulera, à Loango, à Bitale, à Kahuzi, à Kaheyo (Pharmakina).

 

Principaux produits agricoles
  • Manioc 40%
  • Pomme de terre 25%
  • Banane 15%
  • Mais 10%
  • Haricot 10%

Le territoire de Kalehe produit beaucoup plus le manioc (à peu près143890.7 tonnes par an), suivi de la pomme de terre avec une production moyenne de 57628.68 tonnes, ensuite la banane avec une production moyenne de 48468 tonnes, ainsi que le maïs avec une production de 38733.8 tonnes et enfin le haricot avec une production de 19470 tonnes.

Ces différents produits sont plus utilisés pour la subsistance des ménages et la commercialisation à l’intérieur et à l’extérieur du territoire. La transformation de ces différents produits est inadéquate suite à l’inexistence de l’énergie et des usines de transformations.

Les cultures sont menacées par les maladies et la population n’a pas accès à des semences résistantes aux maladies telles la mosaïque africaine de manioc, le Wilt bactérien du bananier.

Quoique le sol soit fertile les semences des potagers posent problèmes à cause du pouvoir d’achat faible de la population et cela est à la base des cas de malnutrition retrouvés dans le territoire.

Principaux produits non agricoles
  1. Miel
  2. Champignons
  3. Chenilles
  4. Poissons
  5. Bovins, ovins, caprins
  6. Volaille
  7. Cobayes
  8. Bois (bois de chauffe, planche, braise)
  9. Minerais (or, cassitérite, coltan, Traumaline, etc.)

Le miel s’obtient artisanalement à travers une fourmilière qui est construite par les abeilles d’une part et d’autre part par l’élevage des abeilles. Ce produit est destiné à la consommation locale et à la vente à l’extérieur du territoire et les champignons sont consommés localement.

Principales sources d’énergie
  1. Bois
  2. Pétrole
  3. Lampes torches
  4. Panneau solaire
  5. Electricité

Dans le territoire de Kalehe, l’électricité est presque inexistante, pendant que la ligne haute tension Bukavu- Goma traverse l’entité. Seuls MINOVA et une partie du village KASHEKE bénéficient du courant électrique. Plusieurs ménages utilisent les lampes torches à pile et à pétrole. Les ONG, hôpitaux, centre de santé utilisent dans la plus part des cas des groupes électrogènes et les panneaux solaires.

En cas de disponibilité de source d’énergie, l’industrialisation ainsi que la transformation des produits agricoles se développeraient dans le territoire de Kalehe.


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 7
Nombre de centre de santé 71

Le Territoire de Kalehe est érigé en 4 Zones de Santé (Ihusi-Kalehe, Kalonge, Bunyakiri et Minova).

  1. ZONE DE SANTE DE KALEHE : La zone de santé (ZS) de Kalehe est l’une des 34 zones de santé de la province sanitaire du Sud-Kivu. Elle est située dans le territoire administratif de Kalehe. Sa population est de 170837 habitants en 2016. Elle est composée de 14 aires de santé, d’ 1 Centre Hospitalier et d’1 Hôpital Général de Référence. Sur 14 Centre de Santé (CS) opérationnel dans la ZS, 8 se situent au-delà de 10Km de l’Hôpital Général de Référence (HGR). Il s’agit des CS BUSHAKU, LEMERA, KASHEKE, TCHOFI, BUSHUSHU, NYAMUKUBI, LUSHEBERE, NYABIBWE, mais aussi nous avons 3 CS lacustres dont ISHOVU, MUSHENYI et CIGERA, d’un Centre Hospitalier et d’un Hôpital Général de Référence. Le personnel Technique de L’hôpital Général est constitué de 3 Médecins généralistes, 5 Infirmiers A1, 6 Infirmiers A2, 2 Techniciens Labo, 4 accoucheuses, 1 Technicien Anesthésiste. Le Bureau Central de la Zone de Santé se situe à 65 km de la ville de Bukavu, chef-lieu de la province du Sud-Kivu.
  1. ZONE DE SANTE DE KALONGE : La zone de santé Rurale de Kalonge est l’une des 34 zones de santé de la province du Sud-Kivu. Elle dessert 18 aires de santé et compte un hôpital général de référence au 2eme échelon et 13 postes de Santé appartenant aux privés, difficilement fonctionnels. Le Bureau Central de la Zone de Santé se situe à 68km de Bukavu chef-lieu de la province Sanitaire du Sud-Kivu. La voie d’accès se fait par une route quasi impraticable et dans un état de délabrement très avancé. Sa population est chiffrée en 2016 à 162006 habitants. Le personnel Technique de la Zone de santé est constitué de 3 Médecins Généralistes, 7 Infirmiers A1, 10 Infirmiers A2, 1 Infirmiers A3, 2 Techniciens Labo, 1 Accoucheuse, 1 Assistant en Pharmacie.
  1. ZONE DE SANTE DE MINOVA : La Zone de santé rurale de Minova issue du redécoupage de 2003 est l’une de 34 zones de santé de la Province du Sud-Kivu. La Zone de Santé compte 17 aires de santé (ayant chacune 1 centre de santé fonctionnel), 3 structures de référence dont un HGR, 2 Centres hospitalier (KALUNGU et KINIEZIRE) et 2 autres en devenir (NUMBI et BULENGA). Le personnel Technique de l’hôpital général est constitué de 3 Médecins Généralistes, 15 Infirmiers A1, 5 Infirmiers A2, 2 Techniciens Labo, 0 Accoucheuses. La population est de 250887 habitants en 2016.

ZONE DE SANTE DE BUNYAKIRI : La Zone de Santé Rurale de Bunyakiri est l’une des 34 que compte la Province du Sud- Kivu. Elle est dans le Territoire administratif de Kalehe et a son Bureau Central à 80 Km de la division Provinciale de la Santé Publique du Sud-Kivu. Sa population en 2016 est estimée à 231596 habitants. La zone de santé de Bunyakiri a 22 Aires de santés dont BITALE, BITOBOLO, BUNYAKIRI, CHINGANDA, CIRIBA,FUMYA,HOMBO-SUD, IRANGI, KUSISA, LWANA, MAIBANO, MAKUTA, MATUTIRA, MIANDA, MINGAZI, MIOWE, MUOMA, MUSHUNGUTI, RAMBA, TSHIGOMA, TUSHUNGUTI. Le personnel Technique de l’hôpital général est constitué de 5 Médecins Généralistes, 1 Infirmier A0, 3 Infirmiers A1, 15 Infirmiers A2, 3 Infirmier A3, 1 Techniciens Labo, 0 Accoucheuse.

Maladies les plus récurrentes
  • Paludisme
  • Infection de Voies Respiratoire
  • Maladie diarrhique
  • Malnutrition
  • Aminiase

Nous constatons que la population du territoire de Kalehe souffre beaucoup plus du paludisme.


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 505
Ecoles secondaires 245

ENTITES / SECTEURS

Ecoles Primaires

Ecoles Secondaires

Elèves au primaire

Elèves secondaire

  1. KALEHE I

248

113

67683 dont 31131 filles

15374 dont 5617 filles

  1. KALEHE II

257

132

57098 dont 26350 filles

16271 dont 5178 filles

Le territoire de Kalehe héberge 2 secteurs ou deux sous divisions d’enseignement notamment Kalehe I et Kalehe II. Dans la sous division de Kalehe I, on compte 248 Ecoles primaires avec 67683 dont 31131 filles et 113 Ecoles secondaires avec 23274 élèves dont 9132 filles. Dans la sous division de Kalehe II on compte 257 Ecoles primaires avec 57098 Elèves dont 26350 filles et 132 Ecoles secondaires avec 16271 Elèves dont 5178 filles.

La qualité de l’enseignement dans le territoire de Kalehe est médiocre. Les enseignants ne sont pas qualifiés. Signalons aussi que plusieurs de ces enseignants ne sont pas mécanisés et il y a absence des infrastructures

Enseignement supérieur et universitaire
Universités 0
Instituts supérieurs 4

N

INSTITUTION

ENTITE

NBRE ETUDIANTS 

Nbre Profs.

Nbre Assist.

Nbre CT

1

ISP KALEHE

Kalehe I

167

3

4

24

2

ISTD KALEHE

Kalehe I

143

5

3

29

3

ISEDAF KALONGE

Kalehe II

32

0

1

14

4

ISAGEF

Kalehe II

 

 

 

 

  • Institut supérieur pédagogique (ISP), Kalehe : Filières organisées Géographie et Environnement, Histoire et sciences sociales, Français et Langues Africaines, Anglais et Cultures africaines, Sciences et gestion, Orientation scolaire et professionnelle, Gestion et administration des institutions scolaires et de formation et Math-Physique
  • Institut supérieur de technique de développement (ISTD), Kalehe : Filières organisées Organisation sociale, Environnement et développement durable, Gestion des entreprises de développement rural et Agrovétérinaire
  • Institut supérieur d’éducation et de développement agricole et forestier (ISEDAF) de Kalonge : filières organisées Agriculture et Vétérinaire, Technique de développement rural et Agroforesterie
  • ISAGEF : filières organisées Agriculture Appliquée, Gestion et protection de l’Environnement et Vétérinaire

Les institutions universitaires du territoire de Kalehe ne sont pas viables. Mais toute fois certaines importent des enseignants visiteurs comme l’ISTD qui a actuellement 3 professeurs visiteurs et 6 Chefs de Tavaux. Leurs bâtiments sont dans un état de délabrement avancé et par conséquent nous mettons en doute la qualité de l’enseignement dans cette entité. Beaucoup d’institutions n’ont pas des bâtiments propres et abritent souvent les écoles primaires et secondaires de la place.


ONG et projets

Nombre d’ONG 28
Principales activités
  1. Eau Hygiène et Assainissement
  2. Education
  3. Multisectoriel
  4. Protection
  5. Sécurité alimentaire
  6. Réinsertion sociale de la population retournée

Sur l’axe Kalonge

  • OXFAM Solidarité en collaboration avec AFEDEM implémente un projet d’appui à la relance agricole pour 2000 ménages dans son programme de relance agricole.
  • AVSI avec le PAM distribuent des vivres aux ménages vulnérables.

Sur l’axe Bunyakiri-Hombo

  • Caritas Développement appui les Ex-Combattants dans l’accompagnement socio-économique (Réinsertion sociale).
  • Projet conjoint PNUD-FAO-UNICEF en collaboration avec les organisations de base.
  • IFDC, GIFS

Sur l’axe Kalehe-Minova

  • PAM : Assistance alimentaire et Distribution général de 183314 Tonnes à Kalehe.
  • APEDasbl en collaboration avec Action MEDEOR, l’appui à 500 ménages Victimes de la Catastrophe de Chishenyi, Rambira et Tchofi (Janvier – février 2015) en vivres et non-vivres et en médicaments de première nécessité avec le BCZ/Kalehe
  • ADE : Distribution directe et C&V Renforcement de la sécurité alimentaire et distribution de chèvres et cobayes à 2 031 ménages en insécurité alimentaire dans le territoire de Kalehe.
  • WV mise en œuvre d’un projet de sécurité alimentaire (qui couvre l’agriculture, la santé – nutrition, le genre et protection, ainsi que la résilience communautaire) dans les zones de santé de Kalehe et Minova.
  • CRS, Caritas Développement Bukavu et ECI appui environ 4.000 agriculteurs dans la relance du secteur café.
  • ACF met en place un projet de prévention du choléra le programme WASH et Sécurité Alimentaire d’ACF à Minova .
  • OXFAM NOVIB en collaboration avec ADE appui les activités agricoles en faveur de 2.000 ménages dans le haut plateau de Numbi sur l’axe Lumbishi.
  • MSF assure la prise en charge des cas de malnutrition dans la zone de santé de Minova.
  • FAO-CARE-ALERT : Projet « TUFAIDIKE » qui propose de prendre en charge 2148 ménages pour relancer l’agriculture
  • Louvain Développement en collaboration avec GALE appui la sécurité alimentaire Economique.
  • IRC en partenariat avec les Zones de Santé de Kalehe et Minova
  • IFDC, Intensification agricole (GIFS)
  • Comité Anti-Bwaki
Principaux projets de développement financés par le Gouvernement
  1. Construction des marchés
  2. Envisagement de réhabilitation des routes de dessertes agricoles
  3. IPAPEL installation des pépinières macro propagateurs pour la production des rejets sains de bananiers.
Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement
  1. Projet PEAR + II dans la sensibilisation sur les actions essentielles d’Hygiène par AVSI avec le fond de UNICEF
  2. Projet JENGA JAMAA : Approvisionnement en Eau (Aménagement, Construction des puits, Sources et Adduction d’eau.) par WOLD VISION avec le financement de USAID
  3. Projet PEAR+II Type d’intervention: — Mise en place de salles de classe d’urgence ou semi-durable, réhabilitation écoles ; Formation enseignants sur sujets de protection et pédagogiques, éducation d’urgence, code de bonne conduite ; Voucher Ecole/transfert monétaire pour besoins d’intégration vulnérables/déplaces, réhabilitation, AGR etc. ; Sensibilisation sur l’éducation, protection de l’enfant, prévention des maladies, risques de mines, prévention recrutement, 1612 etc. ; Activités psychosociales et récréatives pour enfants et adolescents ; Sensibilisation et formation COPA avec financement de UNICEF, NRC : Project to support an empowering & resilient environment for human development in the Zone de santé of Bunyakiri avec financement de CERF
  4. Relance de l’économique des provinces du Maniema, du Nord-Kivu, du Katanga et du Sud-Kivu par la relance et la formalisation des activités minières par BGR (Financement de la Coopération Allemande)
  5. Projet conjoint CARE International – FAO – International Alert, relance agricole et restructuration paysanne. Type d’intervention: Renforcement de capacité de production agricole (distribution des intrants agricoles, renforcement de capacité technique, etc.) Avec le financement de USAID.
  6. Lutte contre les violences sexuelles et basées sur le genre à l’Est de la RDC par ABA avec le fond de USAID
  7. Projet de reconstruction communautaire et renforcement des moyens d’existence en faveur des personnes survivantes des conflits armés dans les groupements de buzi et mbinga nord, en territoire de kalehe, province du sud Kivu, en République Démocratique du Congo Avec de financement de CORDAID
  8. Bienvenue aux changements dans la communauté : par IMC avec le fond de USAID

Suite à l’insécurité du territoire de Kalehe, le gouvernement ne sait pas y accéder pour réaliser certains projets. Il n’y a que des ONG qui ont un accès facile car souvent elles ne sont pas victimes des attaques des groupes armés. C’est le gouvernement et la population en place qui sont les plus visés.


Accessibilité et tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Oui
Voies aériennes Non
Biefs navigables Oui
Train Non

Le transport est assuré à travers les infrastructures routières et la voie lacustre. Sur la voie lacustre, les navettes se font par des boites (embarcations en bois) motorisées ayant remplacé les pirogues.

Signalons que presque la quasi-totalité des routes et surtout de dessertes agricoles se trouvent dans un état de délabrement très avancées.

La route nationale no3 BUKAVU-GOMA traverse le territoire de Kalehe à une distance de 100Km, de KABUMBIRO-KASHEKE jusqu’à MINOVA.

Le tronçon routier MITI-HOMBO (route d’intérêt national) de 93Km permet d’approvisionner la ville de Bukavu en denrées alimentaires de première nécessité.

Réseaux de communication
Africel Non
Airtel Oui
Orange Oui
Tigo Oui
Vodacom Oui

A part Africel, tous les réseaux sont opérationnels dans le territoire de Kalehe mais la couverture n’est pas totale sur toute l’étendue du territoire plus on s’éloigne dans le territoire de Kalehe, moins on reçoit le signal. Les réseaux existant offrent le service de transfert d’argent comme Tigocash, M-pesa, Airtel money et Orange cash. Ces différents réseaux offrent un marché de vente des cartes, sims blanches, flash…

Attraits touristiques
Parcs Oui
Jardins botaniques Non
Jardin zoologiques Non
Chutes d’eaux Oui
Sites touristiques Oui
Sites sacrés Non

Le territoire de Kalehe compte plusieurs sites touristiques à savoir :

  • Parc national de Kahuzi Biega : une partie du parc national de kahuzi biega se trouve dans le territoire de Kalehe. On y trouve le gorille de Grauer.
  • Chutes d’eau : on trouve plusieurs chutes d’eau dans le territoire de Kalehe dont la plus importante est celle de MALIBA avec sa particularité de fournir de l’eau chaude. Cette chute se situe dans la rivière Muhyuza à Nyamukubi. A part cette chute, on y trouve aussi celle de Lutumba qui présente des potentialités naturelles de pouvoir fournir l’électricité dans une grande partie du territoire.

Sites touristiques : Le territoire de Kalehe héberge aussi plusieurs sites touristiques, mais les plus importants sont le Mont Kahuzi avec une altitude de 3308 m qui se localise dans le Parc National de Kahuzi- Biega et la colline de Nyamunene située dans le groupement de Mubuku en localité de Ramba.

Espèces phares de la faune
  1. Gorilles de Grauer.
  2. Eléphant
  3. Chimpanzé

 

Espèces phares de la flore

 

  • Prunus Africanus


Situation sécuritaire

 

La situation est relativement calment sauf quelques tensions de conflit tribales


Opportunités de développement

  1. Le tourisme : Le territoire est plein des sites d’attraits touristiques dont la construction et l’aménagement attirerait plus des touristes et génèrerait suffisamment des recettes au territoire, à la Province et donc au Pays. Aucune politique du tourisme existe dans la province à par le PNKB qui essaie de faire quelque chose avec l’appui de ses partenaires.
  2. L’agriculture : Vue la disponibilité des terres arables et leur accessibilité. Les semences utilisées se sont dégénérées et deviennent trop vulnérables face aux maladies et pestes. Un programme d’amélioration et vulgarisation des semences serait salutaire. Certain centre de productions souffre de l’impraticabilité des routes et par conséquent, l’évacuation des produits devient difficile. Les infrastructures de conditionnement de stockages aussi s’avèrent nécessaires pour permettre aux producteurs d’éviter les pertes liées à la détérioration des récoltes.
  3. Artisanat : est une niche encore porteuse d’opportunité d’investissement. Peu sont les agents économiques qui y investissent et les rare qui y sont n’améliorent pas la qualité de service vu la faible intensité de la concurrence. Les différents objets d’art sont faits à partir du bois précieux disponibles dans le territoire qui nécessite aussi une politique de gestion durable.
  4. L’offre de l’énergie : La cité se développe et la demande en énergie croit avec la démographie, alors que l’offre de l’énergie de la SNEL est presque inexistante. Vu la présence des chutes dans le territoire pour couvrir tout le territoire en énergie électrique, il serait rationnel d’envisager des projets des microcentrales hydroélectriques. L’option des énergies renouvelables (Biogaz, Solaire, Gaz Méthane du lac) est aussi à envisager.
  5. la pêche : Le lac Kivu est potentiellement riche en produits halieutiques. Différentes espèces de poissons sont répertoriées dans ce Lac. Mais la pêche qui s’y pratique est traditionnelle et les gros poissons restent dans l’eau profonde.
  6. L’élevage aussi est porteur de potentialités d’investissement. Les hauts plateaux offrent un cadre approprié pour l’élevage et la demande en produit d’animaux d’élevage ne fait que croitre étant donné. l’augmentation croissante de la population du territoire, mais aussi la demande d’autres territoire et particulièrement la ville de Bukavu. Il existe beaucoup de fermes privées qui sont en état de croissance et qui constitue des potentialités de projets de laiterie à l’échelle industrielle.
  7. L’usinage de café : Le café est un produit de très haute qualité qui est cultivé dans le territoire de Kalehe, et serait un produit d’une grande importance, cela parce qu’il constitue un revenu de territoire de Kalehe. Le café produit par ce territoire est très sollicité grâce à sa qualité ; par l’extérieur tel que le Rwanda, le Burundi etc. Mais malheureusement la production demeure artisanale surtout avec les usines qui ont été détruite avec l’avènement des guerres. Avec le projet « Kawa Bora ya Kivu » de la CRS, il y a quelques centres de transformation qui sont implémentés mais le besoin reste énorme.
  8. Mines : L’exploitation est encore artisanale alors que le territoire de Kalehe regorge de réserves énormes qui peuvent faire l’objet d’une exploitation industrielle.

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique