Ville de Kananga

Fiche d’identité de la ville

Mise à jour le 15 avril 2016

Province Kasaï-Central
Superficie 743 km²
Taille estimée de la population 1 271 704 hab.

(source: Rapport annuel 2015 de l’Inspection provinciale de l’agriculture, pêche et élevage)


Données géographiques et culturelles

Données géographiques

1. Ordonnance-Loi

Kananga est élevée au rang de ville (alors Luluabourg) par l’ordonnance Nº 12/357 du 6 septembre 1958 du Gouverneur Général du Congo Belge, M. Petillon.

2. Situation géographique

La ville est située au centre de la RD Congo. Elle a une superficie totale de 743 km², soit une densité de 1334,24 hab/km² et Kananga, avec 300 km², est sa plus grande commune tandis que Katoka est la plus petite avec 24 km². 

Kananga possède une infrastructure routière de près de 211,929 km dont 59,072 km en asphalte en constante dégradation et 152,857 km en terre battue. La ville possède un aéroport national (de Lungandu) reliant la province au reste du pays, une voie fluviale et une gare ferroviaire. La densité est de 106 hab/km2.

Elle est limitée :

  1. Au Nord : par le territoire de Demba ;
  2. A l’Est : par le territoire de Dimbelenge ;
  3. Au Sud : par le territoire de Dibaya et ;
  4. A l’Ouest : par le territoire de Kazumba.

3. Coordonnées géographiques

  1. Longitude Est : 25°25’
  2. Latitude sud : 5°23’
  3. Altitude :

4. Climat et température

Son climat est chaud et humide ; sa température moyenne annuelle varie entre 25°C et 28°C.

La ville de Kananga regroupe deux saisons réparties de la manière suivante :

  1. Une petite saison sèche entre janvier et février ;
  2. Une petite saison de pluie entre février et mi-mai ;
  3. Une grande saison sèche entre mi-mai et mi-août ;
  4. Une grande saison de pluie entre mi-août et décembre.

5. Types de sol, relief, végétation et sous-sol

Elle se trouve sur le plateau du Kasaï et entrecoupée par des vallées humides.

Du point de vue géologique, le sous-sol est constitué essentiellement par les roches granitiques dont l’affleurement fait l’objet de deux carrières à Kananga.

La zone de savane étendue sur terres pauvres est entrecoupée de forêts galeries.

6. Hydrographie

Elle dispose des cours d’eau suivants :

  1. Tshibashi : qui est alimenté des eaux de Lungandu, Ndesha, Kamilabi et Malole.
  2. Nganza : alimenté par Katoka, Kele-Kele, Kamayi et Katuishi.

Le Sud-est est drainé par la rivière Lubi, Nkombua et Lulua coulent à l’Ouest.

7. Situation administrative et démographique

Kananga est le chef lieu de la province du Kasaï Central, située au centre du pays.

Bordé par la rivière Lulua, Kananga, obtient le statut de chef lieu de la province du Kasaï Central le 20 janvier 1950 sur ordonnance du Régent au détriment de la ville de Lusambo.

Kananga est ensuite élevé au rang de ville (alors Luluabourg) par l’ordonnance Nº 12/357 du 6 septembre 1958 du Gouverneur Général du Congo Belge, M. Petillon, puis chef lieu de la province du Kasaï Central depuis le 24 juin 1967.

La ville comprend 5 communes: Kananga, Ndesha, Nganza, Katoka et Lukonga, divisées en 27 quartiers suivant différentes Ordonnance-Loi et arrêtés :

Ville :

  • Kananga : Ordonnance n°12/357 du 06/09/1958

Communes :

  • Kananga : Arrêté Ministériel n° 111/220 du 09/11/1969 ;
  • Lukonga : Arrêté Ministériel n° 69/0223 du 18/07/1969 ;
  • Ndesha : Arrêté Ministériel n° 111/228 du 9/10/1958 ;
  • Nganza : Arrêté Ministériel n° 111/228 du 9/10/1958 ;
  • Katoka : Arrêté Départemental n° 68 du 04/05/1968.

De par sa position centrale, Kananga pourrait se positionner comme une véritable plaque tournante commerciale et davantage tirer profit des flux commerciaux qui se limitent actuellement à l’acheminement du maïs produit localement vers Mbuji-Mayi et les autres villes de la province

1. Commune de Kananga : centre des affaires et siège des institutions

Située au centre-ville, Kananga est la commune la plus peuplée avec une population estimée à 300 000 habitants, principalement des fonctionnaires et cadres d’entreprises industrielles et  commerciales privées.

C’est dans cette commune que se trouvent :

  • les principaux bâtiments administratifs sur l’avenue des ministères et sur la partie comprise entre le parquet de Grande Instance et la résidence du Gouverneur (en diagonale de la BCC) ;
  • les complexes éducatifs ;
  • les équipements industriels : Société Nationale des Chemins de fer au Congo, les dépôts de produits pétroliers, les unités de stockage de produits agricoles et manufacturés ;
  • les structures commerciales : grands magasins, établissements de commerce, sièges des compagnies aériennes et de télécommunication ;
  • ainsi que des établissements financiers (les agences principales de messageries financières, la BCDC, la Banque Centrale du Congo).

Ses avenues sont asphaltées, bien que délabrées sur quelques tronçons.

La commune est caractérisée par le commerce de détail de produits alimentaires, cosmétiques, vestimentaires et articles divers qui viennent en grande partie de Kinshasa.

Toujours dans la commune de Kananga, il y a le marché Tshiamba Diba à côté de l’aéroport qui est réhabilité. On retrouve dans ce marché plusieurs activités commerciales dominées par  la vente des produits agro-alimentaires. C’est d’ailleurs l’un des plus importants marché de la ville.

La commune de Kananga constitue le meilleur emplacement pour l’implantation d’une agence bancaire ou d’une institution de microfinance.

2. Commune de Katoka : premier grand marché de la ville

La commune de Katoka est située entre les communes de Kananga et Ndesha (à laquelle elle était précédemment rattachée).

C’est dans cette commune que se trouvent 3 des plus grands marchés de Kananga ainsi que quelques petites entreprises de production de café derrière l’ISP Kananga.

On trouve également dans cette commune des activités de menuiserie au croisement des avenues Révolution et Lulua à 50 m du rond-point Notre Dame.

La commune peut abriter une institution de microfinance entre le rond-point Notre Dame et l’ISP Kananga sur l’avenue Lulua.

3. Commune de Ndesha : présence d’activités commerciales

La commune de Ndesha intégrait précédemment les communes de Lukonga et Katoka. Elle fait face à la commune de Katoka le long de l’avenue Lulua (nationale n°1) et est caractérisée par la présence de plusieurs activités commerciales surtout de vente des produits agricoles. Le grand marché de Katoka se trouve à cheval sur les deux communes.

De plus, quelques activités commerciales ont lieu au Parking de véhicules en direction de Tshikapa. Ce parking enregistre beaucoup de véhicules en provenance de Kananga, Mbuji-Mayi pour Tshikapa, Kikwit et Kinshasa. Cependant, les activités se terminent très tôt à cause de l’insécurité du quartier.

La population estimée à 175 000 habitants, comprend une majorité de commerçants, de trafiquants de diamant, de fonctionnaires et d’agriculteurs. La commune de Ndesha a une situation géographique idéale pour l’implantation d’une agence bancaire et d’une institution de microfinance.

4. Commune de Lukonga : quelques opportunités pour la microfinance agricole

Située derrière la commune de Ndesha, elle est le point de sortie de la ville vers les fermes et les plantations.

Elle est menacée par des érosions.

Même si cette commune n’affiche pas des grandes activités commerciales comme les trois premières, il existe néanmoins beaucoup d’activités de taille réduite : vente des produits divers et agricoles sur les marchés tels que Dibamba sur l’avenue Révolution et derrière la maison communale de Lukonga.

Il faut aussi noter la présence de plusieurs organisations paysannes dans cette commune. Une institution de microfinance orientée produits agricole peut s’implanter dans cette commune pour besoin de proximité.

5. Commune de Nganza : des débouchés sur le marché agricole

La commune de Nganza longe le Boulevard Lumumba. Sa population  est estimée à 292 280 habitants dont la majorité s’adonnant à des activités agricoles.

La commune compte des fermes pour l’agriculture et l’élevage situées vers l’hôpital de Tshikaji. Il existe un marché à côté de la maison communale de Nganza.

Ce marché est un important centre d’approvisionnement pour la population de la commune. Cependant, on retrouve  sur presque toutes les avenues la présence de petites activités familiales (pour couvrir les besoins des ménages entre les récoltes).

Des nombreuses organisations  ou associations professionnelles y sont également présentes (briquetiers, maraîchers, riziculteurs, pisciculteurs, pêcheurs, agriculteurs).

Particularités et richesses de la ville

La ville de Kananga est connue pour ses gisements de diamant et son agriculture céréalière, essentiellement de maïs et manioc ; mais il y a aussi des plantations de coton et de café. Son sous-sol est également pourvu de diverses richesses minéralières.

Kananga est le centre commercial et de transport d’une région riche en diamant et dont les productions principales sont le coton et le café. La ville ne produit aucun bien de première nécessité et vit des importations.

Aussi, le marché clandestin de produits vivriers et du carburant favorise la rareté et la spéculation.

La ville de Kananga est très peu industrialisée en raison des problèmes énergétiques et de distribution d’eau courante qu’elle connaît, mais le commerce de détail y est abondant et généralisé.

Données culturelles

La Ville de Kananga est principalement habitée par les Lulua. Elle compte également des Luba

Généralement, on rencontre dans cette partie de la République des groupes ethniques en pleine évolution comme les Lulua, les Luntu et les Luba en coexistence avec d’autres groupes ayant conservé leur mode de vie traditionnelle tels les Kuba, les Leele (Bashilele), les Ndengese et les Salampasu

Langues parlées dans cette ville
  1. Tshiluba
  2. Swahili
  3. Lingala
  4. Tetela

Le Tshiluba reste la langue la plus utilisée dans la ville de Kananga

Principales activités
  1. Agriculture

  2. Commerce général

L’agriculture reste donc l’activité principale de le la ville. Souvent tournées vers l’autoconsommation, les principales productions vivrières sont le maïs, le manioc, le riz et l’arachide. En dépit du fort potentiel agricole, il n’existe pas d’agro-industrie bien que certaines bases soient en place (caféier, palmier à huile). Les cultures industrielles restent peu développées et n’ont pas d’impact significatif ni sur l’économie de la ville, ni sur le revenu des ménages.

On observe toutefois le développement de moulins à maïs et manioc. Actuellement la ville compte quelques boulangeries de panification entre autre la boulangerie MONALUXE

Kananga n’est pas un centre productif, même si l’on note quelques activités agricoles (culture du maïs, manioc et riz), quelques initiatives locales (produits agro-alimentaires par exemple), des petites unités de production artisanale et des activités informelles d’élevage du petit bétail et de la volaille.

Les principales activités tournent autour du commerce de détail des produits agricoles, manufacturés et importés depuis Kinshasa, Ilebo et Lubumbashi


Situation économique

Revenu journalier moyen Donnée non disponible
Taux de change flottant appliqué au 5 novembre 2015
Vendeur : 1$ = 940 FC Acheteur : 1$ = 930 FC
Nombre d’opérateurs économiques Donnée non disponible

Principaux opérateurs économiques
  1. Etablissement TOUT BOUGE

  2. Etablissement MAMAN BILLY

  3. Boutique de luxe CONGO NOTRE TERRE

  4. La BANNIERE

  5. Boutique DIEU EST AMOUR

Les différents opérateurs économiques de la ville de Kananga ont comme principale activité le commerce général. Comme types d’activités, ils ont les boutiques d’habillement, les pharmacies, la vente des boissons alcoolisées, la boulangerie, etc.

Principales activités des opérateurs économiques
  1. Agriculture
  2. Commerce général

De par sa position centrale, Kananga se positionne comme une véritable plaque tournante commerciale faisant la jonction entre Mbuji-Mayi et Tshikapa. Les principales activités tournent autour du commerce de produits agricoles, manufacturés et importés depuis Kinshasa, Ilebo et Lubumbashi.

C’est le seul centre de commercialisation de toute la production agricole de la province (maïs, manioc, café, riz, tomates, ananas, etc.).

Principales activités des PME/PMI

Les principales activités tournent autour du commerce de détail des produits agricoles, manufacturés et importés depuis Kinshasa, Ilebo et Lubumbashi.
.

Grandes entreprises locales
  1. Société Nationale de Chemin de fer du Congo) ;

  2. REGIDESO

  3. Office Congolais de Contrôle (OCC)

  4. Direction Générale de Migration (DGM)

  5. Office de voiries et drainage (OVD)

  6. Direction Générale des Impôts (DGI)

  7. Société Nationale d’Electricité (SNEL)

  8. Institut National de Sécurité Sociale

  9. Société Nationale d’Assurance

Auxquelles on ajoute :

Les institutions financières suivantes :

  1. Trust Merchant Bank (TMB)

  2. Banque Centrale du Congo (BCC)

  3. Banque Commerciale du Congo (BCDC)

  4. Caisse d’Epargne du Congo (CADECO)

Les messageries financières (agences de transfert de fonds)

  1. SOFICOM

  2. SOLIDAIRE

  3. WESTERN UNION

Les maisons commerciales

  1. BELTEXCO

  2. MONALUXE

  3. BIDUAYA MWAMBA

  4. QUIN MED

  5. LA VERNAISE

Les réseaux de télécommunication

  1. VODACOM

  2. AIRTEL

  3. ORANGE

  4. TIGO

Principaux produits agricoles
  1. Manioc ;

  2. Maïs

  3. Riz ;

  4. Arachide ;

  5. Haricot ;

  6. Huile de palme ;

  7. Ananas ;

  8. Banane de table ;

  9. Banane plantain ;

  10. Oignon.

Les principales productions agricoles très souvent tournées vers l’autoconsommation sont: le manioc, le maïs, l’arachide, les haricots, l’huile de palme, le riz, les aliments de base de la population.

Principaux produits non agricoles
  1. Allumettes ;

  2. Carburant (mazout et essence) ;

  3. Ciment ;

  4. Cosmétiques ;

  5. Friperie ;

  6. Habillement ;

  7. Matériel scolaire ;

  8. Motos ;

  9. Mousse ;

  10. Papeterie ;

  11. Papiers hygiéniques ;

  12. Peinture ;

  13. Tôles ;

Ces produits dits « non agricoles » sont vendus au niveau des différents marchés de la ville

Principales sources d’énergie

1. Energie électrique : une distribution très limitée

Dans ce secteur, la ville connaît un manque criant d’énergie électrique. Pourtant elle dispose d’importantes potentialités hydroélectriques. 

Même l’énergie thermique fournie par la SNEL connaît beaucoup de difficultés suite aux ruptures continuelles de stock en produits pétroliers et la ville accuse des déficits de desserte en électricité.

La SNEL dispose d’une centrale thermique qui alimente la ville de 19h 30′ à 22h 30′. La facture minimale pour usage commercial s’élève à 38000 francs congolais (forfait mensuel).

Les conséquences en sont : difficulté de conservation des aliments, difficulté de conditionnement des matériels de santé, coût élevé du courant thermique, faible utilisation des appareils électroménagers, forte consommation des bois de chauffe, non électrification de la voie ferrée et absence de l’industrialisation.

Le projet de construction de la centrale hydro-élecrique de Katende (à 75km du centre-ville de Kananga)  est actuellement en cours.

2. Energie solaire : Megatron qui est une centrale construit dans la résidence du Gouverneur de la province du Kasaï central. Les travaux sont déjà finis, il ne reste que son lancement.

3. Fourniture en eau : absence d’un réseau de distribution

La distribution d’eau par la Régideso n’est pas régulière (deux fois par semaine). On compte quelques puits de forage au sein de la ville.


Situation sanitaire

Nombre d’hôpitaux 6
Nombre de centre de santé 0

Zone de santé

HGR

Centre de santé et postes de santé

Nombre de médecins

Nombre d’infirmiers

Nombre de lits HGR

Nombre de lits CS

Kananga

2

19

39

353

240

114

Bobozo

 

 

 

 

 

 

Tshikaji

 

 

 

 

 

 

Ndesha

1

8

5

150

40

117

Katoka

1

13

4

 

40

 

Lukonga

 

 

 

 

 

 

La ville de Kananga compte 6 zones de santé à savoir :

  1. Zone de santé de Kananga
  2. Zone de santé de Bobozo
  3. Zone de santé de Tshikaji
  4. Zone de santé de Ndesha
  5. Zone de santé de Katoka
  6. Zone de santé de Nganza

Chaque zone de santé a un Hôpital Général de Référence dont la capacité d’accueil varie d’une zone à l’autre.

On y trouve les différents services :

  1. Gynéco-obstétrique
  2. Médecine interne ;
  3. Chirurgie

Pédiatrie

Maladies les plus récurrentes
  1. Paludisme
  2. Fièvre typhoïde
  3. Infections Respiratoires Aigues
  4. Diarrhée simple
  5. Malnutrition
  6. Infections Sexuellement Transmissibles

Les différentes sont les plus enregistrées dans les différentes zones de santé dans la ville de Kananga. Le paludisme vient en tête de la liste à cause de nombreux moustiques.


Education

Enseignement primaire et secondaire
Ecoles primaires 0
Ecoles secondaires Donnée non disponible
Enseignement supérieur et universitaire
Universités 4
Instituts supérieurs 6

La ville de Kananga compte 4 universités et 6 instituts supérieurs.

Universités : 

  1. Université Notre-Dame du Kasayi (U.KA.)
  2. Université de kananga (UNIKAN)
  3. Université Kimbanguiste
  4. Université Protestante du Kasaï Occidental (UPKO)

Instituts supérieurs

  1. Institut Pédagogique de Kananga (ISP) ;
  2. Institut Supérieur d’Estudes Sociales (ISES) ;
  3. Institut Supérieur des Techniques Médicales (ISTM) ;
  4. Institut Supérieur de Développement Rural (ISDR) ;
  5. Institut Supérieur du Commerce (ISC) ;
  6. Institut Supérieur des Statistiques et Recherche (ISSR).

 


ONG et projets

Nombre d’ONG 235
Principales activités des ONG
  1. Agriculture et développement rural ;
  2. Elevage ;
  3. Dynamique communautaire ;
  4. Education et Recherche scientifique ;
  5. Protection et violences sexuelles ;
  6. Environnement, Assainissement, Eaux et Forêts ;
  7. Gouvernance économique

Environ 235 ONG opèrent dans la ville de Kananga dans diverses thématiques à savoir : l’agriculture et développement rural, Elevage, Gouvernance économique, Gestion de l’environnement, pour n’en citer que ça.

Les principales ONG sont :

  1. Réseau des Femmes pour la protection des Droits de l’Enfant et de la Femme (RE.FE.D.E.F.) ;
  2. Action pour le Développement Intégral et Durable (A.D.I.D.) ;
  3. Développement Sans Frontières (D.S.F.) ;
  4. Réseau des Acteurs du Kasaï pour une Economie sociale et Solidaire (RE.A.K.E.S.) ;
  5. Général des Carrières Féminines et de l’Informel (GE.CA.F.I.).
Principaux projets de développement financés par le Gouvernement

MEGATRON (Centrale pour l’énergie solaire)

Cette centrale est construite pour produire de l’énergie solaire dans la ville de Kananga. Les travaux sont déjà finis; il ne reste que son inauguration qui se fera dans les prochains jours.

Principaux projets de développement sous financement autre que le Gouvernement

Chute Katende


Accessibilité et tourisme

Accessibilité de la ville
Routes Oui
Voies aériennes Oui
Biefs navigables Non
Train Oui

La ville de Kananga possède un aéroport national appelée « Lungandu »

Les compagnies de transport sont les suivantes :

A. Aérien

  1. Congo Airways ;
  2. Compagnie Aérienne d’Aviation ; 
  3. Service Air (SA) 

B. Ferroviaire: Société Nationale de Chemin de Fer (SNCC)

C. Routier : Les transporteurs indépendants : La ville est asphaltée même si son réseau routier est en état de délabrement. Le transport en commun y est assuré par les taxis – motos. Quelques bus, en mauvais état, circulent sur le tronçon grand marché – Kananga 2 et grand marché – Kamayi, un quartier de la ville.

Réseaux de communication
Africel Non
Airtel Oui
Orange Oui
Tigo Oui
Vodacom Oui

Excepté le réseau Africel, les réseaux de télécommunication qui sont fonctionnels sur la ville de Kananga sont : Vodacom, Airtel, Orange et Tigo.

Attraits touristiques
Parcs Non
Jardins botaniques Non
Jardin zoologiques Non
Chutes d’eaux Oui
Sites touristiques Oui
Sites sacrés Non
Espèces phares de la faune

Donnée non disponible

Espèces phares de la flore

Donnée non disponible


Situation sécuritaire

La ville est relativement calme.


Opportunités de développement

  1. Le défi du développement de la ville repose essentiellement sur la mise en place d’infrastructures durables : mise oeuvre de plusieurs projets avec le concours de la Banque Africaine de Développement (BAD) et de la Coopération Technique Belge (CTB) pour la croissance du secteur agricole et l’aménagement des infrastructures locales. Ils prévoient entre autres l’aménagement de plusieurs tronçons de route.
  2. Opportunités pour la microfinance agricole : Possibilité de crédit à l’agriculture et aux industries locales
  3. Relancer le secteur énergie favoriserait l’industrialisation de la ville de Kananga, ainsi son développement.