Territoire de Ingende

Fiche du territoire

Mise à jour le 31 mars 2021

Province Equateur
Superficie 17 328 km²
Taille estimée de la population 3 010 434 hab.

(source: Administration territorial)


Carte administrative


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

Le territoire d’Ingende est une entité décentralisée de la province de l’Equateur. A commencé avec un bureau auxiliaire, relevant de la perception de Coquilla ville, est ouvert le 1è Août 1936. Il est transformé en sous-perception le 11 mars 1942. Il existe en son sein une oblitération datée du 25 décembre 1953.

Crée le 02 Juillet 1930 avec comme chef lieu BOKATOLA, actuellement chef lieu du secteur de BOKATOLA. Celui-ci ‘chef lieu) fut fut déplacé et installé au centre d’Ingende pour des raisons de désenclavement de l’entité, surtout que le nouvel emplacement présentait deux possibilités des voies de communication : Fluviale et terrestre.  

Coordonnées géographiques

Le territoire est par ses coordonnées géographiques traversé par plusieurs rivières.

Il a comme limites :

  • Au nord, le territoire de Bolomba,
  • Au sud, par le territoire de Kiri de la province de Mai-Ndombe
  • A l’Ouest par le territoire de Bikoro et la commune Urbaine de Mbandaka et
  • A l’Est par le territoire de Boende et de Mokoto de la province de la Tshuapa.

Climat

 A ce qui concerne le climat, le territoire d’Ingende est situé dans la zone à climat tropical avec une alternance de deux saisons : reparties de la manière suivante : la saison des pluies appelée « BONGOY » qui va de septembre à décembre et la saison sèche qui va de janvier à février, et aussi « TULI » allant de juillet à août.

Sa température varie de 26° à 28° et la pluviométrie annuelle est 1700 à 9000 mètre cubes

Hydrographie

  1. Ruki »navigable »,
  2. Momboyo »navigable »,
  3. la Bozira prolongement de la Tshuapa »navigable »,
  4. la Djwali »non navigable » sauf les pirogués motorisées,
  5. la Solongo(navigable),
  6. La Lokolo »non navigable » sauf les pirogues motorisées.

Végétation

 La végétation du territoire est caractérisée par une forêt ombrophile et Arboricole.

Sol

Les sols sont variés, mais généralement argilo-sablonneux, avec une faible teneur en humus et en élément nutritif.

Son sous-sol est riche, il renferme beaucoup des matériaux précieux. Cependant ce qui sont en vue, sont les matériaux de construction tels que : les Moellons, du sable, le calcaire à chaux, les gravières…

Particularités et richesses du territoire

Particularités du territoire

Le territoire couvre plusieurs éléments qui les différencient aux autres territoires dont :

  • Le sol
  • Le sous-sol
  • Relief
  • Climat et végétation
  • Le pâturage

Richesses du territoire

  • Les sols : argilo-sablonneux, avec une faible teneur en humus et en élément nutritif.
  • Le sous-sol : matériaux précieux tels que les Moellons, du sable, le calcaire à chaux, les gravières.
  • L’agriculture
  • La pêche
Données culturelles

Le territoire d’Ingende dispose en son sein deux grandes tribus dont:

  • les pygmées avec les tribus : BATSWUA, BALUMBE, BILANGI et BASAMALIA   55%.  
  • Les Mongo avec la tribu Kundo 45%.

Dans ce territoire, il se pose un sérieux problème dans la collaboration entre les membres de ces tribus, les pygmées sont utilisés comme la main d’œuvre, ile vivent de la chasse, la cueillette et la chasse  et ne peuvent vivre ensemble avec les Nkundo qui eux sont considérés comme étant les gens civilisés et vivent de salaire, l’agriculture et de la chasse. D’où une grande partie de la population de ce coins souffrent de la dissociation et sont marginalisés. Cette situation fait en sorte que le développement dans ce territoire soit ralenti.

Langues parlées dans ce territoire
  1. Kimongo : 40%
  2. Lingala : 25%
  3. Lothsua : 35%

Dans le territoire, le Lomongo est la langue la plus parlée par la population (les peuples mongos) et dans tous les milieux. Le lingala est surtout parlé par ceux qui viennent de centre Ville ou centre territorial et le Lotshua souvent parlé par les pygmées et ceux derniers sont minoritaires.

Principales activités
  1. Agriculture: 80%
  2. pêche: 40%
  3. fabrication charbon: 40%
  4. scierie artisanale: 15%
  5. extraction l’huile de palme

L’Agriculture constitue la principale source de revenu de la population dans le territoire d’Ingende à cause de forêt, Avec la pêche, elles constituent les principales activités qui soutiennent l’économie locale. Mais elles ne prospèrent pas à cause de l’enclavement de zone de production et de l’impraticabilité des routes. La chasse, l’élevage, l’artisanat et la cueillette sont d’autres activités économique pratiquent dans l’entité et soutiennent les ménages.


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au
Vendeur : Donnée non disponible Acheteur : non disponible
Nombre d’opérateurs économiques 256

Principaux opérateurs économiques
  1. Boteka,
  2. B.B.C (CONGO FUTUR), exploitation de bois.
  3. Les petits commerces,
  4. Pêche artisanal,
  5. Scierie Artisanale.

Le territoire d’Ingende compte 256 opérateurs économiques répartis de la sorte : Deux maisons importes de commerce dont: la société de production de l’Huile au Congo(PHC) à Boteka, B.B.C (CONGO FUTUR), une pêcherie artisanal, une scierie artisanale, cinq commerçants immatriculés et 247 commerçants ambulants.

Principales activités des opérateurs économiques
  1. Distribution des cigarettes
  2. Vente des produits manufacturés
  3. Vente des matériaux de construction
Principales activités des PME/PMI
  • Vente des produits cosmétiques
  • Vente des produits manufacturés

Dans le territoire de BONDO quelques petites boutiques de NDANDE permettent à la population locale de s’approvisionner en produits cosmétiques et manufacturés. Il sied de signaler que la hausse des prix de ces produits se justifie par l’impraticabilité des routes.

Grandes entreprises locales

Le territoire de Bondo ne compte pas de grande entreprise locale. 

Principaux produits agricoles
  1. Manioc 80%
  2. Mais 70%
  3. Riz 40%
  4. Patate douce 10%
  5. Banane et huile de palme 20%

Le manioc est produit dans tous les secteurs du territoire d’Ingende. La production annuelle du territoire est de moins 150 tonnes. Le manioc est soit consommé en chikwangue soit en tubercules bouillies. Une grande partie est également revendue dans les territoires voisins. Le maïs est également produit en grande quantité, et classé parmi les aliments de base dans le territoire. Il est consommé sous forme d’aliment bouilli ou grillé au feu aussi transformé en alcool local appelé « Agence ». Une partie de la production est aussi vendue aux territoires voisins. Les bananes sont produites à faible quantité et il est utilisé pour la consommation locale pour l’alimentation des ménages.

Principaux produits non agricoles
  • Huile de palme
  • Café
  • Cacao
  • Hévéa

L’huile de palme est le produit non agricole le plus consommé dans ce territoire, il est produit en grande quantité et est utilisé pour la consommation locale. Le cacao, l’hévéa et le café sont presque inexistants, la production de ces trois produits est négligée à cause de manque des moyens de transformation locale et d’évacuation vers les centres de commercialisation.

Principales sources d’énergie
  • Solaire
  • Groupe Electrogène
  • Bois de chauffage

L’absence totale de l’électricité sur toute l’étendue du territoire est la cause de l’inexistence des industries alors que la rivière Uélé devrait servir pour la construction d’un barrage électrique. Le panneau solaire a pris place et s’est imposé dans tous les ménages. Cette source d’énergie est exploitée presque par toutes les couches de la population du territoire et même dans les villages. Le bois est utilisé pour la cuisine. La présence de l’électricité dans le territoire viendrait changer beaucoup des choses par exemple la production et transformation du café, mais il y aura également la baisse des prix de certains produits comme le riz, le maïs qui seront produits et transformés en grande quantité qu’aujourd’hui.


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 3
Nombre de centre de santé 36

Mauvaises conditions de travail de prestation des soins, mauvais état des structures sanitaire, moins équipées.

Maladies les plus récurrentes
  1. Paludisme
  2. IRA
  3. IST
  4. Diarrhée simple
  5. Anémie

Des facteurs sociaux rendent les femmes et les filles plus vulnérables que les hommes et les garçons. Par ailleurs, dans le territoire d’Ingende, certaines pratiques coutumières pour assurer l’accès des femmes à la terre en cas de veuvage contribuent à la propagation du VIH/SIDA, comme celle qui oblige le jeune frère à un défunt d’épouser sa belle-sœur. Les femmes et des filles ont, en outre, une surcharge de travail, car outre les travaux champêtres dont elles sont responsables à 90%, elles ont également la charge de nourrir la famille et s’occuper des malades et des deuils. Dans maintes communautés durement touchées, les filles sont retirées de l’école pour appuyer leurs mamans aux du ménage.

A notre grande surprise, les informations liées aux maladies sexuellement transmissibles ne sont pas disponibles à cause de l’absence de paquet VIH non Intégré.


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 195
Ecoles secondaires 70

La qualité de l’enseignement est bonne mais le niveau d’éducation d’élève est faible, cela est dû au faible pouvoir d’achat de la population qui ne permet pas aux parents de financer les études de leurs enfants (la prise en charge des enseignants par les parents).

Enseignement supérieur et universitaire
Universités 0
Instituts supérieurs 0

Le territoire n’a aucune Université ni Institut Supérieur.  Tous font leur étude supérieur à Mbandaka.


ONG et projets

Nombre d’ONG 20
Principales activités
  • Agro-pastoral
  • Santé
  • Social
  • Protection conte les violences

Dans le territoire de BONDO il y a deux ONG qui sont à caractère mixte c’est-à-dire qui œuvrent dans deux domaines différents (la sensibilisation et l’agropastoral), il s’agit donc de la solidarité et fraternité du bas-Uélé au Congo (SOFABUCO) et MAMAN LAMUKA. L’association des femmes pour la lutte contre le VIH (AFLUV) sensibilise et mobilise surtout les femmes et les jeunes filles à lutter contre le VIH/SIDA et la coopérative agricole paysanne (CAP), elle s’occupe de sensibiliser d’abord les agriculteurs. Il faut noter qu’en dehors des ONG citées ci-haut, on trouve dans le territoire de Bondo des ONG internationales partenaires du HCR (Haut commissariat pour les Réfugiés), il s’agit de TSF « Terre sans Frontière » spécialisée dans la distribution des vivres et construction des abris pour les refugiés centrafricains, INTERSSOSS pour le monitorage et la protection contre les violences sexuelles et sexistes, COOPI « Coopération Internationale » œuvrant dans le social et l’éducation des réfugiés, ADES TCHAD « Agence de Développement Economique et Social » pour le social et la CNR « Commission Nationale pour les réfugiés » qui travaille pour la protection juridique de refugiés. Toutes ces ONG bénéficient du financement de l’agence de nations unies qui est le HCR.

Principaux projets de développement financés par le Gouvernement
  1. PRISS (Projet de Reconstruction des Infrastructures Scolaires

Le Projet de Reconstruction des Infrastructures Scolaires (PRISS) et le PRO-TRIPAIX sont  les deux projets dans le territoire financé par le gouvernement de la République. Ces projets ont permis la construction de trois écoles et d’un tribunal de paix aux normes modernes dans le territoire de Bondo.

Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement
  • Construction du centre de santé TONGO ETANI
  • Réhabilitation de la route BONDO-BAYE

Le projet de construction du centre de santé TONGO-ETANI a été mis en œuvre par la coopération-italienne en vue de faciliter l’amélioration de la qualité et l’accès aux soins de santé primaire par la population. Le projet de réhabilitation de la route BONDO-BAYE quant à lui a été exécuté et financé par la CARITAS CONGO ASBL.


Accessibilité et tourisme

Accessibilité du territoire
Routes Oui
Voies aériennes Non
Biefs navigables Non
Train Non

La route nationale n°4 tronçon Dulia-Bondo est dans un état de dégradation très avancée et presque totalement impraticable, aucune personne n’ose emprunter cette voie par crainte de faire plus de dix jours de route pour une distance de 125 km, alors que cela devrait être fait en quelques heures, et tout celui qui veut accéder au territoire de BONDO se voit contraint d’emprunter la seule route des abords du chemin de fer servant de secours et qui elle aussi est dans un état de délabrement très avancé. Le chemin de fer reste inutilisé depuis des décennies à cause de manque d’entretien et de la vétusté de rails, la faillite de la société CFU (Chemin de Fer d’Uélé) en est la cause. L’accès dans le territoire par voie aérienne est possible; il y a 3 aérodromes dont celui de Bondo, de Bili et de Monga.

Le total enclavement et la pauvreté qui caractérisent le territoire de Bondo dans son ensemble se justifie par la non réhabilitation et le manque d’entretien de routes de déserte agricole, de chemin de fer et de l’aérodrome. Cette situation ne facilite pas les échanges avec d’autres territoires voisins. Le développement est possible dans ce territoire si le pouvoir public pense de toute urgence à désenclaver cette contrée qui du reste est un poumon économique de l’actuelle province de Bas-Uele.

Réseaux de communication
Africel Non
Airtel Oui
Orange Oui
Tigo Non
Vodacom Oui

Actuellement le territoire de Bondo est couvert par trois opérateurs de communication à l’instar de Vodacom, airtel et Orange. A part la télécommunication, Vodacom Congo offre aussi les services de M-pesa qui est utilisé et considéré par la majorité de la population locale comme le moyen fiable et le plus rapide pour envoyer et recevoir de l’argent étant donné que l’agence de messagerie financière « SOLIDAIRE TRANSFERT » a cessé de fonctionner. Il faut noter que Vodacom Congo à travers le M-pesa joue dans ce territoire le rôle des banques et agences de messageries financières. Soulignons par ailleurs que le flash et les cartes sims sont des produits disponibles dans tout le territoire, mais les cartes de recharge n’existent pas.

Attraits touristiques
Parcs Non
Jardins botaniques Non
Jardin zoologiques Non
Chutes d’eaux Non
Sites touristiques Non
Sites sacrés Non
Espèces phares de la faune
  • Okapi
  • Buffle
  • Water bouc
  • Lion
  • Léopard
Espèces phares de la flore
  1. Afromozia sp
  2. Terminalia superba
  3. Gibertio dandrom dewevrai
  4. Tectognia grandis
  5. Mbangi


Situation sécuritaire

Depuis un moment la sécurité du territoire est préoccupante, c’est-à-dire dominée par des incursions à répétition des éléments de LRA aux environs du poste d’encadrement Administratif de BILI en chefferies de GWAMANGI, BOSO et GOA et récemment dans la chefferie de GAYA précisément aux alentours du groupement KPETE, NOUNGBA  où les LRA continuent d’enlever la population dont les enfants pour la plupart qui sont détenus par ces éléments. Le territoire étant en frontière avec la République Centrafricaine, la présence ou le déploiement rapide des éléments de nos forces armées et de la police en nombre suffisant s’avère très indispensable pour sécuriser la population civile. Et nous recommandons que le gouvernement ait un regard particulier sur le territoire de Bondo compte tenu de sa position géographique avec la République Centrafricaine à partir d’où le territoire connait des incursions à répétition des éléments de LRA et des braconniers internationaux. Ce regard doit être aussi porté sur le renforcement de forces armées en les appuyant par les moyens logistiques conséquents (moyens de déplacement pour des interventions rapides et les vivres). Cette situation pourrait avoir  dans les jours prochains une influence négative sur notre travail d’enquête, surtout celle sur les ménages où nous sommes contraints de parcourir la plupart des villages pour réaliser une enquête bien représentative et sans biais. 


Opportunités de développement

Le territoire de Bondo est l’un des territoires de la République Démocratique du Congo qui est presque entièrement enclavé. Tous les problèmes ayant trait au développement et à la survie de population ont trait à l’état des infrastructures de base (routes, aérodromes, chemin de fer).

Le territoire étant riche en sous-sol, l’agriculture pourrait offrir des meilleures opportunités de création d’emploi et des échanges très fructueux avec d’autres territoires et pays voisins. Les minerais du sous-sol aussi pourraient servir à améliorer certaines conditions si le gouvernement pensait à mettre de l’ordre dans ce secteur et aussi en industrialisant l’exploitation. Nous suggérons donc que la route Buta-Bondo soit réhabilitée de toute urgence pour faciliter dans un premier temps la mobilité et la circulation des personnes et leurs biens, ce qui pourra booster l’activité économique et amener le changement dans le territoire.

Exporter ces données pour tous les territoires
Visualiser ces données sous forme graphique